Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Juin 1837

Texte intégral

11 er juin. — Guyétand vient d'adresser à son ami le docteur Barrey, pour la communiquer à tous ceux qui voudront la lire, une Epître qu'il a reçue d'un rimailleur inconnu au sujet de ses Conseils aux personnes sur l’âge de retour dont nous avons parlé précédemment. Cette épître m'avait semblé passable au premier coup d'œil, mais après l'avoir lue je l'ai trouvée si mauvaise que je m'étonne que Guyétand, homme d’esprit, m’ait envoyé cette platitude rimée. Il faut que la louange soit une chose bien douce pour qu'elle puisse plaire, alors même qu'elle est si grossièrement présentée.

  • 1 Adolphe Brune (1802-1880), originaire de Souvans dans le Jura, fut élève de Gros. Entré à l’Ecole (...)
  • 2 Henri-Charles-Antoine Baron (1816-Genève 1885), élève de Gigoux, avec qui il fit un voyage d'étude (...)

22 juin. — M. de Fraguier, qui revient de Paris, m'a rencontré ce soir comme j’allais par hasard faire quelques tours de ma promenade favorite derrière l’hôpital. « Eh bien, m’a-t-il dit, je me suis arrêté à Dijon ; on s'y occupe de former une société des arts ; est-ce que nous resterons en arrière ? — Bien certainement, lui ai-je dit. — Et pourquoi ? N'avons-nous pas autant d'amateurs qu’à Dijon et, dans ce moment, plus de peintres à Paris que toute la Bourgogne : Gigoux, Brune1, Baron2, Conscience, etc. — Et d'autres encore que vous ne connaissez pas ; mais il manque ici les éléments nécessaires pour former une société, c'est-à-dire des personnes disposées à faire des sacrifices pécuniaires. Tout le monde s'occupe à empiler des écus et personne ne songe que les écus n'ont de valeur qu'autant qu'ils peuvent être utilement dépensés. — Mais il n'est pas nécessaire d'être artiste pour entrer dans la société ; je ne crois pas que M. Bretillot soit peintre, ni que M. Demesmay se soit jamais avisé de tenir un crayon, et cependant je suis persuadé qu'ils seront des nôtres. — Et moi aussi j'en suis persuadé ; vous avez bien fait de me compter, même moi pauvre diable, parmi ceux qui sont disposés à donner quand il s'agit de faire une chose utile ; mais, dites-moi, s'il vous plaît, dans ce qu'on nomme la haute classe de la société, quels sont ceux qui s'uniront à nous. — Vous me permettez de continuer ; là cependant sont les fortunes solides, indépendantes, les fortunes que les tremblements politiques ne peuvent ébranler. — M. de Fraguier, essayez donc de convertir ces aveugles qui semblent n'entasser les écus que pour fournir aux révolutionnaires les moyens de recommencer leurs attaques contre la société, comme si c'était une loi providentielle que ceux qui ne remplissent pas leur devoir, fournissent eux-mêmes les armes qui serviront à les châtier. — Voici mon cercle, nous reprendrons cette conversation. — Quand il vous plaira, bonsoir. »

  • 3 C'est une référence au personnage du jeune chinois Kaout't'Chouk, héros du voyage dans le Paraguay (...)

33 juin. — Le conseil municipal, assemblé pour délibérer sur la manière de fêter le plus convenablement le mariage du duc d'Orléans avec la princesse de Mecklembourg, a décidé qu'une somme de mille francs serait partagée entre les vingt enfants fréquentant les écoles primaires qui se sont le mieux conduits depuis le commencement de l’année. C'est 50 francs à chacun ; mais les pauvres enfants ne toucheront pas la somme qui leur ferait tant de bien ou à leurs parents ; elle sera placée à la caisse d'épargne pour leur être remise avec les intérêts capitalisés lorsqu'ils seront majeurs. L'excellente idée ! Oh Nodier ! tu n'avais pas deviné celle-là quand tu as esquissé le charmant voyage de Kaout't'Chouk dans l'î1e de la civilisation3.

