Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Troisième partie. Espoirs, épreuves et désillusions : l’affirmation de la classe ouvrière de 1934 à 1950

Chapitre 9. Autour des grèves de 1936

Texte intégral

  • 1 Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Bruxelles, Éditions Complexe, 1996, p. 15.

1La période 1934-1938 en France est communément désignée comme celle du « Front populaire ». L’expression désigne un vaste mouvement social, marqué par des grèves très suivies et une croissance des effectifs syndicaux, associée à un projet politique et à une expérience gouvernementale1. Ces événements sont inséparables de mobilisations ouvrières, de l’Autriche à l’Espagne, et des massacres que Staline ordonne en URSS. En portant notre regard sur les grèves de 1936, c’est la réalité d’un sursaut ouvrier qui s’impose à nous. Dans le Doubs, les rythmes diffèrent quelque peu de ceux qui emportent le pays.

Le sursaut antifasciste et les limites du Rassemblement populaire

2La crise politique qui culmine avec l’émeute des ligues d’extrême-droite le 6 février 1934 à Paris provoque un émoi profond parmi la population de gauche. Celle-ci perçoit l’événement comme une tentative de coup de force fasciste contre la république. En réaction se développe un antifascisme populaire qui place l’unité du mouvement ouvrier au cœur de ses préoccupations. Un processus de politisation exceptionnel débute, que les partis de gauche vont bientôt orienter vers une alliance électorale. Le Doubs ne reste pas à l’écart de ce mouvement, dont les limites apparaissent rapidement.

  • 2 M. Daclin, La crise des années 1930 à Besançon, op. cit., p. 39.
  • 3 Ibid., p. 69-72.
  • 4 AN F7 13033, Rapport du commissariat spécial de Montbéliard, 2/03/1932.

3À partir de 1931, la condition ouvrière s’aggrave sous les effets de la crise économique, mais la situation apparaît assez contrastée. Besançon est particulièrement touchée et la métallurgie comme l’horlogerie connaissent de graves difficultés. Celle-ci s’avère une activité saisonnière avec des débuts d’année toujours difficiles, mais les établissements ferment complètement en janvier 1932. Entre 1930 et 1936, au moins une quarantaine d’entreprises font faillite. Dans cette branche, la reprise sérieuse intervient seulement en 19372, tandis que l’horlogerie du Haut-Doubs vit un simple ralentissement. À Besançon, les exemples de réductions de salaire sont nombreux, avec des baisses de l’ordre de 10 à 30 %3. Le pouvoir d’achat des ouvriers, considéré globalement, régresse car la baisse d’activité et la réduction des horaires entraînent une baisse du revenu, à laquelle s’ajoutent des licenciements, comme aux soieries. Ces effets de la crise persistent longtemps dans cette ville. Le recul de l’activité économique est plus bref dans le Pays de Montbéliard. De petites entreprises ferment leurs portes en 1931. Au cours du second semestre 1932, des industries qui ont déjà diminué le nombre d’heures de travail, appliquent des baisses de salaire horaire pouvant aller jusqu’à 15 %4. Mais à partir du printemps 1933, la situation s’améliore dans la métallurgie, en particulier chez Peugeot qui embauche plusieurs milliers de personnes dans son usine sochalienne. En revanche, les cadences et les contraintes au travail augmentent avec l’extension du chronométrage et de la rémunération au rendement.

  • 5 ADD, M 2502, Statistique des grèves.
  • 6 ADD, M 777, Affiche de la CGTU sur la grève Bourcart.
  • 7 ADD, M 2502, Dossier sur les grèves des filatures Schwob de Bethoncourt, 1929-1935.
  • 8 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès de l’UR CFTC, 1934 et 23/08/1936.

4Il est difficile de résister et cette dégradation soulève peu de protestations. À deux reprises en 1933 et 1934, les lamineurs de la Compagnie des Forges d’Audincourt cessent le travail quelques jours5. Contre des baisses de salaires, deux grèves touchent le textile, Bourcart à Montbéliard en 1931 où plus d’une dizaine de grévistes sont licenciés au terme de cette mobilisation6, et Schwob à Bethoncourt en 1935. En mars, les grévistes de cette filature réussissent à repousser une baisse des salaires de 10 %. En septembre-octobre, ils cessent à nouveau le travail durant cinq semaines à l’appel de la CGTU. Ils demandent une augmentation de salaire, une baisse du nombre de broches à surveiller, la suppression des amendes et des lavoirs avec l’eau courante dans les cités. La sous-alimentation est telle que la moyenne des bons mensuels d’assistance médicale gratuite délivrés par la municipalité est passée de 25 à 33 en deux ans7. C’est une grève contre la misère et l’épuisement au travail. En revanche, les groupes Japy et Peugeot ne connaissent aucun mouvement de protestation. À cette dégradation matérielle s’ajoutent des « pressions même pas déguisées sur les consciences en dehors comme à l’intérieur des usines », dont témoigne même le syndicaliste chrétien Courbet. Il évoque : « Du côté ouvrier, un sentiment de découragement, la crainte de perdre un emploi, si modeste soit-il, la haine de la société, exprimée surtout sur le dos des camarades, une apathie totale8. »

  • 9 Claude Folhen, Histoire de Besançon, Besançon, Cêtre, deuxième édition, 1982, t. 2, p. 478.

5Si L’Action française n’a jamais rassemblé beaucoup de partisans dans le Doubs, Besançon a déjà connu des violences d’extrême-droite. Lors de la manifestation de la Ligue des contribuables en février 1933, la brasserie Brelin, qui avait refusé de fermer ses portes, avait été saccagée par les Camelots du roi et défendue par des ouvriers9. Au soir du 6 février 1934, surpris par les violences des ligues à Paris, partis et syndicats réagissent avec une grande rapidité. Dès le lendemain matin, la commission administrative de la CGT décide du principe d’une grève générale de 24 heures pour soutenir le gouvernement Daladier et défendre les libertés démocratiques. Vers 13 heures, elle invite les UD à organiser sans délai des manifestations avec tous les groupements de gauche. À Paris, la CGT n’invite ni la CGTU, ni le PCF à la première réunion de préparation de cette riposte : elle leur reproche de l’attaquer en permanence et de s’en prendre à la démocratie parlementaire. À Besançon en revanche, Adrien Jeannin, au nom de l’UDCGT, dépasse ses rancœurs et élargit son appel aux communistes. Le 7 au soir, près de 200 militants répondent présents. Les participants décident d’aller plus loin en créant un comité de défense antifasciste, formé des représentants de toutes les organisations syndicales, de la SfiO, du PUP, du PC et de la FCIE. Ce groupement lance un appel pour un meeting le dimanche 11 février et à faire grève le lundi 12. En invitant parti communiste et CGTU, Jeannin dépasse la position prise par sa confédération. En même temps, il approuve le communiqué qui donne un contenu républicain à l’appel et n’envisage pas de suite à la journée de grève. Pour la CGT, elle ne doit pas apparaître comme une mobilisation révolutionnaire.

6À Besançon, l’assemblée du 11 février apparaît déjà comme un succès :

  • 10 L’Œuvre sociale, 17/02/1934

La grande salle des fêtes de la Maison du Peuple fut bientôt trop petite pour les contenir tous, il fallut faire une seconde réunion dans une salle du rez-de-chaussée et celle-ci à son tour fut bientôt insuffisante. Un grand nombre de retardataires durent rester dans les escaliers, les couloirs ou les cours de la maison10.

  • 11 Anne Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier : évolution politique et syndicale (1934-1938), mémo (...)

7À l’issue de la réunion, un cortège se forme qui rassemble bientôt 2 000 manifestants. Dans la même journée, Minjoz et Jeannin assurent une autre réunion à Pontarlier avec les représentants locaux de la SfiO et du PCF, mais sans le parti radical11.

  • 12 Danièle Tartakowsky, Les manifestation de rue en France 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbon (...)

8Le 12 février est une journée de grève générale à caractère explicitement politique, la défense de la République contre le fascisme. Contrairement au 9 février, lorsque la CGTU et les communistes manifestent à Paris, les manifestations sont en général autorisées, mais pas à Belfort. Elles constituent le phénomène le plus frappant de cette journée avec 274 démonstrations de rue recensées dans 85 départements12. À Paris, les cortèges socialistes et communistes finissent par se mêler, contre l’avis des responsables de leur parti. Ces manifestations provoquent l’enthousiasme des militants et d’une grande partie des travailleurs devant l’unité réalisée. La grève est bien suivie à Besançon avec environ 4 000 grévistes venant surtout des services publics :

  • 13 L’Œuvre sociale, 17/02/1934.

60 % de grévistes dans l’enseignement, grève à peu près totale à la Compagnie du gaz, à l’Arsenal, chez les fonctionnaires, aux PTT, grève totale chez les ouvriers des lignes, nombreux grévistes chez les cheminots et dans l’horlogerie, la métallurgie et le bâtiment. Plusieurs usines fermèrent leurs portes, des piquets de grève furent placés devant la poste centrale et devant plusieurs usines métallurgiques13.

  • 14 AN F 7 13033, Commissariat spécial de Morteau, 1/11/1933 et 28/02/1934.

9Ailleurs, la mobilisation se limite à des manifestations. À Morteau, les organisations appellent à une réunion publique qui rassemble 450 personnes, suivie d’une manifestation14. À Pontarlier, la grève est peu suivie, un groupe d’une cinquantaine de manifestants cherche à entraîner le personnel de Dubied, sans succès. Le soir, 300 manifestants se rendent à la sous-préfecture. Par ailleurs, les socialistes manifestent à Montbéliard et les communistes à Seloncourt. Il n’y a pas d’appel à la grève dans l’industrie. La manifestation du 12 février voit la combinaison inédite d’un puissant mouvement de grève avec des manifestations sur l’ensemble du territoire, en particulier dans les villes où le mouvement ouvrier traditionnel est le plus implanté. Avec plusieurs centaines de milliers de grévistes, la réussite de la grève est d’autant plus remarquable qu’elle se déroule dans un contexte de chômage où beaucoup craignent de perdre leur emploi. Galvanisés par ce succès, les militants et une partie des travailleurs reprennent confiance en eux. L’unité d’action réalisée le 12 février est le reflet d’un courant qui se dessine à la base, favorable à l’unité contre le fascisme, et qui pousse les directions syndicales et politiques à réagir.

  • 15 T. Holh, À gauche ! La gauche socialiste, op. cit., p. 115.

10Premières formes de réaction à la menace fasciste, les comités sont généralement le produit des manifestations de février. ÀBesançon, le caractère précurseur du rassemblement résulte de la rencontre entre des militants de la CGT, souvent membres du PUP, et de la FCIE. Ensemble, ils choisissent d’emblée de s’adresser au PC. Dans un contexte où hésitations et divisions traversent la gauche, initiatives locales et appels nationaux se répondent après le 12 février. Au sein de la SfiO, la tendance de La Bataille socialiste veut impulser la création de comités unitaires à la base, pour un antifascisme large qui associe aussi les adhérents des syndicats15. Impulsé par le parti communiste, le « mouvement Amsterdam-Pleyel contre la guerre et le fascisme » dispose par ailleurs de 500 à 600 comités locaux. En 1933, il a réussi à entraîner des socialistes, mais en novembre, la direction de leur parti décide d’exclure ses membres présents au congrès de ce mouvement. Devant les critiques de sa gauche, elle les réintègre en mai 1934. Dans ce contexte unitaire, le comité de défense antifasciste de Besançon décide de s’organiser de façon permanente, rejoint par les quelques militants du Secours rouge international et du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. Un bureau se met en place avec Hérard (FCIE) pour secrétaire, Nicod (PC) et Jeannin (CGT) comme adjoints. Alors que les instances confédérales s’avèrent réticentes devant une coordination durable entre les organisations, Jeannin et les dirigeants de l’UD s’engagent vraiment dans ce comité.

  • 16 L’Œuvre sociale, 16/12/1933.
  • 17 RGASPI, 495-270-71, autobiographie de Léon Nicod, 19/12/1938. R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvemen (...)

11Comme dans bien des endroits à l’échelle du pays, le comité antifasciste refuse de solliciter le parti radical puisqu’il est intégré dans le gouvernement d’Union nationale formé au lendemain de l’émeute du 6 février. En décembre, L’Œuvre sociale dénonçait déjà le député radical Julien Durand opposé à la revendication des quarante heures de travail hebdomadaires16. Si Le Petit Comtois réclame d’abord une politique de fermeté contre les ligues, la présence d’Édouard Herriot avec d’autres ministres dans le gouvernement Doumergue dissipe rapidement les inquiétudes des radicaux. Ils saluent le développement de l’action antifasciste, expriment une certaine sympathie de façade pour les manifestants du 12 février, mais le maire radical de Besançon sanctionne des agents municipaux pour avoir participé à la grève17. Dans ces conditions, les antifascistes n’ont aucune raison de chercher une alliance avec un parti qui s’est mis au service de la droite. En mai, le comité antifasciste se prononce :

  • 18 L’Œuvre sociale, 2/06/1934.

Contre le gouvernement d’Union nationale ; pour le désarmement des ligues fascistes ; pour la défense des libertés politiques de la classe ouvrière et du droit syndical ; contre toute diminution des traitements et du nombre des fonctionnaires, pour une lutte effective contre le chômage ; contre toute guerre impérialiste ; pour la divulgation entière de la vénalité de la grande presse18.

  • 19 Témoignage de Robert Charles.
  • 20 ADSD, 261 J, 3Mi 6/826, Lettre de Nicod au secrétariat du PCF, 13/05/1937.

12Contrairement à Besançon, où seuls les représentants des organisations font partie du comité, celui de Morteau mobilise plus largement. Ici les communistes ont renforcé leur influence grâce à l’action syndicale, notamment avec la création d’un comité de chômeurs en 1932, le seul de la région à connaître un certain succès. Ils ont obtenu de la municipalité radicale l’emploi partiel de plusieurs dizaines de sans-emploi, pour planter des sapins, balayer les rues ou entretenir les chemins19. Les socialistes mortuaciens, influencés par la gauche de la SfiO, participent au comité Amsterdam-Pleyel. Au printemps 1934, en réponse aux démonstrations des Jeunesses Patriotes, ces militants fondent une « Ligue antifasciste » qui fait appel aux adhésions individuelles et se confond avec le précédent comité. Ces initiatives facilitent l’organisation par les syndicats CGT et CGTU d’un Premier Mai unitaire, le seul du département. C’est un succès avec un cortège et une conférence de Hérard le soir devant 500 personnes. Dans le Pays de Montbéliard en revanche, il faut attendre 1935 pour que le comité Amsterdam-Pleyel commence à progresser20.

  • 21 AN F 7 13133, Commissariat spécial de Pontarlier, 25/02/ et 14/06/1934.
  • 22 Communiste et permanent de la CGTU dans les années 1920, Fernand Monnier réintègre la SfiO en 1934. (...)

13Dans l’ensemble, les communistes appliquent la nouvelle politique de leur parti et s’engagent dans les comités antifascistes. À Pontarlier, ils gardent cependant une attitude plus sectaire. Après le 12 février, syndicats unitaires et cellules communistes organisent seuls plusieurs réunions en restant sur une ligne critique à l’égard de la SfiO21. Les socialistes le leur rendent bien et les rancœurs accumulées ne disparaissent pas. Par contre, les militants de la FCIE se rapprochent de plus en plus de la SfiO. À Montbéliard, ils participent à la fondation d’un groupe antifasciste avec les socialistes et le PC. Signe d’une nouvelle ardeur militante, la réunion pour commémorer la mort de Jaurès rassemble 500 personnes le 31 juillet. Hérard, Monnier, Renard et Ferrand rejoignent la SfiO au lendemain de la signature du pacte d’unité d’action entre socialistes et communistes22.

Photographie 7 : Des membres du comité de chômeurs CGTU employés à des travaux de terrassement, Morteau (1932), collection Charles.

Photographie 7 : Des membres du comité de chômeurs CGTU employés à des travaux de terrassement, Morteau (1932), collection Charles.
  • 23 Bulletin du syndicat de l’Enseignement du Doubs et du Territoire-de-Belfort, Contre le fascisme, ju (...)

14Le syndicat unitaire de l’Enseignement du Doubs joue un rôle notable dans ces initiatives. Il propose l’organisation du Premier Mai dans l’unité, mais sans être suivi, sauf à Morteau. En juin, il édite un numéro spécial de son bulletin, titré « Contre le fascisme »23. La brochure comprend d’abord des articles sur les régimes fascistes. Renard s’inspire ici des publications Le Travailleur et La Révolution prolétarienne, mais sans aborder la responsabilité des partis socialiste et communiste dans l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Un chapitre évoque avec précision l’état des forces, de la presse et des dirigeants locaux des différentes ligues. Ils dénoncent la collusion entre les Jeunesses patriotes et l’UNR, avec son leader Georges Pernot qui repousse leurs avances politiques mais les utilise pour son service d’ordre. Inspiré par l’analyse et la tactique de Trotsky, Ducret conclut par l’article « Lutte contre le fascisme » :

  • 24 Ibid., p. 16.

Le premier but à atteindre est de convaincre le prolétariat que, s’il laisse le Fascisme arriver au pouvoir, nos libertés, déjà si relatives et si compromises, seront encore amoindries, avec tous nos moyens d’existence […] Nous aurons aussi à étendre nos efforts de propagande aux milieux paysans et « petits bourgeois » […] Parmi eux, nous en gagnerons, ou au moins neutraliserons le plus grand nombre possible. Ne jamais oublier que cette catégorie « petite bourgeoisie » est destinée à hésiter entre le Capitalisme et le Socialisme, et que le meilleur moyen de la convaincre sera de se montrer les plus forts […] Il est important que chacun sache dès maintenant que la bourgeoisie, dans sa majorité, est actuellement résolue à remplacer la forme démocratique de son pouvoir par une autre, dictatoriale, afin de renforcer son exploitation des travailleurs […] Nous allons à la guerre civile et, contre nos espoirs, en position défensive. Au plus tôt, il nous faudra passer à l’offensive24.

15L’engagement précoce du syndicat unitaire de l’Enseignement et le rôle de Hérard dans le comité facilitent la liaison avec les militants des autres partis. Après la mutation disciplinaire de Hérard à Dijon, l’instituteur Ducret prend le relais en septembre. Par ailleurs, les instituteurs membres de la Ligue des droits de l’homme participent eux aussi à la diffusion d’un antifascisme associant culture républicaine et socialiste. C’est particulièrement le cas à Pontarlier, où le socialiste Raymond Vauthier anime une des plus anciennes sections de ce département.

16Parallèlement aux divers meetings qui sont des succès tant à Besançon qu’à Pontarlier, l’unité d’action se renforce durant toute l’année 1934 en réponse aux menaces des Jeunesses patriotes. Autour des slogans « La France aux Français » et « Guerre au communisme », cette ligue mobilise en particulier à Besançon et dans le Haut-Doubs. Sous l’égide de Jacques Hartemann, un quincaillier bisontin, et de Perron, ancien juge d’instruction, les Jeunesses patriotes s’appuient sur des groupes mobiles, armés de cannes et dotés d’automobiles qui leur permettent d’intervenir dans tout le département. Quant aux Croix de Feu, elles apparaissent en mars 1934 et se distinguent par leur discipline et leur indépendance par rapport aux autres ligues. Elles déploient une intense activité mais cessent rapidement l’agitation de rue sur instruction du colonel de La Rocque.

17L’UD CGT propose au comité antifasciste de fonder un Groupe de Défense antifasciste (GDA) composé de jeunes militants de toutes tendances :

  • 25 L’Œuvre sociale, 3/03/1934.

À la violence, il répondra par la violence. À la première agression contre un de ses militants, des représailles seront immédiatement exercées. Ces représailles toucheront les militants les plus en vue des organisations fascistes. Pour un seul ouvrier victime d’une agression, le groupe cassera la figure à trois militants fascistes25.

18Ce groupement assure la sécurité des réunions publiques et des responsables en déplacement, mais aussi celle des vendeurs de journaux à la criée, en particulier à Besançon où des bagarres éclatent régulièrement. Le 13 septembre, les Jeunesses patriotes attaquent une réunion du comité antifasciste à Saint-Vit. Les heurts durent deux heures avec des blessés de part et d’autre et l’intervention de la gendarmerie. Hartemann et un militant communiste sont condamnés à huit jours de prison et à des amendes. Au lendemain de ces affrontements, les antifascistes remplissent deux autobus pour venir protéger une réunion publique à Ornans et ce groupe de défense réussit à contenir la violence des Jeunesses patriotes.

19À partir de la signature du pacte d’unité d’action PCF-SfiO le 27 juillet 1934, la nébuleuse des comités fait l’objet d’une captation partisane. La SfiO a exigé que le PCF renonce aux comités de base, car elle redoute sa capacité mobilisatrice. Le pacte reste localement celui des organisations et non celui des militants. Pour le comité de Besançon, des cartes d’adhésions, à titre individuel ou au nom d’organisations, circulent, mais la direction du comité reste aux mains des dirigeants des partis. Les anonymes ne peuvent entraîner ceux-ci sur des positions ou des actions qui ne correspondent pas aux choix de chaque organisation politique.

  • 26 Bulletin du syndicat de l’Enseignement du Doubs et Territoire-de-Belfort, avril 1932. La Révolution (...)
  • 27 ADD, 95 J, Correspondance préparatoire au congrès de fusion, compte-rendu du congrès de l’UD CGT, 1 (...)
  • 28 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 198.
  • 29 Erwann Le Gall, François Prigent (dir.), C’était 1936. Le Front Populaire vu de Bretagne, Rennes, É (...)

20Même si la mobilisation antifasciste favorise l’unité d’action entre syndicats, la réunification ne devient pas immédiatement une préoccupation. Ce sont les syndicats des instituteurs et des cheminots qui prennent les premières initiatives en ce sens. En désaccord avec les orientations de la CGTU depuis plusieurs années, Lucien Hérard et Marcel Ducret animent l’opposition au sein de la 5e UR. Ils défendent le projet du « comité des 22 », qui souhaite la tenue d’un congrès de fusion entre les deux confédérations, puis le respect du droit de tendance et de la démocratie syndicale dans une nouvelle organisation. Leur engagement en faveur de l’unité favorise les relations avec certains syndicats confédérés et la mise en place d’un syndicat unifié des instituteurs en avril 193226. Malgré la reprise en main de l’UR, les opposants s’accrochent à la commission exécutive régionale. À l’échelle nationale, le tournant vient surtout de la Fédération unitaire des cheminots. À partir de mars 1934, elle défend la constitution de syndicats uniques, un choix qui se concrétise rapidement. À Besançon, un comité syndical unique fonctionne à partir de l’été et le congrès de fusion des syndicats CGT et CGTU du réseau PLM a lieu en fin d’année. En revanche, à l’échelle départementale, aucun rapprochement ne s’opère entre UL et UD avant la conclusion des négociations nationales en septembre 1935, sauf à Morteau et Villers-le-Lac, avec organisation de Premiers Mais unitaires en 1934 et 1935. Dans le Pays de Montbéliard, les effectifs sont si faibles de part et d’autre, les secteurs de présence si différents, la méfiance si partagée que les premiers contacts entre les unitaires et la direction de l’UD confédérée ont lieu très tard, un mois à peine avant le congrès départemental de fusion de décembre 193527. Adrien Jeannin reste secrétaire permanent de la nouvelle UD, avec Octave David et Eugène Tisserand, un cheminot unitaire, comme secrétaires adjoints. La CA compte seulement quatre unitaires sur un total de dix-sept membres28. Dans ce département, la réunification vient donc pour l’essentiel d’en haut, par le biais des instances confédérales. Il n’y a pas d’ébauche d’un processus syndical unitaire à la base, a contrario de ce qui se développe dans bien d’autres régions, notamment à Paris et en Bretagne29.

  • 30 Morgan Poggioli, La CGT du Front populaire à Vichy. De la réunification à la dissolution (1934-1940 (...)

