Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Deuxième partie. Ouvriers et mouvement ouvrier de la Grande Guerre au début des années 1930, les difficultés d’une rencontre

Chapitre 8. La difficile construction du mouvement communiste

Texte intégral

1Le parti communiste en France est la seule organisation de l’Internationale communiste à naître comme fraction majoritaire d’une scission socialiste. Pour Serge Wolikow :

  • 1 Serge Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste (1925-1933), thèse unive (...)

La spécificité du communisme français tient d’abord aux conditions et à son milieu d’implantation : la société française n’est pas ébranlée par une crise révolutionnaire comme celles d’Allemagne ou d’Italie. Le mouvement ouvrier, affaibli par ses échecs de 1919-1920, mais nullement trempé par des affrontements avec l’appareil d’État, ne mène que des luttes sectorielles. Elles mettent d’autant moins en péril l’hégémonie de la classe dominante que celle-ci, avec une société civile bien huilée et un robuste appareil d’État, occupe solidement tout le terrain politique et idéologique1.

2Dès lors, qu’est-ce qu’être révolutionnaire dans un contexte qui ne l’est pas ? Et ceci, alors que, de Moscou, arrivent consignes et ordres, aussi comminatoires que contradictoires ?

  • 2 J. Mischi, Servir la classe ouvrière, op. cit.

3Parmi les travaux sur le communisme, les recherches se portent aujourd’hui sur les milieux populaires de structuration du PCF. En effet, ce parti développe un travail spécifique d’encadrement et de mobilisation que les ouvriers s’approprient, adaptent ou rejettent en fonction de leurs configurations locales2. Notre démarche, celle d’une histoire de l’organisation, laisse de côté cette dimension. L’étude de cette structuration permettrait sans doute de mieux comprendre ce premier constat : lors du congrès de Tours, la très grande majorité des adhérents de la Fédération socialiste choisit l’adhésion à l’Internationale communiste et le nouveau parti dispose d’un héritage militant assez conséquent dans le Pays de Montbéliard ; or, il s’en trouve pratiquement délogé au milieu des années 1930.

L’organisation et les hommes du parti communiste

4D’origines sociales et d’itinéraires idéologiques variés, les militants qui ont choisi le communisme apportent des expériences qu’il faut unifier dans une nouvelle organisation. Or les fluctuations de la politique de l’Internationale communiste rendent difficile un tel amalgame. Première d’une série d’ordres et de contre-ordres, la « bolchévisation » modifie la physionomie du parti. Elle conduit à l’émergence d’un mouvement communiste dont la genèse s’achève en 1929-1930. Jean Charles a regroupé sous cette appellation un ensemble d’organisations (Association Républicaine des Anciens Combattants, Jeunesses Communistes, Amis de l’URSS, Secours rouge international) dont les pièces maîtresses sont le PC évidemment et la CGTU.

5À partir de 1924, la « bolchévisation » des partis communistes devient un des principaux mots d’ordre de l’IC. Après la défaite de la révolution en Allemagne en octobre 1923, le contexte est marqué par la lutte de Staline contre Trotsky : la bolchévisation sert d’abord à mettre en place de nouvelles directions prêtes à mener la lutte contre le « trotskysme ». Pour cette réorganisation, Staline donne comme modèle le parti russe, une organisation devenue monolithique, où les débats contradictoires et publics sont désormais bannis des instances dirigeantes. En fait, cette transformation s’avère complètement opposée à la lettre comme à l’esprit du bolchévisme. Les dirigeants et les cadres sont désormais sélectionnés non par leur engagement ou leur compétence, mais sur leur capacité à appliquer sans discussion les directives de l’IC.

  • 3 AN F 7 13096, Commissariat spécial de Belfort, 6/01/1925.

6La « bolchévisation » consiste en une transformation de l’organisation des partis communistes. Il s’agit de leur donner une nouvelle structure fondée sur des groupes de base, les cellules, qui doivent regrouper les adhérents sur leur lieu de travail et non plus sur le lieu de résidence. C’est une manière de montrer que la SfiC doit recruter prioritairement dans le monde ouvrier. Désormais très centralisées et hiérarchisées, les structures du parti comportent un premier niveau, avec secrétaire général, secrétariat et bureau politique, et un second avec Régions, Rayons et cellules. Ces échelons remplacent le comité directeur, les fédérations et sections de l’ancienne SfiO. Le comité central et la section d’organisation, ce que nous appelons le Centre, gèrent le parti et entretiennent des rapports étroits avec tous les champs d’activité. Bien souvent, la réorganisation des partis est opérée de façon précipitée, sans que la masse des adhérents soit convaincue de ses objectifs. Mal préparée, cette restructuration prend donc fréquemment un caractère artificiel, avec souvent un découpage inadapté. Il faut bientôt reconsidérer la question des cellules, en admettant que tous les adhérents ne peuvent pas être affectés à des cellules d’entreprise, et que des cellules locales sont également nécessaires. Dans les faits, des responsables se contentent de rebaptiser cellules d’entreprise des cellules locales. La section de Valdoie près de Belfort proteste contre la réorganisation et refuse de rejoindre la cellule de la SACM3. Morteau compte une cellule locale composée d’ouvriers isolés, souvent des horlogers indépendants ou qui travaillent dans de petits ateliers. Sans militant dans la chocolaterie qui pouvait être la base d’une cellule d’usine, la réorganisation reste lettre morte.