44 juin. — Notre graveur Rambert, qui taillait le bois avec tant de finesse et d'habileté, vient de quitter Besançon avec sa famille pour aller habiter Paris où il est sûr de ne pas manquer d'ouvrage et de pouvoir en travaillant se faire une réputation. Personne ici que moi ne s'apercevra de la perte que nous venons de faire, du vide que laissera cet excellent homme, ce véritable artiste que j'ai trop peu fréquenté.

  • 4 Voir plus haut l'antiquité de la cloche de Belvoir.

55 juin. — La paroisse de la Madeleine possédait la plus ancienne cloche de la ville et probablement de tout le diocèse4 ; elle a été cassée ces jours derniers et elle a été descendue ce soir du clocher pour être refondue. Il faudra profiter de cette circonstance pour faire relever les inscriptions dont elle est couverte et qui nous apprendront peut-être quelques particularités curieuses de notre histoire. Le jeune architecte Baille est très propre à nous rendre ce service.

  • 5 Durand de Lançon, qui fut receveur des finances à Lure, a été en correspondance avec Weiss : la B. (...)

66 juin. — M. Durand de Lançon5, l’un des plus zélés bibliophiles de France, est de retour depuis quelque temps à Lure où il a déjà rempli la place de receveur des finances. C’est cette même place qu’il vient occuper et son retour dans cette ville y a été célébré par des fêtes de famille, circonstance d’autant plus honorable pour M. de Lançon qu’en général la population de notre pays est très peu démonstrative.

  • 6 Sans doute Antoine-Casimir Ethis, le fils de l'ancien conseiller à la cour royale qui s'intéressai (...)

77 juin. — J’ai été hier à Saint-Ferjeux ; c’était le jour anniversaire de la fête de ma mère et, ne pouvant plus lui offrir un bouquet, j’ai pensé que je lui serai agréable en lui faisant célébrer une messe. A cette occasion, j’ai dû voir le curé, M. Picard, homme d’esprit et de cœur, qui a un talent remarquable pour la musique et qui compose des airs charmants, quoiqu’il n’ait pas la moindre idée des règles de la composition. M. Picard m’a parlé du désir qu’il aurait d’obtenir quelques tableaux du gouvernement pour décorer son église ; cette ouverture nous a naturellement amenés à parler de ceux qui la décorent en ce moment ; et, suivant lui, parmi beaucoup de tableaux au-dessous du médiocre, il en possèderait deux de grands maîtres, une Extase de sainte Thérèse, dont on n’a pas pu lui dire l’auteur, et le Martyre des saints Ferréol et Ferjeux qui serait, suivant un de nos amateurs, M. Ethis6, d’Annibal Carrache. La chose vaut bien la peine d’être vérifiée et je ne manquerai pas d’en parler à Léon Bretillot et surtout à notre Lancrenon.

  • 7 Le personnage déjà cité deux fois par Weiss (le 8 octobre 1834 et le 27 novembre 1836) est le fils (...)

88 juin. L'Impartial qui a paru ce matin contient un feuilleton intitulé : Un duel comme on en voit guère, signé le comte de La Bidalière, masque sous lequel il était facile de reconnaître Hippolyte Bidal7, jeune clerc de notaire et le plus grand étourdi qu’il soit possible d’imaginer. Ce feuilleton, aussi mauvais par la forme que par le fond, a été l’objet des conversations de tous ceux qui se piquent un peu de littérature et tous, excepté le coupable, ont été d’accord pour flétrir une production si misérable qu’il faut beaucoup d’impudence et de sottise pour oser l’avouer.

99 juin. — J’ai été très agréablement surpris cet après-dîner en voyant arriver à la Bibliothèque M. Droz de l’Académie française, qui accompagne son petit-fils, attaché momentanément à la direction des Ponts et Chaussées du département. Il m’a beaucoup parlé de l’ouvrage auquel il travaille maintenant et qui doit paraître dans le courant de l’hiver prochain. C’est une Histoire impartiale de la Révolution de 1789, c’est-à-dire des événements qui se sont passés depuis le mois de mai 1788 jusqu’au 20 septembre de l’année suivante. Il y a, m’a-t-il dit, plus de vingt ans qu’il y travaille, sans avoir fait part de son projet à personne, excepté M. Feuillet, bibliothécaire de l’Institut, dont il connaît la discrétion et qui pouvait lui donner d’utiles renseignements. Cet ouvrage sera sans doute très remarquable et je vais l’attendre avec une véritable impatience.