21Après quinze ans de division, le congrès confédéral de Toulouse du printemps 1936 scelle la réunification de la CGT. Selon Morgan Poggioli : « Il propose une synthèse entre deux conceptions, deux traditions du syndicalisme, qui n’élimine certainement pas les divergences, mais permet de ne plus les opposer30. »

Le Rassemblement populaire dans le Doubs : une alliance sans les radicaux

22À l’origine, la politique de front populaire est d’abord une invention de l’Internationale communiste destinée à la situation française. Thorez lance son appel à la formation d’un « front populaire antifasciste » entre les deux tours des élections cantonales d’octobre 1934. Il écarte du programme d’action les mesures susceptibles d’empêcher un vaste rassemblement. Il tend la main aux radicaux par-dessus les socialistes, qui se rallient plus ou moins clairement à cette tactique. Le désistement réciproque entre socialistes et communistes lors du deuxième tour, généralisé et accepté pour la première fois, assure la progression des deux partis à l’échelle nationale. Dans le Doubs, le résultat s’avère mitigé. La démarche permet l’élection de Rucklin comme conseiller général, tandis que le recul des voix de gauche est manifeste à Besançon.

  • 31 Cité par S. Perron, Les partis de gauche dans le Doubs, op. cit., p. 89.
  • 32 E. Hug, P. Rigoulot, Le croque-rave libertaire, op. cit., p. 124. J. Pinard, Rebelles et révoltés, (...)
  • 33 Serge Berstein, Histoire du parti radical, Paris, PFNSP, 1982, t. 2, p. 276.
  • 34 Cité par S. Perron, Les partis de gauche dans le Doubs, op. cit., p. 94.

23Pour consolider cette coalition de partis, les dirigeants du PCF et de la SfiO choisissent de se placer sous le contrôle du parti radical. Mais à la base, leurs militants demeurent très méfiants à l’égard des radicaux. À Besançon, une partie de ceux-ci adhèrent à la Ligue des droits de l’homme et, en tant que tels, sont membres du comité antifasciste. C’est une contradiction aux yeux des antifascistes qui déclarent ne pouvoir « admettre que l’on soit à la fois antifasciste et partisan d’un gouvernement pré-fasciste » ; leur comité exige un choix : « Pour l’union nationale avec les fascistes ou contre l’union nationale avec les antifascistes31 ». Ils confirment leurs positions lors de l’élection de Bietrix, soutenu par l’UNR dans le canton de Besançon-Nord, face au radical Durand. Ancien commissaire du gouvernement auprès des conseils de guerre, député depuis 1924, ce dernier est également l’avocat des patrons horlogers et il a plaidé dans plusieurs affaires les opposants aux syndicats ouvriers32. Ministre du commerce et de l’industrie en 1932, il a été mis en cause dans le scandale Stavisky, même s’il a pu écarter les soupçons33. Durand réaffirme son soutien au gouvernement, tout en s’opposant avec force au Front populaire : « Je combats toutefois l’alliance des socialistes et des communistes, parce que je ne veux ni de dictature du prolétariat ni d’aucune autre dictature34. » Dans ces conditions, Le Semeur ouvrier comme L’Œuvre sociale ne font pas de différence entre les candidats en présence au second tour et se réjouissent même de la défaite radicale dans ce canton.

24En 1935, la dynamique unitaire marque le pas à Besançon et les socialistes hésitent. Les directions nationales des partis doivent intervenir pour la relancer et obtenir l’application des décisions prises. L’intégration du PUP dans la SfiO contribue à ce blocage de l’unité d’action. Selon Suzanne Perron :

  • 35 Ibid., p. 44.

Les pupistes introduisent avec eux des idées plus radicales que celles exprimées jusque-là par la SfiO. Il n’existe plus désormais deux sections rivales faisant de la surenchère, mais une seule qui se veut gardienne de la pureté socialiste, relayant notamment le refus par les gauches socialistes des propositions communistes d’élargissement du front aux radicaux. La section bisontine devient intransigeante vis-à-vis des communistes, alors que dans la logique du pacte d’unité, ils devraient devenir ses nouveaux partenaires35.

25Début 1935, le comité départemental du Rassemblement populaire voit finalement le jour, mais ne prend aucune décision pour les élections municipales. Le parti communiste cherche à appliquer sa tactique nationale de désistement au second tour pour la liste la mieux placée. Cette tactique est acceptée par la Fédération SfiO, mais refusée par la section bisontine.

  • 36 A. Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier, op. cit., p. 98.
  • 37 ADSD, 261 J, 3Mi 6/744, Intervention d’Yvan Bulliard à la conférence régionale, 22/12/1935

26À Pontarlier, l’unité ne progresse pas davantage. Lors de la campagne des élections municipales de 1935, Rousselet, au nom du PC, intervient dans une réunion publique socialiste pour regretter l’absence d’une liste de Front commun au premier tour, mais il appelle à voter pour les socialistes au second tour36. Ceux-ci conservent la mairie avec Raymond Vauthier, mais perdent un tiers de leurs conseillers municipaux. À Morteau, le comité Amsterdam-Pleyel continue sa progression : mordant sur le milieu socialiste, il regroupe environ 300 membres à la fin 1935, dont une centaine de femmes. Mais les communistes qui l’animent reconnaissent « être noyés dans le Front populaire37 ». Dans ce département, comme les ligues d’extrême-droite deviennent plus discrètes et peu capables de constituer un mouvement massif, la poussée unitaire marque le pas.

27Les radicaux du Doubs, proches de l’aile droite du parti qui rejette l’alliance avec les socialistes et les communistes, gardent leur distance avec le Rassemblement populaire. À Besançon, le radical Siffert, maire sortant, refuse de se définir sur la question des alliances nationales. Ce choix lui permet de retrouver son électorat des classes moyennes et de considérer l’échec aux cantonales comme un accident. Mais pour le second tour, il a besoin des voix socialistes et communistes pour l’emporter. Il s’engage alors dans une campagne plus politique en appelant à s’unir pour la défense de la République. Socialiste et communiste appliquent l’accord national et retirent leurs listes. À Montbéliard et Pontarlier, les radicaux s’opposent encore plus nettement au Rassemblement populaire en présentant des listes d’unions avec la droite qui joue désormais la course au centre.

  • 38 S. Wolikow, Le Front populaire en France, op. cit., p. 92.
  • 39 S. Berstein, Histoire du parti radical, op. cit., p. 371.
  • 40 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 357.
  • 41 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 1, p. 19 (...)

28Nationalement, après le retrait des listes socialistes et communistes en faveur des radicaux aux élections municipales, le parti radical considère désormais le Rassemblement populaire de manière plus positive. Ses électeurs manifestent leur accord en faveur d’une union à gauche, désavouant par là l’alliance radicale avec le centre droit, préconisé et réalisée par Herriot à Lyon38. Parallèlement, la déclaration de Staline approuvant la politique française de défense nationale dans le cadre du pacte avec Laval leur rend les communistes plus acceptables. Dans ces conditions, le parti radical doit donner quelques gages à l’électorat populaire pour retrouver son appui. Les radicaux craignent l’union des partis de gauche et ne peuvent rester à l’écart de la dynamique en cours. S’ils prennent contact avec le Rassemblement populaire à Besançon, c’est avec l’espoir d’en prendre la tête. Dans cette ville, les couches moyennes de tradition radicale ne peuvent renoncer à leur rôle politique central. Elles ont l’habitude de mobiliser les milieux populaires comme force d’appoint pour obtenir des majorités électorales et voudraient les maintenir dans ce rôle. Le parti radical accepte donc de participer aux manifestations du 14 juillet 1935. Divisé à l’égard de la dynamique unitaire, un consensus limité s’est établi autour de cette participation, qui ne signifie nullement adhésion au Rassemblement populaire39. À Besançon, le parti radical rejoint le comité d’organisation du 14 juillet. Les radicaux présentent la manifestation comme le résultat d’une décision et d’une initiative de la municipalité. Mais ils sont toujours partagés : Durand, toujours fermement réfractaire à l’unité, ne participe pas au défilé et le maire Siffert laisse son adjoint prêter le serment du Rassemblement40. Cette journée est un succès avec près de 4 000 personnes présentes, dont des délégations des autres villes. Lors des prises de parole, le divorce est net entre communistes et socialistes qui veulent consolider le Rassemblement et les radicaux pour lesquels cette journée reste un but en soi. À Belfort, la situation est différente : les radicaux opposés au Rassemblement populaire ont été battus et c’est la tendance du nouveau maire qui l’emporte et apporte sa marque au comité d’entente antifasciste41.

  • 42 A. Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier, op. cit., p. 66-68.
  • 43 Bruno Groppo, « La figure de l’émigré politique », dans M. Dreyfus, et alii, Le siècle des communis (...)

29ÀPontarlier, confrontées aux activistes de la ligue des contribuables et à une association fasciste italienne très démonstrative, les forces de gauche répondent massivement à l’appel du 14 juillet 193542, avec notamment une Ligue des droits de l’homme très mobilisée. C’est seulement à partir de cette date qu’un comité antifasciste se structure avec le ralliement des radicaux. Comme à Audincourt, la présence d’une immigration italienne influence l’opinion publique en faisant connaître ce qui se passe dans l’Italie mussolinienne et le danger que le fascisme représente43. L’antifascisme devient un terrain de rencontre entre les émigrés politiques italiens et la gauche française. Sur le plan quantitatif, ces rassemblements sont équivalents à ceux du 12 février 1934. Une continuité existe entre les deux événements, même si les motivations de la mobilisation ne sont pas identiques. Le premier est d’abord un sursaut du mouvement ouvrier pour se défendre contre les violences d’extrême-droite, quand le second apparaît davantage comme une journée d’unité nationale et républicaine. L’antifascisme demeure central dans ces cortèges de juillet 1935, mais réorienté et davantage encadré par les partis politiques.

30Le processus de mutation des comités antifascistes en comité de Front populaire se généralise à l’automne 1935. Le parti communiste plaide pour des comités de base, élus dans les usines et les quartiers, ouverts aux inorganisés, tandis que socialistes et radicaux y sont farouchement opposés. finalement, le règlement intérieur des nouveaux comités interdit la création de structures ouvertes à tous. Si des militants, mais aussi des hommes et des femmes sans parti, ont pu adhérer individuellement aux comités antifascistes, ils ne peuvent plus le faire dans le nouveau cadre. Les comités du Rassemblement populaire demeurent de simples cartels d’organisations en vue des élections législatives.

  • 44 Gilles Vergnon, « Processus de politisation et mobilisations politiques », dans Xavier Vigna, Jean (...)

31L’antifascisme constitue bien le soubassement des mobilisations de 193644. Il permet une dynamique unitaire qui facilite la politisation d’un public plus large que celui des partis, notamment femmes, jeunes, étrangers, dépourvus du droit de vote. Mais dans le même temps, le Rassemblement populaire restreint les objectifs de la politisation : la lutte antifasciste concrète est subordonnée à la victoire électorale.

Les élections législatives de 1936 : la victoire de la droite

  • 45 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 355-370. Joseph Pinar (...)
  • 46 La Tribune du Doubs, 5/04/1936.
  • 47 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 357.

32Pour évoquer ces élections, nous reprenons ici les grandes lignes des travaux de Louis Mairry et Joseph Pinard45. À gauche, la dynamique du Front populaire ne fait pas disparaître les tensions entre socialistes et communistes. À l’heure où Thorez tend la main aux catholiques et aux Croix de feu, le secrétaire des Jeunesses socialistes Louis Garnier réclame le retour à des positions de classe dans un article titré « Classe contre classe »46. Pour leur part, la majorité des radicaux du Doubs n’approuve pas l’adhésion de leur parti au Rassemblement populaire. Lors de la campagne des législatives, les radicaux ne parlent pas du Front populaire dans trois circonscriptions sur cinq. Ernest Zuber, industriel, maire et conseiller général de Boussières, se rallie au candidat de droite en pleine campagne électorale : « Je déplore que le parti radical adhère maladroitement au Front populaire […] Aujourd’hui, je me range sans hésiter du côté du candidat qui déclare ouvertement et franchement qu’il entend le combattre47. » Dans tout le pays, la campagne est particulièrement tendue et deux camps se font face : pour ou contre le Front populaire ?

  • 48 En 1945, Jules Peugeot est battu par le communiste Paul Gay dans le canton d’Hérimoncourt : un rapp (...)
  • 49 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 359.
  • 50 J. Pinard, « À contre-courant : les élections législatives de 1936 », art. cité, p. 37.

33Confrontés aux progrès électoraux des socialistes dans le Pays de Montbéliard, les notables radicaux veulent prendre leur revanche. L’atténuation des divergences entre protestants et catholiques facilite le renforcement de la droite48. Elle rend possible une première entente entre la droite et les radicaux pour les élections municipales de Seloncourt en 1935, où Jean-Pierre Peugeot reprend la commune au communiste Vermot-Desroches. Ce succès est un encouragement pour de nouvelles alliances. Les sénateurs UNR et les radicaux mettent au point « l’opération François Peugeot ». Orchestré par Henri Vannière, cette tactique permet de conduire un membre de la famille Peugeot à la députation49. Pour l’UNR, le seul moyen de battre le socialiste Rucklin est de lui opposer un candidat de « concentration républicaine », capable de rassembler sur son nom à la fois les électeurs de droite et les radicaux. La base des notables valoisiens applaudit cette démarche et se retrouve derrière Le Pays de Montbéliard, lançant une mise en garde solennelle : « Radicaux sincères, ne vous laissez pas jeter dans l’abîme collectiviste. La République de 1889 a reconnu le droit de propriété, que ferait le collectivisme de ce droit-là ?50. » Vannières éprouve toutefois le besoin de se couvrir de critiques éventuelles en obtenant le soutien du président du parti Édouard Herriot. Celui-ci a contribué à l’adhésion du parti radical au Front populaire, mais il est personnellement hostile à cette coalition et cède bientôt la place à Daladier qui lui est au contraire favorable. Les radicaux du Doubs soutiennent Herriot, contrairement à leurs homologues haut-saônois. Le 15 décembre 1935 à Montbéliard, un grand banquet réunit 1 400 convives, venus de tout le département autour d’Herriot.

  • 51 Idid., p. 38.

34Le candidat François Peugeot dirige la Société des cycles Peugeot. Il est aussi maire d’Hérimoncourt et préside plusieurs sociétés sportives. Son réseau d’influence englobe le Secrétariat social, qui centralise les œuvres sociales du groupe Peugeot et il l’utilise pour promouvoir sa candidature. Enfin, la Fédération radicale de l’arrondissement, la plus puissante du département avec 1 500 adhérents, le soutient sans réserve et Vannière l’accompagne dans les réunions publiques. Le candidat publie un journal électoral L’Indépendant où il se présente comme un « radical indépendant » et donne de solides assurances à la droite. Il s’attaque au droit de grève et sa campagne n’est pas « Rouges contre Blancs, mais tricolores contre Rouges51 ». Il insiste surtout sur le fait d’avoir maintenu l’emploi et le pouvoir d’achat malgré la crise. Après avoir fait distribuer une brochure dans toutes les familles du personnel du groupe, François Peugeot fait placarder une affiche et des tracts signés « Un groupe d’ouvriers » :

  • 52 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 362.

Pourquoi en masse les ouvriers de Peugeot voteront-ils pour François ? « Parce qu’ils ont peur… » prétendent les socialistes. Non, tout simplement parce qu’ils ont le sentiment de la reconnaissance pour ceux qui leur ont assuré hier et qui leur conserveront demain leur gagne-pain. Qu’on se rappelle seulement que Peugeot fait vivre rien que dans l’arrondissement plus de 16 000 ouvriers, ce qui, avec leurs familles, représente près de 50 000 personnes. Que chaque année il paie comme salaires et appointements plus de 200 millions et ceci dans la période de chômage et de crise que nous traversons… Il est évident qu’un tel effort ne pourrait être continué dans le Pays si les municipalités socialistes réussissaient à « étrangler Peugeot ». Ouvrier, défends ton pain !52

35Pour ses opposants du moment, comme pour la mémoire transmise par la gauche, la campagne de François Peugeot relève d’une manipulation de l’opinion. En juillet 1936, Bardenet, un des dirigeants du syndicat CGT des métaux de Sochaux, l’évoque ainsi :

  • 53 ADD, Per. 712, L’intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.

Rappelez-vous la campagne du petit François, entouré, escorté, applaudi par ses larbins et sa maîtrise et promenant avec lui, de ville en ville, à grand renfort d’autobus, cet auditoire stipendié avec brigade d’applaudissements spontanés dirigés par les chefs du secrétariat social, ces hommes de basse police qui ont noms Mittler, Grédy, Sire et Cie53.

  • 54 ADSD, 261 J, 3Mi 6/796, rapport de Meunier, délégation dans le Doubs, 19/08/1936.
  • 55 Ainsi René Charpiot, ouvrier de Sochaux qui rejoint le PCF, reconnaît avoir « adhéré au parti radic (...)

36Le terme de « camionnés » utilisés par la presse socialiste évoque ces déplacements par camion d’une réunion à une autre. Mais en interne, les responsables communistes reconnaissent qu’il n’y a pratiquement pas eu de chômage chez Peugeot, qui a embauché plusieurs milliers de personnes : dans ce contexte, ils admettent que nombre d’ouvriers ne sont pas hostiles à leur patron54. En tous cas, cette campagne s’avère efficace et mord sur les milieux populaires55.

  • 56 ADD, M 170, Élections législatives 1936.

37La participation électorale a été très élevée et le scrutin cause une énorme surprise : François Peugeot est largement élu dès le premier tour avec 60,6 % des suffrages exprimés contre 35 % à Rucklin56. Le candidat socialiste est très largement battu dans tous les cantons. Il atteint tout de même plus de 40 % des voix dans ceux de Montbéliard et Audincourt, et globalement, son électorat lui reste fidèle. En revanche, Jacquemard perd 900 voix par rapport à son prédécesseur 4 ans plus tôt et tombe à 4,2 %, à peine 6 % pour son meilleur score à Audincourt. Déroutés par la quasi-disparition du parti communiste depuis la scission de la FCIE en 1932, une partie des électeurs communistes a choisi le « vote utile » en faveur du député sortant dès le premier tour. Contrairement à ce qui s’est passé dans nombre de circonscriptions à l’échelle du pays, l’électorat ne s’est pas radicalisé en votant plus à gauche. La victoire du candidat de « concentration républicaine » s’explique par les craintes suscitées par le Front populaire parmi les bourgeois, commerçants, paysans cadres… De plus, ces derniers, les employés et une partie des ouvriers des usines Peugeot ont choisi de voter pour le candidat de l’entreprise, se sentant directement attachés à sa prospérité.

  • 57 C. Longueville, Février 1934-juin 1936 : la vie politique à Besançon, op. cit., p. 221.
  • 58 Ibid., p. 222.
  • 59 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 367.

38À Besançon, Durand, député sortant, un des leaders nationaux les plus en vue dans son parti, se trouve dans une situation difficile. Face à lui, l’UNR se rallie à la candidature du docteur Bietrix. Membre d’aucun parti, c’est un antisémite notoire proche de l’extrême-droite, qui a déjà battu Durand pour le siège de conseiller général. À gauche, Minjoz (SfiO) mène une campagne à tonalité antiradicale, alors que Nicod (PCF) défend le Front populaire avec les radicaux. Cette tactique entretient une unité fictive et nourrit l’illusion que le parti radical peut être un allié des ouvriers, contrairement à sa politique passée tant au plan national que local. Au soir du 26 avril, le candidat de droite est très nettement en tête devant Durand, suivi de près par Minjoz57. Le parti radical s’effondre et perd 2 000 voix par rapport aux précédentes législatives. Ce recul affecte aussi bien les quartiers traditionnellement orientés à gauche que ceux orientés à droite58. Dans les premiers, une partie des électeurs radicaux votent plus à gauche, pour les socialistes. Dans le reste de la ville, une partie des électeurs habituels du parti radical donnent leurs voix à Biétrix : face au Front populaire, la campagne de la droite touche cet électorat modéré. Par rapport au scrutin de 1932, Minjoz a multiplié son score par deux, tandis que le communiste Nicod stagne. Avant le second tour, Durand réclame de ses adversaires de gauche le désistement en sa faveur. Mais Minjoz pose ses conditions : il doit se prononcer sans réserve pour le Front populaire ou céder la place à un nouveau candidat qui lui serait favorable. Durand refuse cette injonction et Minjoz se retire sans donner de consigne de vote. Conformément aux accords nationaux, le candidat du PC se désiste sans réserve et lance un appel solennel aux socialistes : « Votre position peut inciter les dirigeants radicaux à des représailles cruelles… Vous compromettez sûrement la réalisation du Front populaire à Besançon59. » Au second tour, Bietrix l’emporte largement.

39À contre-courant des évolutions nationales et comme en Bretagne, le triomphe de la droite est complet avec une forte majorité dès le premier tour. Elle domine dans toute la région. La stratégie d’union de la droite et du centre a bien fonctionné. Les radicaux n’ont plus de parlementaires. Les socialistes ont perdu leur seul député mais ils ont augmenté le nombre de leurs voix et obtiennent un pourcentage de suffrages exprimés supérieur à leur moyenne nationale (20 %). Contrairement à ce qu’il connaît à l’échelle de beaucoup de circonscriptions, le parti communiste ne progresse pas ; le Doubs est même un des trois départements où il recule. Passé le sursaut antifasciste de 1934, le Doubs n’a pas connu de luttes sociales capables de donner un sens plus large à l’unité SfiO-PCF.

1936 : des grèves tardives pour l’application des accords Matignon60

  • 60 Pour les références des travaux sur 1936 : Jean Vigreux, Le Front populaire, Paris, PUF, coll. « Qu (...)

40Les grèves de mai-juin 1936 sont inséparables de toute l’atmosphère faite à la fois d’inquiétude et de réveil de la combativité ouvrière qui règne depuis février 1934. Les grèves qui éclatent en région parisienne apportent un espoir et une confiance nouvelle à de nombreux ouvriers. À leur tour, ceux du Doubs participent massivement à la troisième vague de grèves qui touche le pays à partir du 11 juin, lorsque la France apparaît tout entière touchée par la mobilisation. C’est un moment exceptionnel d’affirmation des solidarités de classe, dont il convient également de mesurer les limites.

41Commencé dans la métallurgie parisienne à partir du 11 mai, le mouvement s’étend début juin. Cette seconde vague de grèves, véritable lame de fond, touche la grande industrie mais aussi les services. Après le 8 juin, jour de la signature des accords Matignon entre organisations patronales et CGT, la décrue du mouvement s’effectue lentement selon les régions et les professions. À la fin juin et en juillet, la troisième vague de grèves touche surtout les petites entreprises et les régions restées en retrait. Au total, pour le seul mois de juin, on dénombre en France 1 831 000 grévistes pour 12 142 grèves, dont les trois quarts s’accompagnent de l’occupation des locaux.

  • 61 L’Humanité, 13/06/1936.

42Il est clair qu’aucune force politique ou syndicale nationale ne souhaite ces mouvements. Ils répondent à des initiatives locales, souvent prises par des militants communistes. Ni la SfiO, le PCF ou la CGT ne cherchent à les étendre entre le 3 et le 12 juin. Les grèves n’entrent pas dans la stratégie du PCF, orientée par une volonté de ne pas effrayer les classes moyennes. Alors que les grèves se poursuivent malgré les accords Matignon, Thorez intervient le 11 juin devant les cadres communistes de la région parisienne pour les convaincre d’arrêter ces mobilisations : « Si le but, maintenant, est d’obtenir satisfaction pour les revendications de caractères économiques tout en élevant progressivement le mouvement des masses dans sa conscience et son organisation, alors il faut savoir terminer dès que satisfaction a été obtenue61. » Il répète cette position dans des assemblées similaires à Lyon et à Marseille. Tout aussi surprise par ces grèves, la CGT cherche ensuite à se raccrocher au mouvement et à en prendre les rênes afin d’aboutir à une reprise du travail après négociation.