7À cette date, le fonctionnement de l’organisation semble plus aléatoire dans le Pays de Montbéliard qu’à Besançon. Les cellules s’y réunissent de manière très irrégulière et sans préparation. À la fin de l’année 1925, Ferrand, militant de l’usine Peugeot de Beaulieu-Mandeure, rappelle qu’il était contre la réorganisation et veut revenir à l’ancien système. À l’été 1926, force est de constater que la mise en place des cellules d’entreprise a complètement désorganisé le Parti :

  • 4 ADSD, 261 J, 3Mi 6/252, Rapport du Bureau régional de la Région Centre-Est, 31/07/1926.

Ici les adhérents habitent parfois à 4 ou 5 kilomètres de l’usine où ils travaillent ; le soir, ils retournent à leur domicile avec les camions de l’entreprise et ne peuvent assister aux réunions de cellules. Selon le secrétaire régional, le contact a ainsi été perdu avec un grand nombre de membres, dont certains n’ont pas encore leur nouvelle carte au 31 juillet 19264.

8Au terme d’un séjour dans cette Région au printemps 1925, l’envoyé du Bureau politique repart très amer. Il constate d’abord :

  • 5 ADSD, 261 J, 3Mi 6/120, Rapport de Campiglia sur la Région Centre-Est, 20/06/1925.

Il apparaît que les membres de la Région se représentent le PC comme étant celui ayant seulement repris, des mains débiles du parti socialiste, les traditions marxistes. Rien qui suppose en eux une compréhension du rôle historique que joue la IIIe Internationale5.

9Il constate l’état déplorable de l’organisation : « L’organisation de cette Région est éphémère, illusoire, inexistante ; de la base au sommet, il faut qu’elle soit réorganisée ». Cependant, il estime que « les responsables de la Région ne pouvaient faire plus qu’ils n’ont fait en l’absence d’un appareil permanent, de la faiblesse des cadres et des difficultés pour se rendre dans les rayons (villes éloignées les unes des autres…) ». L’objectif même de la construction d’un nouveau parti révolutionnaire n’est pas compris. Certains se demandent pourquoi constituer une organisation différente, apte à intervenir dans des périodes de tensions politiques, alors que la république offre des possibilités d’expression. De nouveaux militants confondent le parti et le syndicat et méconnaissent l’importance de l’activité syndicale. La Région n’est pas une exception dans ce domaine :

  • 6 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Rapport du Bureau régional à la conférence d’information, 25/11/1928. S. Wo (...)

Il y a des usines où il existe des cellules d’entreprises mais pas de sections syndicales, ici le « Parti suffit à tout ». Il y a aussi des sections syndicales là où il n’y a pas de cellule, là, le « syndicat suffit à tout ». L’année dernière [1927], dans certaines régions (Marseille, Lyon, Doubs) une grande partie des membres du Parti n’était pas syndiquée, parfois jusqu’à 50 %6.

  • 7 ADSD, 261 J, 3Mi 6/120, Lettre de Mailluchet au secrétariat du parti, 27/06/1925.

10La Région Centre-Est s’étend alors sur les départements du Doubs, du Territoire de Belfort, de la Haute-Saône, du Jura (sauf Saint-Claude) et de la Côte-d’Or7. La direction régionale est complètement réorganisée à l’automne 1925 autour d’Henri Janin, un ouvrier de Montbéliard devenu permanent du parti. Mais ces changements ne suffisent pas et Léon Nicod, secrétaire du Rayon de Besançon, demande l’aide du Centre :

  • 8 ADSD, 261 J, 3Mi 6/183, Lettre de Nicod au secrétariat, 15/02/1926.

Si vous saviez comment les camarades réagissent peu ici. Ils ont besoin d’un coup de fouet ; je suis certain qu’un bon meeting où nous ferions bonne figure les ravigorerait [ravigoterait] pour trois mois8.

11Nicod sait d’expérience l’impact des réunions avec les meilleurs propagandistes, la chaleur qui se dégage d’un meeting réussi, les sentiments qui peuvent y naître. Mais ce qui est simple à organiser à Paris ne l’est pas toujours dans une Région éloignée aux faibles effectifs. À plusieurs reprises, Nicod demande des orateurs, en précisant « des bons : Doriot, Marty, Cachin ». Mais les militants ont souvent l’occasion de se plaindre d’orateurs annoncés puis décommandés au dernier moment.

12Comme les cadres dévoués et capables font défaut, l’organisation repose seulement sur quelques personnes comme Nicod :

  • 9 Ibid.

Je me sens prodigieusement isolé. Certes, il y a ici de bons copains, mais en tirer autre chose que leur présence c’est dur. Rédaction du journal, administration, courses et démarches de toutes sortes, réunions publiques, comité de Rayon, comité du journal, syndicat, cellule, correspondance, j’ai tout sur les reins. […] Seul Tréand me soulage réellement. La Région est loin. Vous avez le devoir de m’épauler sérieusement9.

