Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Troisième partie. Espoirs, épreuves et désillusions : l’affirmation de la classe ouvrière de 1934 à 1950

Conclusion

Texte intégral

1Si on ne se contente pas de tout expliquer par un adversaire irrémédiablement plus fort, un bilan s’impose pour cette période d’affirmation de la classe ouvrière, celui des choix des partis qui prétendaient la représenter. En 1935, le rapprochement des socialistes et des communistes avec le parti radical a brouillé les repères politiques : quel bénéfice les ouvriers ont-ils tiré d’une alliance électorale avec un parti qui n’a cessé de s’opposer à leurs actions ? En arrêtant les grèves en 1936, les dirigeants du parti communiste, du parti socialiste et de la CGT brisent la capacité d’action propre des ouvriers. Et à la Libération, la CGT forte de près de 4 millions d’adhérents choisit à nouveau de ne pas s’appuyer sur leur force collective pour peser sur les classes dirigeantes et l’État. La reconstruction du pays se fait sans le contrôle des travailleurs : ils sont appelés à fournir leurs bras mais à se taire sur ses objectifs et ses modalités.

  • 1 Entre 1948 et 1952, l’Italie compte 156 manifestations violentes contre 48 en France : Marc Lazar, (...)
  • 2 Nous rejoignons Xavier Vigna en désaccord sur cette analyse proposée par Gérard Noiriel, Les ouvrie (...)
  • 3 Robert Goetz-Girey, Le mouvement des grèves en France, Paris, Éditions Sirey, 1965.

2Des années 1930 au début des années 1950, l’affirmation de la classe ouvrière n’a rien de linéaire. Malgré les épreuves de la guerre, les éléments d’identité sociale et politique ne disparaissent pas : ils comptent pour ceux qui s’opposent au STO tandis que nombre d’ouvriers qui ont vécu les grèves de 1936 participent plus facilement à celles de l’après-guerre. Cette réactivation et transmission d’un héritage s’avère plus nette que ce que nous avons pu observer entre la période 1917-1921 et celle du Front populaire. En 1945- 1946, la croissance des effectifs de la CGT se situe dans la continuité de celle de 1936-1938, même si une certaine « désouvriérisation » s’amorce. Des fonctionnaires, du moins à Besançon, et certains ouvriers des villages se tournent vers le syndicalisme confédéré, compensant le recul constaté dans certaines grandes usines. Même si le renforcement des syndicats reste très inégal et ne dure pas, il souligne la reconnaissance d’une représentation syndicale interprofessionnelle dans la durée. Le « groupe central de la classe ouvrière » résiste donc autour des métallurgistes. Entre 1947 et 1950, ceux du Pays de Montbéliard et du Territoire de Belfort s’insèrent dans les luttes revendicatives qui entraînent les grandes régions industrielles de France, de Belgique et d’Italie. Mais dans le Doubs comme à l’échelle française, la conflictualité reste beaucoup moins marquée et moins durable que dans la péninsule, avec également moins d’affrontements lors des conflits du travail1. Cette continuité d’expériences ne touche qu’une partie de la classe et il nous semble difficile de parler d’une « génération sociale singulière2 ». La dispersion géographique d’une grande partie des ouvriers et la diversité des idéologies auxquelles ils adhèrent réduisent la portée de cette notion. L’ensemble d’individus ayant vécu les mêmes expériences fondatrices nous apparaît singulièrement limité. À partir du début des années 1950, les organisations sont à nouveau confrontées au défi d’unifier des ouvriers d’origines et d’expériences fort diverses, tandis que la propension à la grève redevient assez faible dans le Doubs3.

Notes

1 Entre 1948 et 1952, l’Italie compte 156 manifestations violentes contre 48 en France : Marc Lazar, L’Italie sur le fil du rasoir. Changements et continuités de l’Italie contemporaine, Perrin, 2008, p. 107.

2 Nous rejoignons Xavier Vigna en désaccord sur cette analyse proposée par Gérard Noiriel, Les ouvriers, op. cit., p. 195-210. X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 178-179.

3 Robert Goetz-Girey, Le mouvement des grèves en France, Paris, Éditions Sirey, 1965.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search