43Même s’il n’a pas de but précis, ce mouvement de grèves n’est pas l’addition de grèves corporatives. C’est une mobilisation générale qui exprime d’abord une volonté d’être respecté et d’affirmer une dignité commune à tous les travailleurs. En se mobilisant, ils commencent à prendre conscience de leur force. C’est un véritable apprentissage pour la masse des ouvriers du secteur privé, essentiel pour la suite, c’est-à-dire pour être en mesure de résister durablement au patronat. En effet, lors des accords Matignon, les représentants patronaux ont accepté des augmentations de salaires pour obtenir la reprise du travail le plus rapidement possible. Si des composantes de la classe ouvrière ont pu s’imposer en juin, d’autres, selon les régions, les branches d’activité et la taille des établissements, se retrouvent dans une situation beaucoup moins favorable. La mobilisation pour obtenir l’application des accords, puis les difficiles négociations pour l’établissement des conventions collectives en témoignent. Et en septembre, quand la droite et le patronat accentuent l’offensive, c’est l’ensemble des travailleurs qui se retrouve à nouveau fragilisé. En quoi les appels à la reprise du travail en juin en faisant confiance au gouvernement, les ont-ils préparé à faire face à ces échéances prévisibles ? Et si les occupations ne sont pas synonymes d’expropriation, elles représentent bien une atteinte à l’autorité patronale. Dès lors, les appels à la reprise du travail par la CGT, le PCF, la SfiO et le gouvernement contribuent à stopper cette capacité des ouvriers à agir pour eux-mêmes.

  • 62 Jean Vigreux, Histoire du Front populaire : l’échappée belle, Paris, Tallandier, 2016, p. 115-118.
  • 63 La Tribune du Doubs, 15/02 et 11/04/1936.
  • 64 Ibid., 16/05/1936.

44Nombre d’études locales montrent combien les grèves de 1936 ne touchent pas seulement les régions les plus industrialisées62. Dans le Doubs, le mouvement gréviste débute après la signature de l’accord Matignon et s’inscrit dans la troisième vague de grèves sur juin et juillet. À l’opposé de la métallurgie parisienne où les grèves sont inséparables d’un regain d’activité revendicative depuis plusieurs mois, seul le syndicat CGT des ouvriers du bâtiment de Besançon s’active depuis le mois de mars. Il dénonce les bas salaires, l’emploi d’étrangers très faiblement payés et des entreprises qui faciliteraient la création d’un syndicat chrétien63. Ses militants organisent cinq réunions pour rédiger un cahier de revendications. Le 16 mai 1936, le syndicat annonce que « La bataille va s’engager » : « Il a retrouvé ses effectifs […]. Il va lutter pour un nouveau contrat de travail, des salaires plus élevés, des conditions d’existence plus normales […] S’il y a résistance du patronat, les travailleurs du bâtiment sont prêts à y répondre64. » Dans ce département, c’est la seule campagne revendicative qui contribue à préparer la mobilisation du mois de juin.

  • 65 J. Vigreux, Histoire du Front populaire, op. cit., p. 115.

45La dernière vague de grèves mobilise des travailleurs qui veulent obtenir l’application des accords Matignon : conventions collectives, augmentations de salaire de 7 à 15 %, droit d’adhérer librement à un syndicat, élection de délégués d’atelier, aucune sanction pour faits de grève. En effet, il ne s’agit pas d’accords garantis par le gouvernement, mais seulement de promesses de contrats collectifs. À Besançon, la première grève débute le 10 juin chez Lip, suivie le lendemain par une entreprise de travaux publics et par la plupart des chantiers. La grève débute également à Sochaux. Dans le chef-lieu du département, l’apogée du mouvement se situe le 22 juin avec une vingtaine d’établissements en grève, dont la métallurgie dans une assez large proportion et les fabriques d’horlogerie65.

Photographie n° 8 : Grévistes du garage Thieulin, Besançon (juin 1936) : au centre, au-dessus de la croix, Adrien Jeannin, collection Vagneron.

Photographie n° 8 : Grévistes du garage Thieulin, Besançon (juin 1936) : au centre, au-dessus de la croix, Adrien Jeannin, collection Vagneron.
  • 66 AMT, fonds Lip, 5 Z 1, Conseil d’administration du 3/07/1936.
  • 67 Le Petit Comtois, 8/07/1936.
  • 68 C. Longueville, Février 1934-juin 1936 à Besançon, op. cit., p. 240.

46Sur le plan salarial, il s’agit d’abord d’établir précisément pour chaque profession le tarif de base à partir duquel sera appliquée l’augmentation prévue par les accords Matignon, qui varie de 7 à 15 %. La formulation sur les « salaires anormalement bas » est bien floue : en l’absence d’un salaire minimum défini, elle sert ainsi la position patronale et oblige les représentants des travailleurs à définir entreprise par entreprise la réalité des insuffisances salariales. À Besançon, la plupart des patrons cèdent rapidement, quand d’autres discutent pied à pied le niveau de l’augmentation. Lip accorde seulement 5 % de hausse66. Le plus souvent, les conflits ne durent qu’un à deux jours, voire quelques heures seulement, avant de se terminer par un accord. À la brasserie Gangloff, le 17 juin, les ouvriers cessent le travail à 14 heures, obtiennent un accord à 17 h 30 et reprennent le travail le lendemain. Mais dans le bâtiment, un bras de fer s’engage et dure plus de deux semaines. Il faut même l’arbitrage du préfet pour qu’un accord soit trouvé le 1er juillet. Deux jours plus tard, trois cents horlogers se mettent à nouveau en grève pour obtenir l’application de l’accord obtenu en juin67. La grève rebondit à nouveau dans quelques entreprises et les derniers grévistes, travailleurs municipaux et du bâtiment, reprennent le travail autour du 18 juillet. À Besançon, plus de 4 000 grévistes ont participé à ces grèves, touchant une quarantaine d’entreprises, dont une dizaine avec occupation des locaux68.

Photographie n° 9 : Georges Vagneron s’adresse aux grévistes du bâtiment, Besançon (juin 1936), collection Vagneron.

Photographie n° 9 : Georges Vagneron s’adresse aux grévistes du bâtiment, Besançon (juin 1936), collection Vagneron.
  • 69 ADD, 106 J 3, Lettre du secrétaire du comité CFTC de Villers-le-Lac à Courbet, 8/07/1936.

47Dans le reste du département, les grèves se déroulent dans des conditions voisines. À Morteau et Villers-le-Lac, l’application de l’accord national s’avère également difficile. Les grévistes occupent la chocolaterie Klaus et l’usine métallurgique Vermot-Gaux à Montlebon. Du 4 au 10 juillet, les horlogers mortuaciens rejoignent la grève déclenchée à l’échelle du département pour obtenir l’application des accords signés en juin. Des incidents éclatent lorsque des grévistes cherchent à occuper des ateliers d’horlogerie. À Villers-le-Lac, les militants de la CFTC animent la grève avec la CGT, organisant un bal des grévistes. Or David, le secrétaire du SOIH, appelle à la reprise du travail à Besançon dès qu’un accord a été trouvé avec le syndicat patronal, au grand dam des syndicats CGT et CFTC du Haut-Doubs qui s’estiment abandonnés. Ces derniers veulent obtenir les mêmes mesures pour tous les horlogers du département69. Un accord départemental est finalement signé, sans prendre pleinement en compte les demandes des travailleurs du Haut-Doubs.

Photographie n° 10 : Grévistes de la Luxia (horlogerie), Morteau (1936), collection Charles. Au second plan, le 4e en partant de la gauche, Georges Vagneron.

Photographie n° 10 : Grévistes de la Luxia (horlogerie), Morteau (1936), collection Charles. Au second plan, le 4e en partant de la gauche, Georges Vagneron.
  • 70 ADD, 106 J 20, CFTC, Rapport de Courbet au congrès de l’UR CFTC, 28/08/1936.
  • 71 Franck Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge ! Une histoire de la Fédération de la métallurgie CFT (...)
  • 72 ADSD, 261 J, 3Mi 6/796, Rapport de délégation de Honel, 1/11/1936.
  • 73 ADD, 106 J 3, CFTC, Correspondance avec les syndicats 1936-1943.

48La CFTC n’a pas participé aux négociations de Matignon, mais elle adhère à l’accord établi. Elle n’a pas encouragé clairement la grève tandis que son bureau confédéral prend position contre les occupations, considérées comme des atteintes au droit de propriété. Ses dirigeants franc-comtois demeurent opposés aux grèves, même sans occupation d’usine. Ils refusent tout ce qui peut porter atteinte au principe d’autorité du patronat. Selon Émile Courbet, le syndicalisme chrétien doit « faire barrage au mouvement révolutionnaire de la CGT » et il estime qu’il y est parvenu grâce au travail préparatoire du Secrétariat social70. Pourtant des syndicalistes chrétiens participent aux grèves. Cet engagement leur permet de ne pas se couper de leurs camarades de travail et de se distinguer clairement des syndicats professionnels qui apparaissent71. Pour leur part, les dirigeants de l’UD CGT ont compris le risque d’une concurrence et ils désavouent leurs syndicats qui ont agi en lien avec les syndicalistes chrétiens. Parfois, comme chez Oerlikon à Ornans, les adhérents de la CFTC sont mis à l’index par la CGT72. Mais à Morteau et Villers-le-lac, les syndicats horlogers agissent ensemble, déposant des revendications communes pour négocier un contrat collectif73.

  • 74 En 1934, ils n’étaient plus qu’une douzaine à la CGT : ADD, 95 J, compte rendu des congrès de l’UD (...)
  • 75 ADD, M 2503, Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 6/06/1936.

49Dans le Pays de Montbéliard, le mouvement de grève se déroule en deux temps. Une première grève éclate chez Peugeot le 11 juin, puis un second conflit rebondit, beaucoup plus large, à la fin juillet. Dans le nord du département, l’autorité patronale n’a pratiquement pas été contestée depuis les grèves de 1929. Aux Automobiles Peugeot, la CGT et la CGTU ne comptent sans doute pas plus d’une quinzaine d’adhérents à elles deux en193574. Des ouvriers adhérent à la SfiO dans leur commune de résidence, mais il ne reste qu’une poignée de communistes encartés dans cette usine. Triomphalement élu dès le premier tour, François Peugeot organise une grande fête le samedi 29 mai. Le lendemain, il donne le coup d’envoi du match de football alors que l’équipe sochalienne occupe les premières places du championnat de France. Le 6 juin, pour le commissaire spécial comme pour le sous-préfet, « il n’y a aucun risque de déclenchement de la grève dans les usines de la région75 ». Devant le manque de pièces lié aux grèves en région parisienne, la direction de la SAAP décide de fermer l’usine le samedi matin 6 juin. Le lundi 8 juin, Jean-Pierre Peugeot fait afficher une note de service dans les ateliers par laquelle il informe le personnel de sa volonté de se conformer aux résultats des négociations nationales. Il accepte ainsi les augmentations de salaires, les délégués d’atelier élus et les libertés syndicales. Ce communiqué souligne que :

Ces avantages pécuniers et moraux ont été accordés spontanément à notre personnel ouvrier et employé, sans qu’il y ait eu aucune demande de revendication de sa part […] afin de resserrer les liens de collaboration et de confiance qui existent entre la direction et le personnel.

50La note annonce enfin que la direction favorise la création d’un syndicat indépendant :

  • 76 ADD, M 2503, Note de la direction des usines Peugeot, 8/06/1936.

Comme dans les usines parisiennes, les syndicats CGT ont été impuissants à faire respecter les accords Matignon pourtant signés par eux, la direction a estimé de son devoir d’encourager parmi nos ouvriers la constitution rapide d’un syndicat rigoureusement professionnel dans le but de fonctionner en dehors de toute influence extérieure ou de la direction76.

  • 77 Philippe Machefer, « Les syndicats professionnels français (1936-1939) », Le Mouvement social, 1982 (...)

51Peugeot est ainsi une des premières entreprises à appuyer la naissance des Syndicats Professionnels Français. Ceux-ci se prétendent apolitiques, mais partagent une étroite identité de pensée avec le Parti Social Français (PSF), qui succède aux Croix de feu dissoutes en juin 193677. Alors qu’aucun signe d’agitation ne se manifeste dans ses usines du Doubs, la direction de la SAAP prend cette initiative dans le but d’éviter la naissance d’un syndicat CGT. Peine perdue, c’est justement ce choix politique qui fait basculer les ouvriers dans la grève.

  • 78 ADD, 145 J, CEMO, hebdomadaire Syndicats, 11/02/1937.
  • 79 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.

52Le 10 juin, le « Syndicat professionnel des ouvriers des usines Peugeot » placarde une affiche – de couleur jaune ! – qui appelle à lui faire confiance. Parallèlement, les chefs d’atelier convoquent des ouvriers pour leur remettre des cartes d’adhésion tandis que le Secrétariat social les distribue largement, avec consigne de les ramener dûment remplies le lendemain. La direction de l’usine Vermot de Châtenois-les-Forges (Territoire de Belfort) procède de même et 300 ouvriers sur 650 signent un bulletin d’adhésion78. Une partie des ouvriers adhèrent donc au nouveau syndicat, même des électeurs socialistes ou de futurs délégués CGT, souvent désorientés par la pression de l’encadrement79. Mais passée la surprise, l’opération leur apparaît comme une atteinte à leur dignité. Elle choque même des électeurs de François Peugeot : une chose est de souhaiter la paix sociale et de voter pour un candidat rassurant dans l’isoloir de sa commune, autre chose est de prendre fait et cause pour son patron dans l’espace même du travail. La constitution du syndicat professionnel devient alors la cause immédiate de la grève qui éclate le 11 juin, le lendemain de cet affichage, le jour même où Thorez lance son appel à reprendre le travail. S’entremêlent durant cette mobilisation les liens avec la situation nationale et la question du syndicat professionnel.

  • 80 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 1, p. 20 (...)

53Si Jeannin multiplie les prises de parole aux portes de l’usine à partir du 9 juin, l’initiative décisive vient des ouvriers de l’emboutissage dans la matinée du 11 juin et la grève s’étend ensuite facilement au reste de l’usine. Le ralliement d’une partie des employés et techniciens apparaît décisif pour l’extension et il marque durablement les témoins. Les grévistes prennent la décision d’occuper l’usine. Les ouvriers qui ont débuté la grève ou qui ont contribué à l’étendre forment rapidement un comité syndical d’une dizaine de membres, dont Vernay, Maurice Herzog, André Girard, Bardenet, Marcel Boillot. La grève débute aussi dans le Territoire de Belfort (9 000 grévistes en trois jours)80 et s’étend à partir du 12 juin aux usines de Beaulieu, Pont-de-Roide, Montbéliard, à la Compagnie des Forges et aux filatures. Comme dans le reste du pays, cette extension s’opère en suivant deux vecteurs, d’une part la branche d’activité, et d’autre part, le voisinage. De même, les luttes prennent les mêmes formes, d’autant qu’elles ont été popularisées par les premières grèves à l’échelle nationale : les usines sont occupées et des syndicats CGT apparaissent. Les causes locales et le mouvement national sont trop imbriqués pour être opposés. La grève chez Peugeot n’apparaît pas comme la simple reconduction décalée d’une grève nationale et la formation du syndicat professionnel constitue l’élément déclencheur.

54Les Peugeot ont été surpris par les grèves et la direction de la SAAP négocie très vite. Adrien Jeannin a voulu que Peugeot soit touché par la grève, mais il accepte très vite de négocier suivant le cadre que la CGT veut garder. Trois accords séparés mais identiques sont signés le 13 juin avec le syndicat CGT, la CFTC et le syndicat professionnel : reconnaissance des syndicats par la direction, pas de sanctions pour faits de grève, discussion d’un contrat collectif qui maintient les « avantages » de la firme. Les conventions collectives, instituées par une loi de 1919 mais très peu mises en place, sont partout au cœur des négociations. Malgré la reconnaissance du syndicat professionnel, Jeannin et la CGT acceptent ces mesures et appellent à la reprise du travail. Ces accords servent de modèle aux autres entreprises, où le travail reprend dans les jours suivants.

  • 81 Ingo Kolboom, La revanche des patrons. Le patronat français face au Front populaire, Paris, flammar (...)

55Surpris par les grèves, les patrons ont d’abord peu résisté aux revendications dans la plupart des branches, mais ils se reprennent rapidement. Dans les organisations professionnelles, de nombreuses voix contestent les engagements pris par les dirigeants nationaux de la Confédération Générale de la Production Française (CGPF). Ils sont accusés d’avoir fait des concessions exagérées et d’avoir négligé la situation des petites entreprises, largement prépondérantes, et des entreprises de main-d’œuvre comme celles de l’automobile81. Le 9 juin, 114 présidents et représentants des chambres de commerce s’opposent aux quarante heures. De son côté, le ministre de l’Intérieur Salengro déclare début juillet au Sénat que les occupations d’usines, de magasins ou de fermes ne seraient plus tolérées et le gouvernement exhorte les travailleurs à cesser les grèves.

Photographie n° 11 : Grévistes chez Peugeot à Sochaux (juillet 1936), collection Roth, AM Montbéliard.

Photographie n° 11 : Grévistes chez Peugeot à Sochaux (juillet 1936), collection Roth, AM Montbéliard.
  • 82 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.
  • 83 ADD, M 2624, tableau récapitulatif des conflits du travail, préfet du Doubs, octobre 1936.

56Une seconde grève éclate chez Peugeot à la fin juillet. Encouragés par la découverte de leur force, les militants CGT réclament début juillet le contrat collectif annoncé dans l’accord de juin82. Ils veulent d’abord faire pression sur les négociations qui traînent en longueur et protester contre la présence du syndicat professionnel. Entre-temps, la direction de la SAAP s’est solidement réorganisée et mène les discussions pour toute la métallurgie de la région de Montbéliard-Belfort. Sur les zones de salaires et le taux horaire attribué aux ouvrières, l’accord paraît impossible. Les délégués syndicaux des différentes usines décident alors de déclencher une grève le 21 juillet à une heure précise, donnant cette fois toute l’ampleur du mécontentement. La grève débute chez Peugeot-Frères à Valentigney, aux cycles Peugeot à Beaulieu et à Sochaux. Le lendemain, elle gagne la plupart des établissements métallurgiques et mobilise 22 000 grévistes83. Cette mobilisation révèle la jeunesse d’un mouvement syndical avide de tester sa force. Il échappe aux recommandations que la confédération a diffusées le 26 juin pour obtenir une reprise du travail dans tout le pays.

Photographie n° 12 : Hommes, femmes et enfants dans l’usine occupée, Peugeot, Sochaux (1936), collection Roth, AM Montbéliard.

Photographie n° 12 : Hommes, femmes et enfants dans l’usine occupée, Peugeot, Sochaux (1936), collection Roth, AM Montbéliard.

57Les ouvriers spécialisés et les jeunes sont fortement mobilisés. En avril 1937, le syndicat professionnel s’en prend fermement à ceux-ci :

  • 84 ADD, 38 PR, L’Ouvrier du Pays de Montbéliard, avril 1937.

Aucune des dernières grèves n’aurait eu lieu si les galopins de l’usine s’étaient abstenus. Depuis juin, ce sont eux qui à chaque fois ont fermé les portes, couru en troupeau d’une usine à l’autre pour répandre la grève et finalement se sont installés sur les murs, les jambes pendantes pour s’amuser […] Et ce qui est grave, c’est qu’ils aient pu pendant des mois donner l’impression qu’ils représentaient la vraie opinion des travailleurs84.

58Pour un bilan chiffré de ces grèves de juillet, citons les statistiques du ministère du Travail, malgré les incertitudes qu’elles présentent pour ce moment précis : le Doubs compte 23 167 grévistes, ce qui correspond à la moitié des employés et ouvriers des industries de transformation du département. Sur 31 grèves, 26 se font avec occupation des locaux avec une participation des grévistes très variable. À Sochaux, elle semble assez limitée selon les photographies.

  • 85 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 382.

59Le gouvernement se préoccupe de ces grèves qui durent plus longtemps que dans le reste du pays. Il dépêche sur place Salengro tandis que la Fédération des métaux CGT envoie Chevalme, un de ses secrétaires originaire de Belfort. Craignant l’extension de la grève, le ministre demande aux ouvriers de reprendre le travail et déclare que les entrepreneurs ne peuvent accorder plus sans compromettre l’existence même de leurs entreprises : « Autant le parti socialiste avait recommandé l’action, autant il faut actuellement conseiller la modération au prolétariat pour conserver aux travailleurs les avantages acquis par le gouvernement de Front populaire85. » Un accord est signé entre le représentant du gouvernement, les patrons et les syndicats : la convention collective sera signée après l’évacuation des usines ; les salaires minima prévus seront majorés de 0,05 franc l’heure pour les femmes. Pas plus qu’en juin, l’interdiction du syndicat professionnel n’a été obtenue, alors qu’il s’agissait d’un enjeu essentiel pour les grévistes ; l’accord s’avère très médiocre sur tous les plans. Un grand défilé dans les rues marque la fin de ce conflit.

Photographie N° 13 : Les grévistes dans la cour de l’usine des cycles Peugeot, Beaulieu-Mandeure (1936). Collection Odette Frossard.

Photographie N° 13 : Les grévistes dans la cour de l’usine des cycles Peugeot, Beaulieu-Mandeure (1936). Collection Odette Frossard.
  • 86 ADD, M 2624, Statistique des grèves, octobre 1936.

60D’autres entreprises rechignent à appliquer les accords Matignon et à mettre en place des conventions collectives. Afin de les obtenir, des ouvriers se mettent à nouveau en grève en septembre, pour deux semaines avec occupation de l’usine chez Bost à Laissey, cinq jours chez Nestlé à Pontarlier, dix jours dans le bâtiment à Morteau ou encore dans les entreprises d’ameublement à Montbéliard et Colombier-Fontaine86. Si les grèves sont de courte durée, deux mobilisations successives sont nécessaires pour tenter d’obtenir les revendications élémentaires dans plusieurs corporations.

  • 87 E. Le Gall, F. Prigent (dir.), C’était 1936, op. cit., p. 13. Jean-Claude Magrinelli, Ouvriers de L (...)

61Dans le Doubs, les grèves débutent au moment où elles s’arrêtent en région parisienne ; elles redémarrent en juillet quand la plupart des feux s’éteignent ailleurs. Elles éclatent alors que le PCF et la SfiO, la CGT et le gouvernement cherchent à mettre fin aux mobilisations. En ce sens, elles illustrent le profond changement d’état d’esprit d’une grande partie des ouvriers des départements à dominante rurale. Devant la difficulté d’obtenir des concessions de la part du patronat, ils ont désormais confiance dans leur force et choisissent d’agir eux-mêmes. Si les syndicalistes les plus expérimentés accompagnent ces mobilisations, ils s’activent partout pour qu’elles soient de courte durée. Leur objectif n’est pas de renforcer la conscience et la capacité d’action de l’ensemble des ouvriers. Comme dans les bassins sidérurgiques de Lorraine, le finistère ou les campagnes de Côte d’Or, ces grèves offrent également un aperçu sur la résistance patronale87.

La croissance des organisations ouvrières

  • 88 Antoine Prost, La CGT à l’époque du Front populaire 1934-1939. Essai de description numérique, Pari (...)

62La signature des accords Matignon et le vote des lois sociales apparaissent comme une victoire ouvrière, dont la CGT devient la principale bénéficiaire. Toutes les organisations ouvrières voient leurs effectifs augmenter rapidement, mais aucune ne connaît une progression comparable à la sienne. Ses effectifs passent de 780 000 au moment de la réunification en mars 1936 à 4 millions à la fin de l’année88. Elle devient un pôle d’attraction avant tout pour les catégories ouvrières, mais également pour d’autres travailleurs. De plus, conséquence des changements amorcés dans la vie politique depuis 1934, les rapports entre partis politiques sont largement modifiés. Les premières difficultés internationales et économiques n’entraînent pas d’emblée une démobilisation qui intervient seulement courant 1938.

La progression spectaculaire de la CGT

  • 89 J. Charles, « Le mouvement ouvrier », art. cité, p. 29. ADD, 145 J, CEMO, Bilan dressé pour le cong (...)
  • 90 ADD, 145 J, CEMO, « CGT », compte-rendu congrès de l’UL d’Audincourt, 27 février 1938.
  • 91 ADD, 106 J 20, Congrès régional CFTC, Rapport de Courbet, 28/08/1936. L. Mairry, Le département du (...)
  • 92 A. Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier, op. cit.
  • 93 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès régional de la CFTC, 28/08/1936.

