Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Troisième partie. Espoirs, épreuves et désillusions : l’affirmation de la classe ouvrière de 1934 à 1950

Chapitre 10. Les conséquences de la Seconde Guerre mondiale sur le mouvement ouvrier

Texte intégral

  • 1 Denis Peschanski, Jean-Louis Robert (dir.), Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondia (...)

1Nous avons vu comment à la fin 1938, le patronat et les forces conservatrices ont pris leur revanche sur des ouvriers désorientés par les renoncements du Front populaire. La guerre et l’Occupation aggravent brutalement les conditions de vie et provoquent un profond désarroi. Plusieurs facteurs se conjuguent pour déstabiliser en profondeur le monde ouvrier1. En réaction à l’occupation allemande, c’est au nom de valeurs nationales que les diverses composantes du mouvement ouvrier participent à la Résistance et se concentrent sur l’objectif de la libération du pays. À plusieurs reprises, des ouvriers réagissent de manière collective.

Ouvriers et syndicats à l’épreuve de la guerre

  • 2 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., p. 148.
  • 3 Les parents de Fred Lip meurent dans un camp d’extermination. Sur la situation des usines Lip penda (...)

2Entre septembre 1939 et le printemps 1945, la conjoncture de guerre pèse très lourdement sur le monde ouvrier. Elle sépare les ouvriers en groupes à statut et à condition d’emploi différents et les coupures se renforcent après la défaite. Les prisonniers de guerre (ils sont 1,5 million dont plus du quart d’origine ouvrière) vivent pendant cinq ans une vie différente de celle de la population française. La mise en place par l’occupant de différentes zones – occupée, non-occupée, interdite, annexée – coupe les liens à l’échelle nationale. La classe ouvrière semble ainsi voler en éclats, alors même que ses conditions de vie se dégradent de façon dramatique2. Sur le front de l’emploi, les ouvriers subissent le chômage, très élevé à partir de juin 1940, avec l’effondrement de l’économie. Dans d’autres périodes, ils s’épuisent au travail avec des journées de dix heures. Ainsi au 1er juillet 1940, l’usine Peugeot de Sochaux ne compte plus que 7 500 salariés, dont 6 000 ouvriers, contre 15 000 en 1939. À certains moments, l’horaire hebdomadaire tombe à 25 heures. Les autres entreprises métallurgiques connaissent également une diminution de leurs effectifs ou ferment complètement leurs portes pendant plusieurs mois comme à Pontarlier. À Besançon, l’entreprise Lip déplace ses fabrications et une partie de son personnel en zone sud. En 1940, les nazis « aryanisent », c’est-à-dire accaparent son usine bisontine en tant que bien d’un industriel de confession juive, mais la firme Junghans ne parvient pas à redémarrer convenablement l’activité3.

  • 4 Entretiens avec André Girard, Albert Jeanney, André Berçot.

3Durant la guerre, les mouvements de population sont fortement marqués par la conjoncture. Dès 1939, nombre de cheminots ou d’ouvriers métallurgistes qualifiés sont mobilisés comme affectés spéciaux dans les usines de guerre. Ces mouvements s’inscrivent dans une nouvelle géographie industrielle. Ainsi en 1938, la direction de la SAAP construit des usines de repli à Bordeaux en vue de contribuer à la défense nationale. Conformément aux demandes du ministère de l’Aviation et financés en grande partie sur les fonds gouvernementaux de décentralisation, ces établissements fabriquent des pièces d’avion. En 1939, plusieurs dizaines d’ouvriers professionnels de Sochaux sont affectées spéciaux dans cette usine. D’autres, trop âgés ou trop jeunes pour être mobilisés, y sont mutés, parfois à leur demande4.

  • 5 Entretien avec Joseph Cottin.
  • 6 Entretien avec Robert Roth.
  • 7 Entretien avec Oreste Pintucci.

4Si la Grande Guerre avait brutalement accentué l’urbanisation, la Seconde Guerre mondiale favorise au contraire le monde rural, les provinces de l’Ouest et du Sud-Ouest au détriment des zones frontalières urbaines et industrielles. La population fuit les zones de combats ou de bombardements. Devant l’avancée allemande, les entreprises invitent leur personnel jeune à fuir vers le Sud de la France. Après l’armistice, la démobilisation des soldats qui n’ont pas été faits prisonniers ne se traduit pas immédiatement par leur retour à domicile. C’est le cas pour ceux du Doubs, en raison du classement de l’ensemble du département en zone interdite au retour des combattants démobilisés. Ainsi la compagnie de Joseph Cottin, serrurier à Besançon se disperse à Pau et il est démobilisé dans le Gers. Avec difficulté, il réussit à traverser la ligne de démarcation pour rejoindre sa famille en novembre 19405. Robert Roth, jeune ouvrier célibataire, reste en zone sud après la débâcle, s’employant dans les fermes et il est démobilisé seulement en novembre 19426. Encouragé à fuir par son contremaître, Oreste Pintucci demeure plusieurs mois dans un village de la Drôme : le jeune outilleur sochalien découvre alors la cueillette des fruits et le bûcheronnage7. Les réfugiés, plus de huit millions en juillet 1940, ne sont pas tous rentrés et s’adaptent à une nouvelle vie dans les zones de refuge.

  • 8 Entretien avec André Berçot. AMM, 1 AV 39, témoignage de René Perraud.

5Les réquisitions dans le cadre du Service du Travail Obligatoire (STO) accentuent la tendance à la ruralisation et à la dispersion ouvrière. Elles enlèvent des ouvriers aux régions industrielles, le Doubs totalisant ainsi 2 640 départs, et favorisent les lieux à l’écart qui permettent d’échapper aux réquisitions. La campagne devient un lieu de refuge pour les habitants des villes, on pense y trouver de meilleures conditions de ravitaillement, loin des bombardements et des troupes allemandes. Le travail en forêt, dans les fermes, les mines isolées, constitue des solutions de repli pour des ouvriers de grandes entreprises. C’est par crainte des rafles pour le STO à Paris qu’André Berçot vient travailler comme commis de culture dans une ferme à Plaimbois-Vennes ; René Perraud se réfugie chez des paysans de flangebouche et travaille à la mine de lignite de Longemaison8.

  • 9 INSEE, Doubs, populations communales 1845-1975, INSEE, 1976.
  • 10 Catherine Omnès, « Les trajectoires des ouvrières parisiennes », dans D. Peschanski, J.-L. Robert ( (...)

6La période de guerre entraîne donc une plus forte instabilité résidentielle pour les ouvriers. Entre 1936 et 1946, près de la moitié des membres de notre corpus changent au moins une fois de commune de résidence. Ce pourcentage d’instabilité est supérieur de 10 points à celui de la période 1931-1936, mais identique à celui des années 1921-1931. À l’échelle nationale, les communes à population majoritairement ouvrière sont celles qui perdent le plus d’habitants. Dans le Doubs, le phénomène est limité, mais Sochaux, qui a été bombardée, perd 21 % de ses habitants entre 1936 et 1946, Bethoncourt 9 %, Audincourt 7 %9. Cette mobilité résidentielle s’accompagne d’une plus grande mobilité professionnelle pour les hommes. Si les ouvrières ne connaissent pas la mobilité propre aux mobilisés, elles subissent davantage les licenciements, d’où des replis massifs sur le foyer et une rupture souvent irréversible avec le travail en usine10.

  • 11 Cité par François Marcot, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », dans D. Peschanski, J (...)

7La principale préoccupation des familles ouvrières devient celle du ravitaillement, en particulier dans les villes. En 1942, année la plus sombre, la chute des rations (275 grammes de pain par jour), la quasi-disparition de la viande (180 grammes par semaine) font qu’au troisième trimestre le nombre de calories attribuées à un adulte n’atteint pas 1 250, soit la moitié du niveau nécessaire. Conséquence de cette aggravation, le service médical de l’usine Peugeot relève en 1941 « des arrêts de travail plus prolongés du fait de la moindre résistance des ouvriers » ; en 1942, il fait état d’une « alimentation angoissante, compliquée par l’absence totale d’organisation ménagère. L’amaigrissement des retraités est grave11 ». Face à l’ampleur des problèmes à résoudre au quotidien, travailler, se nourrir, se chauffer, les familles sont condamnées à se débrouiller. Celles qui le peuvent réactivent des liens divers pour trouver de la nourriture dans les campagnes. Chacun se retrouve livré à lui-même, d’autant que les organisations syndicales ont disparu, avec les militants mobilisés, faits prisonniers ou partis dans d’autres régions.

  • 12 Michel Margairaz, Danielle Tartakowsky (dir.), Le syndicalisme dans la France occupée, Rennes, Pres (...)
  • 13 Jean-Pierre Le Crom, Syndicats nous voilà ! Vichy et le corporatisme, Paris, Les Éditions de l’Atel (...)

