Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens d’abord à remercier Serge Wolikow, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bourgogne, pour avoir accepté de diriger cette thèse. Je remercie les membres du jury pour leurs remarques, tout particulièrement François Marcot, son président, pour ses critiques et ses encouragements. Ma gratitude va à Xavier Vigna, professeur à l’université de Paris-Nanterre, pour avoir accepté de rédiger la préface de cet ouvrage. Je remercie Edmond Dziembowski, Jean-Paul Barrière et Yvon Houssais pour avoir accepté de le publier aux Presses universitaires de Franche-Comté, ainsi que France Marchal-Ninosque, directrice de la collection « Annales littéraires » et Jean-Paul Barrière, directeur des PUFC, pour leurs relectures.

2Je pense ensuite à tous ceux qui m’ont aidé à rassembler la documentation. Je reconnais toute ma dette à Yves Cohen pour ses documents sur les militants des années 1920 mais surtout pour ses travaux qui ont ouvert la voie des recherches sur le Pays de Montbéliard. Claude Pennetier, directeur du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français-Mouvement social (URA 1738 du CNRS), m’a permis d’obtenir de précieuses autobiographies de communistes, conservées au RGASPI à Moscou. Je remercie tous ceux, pour la plupart décédés, qui ont bien voulu témoigner sur cette période et ouvrir leurs archives, avec une mention particulière pour Robert Charles, Robert Roth, André et Mauricette Vagneron et leurs collections de photographies.

3Je remercie tout particulièrement François Lassus pour la réalisation des cartes et ses remarques avisées ainsique Maurice Carrez pour sa vigilance. J’aiune pensée pour Chantal Guet-Guillaume, Étienne Mong et Benjamin Sanchez, mes collègues de lycée qui ont relu certains chapitres. Thérèse Garret a traduit une partie des inventaires des archives russes du RGASPI. Je n’oublierai pas la disponibilité du personnel des archives départementales et municipales de Montbéliard, en particulier Myriam Drouhard et Françoise Petot, comme celle de Sophie Lorioz du centre Lucien Febvre de l’université de Franche-Comté pour le travail préparatoire à cette édition.

4Mes pensées vont à tous mes proches qui m’ont soutenu et sans lesquels cet ouvrage n’aurait pu voir le jour.

5Enfin je ne peux terminer sans accorder une place particulière à Jean Charles, décédé en février 2017. Historien du mouvement ouvrier, il m’a encouragé jusqu’à la fin et nombre de pages lui doivent beaucoup. À mon grand regret, il n’aura pas pu lire ce texte, dont il promettait de faire une critique sans concession.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search