Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Troisième partie. Espoirs, épreuves et désillusions : l’affirmation de la classe ouvrière de 1934 à 1950

Chapitre 11. Syndicalisme et luttes sociales de 1945 à 1950

Texte intégral

1À la Libération, le Doubs présente à nouveau une situation politique assez singulière. Partout, ou presque, la droite classique est balayée, tandis qu’ici, elle se renouvelle en conservant deux sièges de députés sur quatre sous l’étiquette du Parti Républicain de la Liberté (PRL), mené par les de Moustier qui ont gagné en prestige par leur action durant la guerre. Si le Mouvement Républicain Populaire (MRP) s’envole nationalement, il n’obtient pas de député et seulement le sixième des voix. Par rapport à 1936, la droite recule nettement en milieu ouvrier. Les scores des socialistes et des communistes progressent, mais moins qu’au plan national pour les seconds : ils restent au quatrième rang dans le Doubs alors qu’ils sont les grands vainqueurs en Haute-Saône. En 1944-1945, socialistes et communistes accompagnent la restauration de l’État. Ils contribuent à lui redonner du crédit et entretiennent l’idée d’un État arbitre entre les classes.

  • 1 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en (...)

2Dans ce contexte, la forte poussée syndicale de l’après-guerre entraîne-t-elle une “désouvriérisation” de la CGT ? La France est le théâtre de puissantes luttes sociales entre le printemps 1947 et le début des années 1950. Très éloigné des configurations de Marseille, du Nord et de la région parisienne, le cas du Doubs permet de compléter nos connaissances sur ces mobilisations longtemps refoulées et encore assez méconnues1.

La CGT de 1945 à 1947

3Au sein de la CGT réunifiée, les ex-unitaires sont devenus majoritaires aux dépens des ex-confédérés réduits à un rôle secondaire. En 1945, ces derniers conservent seulement quelques fédérations et une quinzaine d’UD, dont celle du Doubs où ils disposent d’une influence prépondérante dans le sud du département. Le renforcement de la CGT et son engagement dans de nouveaux champs d’action sont inséparables de son orientation principale, partagée avec le PCF et l’ensemble des forces politiques, résumé par la formule : « gagner la Bataille de la production ». Mais face aux difficultés du ravitaillement et au blocage des salaires, des travailleurs manifestent bientôt leur mécontentement.

Une vague d’adhésions presque aussi forte qu’en 1936-1937

  • 2 A. Prost, « Les effectifs de la CGT en 1945 », dans A. Prost, Autour du Front populaire, op. cit., (...)
  • 3 AP Roth, « congrès UD CGT mai 1946 ».

4En 1945, la CGT rassemble 3 775 000 adhérents, chiffre de peu inférieur à celui de 19372. À l’échelle nationale, le nombre de syndiqués diminue dans les branches ouvrières mais augmente parmi les ouvriers agricoles, les fonctionnaires et les services publics. L’UD du Doubs compte 21 200 adhérents en 1945. Comme dans d’autres départements, ce recul par rapport aux chiffres de 1937 s’explique notamment par la désorganisation économique qui touche en particulier les ouvriers de l’industrie, mais aussi par les conséquences de la guerre sur les organisations. Dans le Pays de Montbéliard où se concentraient une large part des effectifs, les militants manquent et les structures tardent à se remettre en place. Il existe un net décalage dans le temps entre le mouvement de reprise des cartes au niveau national et celui constaté à cette échelle. Il faut attendre l’année suivante pour que les effectifs remontent nettement pour atteindre 32 168 adhérents3.

  • 4 ADD, 145 J, CEMO, « CGT », Bilan dressé pour le congrès de l’UD, avril 1937.
  • 5 ADD, 145 J, CEMO, « CGT », Cahiers « trésorerie syndicat des métaux de Sochaux », janvier-octobre19 (...)

5En valeur absolue, la poussée syndicale de 1936-1937, avec 38 790 adhérents pour l’UD, était plus massive. Le syndicat des métaux de Sochaux rassemblait 8 000 cotisants sur 12 500 salariés, soit près de deux sur trois4. En avril 1946, la proportion de syndiqués s’avère inférieure avec environ 4 500 adhérents pour 8 200 travailleurs5. Si le caractère rapide et massif des adhésions en 1936 a marqué les contemporains, celles de 1945 se font de manière progressive en fonction de la reprise des embauches. Le syndicat s’adresse alors à un groupe fortement déstructuré. La syndicalisation touche plus rapidement et plus nettement les ateliers d’outillage, qui reprennent le travail les premiers avec 900 cartes en janvier 1945, que l’usine de carrosserie et les ouvriers professionnels adhèrent plus facilement que les ouvriers spécialisés. Ces nouveaux ouvriers sont confrontés au choix de l’adhésion syndicale, non plus dans le contexte des espoirs de la fin de la guerre, mais lorsque les premiers doutes sur les possibilités d’amélioration de leur condition apparaissent. Une partie des ouvriers choisit alors de ne pas rejoindre la CGT. Ces facteurs contribuent à diluer la croissance syndicale dans cette grande usine. De plus, ces gros syndicats n’ont pas de vie interne, avec peu de réunions.

  • 6 Pour obtenir ces résultats, nous avons confronté le chiffre d’adhérents aux données du recensement (...)

6Dans ce département, le taux de syndicalisation à la CGT s’élève à presque un membre de la CGT pour deux actifs de la catégorie ouvriers, employés et cadres inférieurs, soit un taux légèrement supérieur à celui de 43 % observé pour l’ensemble des organisations syndicales à l’échelle nationale6. Dans la métallurgie, il rattrape celui de 1937, avec 62 % du total des ouvriers et employés qui adhèrent à la CGT. Pour cette branche, le mouvement d’adhésion de 1946 s’avère donc aussi important que celui de 1936-1937. Le nombre de syndicats passe de 119 en 1945 à 172 l’année suivante. Le réseau des UL permet d’élargir l’implantation sur le plan géographique. En 1947, 72 communes du département comptent au moins un syndicat contre 49 en 1937, avec une extension dans les villages de métallurgistes et les chantiers du bâtiment. L’adhésion au syndicat sert alors l’affirmation d’une identité ouvrière fortement intégrée à l’espace local et à l’entreprise. Quand une certaine proximité avec l’encadrement et le patron existe, les adhérents de ces communes isolées cherchent moins à se rapprocher des syndicats des autres localités ou à inverser les rapports de classe. Ils restent souvent à l’écart des mobilisations collectives appelées par leurs instances départementales ou confédérales.

7Les cotisants du secteur privé dominent à nouveau très largement au lendemain de la guerre et près des trois quarts d’entre eux travaillent dans l’industrie en 1946. Cette situation diffère de ce qui s’observe à l’échelle confédérale, où la part des ouvriers d’industrie recule sensiblement par rapport à la situation de 1937 ; ils représentaient alors 50 % de l’effectif.

  • 7 AP Roth, « congrès UD CGT mai 1946 ».

8Les plus nombreux, ceux de la métallurgie, se répartissent entre deux Fédérations, d’une part celle de la bijouterie, des industries et des métiers d’art, comprenant ici uniquement des travailleurs de l’horlogerie, et d’autre part celle des métaux proprement dits. Avec 13 660 syndiqués, la Fédération de la métallurgie regroupe à elle seule 42 % du total des cotisants du département en 19467. Ces métallos se localisent essentiellement dans le Pays de Montbéliard. Mais les grandes usines ne sont ni les seules, ni les plus touchées par la syndicalisation. En 1946, la CGT recrute massivement dans de petites entreprises, notamment certaines qui n’avaient pas été touchées en 1936, tels les laminoirs de Vuillafans, avec 60 cotisants sur 67 ouvriers, la tréfilerie de Chenecey-Buillon, 40 sur 52… Le syndicalisme CGT rejoint une configuration connue dans les Ardennes depuis plus longtemps, mais que bien d’autres départements d’industries diffuses n’atteignent pas, loin s’en faut. De même, plusieurs syndicats importants s’appuient sur des sections d’établissements de petite taille. Par exemple, le syndicat des métaux de Seloncourt réunit 11 sections en 1946-1947, soit nettement plus qu’en 1937, dans une ville qui compte seulement 6 établissements de plus de 50 salariés. Cette extension du syndicalisme permet de compenser en partie la diminution des effectifs constatée dans les grands établissements.

9Pour sa part, la Fédération des industries et métiers d’art rassemble 2 044 cotisants. Les traditions syndicales des horlogers sont anciennes mais le taux de syndicalisation de cette branche (38 %) s’avère plus faible que celui de l’ensemble de la métallurgie. Robert Charles eut des discussions enflammées avec Sancier, le dirigeant de cette Fédération, au sujet de l’organisation des travailleurs des petites usines :

  • 8 Entretien avec Robert Charles.

Il venait du syndicat du Bijou de Paris, dominé par les anarchistes. C’était le syndicat des batteurs d’or, des joailliers, des métiers d’art. Ils étaient bien payés. Nous avions deux conceptions opposées : lui, la « qualité », et nous ici, c’était plutôt le « syndicalisme de masse ». Une fois, j’ai emmené Sancier à une réunion syndicale à Damprichard. C’étaient des polisseurs, il n’y avait pas de douche, ils sortaient du boulot noirs comme des ramoneurs. Et lui, avec son accent parigot : « C’est ça les métiers d’art ? Regarde-moi ces gueules ! ». C’était l’aristocratie ouvrière qui venait voir les pauvres cons des campagnes reculées. Il ne comprenait pas qu’on soit à égalité avec lui dans la Fédération8.

10Il s’agit là des souvenirs d’un militant formé à l’école de la CGTU, ouvert très tôt aux pratiques d’un syndicalisme s’adressant à toutes les catégories. Mais dans les années 1940, bien des horlogers les plus qualifiés partagent sans doute encore les réflexes corporatistes d’un Sancier. Évoqué plusieurs fois, le projet de rassembler horlogers et métallurgistes dans une même Fédération, pour tenir compte des évolutions industrielles, se heurte à des résistances avant d’aboutir au début des années 1960.

  • 9 ADD, 95 J 2, Cahier « compte individuel des adhérents, fédération du bâtiment et des travaux public (...)
  • 10 Entretien avec Robert Charles et Liste des syndicats pour les congrès départementaux (1945-1950).

11Derrière la métallurgie suivent les travailleurs du bâtiment. Les deux Fédérations des travailleurs du bâtiment et du bois qui fusionnent en 1946 comptent environ 1 800 adhérents. Du fait de leur rôle dans la reconstruction des infrastructures du pays, les salariés du bâtiment se trouvent en meilleure posture que d’autres catégories pour se défendre et imposent des négociations sur les salaires et les conditions de travail. Le syndicat de Besançon rassemble à lui seul la moitié de l’effectif départemental. Depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale, le zingueur Georges Vagneron, le tailleur de pierre Francis Cussey, le serrurier Victor Sanglard, le charpentier Louis Carmien et d’autres ont développé une vie syndicale dans cette branche. Cette organisation rassemble 960 cotisants en 1946, dont seulement 57 adhérents déjà membres en 1936. La moitié d’entre eux témoigne d’un engagement très sérieux avec onze ou douze timbres payés par an tandis qu’un peu plus du quart en prennent moins de six9. Cette belle régularité dans le paiement du timbre mensuel tranche avec les formes d’adhésion plus aléatoires des années 1920-1930, mais elle ne dure pas au-delà de 1947. À la dispersion de la main-d’œuvre sur les chantiers et dans les scieries, les syndicalistes répondent par des efforts spécifiques. Robert Charles, secrétaire de l’UL de Morteau, visite les scieries du Haut-Doubs et trouve des adhérents pour créer plusieurs syndicats du bois10. Le réseau s’étend avec 41 syndicats, fédérés par une structure départementale, l’Union des Syndicats du Bois et du Bâtiment (USBB), et un permanent syndical, Michel Guillemin, un menuisier communiste bisontin. C’est dans la branche du papier-carton que la CGT atteint un sommet pour le taux de densité syndicale avec 78 adhérents pour 100 ouvriers, employés et cadres inférieurs recensés en 1946. À l’opposé, elle ne pénètre pratiquement pas les industries diverses et le reste du secteur privé hors de Besançon. Dans cette ville, elle organise une centaine d’employés de commerce, quand les syndicats des hôtels-restaurants, boulangers et coiffeurs comptent chacun autour d’une soixantaine d’adhérents.

  • 11 A. Prost, « Les effectifs de la CGT en 1945 », art. cité, p. 221.

12Au plan national, si les Fédérations du secteur secondaire apparaissent parmi les plus importantes, celles des services figurent aussi en très bonne place avec les PTT, l’enseignement et l’administration générale. Après la guerre, les salariés de l’État s’investissent fortement dans le syndicalisme. Le groupe des travailleurs à statut (cheminots, employés de l’électricité, salariés de l’État…) a progressé et, à l’intérieur de celui-ci, le poids des Fédérations de fonctionnaires devient écrasant11. Cette situation s’explique par les causes de la poussée syndicale, différentes de celles de 1936. À cette date, la CGT s’était renforcée pendant et après des mobilisations sociales. En 1944-1947, le contexte est marqué par la sortie de la guerre et la CGT peut donc rassembler des salariés de toutes les branches d’activité. La loi sur le statut général de la Fonction publique du 19 octobre 1946 accorde aux fonctionnaires le droit de grève, la liberté d’opinion et une reconnaissance légale à leurs syndicats. En 1945, la CGT fonde l’Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires (UGff) qui regroupe les organisations propres à chaque catégorie. Elle n’entend pas se couper du syndicalisme ouvrier et se veut, en même temps, moteur d’un syndicalisme de fonctionnaires éclaté.

13Dans le Doubs, les adhérents des services occupent un quart de l’effectif de l’UD en 1946. Pris globalement, ce secteur apparaît véritablement sous-syndicalisé, bien qu’il comprenne les cheminots qui adhèrent massivement à la CGT. La croissance de l’UL de Besançon, passant de 6 500 cotisants en 1937 à plus de 10 000 en 1946, soit presque le tiers des effectifs de la CGT dans le département, témoigne de la progression dans ces secteurs. Ces travailleurs représentent alors 64 % de ce total, dont plus de la moitié pour les seuls syndicats des PTT, des cheminots, de la SFME, la principale entreprise de production et distribution d’électricité avant la nationalisation. À l’échelle départementale, les progrès dans les services publics demeurent beaucoup plus modestes.

14La reconstitution des syndicats s’accompagne d’un très net renouvellement des secrétaires. De 36 ans en 1945, l’âge médian des secrétaires de syndicat s’avère plus élevé que celui de leurs homologues de 1936-1937. Par ailleurs, il n’y a plus d’opposition entre un groupe relativement jeune à la tête des syndicats et une direction départementale (CA de l’UD) plus âgée, comme ce fut le cas en 1937. La vague de syndicalisation de l’après-guerre semble rassembler des militants d’origine sociale assez diversifiée, parmi lesquels le groupe ouvrier central (les ouvriers qualifiés de la métallurgie), stabilisé dans les années 1930, demeure majoritaire.

  • 12 Nous avions des données pour plus des trois quarts des secrétaires de 1919 et 1937, mais seulement (...)

Tableau n° 16 : Profession des pères de secrétaires de syndicats CGT 1919-194612

Profession 1919 1937 1946
Ouvrier 11 36 28
Employé 2 8 10
Journalier agricole ou agriculteur exploitant 7 2 4
Commerçant, artisan, industriel 7 2 4
Total 27 48 46
  • 13 Avec 11 nouveaux représentants sur 20 : ADD, 95 J 2, Registre des procès-verbaux des réunions de la (...)

15Le syndicat CGT de Sochaux connaît un renouvellement élevé et continu à la fois des membres du conseil syndical et des délégués du personnel entre 1945 et 1950. Pour ces derniers, le taux de renouvellement est presque total entre 1938 et 1945 puis à nouveau entre 1946 et 1950. De même, c’est une nouvelle génération qui dirige le syndicat, même s’il ne s’agit pas pour autant de « nouveaux » militants, car une partie d’entre eux étaient déjà membres du syndicat ou exerçaient des fonctions à la base. La scission de 1948 renforce à nouveau ce turn over. Il faut attendre le début des années 1950 pour qu’une direction stable apparaisse autour d’Oreste Pintucci, Marcel Voisard et d’autres, le premier restant secrétaire général du syndicat jusqu’en 1969. Au niveau des instances de l’UD, le renouvellement de la commission administrative paraît important, mais moins marqué qu’au niveau des secrétaires de syndicat. Il ne s’agit pas de nouveaux venus au syndicalisme, puisque près d’un tiers d’entre eux participait déjà aux instances départementales avant 1939, et c’est d’autant plus vrai au niveau du bureau13. Cette dynamique ne conduit pas à un rajeunissement de ces responsables : situé à quarante ans, l’âge médian demeure le même qu’en 1939. C’est un chiffre élevé, résultant de l’absence de jeunes de moins de trente ans ; la direction départementale reste aux mains de militants relativement âgés. La composition socioprofessionnelle de la nouvelle direction n’est pas modifiée de façon significative, si ce n’est le renforcement de la représentation des cheminots. Notons enfin que la CGT dispose ici d’au moins dix postes de permanents complets.

Gagner la Bataille de la production ?

16De l’automne 1944 au début de l’année 1947, l’orientation principale de la CGT se résume à la formule « Gagner la Bataille de la production ». Dès septembre 1944, De Gaulle, le MRP, le PCF et la SfiO s’accordent tous sur la nécessité de reconstruire l’appareil productif, d’abord les chemins de fer largement détruits et la production charbonnière. Les communistes et la CGT, comme les socialistes, utilisent leur influence pour engager le monde du travail dans cette voie. Le 10 septembre, Benoît Frachon énonce la stratégie de la CGT fondée sur un double objectif : « achever victorieusement la guerre, construire notre économie ». Il faut produire ! En 1945-1946, les autorités martèlent cet impératif dans les discours, la presse, à la radio, sur les lieux de travail. Une affiche gouvernementale claironne même : « Retroussons nos manches ! ». Responsables syndicaux et communistes, préfets ou commissaires de la République protestent régulièrement contre l’extrême lenteur de la reconstruction. Toutes les forces politiques, le patronat et les responsables de l’État s’adressent aux ouvriers pour qu’ils intensifient et allongent la durée du travail. Ce thème domine le congrès du PCF de 1945. Ce parti justifie les efforts demandés par sa volonté de faire jouer à la classe ouvrière française le rôle de l’avant-garde de la nation, garante de la démocratie et de l’indépendance du pays. Pour Bideaux, secrétaire de la Fédération du Doubs et du Territoire de Belfort :

  • 14 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 15/09/1945.

Travailler, c’est servir le pays, mais c’est aussi lutter contre les trusts qui luttent contre les forces nationales, contre la Nation […] En produisant, on lutte pour la démocratie, pour l’indépendance nationale et contre l’abaissement de la France au rang de puissance secondaire14.

  • 15 Témoignage de Georges Gauchet.

17Pour la CGT et le PCF, seule l’augmentation de la production peut améliorer le niveau de vie des classes populaires. À partir de ce constat, l’hebdomadaire cégétiste Le Peuple du 16 décembre 1944 franchit le pas : « Nos organisations doivent faire comprendre à leurs membres que le devoir de l’heure est de travailler d’abord et de revendiquer ensuite ». Des militants déclinent cette formule avec leurs mots, « Avant de partager la soupe, il faut déjà remplir la soupière » par exemple15.

  • 16 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 201.

18Pour sa part, la SfiO a une attitude fluctuante sur cette orientation. Elle la défend autant que le PCF tant que la guerre n’est pas terminée. Puis dans quelques régions, sa presse locale appuie certains minoritaires de la CGT qui protestent contre les efforts demandés. Dans le Doubs, ses responsables ne la remettent pas en cause. Si le congrès de la SfiO d’août 1945 rejette la Bataille de la production, ce positionnement apparaît en porte-à-faux avec le discours des ministres socialistes qui font les mêmes appels à travailler que les communistes16. En février 1946, à la formation du gouvernement autour de l’alliance MRP-SfiO-PCF, le parti socialiste s’engage à nouveau dans cette « bataille ».

  • 17 Ainsi s’exprime Monmousseau dans sa préface à la brochure de Frachon, La Bataille de la production, (...)

19Majoritaires de la CGT et PCF imposent fermement leur choix. Face aux critiques, Monmousseau s’en prend aux « éléments trotskistes qui n’ont pas manqué d’intervenir au nom d’une fallacieuse question de principe, afin de détourner les travailleurs de leur devoir patriotique17 ». Candidat aux élections législatives de mai 1946, Robert Charles attaque la gauche socialiste :

  • 18 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 7/05/1946.

Toutes les déclarations de certains « ultra-révolutionnaires », allant proclamer que l’effort des ouvriers ne profitait qu’aux patrons, ne sont que de la démagogie, et rejoignent d’ailleurs la position des trusts qui sabotent la reprise économique avec d’autres méthodes ; d’ailleurs regardez-les et essayez de vous souvenir de la position qu’avaient ces prétendus « révolutionnaires » au moment de Munich, et jusqu’à la guerre : ils étaient « munichois », et répandaient dans la classe ouvrière, la honteuse formule « plutôt la servitude que la guerre »18.

20Pour atteindre la crédibilité des minoritaires de la CGT, il oppose leur récente ardeur revendicative à leur position d’avant-guerre. Au lendemain de l’Occupation, ce rappel de l’alignement d’une grande partie des ex-confédérés du Doubs derrière Daladier en 1938 sonne comme une condamnation sans appel. Dans la lignée de Thorez, Robert Charles utilise surtout les conditions matérielles du moment pour justifier les positions du PCF :

  • 19 Ibid.

Que serait-il advenu si nos mineurs n’avaient pas engagé et gagné la bataille du charbon ? C’était la fermeture des usines et la misère qui s’installait dans les foyers ouvriers ! Et c’est là l’honneur de notre Parti, de Maurice Thorez, d’avoir entrepris cette campagne auprès des mineurs19.

  • 20 ADD, 145 J, CEMO, archives UL CGT Montbéliard1945-1950, dossier « préparation de la conférence CGT (...)
  • 21 Voir infra, chapitres 5 et 7. Ce syndicaliste socialiste respecté suit désormais la majorité conféd (...)

21Mais en martelant cette évidence, il ne répond pas sur le fond des critiques : hors des quelques nationalisations, la reconstruction de l’appareil productif profite bel et bien aux propriétaires des entreprises. L’argumentation de la CGT passe surtout par le canal des Fédérations majoritaires et des tournées de propagande des secrétaires confédéraux, avec un meeting sur ce thème à Besançon en février 1945. Au sein du bureau et de la CA de l’UD, les responsables partagent cette orientation, quelle que soit leur tendance. C’est à l’intérieur de certains syndicats et parmi les travailleurs du rang que des désaccords se manifestent. Il est vrai que le problème de la production ne se pose pas avec la même acuité dans toutes les branches d’industrie. Les mineurs, les cheminots, le bâtiment sont les plus sollicités afin de résoudre les goulots d’étranglement des transports et de l’énergie, de reconstruire habitations et infrastructures détruites. Mais les autres branches se mobilisent également. À Sochaux, en novembre 1945, un responsable du syndicat CGT félicite les ouvriers pour venir travailler dans des conditions difficiles, malgré le manque de chaussures et de pneus pour les vélos : « On ne peut imaginer tout ce qui peut servir pour rouler malgré tout ou pour marcher, les pieds chaussés dans un assemblage de bois, de cuir, d’anciennes chaussures et d’étoffes20. » Il reconnaît qu’après avoir marché sur plus de dix kilomètres, nombre d’ouvriers arrivent exténués au travail. Mais il n’en dénonce pas moins leur manque de discipline, le travail qui commence après l’heure et s’arrête avant la fin, le stationnement prolongé ou sans nécessité aux toilettes. Dans le même esprit, au congrès de la Fédération de la métallurgie, le socialiste Eugène Hintzy21 tient à rendre hommage :

  • 22 Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT, Compte rendu du XVe congrès fédéral, mars 1946, (...)

Aux ouvriers des Forges d’Audincourt qui portent la production de la tôle dynamo de 12 000 à 15 000 tonnes par mois dans des conditions effroyables, à l’aide d’un matériel vieux de plus de quarante années. Partout le même effort se réalise22.

22Il faut attendre l’été 1946 pour que la CGT retrouve un programme plus revendicatif, mais toujours conditionné à la réussite de la Bataille de la production. Elle propose de nouveaux objectifs comme l’amélioration du ravitaillement et la lutte contre la hausse des prix, portés par de nouvelles formes d’action comme les manifestations après le travail. Mais elle continue de condamner la grève et de favoriser l’augmentation des rendements. Et cette orientation ne s’accompagne pas du droit au contrôle ouvrier sur les ressources économiques et leur répartition. Le délabrement de l’appareil productif ne suffit pas toujours pour faire consensus quand l’économie reste aux mains des capitalistes. Les appels à travailler sont entendus, mais avec réticence.

  • 23 CGT, 26e congrès confédéral de la CGT, mai 1946, résultats des votes.

23Depuis l’été 1944, ex-confédérés et ex-unitaires sont en compétition ouverte pour la direction de la confédération et le rapport de force ne cesse de se modifier en faveur des seconds, qui deviennent majoritaires au sein de la CGT. Si les ex-unitaires obtiennent une position écrasante dans presque toutes les corporations ouvrières (sauf dans les Fédérations du livre et de la bijouterie), les confédérés conservent des bases très solides, et même souvent majoritaires, dans la sphère non productive. Le renouvellement des responsables se déroule plus lentement dans les UD, où il faut attendre les congrès de 1946 et 1947 pour que les unitaires contrôlent la quasi-totalité de l’appareil syndical, à l’exception de onze départements, dont le Doubs. C’est à partir du congrès confédéral d’avril 1946 que la minorité se structure vraiment en tendance autour de l’hebdomadaire Force ouvrière. Les nouveaux statuts, intégrant une proportionnelle intégrale pour la représentation des syndicats aux congrès, sont adoptés par 84 % des voix contre 16 %. Dans le Doubs, la proposition des majoritaires obtient 63 % des mandats23. Le vote majoritaire l’emporte dans la métallurgie, chez les cheminots, les travailleurs de l’État et les PTT. À l’opposé, sept syndicats, tous de tendance Syndicats en 1938, regroupent les militants les plus opposés à la majorité confédérale. Ils votent à la fois contre la modification des statuts et contre le rapport d’activité : SNI, banques, commerce, livre et textile (Besançon), chocolatiers et fromagers (Pontarlier).

24Les passes d’armes entre Genin et Maisonneuve, le nouveau secrétaire général ex-confédéré de l’UD, semblent moins virulentes que ne l’étaient celles entre Jeannin, Genin et Nicod avant la guerre. Lors des congrès, nombre de délégués s’en trouvent spectateurs, un peu désabusés, ne comprenant pas l’importance donnée à tel ou tel point de désaccord. Au congrès départemental de mai 1946, le rapport d’activité de Maisonneuve est adopté par 147 voix contre 100, celles des syndicalistes de tendance majoritaire. Mais jusqu’en 1947, le climat interne semble bénéficier de l’amélioration des relations entre socialistes et communistes, du moins à Besançon.

  • 24 Abonné à la revue Défense de l’homme, Henri Souque soutient Louis Lecoin, mais sans rejoindre un gr (...)
  • 25 André Vagneron, Souvenirs d’un communiste du Doubs. Expériences croisées, Cahier des amis de la mai (...)

25Les appartenances politiques qui déterminent largement ces tendances ne sauraient résumer la diversité d’orientations et de pratiques qui traverse alors la CGT, en particulier à Besançon. L’éventail va des syndicalistes très anticommunistes comme Georges Lombard aux responsables communistes les plus disciplinés en passant par les libertaires, dont le typographe Henri Souque24, et les militants de la gauche socialiste comme Michel Duc des municipaux et Maurice Ballay de l’alimentation25. Au printemps 1946, une partie des militants qui votent pour la minorité confédérale ne se reconnaît pas pour autant dans toutes les positions de cette tendance. Le courant Force ouvrière leur apparaît avant tout comme un moyen d’exprimer leurs désaccords. Face à l’autoritarisme des responsables communistes et à leur engagement dans la Bataille de la production, la lutte pour la démocratie syndicale est un combat difficile. Ces oppositions s’expriment plus ouvertement à partir de l’été car la condition ouvrière ne s’améliore pas, au contraire.

Comités d’entreprise et Sécurité sociale : de nouveaux champs d’action

  • 26 Stéphane Sirot, La grève en France : une histoire sociale xixe-xxe siècle, Paris, Odile Jacob, 2002 (...)

26Du lendemain de la Seconde Guerre mondiale au début des années 1970, les pays occidentaux connaissent l’aboutissement du processus de construction des sociétés salariales qui consacre le syndicalisme et la grève comme acteurs de la régulation sociale26. Dès lors, les syndicats participent de plus en plus aux institutions nées des grandes réformes de l’après-guerre. Cet investissement dans la gestion du social ne signifie pas renoncement à un rôle de contre-pouvoir, mais il signe l’abandon d’un projet complet de renversement du capitalisme.

  • 27 Maurice Agulhon, Fernand Barrat, CRS à Marseille 1944-1947. La police au service du peuple, PFNSP, (...)