8Le syndicalisme CGT, du moins ce qu’il en reste, est profondément bouleversé par la guerre. C’est Belin, un de ses principaux dirigeants devenu ministre du Travail, qui met fin à la structure confédérale. Autour de lui, les syndicalistes issus de la tendance Syndicats représentent une véritable fraction « syndicaliste » dans le régime de Vichy. Selon Michel Margairaz, ils assument une triple collaboration : avec le patronat, le gouvernement et l’occupant12. Au-delà de cette minorité, c’est l’ensemble des syndicalistes ex-confédérés qui se voient confrontés à la Charte du travail. Unis contre les communistes à l’automne 1939, les ex-confédérés se divisent à partir de l’occupation allemande. La rupture entre les ex-centristes comme Jouhaux et la tendance Syndicats vient de la loi du 16 août 1940 qui prévoit la dissolution des confédérations syndicales. Des responsables de Fédérations soutiennent cette politique. Marcel Roy, principal dirigeant de celle des métaux durant la guerre, incarne cette « politique de présence ». Ces « participationnistes » donnent la priorité au soutien à la Révolution nationale. Regroupés autour de l’hebdomadaire L’Atelier, ils participent à l’élaboration de la Charte du travail. Jean-Pierre Le Crom estime que ces syndicalistes ralliés à Pétain ne furent jamais très nombreux, mais en collaborant au régime, ils avalisaient le choix de la collaboration d’État13. À l’opposé, une contestation se développe autour de membres de l’ex-bureau confédéral et de plusieurs dirigeants de la CFTC : ils fondent le Comité d’Études Économiques et Sociales (CEES) qui participe à la Résistance, et pas seulement sur le terrain syndical.

  • 14 ADD, 145 J, fonds CEMO, UL Morteau, lettre d’Octave David à Louis Vurpillot, le 3/04/1941.
  • 15 ADD, 95 J, fonds CGT, « La vie syndicale de Georges Vagneron », texte dactylographié vers 1960. Ent (...)
  • 16 M. Margairaz, D. Tartakowsky (dir.), Le syndicalisme dans la France occupée, op. cit., p. 29.
  • 17 ADD, 56 W 18, Lettre de l’inspecteur du travail au préfet du Doubs, 27/05/1942.
  • 18 ADD, 106 J 3, Correspondance de Courbet avec les syndicats CFTC, 1936-1943.

9La loi d’octobre 1940 dissout les confédérations ouvrières et patronales tout en maintenant l’existence légale des syndicats, en sommeil depuis septembre 1939. Tous les courants du syndicalisme appellent donc à utiliser ces possibilités d’une relance de l’activité syndicale. À Besançon, à la fin de l’année 1940, les Fédérations CGT des horlogers ou de l’Éclairage sont les premières à rétablir les relations avec les adhérents. Octave David reconstitue le syndicat des horlogers et place 200 cartes en mars 194114. Georges Vagneron, trop âgé pour être à nouveau mobilisé, reprend contact à Paris avec la Fédération du bois et du bâtiment, directement avec son secrétaire Louis Saillant15. Celui-ci joue un rôle des plus importants pour le syndicalisme durant la guerre : signataire du manifeste syndical du 15 novembre 1940 qui s’oppose au régime de Vichy, il participe à la création de Libération-Nord et au rapprochement entre ex-confédérés et ex-unitaires. Vagneron distribue la lettre du Comité d’Études Économiques et Sociales et aide les familles des militants internés. Au printemps 1942, des cotisations syndicales sont régulièrement perçues à Pontarlier, Morteau, Villers-le-Lac comme parmi les cheminots, ouvriers du bâtiment et horlogers de Besançon. Le cadre du syndicalisme légal laisse donc la possibilité de maintenir un certain niveau d’organisation. Mais avec le blocage des salaires décidé dès septembre 1939, le non-respect des conventions collectives et, aux termes de la Charte du travail, l’interdiction de la grève, les syndicats se retrouvent vidés de leurs pratiques revendicatives traditionnelles16. Les courriers fédéraux transmettent régulièrement les informations sur les nouvelles lois, notamment sur la fin des quarante heures hebdomadaires, le passage à quarante-huit heures doublées d’heures supplémentaires ou encore les indemnités en cas de chômage. Seules les Bourses du travail de Besançon et Pontarlier ont repris une activité limitée à des consultations juridiques, aux services de bibliothèque et à une aide pour le placement des chômeurs17. En revanche, les caisses de chômage, de secours et de retraites de la CFTC fonctionnent à peu près normalement. À Villers-le-Lac, les syndicalistes chrétiens et les sections de la JOC organisent une journée d’étude en novembre 1943 avec l’abbé de la paroisse18.

  • 19 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Octave David.
  • 20 Longtemps conservées dans le coffre-fort de l’UD CGT, ces lettres ont disparu.
  • 21 M. Margairaz, D. Tartakowsky (dir.), Le syndicalisme dans la France occupée, op. cit., p. 237.
  • 22 ADD, 15 W 17, Commissariat spécial de Montbéliard, 23/12/1941.

10La tendance Syndicats était particulièrement présente à Besançon et plusieurs militants suivent Belin. Octave David accepte d’être conseiller municipal désigné par Vichy. Il déclare qu’il accepte cette fonction, « ne serait-ce que pour obtenir une paire de chaussures pour ceux qui en ont besoin19 ». Quant à Jeannin, toujours secrétaire de l’UD, il devient chargé de mission au secrétariat général du ministre du Travail, en plus de ses fonctions de directeur à l’Office départemental du travail. Dans le cadre de la Fédération légale des métaux, il entretient une correspondance régulière avec Marcel Roy, de l’ex tendance Syndicats20. Ce dernier prend publiquement position en faveur de Laval après son discours du 22 juin 1942 sur la « victoire de l’Allemagne »21. En décembre 1941, Jeannin se déplace à Montbéliard pour présenter les nouvelles orientations fédérales à André Girard et à quelques autres militants. Il leur propose d’entrer immédiatement dans les comités sociaux d’entreprise, institués par la Charte du Travail22. Cet engagement de Jeannin dans la nébuleuse de la collaboration n’est pas sans désorienter syndicalistes et travailleurs qui lui accordent encore du crédit. Courant 1942, alors que la Fédération de la métallurgie soutient la politique de la Relève, Adrien Jeannin n’en rejoint pas moins le mouvement de résistance Libération-Nord. Parallèlement, il devient responsable pour le Doubs du Comité d’Action contre la Déportation, organisme qui vise à coordonner la lutte contre le STO.

  • 23 Jean-Pierre Le Crom, « L’échec de la Charte du travail », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), (...)
  • 24 J.-P. Le Crom, Syndicats nous voilà !, op. cit., p. 310.
  • 25 ADD, 1 Z 89, Commissariat spécial de Montbéliard, 6/03/1943.

11La Charte du travail peine à se mettre en place et le peu d’empressement des ouvriers à s’engager dans sa mise en œuvre constitue une raison majeure de son échec. Selon Jean-Pierre Le Crom : « Contrairement à ce qu’avait promis Pétain, l’incapacité du régime à éviter les épreuves aux Français constitue une des causes essentielles du rejet de sa politique sociale23. » Constitutif de la Charte du travail et donc à ne pas confondre avec les syndicats légaux, les syndicats uniques apparaissent comme un fiasco pour le régime de Vichy24. En août 1944, l’ensemble de la métallurgie du Doubs en compte six. Depuis février-mars 1943, les syndicalistes chartistes des usines Peugeot de Sochaux essuient revers sur revers dans leur tentative d’en constituer un dans cette entreprise25. Les syndicalistes chrétiens n’y participent pas et la majorité de la CFTC rejette les syndicats uniques depuis juin 1943.

  • 26 J.-P. Le Crom, Syndicats nous voilà !, op. cit., p. 317.
  • 27 J.-P. Le Crom, « L’échec de la Charte du travail », dans D. Peschanski, J.L. Robert (dir.), Les ouv (...)

12Les seuls organismes de la Charte ayant connu une véritable activité sont les comités sociaux d’entreprise, au nombre de 9 000 environ en mai 194426. Obligatoires dans les entreprises de plus de 100 salariés, ils sont chargés de la gestion des œuvres sociales, mais également de certaines questions professionnelles. Le Doubs compte moins de quarante comités, un chiffre inférieur à celui de bien des départements industrialisés. Ils présentent une réelle utilité sociale, ce qui justifie aux yeux de certains syndicalistes de participer à leur mise en place. Le secours mutuel et l’assurance maladie, l’aide aux prisonniers figurent parmi leurs principales activités. Mais c’est dans le domaine du ravitaillement (cantines, coopératives et groupements d’achats interentreprises, jardins ouvriers) que les « comités patates », selon l’expression imagée de l’époque, sont les plus utiles27.

13En 1943, les ouvriers des Automobiles Peugeot ne sont dupes ni de la politique de Vichy, ni de celle de l’entreprise. Pour survivre, ils utilisent les quelques services qui leur sont proposés, mais ils rejettent le comité social, parce qu’il s’agit d’une œuvre du gouvernement. Le comité social fonctionne avec les œuvres sociales de la direction. Déçu par le fonctionnement du comité, un membre du service social démissionne de son poste durant l’été 1943 :

  • 28 ADD, 1 Z 89, « Rapport sur le département social Peugeot », rédigé par un ancien employé de ce serv (...)

Il y a un désarroi profond, une désillusion terrible, un désintérêt de tout ce qui vient d’en haut (direction ou gouvernement) […]. Il faut prendre les ouvriers pour de pauvres « naïfs », quand on leur demande leur avis sur le maintien de gens que l’on a pour ainsi dire « nommés » [à la tête du comité] deux ans auparavant sans leur demander leur avis […]. De la formation du comité social, l’ouvrier n’a eu que des échos, échos plutôt désastreux même (le refus de la candidature d’un de leur chef… parce que « trop râleur » […]. La masse ouvrière a d’ailleurs admiré la façon élégante de lui demander librement son avis… en l’obligeant à marquer sur sa fiche de pointage s’il avait ou non participé au vote28.

14Les ouvriers savent que leur voix ne compte pas. La méfiance, voire le rejet, de l’autorité l’emporte, d’autant que des injustices se produisent au niveau du ravitaillement :

  • 29 Ibid.