13Alors que le parti se trouve à la croisée des chemins et que les consignes venues de Moscou ne vont pas de soi, des militants s’interrogent. Même pour ceux qui ont envie de lire et de réfléchir pour s’orienter, ils ne peuvent accéder à d’autres voix que celles qui leur parviennent par les canaux du Centre.

14Jusqu’en 1936, les effectifs du parti communiste demeurent faibles et très localisés. L’implantation de 1922 épouse étroitement celle de la Fédération SfiO en 1919. Elle se resserre ensuite sur les noyaux syndicalistes mais les cellules sont fragiles.

Graphique n° 2 : Nombre d’adhérents au parti communiste dans le Doubs (1924 à 1935).

Graphique n° 2 : Nombre d’adhérents au parti communiste dans le Doubs (1924 à 1935).
  • 10 À Besançon, le nombre d’adhérents serait ainsi passé de 350 en 1930 à environ 150 en 1932 : AN F 7  (...)

15Après les clarifications politiques de 1921-1923, les effectifs diminuent pour se stabiliser autour de 640 adhérents. La baisse reprend en 1931 et s’aggrave ensuite10.

  • 11 S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., annexes, p. 78.

16Faire vivre une presse communiste régulière reste un défi dans de nombreuses Régions. Dans un premier temps, les communistes conservent Germinal. Mais après sa démission du secrétariat de la SfiC en janvier 1923, Frossard fonde un éphémère parti communiste unitaire qui récupère cet hebdomadaire. La Région Centre-Est lance alors un nouveau journal, Le Semeur, qui succombe aux difficultés financières en 1929. Elle réussit à le relancer sous l’appellation Le Semeur ouvrier puis Le Semeur ouvrier et paysan. En 1932, une quarantaine de militants l’alimentent avec des informations locales, mais l’essentiel de la publication repose sur trois ou quatre personnes. Les problèmes financiers, les amendes et poursuites judiciaires obligent à une lutte permanente pour trouver de la publicité, des lecteurs, obtenir des dons pour la souscription. La diffusion culmine entre 2 000 et 3 000 exemplaires alors qu’il en faudrait 6 000 pour faire vivre cet hebdomadaire. Le parti publie également de manière très irrégulière quelques journaux d’usine, sous forme de feuilles volantes, comme au PLM à Besançon, chez Peugeot avec Le Lion rouge, Alsthom à Belfort avec La Trique rouge et des bulletins locaux comme La Montagne rouge à Morteau. En 1927, les militants diffusent également près de 500 numéros de L’Humanité11. Si la vente de la presse connaît un tassement au début des années 1930, elle reste nettement supérieure au nombre d’adhérents. Comme la fréquentation des meetings, ces ventes témoignent d’une influence plus large que ne l’indiquent les effectifs organisés.

  • 12 J. Girault, Sur l’implantation du PCF, op. cit., p. 18.
  • 13 Ibid. AP Charrières, Cahier de trésorerie du syndicat des métaux de la région d’Audincourt, septemb (...)

17Très tôt, le parti conçoit son activité comme un tout dont les élections font partie. Si la lutte électorale demeure à l’arrière-plan dans bien des Régions12, les communistes du Doubs s’investissent sérieusement dans cette activité. Les résultats électoraux demeurent faibles pour chaque type d’élection. Aux élections municipales de 1925, le parti l’emporte dans trois communes du Pays de Montbéliard. À Seloncourt, ville de 4 000 habitants, les militants et sympathisants communistes représentent les trois quarts du nouveau conseil municipal. Roger Vermot-Desroches, un ancien employé des cycles Peugeot, succède à Jean-Pierre Peugeot, président de la société automobile. À Vieux-Charmont, le maire Georges Miellet, ouvrier charron, est le seul adhérent communiste du conseil municipal, tandis que Léon Lods est élu dans le village de Bondeval. À Seloncourt, le nouveau conseil s’engage dans le captage de sources, l’adduction d’eau et la construction d’une nouvelle école. Il devient plus facile d’organiser des fêtes champêtres ou des bals pour la CGTU ou le parti sur un terrain municipal13. C’est sans compter l’hostilité de l’ancien maire qui licencie plusieurs conseillers municipaux employés dans ses usines et poursuit en justice Vermot-Desroches et ses adjoints pour leur engagement dans la grève de 1929.

  • 14 ADD, M 167, Résultats des élections législatives de 1928.
  • 15 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 331.
  • 16 S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., annexes, p. 44.
  • 17 Ibid., p. 56.
  • 18 ADSD, 261 J, 3Mi 6/101, Rapport sur l’assemblée du comité fédéral, 22/02/1925.