  • 8 Thomas Mermet (Vienne 1780-1846), historien. Nicolas Chorier (Vienne 1612-Grenoble 1692), avocat, (...)

1010 juin. — L’auteur de l'Histoire de Vienne, que je n’ai pas encore lue — et c’est un reproche que je me ferais si je n’avais pas sur la conscience bien d’autres peccadilles du même genre —, le bon et savant M. Mermet est venu tout exprès pour embrasser son petit-fils, l’un des élèves de notre collège. M. Mermet est un homme de cinquante ans environ, mais plein de feu et de vie, d’un caractère gai, plein d’affabilité et de politesse. Dans le peu de temps que nous avons passé ensemble, nous n’avons pu qu’effleurer bien des choses sur lesquelles je n’aurais pas été fâché d’avoir avec lui un entretien un peu plus long. Mais il m’a promis de revenir l’année prochaine, uniquement pour moi et de m’envoyer en attendant quelques ouvrages que je désire depuis longtemps, entre autres les deux volumes de l’Histoire de Chorier8 l'Histoire de l'Imprimerie dans le Dauphiné, etc.

1111 juin. — C’est aujourd’hui que la fête à l’occasion du mariage du duc d’Orléans a dû être célébrée à Besançon. A part les lecteurs assidus du Journal administratif, personne au monde ne paraît s’en douter. Pas le plus petit signe extérieur de réjouissance devant les hôtels de la mairie et de la préfecture ; ce soir même les réverbères qui comptaient sur la lune n'ont pas été allumés. Oh ! graves et dignes magistrats, que vous êtes bien de votre siècle, et que vous vous moqueriez avec raison de vos prédécesseurs si vous connaissiez leur histoire, eux qui mettaient au nombre de leurs devoirs de procurer à leurs concitoyens des fêtes et des amusements, qui donnaient chaque année deux ou trois fois des bals en plein air à toute la population, qui les ouvraient et en faisaient les honneurs. Vous avez bien d'autres choses à faire vraiment ! La caisse d'épargne, etc.

1212 juin. Cours de pathologie chirurgicale, professé à la Faculté de médecine et publié par M. Marjolin, tome 1er, in 8°, impr. de Moquet à Paris.

13 Histoire de la philosophie par le docteur H. Ritter, professeur à l’université de Kiel, traduit de l'allemand par C.-J. Tissot, in 8°, 4 vol., impr. de Bourgogne à Paris.

1413 juin. — M. de Fraguier est venu me reparler aujourd’hui de son projet de former une société des arts. Il pense qu'il faudrait au moins 8 000 fr pour soutenir cet établissement, mais où les trouvera-t-on ? Comment pourra-t-on déterminer des personnes, dont on a beaucoup de peine à tirer 5 fr pour une médaille, à souscrire chaque année pour vingt ou trente francs, uniquement afin d'avoir le plaisir d'une exposition médiocre de tableaux ; c'est une idée d'artiste qui pourrait être utile, mais qui ne recevra pas d'exécution, du moins de longtemps.

1514 juin. — Mon ami Marc vient de m'envoyer pour la communiquer à l'Académie, dont il est le plus ancien correspondant, une Epître à un jeune homme qui veut abandonner le commerce pour la peinture. Cette pièce est mauvaise par le style et par le fond, et s'il faut que je la lise à la séance de demain où sera M. Droz, je vais me trouver dans un très grand embarras.

1615 juin. — L'annonce que M. Droz serait présent à la séance de l’Académie y avait attiré beaucoup de monde. Le président Trémolières l'a ouverte par une analyse très bien faite du seul mémoire qui ait été adressé sur les embellissements de Besançon ; Génisset a fait ensuite une allocution à M. Droz si louangeuse que l'académicien de Paris en a été réellement déconcerté. Cependant, il a fini par se remettre et, dans une réponse d'autant plus longue qu'elle était improvisée, il a protesté de son dévouement à l'Académie ainsi qu'à sa province dont les jours de gloire sont enfin arrivés. Génisset a donné ensuite l'analyse de la correspondance et puis j'ai lu, bien malgré moi, l'épître de Marc, laquelle a été trouvée si médiocre qu'il n'a pas été question de la retenir pour la séance publique. Voilà ce qu'il faut que j'annonce à mon ami Marc, et cela n'est pas trop aisé.