[…] les chefs, celui qui est bien vu est mieux servi. Les directeurs sont favorisés par le ravitaillement assuré par l’usine, pour les pneus de vélos par exemple […]. Les incidents qui se sont produits dernièrement au restaurant de l’Allan (où l’on osait servir du saucisson aux collaborateurs [agents de maîtrise] assis à la table à côté des ouvriers) sont bien la marque de cette indignation29.

  • 30 J.-P. Le Crom, « L’échec de la Charte du travail », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ou (...)

15Les rancœurs contre les cadres et les dirigeants de la firme n’ont donc pas disparu. Au-delà de ces comités qui soulagent un peu la misère, la Charte ne trouve qu’un très faible écho dans la masse ouvrière. Cet échec s’accompagne, sur le plan politique, de celui des mouvements de collaboration qui ne parviennent pas à s’implanter parmi elle30.

La Résistance issue du mouvement ouvrier

  • 31 Notamment à son ouvrage Les voix de la Résistance : tracts et journaux clandestins dans le Doubs, B (...)
  • 32 F. Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance », dans Antoine Prost (dir.), La Résistance, une (...)

16Les travaux de François Marcot sont incontournables et les pages qui suivent leur empruntent beaucoup31. Cet historien rappelle que la Résistance n’a qu’un but, la libération du pays, mais elle s’avère diverse quant à ses actions, son organisation, ses motivations32. De plus, tous les acteurs sociaux ne sont pas sollicités de la même manière et/ou ne trouvent pas les mêmes possibilités d’agir. Et celles-ci ne sont pas les mêmes selon les différentes zones d’occupation. En zone nord, si la population est spontanément hostile à l’occupant, l’efficacité et la férocité des forces de police allemande rendent plus difficiles qu’en zone sud la formation d’une résistance. Le Doubs appartient en totalité à la « zone interdite » au retour des réfugiés de l’exode et la population y vit dans la hantise d’une annexion au Reich comme celle qu’a connue l’Alsace. Ces conditions plus contraignantes peuvent expliquer en partie les différences (dans la précocité ou les effectifs mobilisés) entre la Résistance dans le Doubs et celle qui se déploie dans le Jura au-delà de la ligne de démarcation.

  • 33 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 32.
  • 34 Jean-Claude Grandhay, dans J.-P. Rioux, A. Prost, J.-P. Azéma (dir.), Les communistes français de M (...)

17Déroutée et démoralisée par le Pacte germano-soviétique, désorganisée par la mobilisation militaire et la répression, la majorité des adhérents du PCF abandonne sans bruit le parti ou se « laissent abandonner » par lui en ne se donnant pas les moyens de renouer le contact ou de relancer par eux-mêmes l’activité33. En 1940, il reste une minorité de fidèles qui tente de reconstituer l’organisation. Là où la structuration du parti était faible, la situation est encore plus grave, comme en Haute-Saône, où toute activité cesse de juillet 1939 jusqu’au début 194234.

  • 35 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 46.
  • 36 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/143, Rapport de Henriette Heussler, sans date.

18Alors que le ministre de l’Intérieur poursuit la chasse aux communistes, un embryon d’organisation se reconstitue dans le Pays de Montbéliard. Le contact est rétabli avec le Centre lorsque Marius Jacquemard rencontre Jacques Duclos à Paris dès la fin octobre 193935. Les Belfortains restent plus longtemps isolés36. En mars suivant, la police judiciaire de Dijon arrête Jacquemard, Léon Faivre, Marcel Socié et sept de leurs camarades pour reconstitution de parti dissous et distribution de tracts. La répression et la débâcle en juin anéantissent en grande partie ce travail de réorganisation.

  • 37 ADD, 118 J 8, fonds PCF, Autobiographie d’Aline Lana, 1945.
  • 38 ADD, 15 W 17, Commissariat spécial de Besançon, 6-12-1941.
  • 39 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 312.
  • 40 ADD, M 3086, Lettre du préfet du Doubs, 19-12-1941.
  • 41 Danièle Tartakowski, dans F. Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert (...)
  • 42 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 82-83.

19La propagande reprend à l’automne 1940 après le retour de certains démobilisés et le rétablissement des liens avec des militants restés inactifs jusqu’à cette date. À Audincourt, Gaston Genin et Pierre Lana, secrétaire du syndicat du bâtiment, prennent le relais pour imprimer et diffuser des tracts37. Début février 1941, des diffusions sont effectives dans le nord du département et commencent un peu plus tard à Besançon38. Des papillons sont collés, des inscriptions fleurissent sur les murs, des tracts sont déposés dans les ateliers de plusieurs usines. Jusqu’en avril 1942, l’activité principale demeure la propagande. Sur toute la durée de l’Occupation, les diffusions communistes l’emportent avec 55 tracts distribués39. La propagande non communiste prend le relais à compter du second semestre 1943. Selon François Marcot, ces premiers résistants communistes déclarent s’être sentis en confiance et de connivence avec les travailleurs qui les entourent : de fait, les arrestations ne résultent pas de dénonciations, mais d’imprudences et de la surveillance policière. Entre mars 1940 et décembre 1941, le préfet du Doubs recense ainsi 26 communistes inculpés et 8 internés administratifs40. En 1942, la confiance que la propagande clandestine soulève encourage des rassemblements de femmes pour protester contre les difficultés du ravitaillement41. En février-mars, elles se manifestent dans près d’une dizaine de communes du Pays de Montbéliard et à Besançon, puis en juin dans le Territoire de Belfort42. Selon le préfet :

  • 43 Ibid., p. 82.

Les manifestations se déroulaient toujours suivant le même processus et étaient uniquement suscitées par des femmes, au nombre de 50 à 100 ménagères se plaignant des difficultés du ravitaillement et venant réclamer à la mairie, soit des tickets de pain supplémentaires, soit des distributions de certaines denrées […]. Elles se sont toutes déroulées dans le plus grand calme et les maires n’ont eu aucune difficulté à apaiser les ménagères et à les renvoyer chez elles dans le calme43.

20Ces rassemblements mobilisent des femmes, ouvrières ou épouses d’ouvriers : peu coutumières des manifestations avant la guerre, elles utilisent une forme d’action souvent nouvelle pour elles, mais dans un milieu fortement mobilisé depuis 1936 et où la présence communiste s’est très nettement renforcée.

  • 44 Ibid., p. 91.

21À partir d’avril 1942, à la propagande et aux rassemblements s’ajoutent les sabotages avec l’arrivée de Pierre Georges, le futur colonel Fabien. C’est un des responsables des Jeunesses Communistes, connu pour avoir abattu un officier allemand le 21 août 1941 à Paris, premier attentat spectaculaire de la résistance communiste. En avril 1942, il est affecté dans les Francs-Tireurs et Partisans Français (FTPF) et met sur pied le groupe Valmy près de Clerval, responsable d’une dizaine d’attentats44. Fabien appartient à ces quelques dizaines de communistes qui engagent le PCF dans la lutte armée. Selon l’historien Roger Bourderon :

  • 45 Roger Bourderon, « Le PCF dans la lutte armée : conceptions et organisations », dans F. Marcot (dir (...)

Ces premiers combattants ont en commun d’être jeunes et d’avoir souvent une expérience de la guerre par leur passage dans les Brigades internationales. Qu’ils appartiennent à l’Organisation Spéciale, aux groupes de langues de la MOI ou aux Jeunesses communistes, ils ont, à des titres divers, une pratique de la guerre ou subi la répression. La haine que soulève les massacres d’otages à partir de l’automne 1941 soude les rangs du parti. L’ampleur de la répression a justifié rétrospectivement une lutte armée qui, au départ, semblait irréaliste, voire dangereuse à bon nombre de militants encore marqués par les arguments pacifistes. La poursuite de cette forme de lutte n’aurait pu se faire sans l’engagement total de petits groupes, comme celui de Fabien45.

  • 46 Richard Perlinski est né à Varsovie en 1920. Sa famille s’installe à Audincourt quelques années plu (...)
  • 47 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 92.

22En raison des arrestations déjà opérées, mais surtout des réticences à l’intérieur du parti, Fabien a le plus grand mal à recruter des communistes pour passer à la lutte armée. Il cherche à entrer en relation avec d’anciens membres des Brigades internationales, notamment Richard Perlinski46, qui a déjà participé à des actions en région parisienne, des Italiens, et quelques autres militants. François Marcot précise que pour le passage aux actions armées, Fabien trouve peu de soutien dans les réseaux du PCF. Il s’appuie sur des non communistes qui savent et veulent se battre47. Signe des réticences politiques des militants, la presse clandestine communiste du Doubs passe sous silence les faits d’armes du groupe de Fabien, quand L’Humanité les célèbre.

  • 48 Le 2 juillet, la cour spéciale du Doubs condamne 32 résistants à des peines de prison ou de travaux (...)
  • 49 ADD, 1 Z 89, « Renseignements généraux, constitution du fichier départemental », 16-04-1943, et Sen (...)
  • 50 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 317.
  • 51 Ibid, « Les Italiens et les Espagnols dans la Résistance franc-comtoise : intégration et particular (...)