63La vague d’adhésions à la CGT est spectaculaire, avec un bond dans la deuxième moitié de l’année 1936. Dans le Doubs, le nombre d’adhérents passe de 3 700 en décembre 1935 à 36 000 en avril 1938, et la décrue s’amorce en mai-juin89. À sa création à la fin septembre 1936, l’UL CGT d’Audincourt compte 6 000 membres alors que les syndicats étaient presque inexistants jusqu’en juin dans les communes qu’elle regroupe90. Cet envol entraîne une modification du rapport des forces entre CGT et CFTC dans ce département. Les effectifs des syndicats chrétiens augmentent fortement : ils passent de 1800 en avril 1936 à 3 300 en décembre, puis à 4 700 deux ans plus tard91. Mais si ces adhérents représentaient la moitié de ceux de la CGT à la fin de l’année 1935, la proportion est seulement de 15 % en 1938. À Pontarlier, la CFTC regroupe seulement 2,6 % du total des adhérents à une organisation syndicale pour 15 % aux syndicats professionnels et 82 % à la CGT92. Depuis le mois de mai, les responsables de l’Union régionale CFTC sollicitent leurs contacts isolés afin de tenter de créer de nouvelles organisations. En quelques mois, ils organisent plus de 300 réunions en Franche-Comté93. Selon Courbet, les petits groupes de militants chrétiens « font merveille » et attirent à cette date des travailleurs opposés aux occupations d’usine et aux méthodes de la CGT. Ainsi Jean Maire, alors apprenti chez Peugeot à Sochaux, est choqué par l’attitude d’un militant qui cherche à empêcher un moniteur de pénétrer dans un atelier pour rejoindre ses apprentis. D’autres refusent qu’on leur force la main pour adhérer à un syndicat.

64La croissance des effectifs de la CGT se double d’une modification qualitative avec une augmentation considérable du poids du secteur privé et une nouvelle répartition géographique. Le mouvement d’adhésion, étroitement lié aux grèves, devient une dimension de la lutte sociale. Jusqu’alors, rejoindre un syndicat représentait un risque majeur que bien peu de travailleurs acceptaient de courir en raison du risque de licenciement. En 1936, ce geste devient un signe de liberté et de dignité pour les salariés des entreprises privées, c’est une affirmation de leur force sociale. Le syndicalisme CGT devient alors un syndicalisme de masse et de grandes usines.

65Avant 1936, les bases de la CGT se limitaient à quelques petites entreprises. Selon Jean Charles :

  • 94 J. Charles, « Le mouvement ouvrier », art. cité, p. 28.

L’horlogerie présente alors le taux de syndicalisation le plus élevé, sans doute autour de 7 %. Le cas du Pays de Montbéliard est particulièrement éloquent. Vers 1931-1932, les industriels ont réussi à déraciner le syndicalisme, unitaire comme confédéré. Les 3 syndicats confédérés des métaux du Pays de Montbéliard regroupent seulement 60 adhérents à la veille de la réunification94.

66L’enracinement dans le secteur privé devient le trait dominant de la syndicalisation. C’est le cas dans le nord du département, où les 16 syndicats des métaux rassemblent 16 000 adhérents, comme dans les industries dispersées de la vallée de la Loue. En juillet 1936, dans plusieurs scieries du Val de Morteau, il semble que le premier syndicaliste qui s’adresse aux ouvriers emporte une adhésion massive, qu’il soit CGT ou CFTC, comme si ce qui compte d’abord est de s’organiser de manière unanime entre ouvriers. Dans le Haut-Doubs, une course de vitesse s’engage entre ces deux organisations.

  • 95 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937. Le c (...)
  • 96 RGASPI, 495-270-3444, Autobiographie de Louis Vennat, trésorier de cette section syndicale, 27/03/1 (...)
  • 97 AP Roth, cahier de trésorerie du syndicat CGT des métaux de Seloncourt, 1936-1939.

67Dans la plupart des cas, les syndicats sont créés au cours ou à la fin des grèves. ÀSochaux, les adhésions sont massives dès la grève de juin 1936. Environ 7 000 ouvriers, employés et techniciens rejoignent le nouveau syndicat entre le 11 juin et la fin juillet. En janvier 1937, ils sont plus de 9 000, dont plus d’un millier de femmes et de jeunes ouvriers, un peu plus l’année suivante pour un total de 15 000 salariés95. À l’usine d’emboutissage début 1938, 593 travailleurs sur 800 adhèrent à la CGT96. Des techniciens participent à la fondation du syndicat avant de constituer leur propre organisation pour toute la métallurgie des environs. Mais hors des grandes usines, la situation est plus contrastée. À Seloncourt, les adhésions sont nettement moins massives : le syndicat des métaux se structure autour des adhérents de la fonderie Kuntz-Wyss, avec 64 adhérents sur environ 200 travailleurs97. D’autres sections apparaissent mais sans toucher la myriade de petits ateliers de la ville.

Photographie n° 14 : La fanfare du syndicat CGT des métaux de Beaulieu-Mandeure (1937), une affaire d’hommes. Au centre, portant cravate, Odette Frossard », collection Odette Frossard.

Photographie n° 14 : La fanfare du syndicat CGT des métaux de Beaulieu-Mandeure (1937), une affaire d’hommes. Au centre, portant cravate, Odette Frossard », collection Odette Frossard.
  • 98 Antoine Prost, Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social au xxe siècle, Paris, Seuil, (...)

68La syndicalisation suit la branche d’activité et l’espace proche. ÀBesançon, le syndicat du bâtiment se renforce avec de nouvelles sections (menuisiers et charpentiers, maçons et cimentiers, chauffage et fumisterie, tôlerie, terrassiers) et un nouveau syndicat pour une entreprise de travaux routiers. Des catégories non touchées jusqu’alors rejoignent la CGT, comme les employés de commerce, les ouvriers boulangers ou les garçons bouchers à Audincourt. Avec entre 55 et 65 % de la population syndicalisable regroupée à la CGT, le Doubs appartient à cette France du Nord-Est industrialisée qui connaît une forte syndicalisation à partir de cette date98. À l’échelle départementale, le syndicalisme s’étend dans 42 communes en 1937 contre 10 en 1935. La CGT s’implante dans la plupart des villages industriels. Toutes les papeteries et pratiquement toutes les usines métallurgiques à partir d’une cinquantaine de salariés se dotent d’un syndicat.

  • 99 Ainsi à l’occasion des premiers congés payés, René Perraud et quelques autres ouvriers sochaliens p (...)

69L’adhésion au syndicat permet d’affirmer une appartenance de classe, de s’affilier à un mouvement global de solidarité ouvrière. C’est un mouvement profond, porté par des secrétaires de syndicats bien ancrés dans ces territoires où ils sont nés, s’y sont mariés et y résident. Pour autant, le lien entre ces adhérents d’usines isolées ne va pas de soi. L’appartenance à la CGT est un premier trait d’union entre eux et une représentation nationale, mais elle ne suffit pas pour renforcer une conscience sociale qui dépasse l’appartenance locale. D’Ougney-Douvot à Novillars, la vallée du Doubs en amont de Besançon compte ainsi plusieurs centaines d’adhérents à la CGT répartis sur une dizaine de kilomètres. Ils ne se retrouvent pas d’emblée unis, d’autant qu’ils n’ont pas tous été mobilisés par les grèves : leur expérience et leur perception du « moment juin 36 » demeure partielle. Dans les mois qui suivent, seuls les ouvriers de l’usine Bost à Laissey se mobilisent à nouveau par la grève pour faire respecter les accords par leur patron et obtenir d’autres avancées. Les responsables de l’UD cherchent à renforcer les liens entre ces syndicats voisins, notamment en organisant des rassemblements locaux pour le Premier Mai. Ils se déplacent pour multiplier les prises de parole dans une partie de ces villages. À la faveur de ce contexte, des relations s’élargissent à des ouvriers et des militants d’autres lieux99. Mais souvent, l’adhésion à la CGT se suffit à elle-même. Pour les adhérents de ces centres isolés, c’est d’abord une façon de rééquilibrer leur position d’ouvriers face à leur patron, sans vouloir davantage remettre en cause sa domination.

Carte n° 13 : Timbres d’adhésion à la CGT par cantons 1937-1938.

Carte n° 13 : Timbres d’adhésion à la CGT par cantons 1937-1938.
  • 100 Y.-C. Lequin, Mouvement ouvrier et conjoncture économique, op. cit., p. 134.

70Cette extension géographique entraîne le déplacement du centre de gravité du syndicalisme cégétiste. Si, au moment de la réunification, Besançon rassemble 60 % des adhérents du département, le syndicalisme en 1938 est devenu surtout montbéliardais avec 55 % de l’ensemble100. Ce redéploiement ouvre la voie aux modifications de tendances à l’intérieur de l’UD, puisque la majorité des syndicats du Pays de Montbéliard sont désormais dirigés ou influencés par des unitaires. La croissance des effectifs a donc des répercussions sur le poids des tendances. À l’échelle nationale, le rapport de forces entre confédérés et unitaires s’inverse après le mouvement de mai-juin. Les unitaires dirigent désormais 13 Fédérations et 28 UD.

  • 101 Présent à Seloncourt lors des grèves de 1929, Ambroise Croizat fait la connaissance de la fille de (...)
  • 102 RGASPI, 495-270-3445, Autobiographie de Marcel Gilomen, 28/1/1938.

71Au sein de la CGTU s’est formé un type de militant qui a appris lentement, péniblement les revendications concrètes de son secteur de lutte. En général, les ex-unitaires s’avèrent mieux préparés que les confédérés pour encadrer le mouvement gréviste et pour gagner de l’audience. Mais dans la partie sud du département, des ex-confédérés comme Louis Clerc, Jeannin, Vagneron ou Pagnier savent tout autant se lier aux travailleurs du secteur privé. Dans le Pays de Montbéliard en revanche, il existe peu de militants ex-unitaires et encore moins d’ex-confédérés en situation d’encadrer les nouvelles recrues. L’appellation « ex-unitaires » ne correspond guère à la réalité de 1936, car les militants passés par la CGTU sont trop peu nombreux. Il s’agit surtout de nouveaux venus qui suivent les positions de la tendance ex-unitaire et nous les désignerons simplement par le terme « unitaires ». Ces unitaires se renforcent surtout dans le nord du département. En 1936-1937, le bureau du syndicat des métaux de Sochaux compte plusieurs ex-confédérés, dont le secrétaire général André Girard. Socialiste, c’est un des rares anciens adhérents de la CGT ; il a été élu délégué d’atelier à la carrosserie et il devient permanent syndical en novembre 1936. Les syndicats autour d’Audincourt sont en revanche gagnés aux positions des unitaires, avec une majorité de militants communistes à leur tête. L’UL de Montbéliard reste dirigée par Robert Loueilh, un employé ex-confédéré partisan de la gauche socialiste, et celle d’Audincourt par le communiste Gaston Genin. Nouveau venu au syndicalisme, mais proche du PC depuis longtemps, ce dernier accède rapidement à des responsabilités régionales au sein de la Fédération des métaux, une trajectoire facilitée par ses liens avec Ambroise Croizat, connu à Seloncourt en 1929-1930101. À l’échelle des branches, le renforcement des unitaires concerne avant tout la métallurgie et le bâtiment. Ainsi dans le Haut-Doubs, Marcel Gilomen a créé douze sections syndicales dans des scieries et toutes ont à leur tête un secrétaire membre du PCF : il espère d’ailleurs que ce travail fera augmenter le nombre d’adhérents à son parti102.

  • 103 Ainsi en 1938, en application de la proportionnelle fixée par l’article 23, les syndicats bisontins (...)

72Lors du congrès départemental de février 1937, Genin et les syndicalistes d’Audincourt critiquent la direction de l’UD : ils estiment qu’elle ne les a pas assez aidés durant l’année précédente. Mais Nicod, le représentant historique des ex-unitaires et responsable communiste bien connu, intervient à plusieurs reprises pour atténuer les critiques de ses troupes. finalement, les unitaires se contentent de s’abstenir sur le rapport moral. Mais comme au niveau confédéral, c’est la question des statuts qui cristallise les désaccords. Ainsi l’article 23 des statuts de l’UD adoptés par le congrès d’unification de décembre 1935 stipule : « Dans tous les votes qui seront émis au Congrès, les syndicats auront un chiffre de voix proportionné à leur importance. » Dans la lignée des principes de la CGT d’avant 1914, cet article se préoccupe davantage de la représentation des petits syndicats que de celle des organisations aux effectifs conséquents. Ce système proportionnel admet que 15 syndicats, regroupant au total moins de 300 membres, bénéficient d’un poids plus grand que les 9 000 des métaux de Sochaux103. Jeannin justifie ainsi cette situation :

  • 104 ADD, 145 J, CEMO, « CGT », Document préparatoire pour le congrès de l’UD, février 1937, p. 2-3.

Une UD est une petite CGT et ce n’est pas seulement le nombre des adhérents qui compte, mais aussi la diversité des corporations qui la composent et la CA devra, autant que possible, être composée en tenant compte de ces diverses corporations […]. En aucune circonstance, il ne saurait être admis que la loi du nombre, la loi du plus fort, devienne la loi de la CGT. Petits, moyens et grands doivent avoir les mêmes possibilités d’expression et notre proportionnelle est pour tous une garantie104.

73La représentation des petits syndicats, et donc de la diversité des adhérents, soulève la question de la démocratie à l’intérieur de la CGT. De plus, au sein des « petits » syndicats, la participation des adhérents aux réunions est souvent plus importante que dans les « grands » syndicats. Cependant ce souci démocratique ne se résume pas à une question d’arithmétique. À cette date, la majorité de ces petites organisations se situe à Besançon, surtout parmi les employés des administrations, qui sont influencés par les confédérés. Pourquoi continuer de séparer dans des syndicats distincts les professeurs de chaque niveau de l’enseignement secondaire ou les employés des différents services fiscaux ? La multiplication – souvent artificielle – des syndicats parmi ces catégories contribue à nourrir le corporatisme contre lequel la confédération avait voulu résister dès avant 1914. En 1937, c’est également un moyen pour les ex-confédérés de conserver le poids de leur tendance face aux gros syndicats influencés par les unitaires. Sans surprise, le vote sur la modification des statuts donne 181 voix favorables au maintien des statuts et 71 contre. Les syndicats de Besançon et Pontarlier choisissent presque tous le maintien, quand ceux de Montbéliard, Audincourt et Morteau optent pour le changement.

  • 105 ADD, 145 J, CEMO, Compte-rendu du congrès de l’UD CGT, 27/02/1937, p. 9.

74Au terme de ce congrès, l’UD reste donc dirigée par les ex-confédérés, avec Jeannin et un employé, Georges Roenner, au bureau et 8 sièges sur 12 à la commission administrative. Conséquence de la progression des effectifs et donc des moyens financiers, la CGT dispose désormais de 10 permanents rétribués dans le Doubs, car à ceux de l’UD s’ajoutent plusieurs secrétaires d’UL et de syndicats105. Mais leur situation est précaire car lorsque les effectifs refluent, les organisations n’ont plus les moyens de les rétribuer et ils ne retrouvent pas de travail permanent.

L’essor de la SfiO

  • 106 S. Wolikow, Le Front populaire, op. cit., p. 159.
  • 107 A. Bergounioux, G. Grunberg, Le long remords du pouvoir, op. cit., p. 193. La Tribune du Doubs, édi (...)
  • 108 La Tribune du Doubs, 9/1/1938.
  • 109 Ibid., 20/3/1937.
  • 110 Parti socialiste (SfiO), XXXVe Congrès national, 4-7 juin 1938, op. cit.

75Nationalement, la SfiO connaît une croissance relativement modérée de ses effectifs. De 110 000 adhérents en 1934, elle passe à 200 000 à la fin de l’année 1936106. Dans le Doubs, le recrutement progresse à partir de la campagne des législatives, en s’étendant dans quelques gros villages. Les points d’appui dans les villes permettent de recruter lorsque le contexte devient favorable, d’autant que les socialistes s’y attellent bien avant les communistes. Bénéficiant ensuite de l’image positive du gouvernement Blum, la Fédération double ses effectifs en quelques mois : selon les sources, ils s’établissent entre 900 et 1 300 adhérents à la fin de l’année 1936107. Un an plus tard, ils dépassent les 3 000, soit plus que le chiffre atteint par le PCF. Quant aux Jeunesses socialistes, animées par le dynamique Louis Garnier, elles passent de 60 adhérents en mai 1936 à 600 à la fin de l’année 1937108. La SfiO étend sa présence dans 60 communes, dont la moitié dans le Pays de Montbéliard109. SfiO et PCF restent des partis d’hommes et la situation ne s’est guère améliorée depuis le début du siècle. Si le parti socialiste fait désormais des efforts spécifiques en direction des femmes, la Fédération en compte un nombre infime, une soixantaine en 1938110. Elles sont proportionnellement un peu plus nombreuses au sein des Jeunesses.

  • 111 ADSD, 261 J, 3Mi 6/842, Rapport de Rabaté, 5/6/1938.

76Les Amicales socialistes d’entreprise, réunissant à partir de l’été 1936 adhérents et sympathisant sur le lieu de travail, ne se développent pas vraiment dans le Doubs. Celle de la grande usine Peugeot fait figure d’exception avec 4 à 500 membres au printemps 1938, soit un chiffre voisin de celui de la section communiste111. Cette organisation parallèle ne suffit pas à rapprocher la SfiO des activités revendicatives, qu’elle réserve traditionnellement au syndicat. Au nom de l’indépendance syndicale, l’UD CGT dénonce d’ailleurs l’existence de ces Amicales au même titre que les cellules communistes.

  • 112 La Tribune du Doubs, 19/09/1936.

77Sans avoir souffert d’interruption depuis la fin de la guerre, la SfiO dispose d’un hebdomadaire départemental, La Tribune du Doubs, qui succède à L’Œuvre sociale à partir de mars 1936. Commun durant quelques mois à l’UD CGT et à la Fédération socialiste, cet organe en vient rapidement à publier deux éditions, l’une pour le sud du département, l’autre pour le nord. Près de 2 000 exemplaires sont vendus à la criée sur un total de 7 500 vendus en septembre 1936112. Au même moment, les communistes sont toujours privés d’hebdomadaire régional jusqu’au lancement du Peuple comtois en août 1937.

Le PCF sort de son isolement

  • 113 ADSD, 261 J, 3Mi 6/842, Rapport de Rabaté, 5/6/1938.
  • 114 ADSD, 261 J, 3Mi 6/796, Rapport de Meunier, 19/08/1936.
  • 115 ADSD, 261 J, 3Mi 6/796, Rapport de Honel, 1/11/1936.
  • 116 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/126, 796, Rapport de délégation dans le Doubs, 19/08/1936, et Ibid., 3 Mi 6/132 (...)

78Le PCF passe de 80 000 membres fin 1935 à 284 000 à la fin de l’année suivante, puis 328 000 en septembre 1937, dépassant alors la SfiO. Cette dynamique témoigne d’une certaine radicalisation ouvrière. Or malgré sa progression, la Région du Doubs reste une des plus petites du parti. Sur le plan des effectifs, elle a peu bénéficié de la genèse du Front populaire et c’est seulement à partir des grèves qu’elle commence à rattraper son retard113. En août 1936, le délégué en visite dans le département incite les militants à sortir de leur isolement : « Chez Peugeot, les ouvriers ont repris confiance et se sont débarrassés de l’atmosphère de terreur qui existait, mais le parti continue de se terrer114. » Pour les encourager, il leur explique que ceux qui rejoignent alors un parti s’orientent en fait vers les partisans les plus décidés du Rassemblement populaire. Selon lui, c’est avant tout lorsqu’ils ne trouvent pas le contact avec une organisation communiste qu’ils rejoignent les socialistes : les nouveaux venus à la politique rallieraient ainsi une formation qu’ils veulent rassembleuse, et non la SfiO pour sa politique propre115. Ce facteur existe, mais sa portée n’est pas aussi nette que ne l’estime le délégué du PCF : ici la SfiO poursuit son recrutement même lorsque les communistes étendent leur présence. Partant de très bas, la progression est ensuite supérieure à celle que connaît le parti dans son ensemble. Avec près de 1500 adhérents en 1937, le parti communiste est sorti de son isolement116.

Graphique n° 3 : Nombre d’adhérents au PCF, Doubs, 1934-1937.

Graphique n° 3 : Nombre d’adhérents au PCF, Doubs, 1934-1937.
  • 117 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/126, 796, Rapport de délégation dans le Doubs, 19/08/1936.

79Reflet de l’enthousiasme de leurs militants, les Jeunesses communistes passent de quelques dizaines de membres en juillet 1934 à une centaine en décembre 1935, puis à 250 en août 1936. Elles progressent souvent plus tôt et plus vite que le parti, comme à Pontarlier, où elles comptent quatre fois plus d’adhérents que celui-ci. La progression au niveau départemental est d’autant spectaculaire qu’il n’y a pas d’organisation de jeunes dans le Pays de Montbéliard117. L’importance de ce courant d’adhésion ne signifie pas que la conversion soit subite et massive. Souvent il s’agit de sympathisants de longue date, parfois dès l’âge de treize ans, lecteurs de la presse communiste, qui aidaient déjà le parti au moment des élections. Ils viennent de cette présence diffuse, fruit d’une implantation passée, qui se révèle quand les circonstances le permettent.

  • 118 S. Wolikow, Le Front populaire en France, op. cit., p. 237.

80La progression des effectifs permet de multiplier les cellules d’entreprise. Au plan national, le nombre de cellules locales augmente plus vite en 1934-1935 que celui des cellules d’entreprise. À la faveur du moment unitaire, le renforcement du parti s’effectue, comme son activité, essentiellement sur la base de la localité118. En juillet 1935, le Doubs compte trois cellules d’entreprise (cheminots), sur un total de seize. Mais à partir de l’été suivant, le rapport s’inverse. Cette structuration de l’activité dans les entreprises touche surtout la métallurgie du Pays de Montbéliard. Chez Peugeot à Sochaux, l’envoyé du Centre en août 1936 donne l’objectif d’une cellule par atelier.

  • 119 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Rapport de délégation de Cornavin à la conférence régionale du Doubs, (...)

Tableau n° 15 : Cellules locales et cellules d’entreprise en novembre 1937119.

Tableau n° 15 : Cellules locales et cellules d’entreprise en novembre 1937119.
  • 120 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/136, 842, Rapport de délégation de Rabaté, 5/06/1938.

81La progression des effectifs dans le Pays de Montbéliard nécessite une décentralisation avec la création de plusieurs sections, dont une pour les usines Peugeot de Sochaux avec 400 adhérents au printemps 1938120. Comparée à la situation antérieure, la progression apparaît très forte, mais sans commune mesure avec celle que connaissent nombre d’usines parisiennes.

  • 121 Jean-Paul Molinari, Les ouvriers communistes, Thonon-les-Bains, L’Albaron, 1991, p. 255-259.

82À l’échelle nationale, la densité communiste, c’est-à-dire le nombre d’adhérents pour 10 000 habitants, est en moyenne de 57. Elle s’élève en fonction du degré d’industrialisation et de main-d’œuvre masculine industrielle. Parmi les départements industriels de faible urbanisation, elle est supérieure dans la Somme, l’Aisne, les Ardennes et le Doubs où elle se situe entre 71 et 90121. Cette progression s’explique par la situation du Pays de Montbéliard, avec une très forte densité d’ouvriers de la métallurgie. En revanche, le parti communiste ne s’implante pas parmi les ouvrières du textile. De telles adhésions féminines concernent seulement d’anciennes régions industrielles à tradition socialiste.

  • 122 Ibid., p. 175-176.
  • 123 ADD, CEMO, « Mémoires d’Henri Perrin », p. 36.