27Le poids de la CGT dans la vie économique et sociale n’a sans doute jamais été aussi grand que pendant la période 1944-1947. Le nombre de ses adhérents n’est pas le seul facteur de son rayonnement. Il s’incarne aussi dans la présence de ses représentants dans les nouvelles instances de concertation, au CNR, dans les CDL, au Commissariat au Plan… Des syndicalistes de premier plan deviennent ministres… À cela s’ajoute le très net renforcement du PCF et la place nouvelle qu’il occupe dans la vie politique. Dans ces conditions, un nouvel état d’esprit anime beaucoup de syndicalistes communistes. Maurice Agulhon estime que : « le souci et l’esprit d’homme de gouvernement avaient pénétré les rangs du Parti communiste depuis le niveau d’homme d’État où se trouvait Thorez jusqu’à celui du moindre militant détenteur d’une parcelle de pouvoir27. » Il ne s’agit pas ici d’évaluer la portée de ces réformes de l’après-guerre, mais d’apprécier comment cette insertion du syndicalisme dans la gestion de l’État social transforme le travail militant. Au congrès départemental de 1946, Raymond Maisonneuve, secrétaire général de l’UD CGT, revendique ce rôle inédit :

  • 28 ADD, 95 J, Rapport moral de Maisonneuve, congrès de l’UD CGT de mai 1946.

La législation actuelle a été une lourde charge, charges nouvelles, complexes, auxquelles la classe ouvrière doit s’adapter ; les pouvoirs publics nous consultent sur des sujets nombreux, tous nouveaux pour nous, d’où des dossiers importants à constituer, interventions journalières en préfecture, inspection du travail. La puissance toujours accrue de notre mouvement syndical exige de nous des responsabilités, notre caractère strictement revendicatif d’antan est largement dépassé […] Nous avons lutté, non en critiquant d’une façon stérile mais en cherchant à bâtir du neuf pour sortir le pays de l’ornière28.

28Les responsables syndicaux aspirent à être associés à certains aspects du fonctionnement de l’État. Dès lors, ils sont surchargés par des réunions et démarches de toutes sortes, en particulier au niveau de la confédération, des Fédérations et des UD. Pour celle du Doubs, ils siègent dans 24 commissions aux côtés de représentants du préfet et des services de l’État. Cette concertation n’est pas nouvelle, mais elle s’étend aux hôpitaux et hospices, à l’enseignement technique et à la formation professionnelle.

  • 29 Ibid., Compte-rendu du congrès, p. 4.
  • 30 La Tribune du Doubs, 10/05/1947.

29Le contrôle du ravitaillement et des prix constitue une nouveauté, avec la mise en place d’une commission consultative départementale du ravitaillement général, une sous-commission des marchés, un comité départemental de la viande et une commission des prix. En leur sein, les délégués de la CGT siègent aux côtés de ceux de la CFTC, des prisonniers de guerre, de l’Uff, des familles nombreuses, des cultivateurs et des commerçants détaillants. Ainsi Maisonneuve se déplace très régulièrement à la préfecture, accompagnant des responsables de l’administration pour résoudre des problèmes de ravitaillement29. Assermenté, il recherche les stocks de blé qui échappent aux contrôles. Ainsi en avril 1947, il découvre onze quintaux dans un couvent alors que les sœurs bénéficient de la ration normale chez le boulanger30. Maisonneuve agit en concertation avec les autres membres du bureau de l’UD, mais sans chercher à mobiliser des adhérents pour intervenir avec lui. Si les syndicalistes sont associés au contrôle d’une toute petite partie de l’économie, il ne s’agit en aucun cas d’encourager un contrôle collectif par les ouvriers et les employés. Ces instances demeurent consultatives : pour l’État, c’est un moyen d’avoir l’aval des syndicalistes afin de faire accepter les difficultés de la période. En participant à ces commissions, les représentants de la CGT contribuent à lui accorder une nouvelle légitimité.

  • 31 Entretien avec André Vagneron.

30L’exemple du comité départemental de prévention et de sécurité dans le bâtiment témoigne des limites de ces commissions. Des représentants de la CGT participent régulièrement à cette instance et ils sont sans doute les seuls à chercher parfois à s’appuyer sur leurs adhérents, avec la volonté de faire pression sur les patrons pour qu’ils appliquent la nouvelle législation. Forts des décisions du comité de prévention, Georges Vagneron et Michel Guillemin font plusieurs fois appel à leurs camarades pour se déplacer en groupe sur les chantiers et contrôler eux-mêmes les conditions de travail. Ils veulent par exemple faire respecter le fait que les ouvriers doivent travailler avec des chaussures adaptées et cette responsabilité incombe à l’employeur qui doit demander des bons d’attribution pour son personnel auprès des services du ravitaillement31. Mais de telles actions demeurent exceptionnelles ; elles nécessitent une réelle volonté, ce qui signifie beaucoup d’explications et de persévérance pour entraîner les travailleurs.

  • 32 Métallurgie, région de Belfort-Montbéliard, Classement des métiers et des postes de travail, applic (...)
  • 33 CGT, Fédération des travailleurs de la métallurgie, XVe congrès fédéral, mars 1946, p. 207.

31Les arrêtés Parodi-Croizat, ministres du Travail en 1945-1946, ouvrent également un champ de négociation investi notamment par les responsables syndicaux de la métallurgie et du bâtiment. Pour définir un « classement des métiers et postes de travail » de la métallurgie pour la région de Belfort-Montbéliard, 20 syndicalistes CGT et CFTC participent à 12 réunions de la commission mixte avec les représentants du patronat. Au préalable, ils ont réalisé une enquête dans les ateliers pour définir près de 2 000 postes de travail différents32. Mais contrairement à ce qui s’était passé en 1936, au moins chez Peugeot, les ouvriers semblent rester spectateurs de ce classement. En tous cas, la presse n’évoque pas de discussions sur ce sujet. Si les syndicalistes se révèlent peut-être d’habiles négociateurs, ils réalisent seuls ce travail préparatoire et supportent tout le poids des négociations. Ils se plaignent d’ailleurs de ces discussions interminables dans les commissions paritaires régionales pour un résultat finalement limité33. Alors que la vie syndicale souffre de léthargie, ce nouveau rôle des responsables n’aide pas à réduire la distance qui s’est instaurée avec une partie des adhérents. Les visites à la base permettent de l’atténuer, mais elles ne sont pas toujours régulières. Signe de cette distanciation, les réponses des secrétaires de syndicats aux courriers de l’UD se réduisent souvent à quelques mots, en utilisant fréquemment le vouvoiement. Seule l’enquête sur le ravitaillement en vin donne lieu à un contenu plus étoffé. Si la croissance des effectifs renforce de fait cette distance, elle n’est pas en elle-même insurmontable. Encore faut-il avoir la volonté de la réduire et les militants sont souvent occupés par des tâches qui les tiennent éloignés des adhérents.

  • 34 Comme celle d’André Colombel, délégué CGT de l’usine de mécanique chez Peugeot : Fédération des tra (...)
  • 35 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 209.

32Dans les entreprises, le fonctionnement de la CGT réserve alors à un noyau restreint de dirigeants l’élaboration des décisions majeures, tout en étant décentralisé du point de vue des pratiques ordinaires dans les ateliers, assurées par le réseau des collecteurs de timbres, diffuseurs de La Vie ouvrière et délégués du personnel. Convoqués à des réunions internes avec des représentants fédéraux, les délégués s’entendent exposer les consignes qu’ils devront répercuter auprès des ouvriers. Ce fonctionnement persiste après la scission de 1948 et entraîne d’ailleurs des protestations34. Les dirigeants syndicaux ne prennent plus la peine de consulter les adhérents. Dès lors, ceux-ci s’habituent à faire appel à leurs représentants, comme à ceux du PCF ou de la SfiO, avec une manifeste surestimation des possibilités dont ceux-ci disposent. La démarche administrative prend le pas sur la mobilisation des adhérents35. La mise en place des comités d’entreprise et de la Sécurité sociale participe à cette évolution des formes du travail militant.

  • 36 Georges Ubbiali, La professionnalisation des directions syndicales à la CGT et à la CFDT. Éléments (...)

33En 1945, la création des comités d’entreprise (CE) doit d’abord servir à désamorcer les volontés de contrôle des entreprises qui existent ici ou là, en particulier dans l’ex zone sud. En contrepartie de leur engagement dans la Bataille de la production, les syndicalistes obtiennent un droit de regard sur la marche générale des entreprises. L’ordonnance du 22 février 1945 impose la création de comités d’entreprise dans les établissements industriels et commerciaux de plus de 100 employés. Le comité n’est pas un organe de décision dans le domaine économique, mais seulement en ce qui concerne les œuvres sociales de l’entreprise. La CGT proteste contre ces limitations, mais sans aller jusqu’à l’épreuve de force. Comme pour les élections de délégués du personnel, elle obtient l’abaissement du seuil de création des comités de 100 à 50 salariés ainsi que le monopole des candidatures syndicales au premier tour des élections. Le comité doit recevoir des informations pour lui permettre d’examiner les prix de revient et l’organisation de l’entreprise. La direction de l’entreprise doit l’informer chaque année du montant des bénéfices, en tout cas, avec les chiffres qu’elle veut bien lui donner. Quoi qu’il en soit, le comité d’entreprise reste une instance consultative qui ne donne pas de pouvoir aux représentants qui le composent. La CGT cherche à faire de ces comités une sorte d’école pour les militants. Elle voudrait également les utiliser comme un moyen pour augmenter les rendements. En fait, tant que le ravitaillement demeure la priorité, les élus se cantonnent dans la gestion des œuvres sociales. En 1948, au lendemain de la scission syndicale, l’accélération du processus d’emprise du PCF sur la CGT débouche sur une campagne de dénonciation des comportements des élus aux CE, raillés comme des « porte-serviettes » éloignés du quotidien des travailleurs, et sur la création d’une revue spécialisée, La Revue des CE, avec l’objectif de reprendre en main cette activité36.

34Même s’il n’est pas totalement nouveau comme pour les CE, la mise en place de la Sécurité sociale offre un autre champ d’action. Une série de mesures met fin au système d’assurances sociales et de caisses multiples, émietté, inégalitaire, au profit de la Sécurité sociale. Les ordonnances d’octobre 1945 créent un organisme unique pour environ 15 millions de salariés. La gestion des caisses est un enjeu politique : les conservateurs à l’Assemblée, les assurances privées et la CFTC s’opposent à une gestion par les représentants des assurés. Les caisses sont finalement administrées par des conseils composés en majorité de représentants des syndicats ouvriers. Par contre, les bases de remboursements et d’interventions restent fixées par le gouvernement.

35La CGT dispose déjà de militants un peu spécialisés dans ce domaine, avec une expérience acquise au sein des mutuelles et des assurances sociales depuis 1930. À Besançon, c’est le cas pour Georges Vagneron qui devient président de la caisse de Sécurité sociale en mai 1946. En 1937, des syndicalistes ont fondé la « mutuelle des métallos de Sochaux et de l’arrondissement de Montbéliard ». Membres et administrateurs de celles-ci représentent près de la moitié des candidats de la CGT aux élections de la caisse de Sécurité sociale et les trois quarts de ceux de la caisse d’allocations familiales. De nouveaux militants s’investissent dans cette activité comme Rizzi, Naviet, Receveur à Montbéliard, Ressuge et Bobillier à Besançon. Signe du poids de l’UD du Doubs, ils occupent un tiers des quatorze postes désignés par la CGT pour le conseil de la caisse régionale Bourgogne-Franche-Comté.

  • 37 Grégoire Madjarian, Conflits, pouvoirs et société à la Libération, Union Générale d’Édition, 1980, (...)

36Toutes ces réformes peuvent paraître spectaculaires. Les responsables syndicaux les présentent comme une contrepartie essentielle qui justifie l’acceptation des horaires de travail et des privations. En fait, ce réseau d’organismes se déploie à côté des structures hiérarchiques et sociales existantes, sans les modifier37. Il ne s’agit pas d’un contre-pouvoir syndical, dont les limites sont clairement énoncées dans les ordonnances qui les introduisent. Cette insertion de syndicalistes dans la gestion de l’État social absorbe l’énergie de ceux qui s’en chargent. Ils deviennent peu à peu des spécialistes de ces domaines mais s’éloignent de la masse des adhérents alors que le mécontentement s’aggrave.

L’action revendicative pour les salaires et contre la hausse des prix

37L’armée allemande chassée, la population s’attend à ce que le ravitaillement redevienne normal. Il faut vite déchanter. De longues années encore, ce sujet reste une obsession pour des millions de ménagères. Au cours de l’hiver 1944-1945, l’approvisionnement des villes se détériore dans tout le pays. Dans le Doubs, cette aggravation résulte surtout de la paralysie des transports. fin décembre, le préfet signale qu’il a pu :

  • 38 ADD, 53 W 1, Rapport mensuel du préfet, 26/12/1944.

éviter de justesse une réduction de la ration de pain, mais les boulangeries ont été fermées pendant plusieurs jours dans certains points de la montagne. Faute de wagons-citernes, il m’est impossible de prendre livraison en Saône-et-Loire du vin nécessaire aux distributions normales : deux litres seulement viennent d’être distribués pour la première fois depuis la Libération […] Les protestations sont vives et on demande en compensation que le beurre et le fromage, produits dans le département, soient distribués plus largement. Je n’ai pu distribuer que 125 grammes de beurre pour la ville et 100 grammes pour la campagne […] Les rations de viande pour la première quinzaine de décembre ont été honorées sur la base de 125 grammes par semaine pour tous […] La présence de nombreuses mines entrave considérablement les travaux agricoles dans la région de Montbéliard38.

38Malgré les efforts, la situation ne s’améliore pas. En juillet 1945, le gouvernement prend des mesures de réquisition et de répression contre les fraudeurs, mais réduit la ration de viande à 100 grammes de viande par semaine. Les socialistes de Montbéliard s’opposent alors ouvertement au mécontentement. Sous le titre « Ne protestez pas », ils écrivent :

  • 39 La Tribune du Doubs, 21/7/1945.

Nous ne comprenons plus une partie de la population qui a protesté contre ces mesures […]. Il fallait ce début et cette lutte énergique contre le marché noir pour que nous puissions envisager prochainement l’augmentation de la ration […] Nous sommes nombreux qui préférons nous serrer la ceinture pendant quelques temps pour permettre à notre économie de sortir de l’abîme39.

  • 40 Géraldine Duboz, Le temps des pénuries dans le Doubs 1944-1949, mémoire de maîtrise, université Bes (...)
  • 41 Marcel Castioni, Le « Caco », autobiographie pour les miens, édité par et pour sa famille, faculté (...)

39Des ruptures d’approvisionnement en pain se produisent durant l’été. Le 31 août, 4 500 personnes manifestent devant la sous-préfecture de Montbéliard à l’appel de la CGT et de la CFTC pour protester contre le manque de pain, de sucre, de pommes de terre, de matières grasses et de vin. Des manifestations se déroulent également à Maîche, Damprichard, Villers-le-Lac, mobilisant de nombreuses femmes40. À Pontarlier, ce sont les jeunes qui manifestent durant l’hiver 1946. Les enfants et les jeunes jusqu’à l’âge de quinze à dix-huit ans reçoivent des tickets de rationnement pour du chocolat. Or il reste introuvable, même dans cette ville où se trouve une importante chocolaterie. Les scouts de France prennent l’initiative d’un rassemblement devant la sous-préfecture, organisé un jeudi, jour sans classe, avec les Jeunesses communistes (UJRF) et la JOC41. Le sous-préfet accepte de recevoir une délégation d’enfants, tandis que les plus grands attendent dehors. Un groupe réussit à rentrer dans son cabinet. Devant ses réponses évasives, les jeunes ressortent et courent à la chocolaterie. Ils obtiennent satisfaction et les magasins de la ville sont approvisionnés.

  • 42 A. Lacroix-Riz, La CGT de la Libération, op. cit., p 56.
  • 43 ADD, 53 W 3, Rapport mensuel du préfet, mars 1946.

40La récolte de blé et de betteraves à sucre est particulièrement mauvaise en 1945 (pluies diluviennes, froid rigoureux et sécheresse en été), à peine la moitié de celle d’avant-guerre. La carte de pain, supprimée en octobre, est rétablie fin décembre et la ration quotidienne descend à 300 grammes pour les adultes. En ville, les dépenses alimentaires, estimées représenter entre 50 et 60 % du budget d’une famille ouvrière de quatre personnes en 1938, atteignent aisément 80 %42. Les carences quantitatives et qualitatives ont des répercussions directes sur l’état de santé des travailleurs et de leurs familles. Des jeunes, des ouvrières font des malaises au travail et la mortalité infantile augmente fortement au cours de l’hiver 1945-1946. La situation s’améliore seulement dans les régions rurales, mais le marché noir persiste. La paysannerie résiste aux impositions, car les prix fixés demeurent trop bas, ce qui les incite à la fraude. En mars 1946, les cultivateurs du Doubs font la grève du lait, préférant le vendre à un prix plus élevé pour la transformation en fromage au détriment des commerces de détail43. La persistance, voire l’aggravation des difficultés du ravitaillement entretient le mécontentement. En plus des manifestations provoquées par les besoins les plus urgents, il exacerbe les revendications salariales.

  • 44 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 169.

41Les inégalités liées aux zones de salaires constituent un problème durable. À l’automne 1944, la CGT et les partis de la Résistance se sont engagés à relever rapidement les salaires de 40 %, mais en affichant une volonté de ne pas léser le patronat. De son côté, le gouvernement s’arroge le monopole de la fixation des salaires à partir d’un salaire minimum tout en accordant des dérogations à certains secteurs. À partir de la mi-septembre, les commissaires de la République augmentent les salaires de plus de 30 %. Le gouvernement conserve les hiérarchies salariales et les regroupements de métiers. Il maintient les différences qui pénalisent les femmes (contre l’avis de la CGT, un abattement de 10 % peut leur être appliqué jusqu’en juillet 1946) et les jeunes (une amputation du salaire dégressive qui va de 50 % pour les plus jeunes à 20 % pour ceux âgés de 17 ans), ainsi que les zones de salaires, codifiées par le gouvernement de Pétain44. S’appuyant sur le constat que les prix et les besoins sont plus élevés à Paris et dans les grandes villes, le niveau des rémunérations est fixé pour la capitale, puis à partir de cette base, un abattement graduel s’applique pour chaque zone.

  • 45 ADD, 53 W 1, Rapport bi-mensuel du préfet, 2e quinzaine d’octobre 1944.
  • 46 ADD, Contacts, organe mensuel des établissements Peugeot dans le Doubs, mai 1945.
  • 47 ADD, 53 W 2, Rapport du préfet, mars 1945.

42Un arrêté d’octobre 1944 opère un reclassement en deux zones pour le Doubs, l’une urbaine et l’autre rurale (au lieu de trois sous l’Occupation), fixe le salaire minimum des manœuvres et relève les salaires réels de toutes les catégories professionnelles. Les patrons du département considèrent ces augmentations trop élevées. Ils accusent les autorités départementales de ne pas avoir tenu compte des instructions gouvernementales pour établir ces barèmes45. Or du fait de la réduction de l’horaire de travail consécutive à la léthargie de l’économie, les majorations ne permettent pas d’amélioration sensible des salaires. En novembre 1944, le gouvernement récupère les attributions relatives à la fixation des salaires qu’il avait accordées à ses représentants dans les départements à la Libération. Son objectif est d’aboutir à un blocage salarial. Dans l’immédiat, les augmentations de salaires n’améliorent pas la situation de tous. En effet, la France connaît une forte augmentation du chômage total et partiel, avec 600 000 chômeurs, soit 10 % des ouvriers en janvier 1945. Dans le Pays de Montbéliard, le manque de matières premières vient s’ajouter au démantèlement des usines par les troupes allemandes. En mai 1945, les différentes entreprises Peugeot attendent le retour de plus de 2 000 prisonniers de guerre et déportés46. Nombre d’établissements ne peuvent pas fonctionner immédiatement ; ceux du textile reprennent seulement leur activité en avril ; la papeterie de Novillars en juin. Mais la situation s’améliore rapidement dans le nord du département, le nombre de chômeurs recensés passe de 2 500 en février à 400 en mars47. La décision de maintenir les abattements de salaires suscite un fort mécontentement. À partir de mars 1945, le gouvernement accorde une augmentation générale et détermine trois zones de salaires pour le département, à savoir 85 % du montant de Paris pour la première, 80 % pour la seconde et 75 % pour la troisième, celle des communes rurales. Le préfet attire l’attention du ministère du Travail sur les situations les plus choquantes, celles des communes d’Ornans et Pont-de-Roide par exemple, classées en zone rurale avec un abattement à 75 %, alors qu’elles concentrent une main-d’œuvre industrielle. Le problème salarial demeure donc très aigu.

  • 48 ADD, 53 W 2, Rapport mensuel du préfet, juin 1945.

43Le premier argument de poids pour contrer les velléités d’arrêts de travail – ne pas gêner les efforts nécessaires pour terminer la guerre – disparaît début mai avec la capitulation de l’Allemagne. Des grèves éclatent alors dans plusieurs régions du pays. La tendance majoritaire qui dirige la CGT continue de bannir la grève comme moyen d’action et le préfet signale que les dirigeants de la Fédération des métaux s’activent en ce sens : « Les esprits qui étaient très excités à Montbéliard sont désormais plus calmes, demeurant infiniment plus sensibles à toutes les démagogies dans la région de Pontarlier48. » Le taux des abattements de salaire diminue un peu avec l’arrêté ministériel du 30 mai 1945 mais la révision de la classification des communes demandée par la CGT et le préfet progresse lentement. Dans d’autres régions, l’été ne tarit pas l’agitation du printemps, même s’il s’agit plus de menaces de grèves que de mouvements effectifs. Les grèves se cantonnent aux professions qui ont le moins bénéficié des revalorisations salariales. Quelques débrayages et grèves de courte durée se produisent à Besançon, avec les transports Monts Jura en août, le tramway en septembre et les garçons coiffeurs en novembre.

  • 49 CGT, Congrès de la Fédération CGT de la métallurgie, avril 1946, intervention de Croizat, p. 290.

44En octobre 1945, le gouvernement édicte un rigoureux blocage des salaires. Afin de le contourner, le ministre communiste du Travail Ambroise Croizat encourage les rémunérations au rendement, ce qui devrait permettre d’obtenir un relèvement nominal théoriquement exclu. Il s’oppose à la revendication de l’échelle mobile des salaires et s’appuie au contraire sur la campagne lancée par la CGT pour lier salaire et hausse de la production49. La confédération rompt avec ses anciennes positions, en particulier celles des unitaires, qui avaient fermement combattu cette forme de salaire. En 1936, sans obtenir sa suppression, les grévistes avaient obtenu que cette partie du salaire (le travail « aux pièces », déterminé par une certaine quantité de travail à fournir) ne puisse pas dépasser un certain plafond. Dix ans plus tard, les majoritaires de la CGT, responsables de la Fédération des métaux en tête, négocient au contraire la possibilité de passer au plus vite à cette forme de salaire, ce qui revient à intensifier la journée de travail. De plus, ces rémunérations bénéficient beaucoup plus aux ouvriers des bastions cégétistes qu’aux ouvrières dont ils sanctionnent la surexploitation.

  • 50 La loi de 1936 établissait une majoration de 33 % pour les deux premières heures supplémentaires, d (...)
  • 51 ADD, 95 J 2, « UL », Questionnaire aux syndicats 1946.

45Parallèlement, l’allongement de la durée du travail devient la règle. La législation sur les heures supplémentaires, prévoyant une majoration de 25 % de la 41e à la 48e heure, de 50 % au-delà, est votée en février 1946, bien loin de la loi des 40 heures de 193650. En octobre, une enquête menée dans 70 entreprises du département révèle que la majorité d’entre elles travaille plus de 44 heures hebdomadaires et près de la moitié 48 heures ou plus, quelques-unes atteignant 50 à 72 heures certaines semaines51.

  • 52 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 169-170.

46Dans le même temps, les arrêtés Parodi-Croizat fixent les classifications ouvrières et les salaires afférents. La main-d’œuvre se répartit désormais en sept catégories bien définies : manœuvre ordinaire, manœuvre de force, ouvrier spécialisé 1er et 2e échelon, ouvrier professionnel 1er, 2e et 3e échelon. Ces arrêtés s’inspirent des conventions collectives de 1936, mais entérinent une hiérarchisation de la main-d’œuvre, conformément au vœu du patronat de multiplier les échelons. Cette hiérarchie des qualifications épouse les différences sexuelles et nationales : les professionnels sont huit fois sur dix des hommes et neuf fois sur dix de nationalité française52. Sur cette base, les responsables syndicaux de la métallurgie du Pays de Montbéliard doivent encore négocier avec la chambre patronale. En l’absence d’une convention collective nationale, toujours refusée par le patronat, ils veulent obtenir un « classement des métiers et postes de travail ». Dans leur esprit, il devrait servir à garantir les qualifications, éviter les controverses et protéger les salariés des petites entreprises.

  • 53 ADD, 53 W 2, Rapport mensuel du préfet, décembre 1945 ; Le Comtois, 13/12/1945.
  • 54 ADD, 115 PR 2, La Tribune du Doubs, compte rendu du congrès départemental de la Fédération postale, (...)

47Le grave malaise qui affecte le monde ouvrier commence à s’exprimer par des débrayages et des grèves pour les salaires. Le 12 décembre 1945, le cartel des services publics (CGT), dirigé par un ex-confédéré, appelle à la grève pour protester contre les bas salaires. Le mouvement est largement suivi à Besançon, avec 4 000 manifestants53. En janvier 1946, les rotativistes de la presse parisienne cessent le travail pour réclamer l’échelle mobile des salaires. En guise de réponse, Ambroise Croizat les accuse de ne pas avoir fait grève sous l’Occupation… En août, les postiers déclenchent une grève nationale contre l’avis de la Fédération CGT. Mathilde filloz, secrétaire départementale et responsable communiste, demande aux postiers de faire des heures supplémentaires pour contrer l’action des grévistes54. Les travailleurs qui choisissent de cesser le travail savent qu’ils se heurtent non seulement au patronat et au gouvernement, mais aussi aux appareils de la CGT et du PCF. Chez Peugeot à Sochaux, le mécontentement s’exprime par des débrayages à partir du mois de mars 1946. Le commissaire de police signale pour la première fois que :

  • 55 ADD, 1 Z 131, Notes d’information des renseignements généraux, 16 et 21/03/1946.

Le caractère dominant de ces mouvements est leur indépendance très nette vis-à-vis d’un mouvement syndical, CGT ou CFTC […]. Le 15 mars, en mécanique, les délégués de la CGT et de la CFTC ont continué le travail pendant que les ouvriers s’arrêtaient. Ils [les syndicalistes] ont parfaitement compris l’impossibilité de nouvelles hausses dans un atelier payé à l’heure et où les tarifs pratiqués atteignent le plafond permis par la loi dans chaque catégorie55.

  • 56 Ibid., Lettre de MauriceRichoux, directeur du personnel, au sous-préfet de Montbéliard, 20/03/1946.

48Au cours d’une réunion avec la direction de l’entreprise, Gaston Genin demande le licenciement des responsables de ces arrêts de travail56. Dans Le Peuple comtois, Raymond Bruder, le secrétaire de l’UL, dénonce cette grève comme faisant partie d’un plan pré-établi par des provocateurs. Mais le délégué Ehrard réplique :

  • 57 Le Peuple, 30/03/1946.

Non, la grève partielle n’est pas, comme vous le prétendez, l’œuvre de provocateurs […] Écœurés d’être affamés et de voir tous les jours leur pouvoir d’achat diminuer, et d’autre part, d’entendre vers la fin de chaque mois leur épouse se lamenter de n’avoir plus l’argent nécessaire pour acheter même l’indispensable, ils se sont unis dans l’action pour obtenir un salaire plus rémunérateur, car ils savent eux aussi, par expérience, que les jérémiades et les discours ne changent rien mais que seuls les actes comptent57.

  • 58 Jacques Commaille, L’évolution syndicale à travers les élections professionnelles aux usines Peugeo (...)
  • 59 ADD, 145 J, CEMO, « délégués 1945 », Billet manuscrit de Gaudard et Larger.
  • 60 Force ouvrière, article titré « Liberté syndicale ou liberté tout court », 16/05/1946.

49La CGT paie ce mécontentement à l’occasion des élections professionnelles de 1946, passant de 59 % des inscrits dans le collège « ouvriers » en 1945, à seulement 49 % l’année suivante. De plus, un tiers des ouvriers s’est abstenu et les bulletins nuls représentent 12 % du total des votants58. À l’usine de mécanique, des militants CGT mènent campagne contre les candidats présentés par leur syndicat, leur reprochant leur manque d’activité dans l’année59. Parallèlement, le trotskyste Émile Mouhot, responsable du syndicat du gaz de Montbéliard, dénonce les majoritaires de la CGT devenus des « apôtres du stakhanovisme60 ». Il s’adresse au secrétaire général de la Fédération CGT de l’éclairage :

  • 61 ADD, 145 J, CEMO, Lettre d’Émile Mouhot au secrétaire de la Fédération de l’Éclairage, 29/12/1945.

Le syndicat n’approuve pas le slogan à la mode « produire, produire, produire ». Il pense qu’à ce mot d’ordre qui est accueilli avec joie par la classe capitaliste, car il répond à ses désirs, le mot d’ordre « À manger et des vêtements pour la classe ouvrière, sous-alimentée, et si mal vêtue depuis cinq longues années », serait mieux compris par l’ensemble des classes laborieuses, car le prolétariat a tout perdu dans cette guerre61.