23Les sabotages et l’élargissement de la diffusion de la propagande entraînent un renforcement de la répression. Plusieurs vagues d’arrestations ont lieu à partir du 17 avril 1942, à la suite de la saisie par la police d’une malle contenant 30 000 tracts à Audincourt48. Le campement de la compagnie Valmy est attaqué le 18 octobre, mais Fabien, grièvement blessé, parvient à s’enfuir. Ces mesures décapitent la résistance communiste dans le Doubs. Les 70 personnes arrêtées et condamnées en 1941-1942 dans le Pays de Montbéliard montrent un recrutement essentiellement d’ouvriers de l’industrie49. Parmi eux figurent cinq responsables syndicaux communistes : Genin, Jeanbourquin, Lana, Marc Cheval, secrétaire du syndicat des cheminots de Montbéliard, Charles filsjean, secrétaire des métaux de Pont-de-Roide. Les ouvriers des différentes usines Peugeot sont donc les premiers à manifester une action de résistance, avec une forte armature CGT, communistes en tête, mais aussi quelques ex-confédérés50. Au-delà des militants déjà très engagés avant 1939, cette résistance s’appuie sur des ouvriers qui ont participé aux grèves de 1936-1938. Ils mettent en place des réseaux dans leur milieu de vie et de travail qui reflète l’implantation de cette période. L’immigration italienne antifasciste de la seconde génération joue également un rôle essentiel dans la reconstitution et les premières actions du PCF avec les Lana, Bencetti, Caverzacio, Pintucci, Socié-Lorenzini, Paganelli, Minazzi dans le Pays de Montbéliard et Teresa Assiglio, Placuzzi, Castioni à Pontarlier…51 Après ces arrestations, la résistance communiste ne disparaît jamais totalement. Les FTPF exercent une réelle force d’attraction, comme par exemple sur ces jeunes chrétiens engagés dans le détachement Guy Mocquet et fusillés à la citadelle de Besançon le 26 septembre 1943. La résistance Front National et FTPF s’illustre avec notamment le groupe Bara dans la région de Montbéliard et le maquis de la Combe de l’Auge près de Maîche, autour des frères Jacquemai et Moyse-Frisé. Mais cette résistance joue désormais un rôle secondaire.

  • 52 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement Social, op. cit., notice Raymond Vauthier.
  • 53 Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation, Paris, PFNSP, 1982.

24Au début de la guerre, le parti socialiste est hors jeu en raison de l’acceptation par la majorité de ses parlementaires de la chute de la République en juillet 1940. Nombre de maires socialistes estiment qu’il vaut mieux rester en place, position ambiguë qui contribue à désorienter la population. Au contraire, Raymond Vauthier à Pontarlier s’oppose autant qu’il le peut aux exigences de l’occupant. Confronté aux persécutions antisémites, il prévient et aide des personnes juives à fuir. Sommé de communiquer la liste des Juifs de la commune, il demande par exemple au préfet de lui transmettre les critères qui permettent de dire qui est juif. En décembre 1940, il est révoqué de ses fonctions par l’armée allemande et expulsé en zone sud52. Les socialistes jouent un rôle très important dans la Résistance, mais le socialisme peine à se faire admettre comme composante propre de ce combat53. Ils sont bien présents dans le Doubs où ils développent notamment le mouvement Libération-Nord. C’est un des grands mouvements de la zone nord, créé à la fin de 1941 autour des syndicalistes du CEES. Il se veut l’expression de l’union de la SfiO, de la CFTC clandestine et des tendances non communistes de la CGT. Le journal Libération-Nord est probablement le premier périodique non communiste qui pénètre dans le Doubs à partir de 1942. Sans jamais se fondre avec la SfiO, ce mouvement en demeure très proche, profitant pour s’implanter du réseau des syndicalistes ex-confédérés, par ailleurs investis dans le syndicalisme légal.

  • 54 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement Social, op. cit., notice Jules Pagnier. Mireille Barbier, La R (...)

25Les contacts avec Libération-Nord sont établis courant 1942 et plusieurs groupes naissent séparément. Jean Minjoz et Fernand Clerc (ce dernier était secrétaire fédéral adjoint de la SfiO et militant du SNI) constituent un premier noyau à Besançon, avec des ramifications dans le Pays de Montbéliard autour de l’instituteur Jules Carrez et d’Armand Bermont. Un second groupe à Besançon se développe autour de l’instituteur Marcel Ducret et d’Adrien Jeannin. Un troisième apparaît à Pontarlier autour de Jules Pagnier, secrétaire de l’UL CGT. Pour ce syndicaliste socialiste, l’entrée en résistance ne semble pas constituer une rupture54. En juin 1940, il récupère et cache des armes abandonnées par les troupes françaises. Contacté en mai 1942 par René Peeters, syndicaliste ex-confédéré responsable de Libération-Nord pour l’Est de la France, Pagnier devient responsable de ce mouvement pour le Haut-Doubs et la zone frontière. En juin 1943, il entre en relation avec le responsable régional des Volontaires de la Liberté et de Défense de la France. Pagnier diffuse les publications de ces mouvements. Ensemble ils rédigent des tracts à destination des paysans et des fonctionnaires dans l’objectif de lutter contre le STO. Pagnier est arrêté trois fois et libéré sous surveillance faute de preuves. Parallèlement, il participe à la reconstitution de l’UD CGT clandestine, dont il devient le secrétaire.

  • 55 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 21.
  • 56 Carole Mourlot, Le Comité Départemental de Libération du Doubs, mémoire de maîtrise, université de (...)

26Les groupes Libération-Nord du département s’unifient en septembre 194355. Avec les ffi, ces résistants participent à des récupérations de parachutages. Libération-Nord constitue le noyau originel du Comité Départemental de Libération (CDL), créé en avril 1944 avec 11 membres sur 2656. Lieutenant ffi, Pagnier commande le groupement du Haut-Doubs, qui libère la ville aux côtés des troupes de la Première Armée française. Devenu capitaine, il participe à l’organisation du 1er régiment de Franche-Comté qui poursuivra les combats dans les Vosges durant l’hiver 1944, puis en Allemagne et en Autriche.

  • 57 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 106.

27En étudiant les tracts clandestins du Doubs, François Marcot constate l’absence d’une analyse de la situation en termes de classes sociales opposées57. La résistance socialiste comme celle des communistes développe une ligne de « résistance nationale » à l’occupant. Lorsqu’ils abordent la question du ravitaillement :

  • 58 Ibid, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), (...)

Deux responsables sont désignés : les Allemands et le gouvernement de Vichy. En revanche, deux autres responsables potentiels ne sont pas nommés. D’une part, aucun tract de la Résistance communiste ou socialiste du Pays de Montbéliard ne met en cause les paysans, alors que l’opinion ouvrière, à la base, est très sensible à la différence de situation entre la ville et la campagne. D’autre part, le patron, autre responsable potentiel, ne figure pas parmi les coupables indiqués : aucun tract, communiste ou non, ne désigne Peugeot comme responsable de la misère58.

28Lorsque le patronat est visé par la propagande communiste, c’est sur un autre terrain. Un tract de 1941, intitulé « L’ordre nouveau […] à la manière de Vichy », dénonce la continuité de la domination politique du patronat local entre l’avant-guerre et les débuts du régime de Pétain :

  • 59 Le Semeur, organe régional du Parti communiste, feuille dactylographiée, cité par Jean-Pierre Maran (...)

Ordre nouveau, hommes nouveaux, méthodes nouvelles sans doute ! […] Hommes nouveaux également, ceux qui régionalement dirigent, d’ordre de Vichy, l’activité politique et économique de notre Franche-Comté. Des maires nouveaux ont été désignés. À Hérimoncourt, François Peugeot a remplacé M. Peugeot François. À Valentigney, « le gros Jules » a dû céder l’écharpe à M. Jules Peugeot […] À Seloncourt, un certain Jean-Pierre Peugeot succède à M. Peugeot Jean-Pierre […] Dans l’ordre économique, le chambardement est plus marqué encore […]. Les protestants « radicalisants » Peugeot et Cie à Sochaux, Valentigney etc, les protestants « réactionnaires » Japy à Beaucourt et à Fesches veillent jalousement sur le bien-être de leurs ouvriers, de même qu’à Grandvillars et sur tout le Territoire, les catholiques Viellard s’emploient à relever le niveau de vie des travailleurs, leurs frères59.

  • 60 F. Marcot, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (di (...)
  • 61 « Le service de coordination des usines Peugeot du Doubs », rapport de Pierre Sire, 69 p. dact., 19 (...)
  • 62 Ibid.

29François Marcot avance deux explications pour rendre compte de l’abandon de la « ligne de classe » par la mouvance communiste60. La première tient à la situation particulière des ouvriers de Peugeot. À l’initiative du service de coordination des usines, des colis sont envoyés aux prisonniers de guerre comme aux familles de travailleurs en Allemagne. Pour faciliter le ravitaillement, le service de coordination organise des cantines ouvrières et scolaires et achète des denrées alimentaires qu’il livre aux ouvriers. Enfin, geste hautement symbolique, Peugeot laboure neuf hectares de son terrain de golf transformés en « jardins ouvriers »61. Ce n’est pas par charité que la firme développe ce ravitaillement : il s’agit bel et bien de garder une main-d’œuvre en état de travailler. Mais selon François Marcot, le fond du problème réside dans l’abandon de toute analyse de classe par les organisations ouvrières. Afin de reconstituer l’unité du peuple français, socialistes et communistes renoncent non seulement à dénoncer le patronat, mais l’exhortent à se joindre à la lutte patriotique62. Si les rivalités entre forces politiques ne disparaissent pas, le ralliement du PCF à la France combattante à partir de 1943 signifie alignement politique derrière le général De Gaulle. Cette politique de « Front national » conduit à la subordination des ouvriers et des paysans derrière les représentants de l’armée extérieure et des classes dirigeantes anti-allemandes.