18Aux élections législatives et cantonales, le parti communiste progresse un peu jusqu’en 1931. Dans le canton de Besançon-Nord, il passe de 6,4 % des suffrages exprimés en 1922 à 13 % en 1931. Aux législatives de 1928, il obtient 16 % des voix dans la circonscription de Montbéliard, avec de très beaux scores à Seloncourt (36 %) et Audincourt (34,7 %)14. Ce résultat reste cependant inférieur à celui de la SfiO qui obtient 18,7 % des voix15. À l’échelle départementale, si l’écart entre les scores du parti communiste et ceux des socialistes était de moins 1 % en 1928, il s’élève à moins 12 % en 193216. La progression demeure donc limitée et très localisée. Surtout elle ne dure pas et à partir de 1932, le parti communiste connaît une baisse plus marquée qu’à l’échelon national. En 1928, lorsque le PC décide de maintenir ses candidats au second tour, son électorat ne valide pas ce choix et vote majoritairement pour le candidat socialiste. Ce département se range parmi ceux où il obtient ses plus faibles scores, avec 12 % seulement des voix du premier tour confirmées au second, mais il est vrai que son candidat refuse de se maintenir dans la circonscription de Montbéliard17. De même, lors du renouvellement des conseillers généraux de Montbéliard en 1929 et d’Audincourt en 1932, le bon report des voix communistes permet aux candidats socialistes de l’emporter. Les orientations avancées par le Centre se heurtent à la culture politique propre aux électeurs, influencés de longue date par le jeu électoral majoritaire. Ces réflexes pèsent sur les adhérents communistes, qui ne sont pas imperméables au milieu auquel ils s’adressent. À l’inverse les militants peuvent rester sur des positions très idéologiques. À la veille des élections municipales de 1925, les délégués du comité fédéral protestent contre le choix du PC de se désister en faveur d’un candidat radical opposé à un homme de droite : « en aucun cas, il ne faut faire de différence entre un bourgeois de gauche et un bourgeois de droite18 ». Alors que les plaies du congrès de Tours ne sont point cicatrisées, ces militants ne se laissent pas toujours convaincre par le représentant du parti.

19Au sein du nouveau parti, l’amalgame entre les différentes générations militantes s’avère délicat. Il s’opère selon des rythmes variables, car le moment historique de la rencontre des individus avec le communisme s’avère porteur d’un certain nombre de caractéristiques communes. Relevons tout d’abord que socialistes et communistes sont assez fréquemment fils de socialistes ou de républicains anticléricaux : c’est le cas pour Nicod, Vermot-Desroches, Hug, Bruder, etc. Nous retrouvons là une matrice déterminante pour nombre de cadres communistes français des années 1920-1930. Des engagements très variés peuvent aussi se manifester à l’intérieur d’une même génération. Ainsi des militants communistes passés par la SfiO d’avant 1914 peuvent suivre des parcours opposés. Ainsi en 1928, Renard et d’autres s’opposent à l’orientation « classe contre classe », ce qui les mène à la dissidence, quand Miellet, Nicod ou Armand Bideaux l’acceptent facilement. Renard n’est pas seulement un socialiste d’avant 1914, mais aussi un instituteur et un coopérateur. Pour lui, ce sont les dispositions acquises dans l’exercice de cette dernière activité qui priment. La primauté d’un champ d’activité l’emporte alors sur l’appartenance à une génération.

20Au lendemain de la guerre, le syndicalisme constitue la dominante de l’identité des militants socialistes dans ce département. Mais seule la génération montbéliardaise de 1917-1920 rejoint ensuite massivement le communisme. A contrario de la majorité des Bisontins, ils ont connu une double expérience fondatrice, à la fois la mobilisation dans les usines de guerre puis la syndicalisation massive et les grèves. Nombre de syndicalistes unitaires continuent de s’y référer : pour eux, la question de l’autonomie du syndicalisme par rapport au parti communiste demeure liée à cette expérience. À l’échelle départementale, nous n’avons pas constaté de différence d’origine au niveau des pères entre les militants de la CGTU et ceux de la CGT. Les fils d’ouvriers constituent la majorité du corpus dans les deux cas, les fils d’artisans et de paysans étant un peu plus nombreux parmi les confédérés. Les syndicalistes unitaires connaissent une forte instabilité résidentielle, la plus forte pour toute la période 1914-1950. Elle s’explique d’abord par le jeu d’une mobilité structurelle : ces militants sont jeunes, célibataires pour nombre d’entre eux, d’où des départs plus fréquents que chez les confédérés. De même, ils subissent souvent les licenciements, obligés parfois de quitter la région pour retrouver du travail. Souvent métallurgistes qualifiés, ils connaissent également l’instabilité professionnelle propre à ce groupe.

  • 19 A.P Charles, Lettre d’Edgard Ferrand à René Gelin, 23/06/1936.

