Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Conclusion générale

Texte intégral

1L’hétérogénéité et l’instabilité interne au groupe apparaissent comme les principaux obstacles au développement d’une classe ouvrière en France : son unification est donc tardive et incomplète. En Franche-Comté, la forte hérédité sociale et l’ancienneté du travail industriel renforcent l’ancrage d’ouvriers issus des industries rurales. Si l’immigration augmente nettement dans les années 1920, elle alimente essentiellement l’industrie du Pays de Montbéliard. Les effets de l’industrialisation demeurent localisés et jusqu’au milieu du xxe siècle, ils ne remettent pas en cause le caractère très rural du département du Doubs. C’est à partir de la fin des années 1940 que le double phénomène d’émigration rurale et de diminution des actifs agricoles nourrit vraiment la croissance de la main-d’œuvre et précipite une ample recomposition de la classe. À Besançon, ces nouveaux venus alimentent les emplois du tertiaire et la masse des ouvriers spécialisés, les femmes des usines horlogères et de confection, les hommes de la Rhodia-Ceta.

  • 1 Une partie des ouvriers issus des campagnes du Massif central garde une attitude conservatrice tand (...)

2Le passage à la condition ouvrière se fait donc souvent sur place. Des ouvriers ruraux se déplacent chaque semaine ou chaque jour pour se concentrer dans les grandes usines, ce qui peut renforcer l’homogénéité du groupe. En même temps, la croissance des effectifs de l’usine Peugeot de Sochaux amplifie également la dissociation entre lieu de résidence et lieu de travail qui rend possible une conscience duale. Le phénomène est bien connu en Europe occidentale avec l’extension des banlieues à partir du début du xxe siècle, mais il se déploie ici dans une partie de l’espace rural, une situation souvent présente en France. Dans ces conditions, même ceux qui s’ouvrent à la lutte sociale dans l’usine à partir de 1936 s’insèrent assez peu dans les réseaux syndicaux et politiques qui se structurent en son sein. Dans l’espace résidentiel, ils redeviennent des résidents, intégrés dans des réseaux de sociabilité villageoise restés sous l’emprise des forces conservatrices. En cela, ils se rapprochent davantage d’une partie des ouvriers de Michelin ou d’Alsace que des ouvriers ruraux des environs de Saint-Nazaire ou de la baie de Somme1.

3Avec ses horlogers et ses derniers tireurs de sel, ses ruraux et ses immigrés, ses chrétiens et ses anticléricaux, ce monde ouvrier comportait bien des cultures distinctes. Pourtant comme à l’échelle nationale, une grande partie des ouvriers est parvenue à échapper au cloisonnement, à se hisser à la conscience de former une classe et même d’être une « classe mobilisée ». Certes ils ont le plus souvent composé avec leur situation de dominés, mais d’eux-mêmes, de manière individuelle et collective, ils ont également agi et réagi face aux capitalistes et à l’État. Le développement d’organisations autonomes témoigne ainsi de solidarités qui leur permettent d’agir collectivement et de se reconnaître dans une chaîne de métiers, d’origines et d’expériences diverses. Cette unité vécue peut déboucher sur une aspiration à transformer la société, à mettre fin à la domination capitaliste. Et ce processus se répète, car la conscience de classe ouvrière ne s’acquiert, ni une fois pour toutes, ni une fois pour tous.

4À Besançon, cet éveil commence dans les années 1890, d’abord pour les fractions les plus qualifiées. Comme à l’échelle nationale, ce qui frappe d’abord, c’est le silence des grandes usines jusqu’au début du xxe siècle, non celui des ouvriers des nébuleuses industrielles, celles du Haut-Doubs ou du Haut-Jura. Ainsi, après l’explosion de 1899, il faut attendre 1917 pour que les ouvriers du Pays de Montbéliard brisent à nouveau la banquise patronale. Une grande partie d’entre eux prend conscience de constituer une force capable de s’opposer au grand patronat. Avec une main-d’œuvre moins renouvelée que dans la sidérurgie lorraine et un paternalisme devenu moins efficace que chez Schneider ou Michelin, les ouvriers montbéliardais et belfortains se mobilisent plus que ceux de ces foyers de mono-industrie. Ils prennent confiance dans leur capacité à agir au-delà de l’espace local, celui de l’usine et de la commune, mais pour quelques années seulement.

  • 2 Y.-C. Lequin, Mouvement ouvrier et conjoncture économique, op. cit., p. 96.