  • 63 J. Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF, op. cit., p. 623.
  • 64 Ibid., p. 307.
  • 65 Ibid., p. 304.
  • 66 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social, op. cit., notice Maxime Rolland ; J. Divo, L’Aubier, l (...)
  • 67 Association pour le souvenir de l’abbé Manche, À Dieu l’abbé, Besançon, éd. Franc’Albert, 1988, p.  (...)
  • 68 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social, notice Louis Pourtois.
  • 69 ADD, Per. 143, Libération du Pays de Montbéliard, mars 1945.

30Parallèlement, la JOC développe ses formes de résistance. Jean Divo a recensé une dizaine de sections dans le Pays de Montbéliard en 194363. Face au STO, ces jocistes tiennent à rester au plus près de ce que vivent la majorité des jeunes travailleurs. Suivant les consignes de la JOC, certains partent en Allemagne avec l’objectif d’animer une « résistance spirituelle ». Pour autant, les jocistes ne sont pas des « volontaires » du STO64, mais une fois requis, ils cherchent à mettre en œuvre ces objectifs. Parmi eux, Duilio Balduini, ajusteur chez Peugeot, part en octobre 1942. Il réalise des sabotages à Francfort et fait de la prison avant d’être déporté65. En 1942, le menuisier bisontin Maxime Rolland est désigné comme responsable de la JOC pour la Franche-Comté. Convoqué dans le cadre de la Relève, il part en Allemagne en décembre. Il travaille dans une fabrique de meubles employant des salariés allemands et étrangers. Il regroupe des jocistes et d’autres jeunes travailleurs, jusqu’à créer une Fédération jociste clandestine66. Marcel Manche, jeune prêtre nommé vicaire de la cathédrale Saint-Jean à Besançon en 1938, est responsable du patronage populaire « la Cita ». Il suit étroitement les activités de la JOC depuis ses débuts et a participé à sa première session régionale en 1935. En 1943, il se fait passer pour un ouvrier et part en Allemagne pour agir comme aumônier dans le cadre de l’Action catholique clandestine67. Quant à Louis Pourtois, il paie cet engagement de sa vie. Né le 24 mai 1919, fils d’un rempailleur de chaises, il anime un patronage, « Cœurs vaillants », et s’engage activement à la JOC à partir de 1937. Employé de banque, il devient président fédéral de la JOC bisontine à l’automne 1941. Requis pour le STO, il travaille chez BMW et continue son apostolat. D’Allemagne, Maxime Rolland, raconte le démarrage d’une section JOC en avril 1943 : « Louis Pourtois fait de même pour sa petite ville. Le curé est conquis, une véritable section est en voie de démarrage » […] « J’ai reçu le jour de Pâques une longue babillarde de Louis, en un mois, je suis soufflé de ce qu’il a fait68. » Arrêté, Louis Pourtois est emprisonné puis déporté au camp de Mauthausen où il meurt le 20 avril 1945. Par ailleurs, Robert Bernard, permanent des syndicats CFTC pour le Pays de Montbéliard, engagé dans le mouvement Libération-Nord, est fusillé par les Allemands69.

  • 70 J.-P. Marandin, Résistances 1940-1944, op. cit., p. 96-97, t. 1, p. 140.
  • 71 F. Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance », art. cité, p. 27.

31Si l’on trouve une forte proportion d’ouvriers dans la résistance communiste et socialisante, ils sont également présents dans d’autres mouvements et réseaux. Les exemples sont nombreux, de Bernard Wittmann, polisseur à Hérimoncourt, qui devient passeur à la frontière suisse, aux 44 % d’ouvriers d’usine qui composent le réseau Stockbroker, mis en place dans le Pays de Montbéliard par l’organisation britannique SOE, spécialisée dans les parachutages et le sabotage70. Le communiste Maetz qui s’y distingue hors des directives de son parti recrute d’abord dans le milieu qu’il connaît. Pour François Marcot, cette participation multiforme d’ouvriers à la Résistance est un fait notable, mais cela ne crée pas pour autant une résistance de classe ou de profession71.

Quelques actions collectives à l’échelle des usines

32Jusqu’en 1942, la résignation domine parmi les ouvriers, écrasés par les difficultés du quotidien. Ensuite, à l’instar de l’ensemble de la société française, ils affirment progressivement leur opposition à l’occupation. Ils tentent de résister et de protester contre ce qu’ils subissent. À l’intérieur des usines, le freinage au travail en constitue souvent une première modalité mais en 1943-1944, ils réactivent des formes de lutte plus ouvertes, les grèves et manifestations.

  • 72 Ibid., Les voix de la Résistance, op. cit.
  • 73 ADD, 15 W 17, Commissariat spécial Besançon, 21/03/1941.

33La grève est interdite et fait courir de grands risques. Le premier mouvement de grève constaté dans le Doubs semble être celui du 31 octobre 1941, pour commémorer la mémoire des victimes des exécutions de Nantes et de Châteaubriant72. Suivant les recommandations de la BBC, l’arrêt de travail dure seulement 5 minutes ; il est suivi chez Lip à Besançon, à la chocolaterie de Pontarlier et dans plusieurs ateliers chez Peugeot. Quelques réclamations d’ordre salarial s’expriment également. En mars 1943, une dizaine d’ouvriers de l’usine des textiles artificiels de Besançon cessent le travail pour ce motif. Ils restent isolés et quatre ouvriers sont renvoyés le jour même73. Chez Peugeot à Sochaux, des pétitions demandant une hausse des salaires avec menaces de grève circulent dans les usines en décembre.

  • 74 F. Marcot, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », art. cité, p. 251.

34À partir du début de l’année 1943, nombre d’ouvriers refusent de partir travailler en Allemagne, ce qui débouche sur les manifestations collectives les plus marquées dans ce département. Pour fournir les 250 000 nouveaux travailleurs exigés en janvier 1943, Vichy établit le STO, frappant tous les jeunes gens de 20 à 22 ans. Seules des rafles permettent de réaliser cette nouvelle réquisition, car les requis refusent de se présenter aux convocations et cherchent à se protéger. Échapper aux recruteurs est difficile et les solutions individuelles ne peuvent suffire devant l’ampleur des réquisitions. Comme l’a montré François Marcot, si de petites manifestations d’opposition se multiplient début 1943, c’est le mouvement de grève des usines Peugeot qui témoigne le mieux de la résistance ouvrière74. Dans la matinée du samedi 7 février 1943, les Feldgendarmes emmènent seize ouvriers des usines Peugeot de Pont-de-Roide qui ne s’étaient pas présentés à leur convocation. Ils se rendent ensuite à l’usine de Terre-Blanche à Hérimoncourt où, ne trouvant pas les requis recherchés, ils embarquent 34 ouvriers pris au hasard. Par crainte d’une même rafle, le lundi 1er mars au matin, 700 ouvriers de Sochaux ne se présentent pas au travail. Dans la matinée, la commission franco-allemande pénètre dans l’usine et réquisitionne 150 ouvriers. Les premiers convoqués s’enfuient précipitamment des ateliers. À onze heures, la direction appose une affiche qui dégage sa responsabilité dans ces rafles. Aussitôt les craintes s’amplifient : 4 690 ouvriers se mettent en grève et quittent les lieux dans l’après-midi. Le 2 mars, l’usine compte encore 2 610 grévistes qui reprennent le travail progressivement les jours suivants. Le 10 mars, le même scénario se déroule aux cycles Peugeot. Les réfractaires étant toujours aussi nombreux, les Allemands reviennent un mois plus tard à Sochaux, en dépit des promesses formulées au lendemain de la grève, et ils emmènent une dizaine d’ouvriers. À l’échelle du pays, la bataille contre le STO accélère un changement de l’opinion. Au rejet renforcé de tout ce qui relève de la collaboration s’ajoute une adhésion de plus en plus marquée à la cause des alliés et de la Résistance.

  • 75 Ibid., Les voix de la Résistance, op. cit., p. 143.

35Les signes d’opposition à l’occupant deviennent assez fréquents en 1943, notamment à l’occasion du 14 juillet, journée de commémoration investie par les composantes de la Résistance. Des manifestations se déroulent dans plusieurs communes avec 200 participants à Besançon, 200 à Valentigney, 300 à Baume-les-Dames, etc. À l’appel de la BBC, une partie du personnel de l’entreprise Lip et de la Compagnie des Compteurs se met en grève durant une heure ou pour quelques minutes dans presque tous les centres industriels du département75. Le mouvement le plus spectaculaire se déroule à nouveau chez Peugeot à Sochaux : 640 ouvriers cessent le travail, les jeunes défilent dans les ateliers en déployant des drapeaux tricolores et en chantant la Marseillaise, narguant la dizaine de Feldgendarmes qui ont pénétré dans l’usine. C’est une réaction authentiquement ouvrière d’opposition à l’occupant. Le 16 décembre suivant, les ouvriers font grève pour protester contre l’interdiction de circuler à vélo à la suite de l’exécution d’un douanier allemand quelques jours plus tôt, par des personnes qui se sont enfuies à bicyclette. La grève sur le tas éclate à seize heures. Après l’arrivée des autorités allemandes, la troupe ferme et garde les différentes portes de l’usine. Un important dispositif patrouille dans l’usine et une dizaine de personnes sont arrêtées. Les ouvriers ne peuvent sortir qu’à 22 heures.

  • 76 Ibid., « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », art. cité, p. 254.
  • 77 Ce que montre le travail ethnographique de Jean-Paul Goux, Mémoire de l’enclave, op. cit.