  • 62 Ibid., 30/05/1946.

50Pour le Premier Mai 1946, le syndicat du gaz affiche sur sa banderole : « Nous voulons nos 40 heures, nous voulons l’échelle mobile des salaires et retraites pour garantir notre pouvoir d’achat. » Ce slogan déclenche la colère de Bruder, qui fait modifier ce texte avant la manifestation. Du coup, les syndicalistes du Gaz refusent de manifester derrière des mots d’ordre qu’ils n’ont pas choisis. Quelques jours plus tard, au congrès de l’UD, des militants bisontins de la minorité sont largement applaudis quand ils interviennent contre le blocage des salaires62.

  • 63 Georges Gauchet était parti cueillir les cerises de son verger dans un village assez éloigné. Sous (...)
  • 64 ADD, 1 Z 131, Lettre de M. Richoux au sous-préfet de Montbéliard, 9/07/1946.

51Chez Peugeot, l’agitation culmine avec deux jours de grève totale en juillet. Un premier débrayage a eu lieu au montage des moteurs le 28 juin. Le lundi 1er juillet, 80 ouvriers du même secteur, parmi lesquels le délégué minoritaire Marcel Bulle, arrêtent le travail à 8 heures et entraînent rapidement toute l’usine de mécanique. Des groupes de jeunes gagnent les ateliers voisins et tentent d’entraîner d’autres ouvriers, mais des délégués s’opposent à eux. L’après-midi, en l’absence du secrétaire du syndicat, d’autres responsables CGT appellent finalement toute l’usine à la grève, qui s’étend immédiatement aux 9 000 travailleurs. En interne, Genin, le responsable régional des métaux, reproche d’ailleurs vivement à Georges Gauchet, le secrétaire permanent, d’avoir été absent de l’usine au moment du déclenchement de cette grève, à laquelle il aurait dû s’opposer63. Cette faute lui coûte son poste de secrétaire général permanent du syndicat et il est même écarté du bureau. Les secrétaires de la Fédération des métaux Jourdain et Breteau se déplacent et prennent en main les négociations. La direction Peugeot accorde une augmentation de la prime de production et s’engage à accélérer la mise en place du salaire au rendement ; le travail reprend le 3 juillet64. Ce règlement a pour effet immédiat de mettre fin aux grèves partielles dans des entreprises voisines, notamment à la Compagnie des Forges où des accords similaires sont signés.

52Dans Le Peuple comtois, Genin ne critique pas cette grève de front, mais en réduit son caractère :

  • 65 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 6/7/1946.

Les métallos de Sochaux, sachant qu’il ne faut pas compromettre par un mouvement prolongé et inconsidéré la grande action engagée par la CGT, s’en sont tenu à une simple mais énergique démonstration sur une question précise et particulière à l’usine de Sochaux65.

  • 66 ADD, 1 Z 131, Affiche CFTC, 4/7/1946.
  • 67 ADD, 115 PR 2, La Tribune du Doubs, 6/7/ et 10/8/1946.
  • 68 Publié de décembre 1944 à janvier 1948, il se veut la poursuite de la publication clandestine du mê (...)
  • 69 ADD, 53 W 3, Rapport mensuel du préfet, novembre1946.
  • 70 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 19/7/1946.

53Pour sa part, la CFTC ne pousse pas à la lutte, comme elle a pu le faire dans les mines de la Loire à l’automne précédent. Le syndicat chrétien dénonce le refus de l’unité d’action par la CGT. Elle se démarque des grévistes qui ont voulu agir au lieu de demander d’abord une entrevue avec le préfet et la direction66. De son côté, la Fédération SfiO se contente de rédiger un petit article imprécis en faveur des augmentations de salaire : « La meilleure façon d’améliorer la production, c’est encore de donner un salaire décent et leur permettant de vivre à ceux qui ne demandent pas mieux que de travailler67. » En août, l’hebdomadaire socialiste consacre sa Une aux salaires, avec un titre bien vague : « Ils travaillent… ils doivent vivre ». Libération du Pays de Montbéliard, organe du Rassemblement populaire de la Résistance68, publié par des chrétiens et des socialisants, justifie après coup et timidement les demandes d’augmentation de salaire. Si les dirigeants de la métallurgie CGT n’ont pas pu s’opposer à cette grève, les autres organisations n’encouragent pas vraiment la contestation. À la mi-juillet, des grèves éclatent également dans la métallurgie à Besançon, Ougney-Douvot, Ornans. Portant essentiellement sur des questions salariales, elles sont très suivies, y compris par la maîtrise, et les grévistes obtiennent satisfaction au bout de deux ou trois jours. Il en va de même en novembre aux papeteries de Besançon et Novillars contre l’ajournement prolongé de l’application du salaire moyen maximum69. Ici les militants CGT soutiennent, voire animent ces mouvements et l’hebdomadaire communiste leur consacre même plusieurs petits articles favorables, attitude qui tranche avec celle des responsables de la Fédération des métaux70.

  • 71 ADD, 95 J 2, Registre des PV des réunions du bureau et de la CA de l’UD, 12/10/1946.

54Au plan confédéral, les majoritaires cherchent à reprendre l’initiative sur le plan revendicatif. À partir de juin 1946, ils demandent au gouvernement une hausse des salaires de 25 %. La CFTC se rallie à cette revendication, tandis que la SfiO s’y oppose. À la fin juillet, la conférence dite du Palais-Royal, entre gouvernement, patronat, Confédération Générale des Agriculteurs et syndicats ouvriers, débouche sur un relèvement des salaires et prestations sociales de 18 à 25 %. Dans la métallurgie du Pays de Montbéliard, les patrons accordent le salaire moyen maximum. Dans le reste du département, certaines entreprises, comme la chocolaterie de Pontarlier, n’appliquent pas les augmentations prévues71.

  • 72 ADD, 1 Z 131, Lettre de M. Richoux, directeur du personnel des Automobiles Peugeot au sous-préfet d (...)

55Globalement, CGT, PCF et SfiO réussissent à contenir ces réticences ouvrières. Par rapport à septembre 1944, l’absentéisme connaît une sensible diminution : en 1946, il se situe à 7 % chez Peugeot contre 10 % en moyenne nationale pour la métallurgie et 17 % dans les mines de charbon72. Les hausses de salaires sont très rapidement englouties par la montée des prix, qui atteint 69 % entre juillet et octobre. Les travailleurs ont l’impression de se heurter à un mur. Devant la baisse constante du pouvoir d’achat et faute de revendications de salaire globales, les ouvriers en sont réduits à intensifier leur production pour pouvoir vivre.

56Dès lors, à partir de l’été 1946, la CGT propose d’agir contre les hausses de prix et ces actions absorbent l’essentiel de l’effort militant. Elle décide de stimuler ses commissions de surveillance des prix. Celles-ci n’existaient pas encore dans le Doubs et l’UD en crée une au niveau départemental, suivie par les UL avec des comités locaux. L’objectif est de surveiller les prix et d’intervenir auprès des commerçants et des autorités pour mettre fin au marché noir. Le 4 juillet 1946, les UL CGT du Pays de Montbéliard organisent des manifestations après la journée de travail dans six communes. Elles appellent à se mobiliser « contre la hausse du coût de la vie, pour un meilleur ravitaillement, pour un relèvement de 25 % des salaires et retraites ». Elles incitent la population à constituer des

  • 73 ADD, 1 Z 131, Message des renseignements généraux, et tract des UL CGT de la région de Montbéliard- (...)

comités de défense contre la hausse des prix. Les trafiquants et les spéculateurs veulent continuer de prélever leurs gros bénéfices sur le dos des travailleurs. Poursuivons-les ! Contrôlons leurs exploitations, leurs magasins. Ce sont les consommateurs eux-mêmes qui font la police des prix73.

57À Besançon, par contre, l’UD envisage des actions seulement lorsque l’administration ne fait pas respecter les prix.

  • 74 ADD, 53 W 3, Rapport mensuel de juin 1946, 6/07/1946.

58En fait, ces « comités de contrôle des prix » restent un objectif, mais sans réellement encourager les travailleurs à agir eux-mêmes en ce sens. En réalité, les militants de la CGT attendent surtout des résultats de leur participation aux commissions officielles. Certes des groupes d’une dizaine de syndicalistes se déplacent pour relever eux-mêmes les prix sur les marchés, mais sans associer les adhérents à ces actions, et ils signalent ensuite les irrégularités commises par tel ou tel commerçant à la préfecture. Le préfet ne s’y trompe pas. Il reconnaît que la CGT, quelles que soient les différences de formes d’action entre Besançon et Montbéliard, tient partout à se faire l’auxiliaire des pouvoirs publics74. L’UD et les UL demandent que des membres de leurs commissions locales soient assermentés pour pouvoir rectifier eux-mêmes les tarifs sur les marchés ou dans les magasins. Ni la CGT, ni le PCF, ni la SfiO n’envisagent une intervention directe de la population contre le marché noir sous la forme d’un contrôle sur les lieux de production et de stockage.

59Dans quelques régions, des actions plus directes ont lieu, avec par exemple confiscation d’un stock de pâtes chez un grossiste à Lille. À Montbéliard, les UL CGT font de même pour un stock de tissus. En août 1946, les services du contrôle économique en avaient saisi une importante quantité pour une valeur de fabrication de 650 000 francs et de revente de 1,2 million. Mais la condamnation très modérée de ce trafiquant provoque de la colère. Le 7 décembre, les UL appellent à manifester pour :

  • 75 ADD, 1409 W 51, tract des UL CGT de Montbéliard et Audincourt, 4/12/1946.

châtier les mercantis. Le 4 juillet dernier, nous vous appelions à manifester dans l’ordre et dans le calme contre les affameurs, les trafiquants et commerçants malhonnêtes. Nous considérions que cet avertissement serait le dernier et qu’il servirait de leçon aux mauvais Français qui affament le peuple. Il n’en est pourtant rien, et le trafic, le mercantilisme continuent de plus belle, sous l’œil complaisant pour ne pas dire la complicité des pouvoirs publics. Il est grand temps de passer aux actes […]. Nous vous convions à châtier comme il se doit l’un des trafiquants les plus notoires de notre région75.

  • 76 ADD, 1409 W 51, Lettre du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 9/12/1946.

60La manifestation rassemble 1 500 personnes mais seul un tiers d’entre elles assiste à l’enlèvement des marchandises, effectué par les syndicalistes. Ils annoncent vouloir mettre eux-mêmes le tissu en vente. Le PCF et la SfiO approuvent l’initiative après coup. Mais trois jours plus tard, les responsables syndicaux acceptent de rendre le stock aux services de la préfecture avec la garantie de pouvoir en contrôler la vente effectuée par les commerçants76.

  • 77 ADD, 95 J 2, « correspondance 1946-1947 », Lettre de Maisonneuve au préfet, 19/6/1947.

61Très vite, le sentiment d’impuissance l’emporte alors que des scandales à l’échelle nationale révèlent des spéculations, notamment sur le blé et le vin. Les responsables syndicaux attendent d’abord les solutions des discussions avec les pouvoirs publics. Or ils sont en situation de faiblesse car, dès 1944, le PCF a accepté d’être sous-représenté dans l’administration. Dès lors, les syndicalistes regrettent que la préfecture tarde à leur accorder les demandes d’assermentation pour exercer les contrôles. En août 1946, Maisonneuve dénonce le fait qu’une démarche menée contre un boucher par le contrôle économique en liaison avec la CGT soit contrecarrée à la dernière minute par un ordre venu du préfet. L’année suivante, il proteste contre la suppression de la brigade économique de la police bisontine77. À Morteau, la gendarmerie intervient très lentement contre les fraudeurs signalés par la CGT. Les syndicalistes se plaignent de se retrouver toujours en minorité dans les commissions en sous-préfecture.

  • 78 Ibid., p. 190.
  • 79 Gérard Adam, Atlas des élections sociales en France, PFNSP, 1964.

62Le bilan de ces actions apparaît bien maigre. Des commerçants ont été visés par des contrôles (165 procès-verbaux pour hausse illicite en 10 mois à Besançon), mais les responsables de la situation sont restés hors d’atteinte. Il s’agit des grossistes qui accaparent les stocks, le patronat qui réclame l’augmentation générale des prix, le ministre de l’Économie nationale qui l’accorde et le ministre de la Justice qui laisse se multiplier les scandales du ravitaillement. À l’automne 1946, la hausse des prix et les discours gouvernementaux contribuent à ancrer dans l’opinion la théorie du « cercle infernal des prix et des salaires », provoquant un sentiment d’impuissance78. Sur le plan politique, ce scepticisme généralisé se traduit par une progression de l’abstention, qui atteint 22 % pour les élections législatives de novembre 1946. Les effectifs de la CGT commencent à s’effriter dans les premiers mois de 1947. Puis pour les premières élections des administrateurs des caisses de Sécurité sociale en avril, elle recueille à peine plus de 3 millions de voix et 59 % des suffrages exprimés, soit moins que les 4 millions d’adhérents qu’elle annonce. Dans le Doubs, elle obtient moins de 40 % des inscrits, un score inférieur à sa moyenne nationale, tandis que la CFTC connaît un succès notable. Avec près de 30 %, les abstentions s’avèrent plus importantes que dans l’ensemble du pays79.

  • 80 La Tribune du Doubs, 19/04/1947.
  • 81 ADD, 95 J 2, Registre des PV des réunions de la CA et du bureau de l’UD, 12/04/1947.
  • 82 Libération du Pays de Montbéliard, 20/04/1947.
  • 83 Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, Seuil, coll. « Points », 1975, p. 59.

63C’est à cette occasion que plusieurs syndicalistes CGT du Pays de Montbéliard posent pour la première fois la question de la scission syndicale. Joseph Placide, Charles Coulon de Sainte-Suzanne et Samuel Tuetey, secrétaire du syndicat des métaux de Bart, présentent une liste dissidente, nommée « Entente ouvrière ». Les minoritaires de Force ouvrière dénoncent la prédominance des communistes sur les listes CGT pour les caisses de Sécurité sociale. Les socialistes protestent également contre l’éviction d’Eugène Hintzy de son poste de secrétaire du syndicat des métaux d’Audincourt par 20 voix lors d’une assemblée de moins de 50 personnes présentes sur plusieurs centaines d’adhérents80. Pour autant, cette liste n’émane pas de la tendance Force ouvrière, ni des Groupes Socialistes d’Entreprise. L’intervention de plusieurs membres du bureau de l’UD de tendance minoritaire ne réussit pas à résorber ces divisions. Quelques mois plus tard, ces dissidents de Bart sont exclus de leur syndicat à la suite d’un vote à bulletin secret où se dégage une faible majorité81. La liste « Entente ouvrière » obtient un seul élu (Placide) pour onze à la CGT, mais réalise des scores révélateurs dans certaines communes : à Audincourt, elle obtient seulement 1/15e des voix obtenues par la liste de la CGT, mais un quart à Montbéliard et un tiers à Voujeaucourt82. À cette date, seul le Territoire de Belfort compte des groupes Force ouvrière83, animés par Tschann et le jeune André Bergeron. Même si plusieurs militants minoritaires du Doubs alimentent déjà l’hebdomadaire de cette tendance, ils n’envisagent pas encore de franchir le pas et de se structurer sous cette forme.

Crise politique et renouveau des grèves en 1947

64En 1947, le mécontentement social croissant se combine avec les débuts de la guerre froide et l’aggravation de la question coloniale. Le gouvernement s’engage dans la guerre d’Indochine et réprime férocement la rébellion à Madagascar. Pour sa part, De Gaulle annonce en avril la création du Rassemblement du Peuple Français (RPF), appelant à une nouvelle résistance contre un régime qu’il considère illégitime et contre le communisme. C’est dans ce contexte de plus en plus tendu que les ouvriers se mobilisent à nouveau massivement.

Socialistes et communistes : l’état des forces

  • 84 Congrès nationaux de la SfiO, 1945 à 1950.
  • 85 OURS, correspondance fédérale, Lettre de Gustave Schmitt, 24/12/1950.
  • 86 La Tribune du Doubs, 22/09/1945.

65La Fédération SfiO passe de 2 400 adhérents en 1945 à 3 000 l’année suivante, retrouvant son niveau de 1937, un renforcement moins marqué que pour le PCF. Ses effectifs retombent à 2 300 en 194784. En l’absence de données sur l’origine sociale de ses membres, appuyons-nous avec prudence sur celle de ses délégués choisis parmi ses élus pour l’élection des conseillers de la République en novembre 1946. Avec 23 % d’ouvriers, les socialistes conservent manifestement une base dans ce milieu, surtout dans la région montbéliardaise, mais en baisse notable par rapport à 1936-1937. La Fédération a étendu sa présence, avec des sections dans presque toutes les localités importantes du département. L’implantation reste cependant très fragile, en particulier dans les quelques secteurs ruraux devenus un peu plus favorables, où le secrétaire fédéral reconnaît qu’il est difficile de transformer les électeurs en cotisants85. Ce sont des instituteurs, employés, retraités des PTT, gardes forestiers ou douaniers qui animent les sections socialistes. De même au niveau des candidatures aux élections législatives ou cantonales, la Fédération présente un seul ouvrier (Jules Pagnier), aux côtés d’une majorité d’instituteurs, petits commerçants, artisans, négociants86. Dans la présentation de ses candidats, elle rappelle souvent qu’ils sont issus de vieilles familles républicaines et plusieurs d’entre eux sont des anciens combattants de la Grande Guerre. Comme le PCF, elle met en évidence le rôle de chacun dans la Résistance.

  • 87 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 4/11/1944.
  • 88 C. Pennetier (dir.), DBMO Mouvement Social, op. cit., notice Jean Minjoz.

66À l’intérieur de la SfiO, la Fédération du Doubs se distingue dans un premier temps par sa volonté d’entretenir de bonnes relations avec les communistes, avant de rejoindre les positions beaucoup plus tranchées du comité directeur. Héritiers de l’Union socialiste-communiste et du PUP des années 1920-1930, les Bisontins réclament à nouveau l’unité organique entre le PCF et la SfiO. En novembre 1944, Jean Minjoz, secrétaire fédéral provisoire, écrit à la Fédération communiste pour demander « notre réunion définitive dans une même organisation87 ». Il fait également une proposition en ce sens au congrès national extraordinaire de la SfiO les jours suivants, mais le parti reste nettement divisé sur cette question88. Le congrès d’août confirme l’unité d’action mais rejette l’unité organique. Pour leur part, les communistes bisontins restent méfiants devant les déclarations de Minjoz car au même moment, au sein du CDL, il vote avec les autres socialistes contre la candidature de Léon Nicod, auquel ils ne reconnaissent pas le titre de « résistant », car il a passé la guerre en prison. En 1945-1946, les relations entre militants sont satisfaisantes, même si l’unité d’action est rare. Alors que la SfiO refuse des listes uniques de la Résistance pour les élections municipales de 1945, l’unité se concrétise dans les principales villes du Doubs avec des listes « d’unité socialiste et communiste » présentes dès le premier tour. Une telle liste l’emporte à Besançon et Jean Minjoz accorde trois postes d’adjoint sur cinq aux communistes. En revanche, dans le Pays de Montbéliard, les relations entre les deux partis demeurent souvent moins bonnes.

67Sur le plan électoral, la Fédération socialiste bénéficie également d’un renforcement de son influence. Aux élections législatives de novembre 1946, si la SfiO recule à l’échelle nationale, elle devient la deuxième force politique dans le Doubs, avec des scores supérieures à ceux de 1936. En réalité, comme dans des départements de l’Ouest ou du Sud-Ouest, ce progrès correspond à une transformation de sa position relative qui, avec le passage à droite du radicalisme, lui fait occuper à gauche celle que celui-ci a abandonné. Minjoz devient député et maire de Besançon et s’engage dans la voie d’un socialisme municipal. Comme dans des villes du bassin minier du Nord, la municipalité développe l’action sociale et entretient par là sa clientèle électorale. Comme avant la guerre, les élections redonnent des maires socialistes à Montbéliard, Bethoncourt, Pontarlier, Baume-les-Dames.

  • 89 André Vagneron, Souvenirs d’un communiste du Doubs. Expériences croisées, op. cit., p. 42. André Va (...)
  • 90 ADD, 58 W 10, Élections municipales Besançon.

68Avec près de 80 membres, le groupe bisontin des Jeunesses socialistes est assez actif. Le jeune instituteur André Vagneron est élu au conseil national en avril 1946, réélu au congrès de l’année suivante. Les Bisontins radicalisent leurs positions sous l’influence des trotskystes de la direction nationale et expriment notamment de fortes critiques contre la colonisation. À l’occasion du congrès national, ce groupe manifeste de l’hostilité au secrétaire général Daniel Mayer. À Paris, les Jeunesses soutiennent publiquement la grève Renault et conspuent leur dirigeant à l’occasion du Premier Mai. En juin 1947, le comité directeur de la SfiO dissout cette organisation. ÀBesançon, Maurice Jouchoux, Georges Buhler, ouvrier dans le bâtiment, Mauricette Cordier, ouvrière dans l’horlogerie, André Vagneron et Guy Deherrypon, étudiant, ces derniers fils de syndicalistes bien connus, sont exclus89. Aux élections municipales d’octobre, ces contestataires franchissent le pas et présentent une « liste d’unité révolutionnaire, Jeunesse socialiste, comité de regroupement révolutionnaire ». La liste conduite par Maurice Ballay, secrétaire du syndicat CGT de l’alimentation et conseiller prud’hommal, obtient 1 % des voix90. Mais la force d’attraction du PCF, renforcée par le crédit personnel de Louis Garnier, qui a été secrétaire fédéral des JS en 1937, est bien réelle. Plusieurs jeunes exclus, comme Mauricette Cordier, Maurice Jouchoux et André Vagneron, choqués par l’anticommunisme de ces temps de guerre froide, ne tardent pas à rejoindre ce parti.

  • 91 D. Grossard, Les élections législatives dans le Doubs de 1945 à 1958, op. cit., p. 64.
  • 92 ADD, 118 J 5, liste des élus municipaux membres du PCF.
  • 93 C. Billet, Le parti communiste dans le Doubs, op. cit.
  • 94 C. Willard (dir.), La France ouvrière, , op. cit., t. 2, p. 197.
  • 95 P. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., p. 273.

69Comme la SfiO, le PCF réalise une belle progression électorale dans le Doubs, passant de 2 800 voix aux élections de 1936 à 21 400 en 1945. Il atteint 18 % des suffrages exprimés en novembre 1946, mais demeure en quatrième position derrière le PRL, la SfiO et le MRP, loin de son score national de 28 %, le plus élevé de son histoire91. Il se révèle dans les trois cantons du Pays de Montbéliard, avec plus de 20 % des inscrits. Nicod est élu député en 1945 et son parti obtient également deux conseillers généraux, à Besançon et Hérimoncourt, dix maires dans de petites communes et 121 conseillers municipaux92. À l’échelle municipale, la progression est notable, mais trop réduite et bien trop brève pour favoriser durablement une influence communiste. Aux élections d’octobre 1947, les communistes sont pratiquement écartés des conseils municipaux des grandes villes du département. Parallèlement, la diffusion de la presse augmente fortement, surtout celle de l’hebdomadaire régional. En 1945, plus de 10 000 exemplaires du Peuple comtois sont diffusés sur trois départements, dont l’essentiel dans le Doubs, mais seulement 260 à L’Humanité93. Sur le plan des effectifs, le PCF progresse plus nettement que la SfiO. À l’échelle nationale, il annonce 540 000 membres en juillet 194594. Par rapport à 1937, les effectifs de la Fédération du Doubs et du Territoire de Belfort ont doublé pour atteindre 5 150 en décembre 1946, mais il est vrai qu’ils partaient d’assez bas. Les quatre cinquièmes du total se concentrent désormais dans le premier département. Cependant, la densité communiste demeure faible, entre 158 et 214 adhérents pour 10 000 habitants, inférieure à la moyenne nationale et le rapport entre adhérents et nombre d’électeurs, qui permet d’apprécier la capacité militante du parti, demeure assez médiocre95.

  • 96 Les délégués sont élus par canton. Ce corpus de 542 communistes correspond à 10 % des effectifs de (...)
  • 97 ADD, 118 J 25, « comité de section Besançon » 1947-1948.

70Quelles sont les caractéristiques d’âge et d’origine sociale des adhérents du PCF ? Comme pour la SfiO, nous disposons de la liste des 542 délégués du PCF aux élections au conseil de la République en novembre 1946 qui en constitue une fraction partiellement représentative. Avec un âge moyen de quarante-deux ans contre cinquante et un pour le PRL, ceux-ci s’avèrent plus jeunes que ceux des autres formations politiques96 . Ils disposent d’un plus grand nombre de délégués entre vingt-cinq et trente ans. Pour autant, ils sont plus âgés que les secrétaires de syndicats CGT à la même date. Par rapport aux autres partis, le PCF présente le pourcentage d’ouvriers le plus élevé, soit 44 % de ses délégués, le double de celui de la SfiO. Par ailleurs, avec 50 cultivateurs et ouvriers agricoles, il a progressé parmi ces catégories, presque absentes auparavant, même si tout porte à croire que le nombre d’adhérents de cette composante ne va guère au-delà des présents sur cette liste. La direction fédérale reconnaît qu’un seul d’entre eux, Maurice Maire, maire de Saône, peut avoir une activité politique notable97. En revanche, le déficit est toujours aussi flagrant parmi les enseignants, au nombre de 12 sur 542 représentants. Dans le Doubs, la Résistance et la Libération n’ont donc pas vraiment élargi la base sociale du PCF.

  • 98 C. Billet, Le PCF dans le Doubs, op. cit., p. 128. R. Bourderon, Le PCF, étapes et problèmes, op. c (...)
  • 99 P. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., p. 279.
  • 100 R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 118.

71À l’échelle du pays, l’afflux des adhésions masque les difficultés organisationnelles que rencontre le parti. Ici l’élargissement du recrutement permet de multiplier les cellules locales dans les petites villes et les quartiers, mais très rarement dans des villages. Par ailleurs, les cellules d’entreprise se reconstituent lentement. En décembre 1946, la Fédération en compte 74 sur un total de 266, essentiellement de métallurgistes et cheminots. Cette proportion est supérieure à celle observée à l’échelle nationale mais très inférieure à celle de 1937, le quart du total des cellules contre plus de la moitié98. Ce recul touche en particulier le Pays de Montbéliard, alors que ce type de cellule progresse à Besançon. Le parti connaît donc une certaine « déprolétarisation »99. Le rôle du mécontentement ouvrier, de la déception par rapport à la stratégie du parti qui a fait de la Bataille de la production sa priorité, explique largement cette dégradation relative des positions ouvrières du PCF100.

  • 101 ADD, 118 J 12, Procès-verbaux des réunions du Bureau fédéral, 10/12/1946. AP Roth, « PC », conféren (...)
  • 102 ADD, 118 J 12, Procès-verbaux du Bureau fédéral, 10/12/1946.
  • 103 Cité par P. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., p. 290.

72Depuis la « bolchévisation » de 1924-1925, des adhérents émettent périodiquement des réserves à l’égard des cellules d’entreprise. Si l’activité dans les entreprises demeure au cœur du modèle politique communiste, la question se pose à nouveau avec acuité après la guerre. Dans bien des Fédérations, les cadres regrettent que beaucoup d’ouvriers préfèrent souvent militer dans les cellules locales. Cette difficulté réapparaît clairement à Besançon en 1946 puis en 1956-1957 chez Peugeot101. En 1936, le choix de la Fédération de favoriser les cellules locales, y compris pour les grandes entreprises, constituait une réponse au décalage fréquent entre lieu d’habitation et lieu de travail. Cette solution a été rapidement abandonnée mais la section communiste des usines Peugeot de Sochaux n’a pas eu le temps de s’enraciner avant la guerre. En 1946, elle compte huit cellules d’atelier, mais le bureau fédéral constate qu’elle n’a pas de militants capables d’impulser l’action politique102. En mars 1947, Frachon estime que le parti est en train de déserter les usines ; dans le même esprit, Cachin cite les usines Peugeot : « 500 ouvriers au PC sur 10 000 ! Donc aux usines, aux usines ! La base du PC, c’est la cellule d’entreprise103 ». À l’échelle du parti, les cellules d’entreprise ont une activité plus réduite qu’avant la guerre. Ce décrochage découle avant tout des nouvelles orientations politiques. Dans le cadre de sa ligne unitaire, légaliste et gouvernementale, le PCF ne cherche pas à s’appuyer sur l’action des travailleurs en tant que tels, notamment sur le lieu de travail. Dès lors, les militants tendent à privilégier l’espace résidentiel comme terrain d’action et c’est sans doute plus vrai pour les nouveaux adhérents.

  • 104 G. Willard, « Les cellules d’entreprise du PCF en 1944-1945 », art. cité, p. 72.
  • 105 ADD, 1 Z 14, résultats des élections cantonales, arrondissement de Montbéliard, 1945-1946.