21Plusieurs générations de syndicalistes se distinguent, ce qui ne signifie pas qu’il s’agisse de groupes cloisonnés. Notons d’abord que ceux qui se réfèrent explicitement au syndicalisme révolutionnaire sont rares (Vagneron, Telmat, Cazals, Hug ou Dabin). Certains revendiquent cette filiation sans appartenir à la génération qui a fondé cette doctrine. Le syndicalisme révolutionnaire se caractérise par une volonté d’indépendance du mouvement syndical à l’égard des partis politiques, pour un mouvement pouvant se suffire à lui-même et capable de prendre en charge toute l’action révolutionnaire. Ainsi Hug s’en revendique sans avoir connu la « Belle Époque » de cette doctrine avant 1914 : « Syndicalement parlant, il est de la vieille école à Fernand Pelloutier, politiquement, il est de l’école anarchiste-communiste et c’est pourquoi il a osé avec sa fougue coutumière contre certains errements du parti19. » Le groupe le plus étoffé correspond aux ouvriers mobilisés dans les usines de guerre, sans tradition ni socialiste, ni syndicale d’avant 1914. Très représentés parmi les métallurgistes, ils adhèrent à la fois à la CGT et à la SfiO avant 1920. Une autre catégorie correspond aux anciens combattants. Enfin des adhérents viennent directement à la CGTU durant les années 1920-1930, comme à Pont-de-Roide et Morteau. Les premières générations demeurent attachées à l’autonomie syndicale, tandis que la dernière accepte plus facilement la liaison avec le PC. Robert Charles illustre l’évolution de cette dernière catégorie.

  • 20 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Robert Charles.

fils cadet d’une famille ouvrière de Morteau, son père meurt des suites de la Grande guerre, laissant sa femme ouvrière sans qualification et ses deux enfants dans la misère. Robert Charles fut d’abord un écolier passionné, surtout par l’histoire, tout particulièrement celle de la Révolution française. Reçu premier du canton au certificat d’études, il aurait pu bénéficier d’une bourse, mais il la refuse, d’abord pour ne pas aggraver la gêne du foyer, mais surtout par intérêt pour le travail horloger. À treize ans, il entre comme apprenti dans une entreprise d’une quarantaine d’horlogers. Il accède, par paliers, au plus haut stade de qualification : à vingt-deux ans, il est déjà capable de fabriquer une montre « tout du long ». En 1929, Robert Charles rejoint la CGTU et devient rapidement « dizenier » (collecteur de cotisations à domicile) puis dizenier central du syndicat. L’année suivante, sous l’influence de Robert Balanche, il adhère au Parti communiste. À cette adhésion selon l’intéressé, trois raisons : prolongement naturel de l’appartenance à la CGTU (encore qu’à Morteau, de nombreux socialistes adhérent à la confédération unitaire) ; exemple de l’URSS magnifiée et mythifiée dans L’Humanité ; contraste entre la misère du foyer et l’opulence des principaux patrons horlogers. Il adhère également à L’Évolution, société de gymnastique laïque, et à l’harmonie municipale, dont il est exclu avec d’autres communistes pour avoir refusé de jouer « La Marseillaise » devant le monument aux morts. Membre de la Libre-Pensée à 17 ans, il dépose son testament pour ne pas être enterré à l’église20.

22Les nouvelles orientations de la CGTU qui, à partir de 1931-1932, se veut à l’écoute de toutes les revendications ouvrières, confortent son engagement et Robert Charles devient le type même du syndicaliste communiste qui émerge alors.

  • 21 Arrêté lors d’une diffusion au camp de Valdahon, Hubert Balanche, secrétaire du Rayon de Pontarlier (...)
  • 22 Sur cette manifestation, voir François Lassus, « Le 19 septembre 1927, l’armée charge la foule à Be (...)
  • 23 Frappé par la police, souffrant d’une crise d’encéphalite aiguë, Lucien Guyon-Vernier n’est pas hos (...)
  • 24 Le Semeur, 15/06/1928.
  • 25 fils de Léon Nicod, il se noie en se baignant lors d’une fête du PC en juillet 1928.

23À Besançon, les militants forment un groupe assez disparate en termes d’âge et d’expériences. Seules les Jeunesses communistes présentent une certaine homogénéité autour d’une classe d’âge réduite. D’abord révoltés par la guerre, beaucoup d’entre eux ne comprennent pas la nécessité du travail syndical. Surtout tentés par l’activisme de la propagande antimilitariste et des journées protestataires, les manifestations et la répression policière sont au cœur de leur engagement. Si tous les centristes n’ont pas quitté le parti avec Frossard, ils ne donnent plus le ton à l’intérieur du parti à partir de 1923. En effet, déjà ralliée à la gauche du parti depuis l’été précédent, la Jeunesse communiste se radicalise. Elle se renforce en raison de l’importance croissante prise par l’activité antimilitariste, qui se traduit notamment par l’édition d’un journal bihebdomadaire, La Caserne, destiné aux appelés du contingent21. Ces jeunes sont très surveillés ; à chaque appel de la classe, les préfets envoient au ministère de l’Intérieur la liste des communistes du département qui vont être incorporés. Les Jeunesses communistes s’activent dans la lutte anticoloniale lors de la guerre du Maroc en 1925 puis en manifestant contre l’exécution des anarchistes Sacco et Vanzetti le 22 août 1927. À Besançon, ils s’illustrent surtout un mois plus tard en ripostant à la police22. En effet, le parti communiste s’oppose à la fête nationale décrétée pour le dixième anniversaire de l’intervention militaire américaine et contre la venue d’une délégation de L’American Legion, association d’anciens combattants engagée dans la chasse aux communistes et anarchistes ; c’est un affront, quelques semaines après l’exécution de Sacco et Vanzetti. Interdite par le maire, la manifestation du 19 septembre rassemble 3 000 personnes. Des bagarres éclatent lorsque la police arrête Maurice Tréand. Le préfet fait appel à la troupe, avec une cinquantaine d’hommes à cheval, et la police procède à une vingtaine d’arrestations. Dans cette seule ville, en un an, la répression se traduit par la mort d’un manifestant en prison23, des perquisitions répétées, une cinquantaine d’arrestations et douze condamnations à des peines d’emprisonnement, qui touchent Tréand, Janin, Lucien Carré et Jean Nicod, secrétaire de l’Entente des Jeunesses communistes24. À 18 ans, ce dernier totalise 16 mois de prison pour des faits liés à ces manifestations et à la diffusion du journal La Caserne25.