36Les sabotages qui commencent en novembre 1943 attirent des mesures de surveillance accrues. Si l’habileté de l’équipe permet aux saboteurs de n’être jamais identifiés, le personnel est soumis à de dures contraintes qui suscitent une nouvelle révolte à la fin mars 1944. Depuis le 13 mars, suite au sabotage d’une presse, les Waffen SS assurent la garde des ateliers. Ils contrôlent quotidiennement les ouvriers à l’entrée des usines et dans les ateliers mêmes, et ce à chaque entrée et sortie. Un débrayage a lieu en réponse à l’arrestation d’un ouvrier. Une affiche signée « Le comité de résistance » appelle à la grève, des bagarres éclatent avec les Waffen SS et des ouvriers sont arrêtés. L’après-midi, 2 000 ouvriers ne reviennent pas au travail. Plusieurs directeurs sont arrêtés peu après, dont Ernest Mattern et Auguste Bonal, et une dizaine d’ouvriers, les uns et les autres étant pour la plupart déportés76. À la suite de ce mouvement, les Waffen SS n’en sont pas moins retirés de l’usine. À plusieurs occasions, une partie des ouvriers réinvestit les moyens typiques des luttes ouvrières, la grève et la manifestation, pour se défendre face aux privations et à l’occupant nazi. Cependant, ces démonstrations ne prennent jamais l’importance qu’elles atteignent dans d’autres régions à forte composante ouvrière, comme le Nord-Pas-de-Calais, Lyon ou Marseille. Dans le Pays de Montbéliard, la mémoire ouvrière est fort peu alimentée par la Résistance77.

La reconstitution de la CGT et du PCF (1944-1945)

37La fin de l’occupation est un immense soulagement mêlé de souffrances et d’inquiétudes. La chronologie de la libération est très différente selon les régions. Le sud du département est libéré dans la première semaine de septembre 1944. Mais quelques jours plus tard, la contre-offensive allemande qui se déploie du Lomont aux Vosges isole le Pays de Montbéliard jusqu’au 17 novembre. Depuis le mois d’août, la population de cette enclave souffre énormément. L’armée allemande réquisitionne la main-d’œuvre, déporte les hommes de 15 à 40 ans et astreint les autres au travail forcé, tandis que les usines sont pillées. Maquisards et civils sont massacrés dans plusieurs villages.

38À la Libération, les ouvriers attendent un avenir meilleur, d’abord la fin des privations, du travail, le retour des prisonniers et des déportés. Contrairement à Pétain, De Gaulle a incontestablement la population ouvrière derrière lui. C’est un atout majeur pour son objectif premier, restaurer l’État. Jean-Marie Guillon évoque :

  • 78 Jean-Marie Guillon, dans F. Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 5 (...)

Un climat d’Union sacrée entre les forces politiques à partir d’août 1944. Cette atmosphère permet de lier la Résistance et le pays « réel » qui reconnaît généralement sa légitimité. Ces conditions facilitent l’action du nouveau pouvoir qui, de la base au sommet, joue de la fermeté et du compromis pour rétablir l’autorité de l’État. Tous les partis participent à cette restauration, PCF compris, dont la tête canalise les impatiences de la base78.

39Partis et syndicats se reconstituent à l’automne 1944 dans la partie sud du département, puis durant l’hiver et le printemps suivant pour la partie nord. Entre ces dates, le contexte politique a déjà changé.

  • 79 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 20.
  • 80 ADD, 95 J, « La vie syndicale de Georges Vagneron », texte dactylographié, sans date, probablement (...)
  • 81 ADD, 95 J, « congrès UD », Rapport moral congrès avril 1945.
  • 82 Ibid., Rapport moral, juillet 1944.

40Ce sont les ex-confédérés qui reconstituent l’UD CGT en 1943. Les premières démarches ont lieu en septembre 1942 autour des réseaux de Libération-Nord. René Peeters, responsable du mouvement Libération-Nord pour l’Est de la France et dirigeant de la Fédération CGT des tabacs, charge Jules Pagnier, secrétaire de l’UL de Pontarlier, de reprendre contact avec les militants79. Début 1943, le processus de rapprochement entre syndicalistes s’accélère au plan national et la CGT est réunifiée clandestinement par les accords du Perreux en avril. Le nouveau bureau confédéral comprend cinq représentants de la tendance Jouhaux et trois de la tendance Frachon, tandis que les Fédérations et UD sont rétablies sur la base de la situation antérieure à septembre 1939. Louis Saillant supervise la reconstitution des UD et pour le Doubs, il souhaite d’abord connaître la position d’Adrien Jeannin par rapport à ses choix de 1940-1941. Vagneron et Pagnier lui rendent donc visite, mais ne sortent pas rassurés de cet entretien80. Jeannin est écarté de la nouvelle instance mise en place lors du congrès de reconstitution le 9 octobre 1943 et Pagnier est désigné secrétaire général de la nouvelle UD81. En juillet 1944, environ 25 syndicats ont été reconstitués, mais bien des anciens militants restent encore attentistes82.

  • 83 AMM, fonds Roth, Profession de foi de Gaston Genin pour les élections au conseil général 23/9/1945.
  • 84 Entretien avec Georges Gauchet.
  • 85 CGT, Compte rendu des travaux de la commission nationale de reconstitution des organisations de tra (...)

41La reconstitution des syndicats suit de peu les étapes de la libération du territoire. Elle commence en octobre à Besançon, mais pas avant janvier-février 1945 dans le nord du département. Gaston Genin, membre du bureau provisoire de la Fédération CGT des métaux, engagé dans les FTPF en région parisienne puis dans les ffi, arrive à Montbéliard le 18 novembre 194483. En revanche, Raymond Bruder, réfugié à Lyon pendant la guerre, revient seulement en août 1945. Des militants lui reprochent d’ailleurs ce retour tardif alors qu’ils croulent sous les activités84. La question de l’épuration syndicale se pose immédiatement. Elle est encadrée par l’ordonnance du 27 juillet 1944 qui donne naissance à des commissions intersyndicales CGT-CFTC. Elle prévoit que tout militant ayant collaboré à L’Atelier, aux organismes vichystes de propagande ou de secours ouvrier, doit être exclu des organisations. La commission nationale ne prend aucune sanction contre des militants du Doubs85. Ce sont des mesures propres à la Fédération des métaux et à l’UD qui conduisent à l’exclusion de Jeannin et de Girard.

  • 86 Franche-Comté Libération, 28 avril 1945. Association pour le souvenir de l’abbé Manche, À Dieu l’ab (...)
  • 87 Voir supra, p. 378, AP Roth, dossier « Métaux 1938-1946 », Circulaire de la Fédération des métaux, (...)
  • 88 Franche-Comté Libération, 28 avril 1945. C. Mourlot, Le comité départemental de libération du Doubs(...)
  • 89 AP Simon, Cahier des procès-verbaux du syndicat CGT des métaux de Sochaux, 9/01/1945.
  • 90 Entretien avec Georges Gauchet, militant communiste, premier secrétaire du syndicat CGT des métaux (...)

42Écarté de la nouvelle UD en 1943, Jeannin reste le responsable départemental du Comité d’Action contre la Déportation et la CGT s’appuie encore sur lui. Les mesures prises par Jeannin pour saboter le recrutement furent efficaces et le pourcentage de départs en Allemagne dans le cadre du STO resta très faible dans le Doubs86. Son rôle durant l’Occupation est examiné lors du congrès de l’UD d’avril 1945. Mais son cas a déjà été discuté au sein de la Fédération des métaux, dont il était membre de la commission exécutive avant et pendant la guerre. Ses nouveaux dirigeants ex-unitaires veulent exclure ceux qui ont suivi Marcel Roy87. En revanche, les socialistes au CDL dénoncent « le vide, le néant, le ridicule, la méchanceté » des accusations portées contre Jeannin88. À l’intérieur de la CGT, ce sont ses positions syndicales en 1940-1941 qui priment, parce qu’elles ont contribué à légitimer la collaboration d’État, tandis que ses actions de résistance de 1943-1944 demeurent occultées. À l’extérieur, c’est plutôt le contraire. Les syndicalistes communistes ont donc réussi à prendre leur revanche sur l’ancien chef de file de Syndicats dans le Doubs. Quant à André Girard, ex-secrétaire du syndicat CGT des métaux de Sochaux, il est exclu de cette organisation en janvier 194589. Les motifs précis ne sont pas rapportés, mais les militants qui reconstituent ce syndicat, pas tous communistes loin sans faut, lui reprochent d’avoir participé à la Charte du Travail90. Au-delà des choix des uns et des autres sous l’Occupation, ces mesures relèvent donc également de règlements de compte entre tendances.

  • 91 ADD, 145 J, CEMO, AP Mouhot pour la société du gaz de Montbéliard. Témoignage de Robert Roth.
  • 92 Nous avons confronté un fichier de 668 militants de la CGT de la période 1945-1950 aux listes des d (...)