5Les grèves sont loin d’être le seul mode de reconnaissance, mais elles jouent un rôle essentiel dans la conscience d’appartenir à une même classe mobilisée. Il n’y a pas à proprement parler de croissance à long terme de leur fréquence, mais une gigantesque poussée se manifeste en 1936 puis de manière moins marquée mais plus longuement de 1947 à 19502. Elle ne fait pas disparaître les inégalités géographiques et sectorielles, la propension à la grève s’affirmant surtout dans la métallurgie et dans le Pays de Montbéliard. Mais, à plusieurs reprises, l’extension des mobilisations et le succès des grèves de solidarité témoignent de la progression de ce mode d’action. Les métallurgistes en 1920 et 1950, rejoints en 1947 et 1948 par les salariés du textile, se mettent en grève dans tout le Pays de Montbéliard et le Territoire-de-Belfort. En 1936 et 1968, les grévistes s’intègrent dans un mouvement national. La propension à la grève diminue à partir du début des années 1950, mais de nouvelles grèves opiniâtres éclatent dans la décennie suivante à Sochaux et à Besançon (Rhodia-Ceta, puis Lip).

  • 3 N. Renahy, Les gars du coin, op. cit.

6Même dans ces moments exceptionnels, l’unité de classe ne va pas de soi et doit être sans cesse affirmée. La CGT a cherché à dépasser la diversité des métiers et des établissements en constituant des Unions de syndicats. Lors des périodes de forte croissance des effectifs syndicaux, la dispersion des ouvriers entre les petites usines et les plus grandes n’est pas un obstacle insurmontable, du moins à l’échelle du Pays de Montbéliard. Primauté de la métallurgie, proximité géographique des lieux de travail doublée par des conditions de résidence assez similaires facilitent les liens et des vues communes. Dans ce « vieux monde ouvrier », les petits syndicats des métaux ou du bois s’intègrent bien dans la vie des UL, même si la logique des fédérations d’industrie l’emporte. Ailleurs, les liens sont plus difficiles à établir, en particulier dans les communes isolées, où l’adhésion au syndicat sert d’abord l’affirmation d’une identité ouvrière fortement intégrée à l’espace local3. Par leur origine sociale et géographique, les militants de la CGT apparaissent bien ancrés parmi les ouvriers. Mais on ne saurait oublier à leurs côtés le rôle des horlogers suisses dans la naissance du syndicalisme bisontin, celui des communistes italiens dans la Résistance ou la forte participation des Indochinois et des Algériens aux grèves de l’après-guerre chez Peugeot.

7Pour renforcer son unification, le mouvement ouvrier se dote d’une Maison du peuple à Besançon. Mais nulle part il n’arrive à construire un pôle comparable à celles de Saint-Claude ou du département du Nord, institutions qui font figure d’exception à l’échelle française, où les Maisons du peuple ne peuvent jouer le rôle qu’elles tiennent ailleurs, surtout en Europe du Nord où elles ont beaucoup compté dans l’émergence d’une contre-société ouvrière.

8Des oppositions idéologiques parfois très vives traversent le mouvement ouvrier. Dans le Doubs, le courant qui garde l’objectif du renversement du capitalisme et de la prise du pouvoir par les ouvriers eux-mêmes ne réussit pas à se structurer clairement au lendemain de la Grande Guerre. Hors d’une crise sociale, cette clarification politique soulève bien des difficultés et demande du temps. Elle se heurte notamment aux tendances à l’autonomie syndicale qui demeurent fortes à Montbéliard comme à Besançon. À partir de 1924, les orientations et méthodes de l’Internationale communiste évoluent sous la mainmise du stalinisme. Celle-ci impose une politique aventuriste ou des alliances paralysantes qui isolent et démoralisent. Le principal obstacle à la transformation de ces groupes de militants en révolutionnaires vraiment communistes vient donc de la politique menée par la direction du PCF.

  • 4 « Dans la lignée de Guy Mollet, Minjoz et Pagnier réclament une politique de force en Algérie : voi (...)
  • 5 B. Ponçot, Besançon à l’ heure de la décolonisation, op. cit.

9L’échelle départementale nous a permis de mesurer combien les courants réformistes demeurent majoritaires et variés dans leurs conceptions comme leurs pratiques. Même avant 1914, l’internationalisme socialiste ne pénètre pratiquement pas ce département. Ralliés à la défense nationale et au gouvernement pendant la Grande Guerre, ces composantes évoluent jusqu’à accepter l’État tel qu’il est et la colonisation. Dans les années 1950, plusieurs responsables socialistes approuvent la répression en Algérie4 quand d’autres soutiennent activement les indépendantistes5. À Besançon, l’influence durable des militants confédérés témoigne de l’adhésion à un syndicalisme à la fois revendicatif et intégré à l’État. À partir de 1945, c’est l’ensemble de la CGT, désormais influencée par les communistes, qui s’engage au sein des nouvelles institutions de l’État social.