73À la Libération, la CGT apparaît comme un enjeu stratégique pour le PCF, comme d’ailleurs pour la SfiO, qui cherche à reconquérir une influence sur le monde ouvrier. Mais derrière cet objectif se cachent des disparités notables en termes d’activité et des évolutions dans les parcours des militants. Dans un parti où les cadres manquent cruellement, et qui est en même temps confronté à des responsabilités nouvelles, les militants les plus expérimentés sont appelés à être partout l’élément dynamique104. Dans ce contexte, des syndicalistes confirmés aspirent à passer à d’autres fonctions, notamment celle d’élus. Suite à leur échec aux élections, plusieurs d’entre eux restent en quelque sorte des syndicalistes par défaut. Ainsi en 1945, à égalité de voix pour le poste de maire de Morteau, l’adversaire de Robert Charles l’emporte au seul bénéfice de l’âge et Gaston Genin échoue de 40 voix au second tour de l’élection du conseiller général du canton d’Audincourt, face au socialiste Reverbori105. De tels recentrages touchent également plusieurs socialistes fortement présents sur le terrain syndical avant la guerre. C’est le cas pour Jules Pagnier, engagé comme officier dans le 1er régiment de Franche-Comté, combattant jusqu’en Autriche, qui est élu maire de Pontarlier après la démission de Vauthier en septembre 1945. Pour sa part, Maisonneuve cumule son poste de secrétaire de l’UD CGT avec celui d’adjoint au maire de Besançon.

  • 106 ADD, 118 J 25, « comité de section Besançon », 1947-1948.
  • 107 ibid, Liste du comité élu le 25/01/1948.
  • 108 AP Roth, archives PCF, Cahiers des procès-verbaux cellule d’entreprise Lip et cellule du quartier C (...)

74Les communistes dirigent de nombreux syndicats et le PCF valorise cet engagement sur les professions de foi de ses candidats aux élections. Si les Montbéliardais sont souvent pleinement impliqués dans le champ syndical, restant d’ailleurs surtout des militants syndicaux, ce n’est pas le cas de la majeure partie des Bisontins. Nos sources se limitent à Besançon, ville où le secrétaire de section indique que « le travail est inexistant dans les organisations de masse »106. Parmi les membres du comité de section de la ville, seulement un cinquième d’entre eux sont délégués du personnel, secrétaires de syndicat ou membres du bureau de l’UL107. Cette situation résulte avant tout de l’histoire du développement de la CGT dans cette ville, porté par le courant confédéré. Mais nombre d’adhérents semblent également se désintéresser du syndicalisme en tant qu’activité du parti. Durant l’année 1946, les réunions mensuelles de la cellule du quartier des Chaprais évoquent seulement trois fois la CGT et celles de la cellule de l’entreprise Lip, une seule fois. Cette dernière compte pourtant plusieurs délégués du personnel, dont Colette Zingg qui est aussi conseillère municipale108. Cette quasi-absence de préoccupation syndicale ne résulte pas d’une volonté de séparer clairement activité syndicale et activité politique, mais bien d’un désintérêt. À cette date, les secrétaires de ces organisations doivent même rappeler aux adhérents la nécessité d’être syndiqués. Au moment des campagnes électorales, les militants de ces cellules évoquent leur investissement syndical : comme cette activité touche un large public, ils l’envisagent alors comme un moyen de rallier des électeurs au PCF.

  • 109 ADD, 118 J 25, Procès-verbal de la réunion du Bureau fédéral, 10/12/1946.
  • 110 ADD, 118 J 25, « Comité fédéral Fédération Doubs-Belfort », 1946-1947.

75Si les priorités du bureau fédéral demeurent les élections et le développement de l’organisation, il se préoccupe également de l’investissement dans les syndicats. Ainsi il voudrait resserrer ses liens avec les militants engagés dans ce champ. fin 1946, le bureau prend la décision d’intégrer les secrétaires d’UL dans les bureaux des sections du parti109. À cette date, les syndicalistes représentent un quart du comité fédéral et seuls deux d’entre eux, Robert Charles et Mathilde filloz siègent au bureau de la Fédération110. Cette sous-représentation réflète la faible place occupée par les représentants du Pays de Montbéliard dans ces instances depuis la reconstruction de l’organisation, alors qu’il s’agit des militants les plus investis dans le syndicalisme. Si le bureau fédéral porte une attention particulière à la section d’entreprise de Sochaux, c’est davantage pour s’inquiéter des rapports entre tendances que de l’activité syndicale concrète.

  • 111 ADD, 118 J 25, « questionnaires biographiques ».
  • 112 X. Vigna, Histoire des ouvriers en France, op. cit., p. 230-231.
  • 113 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement Social, op. cit., notice Louis Garnier.

76Il faut attendre les années 1948-1950 pour que les dirigeants de la Fédération s’en préoccupent davantage. Entre-temps, le parti a pris conscience de l’ampleur de son recul en milieu ouvrier et il veut resserrer ses liens avec les entreprises. Dès lors, les responsables cherchent à s’appuyer sur des militants qu’il s’agit de spécialiser, soit dans les tâches autour de la cellule d’entreprise, soit dans l’activité syndicale. Cette sélection s’avère délicate alors que les forces vives sont déjà monopolisées par la CGT. Les appréciations portées par le secrétaire fédéral Louis Garnier sur les questionnaires biographiques rédigés par les militants servent à cette spécialisation111. Quand elle ne s’est pas faite sur le terrain, l’affectation d’un champ d’intervention à tel ou tel militant peut se faire d’office, souvent sans avoir été ni bien préparée, ni bien suivie ensuite. Ceux qui veulent agir dans l’entreprise distinguent mal ce qu’ils peuvent y faire de spécifique et distinct d’un syndicalisme conçu de façon très politique. Le responsable de la section d’entreprise doit organiser la participation aux campagnes électorales, la diffusion de la presse, le recrutement pour le parti et encourager les discussions politiques dans les ateliers. La section des usines Peugeot de Sochaux est réorganisée en ce sens au début des années 1950, ce qui permet d’obtenir un meilleur fonctionnement et de stabiliser le nombre d’adhérents autour de 200. Ce chiffre témoigne d’ailleurs de la faiblesse générale de la structuration communiste en milieu ouvrier, même dans les grandes usines métallurgiques du pays112. En même temps, une telle base pourrait être extrêmement efficace avec une autre politique et un rôle actif accordé aux adhérents. Ces militants reprennent la diffusion régulière du journal de la section Le Lion rouge, mais l’activité politique demeure limitée. Comme dans la plupart des entreprises, la présence communiste s’oriente surtout vers le syndicalisme. Cette période voit également la part des syndicalistes progresser au sein du comité fédéral, pour atteindre plus de la moitié des membres en 1956. Enfin, signe de ces nouvelles préoccupations comme de leur étroite complicité, Louis Garnier et Robert Charles, secrétaire de l’UD CGT et membre du Bureau fédéral, prennent l’habitude de se rencontrer chaque semaine pour discuter des questions syndicales113.

77Hormis à Besançon pour les socialistes et à Audincourt pour les communistes, les positions de ces partis sont fragiles, y compris dans les villes ouvrières, la droite s’installant à Montbéliard comme à Pontarlier à partir de l’automne 1947. Le parti communiste est loin d’être aussi structuré que dans d’autres régions, ce qui n’est pas sans conséquence sur sa capacité à mobiliser ses propres forces durant la crise politique et sociale de 1947.

La crise sociale : le Doubs en première ligne en septembre, en net retrait en nombre

  • 114 Chiffres mensuels de la Revue française du Travail, cité par Robert Mencherini, Guerre froide, grèv (...)
  • 115 Ibid., p. 136-138.

78Le 25 avril 1947, une grève animée par des trotskystes de l’Union Communiste Internationaliste paralyse deux ateliers des usines Renault. Pour l’obtention d’une augmentation horaire de dix francs, le conflit s’étend en dépit de l’opposition très vive de la CGT. La grève touche bientôt la totalité de l’effectif. À ce stade, la crise sociale se transforme en crise politique. Le PCF choisit finalement de soutenir les revendications et rompt de fait la solidarité gouvernementale. C’est un choix politique, car cette grève lui montre que le danger de perdre le contrôle de sa base ouvrière est bien réel. Le 5 mai, le président du Conseil, Paul Ramadier, retire leurs délégations ministérielles aux communistes. Cette éviction n’a pas de conséquence immédiate sur la stratégie du PCF, qui se considère toujours comme un parti de gouvernement. Cette crise politique favorise la première vague de grèves depuis la fin de la guerre, avec 500 000 journées de travail perdues en mai et environ 6 millions en juin114. Sans les encourager, le PCF laisse désormais les luttes se développer. À la suite de Renault, des grèves éclatent dans la métallurgie, puis en juin, à la SNCF et dans les banques. Les causes profondes de ces mouvements sont les pénuries persistantes et la baisse du pouvoir d’achat des salariés. Le 3 juin 1947, Ramadier accuse le PCF d’être le « chef d’orchestre clandestin » de ces grèves. Or, son comité central a lancé dès le 3 mai des appels à la responsabilité : Thorez fait appel à la prudence et à la modération pour que les militants ne se laissent pas emporter par des actions inconsidérées115. Si la CGT ne prend pas l’initiative des mouvements revendicatifs, à l’évidence, ses militants ne restent pas à l’écart. La préoccupation de la confédération est alors plus de canaliser que de stimuler des grèves. Dans le Doubs, Genin insiste lors d’une réunion de la commission administrative de l’UD sur l’attitude à avoir face aux grèves :

  • 116 ADD, 95 J 2, Registre des procès-verbaux de la CA de l’UD CGT, 14/06/1947.

Entre responsables réunis, nous ne devons pas approuver certains militants, qui n’ont pas assez suivi leur travail syndical envers les adhérents. Ils sont plus ou moins documentés et déclenchent des grèves, ou certains éléments favorables au patronat entraînent principalement les jeunes à des mouvements indisciplinés116.

79Ce positionnement d’un membre de la CE de la Fédération des métaux, confirmé par les autres responsables communistes, prouve qu’à cette échelle aussi le PCF ne joue pas au « chef d’orchestre clandestin ». Par ailleurs, les dirigeants ex-confédérés de l’UD regardent avec la même réserve des grèves qu’ils ne maîtrisent pas, quand ils ne s’y opposent pas de façon frontale comme le socialiste Pagnier à Pontarlier.

  • 117 ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 23/06/1947, et commandant de gendarmerie au sous (...)

80Les mouvements revendicatifs se poursuivent dans le textile et la métallurgie. À la mi-juin, le personnel des filatures et tissages Japy à Audincourt et Exincourt cesse le travail pour obtenir la réintégration de Francis Reiss, secrétaire du syndicat CGT et responsable régional de la Fédération du textile. Le lendemain, les usines de Bethoncourt et Sainte-Suzanne rejoignent la grève et le syndicaliste est réintégré. Le conflit rebondit quelques jours plus tard sur les salaires en liaison avec le mouvement commencé dans d’autres filatures. Les syndicats CGT du textile demandent l’application du salaire moyen maximum comme base de toute rémunération et l’octroi de primes à la production. Pour mettre fin à l’agitation grandissante, le gouvernement reconnaît le principe de telles primes. Mais il fixe le taux de la provision, accordée avant la conclusion des accords paritaires dans les entreprises, entre 5,50 et 7 francs, soit très en deçà des 10 francs réclamés par la CGT. Un accord régional intervient le 28 juin sur la base des concessions accordées par le patronat du textile117. Pour peser sur les négociations sur la base de l’arrêté gouvernemental, la Fédération de la métallurgie organise une « grève d’avertissement de vingt-quatre heures » le 1er juillet. C’est un succès national et la grève est totale dans la plupart des usines du département. La CGT obtient très souvent un accord prévoyant la mise en place des primes à la production. Et nombre d’entreprises accordent aussi un acompte provisionnel de 1 000 francs sur ces primes à venir. Si le plus souvent les majoritaires de la CGT ne s’opposent plus aux grèves, ils s’efforcent de les contenir et de limiter les revendications aux primes de rendement. De cette manière, CGT et PCF cherchent à maintenir les objectifs de la Bataille de la production.

  • 118 ADD, 1 Z 131, tract CFTC, 15/09/1947. ADD, 95 J 2, « correspondance UD avec la préfecture », Lettre (...)
  • 119 ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 1/09/1947.
  • 120 Ibid., Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 11/09/1947.

81À partir du 25 août, l’usine Peugeot de Sochaux inaugure une nouvelle poussée gréviste qui touche essentiellement la province. Elle s’explique essentiellement par l’aggravation catastrophique du ravitaillement, la ration de pain étant réduite à 200 grammes par jour et les boulangeries fermées plusieurs jours par semaine, conjuguée au décalage croissant entre les prix et les salaires. ÀMontbéliard, le pain vendu à 11,80 francs le kilo en mai atteint 28 francs à la mi-septembre118. La viande, vendue à 300 francs le kilo en juillet, reste un luxe pour une large part de la population. La grève a été déclenchée par de petits groupes d’ouvriers pour réclamer une hausse de salaire horaire et le mouvement s’étend facilement. Le 28 août au matin, l’ensemble du site est paralysé par 9 000 grévistes, qui confirment leur décision par référendum le lendemain119. L’usine Japy de Fesches-le-Châtel se met en grève le 29 août dans les mêmes conditions. Chez Peugeot, la CGT n’est pas à l’origine de cette grève, mais dès le premier jour, les syndicalistes de la forge participent au mouvement, voire à son extension. Comme dans d’autres départements, la base du parti communiste est entraînée dans ces actions. Le sous-préfet de Montbéliard estime que les représentants syndicaux de Sochaux ont fait tous leurs efforts pour empêcher cette grève totale120. Mais une fois la grève effective, les responsables régionaux de la métallurgie et le secrétaire de l’UL annoncent dans un meeting qu’ils lanceront un appel à l’extension de la grève à toute la région, si les revendications de Peugeot n’aboutissent pas. Des militants cégétistes sont entraînés par les grévistes à l’idée d’étendre le mouvement.

  • 121 ADD, 145 J, fonds CEMO, « syndicat des métaux de Sochaux », PV de la réunion du 1/09/1947.
  • 122 ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 1/09/1947.

82Les représentants du syndicat de Sochaux et Semat, secrétaire fédéral de la métallurgie, obtiennent une concession de la direction sur les salaires des forgerons, mais l’entrevue au ministère du Travail au sujet de l’amélioration des conditions de vie échoue. Genin et le conseil syndical de la CGT sochalienne, composé pour une large part de militants de la tendance Force ouvrière, prévoient d’organiser un référendum et se prononcent pour l’arrêt de la grève121. Au cours du meeting avant le vote, Genin présente les résultats des négociations et dénonce un mouvement qui « s’oriente désormais contre le gouvernement122 ». Il est fréquemment sifflé, hué par des grévistes. Le vote qui suit donne à nouveau une forte majorité pour la grève. Le mouvement s’étend aux entreprises voisines, avec 18 500 grévistes le 3 septembre. Comme dans le Puy-de-Dôme, l’extension se fait surtout sur une base géographique, ces grèves « alimentaires » de septembre touchant toutes les branches d’industrie des régions concernées.

83Lors de la commission administrative de l’UD, les ex-confédérés restent prudents sur l’opportunité d’une grève générale départementale, mais ne condamnent pas les mouvements en cours. Maisonneuve souhaiterait même que le bureau confédéral appelle à la grève. Il propose une « grève départementale d’avertissement de quarante-huit heures », mais avec de nombreuses exceptions, notamment pour les PTT, les chemins de fer, le gaz et l’électricité, les services publics et les boulangers, un appel voté à l’unanimité. Maisonneuve publie alors un article qui dénonce le discours gouvernemental sur le PCF, « chefd’orchestre clandestin » des grèves. C’est une aubaine pour les communistes et Le Peuple comtois choisit de reproduire le texte de cet ex-confédéré :

  • 123 Le Peuple comtois, 7/9/1947.

Que nos patrons et autres supporters réactionnaires essayent de faire croire au public que les grèves actuelles sont des grèves politiques, cela se conçoit, mais ce qui serait lamentable, ce serait de voir des travailleurs mal informés suivre aveuglément ces slogans intéressés. Camarades, l’heure est grave. Pour défendre vos intérêts, il faut faire autre chose que des parlottes basées sur des renseignements donnés par nos adversaires. Camarades, au coude à coude, tous ensemble contre la famine, pour la paix et la liberté123.

84Le Peuple comtois poursuit :

Nous voulons du pain, du sucre ! En prison les mercantis de la pomme de terre, les trafiquants du blé ! Nous voulons le contrôle des frontières ! Nous voulons la peine de mort pour les affameurs.

  • 124 Ibid.

85L’appel à la grève est largement suivi avec des manifestations importantes y compris dans les petites villes124. Chez Peugeot, la reprise du travail a lieu le 8 septembre, après l’obtention de 3,5 % de hausse des salaires, en plus des accords CGT-CNPF, puis le 10 dans les dernières entreprises.

  • 125 A. Lacroix-Riz, La CGT de la Libération à la scission, op. cit., p. 303-304.
  • 126 R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 139-140.

86Pas plus qu’au printemps, le PCF ne joue au « chefd’orchestre clandestin » de ces mouvements. Si la région parisienne, fief de la majorité confédérale, reste très discrète à l’heure où la province s’enflamme, c’est justement en raison d’une efficace pression exercée par les responsables syndicaux communistes125. Les mises en garde de Genin reflètent la prudence du parti qui garde sa stratégie de « parti de gouvernement ». Ces grèves ne touchent d’ailleurs pas le Territoire de Belfort, où les dirigeants majoritaires encadrent mieux leurs troupes. Pour Robert Mencherini : « La marge de manœuvre du PCF est étroite : la stratégie préconisée est alors celle de grèves départementales qui permettent à la fois de garder le contrôle des protestations tout en désamorçant les initiatives intempestives126. » Dans le Doubs, cette position correspond également à celle des ex-confédérés.

  • 127 Ibid., p. 67-78.

87Si les ouvriers du Pays de Montbéliard sont les premiers à se mobiliser début septembre, ils restent en retrait des grèves en novembre-décembre 1947. Celles-ci constituent un mouvement volontariste et d’affrontement violent structuré par le PCF, mais qui ne présente pas de contenu véritablement insurrectionnel127. La forme de ces événements résulte de l’interprétation radicale du tournant polonais par une partie des militants et de l’encadrement communiste. En effet, du 22 au 28 septembre, les dirigeants de neuf partis communistes européens se réunissent à Sklarska-Poreba en Pologne. On connaît l’importance de cette conférence pendant laquelle Jdanov prononce son discours sur la division du monde en deux blocs antagonistes. C’est seulement après le comité central des 29 et 30 octobre que les militants prennent véritablement la mesure de ce tournant. Thorez ne reconnaît rien moins que s’être trompé lors de l’alliance du Front populaire avec Daladier, puis pour celle derrière De Gaulle durant la guerre ! Pour le PCF, la reconquête de l’indépendance de la France passe désormais par la lutte contre ceux qui favorisent l’application de la politique américaine dans le pays.

  • 128 Pour la chronologie et le récit de la mobilisation, R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op (...)

88En novembre-décembre 1947, le mouvement de grèves est développé de manière volontariste par le courant majoritaire de la CGT128. La mobilisation commence le mercredi 12 novembre à Marseille, puis le 15 dans le bassin minier du nord de la France. La première semaine voit l’extension volontariste des arrêts de travail. Ensuite, jusqu’au mercredi 26 novembre, le gouvernement Schuman, qui incarne le nouveau front commun des socialistes et du MRP, commence sa contre-offensive. Pendant dix jours, la montée des violences va de pair avec un reflux certain du mouvement. La reprise du travail a lieu les 9 et 10 décembre. Quelques régions connaissent une forte mobilisation et des formes d’actions dures. Dans le Doubs comme dans une large partie du pays, le mouvement naît difficilement ou n’arrive pas à s’étendre. Une violente campagne anticommuniste accompagne ces événements. Elle se déchaîne à la radio et dans la presse, entraînant toutes les forces politiques des socialistes à l’extrême-droîte, qui affirment en cœur que la République est menacée par le communisme et l’URSS. Ce déchaînement trouve un écho au sein de la base socialiste et ces clivages pèsent lourdement sur les possibilités de mobilisation.

  • 129 Le Peuple comtois, 16/11/1947.
  • 130 Ibid., 23/11/1947.

89La Fédération communiste du Doubs s’engage tardivement dans la mobilisation. Dans son édition du 16 novembre, Le Peuple comtois ne relaie pas les événements de Marseille, ni le début des grèves dans les charbonnages. Il signale une « importante résolution de l’UD qui reprend les revendications de la CGT », sans les citer129. L’éditorial de Nicod, titré « Pour la France » : affirme « quand communistes et socialistes s’unissent, la Réaction est battue ». Ce positionnement relève encore des schémas d’analyse antérieurs à la nouvelle stratégie. C’est seulement le 23 novembre que l’hebdomadaire publie en Une le « Manifeste aux travailleurs de France », rédigé par le CCN de la CGT. Ce texte s’accompagne d’un éditorial titré : « Le parti américain, c’est la capitulation130 ». Mais Le Peuple comtois ne donne toujours pas d’informations sur les grèves en cours, alors que L’Humanité annonçait la veille un million de grévistes. Seule l’édition du 30 novembre consacre toute sa Une aux grèves.

90Les modalités de consultation des salariés constituent dès le départ un enjeu entre les tendances syndicales. Au CCN de la CGT des 12-13 novembre, la majorité derrière Frachon est favorable à une consultation de l’ensemble des travailleurs, tandis que Jouhaux et les minoritaires s’y opposent au nom du respect des structures syndicales : pour ces derniers, la décision d’entrer en grève doit revenir aux seuls syndiqués. Pourtant, pas plus Jouhaux que Frachon ne se sont souciés de faire appel aux adhérents en 1945-1946. Partisans et adversaires de la grève s’opposent à propos du vote à main levée ou à bulletins secrets. La distinction entre ces types de vote est loin de correspondre à une décision imposée d’un côté ou librement choisie de l’autre et des votes à bulletins secrets peuvent être favorables à la grève. Mais il est vrai que dans ce contexte, le vote à main levée peut constituer une manière d’imposer l’arrêt du travail. Il paraît évident que plus le temps passe, moins les décisions d’arrêter le travail sont enthousiastes.

  • 131 ADD, 145 J, fonds CEMO, « CGT », Compte-rendu réunion du conseil syndical, 20/11/1947.
  • 132 ADD, 145 J, fonds CEMO, « CGT », tract des « minoritaires » de Sochaux.
  • 133 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 2, p. 71
  • 134 ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 25/11/1947.
  • 135 Ibid., 27/11/1947.

91Chez Peugeot à Sochaux, la question de la grève relative aux revendications nationales de la CGT est soulevée lors d’une réunion du conseil syndical le 20 novembre et un seul délégué se serait prononcé en faveur de la grève131. Le lendemain, lors d’une réunion de plusieurs syndicats de la métallurgie sous la présidence de Genin, les syndicalistes sochaliens présents se déclarent contre la grève et annoncent l’organisation d’un référendum le lundi après-midi. Le courant Force ouvrière, majoritaire dans ce syndicat, espère l’emporter. Ce jour-là, Genin et Cattin organisent dans la matinée des réunions dans les différents secteurs de l’usine en défendant la grève. Ce vote à bulletin secret du 24 novembre donne une majorité pour le travail, avec 5 860 voix sur 8 834 votants, mais aussi une forte minorité de 2 826 travailleurs en faveur de la grève132. Ce vote sert d’exemple à la CFTC et au préfet du Territoire de Belfort pour combattre la décision prise à main levée en faveur de la grève à l’Alsthom : à Belfort, il fait placarder des affiches, tourner des voitures-radio dans les rues et mobilise plus de 200 policiers et gendarmes aux portes de cette usine133. Le personnel de la SMA à Arbouans vote en faveur de la grève le samedi 22. Mais les travailleurs restent indécis et cessent seulement le travail le lundi soir, peu après l’usine Jenny. À la Compagnie des Forges, alors qu’une faible majorité (50 voix) s’est affirmée en faveur du travail, Genin obtient ce lundi 24 novembre un vote à main levée à l’arrivée des doubleurs et la grève démarre aussitôt. En fait, 180 ouvriers reprennent le travail dès le lendemain, et le 26 novembre, un piquet de grève venu de la SMA tente de bloquer l’entrée. La gendarmerie intervient et le mouvement ne débute pas vraiment dans cette usine. Chez Peugeot-Japy Valentigney, le secrétaire de l’ULFrancis Reiss réussit à faire démarrer la grève durant l’après-midi du 24. Des ouvriers ont coupé les moteurs et le vote se déroule à main levée avec un tiers de l’effectif. L’inspecteur du Travail intervient ensuite pour organiser une procédure à bulletin secret, qui reconduit la grève134. Les dirigeants régionaux de la Fédération des métaux portent alors leurs efforts chez Peugeot à Sochaux. Le 26 novembre, après le débrayage d’une centaine d’ouvriers à la fonderie, Genin entraîne un groupe d’une vingtaine de grévistes, avec des jeunes et des travailleurs algériens, pour se rendre dans les usines de carrosserie et de mécanique135. Mais ils ne sont pas suivis et la police procède à six arrestations. Le 26 novembre, lorsque le gouvernement avance ses propositions, le Doubs compte donc seulement trois usines véritablement en grève.

92Le gouvernement passe alors à l’offensive. Le ministre de l’Intérieur Jules Moch demande aux préfets d’intervenir rapidement et de faire évacuer les locaux occupés. Le 26 novembre, l’assemblée nationale vote les « lois de défense de la République », autorisant la levée immédiate de 80 000 réservistes. En même temps, le gouvernement accorde une indemnité exceptionnelle de vie chère de 1 500 francs payable à partir du 1er décembre et le relèvement des allocations familiales. Mais les Fédérations en grève et le PCF refusent que soit écarté le principe de la révision trimestrielle des salaires selon la hausse des prix. Les minoritaires de Force ouvrière appellent à la reprise du travail et à des consultations à bulletins secrets dans les entreprises.

93Dans un premier temps, les ex-confédérés bisontins se montrent attentistes. Réunie seulement le 27 novembre, c’est-à-dire après la phase d’extension des grèves, la CA de l’UD est l’occasion pour les militants confédérés de manifester leurs réserves, mais ils n’évoquent pas l’appel à la reprise de la tendance Force ouvrière lancée ce même jour. Formellement, les militants sont d’accord sur les revendications du CCN et sur le principe de la grève. La discussion porte sur la consultation de tous les travailleurs, à la suite des très vives critiques exprimées par Jouhaux lors du CCN. À cette occasion, neuf représentants de Fédérations et quatorze d’UD ont soutenu ses protestations, dont Maisonneuve pour le Doubs, ceux de Belfort et du Jura. Louis Clerc s’élève contre la manière dont le mouvement a été lancé :

  • 136 ADD, 95 J 2, Procès-verbaux des réunions de la commission administrative de l’UD, 27/11/1947.

Certaines fédérations ont peut-être eu tort. Dans les métaux, on s’est aperçu après consultation que la grande majorité était contre la grève. Il ne fallait consulter que les syndiqués. Je suis d’accord avec la position de Jouhaux. Si le mouvement avait été limité, alors peut-être aurions-nous eu une majorité et j’affirme que les métallurgistes malgré les grèves récentes auraient suivi comme tout le monde136.

  • 137 Ibid.

94L’assemblée décide finalement d’envoyer un télégramme à la direction de la CGT : « En présence de grèves locales dans le département, la commission administrative de l’union départementale du Doubs préconise la grève générale et attend la position du Bureau confédéral. »137 À cette date, les confédérés de l’UD acceptent donc formellement la grève, mais sans s’engager.

  • 138 ADD, 53 W 4, Rapport mensuel du préfet, novembre 1947.

95Ils changent de position à partir de l’appel à la reprise du travail lancé par la tendance Force ouvrière. À l’occasion d’une assemblée élargie de l’UL de Besançon réunie début décembre, les divergences entre militants favorables à la grève et les autres s’expriment avec vigueur. Les confédérés gardent le principe de la consultation de tous les syndiqués pour se prononcer sur la grève. Mais ils ne s’empressent pas de réunir de telles assemblées d’adhérents, alors qu’ils avaient en principe défendu la grève générale le 27 novembre. Entre-temps, les dirigeants de l’UD se sont ralliés à la position de Force ouvrière. Les résultats définitifs des consultations sont connus trop tard, le 8 décembre, au moment où la reprise s’amorce à l’échelle du pays. Même si la grève a été votée, l’engager n’a plus beaucoup de sens. Sur 63 syndicats bisontins, 29 s’affirment contre la grève, 7 pour un mouvement partiel et 3 pour (bâtiment, cheminots, Fédération postale). Un tiers des syndicats n’a pas organisé cette consultation. Seule une petite minorité de cheminots, ouvriers du bâtiment et facteurs sont en grève depuis les premiers jours de décembre138. Dans le Pays de Montbéliard, les derniers grévistes ont déjà repris le travail le 4 décembre.

  • 139 R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 56.
  • 140 Jean-Jacques Becker, Le parti communiste veut-il prendre le pouvoir ? La stratégie du PCF de 1930 à (...)