43Le mouvement syndical était déjà affaibli avant l’entrée en guerre mais elle aggrave la situation. Les licenciements consécutifs à la grève du 30 novembre 1938 n’ont pas été compensés par une relève militante. La réintégration de ces ouvriers licenciés demeure d’ailleurs un enjeu après la guerre, car les patrons continuent de refuser leur embauche à l’automne 1945. Ainsi une longue procédure juridique est nécessaire pour obtenir la réintégration de Camille Bouverot et Maetz au sein de la nouvelle entreprise EDF-GDF91. Une vingtaine de militants CGT meurent en déportation ou sont fusillés, en majorité des communistes92. Le noyau ex-unitaire de Pont-de-Roide est décapité : Roger Berne a été fusillé comme otage au Mont Valérien, René Bordy et Paul Feuvrier ne reviennent pas des camps de concentration. Charles Joly et René Thériot, militants qui assurent la relève syndicale aux usines Peugeot de Sochaux en 1939, Henri Plançon de Valentigney, meurent en Allemagne. Pierre Lana part dans le convoi du 6 juillet 1942, dit des « 45 000 », composé essentiellement d’otages victimes de la répression anticommuniste, et meurt à Auschwitz. Charles Jeanbourquin, trésorier du syndicat de Valentigney et membre de la CA de l’UD, radié de l’affectation spéciale par le préfet en février 1940, est interné administratif, puis déporté. André Cordier, militant CGT et socialiste de la section de Beaulieu-Mandeure, est fusillé. ÀBesançon, les cheminots Camille David et Vezand ne reviennent pas de déportation. Au moins 57 membres de la CGT furent déportés et seuls 43 d’entre eux rentrent en 1945. Très affaiblis, ils ne peuvent pas reprendre leur travail, parfois pendant plus d’un an. Si plusieurs anciens déportés dirigent des syndicats, certains s’attachent plutôt au développement des associations de déportés. D’autres privilégient leur engagement politique au niveau local et municipal. Pour ceux qui n’étaient pas déjà des syndicalistes confirmés avant la guerre, le syndicalisme demeure une activité secondaire.

  • 93 Pour ce résultat, nous avons confronté notre fichier de 668 militants de la période 1944-1950 aux l (...)

44Les syndicalistes CGT prennent une part notable à la Résistance : 117 d’entre eux participent à des actions de résistance, soit plus d’un militant de la période 1945-1950 sur 693. Ils se partagent à parts égales entre membres des ffi et autres résistants. Un quart des syndicats sont reconstitués par des syndicalistes qui ont été résistants et la commission administrative de l’UD en compte au moins 8 parmi ses 20 membres. Pourtant, aucun d’entre eux ne peut être considéré comme appartenant à une « génération de la Résistance ». Cet engagement leur apparaît comme la continuation d’un engagement syndical et/ou politique antérieur. Si la Résistance traverse largement le milieu syndical, elle ne constitue pas un vivier de nouveaux syndicalistes.

  • 94 Christian Billet, Le Parti communiste dans le Doubs de 1944 à 1947, mémoire de maîtrise, université (...)
  • 95 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Léon Nicod.

45Au niveau des organisations politiques, le PCF est le premier parti à reprendre son activité à Besançon. Le 11 septembre, 4 jours après la libération de la ville, il publie 3 000 exemplaires d’une feuille reprenant le titre de l’hebdomadaire d’avant-guerre, Le Peuple comtois, qui reparaît régulièrement à partir du 14 octobre94. Jusque-là assez peu implanté dans cette ville, le parti communiste y prend son envol, avec l’essentiel des 480 adhésions enregistrées début décembre. René Thomas, le nouveau secrétaire fédéral, reconstitue l’organisation avec de jeunes militants, comme Denis Bideaux et Fernand Mamy95. La nouvelle direction fédérale ne compte pas de représentant du Pays de Montbéliard, encore occupé par l’armée allemande.

Photographie n° 18 : Manifestation pour commémorer le 6 février 1934, Pontarlier (février 1945), archives famille Castioni.

Photographie n° 18 : Manifestation pour commémorer le 6 février 1934, Pontarlier (février 1945), archives famille Castioni.
  • 96 ACN PCF, S 46032501, Réunion du secrétariat politique, 25/03/1946.
  • 97 ADD, fonds Jean Charles, Lettre de Denis Bideaux à André Vagneron, 24/06/1985.
  • 98 Ibid.

46En 1945, le bureau fédéral intègre une agente des postes, Mathilde filloz, et Louis Garnier, un employé de bureau d’une compagnie d’électricité. Recruté par Denis Bideaux en juin 1941, résistant déporté à Mauthausen, il devient assez rapidement secrétaire fédéral à l’organisation et joue un rôle majeur dans le Doubs jusqu’à sa mort en 1964. Pour leur part, Nicod et Fabrizi assurent la continuité militante avec les années 1920-193096. À l’exception de Garnier, ancien responsable des Jeunesses socialistes, ces militants ont adhéré au moment du Front populaire. Ces jeunes ont gagné la confiance de la direction du parti par leur engagement précoce dans la Résistance. Ainsi Denis Bideaux adhère aux Jeunesses Communistes en 1934. Il travaille dans le bâtiment comme monteur en chauffage central. Arrêté en novembre 1941, interné au camp d’Écrouves, il s’évade et devient capitaine ffi en région parisienne, membre du comité parisien de Libération97. Il occupe le poste de secrétaire fédéral de 1945 à 1947. L’arrivée de ces jeunes contribue à rajeunir la moyenne d’âge de la direction fédérale (vingt-huit ans) et leurs relations avec les responsables plus âgés comme Léon Nicod ne sont d’ailleurs pas toujours faciles98.

  • 99 ADD, 53 W 1, Rapport mensuel du préfet, octobre 1944.
  • 100 C. Billet, Le PCF dans le Doubs de 1944 à 1947, op. cit., p. 180.
  • 101 ADD, 56 W 12, Administrateurs provisoires novembre 1944-1947.

47Considéré par le préfet comme « calme et ami de l’ordre »99, ce département ne connaît aucune grève, ni occupation d’usine à l’automne 1944. Quelques trafiquants connus sont victimes d’attentats au cours de l’hiver, à la suite de trop discrètes interventions du Trésor public pour récupérer leurs profits illicites100. Par ailleurs, dans l’attente des décisions de justice concernant l’attitude de leurs propriétaires sous l’Occupation, le préfet nomme des administrateurs provisoires à la tête des entreprises Gurtner à Pontarlier, Universo, Huguenin, Société Générale des monteurs de boîtes à Besançon101. À l’échelle du pays et de l’ex zone Nord, les quelques comités consultatifs de gestion d’entreprise mis en place par des syndicats CGT ne sont guère encouragés par les instances confédérales. Le Doubs n’en compte pas et l’UD ne se préoccupe pas des interventions de ses militants dans ces quatre entreprises gérées par l’administration des domaines et séquestres.

Photographie n° 19 : Militants devant le siège du PCF, Pontarlier (1946), archives famille Castioni.

Photographie n° 19 : Militants devant le siège du PCF, Pontarlier (1946), archives famille Castioni.
  • 102 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 219.

48Dans le Doubs, les communistes restent fidèles à leur stratégie de « front national » et François Marcot n’a pas trouvé trace d’un quelconque double jeu de leur part102. Avant même le retour de Thorez, le PCF renonce aux équivoques qui ont caractérisé le mois de septembre 1944 dans quelques départements de l’ex zone sud, où ce parti a plus ou moins fait pression sur les autorités régulières. En janvier 1945, le comité central d’Ivry entérine une acceptation stricte de la légalité républicaine : l’objectif, c’est « la lutte pour la démocratie vraie, pas la lutte pour le pouvoir des soviets ». Pour la direction du parti, il s’agit d’en finir avec les espoirs de changement profond qui animent une partie des militants. Pour l’essentiel, le PCF va alors jouer son rôle de parti de gouvernement et gérer son capital d’influence.

  • 103 Ibid., « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », art. cité, p. 256.

49La Seconde Guerre mondiale a profondément déstabilisé le monde ouvrier. L’engagement d’une partie des ouvriers dans la Résistance, sous des formes et une chronologie variable, s’est principalement opéré au nom de valeurs nationales. Aucune force politique n’a tenté de défendre l’internationalisme socialiste face au déferlement guerrier et chauvin. La libération tardive du Pays de Montbéliard, où les communistes ne peuvent pas jouer un rôle spécifique, ne contribue pas à renforcer leur influence. Pour François Marcot : « Si les communistes entretiennent la mémoire de leur engagement, celle-ci est supplantée par la mémoire résistante du “Pays” et de la “maison Peugeot”103. » Ils bénéficient ensuite du rayonnement national de leur parti pour son engagement dans la Résistance auquel s’ajoute le prestige de l’URSS. Affaiblis par la répression et les mobilités liées à la guerre, partis et syndicats connaissent un certain renouvellement de leurs militants.

Notes

1 Denis Peschanski, Jean-Louis Robert (dir.), Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, IHTP-CNRS, 1992.

2 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., p. 148.

3 Les parents de Fred Lip meurent dans un camp d’extermination. Sur la situation des usines Lip pendant la guerre : CDMT, fonds Lip, 993.3.2 C 6, Documentation générale Lip, n° 1, septembre 1950.

4 Entretiens avec André Girard, Albert Jeanney, André Berçot.

5 Entretien avec Joseph Cottin.

6 Entretien avec Robert Roth.

7 Entretien avec Oreste Pintucci.

8 Entretien avec André Berçot. AMM, 1 AV 39, témoignage de René Perraud.

9 INSEE, Doubs, populations communales 1845-1975, INSEE, 1976.

10 Catherine Omnès, « Les trajectoires des ouvrières parisiennes », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 79.

11 Cité par François Marcot, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 247.

12 Michel Margairaz, Danielle Tartakowsky (dir.), Le syndicalisme dans la France occupée, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 24.

13 Jean-Pierre Le Crom, Syndicats nous voilà ! Vichy et le corporatisme, Paris, Les Éditions de l’Atelier, coll. « Patrimoine », 1995.

14 ADD, 145 J, fonds CEMO, UL Morteau, lettre d’Octave David à Louis Vurpillot, le 3/04/1941.

15 ADD, 95 J, fonds CGT, « La vie syndicale de Georges Vagneron », texte dactylographié vers 1960. Entretien avec son fils André Vagneron.