  • 26 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notices Henri Janin et Maurice Tréand. C. Penneti (...)

24Cet activisme des Jeunesses est encadré par Maurice Tréand (1900-1949). C’est sur la base de cet engagement à Besançon qu’il entame ensuite une carrière exceptionnelle dans l’appareil du parti, entraînant Henri Janin dans son sillage. Orphelin à 3 ans, élevé surtout par sa tante qui avait déjà 15 enfants, Tréand garde une santé précaire jusqu’à l’âge de 18 ans. Il travaille d’abord avec sa mère qui tient un petit hôtel-restaurant, avant d’être plongeur puis garçon de café et débitant de boissons. Adhérent aux Jeunesses communistes en 1921, il milite d’abord de manière irrégulière entre deux périodes de travail dans diverses villes, puis de manière très active. Bagarreur mais très vite homme de confiance du parti, Tréand s’affirme comme un spécialiste du service d’ordre, efficace dans la préparation de manifestations ou lors d’affrontements avec la police. Arrêté une première fois pour avoir collé des papillons antimilitaristes, il est condamné plusieurs fois à des peines de prison et battu par des gardiens. Il devient secrétaire de la 8e Entente des Jeunesses communistes, puis secrétaire régional de la Région Centre-Est. En 1929, il est affecté comme secrétaire à l’organisation de la Région troyenne. Il séjourne ensuite à l’École léniniste de Moscou de 1931 à 1933. Peu après son retour, il est nommé secrétaire permanent de la commission des cadres et de l’appareil illégal. Il met en place le service de filature des oppositionnels et militants suspects et mène sans état d’âme les opérations les plus difficiles, comme la tentative de publication légale de L’Humanité pendant l’été 194026. Entre 1928 et 1932, c’est sur de tels militants dévoués et obéissants, qui doivent souvent beaucoup au parti, que sa direction s’appuie pour appliquer l’orientation « classe contre classe ».

  • 27 B. Groppo, dans M. Dreyfus et alii (dir.), Le siècle des communisme, op. cit., p. 431.
  • 28 RGASPI, 495-270-835, Autobiographies de Primo Dellacava, 20/08/1933 et 06/11/1937. A. Gagneux, Étra (...)
  • 29 RGASPI, 495-270-835, Autobiographies de Primo Dellacava, 20/08/1933 et 06/11/1937. ADD, M 788, Lett (...)
  • 30 À l’été 1937, les communistes italiens fondent l’Unione Popolare Italiana (UPI) dans le but de réco (...)

25Les communistes italiens forment un autre groupe assez homogène. Au sein du mouvement communiste, les militants d’origine étrangère forment un groupe particulier, au moins dans un premier temps. Parmi les immigrés italiens, les réfugiés politiques arrivent en même temps que les immigrés dits économiques et se confondent avec ceux-ci. À partir de 1923, l’Internationale décide que les communistes étrangers doivent adhérer directement aux partis des pays d’accueil en formant des groupes de langue. Les Italiens forment le groupe de langue le plus important, avec 6 000 adhérents à l’été 192527. Le Doubs compte des groupes de langue italiens à Dampierre-les-Bois, Audincourt et Pontarlier, soit environ 70 membres à la fin des années 1920. Ils vivent comme travailleurs manuels et orientent prioritairement leur activité vers l’immigration, non vers l’Italie. Premier responsable de ces groupes, Bruno Baldini siège au Bureau de la Région, mais en prenant beaucoup de précautions en raison de la surveillance policière. Entré en France en 1925, il a travaillé chez Peugeot à Hérimoncourt. Expulsé de France en 1932, il meurt en combattant dans les brigades internationales en Espagne28. Après son expulsion, il est remplacé par Primo Dellacava, fils de métayer, arrivé en France avec ses parents29. Après avoir travaillé comme aide-maçon et apprenti mécanicien en Italie, il est engagé comme apprenti tourneur chez Japy. Il exerce son métier pendant deux ans, puis occupe divers postes de manœuvre, dans le bâtiment, dans une fonderie et pendant un an et demi chez Peugeot à Sochaux, où il participe à la grève en 1929. Primo Dellacava adhère au PC, au groupe italien de Dampierre-les-Bois. Il est chargé du comité intersyndical (CGTU) en langue italienne pour toute l’Union régionale. Il se déplace pour maintenir le contact politique et syndical avec les différents groupes. Il anime les réunions syndicales du bâtiment, où les ouvriers italiens représentent souvent la grande majorité des présents, et fonde le syndicat du bâtiment de Montbéliard. Dellacava est en étroite relation avec Louis Adami, secrétaire de l’Union Populaire Italienne pour le Doubs30, Pasquale Staubazzi, Auguste Buda, marchand forain, qui se chargera du recrutement de volontaires pour l’Espagne, Pavarelli et Fernand Zanca à Pontarlier. Dellacava est plusieurs fois menacé d’expulsion, notamment après avoir déclenché la grève dans le bâtiment en 1936, car le gouvernement du Front populaire n’accepte pas que les ouvriers étrangers participent à l’agitation sociale. Beaucoup de communistes italiens finissent par s’enraciner de plus en plus en France et participent pleinement au mouvement ouvrier en dehors de ces groupes de langue puis à la Résistance.