96Comme d’autres départements d’industrialisation à dominante rurale, le Doubs appartient à la zone du pays où la grève a été faible. La Haute-Saône n’a connu aucun arrêt du travail et le Jura presque rien non plus139. Sans doute, la lassitude très nette qui règne dans la concentration industrielle de Montbéliard-Audincourt à la suite des mobilisations de septembre peut expliquer cette participation très réduite. Huit jours de grève représentent une perte pécuniaire certaine et il s’agit de la durée la plus longue pour l’ensemble des départements touchés à cette période. Les bassins miniers ou la région parisienne ne connaissent pas une telle lassitude, puisqu’ils n’ont pas participé à cette mobilisation de septembre et que les grèves de mai sont déjà loin. À contrario, les ouvriers du Puy-de-Dôme, mobilisés en septembre, participent à nouveau de manière massive en novembre. Selon Jean-Jacques Becker, ces grèves : « Furent sans aucun doute des grèves de masse dans les premiers secteurs à être entrés dans la lutte, puis des grèves de plus en plus minoritaires au fur et à mesure qu’on souhaita à toute force élargir le mouvement140. » Le caractère politique du mouvement apparaît surtout après le 26 novembre, lors du refus de la proposition gouvernementale par le comité central de grève. Les travailleurs appelés à faire grève après cette date n’ont donc pas la même vision des enjeux que ceux qui se sont engagés dès la première phase. La nature politique du conflit engagé par le PCF leur apparaît nettement et ils se rendent compte du décalage entre leurs aspirations et celles de ce parti. La majorité d’entre eux ont compris qu’il encourage la mobilisation pour ses propres objectifs alors qu’il s’opposait encore aux grèves trois mois plus tôt. Comment les métallos de Sochaux qui ont sifflé Genin lors de ses appels à la reprise du travail en septembre, pourraient-ils le suivre de bon gré lorsqu’il revient brutalement les exhorter à la grève en décembre ? Enfin, l’absence d’appel général à la grève de la part des Fédérations majoritaires renforce la méfiance même des fractions combatives.

  • 141 ADD, 118 J 12, Cahier des procès-verbaux des réunions du Bureau fédéral, 13/12/1947.

97Du côté du PCF, les militants du Doubs ne s’engagent pas fermement : ils n’organisent pas de meeting et le bureau fédéral signale la « défection de certains camarades lors des grèves […] Beaucoup de camarades n’ont pas compris l’enjeu de la bataille141 ». Dans ce département, la faible structuration du parti et les réticences d’un certain nombre de militants expliquent ces difficultés à mobiliser pour des objectifs clairement politiques. Les ouvriers les plus à même de suivre les mots d’ordre du PCF sont entourés d’ouvriers socialistes et d’autres nettement conservateurs, tous particulièrement hostiles en ce début de guerre froide. De plus, le déroulement des grèves donne lieu à des affrontements ouverts entre tendances, essentiellement à Sochaux et à Fesches-le-Châtel, où les syndicalistes confédérés, notamment ceux qui sont les plus liés à la SfiO, s’opposent aux grèves.

  • 142 ADD, M 3069, Commissariat spécial de Montbéliard, 9/12/1947.

98Après leur ultime tentative pour faire démarrer la grève le 8 décembre, le conseil syndical des métaux CGT de Sochaux décide l’après-midi même de démettre Genin et Cattin de leurs fonctions de président et de secrétaire du syndicat142. Leurs actions ont soulevé l’hostilité des autres dirigeants, majoritaires compris, puisque dix voix sur douze exprimées s’opposent à eux. Ce vote montre d’abord que les minoritaires de la CGT disposent d’un poids important dans la direction de ce syndicat, même si des militants du PCF sont à sa tête depuis 1945. Par ailleurs, certains communistes se sont alignés derrière les militants de la tendance Force ouvrière. Non seulement ils n’ont pas accepté le tournant politique d’octobre, mais ils se désolidarisent des actions de Genin et Cattin. Les jours suivants, chaque tendance diffuse un tract. Celui des partisans de la majorité confédérale porte les signatures de 106 militants, dont seulement 30 délégués sur un total de 80. Parmi les signataires, la plupart communistes, apparaissent quelques délégués élus avant la guerre et d’autres qui deviendront les piliers du syndicat pour les années 1950 : Gauchet, Grob, Pintucci, Fallot à l’OGUD ; Maurice Chognard et Girot pour la carrosserie ; Georges Bailly en mécanique ; Falconi, Paquet, René Perraud à l’emboutissage ; Paul Volbert, Marcel Voisard aux forges et Raymond Vieillard en fonderie.

  • 143 A. Bergounioux, Force ouvrière, op. cit. ; Denis Lefebvre, 19 décembre 1947, Force ouvrière, Paris, (...)
  • 144 R. Mencherini, Guerre froide, grève rouge, op. cit., p. 86.
  • 145 D. Lonchampt, Trois hommes de cœur, op. cit., p. 304.
  • 146 ADD, 118 J 25, liste des secrétaires de syndicats CGT du bois et bâtiment avec appartenance politiq (...)

99La décision de quitter la CGT est prise à la conférence nationale des « Amis de Force Ouvrière » les 18 et 19 décembre, à laquelle participent les Bisontins Maisonneuve et Raulin. Ce sont surtout les représentants des groupes départementaux qui poussent à la rupture143. Les aides financières des États-Unis et du ministère du Travail à Force Ouvrière ne sont plus aujourd’hui contestées. Elles facilitent la mise sur pied de la nouvelle organisation, mais n’expliquent en rien la scission. Robert Mencherini affirme que : « Ce sont les désaccords politiques et idéologiques, exacerbés par le déroulement des grèves à la base, qui conduisent des militants à la vouloir et à l’assumer144. » Les informations sur les brutalités des communistes dans d’autres régions et le poids de la tendance confédérée à l’échelle départementale expliquent que les minoritaires rejoignent très majoritairement Force ouvrière. Pour la plupart d’entre eux, le choix s’opère dans les premiers jours de décembre. Au-delà des clivages entre tendances à l’intérieur de la CGT, les syndicalistes socialistes (Maisonneuve, Raulin, Durif à Sochaux), souvent membres de la direction fédérale, entendent les consignes de leur parti, répercutées notamment par Minjoz, devenu anticommuniste. Il faut tenir compte également de l’autorité de Pagnier, qui s’opposait publiquement à toute agitation sociale déjà depuis le printemps145. Mais tous les responsables ex-confédérés ne basculent pas : Maisonneuve et Raulin échouent à entraîner Georges Vagneron. Pourtant, au printemps 1946, les communistes le considéraient sévèrement comme un « socialiste antiunitaire146 » et il défendait encore fermement les positions de Jouhaux à la fin novembre. Son choix de rester à la CGT était donc loin d’être acquis : très attaché à l’indépendance du syndicalisme, Vagneron choisit de privilégier l’unité organique car il ne veut pas revivre une troisième scission. La scission sépare donc les responsables syndicaux, mais la masse des adhérents reste en général à l’écart de cette rupture.

100L’impact est très lourd avec le passage à la nouvelle confédération de la moitié du bureau et de la commission administrative de l’UD CGT, de quatre secrétaires d’UL (Besançon, Baume-les-Dames, Pontarlier, Ornans) sur sept et de la moitié des secrétaires de syndicats, en majorité dans la partie sud du département. Dans le Territoire de Belfort, la majorité de l’UD rejoint également Force ouvrière et le typographe André Bergeron accède au poste de permanent syndical.

Le maintien d’une forte combativité ouvrière jusqu’en 1950

  • 147 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 260-261.

101Les grèves de novembre-décembre 1947 n’ont pas été la queue des mouvements revendicatifs commencés au printemps. Au contraire, ils rebondissent peu après. Dans le Pays de Montbéliard, le bourgeonnement des grèves à l’automne 1948 s’insère dans un cycle plus long. Aux quatre coins du pays éclatent des conflits durs mais localisés. La grève chez Peugeot se termine le jour même où la Fédération CGT du sous-sol mobilise. Ce conflit qui embrase les bassins miniers en octobre constitue le dernier essai de la CGT pour mobiliser l’ensemble d’un secteur professionnel : après l’échec de cette lutte sévèrement brisée, chaque acteur campe sur ses positions147. Hiver 1950, nouveau surgissement : la grève secoue la métallurgie de plusieurs régions, notamment le Pays de Montbéliard et le Territoire de Belfort. Des revendications surtout salariales jettent nombre d’ouvriers dans la rue.

Les revendications : le poids du retard salarial

  • 148 S. Sirot, La grève en France, op. cit., p. 64.
  • 149 ADD, 1 Z 128, Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 15/11/1948.
  • 150 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 246.
  • 151 ADD, 95 J 2, Registre des PV de la CA et du bureau de l’UD CGT, 20/11/1948.
  • 152 Le Peuple comtois, 18/02/1950.

102La revendication salariale apparaît, sur la durée, comme le principal enjeu des grèves, presque hégémonique jusque dans les années 1970148. En 1948, les salaires n’ont pas encore rattrapé le niveau de 1938. Ce déficit de pouvoir d’achat en période de forte inflation continue de susciter un fort mécontentement. Pomme de discorde au sortir de la guerre, la question des zones de salaires n’a pas disparu. Le gouvernement a réduit les abattements de zone par palier, passés de 26 % en 1945 à 7 % en 1948. Mais ces inégalités géographiques continuent de préoccuper les travailleurs. Ainsi en octobre 1948, les grévistes de Peugeot-Frères à Hérimoncourt ou de Peugeot Sochaux demandent une réduction de l’abattement. Aux yeux des syndicalistes CGT, l’arrêté interministériel apparaît comme une caricature de dézonage : il n’établit toujours pas de zone unique sans abattement pour les 173 communes industrielles du département. De plus, les allocations familiales sont toujours calculées à partir du domicile du salarié, ce qui entraîne d’importantes différences au sein du personnel, en particulier chez Peugeot149. Dans cette firme, la direction rechigne à appliquer les baisses de taux successives, en invoquant une « augmentation insurmontable des coûts de production par rapport aux constructeurs parisiens150 ». Et selon la CGT, les patrons du sud du département n’appliquent pas le changement de zone151. Les différences de salaire peuvent également conduire à une mobilisation plus active de telle ou telle catégorie de salariés. Ainsi lors de la grève de l’horlogerie en 1950, les jeunes filles se mobilisent pour demander la réduction des écarts de salaire qu’elles subissent par rapport aux hommes. Par exemple, à la fabrique d’aiguilles Huguenin à Besançon, une jeune ouvrière qui devrait gagner 70 francs de l’heure n’en perçoit que 28152.

103Les revendications salariales générales sont à l’origine de conflits majeurs en 1948 et en 1950. Après l’avoir abandonnée à l’époque de la Bataille de la production, la CGT défend à nouveau l’échelle mobile des salaires qui doit permettre de garantir un minimum vital. À partir de septembre 1948, la demande d’une hausse de salaire de 20 % constitue la principale des revendications immédiates mises en avant par la CGT. En juin, les salaires sont à l’origine d’arrêts de travail de un à huit jours dans onze entreprises du département (Bost à Ougney-Douvot, Bourquin à Ornans, les transports Monts Jura...) et ils sont presque aussi nombreux en juillet. À Belfort, Alsthom connaît également six jours de grève très suivie par le personnel ouvrier pour obtenir une augmentation des primes de rendement. Après l’échec des interventions spécifiques pour limiter les hausses de prix en 1946, les syndicats considèrent les hausses de salaire comme la seule réponse envisageable pour obtenir une progression du pouvoir d’achat. Par ailleurs, la situation du ravitaillement s’améliore : le rationnement du pain disparaît en janvier 1949, celui du lait, du chocolat, des corps gras et des tissus en mars-avril.

104Ces revendications prennent place dans des relations sociales propres à chaque entreprise, d’autant que c’est à cette échelle que la CGT invite ses militants à élaborer et à présenter régulièrement des cahiers de revendications. Les demandes spécifiques à une entreprise, à un atelier ou à une catégorie de personnel se multiplient, généralement accompagnées par des revendications générales. Elles semblent d’autant nécessaires que le gouvernement définit le cadre général des relations sociales jusqu’en 1950. En 1949, les confédérations syndicales se prononcent pour une augmentation immédiate en prévision du retour prochain à la liberté des salaires. Elles réclament à nouveau l’échelle mobile des salaires et demandent de nouvelles conventions collectives, notamment une convention nationale pour la métallurgie, discutées sur la base d’un minimum vital garanti, avec le versement immédiat d’une indemnité de 3 000 francs. Or le gouvernement prépare une loi contraignante pour établir ces nouvelles conventions, avec des modalités bien différentes des accords de 1936. Ainsi le vote de la loi du 11 février 1950 met un terme au blocage des salaires par l’État et favorise le retour à la vie contractuelle. Conséquence de la journée de grève générale du 25 novembre 1949, le gouvernement supprime les mécanismes d’arbitrage obligatoire mis en place en 1936 et le droit de grève est donc reconnu. En revanche, la notion de « minimum vital » garanti nationalement, principe pourtant établi à la suite des mobilisations de l’année 1947, disparaît. Alors que jusqu’à cette date, les travailleurs pouvaient lutter ensemble contre le blocage des salaires qui les concernaient tous, ils se retrouvent désormais face à des patrons à nouveau libres de fixer le montant des rémunérations et donc de le diminuer. Dès lors, les situations différent selon la branche, la situation de l’entreprise, avec des catégories de salariés en position plus ou moins difficile pour se défendre.

105C’est dans ce nouveau contexte juridique que les confédérations réclament conjointement un acompte de 3 000 francs par mois, avec effet rétroactif au 1er décembre 1949. Elles le conçoivent comme une prime d’attente jusqu’à la conclusion des conventions collectives, équivalente à une augmentation de 20 % pour les plus bas salaires. Les représentants patronaux se maintiennent alors fermement derrière la position définie par le CNPF, celle de 5 % de hausse des salaires hiérarchisée. De nouvelles grèves touchent la métallurgie dans plusieurs régions du pays.

  • 153 Ibid., 25/08/1945.
  • 154 ADD, 56 W 12, Arrêté préfectoral du 17/10/1944.
  • 155 ADD, 343 W 78, Cour de justice. Daniel Lonchampt, Histoire économique et sociale de Pontarlier. L’o (...)
  • 156 Le Peuple comtois, numéros de janvier 1950.
  • 157 Ibid., 15 mars 1946.
  • 158 Sur l’« affaire Gurtner » et ce licenciement : Marcel Castioni, Le Caco, autobiographie pour les mi (...)
  • 159 Le Peuple comtois, janvier 1950.

106Une dernière revendication provoque également des rassemblements et quelques arrêts de travail, il s’agit des protestations contre les sanctions qui touchent depuis novembre 1947 des ouvriers combatifs et des syndicalistes communistes. Seul le renvoi du secrétaire du syndicat chez Gurtner à Pontarlier débouche sur une grève et une affaire nettement politique. Accusé d’avoir donné des renseignements et mis spontanément ses ateliers à la disposition de l’armée allemande, l’industriel suisse Jules Gurtner est arrêté en septembre 1944, puis emprisonné à Besançon153. Son entreprise est placée sous l’autorité d’un administrateur provisoire154. Jugé en septembre 1946 pour « atteinte à la sécurité extérieure de l’État » et « intelligence avec l’ennemi », il est condamné à cinq ans de prison et à la confiscation de ses biens155. Mais il est remis en liberté en janvier 1947 avec interdiction de séjour à Pontarlier puis bénéficie par décret ministériel d’une remise de la confiscation en septembre. À la fin de l’année 1949, Jules Gurtner est à nouveau autorisé à revenir dans cette ville et à exercer ses fonctions dirigeantes sur son entreprise156. Précédemment, lorsqu’il avait bénéficié d’une autorisation lui permettant un bref séjour, sa visite dans l’usine avait déjà provoqué un débrayage massif. Dès lors cet éventuel retour n’est pas pour plaire aux communistes qui, à l’automne 1944 et encore en 1946, ne réclamaient rien moins que son exécution157. En janvier 1950, le PCF s’engage dans une campagne revendicative autour du thème, « Faire payer les riches, en particulier les anciens collaborateurs », et le Bureau fédéral décide de cibler Gurtner158. Apprenti puis ouvrier dans cette usine depuis 1944, le jeune Marcel Castioni rédige et signe l’article titré « Oui ! Gurtner est un traître », publié dans Le Peuple comtois159. Cette parution vaut à Louis Garnier, gérant de l’hebdomadaire, un procès pour injures publiques et diffamation. En plus de sa plainte en justice, Gurtner licencie le signataire de l’article. À l’annonce de son licenciement, Castioni refuse la décision et pénètre dans son atelier, encadré par une quinzaine d’amis, pour rejoindre sa place de travail. Quand le chef du personnel lui ordonne de quitter les lieux, les autres ouvriers cessent le travail. C’est bien ce licenciement qui provoque la grève, mais le mécontentement général est profond. En effet, après avoir récupéré la direction de son entreprise, Gurtner avait bloqué les salaires et supprimé la prime de fin d’année qu’il s’était engagée à maintenir. Les grévistes demandent donc à la fois la réintégration de Castioni et le maintien de la prime. La grève massive, avec des assemblées générales et la participation de FO, dure 14 jours sous présence policière. La direction satisfait rapidement toutes les revendications, sauf la réintégration. La grève continue, toujours aussi unanime jusqu’à la réintégration provisoire de Castioni dans l’attente du jugement. Autour du menuisier Fernando Rodrigo, les communistes de la ville se mobilisent pour le procès. Le journal l’emporte au terme de la procédure : Jules Gurtner est condamné aux dépens et Castioni reprend son travail. Mais s’estimant à nouveau victime de diffamation suite à l’article relatant les termes du jugement, Gurtner réclame un million de francs de dommages et intérêts. En novembre 1950, Castioni perd son second procès en correctionnelle et il est définitivement licencié en avril suivant. Avant de prononcer ce licenciement, Gurtner a accordé de nombreuses augmentations individuelles et promotions. Un débrayage a lieu pour protester contre le licenciement mais l’ambiance n’y est plus. D’abord réaction contre le licenciement d’un syndicaliste apprécié, cette grève témoigne du mécontentement salarial comme de la persistance de rancœurs liées au comportement d’un industriel sous l’Occupation. Loin du contexte de l’automne 1944 où le PCF voulait une épuration modérée dans le cadre de sa politique d’union nationale, ce parti choisit de se mobiliser après coup contre une épuration économique qu’il juge inachevée.

Déclenchement et extension des grèves : initiatives ouvrières et encadrement syndical

107À partir de 1948, les grèves « sur le tas », déclenchées par les travailleurs eux-mêmes ou par des militants d’atelier, deviennent plus rares qu’en 1936-1937. En effet, les organisations syndicales jouent désormais un rôle d’encadrement plus marqué. À sa façon, la CGT prend davantage en compte les volontés des travailleurs. Certains peuvent déclencher directement un débrayage ou une grève et rencontrer moins d’opposition frontale de la part des dirigeants syndicaux que durant les années 1945-1946, lorsqu’ils s’opposaient aux grèves. Mais les directions syndicales se méfient toujours des actions intempestives menées de manière indépendante. Elles savent en général rapidement les encadrer et ne sont jamais débordées par les grévistes.

  • 160 ADD, 95 J 2, Registre des réunions CA et bureau UD CGT, 28/08/1948.
  • 161 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial au sous-préfet de Montbéliard, 31/8/1948.

108Le 28 août 1948, lors d’une réunion de la commission administrative de l’UD CGT, Charles et Roth, les principaux dirigeants depuis la scission, déplorent le « manque d’activité des responsables qui a pour résultat de se laisser dépasser par les masses ». Ils citent l’exemple des « cadres syndicaux de Sochaux qui ont été dépassés par des éléments non syndiqués160 ». Deux jours plus tôt, ils tenaient un meeting devant l’usine sochalienne, où ils ont annoncé avoir présenté une demande de hausse des salaires de 20 % (revendication générale de la CGT) à la direction de l’entreprise. Or ils n’ont pas donné de perspective précise aux 2 000 travailleurs présents si cette revendication demeurait insatisfaite. Au même moment, à la forge, pilonneurs et estampeurs ont obtenu l’augmentation d’une prime au terme d’un quart d’heure de débrayage. Un autre arrêt de travail s’est également produit dans un autre service. C’est à ces mobilisations que Charles et Roth font allusion. Durant l’après-midi du 31 août, la grève éclate à l’emboutissage et sur les chaînes de carrosserie et s’étend rapidement. Au bout d’une heure, un délégué CGT actionne la sirène : 9 000 ouvriers sur un total de 11 380 arrêtent le travail161. L’usine Peugeot de Sochaux commence alors la plus longue et la plus large grève de son histoire. Ce déclenchement montre que l’action directe des travailleurs reste déterminante, mais aussi que les dirigeants syndicaux réussissent sans difficulté à encadrer la mobilisation, même lorsqu’elle a débuté sans eux.

109Pour leur part, les instances syndicales peuvent également s’engager pour préparer et déclencher des arrêts de travail. Entre 1947 et 1950, la CGT lance ainsi deux appels nationaux, pour deux heures de grève le 24 septembre 1948 et à une journée complète, le 25 novembre 1949. Pour cette dernière, il s’agissait au départ d’un projet de FO. Face au mécontentement croissant, la nouvelle confédération voulait distancer la CFTC, qui souhaitait intervenir en faveur du retour à la liberté des salaires en s’appuyant sur un cartel interconfédéral CFTC, CGT, FO et CGC. FO lance donc seule un mot d’ordre de grève, repris par la CGT. Cette journée de grève, voulue comme un « avertissement » par les confédérations, est un succès national. Dans le Doubs, la mobilisation est importante dans la métallurgie, à la SNCF et dans les papeteries.

110Dans ce contexte favorable, « L’Intersyndicale des horlogers » joue un rôle majeur dans le déclenchement de la grève de février 1950. Il s’agit d’une coordination des syndicats CGT de cette branche, réactivée après la scission de 1948. À l’instar de ce qui existe dans la métallurgie et le bâtiment, les responsables syndicaux veulent coordonner leurs actions alors qu’ils se répartissent entre des localités très éloignées les unes des autres. C’est au nom de cette Intersyndicale que Robert Charles prend contact avec les représentants de la CFTC et FO afin de définir une position commune pour négocier avec les représentants des patrons horlogers. Il applique alors les consignes confédérales pour l’unité d’action avec les autres organisations.

  • 162 Thierry Bertrand, De la CFTC à la CFDT dans le Doubs : l’évolution dans le Doubs de 1945 à 1964, mé (...)

111La grève des horlogers de février 1950 est la première à s’inscrire dans le cadre de la revendication des 3 000 francs évoquée plus haut. En novembre et décembre 1949, une prime avait été versée à tous les travailleurs de cette branche. La Chambre française de l’horlogerie avait envisagé devant les représentants des syndicats ouvriers la reconduction de ce versement si le gouvernement n’apportait aucune solution au problème salarial. Or à la mi-janvier, les représentants patronaux refusent de reconduire la prime. Ils appliquent les nouvelles consignes du CNPF, qui appelle à la fermeté dans le cadre du retour à la liberté salariale. L’Intersyndicale CGT des horlogers, FO et la CFTC appellent à des assemblées générales dans toutes les localités horlogères. Ces représentants annoncent qu’ils lanceront ensemble un appel à la grève en cas de refus. À l’issue de ces réunions, les syndicalistes demandent à leurs employeurs de prendre position sur l’octroi de la prime, mais ils essuient partout un refus. Le 30 janvier, immédiatement après avoir pris connaissance de la décision patronale, les représentants des 3 syndicats interviennent devant une assemblée des horlogers à Besançon. Comme prévu, ils appellent ensemble à la grève, les présents approuvent par 257 voix pour et 3 contre162. La grève débute l’après-midi même et mobilise plus de 3 000 grévistes dans toutes les communes horlogères, dont certaines n’avaient jamais connu d’arrêt de travail. Le mouvement s’étend également dans l’horlogerie de Haute-Savoie. L’unité syndicale joue un rôle déterminant dans ce déclenchement, mais le travail préparatoire et la coordination entre les syndicats CGT comptent également. Au terme de deux semaines de grève, les représentants patronaux accordent la reconduction de la prime, mais pas au niveau des 3 000 francs demandés. Si les résultats obtenus sont inégaux suivant les entreprises et les localités, les augmentations de salaires sont importantes pour les manœuvres et ouvriers spécialisés. Les horlogers ont apprécié l’unité d’action entre les syndicats et ils reprennent le travail avec le sentiment d’un relatif succès.

  • 163 ADD, 95 J 2, Registre des procès-verbaux des réunions de la CA de l’UD CGT 1938-1961, séance du 10/ (...)
  • 164 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial de Montbéliard, 27/2/1950.
  • 165 Ibid., janvier-février 1950.

112Cette campagne pour les « 3 000 francs » donne également l’occasion à la Fédération CGT de la métallurgie d’orchestrer le déclenchement d’une grève à l’échelle du Pays de Montbéliard et du Territoire de Belfort. Le succès de la grève nationale du 25 novembre 1949 redonne confiance à de nombreux travailleurs qui veulent l’unité d’action entre les organisations syndicales. À cette date, plusieurs milliers d’ouvriers du bassin de Montbéliard disposent d’une solide expérience des grèves et certains militants souhaitent la « grève générale » et en discutent163. Or la CGT comme les autres confédérations qui la suivent ne cherche pas à préparer une large mobilisation. En effet, la Fédération de métallurgie CGT veut mobiliser un seul secteur, l’industrie automobile, considéré à la fois comme privilégié sur le plan salarial et plus combatif. Elle s’engage d’abord dans une large enquête sur la revendication des 3 000 francs. Elle appelle ensuite à un débrayage national pour l’industrie automobile d’une durée de deux heures le 9 février, débrayage bien suivi dans toute cette branche. Après le refus du patronat de la métallurgie de satisfaire cette demande, les grèves débutent réellement le 20 février en région parisienne. Mais la Fédération de la métallurgie ne lance pas d’appel général à cesser le travail et les grèves s’étendent lentement, sortant du cadre de l’automobile. Dans le nord de la Franche-Comté, elles commencent donc avec un net décalage par rapport aux premières entreprises concernées. Comme les débrayages du 9 février ont été bien suivis à Audincourt chez Peugeot-Frères et chez Peugeot-Japy, l’USTM choisit d’y débuter la mobilisation. Le référendum organisé le lundi 27 février au matin débouche sur une grève massive et les militants de la CGT font évacuer ces usines. Ceux de la fonderie Kuntz-Wyss à Seloncourt procèdent de même dans la matinée. ÀValentigney, Hérimoncourt et Arbouans, les votes se déroulent en fin d’après-midi et donnent également des majorités pour la grève164. Ainsi lorsque les autres entreprises sont appelées à se prononcer le lendemain, notamment Peugeot à Sochaux et Alsthom, 3 500 travailleurs sont déjà en grève. En plus du refus des 3 000 francs, la direction des Automobiles Peugeot vient d’augmenter les prix des transports et du loyer des hôtels pour le personnel165. En s’appuyant sur les ouvriers les plus déterminés et en entraînant la CFTC, les militants de la CGT ont su mettre toutes les possibilités d’extension de leur côté.

  • 166 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 2, p. 84
  • 167 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial de Montbéliard, 28/02/1950.

113Dans le Territoire de Belfort, les résultats des référendums sont plus contrastés. À l’Alsthom, 60 % des 5 800 participants au vote décident d’arrêter le travail pour les 3 000 francs166. Grâce à l’unité entre les syndicats, la grève prend de l’ampleur au bout de quelques jours, la CFTC réussissant à entraîner une large partie des mensuels. Chez Peugeot à Sochaux, le référendum donne 5 979 voix favorables à la grève sur 9 909 votants. D’autres usines cessent également le travail le 28 février167. Au soir du 2 mars, la grève a fait son plein dans la métallurgie. Après l’échec de la commission paritaire du textile, les filatures Schwob de Bethoncourt et Valdoie (Territoire de Belfort) entrent en grève le 6 mars, rejointes par une partie des ouvriers des tissages Japy et Courant-Sahler. Le Pays de Montbéliard compte désormais 22 000 grévistes et la grève est tout aussi massive dans le Territoire de Belfort.

114Ainsi les dirigeants de la CGT savent qu’ils disposent d’une forte influence dans certaines usines. Ils usent et abusent parfois de leur position hégémonique, comme dans la petite entreprise Holliger-Leloup à Montbéliard. Selon Gabriel fiquet, alors secrétaire de la section syndicale :

  • 168 Entretien avec Gabriel fiquet.

C’était Leloup par ci, Leloup par là. On avait une bonne section CGT et une bonne cellule du Parti. Presque tous les gars avaient les deux cartes. Chaque fois qu’il y avait un appel à la grève, c’est d’abord chez nous que cela tombait. On recevait un coup de fil pour voir si on ne pouvait pas faire quelque chose et comme ici, ça marchait, l’UD nous appelait à chaque fois qu’il y avait un appel pour ci ou pour ça. Robert Charles savait bien que ce n’était pas juste de toujours nous solliciter. Il était embêté168.

115La très grande usine, celle qui dépasse les 3 000, 4 000 salariés, constitue un espace plus difficile à mobiliser. Si les usines forment la matrice première de la concentration de la classe ouvrière, son hétérogénéité augmente avec la taille des établissements. C’est particulièrement vrai pour Sochaux, où les mobilisations s’avèrent plus difficiles que dans des usines plus homogènes, comme celles qui recrutent leur personnel dans le vieux monde ouvrier autour d’Audincourt. Ainsi les établissements de petite taille (Leloup, la SMA à Arbouans) ou de taille moyenne (les cycles Peugeot à Beaulieu) répondent très souvent présents dans ces années d’après guerre.

  • 169 S. Sirot, La grève en France, op. cit., p. 130.