16 M. Margairaz, D. Tartakowsky (dir.), Le syndicalisme dans la France occupée, op. cit., p. 29.

17 ADD, 56 W 18, Lettre de l’inspecteur du travail au préfet du Doubs, 27/05/1942.

18 ADD, 106 J 3, Correspondance de Courbet avec les syndicats CFTC, 1936-1943.

19 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Octave David.

20 Longtemps conservées dans le coffre-fort de l’UD CGT, ces lettres ont disparu.

21 M. Margairaz, D. Tartakowsky (dir.), Le syndicalisme dans la France occupée, op. cit., p. 237.

22 ADD, 15 W 17, Commissariat spécial de Montbéliard, 23/12/1941.

23 Jean-Pierre Le Crom, « L’échec de la Charte du travail », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 233.

24 J.-P. Le Crom, Syndicats nous voilà !, op. cit., p. 310.

25 ADD, 1 Z 89, Commissariat spécial de Montbéliard, 6/03/1943.

26 J.-P. Le Crom, Syndicats nous voilà !, op. cit., p. 317.

27 J.-P. Le Crom, « L’échec de la Charte du travail », dans D. Peschanski, J.L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 236.

28 ADD, 1 Z 89, « Rapport sur le département social Peugeot », rédigé par un ancien employé de ce service, juillet 1943.

29 Ibid.

30 J.-P. Le Crom, « L’échec de la Charte du travail », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 236.

31 Notamment à son ouvrage Les voix de la Résistance : tracts et journaux clandestins dans le Doubs, Besançon, Cêtre, 1989.

32 F. Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance », dans Antoine Prost (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Éditions de l’Atelier, 1997, p. 24-25.

33 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 32.

34 Jean-Claude Grandhay, dans J.-P. Rioux, A. Prost, J.-P. Azéma (dir.), Les communistes français de Munich à Chateaubriant, op. cit., p. 162.

35 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 46.

36 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/143, Rapport de Henriette Heussler, sans date.

37 ADD, 118 J 8, fonds PCF, Autobiographie d’Aline Lana, 1945.

38 ADD, 15 W 17, Commissariat spécial de Besançon, 6-12-1941.

39 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 312.

40 ADD, M 3086, Lettre du préfet du Doubs, 19-12-1941.

41 Danièle Tartakowski, dans F. Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2006, p. 674.

42 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 82-83.

43 Ibid., p. 82.

44 Ibid., p. 91.

45 Roger Bourderon, « Le PCF dans la lutte armée : conceptions et organisations », dans F. Marcot (dir.), La Résistance et les Français. Lutte armée et maquis, Actes du colloque de Besançon, juin 1995, Besançon, Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, 1996, p. 129-140.

46 Richard Perlinski est né à Varsovie en 1920. Sa famille s’installe à Audincourt quelques années plus tard et il travaille à la Compagnie des Forges. Il s’engage d’abord aux Jeunesses communistes avant de combattre en Espagne. À son retour, il travaille en région parisienne. Arrêté en 1941 et emprisonné pendant six mois, il est relâché faute de preuves. Il revient à Audincourt où Fabien l’engage dans son groupe. Arrêté début avril 1942, il est fusillé le 6 juillet. Un quartier d’Audincourt près des anciennes forges porte son nom. C. Pennetier (dir.), DBMOF-Mouvement social, op. cit., notice Richard Perlinski.

47 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 92.

48 Le 2 juillet, la cour spéciale du Doubs condamne 32 résistants à des peines de prison ou de travaux forcés. ADD, 15 W 7, Lettre du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 28/07/1942. ADD, 1 Z 89, « Renseignements généraux : constitution du fichier départemental », 16/04/1943.

49 ADD, 1 Z 89, « Renseignements généraux, constitution du fichier départemental », 16-04-1943, et Sentences rendues par la Cour spéciale et les tribunaux correctionnels de Montbéliard et Besançon, 2-07-1942.

50 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 317.

51 Ibid, « Les Italiens et les Espagnols dans la Résistance franc-comtoise : intégration et particularismes », dans Pierre Milza, Denis Peschanski (dir.), Italiens et Espagnols en France, 1938-1946, Paris, IHTP, 1991.

52 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement Social, op. cit., notice Raymond Vauthier.

53 Marc Sadoun, Les socialistes sous l’Occupation, Paris, PFNSP, 1982.

54 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement Social, op. cit., notice Jules Pagnier. Mireille Barbier, La Résistance dans le Haut-Doubs 1939-1945, Sainte-Croix, Suisse, Éditions du Balcon, 2002.

55 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 21.

56 Carole Mourlot, Le Comité Départemental de Libération du Doubs, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1998, p. 45.

57 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 106.

58 Ibid, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 248.

59 Le Semeur, organe régional du Parti communiste, feuille dactylographiée, cité par Jean-Pierre Marandin, Résistances 1940-1944, À La frontière franco-suisse, des hommes et des femmes en résistance, Besançon, Cêtre, 2005, vol. 1, p. 50.

60 F. Marcot, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 249.

61 « Le service de coordination des usines Peugeot du Doubs », rapport de Pierre Sire, 69 p. dact., 1947, MRD, cité par F. Marcot, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », dans D. Peschanski, J.-L. Robert (dir.), Les ouvriers en France, op. cit., p. 249.

62 Ibid.

63 J. Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF, op. cit., p. 623.

64 Ibid., p. 307.

65 Ibid., p. 304.

66 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social, op. cit., notice Maxime Rolland ; J. Divo, L’Aubier, la J.O.C. et la J.O.C.F., op. cit., p. 513-514.

67 Association pour le souvenir de l’abbé Manche, À Dieu l’abbé, Besançon, éd. Franc’Albert, 1988, p. 82.

68 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social, notice Louis Pourtois.

69 ADD, Per. 143, Libération du Pays de Montbéliard, mars 1945.

70 J.-P. Marandin, Résistances 1940-1944, op. cit., p. 96-97, t. 1, p. 140.

71 F. Marcot, « Pour une sociologie de la Résistance », art. cité, p. 27.

72 Ibid., Les voix de la Résistance, op. cit.

73 ADD, 15 W 17, Commissariat spécial Besançon, 21/03/1941.

74 F. Marcot, « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », art. cité, p. 251.

75 Ibid., Les voix de la Résistance, op. cit., p. 143.

76 Ibid., « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », art. cité, p. 254.

77 Ce que montre le travail ethnographique de Jean-Paul Goux, Mémoire de l’enclave, op. cit.

78 Jean-Marie Guillon, dans F. Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, op. cit., p. 573. André Kaspi, La libération de la France. Juin 1944-janvier 1946, Paris, Perrin, 2004 (rééd.).

79 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 20.

80 ADD, 95 J, « La vie syndicale de Georges Vagneron », texte dactylographié, sans date, probablement vers 1960.

81 ADD, 95 J, « congrès UD », Rapport moral congrès avril 1945.

82 Ibid., Rapport moral, juillet 1944.

83 AMM, fonds Roth, Profession de foi de Gaston Genin pour les élections au conseil général 23/9/1945.

84 Entretien avec Georges Gauchet.

85 CGT, Compte rendu des travaux de la commission nationale de reconstitution des organisations de travailleurs, 1946.

86 Franche-Comté Libération, 28 avril 1945. Association pour le souvenir de l’abbé Manche, À Dieu l’abbé, op. cit., p. 80.

87 Voir supra, p. 378, AP Roth, dossier « Métaux 1938-1946 », Circulaire de la Fédération des métaux, octobre 1944.

88 Franche-Comté Libération, 28 avril 1945. C. Mourlot, Le comité départemental de libération du Doubs, op. cit., p. 27-28.

89 AP Simon, Cahier des procès-verbaux du syndicat CGT des métaux de Sochaux, 9/01/1945.

90 Entretien avec Georges Gauchet, militant communiste, premier secrétaire du syndicat CGT des métaux de Sochaux en janvier 1945, qui a demandé l’exclusion de Girard.

91 ADD, 145 J, CEMO, AP Mouhot pour la société du gaz de Montbéliard. Témoignage de Robert Roth.

92 Nous avons confronté un fichier de 668 militants de la CGT de la période 1945-1950 aux listes des dossiers « déportés rentrés et non rentrés du Doubs » et « fusillés du Doubs », conservés au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon.

93 Pour ce résultat, nous avons confronté notre fichier de 668 militants de la période 1944-1950 aux listes des combattants ffi constituées par François Marcot.

94 Christian Billet, Le Parti communiste dans le Doubs de 1944 à 1947, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1983, p. 168.

95 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Léon Nicod.

96 ACN PCF, S 46032501, Réunion du secrétariat politique, 25/03/1946.

97 ADD, fonds Jean Charles, Lettre de Denis Bideaux à André Vagneron, 24/06/1985.

98 Ibid.

99 ADD, 53 W 1, Rapport mensuel du préfet, octobre 1944.

100 C. Billet, Le PCF dans le Doubs de 1944 à 1947, op. cit., p. 180.

101 ADD, 56 W 12, Administrateurs provisoires novembre 1944-1947.

102 F. Marcot, Les voix de la Résistance, op. cit., p. 219.

103 Ibid., « Les ouvriers de Peugeot, le patronat et l’État », art. cité, p. 256.

Table des illustrations

Titre Photographie n° 18 : Manifestation pour commémorer le 6 février 1934, Pontarlier (février 1945), archives famille Castioni.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36725/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Photographie n° 19 : Militants devant le siège du PCF, Pontarlier (1946), archives famille Castioni.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36725/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search