  • 9 L'abbé Antoine-Eugène Genoude (Montélimar 1792–Ile d'Hyères 1849), publiciste célèbre et fervent s (...)

1716 juin. — Dusillet, arrivé hier matin pour voir M. Droz et lui parler de l'impression de son Château de Frédéric Barberousse, est reparti ce soir sous le prétexte qu’il avait oublié d'amodier ses foins, mais bien réellement parce qu’il est acoquiné dans la ville de Dole. Il m'a fait faire une observation bien singulière et que j'ai vérifiée sur le champ, c'est qu'aucun des nombreux traducteurs français de la Bible, depuis les théologiens de Louvain à M. Genoude9, n'a rendu raisonnablement le verset du De profundis : « Si vous observez mes iniquités, ô Seigneur, qui pourra soutenir votre regard ? »

18— Nous avons dîné chez M. de Vienne qui avait invité MM. Droz, Ordinaire et le préfet.

1917 juin. — Le conseil municipal a été réinstallé aujourd'hui sans aucune pompe. Le préfet n'ayant pas pu se trouver à celte cérémonie, elle a été faite par le maire lui-même qui, n'étant pas orateur, n’a pas dû y mettre grande façon.

2018 juin. — La fête de Saint-Ferjeux avait encore attiré plus de monde que les années dernières ; il est difficile de se faire une idée de la foule qui couvrait la route, mais je n'ai pas eu la curiosité d'aller jusque là.

  • 10 Jean-Agathe Micaud, beau-père de Léon Brctillot, maire de 1835 à 1843.

2119 juin. — Le bruit, répandu depuis quelque temps, que MM. Bretillot et le maire10 lui-même ont un intérêt dans les ponts, se renouvelle avec plus de force. Il est presque certain que s'ils eussent fait partie des membres sortants du conseil municipal, ils n'auraient pas été réélus. Du moins, ils auraient trouvé une forte opposition, suscitée par le docteur Bonnet devenu leur ennemi personnel et qui s'exprime presque publiquement sur leur compte, avec toute la violence de son caractère.

  • 11 Alexandre Guénard (né à Loulans-les-Forges), bibliothécaire adjoint de Weiss, publiera en 1843 che (...)

2220 juin. — Une nouvelle crise commerciale fait sentir ses effets sur notre place où l’on ne peut se procurer de l’argent qu'avec une extrême difficulté. Cependant il n'est pas encore question de faillites et même l'on n'en prévoit pas. Plus sages que leurs voisins, nos commerçants et nos industriels n'entreprennent pas de spéculations hasardeuses et la gêne momentanée qu'ils éprouvent ne vient que de l'embarras où l'on sait que Lyon est depuis quelque temps, par suite de la banqueroute des Etats-Unis d'Amérique. Notre imprimerie paraît vouloir se relever : dans ce moment, il y a sous presse dans notre ville trois biographies universelles. Les Gauthier donnent une nouvelle édition de Feller avec un supplément dont Pérennès a la rédaction ; Chalandre en donne une autre qui sera corrigée par le sous-bibliothécaire Guénard11 et Belamy ; enfin, Deis imprime pour le compte de Furne, libraire à Paris, une édition du Dictionnaire du général Beauvais, qui sera revue par Viancin et par moi.

2321 juin. — Un jeune ouvrier s'est noyé hier dans la soirée près du pont Battant. La mairie n'attendait sans doute que cet accident pour renouveler l'ordonnance de police sur les bains de rivière. Elle a été placardée ce matin dans les endroits accoutumés.

  • 12 Weiss avait été l'un des premiers académiciens associés élus dans la séance du 11 septembre 1806 q (...)