83La famille et le voisinage constituent avec l’usine des matrices immédiates de l’adhésion ouvrière au communisme. Depuis les années 1920, des généalogies militantes se développent, celles des familles et des hommes qui ont été porteurs de l’idée, de l’organisation et de la lutte. Ce phénomène est bien visible à Morteau, où vivent 5 des 18 familles de militants repérées dans le département. Les pères de famille transmettent une influence venue du métier d’horloger ou du voisinage vers le foyer, ce qui produit de nouvelles adhésions conjugales, filiales ou parentèlaires, avec des enfants qui adhèrent jeunes au parti122. À l’origine du groupe communiste, nous retrouvons le cordonnier Armand Balanche, fondateur du socialisme dans cette ville au début du siècle, passé au communisme en 1920, et son épouse, horlogère, suivis par leurs trois fils123. En 1925, un responsable du Centre peut écrire à leurs propos :

  • 124 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/14, 120, Campiglia, rapport de délégation Région Centre-Est, juillet 1925, p. 4 (...)

Il est vrai que le père et les fils Balanche, dont l’un Hubert, est secrétaire de Rayon, sont d’un dévouement à toute épreuve et sont les véritables animateurs du Parti dans ce coin perdu. Hubert passe en correctionnelle […] et s’il est condamné, le Rayon n’en souffrira pas trop car ses frères sont à la hauteur de leur tâche124.

  • 125 CAC, 940448, art. 469, 39688, Dossier Michel Guillemin.
  • 126 fils d’un responsable socialiste de Mulhouse, les frères Bruder travaillent ensemble à la SMA à Arb (...)
  • 127 Othon, Willy, François et André, fils de mineur polonais, résistants FTPF.

84Édouard-Eugène Guillemin, lui aussi véritable figure mortuacienne, portant blouse et foulard, est suivi par ses fils, dont Michel condamné pour incitation de militaires à la désobéissance après avoir distribué des tracts au camp du Valdahon125. De même, André et Olivier Grandvoynet suivent l’engagement de leur père Émile et des fratries se repèrent avec les Bulliard et les Charles. Ces familles s’insèrent dans la sociabilité locale et les relations de voisinage, irriguées par la vie associative autour des sociétés musicales et sportives. À Besançon, l’horloger monteur de boîtes Armand Bideaux est conseiller municipal socialiste-communiste et ses deux fils militent au parti communiste, Denis devenant secrétaire fédéral en 1946. La famille Croissant de Sochaux fournit également plusieurs délégués d’atelier et collecteurs pour la CGT. Nous pouvons encore citer les lignées Nicod, Sarrieux, Bruder126, Carrez, Adami, Paganelli (de la mère Suzanne vers le fils Serge) et les fratries Dunzer, Traxer, Frontczac127, Jacquemai à Maîche, Castioni…

  • 128 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/12, Région Centre-Est, « monographie du Doubs », 1924, p. 229.
  • 129 Le Peuple comtois, 04/01/1938.
  • 130 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, op. cit., p. 255.

85Le communisme ne pénètre pas les campagnes du Doubs. Dès les années 1920, quelques responsables de la Région cherchent à mieux comprendre cet environnement. Dans la monographie du département rédigée à l’intention des envoyés de la direction du parti, les auteurs signalent que « l’esprit d’association est fortement ancré dans les montagnes du Doubs128 ». Ils évoquent les pratiques communautaires : fruitières pour le fromage et le vin, pratique de l’affouage, terrains communaux, syndicats agricoles d’achats en commun, mutuelles, syndicats de communes pour l’électrification, pour l’entretien des chemins, pour subventionner les services d’autobus… Les auteurs font de ces habitudes communautaires une des explications de la particularité du Franc-Comtois, « réformiste par essence » selon eux. Ils voient dans la commune une cellule vivante où s’exprime cet esprit associatif, en particulier sur les plateaux et montagnes du Doubs et du Jura, alors que « le paysan des plats pays (bas pays comme on dit ici) est individualiste ». En 1938, le parti presse le secrétaire fédéral Jacquemard de se préoccuper des paysans. Il propose alors une lecture communiste des habitudes communautaires comtoises. Dans ses articles, celui-ci évoque alors ces pratiques, mais il va plus loin que ses prédécesseurs : « Dans un grand nombre de villages comtois, nos paysans pratiquent le socialisme par leurs coopératives de production du fromage de gruyère, la « fruitière », embryon de kolkhoze129. » L’auteur n’hésite pas à trahir la réalité pour établir un pont entre le fonctionnement démocratique des fruitières et le socialisme. Certes chaque sociétaire a droit à une voix, quelle que soit la quantité de lait produite, si bien que les petits paysans disposent du même pouvoir de décision que les plus importants. Mais les producteurs ne s’associent pas, ils associent le lait de chacun, ce qui est une différence majeure. La fruitière n’est donc pas l’archétype d’un quelconque communisme agraire130.

  • 131 Jean Vigreux, « Le PCF, garant de l’héritage agrairien progressif », dans S. Wolikow, A. Bleton-Rug (...)

86Ces articles témoignent des nouvelles préoccupations de la part de la direction fédérale. Jacquemard manifeste ici l’aptitude du PCF à inventer des traditions et à s’insérer dans des continuités au moment du Front populaire. Il procède précisément du nouveau discours en matière agricole, véritablement concrétisé avec le lancement du journal La Terre en 1937131. Il s’agit de redécouvrir le « Peuple de France », associant le peuple des campagnes et le peuple des villes. Le nouveau rapport à la nation explique un tel discours où le PCF s’approprie l’héritage national et régional. En revanche, l’emploi du terme « kolkhoze » détonne par rapport à la politique agrairienne du moment, la direction du parti ayant interdit l’évocation de la collectivisation des terres pour ne pas renforcer l’hostilité des paysans.

  • 132 En avril 1936, le PCF n’obtient aucune voix dans 13 communes du canton de Pontarlier sur 24 et 6 en (...)
  • 133 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 388

87Aux élections de 1936, ni les socialistes, ni les communistes ne percent dans le monde agricole, ni même rural de ce département. Le parti communiste n’obtient aucune voix dans la majorité des communes rurales, y compris dans le bas-pays. Dans l’ensemble des campagnes, la droite mobilise avec succès contre le Front populaire132. En octobre 1936, Léonel de Moustier qui, outre ses mandats politiques, est aussi président de la Fédération des associations agricoles du Doubs, mobilise contre la politique du gouvernement avec notamment 2 000 paysans rassemblés à Maîche. Lorsque le PC se risque à organiser des réunions dans certains bourgs du Haut-Doubs, la droite et l’extrême-droite les perçoivent comme des provocations. Ces réactions culminent à Charquemont en mai 1937, secteur où s’active Louis Maillot, un cultivateur maire du Barboux, ancien de l’Action française passé au PPF133. Un rapport interne au parti témoigne de ces événements pour insister sur l’importance du service d’ordre lors des réunions publiques :

  • 134 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Rapport de délégation de Charles Caou, mai 1937, p. 66.

Le camarade Jacquemard connaissant parfaitement le pays avait pris le maximum de précautions pour assurer le succès et le service d’ordre de cette réunion, 60 à 80 copains venus des cellules voisines en camionnettes ou à pieds, nous accompagnent jusqu’à ce pays connu par sa réputation (La Vendée du Doubs).
1 000 personnes au moins sont massées dans l’avenue et sur la place, des cris stridents nous accueillent. La voiture est cernée, nous aurons peine à en descendre, les poings sont tendus vers nous, provocants à l’excès, nous demandons à parler au maire, celui-ci arrive quelques instants après, nous lui demandons le lieu de la réunion, il nous répond : « tout est occupé » […] Entre-temps arrive le commissaire spécial suivi d’une dizaine de gendarmes qui nous protègent à peine… Après quelques paroles échangées, nous nous rendons à la salle de réunion, en effet, la salle est archi comble, des gens excités, des cris de menaces et des provocations nous accueillent. Les fascistes nous engagent à rentrer, nous disons en réponse que nous rentrerons avec nos camarades chargés d’assurer le service d’ordre. Nous demandons au commissaire spécial de faire évacuer les premiers rangs pour y placer le service d’ordre, après discussion avec ce représentant de l’ordre, nous n’obtenons pas satisfaction. Nous abandonnons l’idée de pénétrer dans la salle qui nous apparaît comme une véritable souricière.
Les camarades du service d’ordre restent groupés autour de Jacquemard et de moi-même et nous nous dirigeons vers un terre-plein […] j’essaie de parler, mais c’est en vain. Jacquemard n’a pas plus de succès, le terre-plein est envahi par les factieux. Cependant que tout autour sont groupés et massés hommes, femmes et enfants et jeunes gens. Les provocations, les cris, les menaces à Moscou sur l’air des lampions. Vive de La Rocque etc., sont proférés contre nous sans arrêt […] Nous avons tenu pendant deux heures tous, sous cette formidable tempête. Le moindre énervement de notre part, le moindre geste déclenche une véritable bagarre, une tuerie.134

  • 135 Entretiens avec Jean Lardet et Charles Cuenot.

88Le parti communiste entraîne quelques cultivateurs, notamment dans le canton d’Audeux et dans la haute vallée de la Loue, où les petits paysans pluriactifs sont proches des ouvriers. C’est donc à la périphérie de la paysannerie que le PCF rassemble tout au plus une vingtaine de paysans, tandis que la SfiO ne rencontre guère plus de succès parmi eux. Il faudrait apprécier les effets politiques de l’ouverture sur l’extérieur, avec des retours de paysans partis en ville et les évolutions individuelles liées au service militaire. Dans cette période exceptionnelle, la mobilisation de fils de paysans avec de jeunes ouvriers parisiens peut avoir des conséquences. Quelques conscrits rapportent au village des ferments de contestation, des chansons mais parfois des idées plus précises, comme le refus de la non-intervention militaire en Espagne135. Socialistes et communistes sèment quelques graines qui lèveront un peu au lendemain de la guerre, nourris par leurs engagements dans la Résistance.

  • 136 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/117, 744, Rapport de délégation de Midol, conférence régionale, 22/12/1935.
  • 137 Il deviendra maire d’Argenteuil en 1945 : J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit. notice R (...)

89Plus encore que dans bien des Régions, les cadres communistes expérimentés manquent cruellement. En 1935, Léon Nicod s’est élevé contre les choix du secrétariat du parti : « La politique du Centre n’est pas juste. Elle a pris les trois meilleurs éléments sans se soucier des répercussions136. » En effet, aux départs de Maurice Tréand, Henri Janin, Georges Miellet s’est ajouté celui de Roger Vermot-Desroches. Maire de Seloncourt battu aux élections de 1935, il n’a plus de travail après son licenciement de La Fraternelle et le parti lui trouve une fonction en région parisienne137.

  • 138 RGASPI, 495-270-832, Appréciation de la biographie de Jacquemard, 4/06/1934.
  • 139 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Lettre de L. Nicod, 2/06/1937.
  • 140 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/136, 842, Rapport de délégation de Rabaté, 5/06/1938.

90Après les exclusions de 1932 et ces départs, la réorganisation de la Région s’avère bien difficile. L’instituteur Marius Jacquemard remplace Janin comme secrétaire régional en 1933, mais l’envoyé du comité central le considère « encore faible politiquement, et de ce fait, ne dirige pas la région dont il est le secrétaire138 ». Léon Nicod lui succède en 1934 mais se retrouve surchargé par les tâches. Un représentant de la direction met en garde les membres du Bureau régional sur le risque de se reposer sur lui. Jacquemard reprend ses fonctions à partir de l’automne 1936. Très fatigué, Nicod demande même à l’été 1937 à se retirer de la direction régionale ; il veut également privilégier son action syndicale à l’UD CGT139. Un an plus tard, l’envoyé de la direction du PCF estime toujours : « Qu’aucun militant, en particulier dans le Pays de Montbéliard, ne dispose de l’expérience et des repères politiques nécessaires pour occuper les postes de responsable d’une organisation qui a progressé aussi vite140. » Comme précédemment, des délégués du comité central viennent en visite pour pallier ces insuffisances et diffuser les orientations du parti. Ceux-ci ont toute liberté de se substituer au secrétariat régional pour prendre des mesures de redressement. C’est un moyen d’encadrer la génération du Front populaire, de mieux apprécier les capacités des militants et aussi d’écarter les contestataires.

  • 141 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/142, « comités régionaux 1939 ».
  • 142 AP Charles, lettre de Charles Fabrizi, 3/06/1966, RGASPI, 495-270-5998, Autobiographie de Robert Bi (...)

91Les instituteurs avaient leur place dans le parti des années 1920, mais les exclusions de 1932 ont tari cette source. Contrairement aux évolutions dans d’autres Régions, la période du Front populaire ne modifie pas cette situation. En 1937, le délégué du parti s’étonne de la participation d’un seul instituteur à la conférence départementale, en plus de Fabrizi et de Jacquemard, le secrétaire fédéral. Son épouse, l’institutrice Cécile Jacquemard s’occupe de l’administration de l’hebdomadaire régional et accède au comité fédéral en 1939 avec un autre instituteur141. Ici la commission des cadres du parti n’a pas besoin de contrôler la montée de cette catégorie dans l’appareil fédéral afin de privilégier les ouvriers. Mais si elle s’appuie sur Jacquemard, c’est un ouvrier qui remplace un instituteur au poste de trésorier fédéral142.

  • 143 RGASPI, 495-270-3479, Autobiographie de Louis Tillet, 11/10/1937, et 495-270-3430, Autobiographie d (...)

92À l’échelle des cellules, de nouveaux adhérents exercent rapidement des responsabilités. À Pont-de-Roide, Louis Tillet, un ouvrier de vingt-trois ans qui ne s’intéressait pas à la politique jusqu’aux grèves, devient secrétaire adjoint d’une cellule deux jours après avoir adhéré au PCF ; Robert Bietry, un adhérent d’août 1936, fonde la cellule d’entreprise de Peugeot Frères à Valentigney et devient trésorier fédéral143. Dans l’objectif de combler le déficit en militant chez Peugeot à Sochaux, la direction du parti envisage un temps de faire embaucher des militants confirmés venus de la région parisienne. Les difficultés réapparaissent en 1938, puisqu’il faut à nouveau remplacer certains responsables à la tête des cellules et des sections, car ils ont pris la tête de syndicats importants ou d’UL CGT.

93Parallèlement se pose à nouveau la question de la localisation du siège de la Région. Comme celle-ci ne dispose pas de responsable rétribué par le parti, les secrétaires sont donc contraints de résider près du lieu de leur activité professionnelle. La direction du parti insiste à plusieurs reprises pour que le siège soit déplacé de Montbéliard à Besançon, ce qui est finalement fait. Mais en juillet 1937, les délégués régionaux passent outre l’avis du Centre et déménagent à nouveau à Montbéliard, avec la volonté de rester proches de la majorité des adhérents. Au même moment, la Fédération socialiste connaît de tels questionnements et déménagements successifs.

  • 144 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/136, 842, membres des comités fédéraux et « liste des bios envoyées », 1938. RG (...)
  • 145 RGASPI, 495-270-3437, Autobiographie de René Charpiot, 13/10/1937.

94Nous connaissons avec précision l’itinéraire de ces militants grâce au questionnaire biographique qu’ils remplissent pour la commission des cadres du PCF. Dans ce contexte de croissance des effectifs, celle-ci utilise leurs réponses pour sélectionner des responsables pour tous les niveaux de l’appareil et c’est également un outil pour écarter ceux dont elle se méfie. En 1938, le comité fédéral compte 36 personnes dont 3 Italiens de retour des Brigades internationales144. Il s’agit en majorité de jeunes métallurgistes. Près de la moitié des membres du comité fédéral sont des syndicalistes. Il s’agit souvent de leur premier et principal engagement. Bien des militants reconnaissent qu’ils se sont surtout investis dans l’activité syndicale et qu’ils n’ont pas beaucoup recruté pour le parti. René Charpiot, ouvrier chez Peugeot à Sochaux, fait figure d’exception. Il a constitué cinq cellules à Bart et Voujeaucourt en recrutant une cinquantaine de membres. Il anime le seul comité de Front populaire du Pays de Montbéliard qui a réussi à entraîner des socialistes. Modeste, il écrit : « Je suis en contact avec les masses ouvrières de cette usine et des usines de la région où je fais mon petit travail de propagande pour le parti145. » La comparaison de l’origine sociale des membres du comité fédéral avec celle des secrétaires de syndicats CGT révèle une origine plus diversifiée pour les premiers. Les fils d’ouvriers représentent moins de la moitié des membres du comité, alors qu’ils constituent les trois quarts du groupe des syndicalistes à la même date.

  • 146 RGASPI, 495-270-3436, Autobiographie de Joseph Maetz, 28/8/1937. RGASPI, 495-270-3479, Autobiograph (...)
  • 147 RGASPI, 495-270-5999, Autobiographie de Charles Joly, 30/12/1938. Il se lance aussi dans la peintur (...)

95Le comité fédéral de 1938 s’ouvre fortement aux nouveaux adhérents : seul 1/10e de ses membres ont adhéré au PCF avant 1935 et plus de la moitié d’entre eux l’ont fait en 1936-1937. Pour autant, ces derniers n’appartiennent pas à une génération du « Front populaire », mais plus précisément à la « génération des grèves de 1936 ». En effet, la plupart d’entre eux choisissent de rejoindre le PCF juste après ces mobilisations dans lesquelles ils ont d’ailleurs souvent joué un rôle. Si certains d’entre eux évoquent la lutte antifasciste dans leur parcours, c’est après les grèves qu’ils se rallient au PCF. Seule la moitié des membres du comité sont nés dans le Doubs, ce qui révèle un moindre ancrage dans le territoire que la majorité des ouvriers du département à cette date. Les trois quarts d’entre eux habitent dans le Pays de Montbéliard. Cette composition reflète l’implantation très localisée de la Fédération, mais en l’accentuant, parce que c’est là que vivent les militants les plus actifs depuis 1936. Les militants du comité fédéral sont plus jeunes que les membres de la commission administrative de l’UD CGT, avec un âge médian situé à 32 ans contre 41 pour les seconds. Par ailleurs, comme les jeunes urbains de leur époque, ils découvrent le sport au sein de sociétés de gymnastique, de cyclisme, de football… Plusieurs d’entre eux y occupent même des fonctions dirigeantes. Ainsi Joseph Maetz à Bethoncourt, Roger Berne et Bordy à Pont-de-Roide créent des équipes de football avant de pouvoir se lancer dans la création des cellules du parti146. Avant de devenir secrétaire de la section communiste de l’usine Peugeot de Sochaux, Charles Joly pratique la boxe à un niveau de champion régional et préside la Sportive vélocipédique ouvrière seloncourtoise147. Alors que les activités sportives demeurent peu accessibles en dehors de celles encadrées par le patronat ou l’Église, ces clubs permettent aux jeunes militants de se lier aux milieux populaires du quartier et de la commune.

96Lorsqu’ils s’adressent au Centre, les militants du Doubs reconnaissent tous un manque de formation politique. Âgé de vingt-quatre ans, Raymond Bruder écrit qu’il n’a :

  • 148 RGASPI, 495-270-3441, Autobiographie de Raymond Bruder, 12/5/1938.

Aucune instruction politique, que celle que l’on acquiert dans les discussions, réunions et en effectuant le travail du Parti. Je n’ai pu m’instruire en lisant, car le temps nécessaire m’a toujours manqué, en raison des nombreuses tâches à accomplir148.

  • 149 RGASPI, 495-270-3442, Autobiographie de Pierre Lana, 1938.
  • 150 RGASPI, 495-270-2228, Autobiographie de Vermot-Desroches, 22/7/1937.

97Devenu secrétaire de la section d’Audincourt, le menuisier Pierre Lana signale qu’il n’a : « Pas reçu une éducation politique rationnelle. Politiquement, je me suis instruit surtout à la lecture de L’Humanité149. » Les militants plus âgés ne sont pas mieux lotis : Vermot-Desroches, adhérent depuis 1921 et ancien maire, déplore de n’avoir « jamais passé une heure sur les bancs d’une école du parti150 ». Les instituteurs n’ont pas davantage lu d’ouvrages marxistes que les ouvriers, au moins avant d’exercer des responsabilités. En 1933, Marius Jacquemard reconnaît ses lacunes :

  • 151 RGASPI, 495-270-832, Autobiographie de Marius Jacquemard, 14/7/1933.

Au début de mon entrée au parti, j’avais le temps de lire, mais les écrits de Karl Marx, Engels, Lénine me rebutaient. Aujourd’hui que mon esprit et mon activité sont orientés vers le communisme, j’éprouverais du plaisir à étudier le marxisme méthodiquement, mais les tâches multiples que j’accomplis en dehors de ma profession sont un obstacle151.

  • 152 Ibid., 23/1/1938.

98Devenu secrétaire fédéral, il se rattrape en énumérant toutes ses lectures152. Dans le cadre de cette « remise de soi » que constitue la réponse au questionnaire biographique, la reconnaissance d’une formation politique limitée est un signe d’allégeance au Centre : le biographié fait preuve de modestie, fait appel au parti pour recevoir la culture qui lui manque et s’offre pour être retenu pour les écoles de formation.

  • 153 Henri Janin, Les Cahiers du bolchévisme, novembre 1938, cité par Bernard Pudal, Prendre parti. Pour (...)

99En 1937, à l’heure des procès de Moscou, la direction du parti fait la chasse à toutes les déviances. Une nouvelle question apparaît dans ce questionnaire afin de saisir le degré d’imprégnation de la ligne officielle chez le militant et sa façon de se situer par rapport aux trotskystes. Cette traque aux oppositionnels potentiels prend ici une résonance particulière. En effet, Maurice Tréand, à la tête de la commission des cadres et lui-même ancien dirigeant de la Région Centre-Est, peut se montrer plus vigilant vis-à-vis des militants de ce département touché par les dissidences en 1932. Henri Janin, autre responsable de l’appareil central originaire du Doubs, est lui aussi à la pointe de la lutte contre les « trotskystes »153. Quant aux militants qui remplissent le questionnaire, ils n’ont ni le même âge, ni la même trajectoire militante, ni la même connaissance des codes prisés par la commission des cadres. Pourtant, à des degrés divers, ils savent que l’expression explicite de divergences ou de doutes n’a pas place dans leur réponse.

  • 154 Il a quitté la région depuis dix ans, tout en gardant des liens avec quelques camarades de sa génér (...)

100Ceux qui militaient déjà ou même suivaient simplement la vie du parti vers 1930-1933 se démarquent nettement des exclus comme Renard et Ferrand, qui ont rejoint le parti socialiste. Ils sont nombreux à dénoncer nommément des trotskystes réels, comme Mouhot, ou supposés, comme Jules Carrez, Eugène Hug154 et ses frères, ce dernier cité par les militants les plus âgés et les plus avertis. En fait, ils font l’amalgame avec les socialistes de la tendance de Marceau Pivert. À l’heure des procès de Moscou et des campagnes orchestrées par Staline, les formules véhiculées par L’Humanité se retrouvent telles quelles dans la plupart des autobiographies :

  • 155 RGASPI, fonds 495, Autobiographies de Charles Jeanfaivre, René Charpiot, Pierre Lana.

Les trotskistes, ennemis du peuple, à combattre sans pitié, forment une bande cynique et sans principe de saboteurs, d’agents provocateurs et de divisions, d’espions et d’assassins à la solde des États fascistes et des oligarchies capitalistes, je pense qu’un trotskiste est plus venimeux qu’un fasciste avoué155.

101Seuls deux militants émettent de timides réserves à la question sur les trotskystes.

102Cependant, quelques désaccords ou réticences s’expriment vis-à-vis de la nouvelle ligne politique. En juillet 1937, l’envoyé du comité central à la conférence fédérale constate que presque toutes les interventions témoignent de ce qu’il appelle des « incompréhensions ». Il constate d’abord que plusieurs militants ne comprennent pas la relation entre l’activité du parti et le travail syndical. L’un d’entre eux propose de constituer des commissions syndicales, ce qui correspond à l’ancienne conception des rapports entre parti et syndicats, celle des années 1920. Il remarque également que les communistes n’ont pas d’orientation propre lors des mobilisations ouvrières. Au comité central d’octobre 1936, Thorez a fermement réclamé la fin des grèves et il attend que les militants défendent clairement cette position dans les syndicats, ce qui n’est pas encore le cas à Sochaux.

  • 156 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Rapport de délégation de Cornavin, conférence régionale, 14/11/1937.