  • 31 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit, notice L. Hérard.
  • 32 Loïc Le Bars, « La difficile affirmation de la Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1929) », (...)
  • 33 Paul Rassinier (1906-1967), instituteur dans le Territoire-de-Belfort, fut successivement un milita (...)
  • 34 ADSD, 261 J, 3Mi 6/120, Rapport politique sur la Région Centre-Est, p. 220-221.

26Parmi les professions intellectuelles, les communistes recrutent un peu parmi les instituteurs. L’itinéraire de Lucien Hérard témoigne du rôle qu’ils peuvent jouer dans ces premières années de l’histoire du parti communiste31. Né le 18 octobre 1898 à Moulins (Allier), Lucien Hérard est issu d’un milieu modeste. Mobilisé pendant la guerre, il suit ensuite une formation à l’école normale d’instituteurs de Dijon. Il se marie en 1920 et le couple a un enfant. Il est nommé professeur à l’école primaire supérieure de Besançon, où il exerce de 1921 à 1934. Déjà socialiste de la « génération du feu », c’est dans cette ville qu’il adhère à la SfiC en 1921. En tant que professeur, il maîtrise l’écrit et possède une solide culture. Alors que dans d’autres régions des instituteurs communistes assurent très rapidement des tâches administratives et politiques, son engagement semble assez progressif. Il s’active d’abord sur le plan syndical au sein de la Fédération unitaire de l’enseignement. En 1926, celle-ci compte seulement 3 300 membres, dont près de 200 pour le Doubs et le Territoire de Belfort. Pour l’ensemble du pays, seuls deux centaines d’entre eux adhérent en même temps au parti communiste32. Isolés dans leur milieu professionnel, ces instituteurs sont d’ardents militants syndicalistes et communistes : Renard, Ducret, Fabrizi, Jacquemard, Carrez dans le Pays de Montbéliard, Rassinier33 à Belfort, Alice Jeannerot et Hérard à Besançon, Lopin à Dole. Hérard est secrétaire départemental de cette Fédération et siège à son conseil national, où il commence à se rapprocher des opposants à la ligne confédérale de la CGTU. Hérard est également secrétaire adjoint de l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement. Parallèlement, Hérard entre davantage en communisme probablement courant 1924. Les difficultés s’accumulent pour Le Semeur, qui connaît plusieurs mois d’interruption. Mailluchet, secrétaire de la Région Centre-Est et administrateur du journal, le sollicite pour rédiger une grande partie de l’hebdomadaire, qui peut reparaître en octobre. Secrétaire de sa cellule de rattachement, celle de l’Arsenal, et membre assidu du Bureau régional, il se charge en particulier de la commission agit-prop et de la commission municipale34. Il dirige également l’école de Rayon, chargé des cours d’économie politique, des questions internationales, de la géographie politique et économique.

  • 35 Ibid., p. 221.

27La fonction d’intellectuel dans un parti d’ouvriers prend un aspect singulier au moment où Lucien Hérard y accède. La bolchévisation désigne comme prototype du militant communiste l’ouvrier métallurgiste, le « métallo ». Dans la construction d’un parti prolétarien, les instituteurs représentent les concurrents les plus directs du personnel politique ouvrier et sont de fait ceux que le parti se doit de contrôler le plus étroitement. Ainsi Campiglia, délégué du Centre particulièrement méfiant à l’égard des intellectuels, considère Hérard comme : « Un intellectuel mais un de ceux auxquels nous devons accorder notre confiance tant qu’il marche bien […] C’est un camarade d’une grande activité, très dévoué, d’un bon sens politique, faisant preuve d’initiative35. » Mais selon lui, le manque de cadres intermédiaires ne permet pas de l’entourer et de lui permettre de se révéler pleinement. Campiglia déplore seulement qu’il s’absente durant les deux mois de vacances scolaires, ce qui gêne le suivi du Semeur. En tout cas, ces appréciations encourageantes confirment le sérieux de son engagement.