2422 juin. — Madame Baille m'a remis aujourd'hui, et non sans une grande répugnance, les manuscrits de son oncle Faivre d'Arcier12, mon ancien ami, qui me les avait légués verbalement, tant elle est convaincue que son oncle n'a rien fait qui vaille la peine d’être conservé et que moi, je suis moins en état qu'elle de juger de ce qu'il conviendra de faire pour l'honneur d'un homme dont la mémoire m'est plus chère qu'à elle-même puisqu'il a le premier encouragé, soutenu mes efforts.

  • 13 Le Ta-hio, le premier des quatre livres moraux de la Chine, en chinois, en latin et en français av (...)

2523 juin. — Notre orientaliste Pauthier m'offre pour notre Bibliothèque un des deux exemplaires sur vélin d'un ouvrage qu'il a maintenant sous presse. C'est la traduction du premier des Quatre livres classiques des chinois13.

2624 juin. — On remarque depuis quelque temps que le nombre des personnes qui fréquentent la Bibliothèque diminue d'une manière sensible. Au lieu de trente à quarante lecteurs que l'on y comptait habituellement les années dernières, on n'en compte guère à présent plus de dix à douze. D'où peut venir un tel changement ? Il ne serait, je crois, pas impossible de le deviner. Je l'attribue quant à moi, sans hésiter, au progrès de l'industrie, au développement de l'esprit mercantile qui s'est emparé de tous les individus. Ce que je remarque à la Bibliothèque, les professeurs le remarquent aussi à la Faculté des lettres. Il y a diminution dans les élèves et moins d'aptitude. Le même effet doit être produit par la même cause.

  • 14 Pierre-Joseph Desault (Vouhenans, près de Lure, 1738–Paris 1795), chirurgien de l'Hôtel-Dieu à Par (...)

2725 juin. — M. Droz, de l’Académie française, voudrait que l'on s’occupât d'ériger une statue à Desault14, le restaurateur de la chirurgie française. L'idée est bonne sans doute, mais l'exécution est impossible dans un pays où malgré tous les efforts de quelques citoyens, le patriotisme s’en va diminuant de jour en jour. Oh ! que je suis content d'être vieux pour ne pas en voir l’anéantissement.

  • 15 Giovanni-Battista Bodoni (1740-1813), imprimeur beauté des caractères de ses éditions, en particul (...)

2826 juin. — M. le conseiller Bourgon est de retour de son voyage d'Italie. Il en a rapporté quelques livres, des autographes dont une lettre de Canova, quelques médailles assez belles et puis c'est tout. Si nous avions fait le voyage ensemble, je crois qu'il l'aurait fait d'une manière plus fructueuse. Il fait hommage à notre Bibliothèque d'un exemplaire des Saisons de Thomson, in 4°, édition du célèbre typographe Bodoni15.

2927 juin. — Le jeune Guyornaud, l'un de nos futurs antiquaires, me mande de Luxeuil qu'il a fait depuis son arrivée dans cette ville la découverte d'un beau vase de marbre qu'il me rapportera pour notre cabinet, et qu'il se propose de faire des excursions archéologiques dont il attend des résultats avantageux. Nous verrons bien.

3028 juin. — M. Sinner, de retour de son voyage à Berne, est venu me voir à la Bibliothèque où nous avons beaucoup parlé des hellénistes et des moyens de ranimer en France le goût des bonnes études. Il m'avait demandé, pour faire voir la Citadelle à son neveu, un billet que j'ai été chercher à l'Etat-major, mais dont l'excessive chaleur ne lui a pas permis de profiter. Venu trop tard pour dîner avec nous, il a fait un vrai repas d’étudiant dans un cabaret de la rue du Chateur, puis est reparti à neuf heures du soir pour Dijon, me laissant son adresse à Paris, rue des Saints-Pères no 14, et me comblant de témoignages d'amitié que je reconnais ne guère mériter.

3129 juin. — M. Génisset, dont la santé donne depuis longtemps les plus vives inquiétudes à ses amis, approche sans s’en douter du terme fatal. Son médecin, Bonnet, m'a dit aujourd'hui que cet excellent homme ne verrait probablement pas la fin du mois de juillet. Tranquille sur son avenir, il n'est occupé que de son cours qu'il se voit à regret forcé de suspendre, et de l'Académie qui fera dans sa personne une perte irréparable. Celte idée me trouble. M. Génisset, avec qui je suis lié de la manière la plus intime depuis plus de trente ans, meurt victime de son zèle infatigable pour le travail, car il n'a que 68 ans.