103Sur la question d’Espagne, Michel Vieille, un horloger de Morteau, pense que le parti fait trop de concessions au gouvernement. Par ailleurs, comme le Rassemblement populaire fonctionne très mal dans le département, des militants sont méfiants ou sceptiques sur l’intérêt de l’unité avec la SfiO. Ils évoquent les « socialistes en peau de lapin » ou les catholiques toujours désignés comme des « calotins ». Plusieurs d’entre eux se disent « fatigués de la main tendue [aux catholiques] qui nous fait perdre les socialistes sans nous gagner les catholiques » ou fatigués de la main tendue aux radicaux156. Sur ce point, la situation concrète dans le Doubs amène des militants à douter de l’intérêt des alliances nationales engagées depuis 1934, mais sans aller jusqu’à remettre en cause le soutien au gouvernement Blum. De même, tous les militants n’adhèrent pas d’emblée au ralliement du PCF à la nation et à la défense nationale, du moins à toutes ses conséquences. En novembre 1938, un incident éclate à ce propos lors d’un banquet au château de Montbéliard en présence de Thorez :

  • 157 Entretien avec Robert Charles.

Michou [Michel Vielle] était là. C’était un excellent chanteur, qui connaissait des chansons réalistes, des chants antimilitaristes… À la fin du banquet, Michou a commencé de chanter « La grève des mères » [un chant antimilitariste]. Thorez s’est levé d’un seul coup et s’est mis très en colère : « Arrêtez, arrêtez de chanter ça ! ». On était au moment de Munich et on disait qu’il fallait se battre contre le fascisme. Thorez a appelé Michou pour discuter avec lui, disant que les chansons antimilitaristes n’étaient plus de circonstance157.

  • 158 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Rapport de délégation de Cornavin, conférence régionale, 14/11/1937.
  • 159 C’est le cas pour JosephMaetz et ÉmileCattin. RGASPI, 495-270-3436, 28/08/1937, Autobiographie de J (...)

104En définitive, à chacune de leur visite, les envoyés du parti réussissent à convaincre la plupart des militants158. Ce qu’ils considèrent comme du sectarisme provient de plusieurs militants comme Joseph Maetz qui ont adhéré aux Jeunesses communistes dans les années 1920159. Ceux-ci portent la marque de la période où ils ont forgé leurs convictions, en l’occurrence celle de la lutte antimilitariste et de l’internationalisme affiché, ou de l’orientation « classe contre classe ». C’est à partir de leurs propres outils d’analyse ou de leur perception du rapport de force du moment, que ces militants s’orientent. Ils s’approprient à leur façon la politique du parti et la transforment. En revanche, les adhérents de l’époque du Front populaire intègrent davantage la culture patriotique et nationale qui structure désormais la politique du parti.

105Le succès du PCF s’explique notamment par une rencontre particulière entre un parti et des communautés ouvrières. Pour Serge Wolikow :

  • 160 S. Wolikow, Le Front populaire, op. cit., p. 146-147.

La convergence puis la fusion, en un moment exceptionnel, de la culture partisane communiste et des cultures ouvrières provoque une formidable montée en puissance du degré d’identification de chaque individu avec des formes de vie, des modalités de relations, des idéologies et des discours de groupe160.

106Ce parti prend en charge les aspirations du groupe ouvrier né de la seconde industrialisation, celui qui a subi le déracinement et la rationalisation du travail et qui se stabilise sous les effets de la crise. Les ouvriers de notre corpus apparaissent effectivement plus stables sur le plan résidentiel et dans l’entreprise, durant les années 1930 que dans les années 1920 ou dans la période de l’après-guerre. La part des ouvriers déracinés, venus des campagnes, d’autres départements ou bien étrangers, et qui se sont stabilisés, a augmenté. Pour autant, cette stabilisation demeure encore limitée. D’une part, les ouvriers issus de l’exode rural comptent assez peu dans le recrutement de la classe et d’autre part, les arrivées se poursuivent jusqu’à la veille de la guerre avec des embauches aux Automobiles Peugeot. Et quand bien même ces communautés se stabilisent, encore faut-il qu’elles rencontrent, puis qu’elles acceptent le discours du PCF. Or à ce stade, l’attachement aux traditions chrétiennes d’une grande partie d’entre eux reste une barrière. La moitié des ouvriers membres du comité fédéral en 1937-1938 appartient à cette main-d’œuvre née de la seconde industrialisation. Ceux qui sont nés dans un autre département représentent la même proportion. Ce n’est pas suffisant pour dire qu’une étape de déracinement les a rendus plus disponibles pour se reconnaître ensuite dans le PCF : pour certains, l’engagement dans ce parti est antérieur à ce déménagement, tandis que les autres s’avèrent enracinés dans la classe ouvrière locale depuis deux générations.

  • 161 J.-P. Molinari, Les ouvriers communistes, op. cit., p. 211.

107Sur le plan professionnel, ces communistes, surtout les ouvriers qualifiés, se stabilisent dans des entreprises après des parcours très diversifiés. Dès lors, la matrice ouvrière des métallurgistes quand elle se communise au fil de l’histoire, en nouant les liens des matrices immédiates (usines, famille, voisinage) et des matrices instituées (syndicats, municipalités) permet d’assurer la continuité d’une implantation161. Le développement de communautés susceptibles de s’incarner assez facilement dans le parti communiste existe à l’échelle du Pays de Montbéliard, mais les matrices instituées sont peu présentes et précaires. Elles existent à Seloncourt, Valentigney et surtout Audincourt. Cette ville compte au moins 200 communistes en 1937-1938, qui ont adhéré pour la plupart après les grèves de 1936.

Graphique n° 4 : Commune d’Audincourt, résultats électoraux du PCF (suffrages exprimés, 1924-1946).

Graphique n° 4 : Commune d’Audincourt, résultats électoraux du PCF (suffrages exprimés, 1924-1946).
  • 162 fiches nominatives des volontaires français nés ou résidant dans le Doubs aimablement transmises pa (...)
  • 163 Une fête en plein air avait déjà lieu à Seloncourt. Le PC organise notamment un rallye cycliste en  (...)

108Illustration de cette convergence entre culture partisane et culture ouvrière, c’est dans la ville d’Audincourt que le menuisier Pierre Lana et son épouse Aline, née Viotti, fondent le « café des arts », rue de Belfort. Il devient un lieu de rencontre des sympathisants de la CGT et du PCF. C’est de là que partent les équipes de vendeurs de L’Humanité et du Peuple comtois le dimanche matin. C’est aussi un centre de ralliement pour des Italiens, souvent membres de l’UPI, et de jeunes ouvriers d’origine polonaise comme Richard Perlinski, secrétaire des Jeunesses communistes de la ville. Plus enracinés dans la société française, ayant obtenu la nationalité, ces militants antifascistes ou sympathisants de cette cause hésitent moins à se montrer dans ce lieu créé par l’un des leurs. Les uns et les autres s’y retrouvent, parce qu’ils partagent les mêmes formes de vie et une culture partisane, où l’antifascisme et la mobilisation pour l’Espagne républicaine occupent une place primordiale. Les communistes et l’UPI s’investissent beaucoup dans les actions du Comité Régional d’Aide à l’Espagne républicaine. Une soixantaine de volontaires des Brigades internationales en Espagne sont nés ou résident dans le Doubs. Sur un total de 8 000 Français, cette participation reste très faible, mais plus de la moitié d’entre eux viennent du Pays de Montbéliard162. Par ailleurs, c’est à Audincourt que le PCF organise fêtes et épreuve sportives163. C’est ici que s’organise une part de la résistance communiste en 1941-1942. Cet enracinement se confirme après la guerre. Paul Gay emporte le siège de conseiller général du canton d’Hérimoncourt. Si Louis Garnier échoue de peu aux élections municipales de 1947, il devient député de la circonscription en 1956 en obtenant ses meilleurs scores dans cette ville. Elle devient une municipalité communiste et Serge Paganelli remporte le siège de conseiller général.

Photographie n° 15 : Collecte pour l’Espagne républicaine, Morteau (été 1937) : au premier plan, à droite, Robert Charles ; à gauche, en blanc, Olivier Grandvoynet ; au dernier rang, à droite sous le porche, Michel Vieille, collection Charles.

Photographie n° 15 : Collecte pour l’Espagne républicaine, Morteau (été 1937) : au premier plan, à droite, Robert Charles ; à gauche, en blanc, Olivier Grandvoynet ; au dernier rang, à droite sous le porche, Michel Vieille, collection Charles.

Photographie n° 16 : Collecte pour l’Espagne républicaine à Mandeure (1937), collection Odette Frossard.

Photographie n° 16 : Collecte pour l’Espagne républicaine à Mandeure (1937), collection Odette Frossard.

109Les horlogers de Morteau représentent une autre matrice ouvrière qui se communise en nouant les liens des matrices immédiates et des matrices instituées, ce qui permet d’assurer la continuité d’une structuration locale. Une présence militante ancienne permet la combinaison d’un syndicalisme CGTU qui a su prendre le tournant d’une défense de toutes les revendications ouvrières et d’une politique antifasciste unitaire. Les communistes pratiquent l’unité d’action à la base depuis le début des années 1930 et ils réussissent à entraîner les autres. L’expérience porte un peu ses fruits et donne sens à l’unité socialistes-communistes tout en élargissant la structuration du PCF dans cette ville. Les spécificités de la rencontre avec le communisme s’expliquent donc également par l’orientation politique rassembleuse de ce moment.

110La période du Front populaire constitue à l’évidence une rupture dans le champ politique à l’échelle de ce département. Activités revendicatives des syndicats, réunions politiques, diffusion de la presse, campagnes électorales, manifestations trouvent un écho parmi les ouvriers et sont autant de moyens par lesquels la culture syndicale et politique s’arrime à leur univers. Mais pas pour tous, ni pour toujours. Des ouvriers entrent en politique, mais en rejoignant assez peu le militantisme des partis. Si SfiO et PCF progressent nettement, ils comptent au maximum 5 500 adhérents dans le Doubs, auxquels s’ajoute il est vrai une partie des comités de Front populaire. C’est assez peu par rapport à d’autres espaces. Dans le même temps, la CGT en rassemble presque sept fois plus : le syndicat est devenu une donnée de la vie ouvrière.

Le sursis : ouvriers et syndicats face à la résistance patronale (automne 1936-septembre 1939)

111Passé la signature des accords Matignon concédés pour obtenir la reprise du travail, les patrons se réorganisent rapidement pour résister aux revendications qui continuent de s’exprimer. Les oppositions au Front populaire se durcissent à la ville comme à la campagne. Aggravé par la marche à la guerre, le contexte devient de plus en plus difficile pour les ouvriers et une CGT fragilisée par des divisions internes.

  • 164 I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 13.

112À partir de juillet 1936, la nouvelle instance patronale, la Confédération Générale du Patronat Français, entend réaffirmer son autorité et souhaite représenter l’ensemble du patronat, de l’industrie et du commerce, non seulement sur le terrain économique, mais dans tous les domaines de la vie sociale et politique. Ingo Kolboom estime que sa stratégie relève d’une volonté de revanche dont elle ne se départit plus jusqu’à la guerre, orientation marquée entre autres par le refus des réajustements de salaires à l’automne 1937, le financement du PSF, puis l’adhésion massive des patrons au régime de Vichy164. La réorganisation de la confédération patronale se double de recompositions dans les politiques ouvrières des grandes entreprises, au centre desquelles se trouvent les relations sociales. Quant aux dirigeants des entreprises plus petites, ils résistent de manière souvent frontale aux revendications.

  • 165 Ibid., p. 38
  • 166 Yves Cohen, « L’invention des techniciens sociaux. Du commandement social après juin 1936 chez Peug (...)

113Étudiant l’évolution du commandement social chez Peugeot après juin 1936, Yves Cohen montre que ces recompositions « cherchent avant tout à obtenir une augmentation de la productivité du travail, car les grèves ont permis aux ouvriers de revenir à des cadences « naturelles » après l’intensification du travail des années précédentes165. » Les Automobiles Peugeot mettent d’abord en place une Direction de la Main-d’Œuvre et des Relations Syndicales sous l’autorité de Maurice Richoux. Elle se charge en particulier de la rédaction des conventions collectives, de la négociation des arbitrages, de la gestion des systèmes de salaire, de la mise en œuvre des congés payés et de l’organisation des élections des délégués166. Selon Yves Cohen :

  • 167 Ibid., p. 34

Dans l’affirmation de cette structure comme interlocuteur inévitable en tout conflit, il faut voir d’abord une réponse administrative aux exigences de la conjoncture, mais il s’agit aussi d’une mutation politique. C’est en effet la fin de quinze années d’une politique du personnel marquée par une ligne radicale de liquidation des conflits par le licenciement massif des grévistes ou celui, préventif, des adhérents socialistes et communistes. La formation d’une direction du personnel sous l’autorité du directeur de la production Mattern signifie chez Peugeot la mise en place d’une ligne plus modérée167.

  • 168 Ibid., p. 36

114La création du Département social vise à rassembler les œuvres sociales du groupe en succédant au Secrétariat social. Cette création procède d’une autocritique de la part des dirigeants de Peugeot : ils remettent en cause cet organisme, accusé d’avoir nettement mêlé l’action sociale et le soutien politique aux candidats de la famille en 1935-1936 et donc d’avoir contribué aux causes des grèves168.

  • 169 ADD, Per 38, L’Ouvrier du Pays de Montbéliard, n° 9-10, juillet-août 1937.
  • 170 AMP, « rapports techniques », janvier 1939. ADD, Per 38, L’Ouvrier du Pays de Montbéliard, n° 28, a (...)
  • 171 P. Machefer, « Les syndicats professionnels français (1936-1939) », art. cité, p. 91-112.

115Ces années voient également l’apparition d’un syndicalisme d’extrême-droite. Nous avons vu qu’en juin 1936, Peugeot avait appuyé la création d’un Syndicat Professionnel avant de choisir une ligne plus modérée quelques semaines plus tard. Ces Syndicats Professionnels Français, soutenus par une grande partie du patronat, s’étendent dans tout le pays dans les mois suivants. Ils s’implantent parmi les cadres mais aussi parmi les employés et les ouvriers. Ils publient L’Ouvrier du Pays de Montbéliard, Bulletin de la Fédération des syndicats professionnels de la Franche-Comté et du Territoire de Belfort. Cette Fédération tient son premier congrès en juillet 1937 avec presque exclusivement des représentants des diverses usines Peugeot. Elle annonce 5 000 adhérents dont un millier à Sochaux169. Aux élections des délégués du personnel, leur audience se renforce après la grève du 30 novembre 1938 : à Sochaux, ils obtiennent 5 délégués sur 41, soit plus que la CFTC, et même 4 sur 10 à Valentigney chez Peugeot-Frères170. Ces syndicats se prétendent apolitiques, mais ils puisent chez les Croix-de-feu, puis le PSF, leurs dirigeants et leur idéologie : un anticommunisme virulent, la dénonciation d’une CGT politisée, la collaboration loyale entre le travail et le capital171. L’Ouvrier du Pays de Montbéliard alimente d’ailleurs son anticommunisme en citant des articles de Syndicats, hebdomadaire de la tendance constituée à l’intérieur de la CGT pour contrer l’influence des communistes. Il multiplie également les articles contre les étrangers, souvent titrés « Les Français d’abord » et réclamant le contrôle sur leur embauche. En 1938, ce bulletin syndical critique régulièrement Grédy et le service social des usines Peugeot. Ce positionnement confirme en creux le tournant opéré par la direction à l’égard des syndicats professionnels. La nette sous-représentation des cadres originaires du Pays dans l’ossature du syndicat professionnel des ingénieurs et agents de maîtrise montre que ceux-ci, bien rares il est vrai, demeurent encore réticents à ce positionnement. À l’échelle nationale, la progression de ces organisations témoigne de l’existence d’une adhésion de cadres mais aussi d’employés et d’ouvriers à l’extrême-droite.

  • 172 Y. Cohen, « L’invention des techniciens sociaux », art. cité, p. 39.
  • 173 AN F 7 13033, Commissariat spécial de Montbéliard, 21/11/1936.
  • 174 Y. Cohen, « L’invention des techniciens sociaux », art. cité, p. 40.

116Dans nombre de régions, la conflictualité persiste à l’automne 1936. Chez Peugeot, les mois d’août, septembre, octobre sont marqués par des ralentissements de cadence, cessation de travail partiel ou total, « accrochages » et « incidents » entre délégués et encadrement172. Le préfet relève d’ailleurs que les responsables de l’UD CGT interviennent pour faire cesser cette agitation173. Pour sa part, Mattern crédite la maîtrise d’être parvenue à éviter de nouveaux désordres entre août 1936 et février 1937174. Ces actions ouvrières interviennent alors que s’engagent les discussions pour l’application de la convention collective de la métallurgie de la région de Belfort-Montbéliard. Plusieurs dizaines de délégués de la CGT investissent l’espace de négociation établi par la convention. Afin d’établir une grille de classification, ils doivent faire rentrer les nombreux métiers et postes de travail dans les catégories définies à l’échelle nationale : manœuvres ordinaires, manœuvres adaptés, ouvriers spécialisés, ouvriers professionnels de fabrication, ouvriers professionnels d’outillage. Ouvriers et délégués résistent aux déclassements que la direction envisage pour de nombreux salariés. Ils demandent également le classement des ouvriers spécialisés dans une seule catégorie.

  • 175 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.
  • 176 L’envoyé du PCF estime que les communistes membres du conseil syndical auraient dû s’opposer à cett (...)

117Résultat de ces actions multiformes et des négociations, le pourcentage d’ouvriers spécialisés classés en première catégorie passe de 5 à 85 % du total de ce groupe, ce qui apparaît comme un succès pour la CGT175. En revanche, demeurent les questions du syndicat professionnel et du Secrétariat social, toujours accusés de faciliter la présence du PSF dans l’usine. En septembre, le conseil syndical avait d’ailleurs pris la décision de s’opposer par la force à la présence de ses militants dans les ateliers en contrôlant les entrées et en exigeant la présentation de la carte de la CGT176. La tentative pour l’appliquer ayant donné lieu à des disputes et bousculades aux portes, le syndicat y renonce.

  • 177 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.
  • 178 AMM, Per 49, La Tribune du Doubs, édition de Montbéliard, 20/02/1937.

118Depuis fin décembre 1936, la Fédération de la métallurgie CGT est engagée dans des négociations avec les représentants patronaux avec l’objectif d’obtenir un rattrapage salarial de 15 %. Le gouvernement vient d’instaurer des instances de conciliation qui rendent la discussion obligatoire entre les organisations ouvrières et patronales, tout en limitant le droit de grève. Garant de l’ordre social, l’État a désormais une fonction de médiation qu’il n’assumait pas auparavant. À partir de mai 1938, l’arbitrage obligatoire doit permettre de régler les différends après échec de la conciliation. Dans ce contexte, l’assemblée générale du syndicat CGT, réunie le 16 janvier 1937 avec près d’un millier d’adhérents présents177, et le meeting d’Ambroise Croizat, secrétaire de la Fédération de la métallurgie, devant 4 000 auditeurs le 30 janvier, renforcent l’enthousiasme des participants. Si les responsables syndicaux ne poussent pas à la grève, les socialistes de l’usine considèrent que « le patronat de Sochaux est et reste ce qu’il a toujours été, UN PATRONAT DE COMBAT178 ».

  • 179 ADD, M 788, Commissariat spécial de Montbéliard, divers rapports au préfet, janvier 1937.
  • 180 ADD, 115 PR, La Tribune du Doubs, 17/03/1937.

119Dans tout le pays, le climat politique est alors particulièrement tendu. Le 10 octobre 1936, des bagarres éclatent devant la gare de Montbéliard entre plusieurs centaines de militants communistes et ceux du PSF . À la mi-janvier, le Secrétariat social des usines Peugeot invite Claude Farrère, académicien admirateur de Mussolini, pour une « séance récréative » autour d’un film tiré d’un de ses romans. Mais le comité anti-fasciste et la CGT organisent une contre-manifestation qui conduit à l’annulation de la séance. Les syndicalistes accusent Eugène Mittler, le directeur du Secrétariat social, de favoriser la propagande d’extrême-droite dans les usines. Quelques jours plus tard, 2 000 manifestants protestent contre la venue de Doriot179. À Besançon, une manifestation massive proteste contre des brimades et licenciements de syndicalistes par des patrons horlogers d’extrême-droite180.

  • 181 ADD, 1 Z 31, Commissariat spécial de Montbéliard, 17/02/1937.
  • 182 ADD, 1 Z131, sentence surarbitrale dans le conflit survenu aux établissements Peugeot, 12/04/1937. (...)
  • 183 AMM, 1 AV 39, témoignage de René Perraud. ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 19/02/ (...)
  • 184 ADD, 1 Z 131, Lettre de Jeannin au préfet du Doubs, 19/02/1937. ADD, 1 Z 131, Lettre du sous-préfet (...)
  • 185 RGASPI, 495-270-3419, Autobiographie de Gaston Genin, 27/01/1938.
  • 186 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 1, p. 23 (...)

120Chez Peugeot, un premier arrêt de travail a lieu le 17 février 1937 à 13 heures dans l’usine de carrosserie à la suite de la mutation d’un délégué d’atelier, Lhote, sur un poste à la peinture, difficile à assurer pour lui en raison de son état de santé. Les militants de ce secteur estiment qu’il s’agit là d’une provocation antisyndicale. La grève gagne ensuite l’usine de mécanique, puis les délégués d’atelier et membres de la commission exécutive du syndicat CGT décident d’étendre le mouvement. En milieu d’après-midi, l’usine est complètement arrêtée, le directeur de la carrosserie brièvement séquestré et, le soir, 500 grévistes occupent les lieux181. Les délégués syndicaux réclament le retour de Lhote à son ancien poste et le renvoi du chef du personnel Grédy, réputé pour sa dureté. Ils demandent la possibilité de contrôler une partie du recrutement de personnel, une hausse des salaires de 15 % et la suppression du questionnaire des chefs d’équipe182. Depuis octobre, le parti communiste et la CGT reprochent au gouvernement les hausses de prix qui annihilent les augmentations de salaires, mais ici c’est la question de l’autorité dans l’usine qui se trouve au cœur du conflit. Les responsables communistes n’ont pas cherché pas à déclencher cette grève. Au contraire, Gaston Genin et la Fédération des métaux veulent garder le contrôle des actions à mener. Ce sont des ouvriers et militants de la CGT des ateliers, dont Diebold et Herzog dans l’usine de mécanique, Léon Quaile et Villequez dans celle de carrosserie, qui étendent le débrayage et séquestrent un directeur183. Âgé de 35 ans, Maurice Herzog travaille chez Peugeot depuis juin 1929 comme manœuvre spécialisé. Considéré comme un bon ouvrier, il devient régleur. Le 11 juin 1936, il participe à l’extension de la grève à l’usine de mécanique et intègre le conseil syndical. Élu délégué d’atelier titulaire, il doit démissionner en raison de condamnations pour vols qui ont entraîné la perte de ses droits civiques. Avec Diebold, qui a travaillé chez Citroën à Paris, il anime plusieurs débrayages à l’automne 1936 et organise des réunions dans les ateliers. Participant à la délégation convoquée par le sous-préfet en février suivant, Herzog s’y rend avec un revolver dans la poche, le coup part et il se blesse. Si ce militant sort armé, c’est qu’il a déjà eu maille à partir avec des membres du PSF. Sous-préfet de Montbéliard, direction de la SAAP, secrétaire de l’UD CGT et responsable de la Fédération des métaux désignent ce groupe d’ouvriers comme des « irresponsables ». Au sous-préfet qui lui demande de les apaiser, Adrien Jeannin répond qu’il s’agit d’« excités sur lesquels il n’a aucune prise184 ». Le syndicaliste communiste Gaston Genin va dans le même sens, estimant que « la grève a été déclenchée par des éléments provocateurs et des responsables inconscients qui n’appartenaient pas au parti communiste185 ». Le sous-préfet convoque une nouvelle délégation qu’il considère comme plus posée, composée de représentants de la CGT, des maires socialistes de Sochaux et Montbéliard et du secrétaire départemental de la SfiO. Les responsables syndicaux, Genin pour la Fédération des métaux, Jeannin pour l’UD, retrouvent leur autorité. Au bout de deux jours, le conseil syndical décide à l’unanimité de cesser l’occupation. La grève se poursuit jusqu’au 24 février sans déboucher sur un accord avec la direction. La CGT demande alors le recours à l’arbitrage. Cette grève contribue à durcir les négociations en cours avec le patronat de la métallurgie de la région Belfort-Montbéliard. Le gouvernement nomme un surarbitre qui rend sa décision à la mi-mars : hausse de 6 % des salaires à partir du 1er mars, augmentation des allocations familiales et une prime exceptionnelle de cherté de la vie186.