116Des votes ponctuent souvent le déroulement des grèves. La forme qu’ils prennent est variable, le plus souvent à main levée. Très minoritaire encore dans l’entre-deux-guerres, la pratique du vote à bulletin secret se généralise à partir de novembre 1947, dans un contexte où les oppositions se cristallisent sur ce point.169 Cette pratique est réclamée surtout par ceux qui souhaitent cesser la mobilisation ; il n’est donc accepté, le plus souvent, qu’à partir du moment où la reprise du travail semble inéluctable : le vote anonyme permet alors d’entériner la fin du conflit tout en ménageant les éventuelles susceptibilités. En relation avec l’institutionnalisation des syndicats, il devient un événement de plus en plus formalisé, souvent contrôlé par l’Inspection du travail sous l’appellation de « référendum ». Dans un premier temps, les militants de la CGT critiquent cette procédure. Mais les tentatives de boycott qu’ils proposent tendent à les isoler et ils se rallient finalement à cette forme de consultation. Désormais généralisée, la pratique du référendum contribue à ordonner les conflits. Ainsi le 1er septembre 1948, c’est en accord avec les responsables syndicaux que la direction de l’usine Peugeot de Sochaux organise le référendum sur la grève. Sur 11 380 inscrits, 6 310 personnes votent : 4 000 choisissent la grève et 2 151 la poursuite du travail. Les 4 000 salariés utilisant les transports ne se sont pas déplacés pour voter, mais il n’est pas abusif de les considérer comme acquis à la mobilisation qui est déjà effective et massive depuis la veille. Pour les nombreux ouvriers-paysans, ces journées de fin d’été sont précieuses. Comme le résultat de la consultation semble acquis par la détermination exprimée la veille, partisans de l’arrêt comme de la poursuite du travail ne jugent pas utile de se déplacer pour voter. Le déroulement de cette grève s’articule autour de la succession de ces référendums (quatre durant les cinq semaines d’arrêt complet de l’usine), dont les résultats sont reconnus par la direction de l’entreprise malgré une participation limitée lors de la consultation initiale. En revanche, en mars 1950, la situation est très tendue entre grévistes et non-grévistes : dans ce cas, il n’y a pas d’autre consultation du personnel entre le déclenchement du conflit et son arrêt. Lorsque la volonté des travailleurs est manifeste, le référendum ne constitue pas un obstacle à leur mobilisation et ces votes apportent une légitimité qui renforce la grève. Ces pratiques n’éclipsent pas le vote à main levée, toujours pratiqué dans les petites entreprises ou celles où les travailleurs se mobilisent assez facilement, comme à la Compagnie des Forges d’Audincourt, à la SIBEL et aux cycles Peugeot.

117La question de l’extension de la grève à d’autres entreprises se pose à plusieurs reprises. Le fait que la revendication salariale soit cruciale pour tous durant la période de reconstruction renforce cette propension. Comme en 1920 et en 1936, les travailleurs veulent montrer leur force ensemble pour satisfaire des revendications communes. Ainsi les arrêts de travail généralisés chez Peugeot ou à l’Alsthom à Belfort influencent la situation dans les entreprises voisines. Même si les grèves qui s’étendent ne commencent pas toutes dans cette usine, le basculement du site de Sochaux s’avère souvent décisif. Inversement cette position peut être un frein et générer de l’attentisme dans les entreprises voisines. La modification du cadre légal à partir de 1950 puis la mise en place d’une politique contractuelle chez Peugeot en 1955 (politique de hauts salaires contre engagement à ne pas faire grève, accords signés par FO, CFTC et CGC, mais refusés par la CGT) freinent les possibilités d’extension. Désormais les syndicalistes limitent les revendications et les mobilisations à l’échelle des entreprises. À partir de 1954, la CGT s’oriente vers des grèves tournantes d’une heure ou d’un quart d’heure. Les conflits de Nantes-Saint-Nazaire en 1955 et bien sûr de mai 1968 font figures d’exception, deux cas où l’extension des grèves résulte de l’action des travailleurs eux-mêmes, non d’un choix des directions syndicales.

  • 170 ADD, 95 J 2, Registre des réunions de la CA et du bureau de l’UD, 25/09/1948.

118Entre septembre 1947 et mars 1950, plusieurs grèves s’étendent plus ou moins facilement, en particulier en septembre 1948. Après l’arrêt total du travail chez Peugeot le 31 août, les premiers débrayages commencent dans d’autres entreprises à partir du 6 septembre. À cette date, l’attribution décidée par le gouvernement d’une prime uniforme exceptionnelle de 2 500 francs pour tous (promesse de décembre précédent, non tenue jusqu’alors) ne satisfait ni les grévistes sochaliens, ni les autres travailleurs. Lors d’un meeting central à Sochaux, Roth (CGT) et Maire (CFTC) demandent alors aux premiers grévistes de rester mobilisés au moins jusqu’au 8 septembre. Les organisations syndicales appellent ensuite à des arrêts de travail de trente minutes dans d’autres entreprises, mais seulement en signe de solidarité avec les grévistes de Sochaux, non pour reprendre leurs revendications. Mais à la Compagnie des Forges d’Audincourt, les ouvriers votent la grève totale le 7 septembre, suivis par ceux des cycles Peugeot le lendemain, tandis que de nouvelles entreprises rejoignent les débrayages. Insatisfaits eux aussi par la décision gouvernementale, ces nouveaux grévistes saisissent l’occasion pour exprimer leurs propres revendications. Le 7 septembre, les arrêts de travail demeurent encore limités, ce qui correspond aux objectifs des dirigeants de l’UD CGT, qui se sont clairement opposés aux volontés d’extension exprimées par certains militants170.

  • 171 ADD, M 3069, « éléments de rapports mensuels préfet du Doubs septembre 1948 ». ADD, 1 Z 128, commis (...)
  • 172 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial, 13/9/1948.
  • 173 Ibid., Commissariat spécial au sous-préfet de Montbéliard, 22/9/1948.

119C’est seulement le 13 septembre que l’UD CGT appelle à une journée de grève générale de vingt-quatre heures à l’échelle du département. Elle est très largement suivie dans la région de Montbéliard, dans l’horlogerie à Morteau et Villers-le-lac, à 80 % à Besançon et Ornans, à 50 % à Pontarlier171. Dans quelques cas, des grévistes interviennent directement pour entraîner d’autres travailleurs. Après le meeting tenu à Audincourt, les syndicalistes CGT appellent à manifester devant l’usine Jenny (fabrique de limes), la seule continuant à travailler. Des manifestants tentent d’escalader la grille, mais Reiss, le secrétaire de l’UL, les en dissuade. Les premiers rangs continuent de pousser, la porte cède et 300 personnes s’engouffrent dans les ateliers, coupant les moteurs. Contrairement à ce qui s’était passé en décembre 1947, ces ouvriers choisissent de se laisser mettre en grève dans de telles conditions et de rejoindre le cortège en route vers la mairie172. À partir du lundi 20 septembre, CGT et CFTC de la région Belfort-Montbéliard organisent systématiquement des réunions dans les usines pour décider des revendications, remises ensuite aux directeurs, avec un appel à la grève s’ils n’obtiennent pas satisfaction. Les ouvriers de la fonderie de Colombier-Fontaine, le personnel des transports Latscha à Montbéliard et des filatures de Bethoncourt cessent le travail le lendemain. À Sochaux, la grève est reconduite à une forte majorité. Le 22 septembre, 21 000 salariés de l’industrie sont en grève sur un total de 28 000 dans cet arrondissement173.

  • 174 ADD, Per 175 J, La Lettre mensuelle de l’UD CGT, octobre 1948.

120La reprise du travail commence à partir du 29 septembre. La plupart des entreprises accordent la prime de 2 500 francs et 15 % de hausse générale des salaires, négociée sous l’autorité de l’État et accordée nationalement en grande partie grâce à la grève du Pays de Montbéliard174. Durant cette mobilisation, les grévistes de Peugeot-Sochaux, de la Compagnie des Forges, des cycles Peugeot et de la SIBEL à Beaulieu ont joué un rôle de locomotive. Les premiers ont arrêté le travail totalement durant quatre voire cinq semaines, et d’autres seulement quelques jours. La grève s’est propagée lentement, à la différence des mobilisations de 1920 ou de 1936. La profondeur du mécontentement et la mobilisation dans le Pays de Montbéliard ont permis d’entraîner beaucoup de travailleurs dans le reste du département, sans dépasser le cadre prévu par les syndicalistes.

121Durant cette période, toutes les grèves sont dirigées par les responsables des syndicats. Ils agissent en liaison étroite avec les dirigeants des Fédérations ou de l’UD CGT, qui se déplacent et interviennent directement dans le déroulement des mobilisations. Ceux-ci bénéficient en général de la confiance des travailleurs et les grévistes acceptent que des responsables syndicaux qu’ils ne connaissent pas toujours leur donnent des directives. Mais cette confiance n’a rien d’uniforme, ni de définitif. Ainsi chez Peugeot, l’appel à la reprise du travail en mars 1950, sans avoir rien obtenu, est rejeté par une partie des grévistes. À la différence des années 1946-1947, nous n’avons pas trouvé d’autres cas de décalage marqué entre la volonté des grévistes et celle des dirigeants syndicaux.

  • 175 ADD, 95 J 2, Registre des PV CA et bureau UD CGT, 22/2/1950.

122La mobilisation de plusieurs milliers de grévistes pose la question de la direction d’ensemble du mouvement, avec à la fois un besoin de coordination entre entreprises et de relation avec les autres organisations syndicales. Des comités intersyndicaux, nommés « comité de grève », se structurent dans plusieurs conflits, formés uniquement de représentants des différents syndicats. En 1948, CGT et CFTC s’entendent rapidement pour mettre en place un comité pour toute la région de Montbéliard, mais, en 1950, il se limite à l’usine Peugeot de Sochaux. Parallèlement, chaque syndicat réunit plus ou moins ses propres instances. La CGT mobilise également le réseau de l’Union Départementale des Syndicats de la Métallurgie, dont le but est de coordonner l’action des syndicats de cette branche. Quand un conflit dépasse le cadre d’une entreprise, l’USTM Belfort-Montbéliard parvient assez bien à jouer son rôle dans le nord du département. La coordination s’avère plus difficile dans la partie sud. Au terme de la grève des horlogers, Robert Charles reconnaît que la mobilisation a manqué de coordination à l’échelle départementale, car la CGT n’était pas partout présente175. Même s’ils ne dirigent pas seuls, ce sont toujours les principaux responsables des fédérations et de l’UD qui pèsent le plus sur les décisions prises, ceci pour les trois confédérations. Marqués par les divisions de l’automne 1947, la majorité des travailleurs souhaitent que les syndicats se mettent d’accord entre eux avant d’envisager un arrêt de travail et ils apprécient l’organisation unitaire des grèves. Il leur semble qu’aucun mouvement ne peut réussir sans cette unité d’action. Ils en font largement part aux militants qui acceptent plus ou moins de dépasser les clivages entre confédérations. C’est un tel accord qui a rendu possible le succès national de la mobilisation du 25 novembre 1949.

  • 176 Le Peuple comtois, 18/02/1950.

123Dans ces conditions, les assemblées de grévistes n’ont rien d’automatique. Quand les responsables syndicaux en organisent, ils s’en servent pour décider de l’arrêt du travail, puis de sa poursuite et pour informer les participants. Ils ne cherchent pas à transformer ces rassemblements en moments de discussion entre grévistes. Des meetings et non des assemblées, ont lieu presque tous les jours à Sochaux en 1948 et surtout en 1950, dans un mouvement de grève qui en totalise 95 organisés par les syndicats, partis politiques et Églises. Ils se tiennent à l’échelle de l’entreprise ou de la ville, comme à Audincourt et Ornans. La présence est variable, forte lors du premier rassemblement qui formalise le déclenchement de la grève, puis globalement assez faible durant son déroulement. Les meetings réunissent proportionnellement plus de participants à Audincourt qu’à Sochaux (entre 600 et 3 000 participants en 1950), où les grévistes qui résident loin sont nombreux. Quand une grève dure, non seulement les ouvriers-paysans, mais également d’autres grévistes cherchent à exercer une activité temporaire dans l’agriculture, le bâtiment ou même en Suisse et ils ne participent pas aux rassemblements. Inversement, plusieurs grèves connaissent une forte participation aux assemblées et aux piquets devant les entrées. La grève de l’horlogerie se traduit ainsi par une mobilisation de plusieurs centaines de jeunes filles qui tiennent tête aux policiers devant les Spiraux français et chez Huguenin à Besançon176. Les meetings sont parfois suivis de manifestations : les grévistes veulent rendre visibles la colère et la détermination de tous, mais aussi prendre à témoin l’opinion publique.

124Syndicats ou comités intersyndicaux organisent les piquets de grève, prennent en charge la popularisation de la lutte et les collectes de soutien. Les conflits longs bénéficient de preuves de solidarité, d’abord celles des travailleurs des entreprises non mobilisées, mais aussi des commerçants, artisans, cultivateurs. La grève de l’horlogerie en 1950 ne dure qu’une dizaine de jours, pourtant

  • 177 Ibid., 25/02/1950.

La solidarité joue à plein. Dans toutes les entreprises, des listes de souscription se couvrent. Les commerçants, la population tout entière est aux côtés des grévistes. À Morteau avec l’aide des paysans, on sert 500 repas par jour. À Villers-le-Lac, les ouvriers boulangers donnent une journée de travail, les coiffeurs travaillent à demi-tarif. Voilà ce qu’est la solidarité ouvrière177.

125Seuls certains paysans aident ces grévistes, mais ces gestes inédits reflètent l’influence acquise par la classe ouvrière dans ce secteur très conservateur. ÀBelfort en mars 1950, un boucher offre une génisse vivante, que les grévistes promènent avec eux lors d’une manifestation. Ces dons permettent d’organiser des cantines.

Photographie n° 20 : Grève de la métallurgie, manifestation à Belfort. Sur les flancs de cette génisse, « Je me sacrifie pour les travailleurs, mais pas à moins de 3 000 francs » (mars 1950), collection Roth.

Photographie n° 20 : Grève de la métallurgie, manifestation à Belfort. Sur les flancs de cette génisse, « Je me sacrifie pour les travailleurs, mais pas à moins de 3 000 francs » (mars 1950), collection Roth.

126Ces soutiens comptent beaucoup pour assurer la mobilisation dans la durée. Ils atténuent les conséquences de ces conflits répétés, mais permettent également de se sentir légitimes face au patronat. Dans cette période d’après-guerre, une large part de l’opinion considère le maintien de salaires très bas comme inacceptable et les grèves justifiées.

Mobilisations policières contre les grévistes et les migrants coloniaux

  • 178 ADD, 175 J, « correspondance UD avec préfecture », « congrès UL Audincourt », 1949.

127Les relations entre les représentants de l’État, le patronat et la CGT deviennent beaucoup plus tendues à partir de 1947. En juillet 1948, l’UD CGT signale dans sa presse l’arrivée du préfet Louis Ottaviani, qui fut déjà sous-préfet de Montbéliard en 1943. Moins discret que son homologue du Territoire de Belfort, il utilise méthodiquement l’arsenal législatif pour entraver l’action des grévistes. Ainsi il s’emploie à faire respecter la nécessité d’une déclaration préalable aux maires des communes concernées avant toute prise de parole dans la rue. Les meetings aux Automobiles Peugeot ne peuvent plus se tenir à l’endroit habituel, l’autogare au milieu des usines, située sur la commune de Montbéliard, et doivent se déplacer sur la place des écoles à Sochaux. Le préfet rappelle aux maires l’article 134 de la loi municipale de 1884, interdisant l’inscription au budget d’une commune de « dépenses ne présentant pas un caractère d’utilité communale ». Il l’utilise pour engager des poursuites administratives contre celles qui ont versé des aides à leurs habitants grévistes en 1948. De même, il applique avec rigueur l’arrêté gouvernemental qui interdit les collectes sur la voie publique. Ainsi les secrétaires d’UL de Besançon et de Baume-les-Dames (Maurice Humbert, ancien résistant) sont poursuivis pour avoir organisé une collecte en faveur des mineurs ; Ferciot, Roth, Reiss, de l’UL d’Audincourt, le sont également pour divers faits de l’année 1948178.

  • 179 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 249.

128Au lendemain de la guerre, en cas de conflit du travail, les représentants de l’État prenaient directement contact avec les entreprises et les représentants syndicaux. À partir de 1950, le gouvernement change d’attitude et cesse de se poser en arbitre. Nous avons vu qu’à partir de la loi du 11 février, les représentants patronaux et syndicaux négocient les salaires au niveau des entreprises. C’est justement ce face-à-face que le CNPF et la société des Automobiles Peugeot veulent éviter179. Le patronat de l’horlogerie comme de la métallurgie refuse de discuter avec les syndicats à cette échelle et se maintient fermement derrière la position définie par le CNPF et l’UIMM, à savoir des négociations par branche. Désormais l’État n’intervient plus dans ces négociations, mais le gouvernement incite clairement le patronat à ne pas accorder d’augmentation. Par contre, il assure le « maintien de l’ordre » pour rétablir l’accès aux entreprises en cas de grève.

  • 180 ADD, 1Z 12, Tract de la Fédération du PCF, mars 1950.

129Ainsi en février 1950, plusieurs patrons horlogers font immédiatement appel à la police pour contrôler les grévistes présents devant leurs entreprises et les faire disperser. De même, durant le conflit des automobiles Peugeot, dès le 2 mars, à cinq heures du matin, gendarmes et gardes mobiles assurent l’entrée d’un millier de non-grévistes à Sochaux, presque uniquement des employés et l’encadrement. Au deuxième jour de grève, une cinquantaine de militants RPF, actifs dans l’usine depuis 1947, attaque le piquet de grève des ateliers de mécanique, faisant un blessé grave180. À plusieurs reprises, ces nervis s’en prennent à des grévistes isolés. Ces attaques du RPF contre des grévistes et contre les militants communistes ne sont pas rares dans tout le pays. Malgré une lutte pour le contrôle des portières durant plusieurs jours, l’entrée de l’usine est libre, sous surveillance policière permanente (photographie n° 21). À partir du 7 mars, les forces de l’ordre débloquent aussi l’entrée des entreprises à Pont-de-Roide, de la Compagnie des Forges d’Audincourt, des cycles Peugeot, de Japy à Fesches-le-Châtel, des filatures de Bethoncourt, et d’autres dans le Territoire de Belfort. Mais le travail ne reprend pas là non plus.

Photographie n° 21 : Gendarmes mobiles aux portes des usines Peugeot, Sochaux (mars 1950), collection Roth.

Photographie n° 21 : Gendarmes mobiles aux portes des usines Peugeot, Sochaux (mars 1950), collection Roth.
  • 181 Ibid., Commissariat spécial, 15/3/1950.

130À Sochaux, les grévistes, majoritaires mais maintenus à l’extérieur de l’établissement, vivent l’érosion progressive de la mobilisation. Dans le même temps, les usines Renault sont évacuées par la force. Dans le Pays de Montbéliard, du 13 au 16 mars, les syndicats CGT et CFTC organisent des barrages et des attroupements sur les routes pour empêcher le déplacement des non-grévistes. Le 14 mars, au village de Bussurel, les femmes et les enfants conduits par le pasteur se couchent sur la route pour empêcher le passage des camions de transport des ouvriers : 80 véhicules sont paralysés. Des grévistes placent du fil de fer barbelé, des poutrelles métalliques ou répandent des clous sur les routes. Par crainte de tels blocages, gardes mobiles et gendarmerie escortent les véhicules de transport de personnel. Le 15 mars, les représentants de tous les syndicats organisent un meeting à l’occasion du versement de la paie et demandent le retrait des forces de police. Mais après les discours, des échauffourées éclatent aux passages des non-grévistes et à la gare de Montbéliard au départ des trains d’ouvriers. La police intervient et deux blessés graves sont relevés181. Des bagarres entre grévistes et non-grévistes ont lieu le même jour à Beaulieu, Valentigney, devant les tissages d’Audincourt, et surtout à Pont-de-Roide, avec intervention des gardes mobiles. Le lendemain, les syndicats lancent des appels au calme et condamnent les violences contre les non-grévistes.

  • 182 Ibid., 31/3/1950.
  • 183 Ibid., Lettre du commissaire de Montbéliard au procureur de la République, 20/3/1950.
  • 184 ADD, 1 Z 128, Lettre du commissaire de Montbéliard au procureur de la République, 17/3/1950.

131Le préfet interdit alors tout rassemblement dans l’ensemble du département durant plus d’une semaine. Des troupes d’infanterie stationnent tandis que des compagnies de CRS viennent renforcer le dispositif policier : entre 800 et 1 000 hommes en uniforme stationnent dans le Pays de Montbéliard182. Dans la nuit du 18 au 19 mars, plusieurs centaines de CRS interviennent brutalement contre les Nord-Africains logés aux hôtels Peugeot, visés pour leur participation aux événements de la gare de Montbéliard. Ils obligent certains d’entre eux à se déshabiller et à montrer leur sexe pour prouver qu’ils sont circoncis183. Cette intervention se solde par 30 blessés, dont 3 graves, et 85 arrestations. Contrairement à l’objectif recherché par la direction Peugeot, cette présence policière aux abords de l’usine provoque le départ des non-grévistes. Suite au refus de la direction de la SAP de recevoir une délégation de femmes le 20 mars, 400 grévistes bloquent l’entrée principale de l’usine. Le soir même, ces ouvrières et épouses de grévistes manifestent devant le domicile de Maurice Richoux, le directeur du personnel, l’obligeant à s’expliquer avec elles durant plus d’une heure sur la chaussée184. L’opération sera tentée mais avec moins de participants devant les « châteaux » des membres de la famille Peugeot ou les maisons d’autres cadres dirigeants des entreprises en grève.

  • 185 Ibid.

132L’État choisit finalement de nommer une commission de conciliation, qui débouche sur un constat d’échec à la fin mars. À Sochaux, la part des non-grévistes augmente peu à peu jusqu’à représenter les deux tiers de l’effectif total. Le 27 mars, les syndicats appellent à la reprise, mais une minorité de travailleurs continue la grève. La reprise totale intervient une semaine plus tard, dans l’amertume, sans avoir obtenu satisfaction, et le mécontentement persiste185. Au terme de ces mobilisations de plusieurs centaines de milliers de grévistes, les salariés n’ont pas obtenu le versement des 3 000 francs pour tous mais ils ont réussi à mettre un coup d’arrêt aux volontés de baisse des salaires. À partir de 1952, le gouvernement instaure un salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) après composition d’un budget type, indexé sur les prix.

  • 186 Maurice Rives, « 1939-1954, les travailleurs indochinois en France », Hommes et migrations, 1994, n (...)
  • 187 ADD, 145 J, fonds CEMO, cahier des adhérents du syndicat CGT des métaux de Sochaux. Ils sont aussi (...)
  • 188 ADD, 1409 W 51, Note d’information des renseignements généraux, 30/04/1946 ; 53 W 3, Rapport mensue (...)
  • 189 ADD, 1409 W 51, Renseignements généraux Montbéliard, 1946-1947.

133Durant ces années d’après-guerre, le gouvernement renforce également sa politique de contrôle des migrants coloniaux, dans un contexte où les travailleurs indochinois puis algériens se prononcent de plus en plus pour l’indépendance de leur pays. Depuis 1940, des Indochinois sont mobilisés en métropole comme main-d’œuvre de la Défense nationale, soumise à l’autorité militaire. Ils se concentrent en particulier en zone sud, où ils travaillent dans les poudreries. À la Libération, la majorité de ces hommes aspirent à un rapatriement rapide, mais celui-ci tarde du fait de la désorganisation de l’après-guerre et des tensions en Indochine. Ils sont dispersés dans des chantiers de reconstruction et diverses entreprises, toujours soumis à l’autorité militaire. En écho au mouvement Viet-Minh dans la colonie, les requis revendiquent leur émancipation et l’égalité des droits avec les travailleurs de la métropole186. Les principaux cantonnements d’Indochinois se trouvent à Offemont (Territoire de Belfort) et Badevel. Ils travaillent aux filatures de Bethoncourt, Héricourt et également aux Automobiles Peugeot à partir de mai 1946. Ils adhérent à la CGT, avec leur propre section syndicale comptant 170 adhérents en juillet187. L’année suivante, ils sont 350 à travailler dans cette usine et en mai, ils participent massivement à la manifestation pour les salaires à Audincourt autour de leur délégué Tran-Tuan-Long. Selon la police, ils comptent parmi eux des socialistes, des communistes dont Trong-Nguyen, et des « anarchistes trotskystes »188. Pour protester contre le bombardement de Haïphong par l’armée française, qui signe le début de la guerre d’Indochine, ces ouvriers tentent de manifester à Montbéliard le jour de Noël 1946. Après avoir cherché à les en dissuader, la CGT refuse de soutenir leur appel. Le PCF proteste contre la dispersion de leur rassemblement par la police. Par ailleurs, plusieurs bagarres éclatent dans la rue ou lors de bals, notamment lorsque d’anciens résistants, soldats revenus d’Indochine, n’acceptent pas que des Indochinois dansent avec des femmes françaises189. La xénophobie ambiante n’est pas nouvelle, mais elle s’est renforcée depuis la fin de l’occupation allemande.

  • 190 Ibid., Rapports de police et tracts, février-octobre 1948.

134Comme ils sont de faible constitution physique, ces travailleurs ne peuvent pas être affectés aux travaux lourds pour lesquels les besoins de main-d’œuvre restent importants. C’est pourquoi la firme Peugeot prévoit de se séparer d’eux progressivement à partir du début de l’année 1948. Au même moment, ils multiplient mouvements de grève, désobéissances, manifestations. En février, ils font grève une demi-journée pour protester contre la guerre et les mesures de répression en métropole. À plusieurs reprises, ils s’adressent par tract aux ouvriers français et appellent « la classe laborieuse française pour aider les Vietnamiens dans leur lutte pour l’indépendance190 ». Ils prennent part à la grève de septembre 1948, puis cessent à nouveau le travail pour protester contre la guerre en octobre. La direction Peugeot décide alors de les remettre immédiatement aux autorités militaires.

  • 191 Après l’indépendance, Boudisa participe à la direction de l’Union Générale des Travailleurs Algérie (...)
  • 192 ADD, M 3100, note d’information des renseignements généraux, 22/01/1953.

135Quant aux Algériens, ils sont 2 000 dans le Pays de Montbéliard en 1952 et représentent alors un tiers des travailleurs étrangers aux Automobiles Peugeot. Une partie d’entre eux a participé à la campagne de France en 1944 et est restée en métropole après la démobilisation en 1945. Les militants algériens sont surveillés à la fois comme partisans de l’indépendance et comme ouvriers contestataires. Le Parti Populaire Algérien-Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques (MTLD) dispose ici d’une implantation ancienne. Deux hommes se détachent, Safi Boudissa et Abderrahmane Bouzar. Né en 1929, Safi travaille chez Peugeot à Sochaux de 1948 à 1949. Secrétaire interprète dans l’armée coloniale, il occuperait cette même fonction dans cette usine. Secrétaire de l’Entraide Nord-Africaine, il contribue à l’adhésion des ouvriers algériens à la CGT. C’est un musulman pratiquant qui a aussi des relations avec les jésuites à Montbéliard, ce qui facilite un peu plus tard une collaboration avec la CFTC à l’échelle confédérale. De retour en Algérie, il occupe des fonctions importantes au sein du flN191. Abderrahmane Bouzar a été mobilisé dans la Première armée française puis s’engage dans le Premier régiment de Franche-Comté en novembre 1944. Agent technique aux Automobiles Peugeot, il milite à la CGT ; il est élu titulaire et trésorier du comité d’entreprise. En 1953, la police le considère comme le dirigeant local du MTLD192. Il combat ensuite dans les rangs du flN en Algérie et exerce des responsabilités à l’Union générale des travailleurs algériens après l’indépendance.

Photographie n° 22 : Travailleurs algériens en tête d’une manifestation à Montbéliard (1951), au premier plan à gauche, Robert Roth, collection Roth.

Photographie n° 22 : Travailleurs algériens en tête d’une manifestation à Montbéliard (1951), au premier plan à gauche, Robert Roth, collection Roth.
  • 193 BénédictePonçot, Besançon à l’heure de la décolonisation. Le processus de décolonisation vu d’une v (...)
  • 194 AMM, fondsCGTPaysdeMontbéliard, Tracts « Comitéd’aideauxtravailleursnord-africains ».
  • 195 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 209.

136Le 23 mai 1952, le gouvernement interdit les manifestations appelées par le MTLD pour protester contre la déportation de son dirigeant Messali Hadj. À Montbéliard comme à Paris, les Algériens cessent le travail et manifestent malgré tout avec l’objectif de déposer une protestation à la sous-préfecture. La police intervient pour disperser les manifestants193. L’un d’entre eux, Mohamed Bouguera, est tué par balle par un inspecteur et d’autres sont blessés. Plusieurs manifestants sont arrêtés, dont Ourafil Boudjema, autre militant de la CGT et du MTLD, quatorze travailleurs algériens sont licenciés chez Peugeot et cinq à la brasserie pour « absence sans autorisation »194. Dès lors, selon Nicolas Hatzfeld, c’est principalement pour éviter ce genre d’agitation que la société des automobiles Peugeot réduit nettement la part des immigrés dans son personnel : ils passent ainsi de 18 % de l’ensemble des ouvriers en 1947 à 5 % en 1965, avant de connaître une nouvelle progression avec le recrutement de Yougoslaves195.

  • 196 AMM, fonds CGT Pays de Montbéliard, Tracts « Comité d’aide aux travailleurs nord-africains », compt (...)
  • 197 Ibid., Lettre du comité au député Jean Minjoz, 26/07/1952.