3230 juin. Hermann et Dorothée, poème de Goethe, traduit en français par Xavier Marinier. Paris, in-16, avec le texte allemand en regard, même format.

Notes

1 Adolphe Brune (1802-1880), originaire de Souvans dans le Jura, fut élève de Gros. Entré à l’Ecole des Beaux-Arts en 1824, il fit de fréquents séjours en Italie. Il exposa aux salons de 1833, 1834 (Tentation de Saint-Antoine), 1835 et 1837.

2 Henri-Charles-Antoine Baron (1816-Genève 1885), élève de Gigoux, avec qui il fit un voyage d'études en Italie, accompagnés de Félix Muguet, connut une certaine célébrité. Il s'établit à Genève où il devait mourir. Son frère, Aimable-Jules Baron (1814-1889), dessinateur et lithographe, encouragé cependant par Weiss, Gigoux et Clésinger, ne réussit pas à s'imposer faute de hardiesse et de caractère.

3 C'est une référence au personnage du jeune chinois Kaout't'Chouk, héros du voyage dans le Paraguay-Roux, publié en 1836 dans la Revue de Paris et à son étape dans une île de Polynésie qu'il baptise Ile de la Civilisation où il découvre des chemins de fer, des caisses d'épargne et un parlement. Dans cette fantaisie, le « Dériseur sensé » s'est souvenu de Montesquieu et de Voltaire et de leurs personnages, Usbek et l'Ingénu.

4 Voir plus haut l'antiquité de la cloche de Belvoir.

5 Durand de Lançon, qui fut receveur des finances à Lure, a été en correspondance avec Weiss : la B.N. conserve plusieurs lettres de Weiss à Durand de Lançon concernant des articles pour la Biographie de Michaud, dans lesquelles le livre apparaît comme une passion commune aux deux correspondants (Kaye, Les correspondants...).

6 Sans doute Antoine-Casimir Ethis, le fils de l'ancien conseiller à la cour royale qui s'intéressait à la peinture.

7 Le personnage déjà cité deux fois par Weiss (le 8 octobre 1834 et le 27 novembre 1836) est le fils du négociant Jean-François Bidal. Malgré ses critiques et ses réserves, Weiss l'encouragea dans ses tentatives pour faire publier ses œuvres (Kaye, Les correspondants...).

8 Thomas Mermet (Vienne 1780-1846), historien. Nicolas Chorier (Vienne 1612-Grenoble 1692), avocat, se consacra à des recherches sur l'histoire du Dauphiné.

9 L'abbé Antoine-Eugène Genoude (Montélimar 1792–Ile d'Hyères 1849), publiciste célèbre et fervent supporter de Louis xviii, avait connu Lamennais. L'imprimerie royale publia de 1821 à 1824 sa Sainte Bible traduite en français d'après les textes sacrés.

10 Jean-Agathe Micaud, beau-père de Léon Brctillot, maire de 1835 à 1843.

11 Alexandre Guénard (né à Loulans-les-Forges), bibliothécaire adjoint de Weiss, publiera en 1843 chez Bintot son Besançon, description historique des monuments et établissements publics de celle ville, réédité plusieurs fois et en 1984 par Renaissance du vieux Besançon. Il sera membre de l'Académie de Besançon en 1849.

12 Weiss avait été l'un des premiers académiciens associés élus dans la séance du 11 septembre 1806 qui marqua la renaissance de l'Académie après les troubles révolutionnaires. Il s'y trouva aux côtés de Faivre d'Arcier, procureur impérial à Saint-Claude, élu en décembre 1805.

13 Le Ta-hio, le premier des quatre livres moraux de la Chine, en chinois, en latin et en français avec le commentaire de Tchou-Hi et des notes.

14 Pierre-Joseph Desault (Vouhenans, près de Lure, 1738–Paris 1795), chirurgien de l'Hôtel-Dieu à Paris, fut le maître de Bichat.

15 Giovanni-Battista Bodoni (1740-1813), imprimeur beauté des caractères de ses éditions, en particulier celle italien célèbre pour la d'Horace et de l'Iliade.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search