  • 187 ADD, 1 Z 131, Sentence surarbitrale dans le conflit survenu aux établissements Peugeot à Sochaux, 1 (...)
  • 188 Y. Cohen, « L’invention des techniciens sociaux », art. cité, p. 43.

121Dans sa nouvelle orientation du commandement, la direction de la SAAP n’écarte pas le recours à la répression antisyndicale, même si celle-ci n’est plus au centre de son action. Confrontée à cette grève, elle sanctionne la quinzaine de délégués et ouvriers parmi les plus actifs depuis l’année précédente. La commission arbitrale n’est d’ailleurs pas dupe de l’opération. La sentence surarbitrale du 12 avril 1937 examine les revendications de la CGT et les sanctions prises par la direction. Le chef du personnel Grédy est clairement encouragé à changer de service et Lhote est réintégré à son poste. Le nombre de sanctions passe de 15 à 6 : 4 délégués sont sanctionnés par des changements de poste et des jours de mise à pied, et seuls Herzog et Diebold sont licenciés. Le questionnaire des chefs d’équipe disparaît de fait peu après. La direction refuse fermement le contrôle des embauches, dénonçant un « essai de soviétisation de l’usine187 ». Peugeot a donc cédé un peu sur les salaires, mais résiste très fermement sur la question de l’autorité. Les mesures de réorientation de l’encadrement portent leurs fruits et selon Yves Cohen, « les années 1937-1939 marquent une très nette augmentation de la productivité du travail188 ».

122Si les grèves deviennent rares à partir de 1937, les différends entre patrons et travailleurs ne cessent pas. L’extension du réseau syndical contribue à une plus large prise en compte des revendications par les organisations syndicales, CGT en tête. Elle se veut responsable et montre sa volonté de réduire les conflits en favorisant le dialogue. L’élaboration des conventions collectives constitue une étape majeure dans cette institutionnalisation du mouvement syndical.

  • 189 La Tribune du Doubs, 24/09/1936.
  • 190 ADD, M 4113, Lettre d’Élysée Bost au préfet du Doubs, juillet 1939.
  • 191 ADD, M 4113, Commission départementale de conciliation, 21/05/1937.

123Or les résistances patronales se manifestent surtout à l’occasion de ces négociations. Les représentants patronaux cherchent d’abord à limiter l’étendue des conventions. Pour la métallurgie, deux accords sont signés, l’un pour la région de Belfort-Montbéliard, l’autre pour le sud du département du Doubs. Rares sont les branches d’activité où les syndicats obtiennent une convention régionale comme celle des travailleurs du bâtiment, encore moins nationale. Ensuite l’application des conventions s’avère difficile. En septembre 1936, à l’usine Bost de Laissey, 10 jours de grève avec occupation des locaux sont nécessaires pour obtenir l’application du salaire minimum prévu dans la convention de la métallurgie pour le sud du département et la signature du contrat collectif189. En 1938, sur les 200 ouvriers de cette usine, 160 adhèrent au syndicat et ce patron échoue dans sa tentative de licencier des ouvriers contestataires. En 1939, fort de sa réussite industrielle, Élysée Bost écrit au préfet pour s’insurger contre la CGT : « Ma maison est non seulement malade mais infectée par le virus marxiste190 ». Il remet en cause la convention collective pour le salaire des jeunes ouvriers et augmente les loyers des logements de l’entreprise au-delà du maximum de 30 % proposé par la commission départementale. Au printemps 1937, ce sont les patrons des 18 scieries du Val de Morteau qui décident de ne pas appliquer la convention des industries du bois, en particulier la semaine de quarante heures. Pour l’obtenir, les ouvriers de 34 entreprises du bâtiment et du bois des environs de Morteau avaient fait grève durant une semaine en septembre précédent. Sous prétexte qu’ils n’ont pas personnellement signé ce contrat, les entrepreneurs des scieries remettent en cause l’accord et démissionnent du syndicat patronal191.

124Dans ce contexte de plus en plus tendu, les luttes de tendances s’exacerbent à l’intérieur de la SfiO et plus encore de la CGT.

125En août 1936, le choix par Blum de la non-intervention en Espagne suscite des interrogations parmi certains socialistes. Nombre d’adhérents veulent aider l’Espagne républicaine, puis les réfugiés. Dès septembre, socialistes et communistes organisent des collectes dans des dizaines d’entreprises et le comité d’entente des Jeunesses socialistes et des JC s’active un peu partout (photos 15 et 16). L’Espagne est au cœur de la situation politique et comme dans toute la presse socialiste et communiste du pays, les comptes rendus de collectes, actions diverses pour l’hébergement des réfugiés espagnols occupent largement les colonnes.

Photographie n° 17 : Accueil des réfugiés espagnols, Morteau (février 1939), coll. Charles.

Photographie n° 17 : Accueil des réfugiés espagnols, Morteau (février 1939), coll. Charles.
  • 192 Ibid., septembre 1936. ADSD, 261 J, 3 Mi 6/126, 796, Lettre de Léon Nicod au secrétariat du PCF, 19 (...)

126Les rapports entre dirigeants communistes et socialistes, qui laissaient déjà à désirer en 1935, s’aggravent à l’automne 1936, lorsque Henri Lamy, secrétaire fédéral de la SfiO, invite les socialistes, sous peine d’exclusion, à quitter les comités Amsterdam-Pleyel, en progression dans le Doubs192. Cette décision vise à éviter de faciliter le renforcement de l’influence communiste.

  • 193 J. Vigreux, Histoire du Front populaire, op. cit., p. 185.
  • 194 La Tribune du Doubs, 4/06/1938.

127Ce raidissement ne plaît pas à tous les militants alors que la SfiO connaît des contestations internes. La gauche socialiste influence toujours les sections de Besançon et de Morteau. Lors d’un grand meeting à Besançon en janvier 1937, Louis Garnier intervient au nom des Jeunesses socialistes du département pour dénoncer la durée du service militaire portée à deux ans. Tenu après la démission de Blum, le congrès fédéral en juillet témoigne de ces oppositions. Les critiques portent sur les reculs de la direction du parti aussi bien face au patronat et au Sénat qu’à propos de l’Espagne. Loueilh, qui est aussi secrétaire de l’UL CGT de Montbéliard, défend la motion de La Bataille socialiste, opposée à la « ligne Blum ». La motion Blum-Faure donne quitus au gouvernement Blum pour son action et se prononce pour la participation au gouvernement du radical Chautemps193. Ce second gouvernement du Front populaire répond toujours à un subtil dosage entre les forces politiques, mais en faveur des radicaux-socialistes. Reviennent aux commandes Albert Sarraut, qui avait déclaré quelques années plus tôt, « le communisme, voilà l’ennemi ! », et Georges Bonnet, adversaire du Front populaire. Lors du vote, la motion qui approuve la participation à ce gouvernement l’emporte, mais celles qui la rejettent suivent de peu. Cependant, ces oppositions ne se cristallisent pas et rentrent finalement dans le rang. En juin 1938, lorsque la SfiO élimine les contestataires, avec la dissolution de la Fédération de la Seine, celle du Doubs ne connaît plus de querelles de tendances. Pour sauver l’unité du parti, le congrès fédéral vote à l’unanimité une motion d’apaisement et souhaite que les militants de la Fédération dissoute puissent reprendre leur place194.

128À l’intérieur de la CGT, la crise est plus grave et les rivalités entre tendances conduisent à l’exclusion des communistes de la direction de l’UD. Le statu quo entre ex-confédérés et unitaires observé au congrès de février 1937 ne dure pas et les relations entre militants s’aggravent nettement dans plusieurs syndicats. En effet, le renforcement des unitaires s’accompagne d’entorses aux pratiques habituelles du syndicalisme que les dirigeants confédérés dénoncent comme des « manœuvres communistes ». Dans cet esprit, Jeannin et d’autres rejoignent la tendance Syndicats en 1937. Organisée autour de l’hebdomadaire du même nom depuis octobre 1936, elle s’oppose farouchement à l’influence des communistes à l’intérieur de la CGT. René Belin, numéro deux de la confédération, et André Delmas se prononcent pour un « syndicalisme constructif » et encouragent nettement la politique de présence de la CGT dans certaines instances gouvernementales.

  • 195 Ibid., 23/04/1938.
  • 196 ADD, 1 Z 89, « Renseignements généraux : constitution du fichier départemental », 16/04/1943.

129Ces tensions éclatent au grand jour au sein du syndicat des métaux de Sochaux. Secrétaire permanent de cette organisation, l’ex-confédéré André Girard devient la cible des critiques, notamment parce qu’il s’est opposé à l’occupation de l’usine lors de la grève de février 1937. En mars 1938, deux tendances se manifestent clairement à l’occasion du congrès de ce syndicat, l’une communiste autour de Jacopin, Boillot, Reffay, les frères Croissant et l’autre non communiste derrière le secrétaire Girard et Blanc. À l’issue des votes, la première représente 30 % des mandats et la seconde garde une majorité de 70 % des voix195. Les communistes refusent ce partage qui ne correspond plus selon eux à la réalité de leur influence. Peu après, ils réussissent à modifier la composition du conseil syndical et instaurent trois secrétaires au lieu d’un à la tête de l’organisation. Girard refuse d’être placé sous tutelle et quitte la salle, suivi par neuf membres du conseil syndical. Les socialistes contestent publiquement cette situation. Croizat, le secrétaire de la Fédération des métaux, se déplace et propose d’organiser une nouvelle consultation des adhérents. À l’issue de celle-ci, le nouveau conseil syndical s’avère presque identique. Désormais, les trois secrétaires et la majorité, sinon la totalité, du conseil syndical sont de tendance communiste196. Peu après, les communistes prennent également la tête de l’UL de Montbéliard. Quelques semaines plus tard, au congrès de l’UD tenu en présence de Belin, Jeannin et ses partisans ripostent en procédant à l’exclusion des unitaires membres de la CA et du bureau de l’UD. Désormais seuls Raymond Bruder et Robert Charles continuent d’assister aux réunions de la CA en tant que responsables d’UL, tandis que Genin ne peut plus siéger après avoir insulté Jeannin.

  • 197 J.-Y. Mollier, J. George, La plus longue des Républiques (1870-1940), Paris, Fayard, 1994, p. 682.
  • 198 ADD, 175 J, CEMO, textes et circulaires de l’UD CGT.
  • 199 CGT, XXXIe Congrès national corporatif, 17 au 21 novembre 1938, Nantes, 1938.

130Ici l’exacerbation des luttes de tendance à l’intérieur de la CGT est donc antérieure aux accords de Munich. Ils vont l’aggraver. Signés le 29 septembre 1938, ces « accords » livrent la Tchécoslovaquie à Hitler. Le PCF est le seul parti à les condamner tandis que la SfiO se déchire sur cette question. L’antifascisme se divise sur la question du pacifisme. Ces déchirements traversent la CGT, avec d’une part, les unitaires « antimunichois », et d’autre part, une partie des syndicalistes socialistes et les partisans de Syndicats, « munichois ». Ces derniers avaient déjà approuvé la non-intervention en Espagne à l’automne 1936. André Delmas, secrétaire national du SNI, rédige la pétition « Nous ne voulons pas la guerre », lancée le 28 septembre en pleine crise internationale. Ce texte diffusé par les Fédérations des instituteurs et des postiers recueille rapidement 150 000 signatures197. Jeannin et la CA de l’UD du Doubs soutiennent cette démarche et rédigent une affiche, « Plus que jamais contre la guerre ! », avec une dénonciation très générale du conflit qui se prépare198. Au nom du pacifisme intégral, cette aile de la CGT recherche la solution des tensions internationales dans le soutien des compromis diplomatiques les plus douteux. Au congrès confédéral de novembre 1938, le Doubs se distingue par la forte proportion obtenue par la motion Delmas sur la paix, qui recueille ici entre 35 et 50 % des mandats pour 31 % à l’échelle confédérale, ce qui est déjà une réelle percée199. Ce courant s’affirme surtout dans les syndicats de l’alimentation (Pagnier à Pontarlier), des employés et du SNI, ce dernier regroupant les partisans les plus nets du pacifisme intégral. Mais c’est davantage sur la base de l’anticommunisme que du pacifisme que Jeannin mobilise ses troupes dans le Doubs.

131Entre 1936 et 1939, la société française se divise de plus en plus alors que les difficultés internationales s’aggravent. La majorité de Front populaire à la Chambre se désagrège à la formation du cabinet Daladier en avril 1938 et c’est le début d’une remise en cause de la politique sociale. Remanié après les accords de Munich, le gouvernement décide désormais d’en finir avec les quarante heures et la présence syndicale dans les usines. L’arrivée de Paul Reynaud aux finances et les décrets-lois du 12 novembre 1938 marquent le triomphe de la politique préconisée par la droite. La règle devient la semaine de six jours, même sans heures supplémentaires, et celles-ci sont rétribuées à un taux très faiblement supérieur aux heures normales.

  • 200 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 186.
  • 201 ADD, M 2624, Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 26/11/1938 et Commissariats spéciaux de B (...)
  • 202 ADD, M 2624, Commissariat spécial, 26/11/1938.

132Une épreuve de force se dessine. À partir du 21 novembre, des grèves avec occupation éclatent dans la métallurgie et la chimie de la région parisienne, le Nord et la Seine-Inférieure. La volonté des ouvriers de réagir, comme ils le peuvent, à l’offensive gouvernementale et patronale constitue le facteur déterminant de ces mouvements200. Le congrès confédéral de la CGT qui se déroule durant ces journées très tendues vote une motion qui décide d’une journée de protestation nationale contre les décrets-lois le samedi 26 novembre. Ce texte envisage en termes vagues le recours à la grève générale. Et il faut attendre le 25 novembre pour que la CA de la CGT lance officiellement un appel à une journée de grève, mais avec un caractère très limité, sans occupation d’usine, ni aucune manifestation, ni réunion. Comble de l’histoire, la CGT doit se défendre contre les attaques de Daladier et du parti radical, ceux que le PCF avait présentés en 1935 comme la composante la plus précieuse du Front populaire. Décidée trop tard, au moment du reflux des premières grèves, le jour même de l’évacuation brutale des usines Renault par la police, cette décision n’est absolument pas à la hauteur de l’enjeu. Bien des militants se mobilisent pour faire du samedi 26 novembre un succès. Les dirigeants de l’UD du Doubs organisent des meetings, mais appellent aussi à manifester malgré l’interdiction. À Besançon, le cortège rassemble environ 1 600 personnes, suivi d’une assemblée qui en réunit plus de 2 000. Aux meetings tenus dans une douzaine de villes du département, les auditoires sont partout importants. Si les syndicalistes appellent à la journée de grève qui doit suivre, ils insistent sur le caractère de l’appel confédéral, fermement limité à une journée qui doit se dérouler dans le plus grand calme, sans occupation des locaux201. À Pontarlier, les socialistes Vauthier et Pagnier interviennent même pour que les manifestants s’abstiennent de chanter et de crier des slogans dans la rue202.

  • 203 ADD, M 2624, Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 30/11/1938.
  • 204 ADD, M 4114, Liste des licenciés et total des grévistes établis par l’UD CGT pour le préfet du Doub (...)
  • 205 CAP, Rapport technique, janvier 1939.
  • 206 L. Mairry, Le Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 393.

133Le décalage est flagrant entre l’importante participation à ces meetings et la mobilisation nettement moins marquée quatre jours plus tard lors de la grève. Entre-temps, la contre-offensive gouvernementale et patronale a pris toute son ampleur. Services publics, chemin de fer, production électrique sont réquisitionnés dès l’annonce de la journée de grève. Dans les grands centres industriels, la troupe est mobilisée et le sous-préfet de Montbéliard regrette d’obtenir seulement 450 hommes203. Le gouvernement bénéficie du soutien de la grande presse et de la radio dont l’influence sur l’opinion commence à compter : c’est explicitement pour enrayer cette campagne que l’UD organise un second meeting le lundi 29 novembre au soir. Jusqu’au dernier moment, des travailleurs ont hésité à faire grève. Non préparés à affronter ces attaques, le désarroi l’emporte : les travailleurs rejettent les décrets-lois et la contre-offensive patronale, mais craignent les licenciements qui s’annoncent. La grève est inégalement suivie selon les régions et les professions. Elle connaît un franc succès dans la Seine-Inférieure, à Nantes et à Saint-Nazaire, Toulouse et Clermont-Ferrand. Dans le Doubs, elle est globalement peu suivie, avec autour de 25 % de grévistes204. Morteau en compte 30 % mais Pontarlier n’est pratiquement pas touchée. Mais la participation est plus nette dans le Pays de Montbéliard. Dans la métallurgie, le nombre des ouvriers qui ne travaillent pas est évalué entre 50 et 100 % selon les entreprises. La Compagnie des Forges, la SMA, Japy Fesches-le-Châtel, la chaiserie Baumann, les filatures sont presque complètement paralysées. À l’usine Peugeot de Sochaux, la CGT est de plus en plus isolée, le mouvement est moins suivi avec 22 % d’absents et 2 670 grévistes le matin205. À l’échelle de ce département, la grève n’est pas un fiasco, avec une participation plus marquée que le 12 février 1934206.

  • 207 Le Pays de Montbéliard, 12/12/1937.
  • 208 ADD, M 2624, Lettre du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 5/12/1938.
  • 209 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 116.

134Honorablement suivie par les travailleurs du privé dans un contexte difficile, la grève apparaît globalement comme un échec pour la CGT, une situation que les autorités et le patronat vont exploiter. La répression a été bien préparée : la tactique consiste à fermer les usines et à licencier tout le personnel gréviste, puis à réengager progressivement les salariés par des contrats individuels hors du cadre des conventions collectives. À l’échelle du département, sur un total d’environ 6 000 grévistes, ces licenciés sont plus d’un millier, auxquels s’ajoutent environ 25 arrestations et une dizaine de condamnations à des peines de prison pour entrave à la liberté du travail207. En effet, dans le Pays de Montbéliard, des bagarres éclatent le 2 décembre avec des non-grévistes et des contremaîtres, lorsque Genin et Paul Jeanfaivre entraînent les ouvriers congédiés à protester. Les grévistes occupent plusieurs usines à Beaulieu et à Audincourt, mais la troupe disperse les piquets de grève le soir même208. À l’échelle du pays, plus de 10 000 grévistes sont définitivement licenciés, dont 258 dans le Doubs209. Ces licenciements et poursuites judiciaires sonnent le glas de l’« embellie de 1936 », même si cette semi-défaite n’entraîne pas un recul aussi marqué qu’au lendemain de la lutte des cheminots en 1920.

135Dans ce contexte, c’est bien la pression d’événements extérieurs qui conduit à une nouvelle scission de la CGT moins d’un an plus tard. Signé le 23 août 1939, le Pacte germano-soviétique est une nouvelle trahison du prolétariat international à la veille de la guerre : Staline s’allie avec l’Allemagne nazie qu’il prétendait combattre. C’est la stupeur et le désarroi dans les rangs des militants communistes. À l’intérieur de la CGT, ils doivent faire face à l’hostilité de la tendance Syndicats qui exige une condamnation officielle du Pacte par la CA confédérale. Celle-ci répond en condamnant, mais garde une position modérée. Dès le 25 août, Jeannin convoque une réunion de la commission administrative de l’UD. La vingtaine de responsables présents félicite la direction confédérale d’avoir condamné l’URSS. Cette décision est prise à l’unanimité moins la voix du représentant de l’UL de Morteau, Robert Charles, qui n’a pas le temps de s’expliquer car il est violemment expulsé de la salle.

136Le gouvernement pourchasse le PCF parce qu’il s’est opposé à sa politique extérieure, même s’il vote encore les crédits de guerre le 2 septembre. Dès le 26 août, ses journaux sont saisis puis ses députés emprisonnés, le parti et les organisations qui obéissent « aux mots d’ordre de la Troisième Internationale » sont dissous à la fin septembre et des mesures touchent aussi les trotskystes. Cette répression s’insère dans une politique plus large menée par le gouvernement Daladier, notamment contre les réfugiés espagnols placés dans des camps.

  • 210 ADD, 121 W 9, Résolution de la commission exécutive du syndicat du bâtiment de Besançon, 15/11/1939

137Parallèlement, la tendance Syndicats mène l’offensive à l’intérieur de la CGT, avec le soutien des centristes. Le 18 septembre, le bureau confédéral prend la décision d’exclure de la CGT tous ceux qui refusent de condamner le Pacte. Le 1er octobre, Jeannin et les membres de la CA départementale justifient cette décision. Ils demandent que les syndicats et UL se prononcent à leur tour sur ce choix. L’assemblée approuve également les mesures à prendre pour conserver les avoirs des organisations à direction communiste et éviter que leurs militants partent avec l’argent et le matériel. Sous l’impulsion de Georges Vagneron, la commission exécutive du syndicat du bâtiment de Besançon adopte la résolution qui entérine ces exclusions210. Comme en 1921, la division du mouvement syndical provient à nouveau d’un choix des confédérés.

Une mobilisation ouvrière interrompue

138À partir de 1934, la dynamique unitaire rapproche socialistes et communistes. Moins manifeste que dans d’autres régions, elle facilite pourtant la politisation ouvrière qui se déploie vraiment à partir des grèves de juin 1936. C’est à nouveau par des luttes généralisées contre le patronat que les ouvriers se reconnaissent comme une classe mobilisée. Durant ces moments exceptionnels, des travailleurs de diverses localités se rapprochent, l’échelon local et l’échelon national s’entremêlent. Contrairement aux grèves de 1919-1920, une partie des usines des petites villes se mobilise. Toutes les fractions de la classe ne sont pas touchées au même titre, mais une large partie prend conscience de sa force et de ses intérêts. Or SfiO, PCF et CGT subordonnent ces mobilisations exceptionnelles à l’action du gouvernement Blum et s’opposent à la poursuite des grèves. L’élan ouvrier ne peut développer toutes ses potentialités en terme d’apprentissage politique afin de se renforcer face à la classe des capitalistes. Déçus, désorientés, beaucoup suivent avec inquiétude l’évolution de la situation en Espagne. Rapidement la crise internationale s’impose à une classe ouvrière qui subit une nouvelle fois la guerre. Or toutes ces expériences ne disparaissent pas et peuvent être réactivées dans d’autres conditions.

Notes

1 Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Bruxelles, Éditions Complexe, 1996, p. 15.

2 M. Daclin, La crise des années 1930 à Besançon, op. cit., p. 39.

3 Ibid., p. 69-72.

4 AN F7 13033, Rapport du commissariat spécial de Montbéliard, 2/03/1932.

5 ADD, M 2502, Statistique des grèves.

6 ADD, M 777, Affiche de la CGTU sur la grève Bourcart.

7 ADD, M 2502, Dossier sur les grèves des filatures Schwob de Bethoncourt, 1929-1935.

8 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès de l’UR CFTC, 1934 et 23/08/1936.

9 Claude Folhen, Histoire de Besançon, Besançon, Cêtre, deuxième édition, 1982, t. 2, p. 478.

10 L’Œuvre sociale, 17/02/1934

11 Anne Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier : évolution politique et syndicale (1934-1938), mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1988, p. 91.

12 Danièle Tartakowsky, Les manifestation de rue en France 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 299.

13 L’Œuvre sociale, 17/02/1934.

14 AN F 7 13033, Commissariat spécial de Morteau, 1/11/1933 et 28/02/1934.

15 T. Holh, À gauche ! La gauche socialiste, op. cit., p. 115.

16 L’Œuvre sociale, 16/12/1933.

17 RGASPI, 495-270-71, autobiographie de Léon Nicod, 19/12/1938. R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire, op. cit., p. 192.

