Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Deuxième partie. Ouvriers et mouvement ouvrier de la Grande Guerre au début des années 1930, les difficultés d’une rencontre

Conclusion

Texte intégral

1Le mouvement ouvrier s’avère assez stable à Besançon, en raison de son ancienneté et des efforts des syndicalistes CGT qui le portent. Cette ville offre également une grande diversité d’emplois et d’expériences, ce qui permet sans doute de mieux résister à la répression patronale et à la démoralisation que dans les foyers de mono-industrie. Dès lors, un héritage peut se transmettre d’une génération à l’autre. Par ailleurs, la CFTC et la JOC commencent à donner sens aux besoins d’identité sociale des ouvriers catholiques. Au début des années 1930, les organisations du mouvement ouvrier apparaissent bien structurées mais leur rayonnement ne s’est pas vraiment élargi. Le cas du Doubs offre un aperçu sur cette limite qui caractérise la situation française. À la différence de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de la Belgique qui disposent d’organisations de masse, l’ensemble des organisations syndicales et politiques regroupe seulement une infime partie des ouvriers. Individuelles et collectives, les expériences sont donc loin de déboucher sur un modèle unique de cheminement des consciences. À partir de 1934, la poussée antifasciste et unitaire vient susciter de nouveaux espoirs.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search