Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Troisième partie. Espoirs, épreuves et désillusions : l’affirmation de la classe ouvrière de 1934 à 1950

Troisème partie. Espoirs, épreuves et désillusions : l’affirmation de la classe ouvrière de 1934 à 1950

Texte intégral

1Les années 1934-1950 sont souvent considérées comme celles de l’affirmation de la classe ouvrière dans la société française. C’est le moment où CGT et PCF se renforcent parmi les ouvriers, notamment ceux travaillant dans les entreprises nées de la seconde révolution industrielle. Loin de la figure des « bastions rouges », associant puissance du parti et force de la classe, la réalité nous apparaîtra ici plus complexe.

  • 1 M. Sadoun, De la démocratie française, op. cit.

2Depuis 1920, les perspectives politiques du mouvement ouvrier ont radicalement changé. Certes parti socialiste et parti communiste parlent toujours de révolution. Pour la SfiO, la distinction formulée par Léon Blum entre exercice légal et conquête révolutionnaire du pouvoir autorise tous les compromis. En tout cas, elle repousse la révolution toujours à plus tard et donc à jamais1… Quant au PCF, loin des objectifs qui étaient les siens à sa fondation, il renonce au renversement de l’État par l’intervention directe de la classe ouvrière. Dans le cadre du Rassemblement populaire, il cherche désormais à représenter le « peuple de France », ce qui l’amène à reconnaître à son tour la république et la nation. Suite à la signature du pacte Laval-Staline en mai 1935, le PCF abandonne l’antimilitarisme et présente l’armée comme la meilleure garante de la démocratie. Socialistes et communistes avaient pourtant su répondre à certains de leurs adhérents qui n’acceptaient pas le déploiement du drapeau rouge ou le chant de l’Internationale. À partir du Front populaire, la formule « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » se dissout de plus en plus dans les références au national.

3Il s’agit ici d’apprécier combien les années 1934 à 1938 représentent une rupture politique majeure pour le mouvement ouvrier. Quelle place occupent les ouvriers du Doubs dans les mobilisations de cette période ? Après les espoirs de 1936, comment sont-ils touchés par les désillusions et les épreuves ? Comment retrouvent-ils la voie de la lutte sociale après la Seconde Guerre mondiale ?

Notes

1 M. Sadoun, De la démocratie française, op. cit.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search