137Quelques semaines après ces événements, les représentants des syndicats CGT, CFTC, du PCF et du Mouvement de Libération du Peuple (MLP) forment un comité d’aide aux travailleurs algériens du Pays de Montbéliard196. Ils réfutent les accusations parues dans la presse, en particulier celles du député Jean Minjoz, qui a fait une interpellation à la Chambre des députés, appelant à durcir la répression contre les nationalistes197. Le Comité d’aide aux travailleurs algériens rappelle la participation des combattants nords-africains aux combats du plateau de Maîche en 1940 et à ceux de l’automne 1944. Il dénonce les mesures policières et affirme le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Ces événements s’inscrivent dans les formes spécifiques que prend alors le contrôle policier et la répression pour les Algériens de France, avec notamment les sept personnes du cortège du MTLD tuées par balle à Paris le 14 juillet 1953.

La faible place des grèves locales dans la mémoire ouvrière

  • 198 Voir nos entretiens avec une dizaine de militants CGT (fiquet, Naviet, Roth, Pintucci) et FO (Girar (...)

138Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la mémoire des grèves de 1936 est encore très vive et positive. Étudiant celle-ci au début des années 1980, Jean-Paul Goux montre que les luttes propres au Pays de Montbéliard occupent une faible place dans la mémoire ouvrière, hormis celles de 1968198. Une tradition orale de 1936 a existé, mais ces récits ont pu circuler et s’imposer d’abord parce qu’ils étaient légitimés par l’histoire nationale transmise par les organisations syndicales et politiques. La chronologie et les généralités nationales ont recouvert les particularités et le vécu local.

  • 199 Entretiens avec André Girard et Albert Jeanney, responsables Force ouvrière chez Peugeot. Pour la C (...)

139Qu’en est-il pour les luttes postérieures ? Tout d’abord, les grèves de 1947 sont complètement oblitérées par la CGT. Pour celles qui éclatent au printemps puis en septembre, la confédération ne souhaite pas rappeler le souvenir de mobilisations menées contre ses directives. Et pour celles de novembre, CGT et PCF veulent faire oublier leur caractère politique et leur échec. C’est d’autant plus facile à passer sous silence que la mobilisation a été très faible dans le Doubs. En revanche, les syndicalistes Force ouvrière et CFTC transmettent une mémoire très négative de ces grèves de 1947199. Pour les premiers, ces événements sont une des raisons d’être de la fondation de leur organisation. Dans leurs récits, ils s’appuient sur les événements propres au Pays de Montbéliard pour dénoncer le rôle des communistes. Ils entretiennent d’ailleurs une confusion avec le déroulement de la grève du 30 novembre 1938, en particulier pour Sochaux.

140À l’opposé, les grèves du Pays de Montbéliard en 1948-1950, celle des horlogers en 1950 ou celle du bâtiment à Besançon en 1955 sont légitimées par toutes les organisations syndicales et nous pouvons en retrouver la trace dans nombre de témoignages. Contrairement aux fortes divisions qui caractérisent les mouvements de 1947, ceux-ci sont assez unanimes et menés dans l’unité syndicale, même si celui de 1950 génère des rancœurs entre grévistes et non-grévistes. Chez Peugeot, cette grève reste longtemps en mémoire pour ses déploiements policiers et une reprise du travail sans avoir obtenu satisfaction.

  • 200 A P Roth, Le Métallo de Sochaux, 1950-1963.
  • 201 Georges Minazzi, En marche. 30 ans de lutte à Peugeot-Sochaux. L’itinéraire d’un militant, Paris, S (...)
  • 202 En 1975, les communistes Paganelli et Jacquin publient un petit ouvrage sur Peugeot, mais sans évoq (...)

141Entre 1950 et 1963, Le Métallo de Sochaux, bulletin pluriannuel du syndicat CGT, n’évoque pas les mobilisations du passé. À la veille des élections professionnelles de 1951, un tract fait brièvement allusion au conflit de l’année précédente. Un article de 1961 évoque des discussions pour réviser la convention collective de la métallurgie en rappelant qu’elle a été obtenue grâce aux « luttes ouvrières de 1936 », sans dire un mot sur celles de 1950 qui avaient aussi cet objectif200. Ce bulletin syndical ne fait pas figure d’exception puisque, durant cette période, les exemples de grèves généralisées ne servent pas de références à l’échelle confédérale. C’est seulement en mai 1968 que la mémoire de 1936 est réactivée par le bureau confédéral. Si les militants sont porteurs de mémoire, le mouvement syndical de l’époque s’attache encore peu à son histoire. En 1978, Georges Minazzi, un des dirigeants de la CGT chez Peugeot, publie un livre sur son parcours, où il raconte les grèves des années 1950-1960201. Quant à la Fédération du parti communiste, elle transmet dans ses rangs une mémoire de son action dans la résistance locale, mais assez peu celle des grèves202. Contrairement à d’autres Fédérations, celle-ci ne réussit pas à dépasser le stade des projets dans le domaine des activités historiennes, pourtant encouragées par le comité central dans les années 1970.

142En ce qui concerne les événements propres au Pays de Montbéliard, c’est donc la mémoire institutionnelle qui s’estompe. La trace de ces événements survit un temps dans la mémoire individuelle et celle de groupes au niveau des ateliers. En effet, la mémoire transmise par les cadres de la CGT se réduit essentiellement à la geste nationale de 1936 et à celle de la Libération. C’est dans ces conditions que s’impose l’idée d’un Pays de Montbéliard souvent à la traîne des mouvements nationaux. Ce fut effectivement le cas en 1936, mais l’image ne correspond pas à la réalité pour 1968. La grève débute le 20 mai, c’est-à-dire avec la grosse vague qui entraîne le pays ; parler de « retard » nous semble abusif. Inversement, cet espace se trouve à plusieurs reprises dans le peloton, en mars 1920 et mars 1950, voire en tête en septembre 1947. Or cette participation n’a pas laissé de traces en tant que telle. Comme les conflits du travail s’enchaînent chez Peugeot à partir de 1960, ils tendent à écraser le souvenir des précédents. Ensuite les grèves de 1968, marquées par les événements du 11 juin à Sochaux avec deux morts et plus d’une centaine de blessés, dominent la mémoire ouvrière. Non relayée par les organisations, la trace des mobilisations plus anciennes a disparu.

L’influence des trois confédérations en 1950

143Amorcé dès le premier semestre 1947, le recul des effectifs syndicaux s’aggrave vraiment avec la scission, lorsque près d’un million de syndiqués refuse de choisir entre la CGT et FO. En fait, c’est l’ensemble du syndicalisme français qui se révèle impuissant à stabiliser ses effectifs. En termes d’influence, les confédérations présentent de notables différences dans ce département.

  • 203 Il est difficile d’établir une comparaison de ce taux entre différentes périodes, tant les conditio (...)

144Dans le Doubs, la CGT apparaît plus affaiblie qu’à l’échelle nationale. L’UD comptait 30 660 adhérents en 1947 ; l’année suivante, ses effectifs tombent à 19 327. Les efforts de la nouvelle équipe dirigeante permettent de ralentir un peu la chute, mais avec 11 263 adhérents en 1950, la CGT a donc perdu les deux-tiers de ses adhérents en 3 ans. Cette hémorragie prend diverses formes. Il s’agit d’abord d’un recul global des effectifs dans l’ensemble des syndicats. Certaines organisations disparaissent tandis que d’autres se maintiennent relativement bien. L’ancienneté des traditions syndicales peut limiter le reflux, mais le choix de rester de tel ou tel militant compte également : ceux qui l’apprécient sont alors moins tentés par le changement. Le taux de stabilité syndicale, à savoir le nombre de syndicats stables divisé par le total des syndicats, reste assez satisfaisant pour la période 1945-1950 avec environ 45 % de syndicats stables203. Reflet de cette rétractation, le nombre de communes comptant au moins un syndicat passe de 72 en 1947 à 57 en 1949. Malgré ce reflux marqué dans les communes isolées, cette implantation demeure plus étendue qu’en 1936.

  • 204 CGT, XVIIIe congrès de la Fédération de la métallurgie, octobre 1952, p. 304.

145Dans la métallurgie, la CGT a perdu 7 500 adhérents entre 1946 et 1950, ce qui représente plus du tiers du recul des effectifs à l’échelle du département. En 1952, le syndicat des métaux de Sochaux compte seulement 1 800 adhérents sur 13 500 salariés204. Le phénomène apparaît encore plus marqué dans l’industrie alimentaire, le textile, le bois et le bâtiment. Seules les papeteries conservent la plupart de leurs adhérents. Globalement, 83 % des syndiqués du département proviennent de l’industrie en 1950. La métallurgie confirme sa primauté mais son poids recule à 53 %.

  • 205 C. Cuenot, La CGT dans le Doubs, op. cit., p. 184-185.

146Dans le secteur privé, le front du syndicalisme cégétiste se rétrécit fortement. Ici la CGT n’avait certes pas beaucoup progressé parmi les cadres et employés, qui profitent des événements de l’automne 1947 et de la scission pour se retirer. Les syndicats éprouvent de grandes difficultés parmi le personnel mensualisé : en 1949, l’Union locale d’Audincourt regroupe moins de 200 adhérents dans cette catégorie qui compte plus de 2 000 salariés dans son ressort, dont un seul cadre. Aux élections professionnelles, la CGT ne réussit plus à présenter de liste dans ce collège des cadres alors qu’elle y parvient encore chez Renault ou à l’Alsthom. Notons que les adhérents des services ne représentent plus que 17 % du total de l’UD205. Le départ des syndiqués de l’enseignement vers la Fédération de l’Éducation Nationale (FEN) autonome explique en grande partie cette baisse. D’autres fonctionnaires rejoignent FO ou des organisations autonomes.

147Les militants de l’ex courant majoritaire, le plus souvent communistes, sont les plus nombreux au sein de la nouvelle commission administrative de l’UD. Au milieu des difficultés, Robert Charles, le nouveau secrétaire général, va très vite s’affirmer. D’un abord facile, il montre une certaine ouverture qui tranche avec d’autres responsables plus carrés, ce qui met en confiance les adhérents. Encouragée par la direction confédérale, la nouvelle équipe cherche à faire monter à la direction de l’UD des militants qui ne sont pas communistes, comme René Naviet, Aimé Berthet ou l’ex-trotskyste Mouhot intégrés à la commission administrative. Quant à Georges Vagneron, il accède à la commission administrative confédérale à partir de 1948.

Photographie n° 23 : Groupe d’agents des lignes des PTT, Montbéliard (vers 1952), au centre tenant sa pelle et son camarade par l’épaule : Charles Cuenot, collection Cuenot.

Photographie n° 23 : Groupe d’agents des lignes des PTT, Montbéliard (vers 1952), au centre tenant sa pelle et son camarade par l’épaule : Charles Cuenot, collection Cuenot.
  • 206 Entretiens Marcel Castioni et Robert Charles. ADD, M 3069, Commissariat spécial de Pontarlier, 28/0 (...)
  • 207 ADD, 53 W, Commissariat spécial de Montbéliard, 18/02/1948.

148À l’exception de Mathildefilloz, l’UDCGT reste une organisation d’hommes. Seules quelques femmes commencent à participer à la vie des UL et il faut attendre les années 1960 pour que la Bisontine Yvonne Buhler réussisse à les encourager à s’investir davantage dans la vie syndicale. Enfin, le renouvellement lié à la scission n’entraîne pas un rajeunissement de la direction départementale, l’âge moyen demeurant élevé, près de 39 ans. Sur le plan local, la situation s’annonce difficile à Pontarlier avec le départ à FO des principaux militants. C’est un sympathisant socialiste, Roger Barbeaux, ouvrier chez Isorel (panneau de bois), qui devient secrétaire de l’Union locale. Des jeunes de moins de 28 ans, tels Camille Blondeau, Marcel Castioni, Angèle Molteni, s’investissent davantage206. Dans nombre de syndicats, les militants communistes représentent une part notable des élus. Chez Peugeot à Sochaux, sur les 67 délégués CGT (ouvriers et mensuels) élus en février 1948, la police estime que 34 d’entre eux sont des communistes actifs (majoritaires parmi les titulaires) et 26 autres sont considérés comme des sympathisants207. La CGT est largement portée par des militants de ce parti. Grâce à cet amalgame, anciens et nouveaux, communistes et non communistes, l’UD réussit globalement à surmonter les difficultés liées au départ des militants de FO, même si des cadres expérimentés manquent encore durant de longues années. Malgré le recul des effectifs, la CGT demeure assez bien implantée dans ce département.

  • 208 EntretienRobertCharles.

149Le ralliement des principaux responsables de l’UD CGT à la nouvelle confédération Force ouvrière ne suffit pas pour lui permettre de percer dans ce département. Comme le résume Robert Charles, « FO a emmené les militants, mais pas les troupes »208. En avril 1948, à son congrès constitutif, il est évident que la nouvelle confédération n’est pas devenue la grande centrale des « syndicalistes libres » comme elle l’espérait. À l’échelle du pays, elle met environ deux ans à se construire. Lors de la scission, la défection de deux Fédérations, celles du Livre et de l’Éducation nationale, contrarie son essor. La première de tradition réformiste mais très attachée à l’unité organique reste à la CGT, tandis que la seconde s’oriente vers l’autonomie et fonde la Fédération de l’éducation nationale (FEN). Elle prive FO d’un nombre important de cadres et de militants.

  • 209 ADD, M 3069, Commissariat spécial de Montbéliard, 27/01/1948.
  • 210 A. Bergounioux, Histoire de la CGT-FO, op. cit., p. 21.
  • 211 ADD, M 3069, Commissariat spécial de Besançon., 10/07/1948.

150Chez Peugeot à Sochaux, c’est Marcel Bulle, un des animateurs des débrayages dans l’usine de mécanique en 1946-1947, qui devient secrétaire général du syndicat FO et secrétaire de l’UL de Montbéliard. Jules Spiess, membre de la commission exécutive du syndicat CGT depuis 1936, participe aussi à l’organisation du nouveau syndicat. En dépit de son influence dans l’ancien conseil syndical, Force Ouvrière entraîne peu d’adhérents dans les mois qui suivent. Selon la police, les membres du bureau de l’UL FO sont membres de la SfiO209. Girard, l’ancien secrétaire de la CGT en 1936, remplace rapidement Bulle à la tête du syndicat. Il exerce rapidement des responsabilités à la Fédération des métaux et comme délégué central au comité d’entreprise. Socialiste, il est élu maire d’Héricourt en 1971 puis conseiller général de ce canton. Dans le Pays de Montbéliard, FO ne dispose pas d’autres militants connus. La situation est différente dans le reste du département où elle peut s’appuyer sur des responsables confirmés comme Pagnier à Pontarlier, Terraillon à Ornans, et Maisonneuve, Clerc, Raulin à Besançon. Pour autant ils ne réussissent pas à entraîner un nombre significatif d’adhérents avec eux. Forte d’environ 500 000 adhérents en 1950, la confédération FO présente une structure socioprofessionnelle déséquilibrée. Elle s’avère faible dans le secteur privé, plus solide dans le secteur public, plus présente dans les petites et moyennes entreprises que dans les grandes210. En juillet 1948, à son premier congrès, l’UD compte 56 syndicats, dont ceux de l’électricité et du gaz, du textile à Besançon, 8 des métaux, 10 de municipaux et d’employés211.

  • 212 Antoine Bévort, Dominique Labbé, La CFDT : organisation et audience depuis 1945, Paris, La Document (...)

151Quant à la CFTC, nous avons vu qu’elle comptait dès l’origine une proportion d’ouvriers plus élevée qu’ailleurs. Cette tendance se renforce après la guerre lorsqu’elle s’ouvre massivement aux non chrétiens, annonçant un mouvement « d’industrialisation » qui touche bientôt l’ensemble de la confédération212. En 1945-1946, certains syndicalistes CFTC expriment des positions qui peuvent apparaître plus radicales qu’auparavant, mais il n’est pas difficile de se montrer plus revendicatif que la CGT quand celle-ci défend la Bataille de la production et condamne les grèves. Dans ce contexte de la Libération, les syndicalistes comtois ne font d’ailleurs pas de surenchère. La CFTC n’a pas changé de nature : elle reste une organisation opposée au communisme comme à la généralisation des mobilisations ouvrières. Ses dirigeants nationaux entretiennent des liens étroits avec le milieu démocrate-chrétien et des militants de base sont aussi engagés au MRP. Cependant une nouvelle génération, notamment des métallurgistes, intègre la direction confédérale et s’ouvre assez vite aux positions de la tendance Reconstruction, structurée à partir de janvier 1946. Favorable à la déconfessionnalisation, donc à l’ouverture totale des adhésions aux non-catholiques, cette tendance défend un syndicalisme développé sur la base de l’entreprise. L’enjeu est de transformer la CFTC en une véritable organisation ouvrière. À partir des années 1950, ce courant va contraindre la confédération à affirmer son indépendance à l’égard du MRP.

  • 213 Luc Berlivet, Frédéric Sawicki, « La foi dans l’engagement. Les militants syndicalistes CFTC de Bre (...)
  • 214 C. Pennetier (dir.), DBMO Mouvement social, notices Moro, Selva, Rémy.
  • 215 T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit., p. 135. J. Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF, op. cit.(...)
  • 216 T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit., p. 135.
  • 217 ADD, 1Z 128, Commissariat spécial Montbéliard, 31/03/1950.
  • 218 Ibid.

152L’action catholique, en particulier celle de la JOC, a été une grande école de formation intellectuelle et sociale pour nombre d’ouvriers chrétiens. Arrivés à l’âge adulte, ces jocistes deviennent souvent des militants syndicaux, en Franche-Comté comme en Bretagne213. Ceux du Jura et du Territoire de Belfort, souvent membres du Mouvement Populaire des Familles (MPF), s’investissent plutôt à la CGT, tels Ferrucio Moro, André Selva, Henry Rémy214 ou Louis Lacaille, qui devient un responsable national de la Fédération de la métallurgie. En 1950-1951, le MPF se divise sur la question du progressisme catholique et des rapports avec les communistes. Ses militants délaissent la mission d’évangélisation en milieu ouvrier et une partie d’entre eux se rapprochent du PCF pour fonder le Mouvement de Libération du Peuple, un choix suivi notamment par Georges Minazzi à Sochaux et Maxime Rolland à Besançon. Moins présent dans le Doubs que dans le Jura, ce mouvement nourrit peu le militantisme CGT, à l’exception notable de Minazzi, d’ailleurs passé d’abord par le syndicat chrétien. Les jocistes du Doubs font d’autres choix en rejoignant ou en restant majoritairement à la CFTC. La plupart d’entre eux refusent la tentation « progressiste » et Jean Maire, Jean Rupert, Angelo Salvi à Audincourt, Georges Frachebois à Besançon se réclament plutôt de la démocratie sociale et persistent dans l’anti-communisme. C’est seulement à partir du milieu des années 1950 qu’ils évoluent vers le « socialisme démocratique » et plusieurs d’entre eux exercent des responsabilités au nouveau parti socialiste dans les années 1970215. Rompus à l’action collective par leur formation, les jocistes apportent au syndicalisme une nouvelle sensibilité216. Pour eux, l’humanité souffrante a besoin d’être aidée et éclairée. Ils n’ont plus de réticences à participer à des meetings de grévistes tous les jours. Ils vivent la lutte des classes dans un esprit communautaire. Pour eux, la grève est l’occasion de vivre concrètement en fraternité avec les autres ouvriers, tout en partageant un espoir commun. Lors des grèves de 1950, la CFTC et les jocistes s’engagent fortement sur ce terrain de la solidarité, cherchant à donner « un sens humanitaire » à la mobilisation217. Dans le Doubs, le syndicalisme chrétien se renforce également par le développement du Syndicat Général de l’Éducation Nationale (SGEN). Disposant d’un statut laïc dès sa création, il est soutenu par les milieux catholiques attachés à l’école laïque. Partisans de la tendance Reconstruction, ces enseignants manifestent des positions plus tranchées que celles des jocistes vis-à-vis de la CGT : ils veulent lui disputer son hégémonie, en l’affrontant sur son propre terrain, celui de l’action revendicative218. Ils partagent leurs vues avec nombre de militants de la métallurgie.

  • 219 C. Pennetier (dir.), DBMO-Mouvement social, op. cit., notice Pauline Carrara.

153Des hommes incarnent cette évolution de la CFTC. Si Émile Courbet et Marc Prost personnifient la « vieille CFTC », de nouveaux syndicalistes comme Maire et Rupert arrivent aux responsabilités à la fin des années 1940 et jouent un rôle majeur dans l’évolution qui conduit à la CFDT. Né dans une famille ouvrière catholique de Mandeure, Jean Maire suit une formation de tourneur-ajusteur au centre d’apprentissage Peugeot. Il milite à la JOC et adhère à la CFTC. Après la guerre, il reprend son travail aux automobiles Peugeot, ainsi que ses responsabilités à la JOC. Au début de l’année 1946, il est sollicité pour devenir permanent régional jociste, chargé de prendre en main la campagne en faveur de la troisième semaine de congés payés pour les jeunes travailleurs. Il devient permanent syndical de la CFTC l’année suivante. Il épouse Pauline Carrara, ouvrière chez Peugeot-Frères à Valentigney, qui occupe la fonction de permanente régionale de la JOC féminine en 1945-1946219.

  • 220 Association pour le souvenir de l’abbé Manche, À Dieu l’abbé, op. cit., p. 47.
  • 221 C. Pennetier (dir.), DBMO-Mouvement social, op. cit., notice Jean Maire.

154Maire couvre désormais le Pays de Montbéliard et le Territoire de Belfort, et assure pendant deux ans, le secrétariat général de l’UR de Franche-Comté. Il encourage les femmes à s’exprimer dans les réunions syndicales, notamment lors de la grève des horlogers220. Dès 1949, il participe aux instances fédérales de la métallurgie CFTC et devient permanent de l’Union métaux de Franche-Comté en 1956. Il appelle alors publiquement à voter pour les candidats socialistes aux élections législatives, ce qui lui vaut la réprobation des instances confédérales et au contraire le soutien des dirigeants de la métallurgie. En 1961, il accède au poste de secrétaire général de la Fédération des métaux et engage la CFTC dans la voie de la déconfessionnalisation221. À sa retraite, il exerce des responsabilités nationales au parti socialiste.

  • 222 F. Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge !, op. cit., p. 98.

155Lors des grèves de la métallurgie et des horlogers en 1950 et du bâtiment en 1955, la CFTC recherche l’unité d’action avec la CGT, à condition de la limiter aux revendications catégorielles. La Fédération de la métallurgie considère d’ailleurs ces grèves comme presque « parfaites : unité d’action, large solidarité, caractère strictement professionnel du conflit222 ». Les syndicalistes chrétiens ne portent plus un regard aussi intransigeant sur la CGT. À leurs yeux, elle reste une organisation anticléricale et dominée par le PCF, mais les relations entre militants deviennent plus cordiales. L’unité d’action entre les syndicats facilite les prises de positions d’une Église catholique qui veut se montrer solidaire du monde ouvrier. Des prêtres et quelques pasteurs organisent des collectes tandis que l’archevêque envoie de l’argent pour la caisse de grève de la métallurgie en 1950. De tels positionnements se multiplieront dans d’autres évêchés dans les années 1960.

  • 223 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial de Montbéliard, 14/03/1950.
  • 224 C. Pennetier (dir.), DBMO Mouvement social, op. cit., notice Jacques Lochard.

156Au lendemain de la guerre, les prêtres qui veulent encourager le syndicalisme chrétien sont donc plus à l’aise pour le faire. Par ailleurs, l’archevêché garde un regard sur les instances de la CFTC par l’intermédiaire du directeur du Secrétariat social. Ce dernier assiste aux réunions du comité régional CFTC jusqu’en 1953, mais les relations entre l’archevêché et les syndicalistes se relâchent. Certains pasteurs soutiennent les actions des ouvriers. Lors de la grève de la métallurgie en 1950, le pasteur de Bussurel participe à l’organisation de barrages routiers aux côtés des grévistes223. Dans cette mouvance protestante, le pasteur Jacques Lochard se distingue particulièrement. Né à Montbéliard, fils d’un petit cadre de l’usine Peugeot, il fut commissaire national des éclaireurs unionistes dans sa jeunesse. Il joue un rôle majeur dans la Résistance, notamment comme membre de l’état-major du maquis du Vercors en 1944224. Pasteur à Bethoncourt puis à Montbéliard de 1945 à 1953, il apporte ponctuellement son aide matérielle à des syndicalistes communistes. Il fonde le centre protestant de rencontres de Glay

  • 225 TémoignagedeCharlesPiaget.
  • 226 Vincent Petit, « Essai sur la création de l’identité régionale comtoise », Lettres comtoises, octob (...)

157À la fin des années 1940, l’Église veut se rapprocher du monde ouvrier dans une volonté d’évangélisation, sans abandonner sa volonté de contrer l’influence communiste. La hiérarchie catholique suivie par une majorité de fidèles s’oppose alors aux mouvements des prêtres-ouvriers et au « progressisme » et prône au contraire un repli sur les organisations catholiques. Fondée en 1951, l’Action Catholique Ouvrière (ACO) affirme ainsi son caractère essentiellement apostolique en se voulant un organe d’Église dans un milieu de vie. Elle prolonge l’encadrement religieux des jeunes ouvriers dans la JOC et désormais, des adultes peuvent rejoindre des groupes spécifiques. Une fois par mois, ces groupes de l’ACO réunissent des ouvriers d’une même entreprise ou d’un même quartier, avec leurs familles autour d’un prêtre. La séance commence par un tour de table pour trouver des sujets de discussion. Les débats se mènent dans une ambiance conviviale et les épouses n’hésitent pas à prendre la parole tandis que le prêtre intervient peu225. Ceux qui participent à ces discussions apprécient la convivialité de ces rencontres et reconnaissent l’intérêt de ces moments de questionnement et d’échange. Ces réunions peuvent devenir la première étape d’un engagement de couple dans des actions plus larges. Maire, Rupert, Minazzi ou Charles Piaget participent à ces groupes. Des prêtres prennent également l’habitude de dire une messe dominicale pour les ouvriers de telle ou telle entreprise. À Besançon, l’abbé Manche, devenu prêtre de la paroisse du quartier de Palente, est un des animateurs de l’ACO. Selon Vincent Petit, une synthèse s’opère ici entre un catholicisme social et populaire incarné par un clergé soucieux « d’aller au peuple » et les syndicalistes CFTC226. Ces derniers choisissent très majoritairement la voie de la déconfessionnalisation qui donne naissance à la CFDT en 1964.

  • 227 F. Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge !, op. cit., p. 83.

158Sur le plan des effectifs, la CFTC retrouve son chiffre de 1939 à l’automne 1945, soit 4 419 adhérents, mais comme à l’échelle nationale, ils ne décollent pas. Les métallurgistes représentent toujours 41 % des adhérents de l’UR et 70 % des membres des syndicats ouvriers. À partir du milieu des années 1950, c’est à l’échelle de l’ensemble de la CFTC que la Fédération de la métallurgie se renforce jusqu’à représenter 15 % des effectifs en 1961227. Chez Peugeot à Sochaux, le syndicat regroupe 2 500 adhérents à la veille de la décon-fessionalisation. Dans l’horlogerie, avec 7 syndicats et 570 adhérents en 1952, la CFTC est désormais un peu plus implantée que la CGT, avec notamment une progression des adhérents des syndicats du Haut-Doubs. C’est d’ailleurs le syndicat de Villers-le-Lac qui assume la direction de la Fédération horlogère. Elle se renforce également à Besançon, en particulier chez Lip où un groupe de militants va bientôt s’investir autour de Charles Piaget. La centrale chrétienne confirme donc son ancrage dans l’ensemble du département.

  • 228 T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit., p. 81.
  • 229 Rolande Trempé, dans R. Rémond (dir.), Christianisme et monde ouvrier, op. cit., p. 18.

159Vers 1950, seuls quelques patrons horlogers du plateau du Russey perçoivent encore la CFTC comme une organisation avec laquelle il est possible de collaborer étroitement228. La plupart des patrons constatent que ces syndicats défendent fermement leurs revendications. Les syndicalistes ont compris par expérience que l’esprit chrétien ne peut suffire à rapprocher leurs intérêts de ceux des patrons. Sur ce point, une partie des catholiques a fait un choix fondamental après la Seconde Guerre mondiale229. Au quotidien, ils mènent des combats pour améliorer la condition ouvrière, mais en présentant toujours des revendications acceptables pour les entreprises.

  • 230 ADD, 53 W 5, Commissariat spécial de Montbéliard, 18/02/1948.
  • 231 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver : l’usine Peugeot, op. cit., p. 562.

160Les élections sociales témoignent de ce pluralisme qui caractérise désormais le syndicalisme en France. En 1948, pour l’élection des délégués du personnel, les ouvriers sochaliens concentrent toujours leurs voix sur la CGT, modifiant peu leur système de représentation. La direction Peugeot s’attendait à un recul de ce syndicat230, mais ses espoirs se réalisent uniquement dans le collège « mensuels » (employés, techniciens, agents de maîtrise, dessinateurs), avec seulement 9 % des suffrages exprimés. L’attachement des mensuels à FO est net, avec plus de 29 % des voix, mais la CFTC retrouve rapidement sa prépondérance dans cette catégorie de personnel. FO ne crée donc pas la surprise et ce sont les syndicalistes chrétiens qui bénéficient ensuite du recul notable de l’abstention et des votes nuls. Même si les ouvriers votent plus que les employés, le maintien d’un taux élevé d’abstention témoigne de la défection d’une partie d’entre eux à l’égard de la représentation syndicale. Dans les années 1950, la CFTC progresse régulièrement dans le collège ouvrier en gagnant ces nouveaux électeurs jusqu’à atteindre 38 % des voix en 1957231.