18 L’Œuvre sociale, 2/06/1934.

19 Témoignage de Robert Charles.

20 ADSD, 261 J, 3Mi 6/826, Lettre de Nicod au secrétariat du PCF, 13/05/1937.

21 AN F 7 13133, Commissariat spécial de Pontarlier, 25/02/ et 14/06/1934.

22 Communiste et permanent de la CGTU dans les années 1920, Fernand Monnier réintègre la SfiO en 1934. Il est conseiller municipal de Besançon de 1945 à 1971. C’est un des principaux animateurs de l’Harmonie municipale, secrétaire général, puis vice-président du comité des fêtes. J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Fernand Monnier.

23 Bulletin du syndicat de l’Enseignement du Doubs et du Territoire-de-Belfort, Contre le fascisme, juin 1934, p. 1.

24 Ibid., p. 16.

25 L’Œuvre sociale, 3/03/1934.

26 Bulletin du syndicat de l’Enseignement du Doubs et Territoire-de-Belfort, avril 1932. La Révolution prolétarienne, 10/08/1932.

27 ADD, 95 J, Correspondance préparatoire au congrès de fusion, compte-rendu du congrès de l’UD CGT, 15/12/1935.

28 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 198.

29 Erwann Le Gall, François Prigent (dir.), C’était 1936. Le Front Populaire vu de Bretagne, Rennes, Éditions Goater, 2016, p. 28.

30 Morgan Poggioli, La CGT du Front populaire à Vichy. De la réunification à la dissolution (1934-1940), Montreuil, Institut CGT d’histoire sociale, 2007, p. 89.

31 Cité par S. Perron, Les partis de gauche dans le Doubs, op. cit., p. 89.

32 E. Hug, P. Rigoulot, Le croque-rave libertaire, op. cit., p. 124. J. Pinard, Rebelles et révoltés, op. cit., p. 130.

33 Serge Berstein, Histoire du parti radical, Paris, PFNSP, 1982, t. 2, p. 276.

34 Cité par S. Perron, Les partis de gauche dans le Doubs, op. cit., p. 94.

35 Ibid., p. 44.

36 A. Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier, op. cit., p. 98.

37 ADSD, 261 J, 3Mi 6/744, Intervention d’Yvan Bulliard à la conférence régionale, 22/12/1935

38 S. Wolikow, Le Front populaire en France, op. cit., p. 92.

39 S. Berstein, Histoire du parti radical, op. cit., p. 371.

40 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 357.

41 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 1, p. 197.

42 A. Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier, op. cit., p. 66-68.

43 Bruno Groppo, « La figure de l’émigré politique », dans M. Dreyfus, et alii, Le siècle des communismes, op. cit., p. 432.

44 Gilles Vergnon, « Processus de politisation et mobilisations politiques », dans Xavier Vigna, Jean Vigreux, Serge Wolikow (dir.), Le pain, la paix, la liberté. Expériences et territoires du Front populaire, Paris, La Dispute-Éditions sociales, 2006, p. 37-48.

45 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 355-370. Joseph Pinard, « À contre-courant : les élections législatives de 1936 dans le Doubs », MSED, 1987, p. 35-58.

46 La Tribune du Doubs, 5/04/1936.

47 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 357.

48 En 1945, Jules Peugeot est battu par le communiste Paul Gay dans le canton d’Hérimoncourt : un rapport de police explique son échec par le maintien au second tour du candidat MRP, du candidat catholique contre le candidat protestant. Le protestant Goetz mobilise une dernière fois l’argument confessionnel contre le catholique Becker lors des élections législatives de 1956. ADD, 1 Z 12, résultats électoraux, arrondissement de Montbéliard, octobre 1945.

49 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 359.

50 J. Pinard, « À contre-courant : les élections législatives de 1936 », art. cité, p. 37.

51 Idid., p. 38.

52 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 362.

53 ADD, Per. 712, L’intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.

54 ADSD, 261 J, 3Mi 6/796, rapport de Meunier, délégation dans le Doubs, 19/08/1936.

55 Ainsi René Charpiot, ouvrier de Sochaux qui rejoint le PCF, reconnaît avoir « adhéré au parti radical pendant cinq semaines lors de la fameuse campagne d’oppression du député Peugeot […] J’ai quitté ce parti sitôt les grèves de juin » : RGASPI, autobiographie de René Charpiot, 495-270-3439.

56 ADD, M 170, Élections législatives 1936.

57 C. Longueville, Février 1934-juin 1936 : la vie politique à Besançon, op. cit., p. 221.

58 Ibid., p. 222.

59 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 367.

60 Pour les références des travaux sur 1936 : Jean Vigreux, Le Front populaire, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2011.

61 L’Humanité, 13/06/1936.

62 Jean Vigreux, Histoire du Front populaire : l’échappée belle, Paris, Tallandier, 2016, p. 115-118.

63 La Tribune du Doubs, 15/02 et 11/04/1936.

64 Ibid., 16/05/1936.

65 J. Vigreux, Histoire du Front populaire, op. cit., p. 115.

66 AMT, fonds Lip, 5 Z 1, Conseil d’administration du 3/07/1936.

67 Le Petit Comtois, 8/07/1936.

68 C. Longueville, Février 1934-juin 1936 à Besançon, op. cit., p. 240.

69 ADD, 106 J 3, Lettre du secrétaire du comité CFTC de Villers-le-Lac à Courbet, 8/07/1936.

70 ADD, 106 J 20, CFTC, Rapport de Courbet au congrès de l’UR CFTC, 28/08/1936.

71 Franck Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge ! Une histoire de la Fédération de la métallurgie CFTC-CFDT (1920-1974), Paris, Les Éditions Ouvrières, 1991, p. 53.

72 ADSD, 261 J, 3Mi 6/796, Rapport de délégation de Honel, 1/11/1936.

73 ADD, 106 J 3, CFTC, Correspondance avec les syndicats 1936-1943.

74 En 1934, ils n’étaient plus qu’une douzaine à la CGT : ADD, 95 J, compte rendu des congrès de l’UD CGT de mai 1934 et décembre 1935.

75 ADD, M 2503, Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 6/06/1936.

76 ADD, M 2503, Note de la direction des usines Peugeot, 8/06/1936.

77 Philippe Machefer, « Les syndicats professionnels français (1936-1939) », Le Mouvement social, 1982, n° 119, p. 91-112.

78 ADD, 145 J, CEMO, hebdomadaire Syndicats, 11/02/1937.

79 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.

80 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 1, p. 206.

81 Ingo Kolboom, La revanche des patrons. Le patronat français face au Front populaire, Paris, flammarion, 1986.

82 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.

83 ADD, M 2624, tableau récapitulatif des conflits du travail, préfet du Doubs, octobre 1936.

84 ADD, 38 PR, L’Ouvrier du Pays de Montbéliard, avril 1937.

85 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 382.

86 ADD, M 2624, Statistique des grèves, octobre 1936.

87 E. Le Gall, F. Prigent (dir.), C’était 1936, op. cit., p. 13. Jean-Claude Magrinelli, Ouvriers de Lorraine (1936-1946), t. 1, Du Front populaire à l’Occupation, Les Sables-d’Olonne, Édition Kaïros, 2018. X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 127.

88 Antoine Prost, La CGT à l’époque du Front populaire 1934-1939. Essai de description numérique, Paris, A. Colin, 1964, p. 198.

89 J. Charles, « Le mouvement ouvrier », art. cité, p. 29. ADD, 145 J, CEMO, Bilan dressé pour le congrès de l’UD CGT de mai 1939.

90 ADD, 145 J, CEMO, « CGT », compte-rendu congrès de l’UL d’Audincourt, 27 février 1938.

91 ADD, 106 J 20, Congrès régional CFTC, Rapport de Courbet, 28/08/1936. L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 382.

92 A. Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier, op. cit.

93 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès régional de la CFTC, 28/08/1936.

94 J. Charles, « Le mouvement ouvrier », art. cité, p. 28.

95 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937. Le congrès de l’UD signale 93 612 timbres placés en 1938, soit plus de 9 300 adhérents. ADD, 145 J, CEMO, « CGT », Document préparatoire pour le congrès de l’UD CGT, mai 1939.

96 RGASPI, 495-270-3444, Autobiographie de Louis Vennat, trésorier de cette section syndicale, 27/03/1938.

97 AP Roth, cahier de trésorerie du syndicat CGT des métaux de Seloncourt, 1936-1939.

98 Antoine Prost, Autour du Front populaire. Aspects du mouvement social au xxe siècle, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2006, p. 171.

99 Ainsi à l’occasion des premiers congés payés, René Perraud et quelques autres ouvriers sochaliens partis en vélo s’arrêtent à Laissey et se mêlent à une fête locale. Accueillis par les militants locaux, ils restent plusieurs jours sur place. AMM, 1 AV 39, témoignage de René Perraud.

100 Y.-C. Lequin, Mouvement ouvrier et conjoncture économique, op. cit., p. 134.

101 Présent à Seloncourt lors des grèves de 1929, Ambroise Croizat fait la connaissance de la fille de l’aubergiste Deynoux, qui deviendra sa seconde femme.

102 RGASPI, 495-270-3445, Autobiographie de Marcel Gilomen, 28/1/1938.

103 Ainsi en 1938, en application de la proportionnelle fixée par l’article 23, les syndicats bisontins des agents de lycée (156 timbres placés), des boulangers (85), des chocolatiers (80), des dockers (160), des employés et agents de maîtrise (156), des charbonniers (250), des employés de la Banque de France (168), des haras (168), du personnel de l’École nationale d’horlogerie (480), des professeurs de l’École pratique (156), du personnel de l’École pratique supérieure (168), des professeurs de l’École normale (72), des percepteurs (252), du personnel de la Révision foncière (129) et des tailleurs (200) totalisent 2 680 timbres placés et obtiennent 15 mandats, soit un de plus que le syndicat de Sochaux, qui dispose de 14 mandats avec 93 612 timbres : pour la prise de décision, 270 adhérents ont donc plus de poids que 9 000.
ADD, 145 J, CEMO, « CGT », Rapport financier, congrès de l’UD, mai 1939, p. 20-21.

104 ADD, 145 J, CEMO, « CGT », Document préparatoire pour le congrès de l’UD, février 1937, p. 2-3.

105 ADD, 145 J, CEMO, Compte-rendu du congrès de l’UD CGT, 27/02/1937, p. 9.

106 S. Wolikow, Le Front populaire, op. cit., p. 159.

107 A. Bergounioux, G. Grunberg, Le long remords du pouvoir, op. cit., p. 193. La Tribune du Doubs, édition de Montbéliard, 15/3/1937. Parti socialiste (SfiO), XXXVe Congrès national, 4-7 juin 1938, Royan, rapports, Paris, Librairie populaire, 1938.

108 La Tribune du Doubs, 9/1/1938.

109 Ibid., 20/3/1937.

110 Parti socialiste (SfiO), XXXVe Congrès national, 4-7 juin 1938, op. cit.

111 ADSD, 261 J, 3Mi 6/842, Rapport de Rabaté, 5/6/1938.

112 La Tribune du Doubs, 19/09/1936.

113 ADSD, 261 J, 3Mi 6/842, Rapport de Rabaté, 5/6/1938.

114 ADSD, 261 J, 3Mi 6/796, Rapport de Meunier, 19/08/1936.

115 ADSD, 261 J, 3Mi 6/796, Rapport de Honel, 1/11/1936.

116 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/126, 796, Rapport de délégation dans le Doubs, 19/08/1936, et Ibid., 3 Mi 6/132, 826, rapport de délégation de Cornavin à la conférence régionale du Doubs, 14/11/1937.

117 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/126, 796, Rapport de délégation dans le Doubs, 19/08/1936.

118 S. Wolikow, Le Front populaire en France, op. cit., p. 237.

119 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Rapport de délégation de Cornavin à la conférence régionale du Doubs, 14/11/1937.

120 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/136, 842, Rapport de délégation de Rabaté, 5/06/1938.

121 Jean-Paul Molinari, Les ouvriers communistes, Thonon-les-Bains, L’Albaron, 1991, p. 255-259.

122 Ibid., p. 175-176.

123 ADD, CEMO, « Mémoires d’Henri Perrin », p. 36.

124 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/14, 120, Campiglia, rapport de délégation Région Centre-Est, juillet 1925, p. 45. Hubert Balanche est arrêté à Paris en août 1943 et déporté en Allemagne : Le Peuple comtois, juin 1945.

125 CAC, 940448, art. 469, 39688, Dossier Michel Guillemin.

126 fils d’un responsable socialiste de Mulhouse, les frères Bruder travaillent ensemble à la SMA à Arbouans. René (1908-1937) adhère aux Jeunesses communistes puis au PC en 1927. Sans travail en 1932, il est engagé dans l’appareil du PC pour travailler dans les services du Komintern en URSS où il meurt. Son cadet Raymond (1913-1976), ouvrier dans la métallurgie, devient secrétaire de l’ULCGT de Montbéliard. J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit, notices René et Raymond Bruder.

127 Othon, Willy, François et André, fils de mineur polonais, résistants FTPF.

128 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/12, Région Centre-Est, « monographie du Doubs », 1924, p. 229.

129 Le Peuple comtois, 04/01/1938.

130 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, op. cit., p. 255.

131 Jean Vigreux, « Le PCF, garant de l’héritage agrairien progressif », dans S. Wolikow, A. Bleton-Ruget (dir.), Antifascisme et nation. Les gauches européennes au temps du Front populaire, Dijon, Éditions de l’Université de Dijon, 1998, p. 163.

132 En avril 1936, le PCF n’obtient aucune voix dans 13 communes du canton de Pontarlier sur 24 et 6 en tout et pour tout pour les cantons du Russey et de Pierrefontaine-les-Varans. A. Narduzzi, Le Front populaire à Pontarlier, op. cit., p. 55 ; ADD, M 170, Résultats des élections législatives avril 1936.

133 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 388

134 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Rapport de délégation de Charles Caou, mai 1937, p. 66.

135 Entretiens avec Jean Lardet et Charles Cuenot.

136 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/117, 744, Rapport de délégation de Midol, conférence régionale, 22/12/1935.

137 Il deviendra maire d’Argenteuil en 1945 : J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit. notice R. Vermot-Desroches.

138 RGASPI, 495-270-832, Appréciation de la biographie de Jacquemard, 4/06/1934.

139 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Lettre de L. Nicod, 2/06/1937.

140 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/136, 842, Rapport de délégation de Rabaté, 5/06/1938.

141 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/142, « comités régionaux 1939 ».

142 AP Charles, lettre de Charles Fabrizi, 3/06/1966, RGASPI, 495-270-5998, Autobiographie de Robert Biétry, 1/01/1939.

143 RGASPI, 495-270-3479, Autobiographie de Louis Tillet, 11/10/1937, et 495-270-3430, Autobiographie de Robert Biétry, 7/11/1937.

144 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/136, 842, membres des comités fédéraux et « liste des bios envoyées », 1938. RGASPI, 495-270, 30 Autobiographies de membres du comité fédéral.

145 RGASPI, 495-270-3437, Autobiographie de René Charpiot, 13/10/1937.

146 RGASPI, 495-270-3436, Autobiographie de Joseph Maetz, 28/8/1937. RGASPI, 495-270-3479, Autobiographie de Louis Tillet, 11/10/1937.

147 RGASPI, 495-270-5999, Autobiographie de Charles Joly, 30/12/1938. Il se lance aussi dans la peinture.

148 RGASPI, 495-270-3441, Autobiographie de Raymond Bruder, 12/5/1938.

149 RGASPI, 495-270-3442, Autobiographie de Pierre Lana, 1938.

150 RGASPI, 495-270-2228, Autobiographie de Vermot-Desroches, 22/7/1937.

151 RGASPI, 495-270-832, Autobiographie de Marius Jacquemard, 14/7/1933.

152 Ibid., 23/1/1938.

153 Henri Janin, Les Cahiers du bolchévisme, novembre 1938, cité par Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, PFNSP, 1989, p. 163.

154 Il a quitté la région depuis dix ans, tout en gardant des liens avec quelques camarades de sa génération.

155 RGASPI, fonds 495, Autobiographies de Charles Jeanfaivre, René Charpiot, Pierre Lana.

156 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Rapport de délégation de Cornavin, conférence régionale, 14/11/1937.

157 Entretien avec Robert Charles.

158 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/132, 826, Rapport de délégation de Cornavin, conférence régionale, 14/11/1937.

159 C’est le cas pour JosephMaetz et ÉmileCattin. RGASPI, 495-270-3436, 28/08/1937, Autobiographie de Joseph Maetz, 28/08/1937. ADD, 118 J 8, Autobiographie d’Émile Cattin, 1946.

160 S. Wolikow, Le Front populaire, op. cit., p. 146-147.

161 J.-P. Molinari, Les ouvriers communistes, op. cit., p. 211.

162 fiches nominatives des volontaires français nés ou résidant dans le Doubs aimablement transmises par Rémi Skoutelski. Rémi Skoutelski, L’espoir guidait leurs pas. Les volontaires français dans les Brigades internationales (1936-1939), Paris, Grasset, 1998, p. 151.

163 Une fête en plein air avait déjà lieu à Seloncourt. Le PC organise notamment un rallye cycliste en 1938.

164 I. Kolboom, La revanche des patrons, op. cit., p. 13.

165 Ibid., p. 38

166 Yves Cohen, « L’invention des techniciens sociaux. Du commandement social après juin 1936 chez Peugeot », « Les nouvelles formes de domination dans le travail (1) », Actes de la recherche en sciences sociales, septembre 1996, n° 114, p. 30-43.

167 Ibid., p. 34

168 Ibid., p. 36

169 ADD, Per 38, L’Ouvrier du Pays de Montbéliard, n° 9-10, juillet-août 1937.

170 AMP, « rapports techniques », janvier 1939. ADD, Per 38, L’Ouvrier du Pays de Montbéliard, n° 28, avril 1939.

171 P. Machefer, « Les syndicats professionnels français (1936-1939) », art. cité, p. 91-112.

172 Y. Cohen, « L’invention des techniciens sociaux », art. cité, p. 39.

173 AN F 7 13033, Commissariat spécial de Montbéliard, 21/11/1936.

174 Y. Cohen, « L’invention des techniciens sociaux », art. cité, p. 40.

175 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.

176 L’envoyé du PCF estime que les communistes membres du conseil syndical auraient dû s’opposer à cette décision que « seul le bon sens des ouvriers a mis en échec » : ADSD, 261 J, 3 Mi 6/126, 796, Rapport de Honel 1/11/1936.

177 ADD, Per. 712, L’Intersyndical, organe des UL de Montbéliard et Audincourt CGT-FSI, 8/02/1937.

178 AMM, Per 49, La Tribune du Doubs, édition de Montbéliard, 20/02/1937.

179 ADD, M 788, Commissariat spécial de Montbéliard, divers rapports au préfet, janvier 1937.

180 ADD, 115 PR, La Tribune du Doubs, 17/03/1937.

181 ADD, 1 Z 31, Commissariat spécial de Montbéliard, 17/02/1937.

182 ADD, 1 Z131, sentence surarbitrale dans le conflit survenu aux établissements Peugeot, 12/04/1937. Y. Cohen, « L’invention des techniciens sociaux », art. cité, p. 39.

183 AMM, 1 AV 39, témoignage de René Perraud. ADD, 1 Z 131, Commissariat spécial de Montbéliard, 19/02/1937. ADD, Per 38, L’Ouvrier du Pays de Montbéliard, avril 1937.

184 ADD, 1 Z 131, Lettre de Jeannin au préfet du Doubs, 19/02/1937. ADD, 1 Z 131, Lettre du sous-préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 19/02/1937.

185 RGASPI, 495-270-3419, Autobiographie de Gaston Genin, 27/01/1938.

186 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 1, p. 231-232.

187 ADD, 1 Z 131, Sentence surarbitrale dans le conflit survenu aux établissements Peugeot à Sochaux, 12/04/1937.

188 Y. Cohen, « L’invention des techniciens sociaux », art. cité, p. 43.

189 La Tribune du Doubs, 24/09/1936.

190 ADD, M 4113, Lettre d’Élysée Bost au préfet du Doubs, juillet 1939.

191 ADD, M 4113, Commission départementale de conciliation, 21/05/1937.

192 Ibid., septembre 1936. ADSD, 261 J, 3 Mi 6/126, 796, Lettre de Léon Nicod au secrétariat du PCF, 19/09/1936.

193 J. Vigreux, Histoire du Front populaire, op. cit., p. 185.

194 La Tribune du Doubs, 4/06/1938.

195 Ibid., 23/04/1938.

196 ADD, 1 Z 89, « Renseignements généraux : constitution du fichier départemental », 16/04/1943.

197 J.-Y. Mollier, J. George, La plus longue des Républiques (1870-1940), Paris, Fayard, 1994, p. 682.

198 ADD, 175 J, CEMO, textes et circulaires de l’UD CGT.

199 CGT, XXXIe Congrès national corporatif, 17 au 21 novembre 1938, Nantes, 1938.

200 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 186.

201 ADD, M 2624, Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 26/11/1938 et Commissariats spéciaux de Besançon, Morteau, Pontarlier.

202 ADD, M 2624, Commissariat spécial, 26/11/1938.

203 ADD, M 2624, Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 30/11/1938.

204 ADD, M 4114, Liste des licenciés et total des grévistes établis par l’UD CGT pour le préfet du Doubs, décembre 1938 ; ADD, M 2624, Commissariat spécial de Montbéliard, Besançon, Pontarlier, 30/12/1938.

205 CAP, Rapport technique, janvier 1939.

206 L. Mairry, Le Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 393.

207 Le Pays de Montbéliard, 12/12/1937.

208 ADD, M 2624, Lettre du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 5/12/1938.

209 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 116.

210 ADD, 121 W 9, Résolution de la commission exécutive du syndicat du bâtiment de Besançon, 15/11/1939.

Table des illustrations

Titre Photographie 7 : Des membres du comité de chômeurs CGTU employés à des travaux de terrassement, Morteau (1932), collection Charles.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Photographie n° 8 : Grévistes du garage Thieulin, Besançon (juin 1936) : au centre, au-dessus de la croix, Adrien Jeannin, collection Vagneron.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Photographie n° 9 : Georges Vagneron s’adresse aux grévistes du bâtiment, Besançon (juin 1936), collection Vagneron.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Photographie n° 10 : Grévistes de la Luxia (horlogerie), Morteau (1936), collection Charles. Au second plan, le 4e en partant de la gauche, Georges Vagneron.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Photographie n° 11 : Grévistes chez Peugeot à Sochaux (juillet 1936), collection Roth, AM Montbéliard.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Photographie n° 12 : Hommes, femmes et enfants dans l’usine occupée, Peugeot, Sochaux (1936), collection Roth, AM Montbéliard.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Photographie N° 13 : Les grévistes dans la cour de l’usine des cycles Peugeot, Beaulieu-Mandeure (1936). Collection Odette Frossard.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photographie n° 14 : La fanfare du syndicat CGT des métaux de Beaulieu-Mandeure (1937), une affaire d’hommes. Au centre, portant cravate, Odette Frossard », collection Odette Frossard.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Carte n° 13 : Timbres d’adhésion à la CGT par cantons 1937-1938.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Graphique n° 3 : Nombre d’adhérents au PCF, Doubs, 1934-1937.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau n° 15 : Cellules locales et cellules d’entreprise en novembre 1937119.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Graphique n° 4 : Commune d’Audincourt, résultats électoraux du PCF (suffrages exprimés, 1924-1946).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photographie n° 15 : Collecte pour l’Espagne républicaine, Morteau (été 1937) : au premier plan, à droite, Robert Charles ; à gauche, en blanc, Olivier Grandvoynet ; au dernier rang, à droite sous le porche, Michel Vieille, collection Charles.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Photographie n° 16 : Collecte pour l’Espagne républicaine à Mandeure (1937), collection Odette Frossard.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Photographie n° 17 : Accueil des réfugiés espagnols, Morteau (février 1939), coll. Charles.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36720/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search