  • 6 X. Vigna, Histoire des ouvriers en France, op. cit., p. 230-231.
  • 7 G. Michelat, M. Simon, Classe, religions,op. cit., p. 464.

10Le PCF sort de son isolement en 1936, à la faveur des grèves et non des élections. Le cas du Doubs illustre le fait que l’identification de la classe ouvrière avec le couple CGT/PCF n’a jamais fonctionné à l’échelle du pays malgré la progression de l’un et de l’autre6. Ici l’adhésion à la CGT ne se double pas d’un vote communiste massif comme dans d’autres territoires ouvriers dans les années 1950 : région parisienne, Bouches-du-Rhône, bassin de Longwy… À l’évidence, un fort pourcentage d’ouvriers dans la composition de la population active est loin d’être suffisant pour assurer le succès de cette combinaison. Le travail communiste de politisation des classes populaires ne s’avère un peu plus efficace que dans quelques communes du Pays de Montbéliard. Phénomène bien identifié, cet ancrage déterminé par la matrice ouvrière apparaît fortement contraint par le maintien des traditions chrétiennes7. Hormis à Besançon pour les socialistes et à Audincourt pour les communistes, leurs positions sont fragiles dans les autres villes, presque inexistantes dans les campagnes.

  • 8 Bruno Béthouart, « La naissance du syndicalisme chrétien dans le Pas-de-Calais (1913-1939) », Le Mo (...)
  • 9 Luc Berlivet, Frédéric Sawicki, « La foi dans l’engagement. Les militants syndicalistes CFTC de Bre (...)

11Le Doubs appartient également à ces terres ouvrières où la CFTC s’enracine. C’est véritablement à partir de 1936, et plus encore après la Seconde Guerre mondiale, que des chrétiens participent aux luttes sociales, donc plus tard que dans le Nord et le Pas-de-Calais8, mais un peu plus tôt qu’en Bretagne9 ou en Alsace. Les adhérents de la CFTC affirment une identité à la fois ouvrière, catholique et conservatrice, l’évolution un peu plus à gauche sur le plan politique se concrétisant à partir du milieu des années 1950, suivie par un passage très majoritaire à la CFDT en 1964.

12Depuis le début du siècle, le renouveau catholique a servi le renforcement d’une droite qui a de fortes assises populaires et culmine à l’ère du gaullisme. Ce département témoigne ainsi de la permanence en France d’une fraction importante d’ouvriers conservateurs. Une telle situation ne saurait étonner compte tenu des configurations locales de la classe et de l’ancienneté du sentiment national. Mais nous avons vu qu’ils ne constituent jamais un bloc inébranlable.

Notes

1 Une partie des ouvriers issus des campagnes du Massif central garde une attitude conservatrice tandis que les ouvriers ruraux des chantiers navals de Saint-Nazaire ou de la baie de Somme votent longtemps pour le PCF : A. Gueslin, Les hommes du pneu, op. cit. ; J. Mischi, Servir la classe ouvrière, op. cit.

2 Y.-C. Lequin, Mouvement ouvrier et conjoncture économique, op. cit., p. 96.

3 N. Renahy, Les gars du coin, op. cit.

4 « Dans la lignée de Guy Mollet, Minjoz et Pagnier réclament une politique de force en Algérie : voir Infra, p. 466. DBMOF-Mouvement social, op. cit., notices Jean Minjoz et Jules Pagnier. Cette dimension n’apparaît pas dans l’ouvrage de Daniel Lonchampt, Trois hommes de cœur et de conviction, Philippe Grenier, Raymond Vauthier et Jules Pagnier, op. cit.

5 B. Ponçot, Besançon à l’ heure de la décolonisation, op. cit.

6 X. Vigna, Histoire des ouvriers en France, op. cit., p. 230-231.

7 G. Michelat, M. Simon, Classe, religions, op. cit., p. 464.

8 Bruno Béthouart, « La naissance du syndicalisme chrétien dans le Pas-de-Calais (1913-1939) », Le Mouvement social, n° 174, 1996, p. 75-95.

9 Luc Berlivet, Frédéric Sawicki, « La foi dans l’engagement. Les militants syndicalistes CFTC de Bretagne dans l’après-guerre », art. cité.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search