  • 232 Confédération Générale des Syndicats Indépendants, qui regroupe des syndicats dits « indépendants » (...)

Tableau n° 17 : Résultats des élections professionnelles chez Peugeot à Sochaux 1945-1951, collège ouvriers (en pourcentage des inscrits).232

Tableau n° 17 : Résultats des élections professionnelles chez Peugeot à Sochaux 1945-1951, collège ouvriers (en pourcentage des inscrits).232

161En 1949, la CGT est majoritaire dans tous les comités d’entreprise de l’UL d’Audincourt, suivie par la CFTC tandis que FO ne pénètre pratiquement pas ce secteur. Après les grèves de 1950, la CGT connaît un recul de ses résultats dans la métallurgie.

  • 233 Cité par J. Commaille, L’évolution syndicale à travers les élections professionnelles chez Peugeot, (...)

162Le secrétaire du syndicat CGT de Sochaux au début des années 1960 constate que « les ouvriers votent CGT à l’usine, UNR chez eux233 ». En effet, le décalage persiste entre un vote aux élections professionnelles marqué par une identité ouvrière fortement opposée au patron et un vote à droite fréquent lors des élections politiques. Cette opposition n’est pas nouvelle, mais elle s’est accentuée à l’échelle des Automobiles Peugeot. En effet, la part des ouvriers ruraux dans l’effectif total de cet établissement a progressé avec l’extension de l’aire couverte par les transports collectifs. Confrontés aux cultivateurs le soir ou en fin de semaine, même les plus avancés d’entre eux se retrouvent souvent isolés en tant qu’ouvriers dans leur village. Pour ces ruraux, les éléments de l’identité sociale et professionnelle, qui prennent corps avant tout dans les ateliers, et les choix politiques, le plus souvent formés antérieurement dans le cadre familial et villageois, demeurent souvent dissociés et se modifient assez peu.

163Dans le Pays de Montbéliard, toujours derrière la CGT, la CFTC obtient des scores notables et en progression régulière aux élections professionnelles. Mais c’est surtout à Besançon que son influence se renforce. Vers 1950, CFTC et CGT obtiennent des résultats très proches chez Lip et à la Compagnie des Compteurs. Les syndicats chrétiens progressent ensuite dans d’autres entreprises de la ville, jusqu’à faire jeu égal avec la CGT vers 1957. À Pontarlier, la CGT conserve sa première place, suivie par la CFTC.

  • 234 ADD, 34 W 12-13-14, Procès-verbaux des élections du 8/06/1950. Guy Caire, Les syndicats ouvriers en (...)

164Les élections aux organismes de Sécurité sociale s’avèrent les moins représentatives de l’influence syndicale et les scores que nous présentons ici donnent un éclairage très relatif sur l’influence des trois confédérations. Pour le scrutin de 1950, la participation dans le Doubs s’avère plus élevée qu’en 1947 et le taux d’abstention est inférieur à la moyenne nationale. La CGT reste en tête à l’échelle du pays, mais avec une forte baisse par rapport à son score de 1947. Avec 36 % des voix, elle apparaît ici nettement en dessous du chiffre national, talonnée par la CFTC qui réalise de bons résultats dans l’Est de la France. Dans le Pays de Montbéliard, avec 25 % des voix, la confédération chrétienne reste stable par rapport à son score du scrutin précédent, mais loin derrière la CGT qui obtient 47 %. La circonscription de Besançon présente la configuration inverse et la CFTC dépasse très largement la CGT. Le syndicalisme chrétien confirme son influence dans le Doubs, mais pas dans les autres départements comtois. Force ouvrière obtient 17 % des voix, un peu plus que son score national234.

Notes

1 Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France. Les grèves « insurrectionnelles » de 1947-1948, Paris, Syllepse, 1998.

2 A. Prost, « Les effectifs de la CGT en 1945 », dans A. Prost, Autour du Front populaire, op. cit., p. 219.

3 AP Roth, « congrès UD CGT mai 1946 ».

4 ADD, 145 J, CEMO, « CGT », Bilan dressé pour le congrès de l’UD, avril 1937.

5 ADD, 145 J, CEMO, « CGT », Cahiers « trésorerie syndicat des métaux de Sochaux », janvier-octobre1945, novembre 1945-1946.

6 Pour obtenir ces résultats, nous avons confronté le chiffre d’adhérents aux données du recensement de 1946, catégorie « employés, ouvriers et cadres inférieurs », hors agriculture, groupe qui correspond à la population syndicalisable : INSEE, Recensement général de la population française, mars 1946, Imprimerie nationale, 1946, t. 2, p. 16.

7 AP Roth, « congrès UD CGT mai 1946 ».

8 Entretien avec Robert Charles.

9 ADD, 95 J 2, Cahier « compte individuel des adhérents, fédération du bâtiment et des travaux publics » (1946-1948).

10 Entretien avec Robert Charles et Liste des syndicats pour les congrès départementaux (1945-1950).

11 A. Prost, « Les effectifs de la CGT en 1945 », art. cité, p. 221.

12 Nous avions des données pour plus des trois quarts des secrétaires de 1919 et 1937, mais seulement pour moins d’un tiers de ceux de 1946.

13 Avec 11 nouveaux représentants sur 20 : ADD, 95 J 2, Registre des procès-verbaux des réunions de la CA de l’UD CGT 1938-1961.

14 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 15/09/1945.

15 Témoignage de Georges Gauchet.

16 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 201.

17 Ainsi s’exprime Monmousseau dans sa préface à la brochure de Frachon, La Bataille de la production, Paris, Éditions sociales, 1946, p. 9.

18 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 7/05/1946.

19 Ibid.

20 ADD, 145 J, CEMO, archives UL CGT Montbéliard1945-1950, dossier « préparation de la conférence CGT de l’automobile 4/11/1945 ».

21 Voir infra, chapitres 5 et 7. Ce syndicaliste socialiste respecté suit désormais la majorité confédérale.

22 Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT, Compte rendu du XVe congrès fédéral, mars 1946, p. 239.

23 CGT, 26e congrès confédéral de la CGT, mai 1946, résultats des votes.

24 Abonné à la revue Défense de l’homme, Henri Souque soutient Louis Lecoin, mais sans rejoindre un groupe anarchiste : renseignements fournis par Jean-Philippe Faille.

25 André Vagneron, Souvenirs d’un communiste du Doubs. Expériences croisées, Cahier des amis de la maison du Peuple de Besançon, n° 8, Besançon, 2012, p. 42.

26 Stéphane Sirot, La grève en France : une histoire sociale xixe-xxe siècle, Paris, Odile Jacob, 2002, p 194-195.

27 Maurice Agulhon, Fernand Barrat, CRS à Marseille 1944-1947. La police au service du peuple, PFNSP, Paris, A. Colin, 1971, p. 131.

28 ADD, 95 J, Rapport moral de Maisonneuve, congrès de l’UD CGT de mai 1946.

29 Ibid., Compte-rendu du congrès, p. 4.

30 La Tribune du Doubs, 10/05/1947.

31 Entretien avec André Vagneron.

32 Métallurgie, région de Belfort-Montbéliard, Classement des métiers et des postes de travail, application de l’arrêté ministériel du 11 avril 1945 et des décisions ministérielles jusqu’au 28 mars 1946, imprimerie Frémont, Verdun, avril 1946.

33 CGT, Fédération des travailleurs de la métallurgie, XVe congrès fédéral, mars 1946, p. 207.

34 Comme celle d’André Colombel, délégué CGT de l’usine de mécanique chez Peugeot : Fédération des travailleurs de la métallurgie, XVIIIe congrès fédéral, octobre 1952, p. 479-480.

35 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 209.

36 Georges Ubbiali, La professionnalisation des directions syndicales à la CGT et à la CFDT. Éléments pour une socio-histoire, thèse de sociologie, université Paris 1, 1997, p. 204.

37 Grégoire Madjarian, Conflits, pouvoirs et société à la Libération, Union Générale d’Édition, 1980, p. 345.

38 ADD, 53 W 1, Rapport mensuel du préfet, 26/12/1944.

39 La Tribune du Doubs, 21/7/1945.

40 Géraldine Duboz, Le temps des pénuries dans le Doubs 1944-1949, mémoire de maîtrise, université Besançon, 1992, p. 92-93.

41 Marcel Castioni, Le « Caco », autobiographie pour les miens, édité par et pour sa famille, faculté des lettres, Besançon, 2000, p. 41.

42 A. Lacroix-Riz, La CGT de la Libération, op. cit., p 56.

43 ADD, 53 W 3, Rapport mensuel du préfet, mars 1946.

44 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 169.

45 ADD, 53 W 1, Rapport bi-mensuel du préfet, 2e quinzaine d’octobre 1944.

46 ADD, Contacts, organe mensuel des établissements Peugeot dans le Doubs, mai 1945.

47 ADD, 53 W 2, Rapport du préfet, mars 1945.

48 ADD, 53 W 2, Rapport mensuel du préfet, juin 1945.

49 CGT, Congrès de la Fédération CGT de la métallurgie, avril 1946, intervention de Croizat, p. 290.

50 La loi de 1936 établissait une majoration de 33 % pour les deux premières heures supplémentaires, de 50 % pour les deux suivantes et de 100 % au-delà.

51 ADD, 95 J 2, « UL », Questionnaire aux syndicats 1946.

52 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 169-170.

53 ADD, 53 W 2, Rapport mensuel du préfet, décembre 1945 ; Le Comtois, 13/12/1945.

54 ADD, 115 PR 2, La Tribune du Doubs, compte rendu du congrès départemental de la Fédération postale, 5/10 /1946.

55 ADD, 1 Z 131, Notes d’information des renseignements généraux, 16 et 21/03/1946.

56 Ibid., Lettre de MauriceRichoux, directeur du personnel, au sous-préfet de Montbéliard, 20/03/1946.

57 Le Peuple, 30/03/1946.

58 Jacques Commaille, L’évolution syndicale à travers les élections professionnelles aux usines Peugeot à Sochaux depuis 1948, mémoire de DES histoire, université de Paris, 1964, p. 101.

59 ADD, 145 J, CEMO, « délégués 1945 », Billet manuscrit de Gaudard et Larger.

60 Force ouvrière, article titré « Liberté syndicale ou liberté tout court », 16/05/1946.

61 ADD, 145 J, CEMO, Lettre d’Émile Mouhot au secrétaire de la Fédération de l’Éclairage, 29/12/1945.

62 Ibid., 30/05/1946.

63 Georges Gauchet était parti cueillir les cerises de son verger dans un village assez éloigné. Sous prétexte d’avoir manqué à ses engagements, Genin le remplace par un autre communiste, Émile Cattin : entretien avec Georges Gauchet. ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 27/7/1946.

64 ADD, 1 Z 131, Lettre de M. Richoux au sous-préfet de Montbéliard, 9/07/1946.

65 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 6/7/1946.

66 ADD, 1 Z 131, Affiche CFTC, 4/7/1946.

67 ADD, 115 PR 2, La Tribune du Doubs, 6/7/ et 10/8/1946.

68 Publié de décembre 1944 à janvier 1948, il se veut la poursuite de la publication clandestine du même nom. Animé par « des adhérents chrétiens de la CFTC et du MRP et de non-croyants adhérents à la CGT ou au Parti socialiste », il cherche à perpétuer l’esprit de la Résistance. Marcel Compagne, Marc Prost, Georges Reverbori et surtout Jules Carrez en sont les principaux rédacteurs. Jean-Marie Alix, Nathalie Lambert, Jules Carrez, 1903-1985. Convictions et engagements d’un instituteur dans le Pays de Montbéliard (Doubs), Belfort, Éditions Realgraphic, 2003.

69 ADD, 53 W 3, Rapport mensuel du préfet, novembre1946.

70 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 19/7/1946.

71 ADD, 95 J 2, Registre des PV des réunions du bureau et de la CA de l’UD, 12/10/1946.

72 ADD, 1 Z 131, Lettre de M. Richoux, directeur du personnel des Automobiles Peugeot au sous-préfet de Montbéliard, 20/03/1946. A. Lacroix-Riz, « CGT et “bataille de la production” de septembre 1944 au printemps 1946 », Cahiers d’Histoire de l’Institut de Recherches Marxistes, 1982, n° 10, p. 53-78.

73 ADD, 1 Z 131, Message des renseignements généraux, et tract des UL CGT de la région de Montbéliard-Audincourt, 4/07/1946.

74 ADD, 53 W 3, Rapport mensuel de juin 1946, 6/07/1946.

75 ADD, 1409 W 51, tract des UL CGT de Montbéliard et Audincourt, 4/12/1946.

76 ADD, 1409 W 51, Lettre du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 9/12/1946.

77 ADD, 95 J 2, « correspondance 1946-1947 », Lettre de Maisonneuve au préfet, 19/6/1947.

78 Ibid., p. 190.

79 Gérard Adam, Atlas des élections sociales en France, PFNSP, 1964.

80 La Tribune du Doubs, 19/04/1947.

81 ADD, 95 J 2, Registre des PV des réunions de la CA et du bureau de l’UD, 12/04/1947.

82 Libération du Pays de Montbéliard, 20/04/1947.

83 Alain Bergounioux, Force ouvrière, Paris, Seuil, coll. « Points », 1975, p. 59.

84 Congrès nationaux de la SfiO, 1945 à 1950.

85 OURS, correspondance fédérale, Lettre de Gustave Schmitt, 24/12/1950.

86 La Tribune du Doubs, 22/09/1945.

87 ADD, 122 PR 1, Le Peuple comtois, 4/11/1944.

88 C. Pennetier (dir.), DBMO Mouvement Social, op. cit., notice Jean Minjoz.

89 André Vagneron, Souvenirs d’un communiste du Doubs. Expériences croisées, op. cit., p. 42. André Vagneron épouse Mauricette Cordier deux ans plus tard. Il deviendra secrétaire de la Fédération du Doubs du PCF dans les années 1960.

90 ADD, 58 W 10, Élections municipales Besançon.

91 D. Grossard, Les élections législatives dans le Doubs de 1945 à 1958, op. cit., p. 64.

92 ADD, 118 J 5, liste des élus municipaux membres du PCF.

93 C. Billet, Le parti communiste dans le Doubs, op. cit.

94 C. Willard (dir.), La France ouvrière, , op. cit., t. 2, p. 197.

95 P. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., p. 273.

96 Les délégués sont élus par canton. Ce corpus de 542 communistes correspond à 10 % des effectifs de la Fédération : C. Billet, Le PCF dans le Doubs, op. cit., p. 123.

97 ADD, 118 J 25, « comité de section Besançon » 1947-1948.

98 C. Billet, Le PCF dans le Doubs, op. cit., p. 128. R. Bourderon, Le PCF, étapes et problèmes, op. cit., p. 286-287.

99 P. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., p. 279.

100 R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 118.

101 ADD, 118 J 12, Procès-verbaux des réunions du Bureau fédéral, 10/12/1946. AP Roth, « PC », conférences fédérales, 1956-1957.

102 ADD, 118 J 12, Procès-verbaux du Bureau fédéral, 10/12/1946.

103 Cité par P. Buton, Les lendemains qui déchantent, op. cit., p. 290.

104 G. Willard, « Les cellules d’entreprise du PCF en 1944-1945 », art. cité, p. 72.

105 ADD, 1 Z 14, résultats des élections cantonales, arrondissement de Montbéliard, 1945-1946.

106 ADD, 118 J 25, « comité de section Besançon », 1947-1948.

107 ibid, Liste du comité élu le 25/01/1948.

108 AP Roth, archives PCF, Cahiers des procès-verbaux cellule d’entreprise Lip et cellule du quartier Chaprais, Besançon, 1946.

109 ADD, 118 J 25, Procès-verbal de la réunion du Bureau fédéral, 10/12/1946.

110 ADD, 118 J 25, « Comité fédéral Fédération Doubs-Belfort », 1946-1947.

111 ADD, 118 J 25, « questionnaires biographiques ».

112 X. Vigna, Histoire des ouvriers en France, op. cit., p. 230-231.

113 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement Social, op. cit., notice Louis Garnier.

114 Chiffres mensuels de la Revue française du Travail, cité par Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 133.

115 Ibid., p. 136-138.

116 ADD, 95 J 2, Registre des procès-verbaux de la CA de l’UD CGT, 14/06/1947.

117 ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 23/06/1947, et commandant de gendarmerie au sous-préfet, 29/06/1947.

118 ADD, 1 Z 131, tract CFTC, 15/09/1947. ADD, 95 J 2, « correspondance UD avec la préfecture », Lettre de Maisonneuve au préfet du Doubs, 30/07/1947.

119 ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 1/09/1947.

120 Ibid., Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 11/09/1947.

121 ADD, 145 J, fonds CEMO, « syndicat des métaux de Sochaux », PV de la réunion du 1/09/1947.

122 ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 1/09/1947.

123 Le Peuple comtois, 7/9/1947.

124 Ibid.

125 A. Lacroix-Riz, La CGT de la Libération à la scission, op. cit., p. 303-304.

126 R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 139-140.

127 Ibid., p. 67-78.

128 Pour la chronologie et le récit de la mobilisation, R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 27-47.

129 Le Peuple comtois, 16/11/1947.

130 Ibid., 23/11/1947.

131 ADD, 145 J, fonds CEMO, « CGT », Compte-rendu réunion du conseil syndical, 20/11/1947.

132 ADD, 145 J, fonds CEMO, « CGT », tract des « minoritaires » de Sochaux.

133 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 2, p. 71.

134 ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 25/11/1947.

135 Ibid., 27/11/1947.

136 ADD, 95 J 2, Procès-verbaux des réunions de la commission administrative de l’UD, 27/11/1947.

137 Ibid.

138 ADD, 53 W 4, Rapport mensuel du préfet, novembre 1947.

139 R. Mencherini, Guerre froide, grèves rouges, op. cit., p. 56.

140 Jean-Jacques Becker, Le parti communiste veut-il prendre le pouvoir ? La stratégie du PCF de 1930 à nos jours, Paris, Seuil, 1981, p. 224.

141 ADD, 118 J 12, Cahier des procès-verbaux des réunions du Bureau fédéral, 13/12/1947.

142 ADD, M 3069, Commissariat spécial de Montbéliard, 9/12/1947.

143 A. Bergounioux, Force ouvrière, op. cit. ; Denis Lefebvre, 19 décembre 1947, Force ouvrière, Paris, Bruno Leprince Éditeur, 1997.

144 R. Mencherini, Guerre froide, grève rouge, op. cit., p. 86.

145 D. Lonchampt, Trois hommes de cœur, op. cit., p. 304.

146 ADD, 118 J 25, liste des secrétaires de syndicats CGT du bois et bâtiment avec appartenance politique, 1946.

147 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 260-261.

148 S. Sirot, La grève en France, op. cit., p. 64.

149 ADD, 1 Z 128, Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 15/11/1948.

150 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 246.

151 ADD, 95 J 2, Registre des PV de la CA et du bureau de l’UD CGT, 20/11/1948.

152 Le Peuple comtois, 18/02/1950.

153 Ibid., 25/08/1945.

154 ADD, 56 W 12, Arrêté préfectoral du 17/10/1944.

155 ADD, 343 W 78, Cour de justice. Daniel Lonchampt, Histoire économique et sociale de Pontarlier. L’odyssée d’une aventure humaine, Vandelle Éditions, Pontarlier, 2017, p. 152-153.

156 Le Peuple comtois, numéros de janvier 1950.

157 Ibid., 15 mars 1946.

158 Sur l’« affaire Gurtner » et ce licenciement : Marcel Castioni, Le Caco, autobiographie pour les miens, édité par et pour sa famille, op. cit., p. 67-76. Récit de vie écrit par Marcel Castioni, militant communiste et CGT de Pontarlier puis du Pays de Montbéliard ; Entretien avec Marcel Castioni.

159 Le Peuple comtois, janvier 1950.

160 ADD, 95 J 2, Registre des réunions CA et bureau UD CGT, 28/08/1948.

161 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial au sous-préfet de Montbéliard, 31/8/1948.

162 Thierry Bertrand, De la CFTC à la CFDT dans le Doubs : l’évolution dans le Doubs de 1945 à 1964, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1993, 2 vols, tome 1, p. 79.

163 ADD, 95 J 2, Registre des procès-verbaux des réunions de la CA de l’UD CGT 1938-1961, séance du 10/10/1949.

164 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial de Montbéliard, 27/2/1950.

165 Ibid., janvier-février 1950.

166 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 2, p. 84.

167 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial de Montbéliard, 28/02/1950.

168 Entretien avec Gabriel fiquet.

169 S. Sirot, La grève en France, op. cit., p. 130.

170 ADD, 95 J 2, Registre des réunions de la CA et du bureau de l’UD, 25/09/1948.

171 ADD, M 3069, « éléments de rapports mensuels préfet du Doubs septembre 1948 ». ADD, 1 Z 128, commissariat spécial Montbéliard, 13/9/1948. ADD, 95 J 2, Registre des réunions de la CA et du bureau de l’UD, 25/09/1948.

172 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial, 13/9/1948.

173 Ibid., Commissariat spécial au sous-préfet de Montbéliard, 22/9/1948.

174 ADD, Per 175 J, La Lettre mensuelle de l’UD CGT, octobre 1948.

175 ADD, 95 J 2, Registre des PV CA et bureau UD CGT, 22/2/1950.

176 Le Peuple comtois, 18/02/1950.

177 Ibid., 25/02/1950.

178 ADD, 175 J, « correspondance UD avec préfecture », « congrès UL Audincourt », 1949.

179 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 249.

180 ADD, 1Z 12, Tract de la Fédération du PCF, mars 1950.

181 Ibid., Commissariat spécial, 15/3/1950.

182 Ibid., 31/3/1950.

183 Ibid., Lettre du commissaire de Montbéliard au procureur de la République, 20/3/1950.

184 ADD, 1 Z 128, Lettre du commissaire de Montbéliard au procureur de la République, 17/3/1950.

185 Ibid.

186 Maurice Rives, « 1939-1954, les travailleurs indochinois en France », Hommes et migrations, 1994, n° 1175, p. 24-29. Liem-khe Lugern, dossier « Les travailleurs indochinois en France durant la Seconde Guerre mondiale », www.histoire-immigration.fr

187 ADD, 145 J, fonds CEMO, cahier des adhérents du syndicat CGT des métaux de Sochaux. Ils sont aussi une centaine sur 400 adhérents au syndicat du textile d’Héricourt en 1948, C. Gilliotte, Héricourt, l’aventure textile, op. cit., p. 176.

188 ADD, 1409 W 51, Note d’information des renseignements généraux, 30/04/1946 ; 53 W 3, Rapport mensuel du préfet, décembre 1946 ; 47 W 1, Renseignements généraux Montbéliard, 5/6/1947.

189 ADD, 1409 W 51, Renseignements généraux Montbéliard, 1946-1947.

190 Ibid., Rapports de police et tracts, février-octobre 1948.

191 Après l’indépendance, Boudisa participe à la direction de l’Union Générale des Travailleurs Algériens, puis devient ministre du travail en 1964 avant d’être accusé de « benbellisme ». Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, Paris, L’Harmattan, 1985.

192 ADD, M 3100, note d’information des renseignements généraux, 22/01/1953.

193 BénédictePonçot, Besançon à l’heure de la décolonisation. Le processus de décolonisation vu d’une ville moyenne de province de 1945 aux années 1960, thèse histoire, université de Bourgogne Franche-Comté, 2016, p. 186.

194 AMM, fondsCGTPaysdeMontbéliard, Tracts « Comitéd’aideauxtravailleursnord-africains ».

195 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 209.

196 AMM, fonds CGT Pays de Montbéliard, Tracts « Comité d’aide aux travailleurs nord-africains », compte rendu de la réunion du 26/07/1952.

197 Ibid., Lettre du comité au député Jean Minjoz, 26/07/1952.

198 Voir nos entretiens avec une dizaine de militants CGT (fiquet, Naviet, Roth, Pintucci) et FO (Girard, Jeanney) du Pays de Montbéliard. ; Y.-C. Lequin ; La Franche-Comté dans tous ses états, op. cit. ; J.-P. Goux, Mémoire de l’enclave, op. cit., p. 424-427.

199 Entretiens avec André Girard et Albert Jeanney, responsables Force ouvrière chez Peugeot. Pour la CFTC, voir T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit.

200 A P Roth, Le Métallo de Sochaux, 1950-1963.

201 Georges Minazzi, En marche. 30 ans de lutte à Peugeot-Sochaux. L’itinéraire d’un militant, Paris, Syros, 1978.

202 En 1975, les communistes Paganelli et Jacquin publient un petit ouvrage sur Peugeot, mais sans évoquer les grèves : Serge Paganelli, Martine Jacquin, Peugeot, la dynastie s’accroche, Paris, Éditions sociales, coll. « Notre temps », 1975.

203 Il est difficile d’établir une comparaison de ce taux entre différentes périodes, tant les conditions de syndicalisation diffèrent : en 1919-1920, un taux de stabilité syndicale de 25 % semble satisfaisant alors qu’il ne l’est plus en 1950. A. Kriegel, La croissance de la CGT, op. cit., p. 102.

204 CGT, XVIIIe congrès de la Fédération de la métallurgie, octobre 1952, p. 304.

205 C. Cuenot, La CGT dans le Doubs, op. cit., p. 184-185.

206 Entretiens Marcel Castioni et Robert Charles. ADD, M 3069, Commissariat spécial de Pontarlier, 28/01/1948.

207 ADD, 53 W, Commissariat spécial de Montbéliard, 18/02/1948.

208 EntretienRobertCharles.

209 ADD, M 3069, Commissariat spécial de Montbéliard, 27/01/1948.

210 A. Bergounioux, Histoire de la CGT-FO, op. cit., p. 21.

211 ADD, M 3069, Commissariat spécial de Besançon., 10/07/1948.

212 Antoine Bévort, Dominique Labbé, La CFDT : organisation et audience depuis 1945, Paris, La Documentation française, 1992, p. 157.

213 Luc Berlivet, Frédéric Sawicki, « La foi dans l’engagement. Les militants syndicalistes CFTC de Bretagne dans l’après-guerre », Politix, n° 27, 1994, p. 111-142.

214 C. Pennetier (dir.), DBMO Mouvement social, notices Moro, Selva, Rémy.

215 T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit., p. 135. J. Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF, op. cit., p. 509.

216 T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit., p. 135.

217 ADD, 1Z 128, Commissariat spécial Montbéliard, 31/03/1950.

218 Ibid.

219 C. Pennetier (dir.), DBMO-Mouvement social, op. cit., notice Pauline Carrara.

220 Association pour le souvenir de l’abbé Manche, À Dieu l’abbé, op. cit., p. 47.

221 C. Pennetier (dir.), DBMO-Mouvement social, op. cit., notice Jean Maire.

222 F. Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge !, op. cit., p. 98.

223 ADD, 1 Z 128, Commissariat spécial de Montbéliard, 14/03/1950.

224 C. Pennetier (dir.), DBMO Mouvement social, op. cit., notice Jacques Lochard.

225 TémoignagedeCharlesPiaget.

226 Vincent Petit, « Essai sur la création de l’identité régionale comtoise », Lettres comtoises, octobre 2004, n° 9, p 17-35.

227 F. Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge !, op. cit., p. 83.

228 T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit., p. 81.

229 Rolande Trempé, dans R. Rémond (dir.), Christianisme et monde ouvrier, op. cit., p. 18.

230 ADD, 53 W 5, Commissariat spécial de Montbéliard, 18/02/1948.

231 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver : l’usine Peugeot, op. cit., p. 562.

232 Confédération Générale des Syndicats Indépendants, qui regroupe des syndicats dits « indépendants », souvent animés par des militants du RPF. Plusieurs entreprises choisissent de s’appuyer sur ces syndicats pour contrer la CGT, notamment chez Simca à Poissy.

233 Cité par J. Commaille, L’évolution syndicale à travers les élections professionnelles chez Peugeot, op. cit., p. 102.

234 ADD, 34 W 12-13-14, Procès-verbaux des élections du 8/06/1950. Guy Caire, Les syndicats ouvriers en France, PUF, 1971, p. 346-347.

Table des illustrations

Titre Photographie n° 20 : Grève de la métallurgie, manifestation à Belfort. Sur les flancs de cette génisse, « Je me sacrifie pour les travailleurs, mais pas à moins de 3 000 francs » (mars 1950), collection Roth.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36730/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Photographie n° 21 : Gendarmes mobiles aux portes des usines Peugeot, Sochaux (mars 1950), collection Roth.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36730/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photographie n° 22 : Travailleurs algériens en tête d’une manifestation à Montbéliard (1951), au premier plan à gauche, Robert Roth, collection Roth.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36730/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Photographie n° 23 : Groupe d’agents des lignes des PTT, Montbéliard (vers 1952), au centre tenant sa pelle et son camarade par l’épaule : Charles Cuenot, collection Cuenot.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36730/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau n° 17 : Résultats des élections professionnelles chez Peugeot à Sochaux 1945-1951, collège ouvriers (en pourcentage des inscrits).232
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36730/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search