28Au sein du Bureau régional, une certaine méfiance à son égard s’exprime une première fois fin 1925. En effet, la réorganisation du Bureau conduit le Centre à donner davantage de responsabilités à Tréand et Janin. Ces nouveaux responsables s’affirment déjà comme des hommes d’appareil, conscients de leur rôle à jouer dans ces modifications internes. Comme d’autres membres du Bureau, Hérard n’accepte pas d’être critiqué sur son activité. Selon Nicod, il traverse même une période de dépression et de découragement :

  • 36 ADSD, 261 J, 3Mi 6/120, Lettre de Nicod à Sauvage, 12 novembre 1925, p. 241.

Il est jeune, il a beaucoup travaillé, il escomptait des résultats rapides. De ses déboires plus physiques qu’intellectuels, il a rendu le centre responsable. Son doute pourrait gagner d’autres instituteurs de la région, demi-intellectuels, qui dans la pénurie où nous sommes d’ouvriers éduqués, nous demeurent absolument utiles36.

  • 37 B. Pudal. Prendre parti, op. cit., p. 133.

29Le secrétaire régional souhaite donc toujours que les tâches d’éducation politique soient réservées aux jeunes, en particulier à Hérard, afin d’éviter la transmission de « l’héritage social-démocrate ». Il lui garde finalement sa confiance et l’équilibre se maintient au sein du Bureau régional. La concurrence entre dirigeants ouvriers et dirigeants petits bourgeois, entre intellectuels organiques et intellectuels de formation, ne se manifeste pas vraiment ici, a contrario de ce que connaissent plusieurs autres Régions37.

  • 38 Voir infra, p. 281-282.
  • 39 Animateur de la tendance Gauche révolutionnaire de la SfiO, il devient secrétaire national du Parti (...)

30Cependant Hérard exprime bientôt des désaccords sur l’évolution de l’URSS. Depuis 1924, un premier constat s’impose, celui d’un lien étroit entre la politique de l’Internationale en France et la crise dans le parti russe. Des militants cherchent, mais il leur est bien difficile de comprendre les fluctuations de la politique de leur parti. À la fin de l’année 1927, l’orientation « classe contre classe »38 forme un tout aux aspects multiples, où l’élimination de Trotsky s’ajoute aux enjeux nationaux. Or Hérard n’accepte pas l’exclusion de Trotsky du comité central du parti soviétique. Il franchit le Rubicond en signant la protestation contre cette décision, présentée au Bureau fédéral de la Fédération de l’enseignement début 1928. Pour ce geste considéré comme « antiparti », Hérard est exclu de la SfiC. Ces différends s’expriment dans un contexte répressif, utilisé par la direction du parti pour créer un climat de suspicion propice à la condamnation des réticences politiques. Le cas Hérard montre que les inquiétudes sur l’évolution de l’URSS ne touchent pas seulement les responsables de premier plan comme Souvarine et Rosmer en 1924, car l’exemple soviétique reste au cœur de leurs motivations. Hérard participe ensuite à la création de la Fédération communiste indépendante de l’Est (FCIE). En 1934, il rejoint la SfiO en Côte d’Or puis joue un rôle national au sein de la Gauche socialiste et du PSOP39.

31Nous constatons que des groupes de militants se détachent, structurés à partir des liens tissés autour d’un type d’activité ou d’une génération distincte. Cependant, il est difficile de dissocier tel ou tel facteur déterminant dans leur engagement. Les uns et les autres établissent des rapports différents avec l’organisation et ne vivent pas les tournants de sa politique de la même façon. La bigarrure des adhésions traverse autant la CGTU que le PC. Elle reflète la variété des expériences comme l’ampleur des arrivées et des départs que ces organisations connaissent jusqu’en 1932-1933.

La CGTU dans les années 1920

32Avec la « bolchévisation », les organisations PC et CGTU demeurent distinctes, mais sont imbriquées au niveau de leur direction. Par ses effectifs et son implantation, sa supériorité sur la CGT en région parisienne, la CGTU dispose d’une réelle influence. Qu’en est-il dans le Pays de Montbéliard où ce syndicalisme a conservé des bases solides au lendemain de la scission ?

  • 40 Nous suivons l’étude d’Yves Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p.  (...)

33Il s’agit d’abord de prendre la mesure du tournant que représente la grève dite « des opérateurs » durant l’été 1922, une mobilisation étudiée par Yves Cohen40. Dans tout le pays, cette année de reprise économique est une nouvelle année de riposte patronale. Les usines Peugeot d’Audincourt et Beaulieu vivent en juillet-août une grève massive qui se solde par de nombreux licenciements. Elle se déroule en même temps que la grève du Havre, déclenchée pour protester contre une baisse des salaires de 10 %, une mobilisation qui a un retentissement national par sa durée (110 jours) et son ampleur.

  • 41 Ibid.

34fin 1921, les ouvriers de l’usine des « Autos » à Audincourt avaient exprimé de fortes réserves sur le chronomètrage des tâches et son application est reportée dans cet établissement. Les « opérateurs » (chronométreurs) reviennent en juillet 1922. Ils étudient certaines tâches et estiment que les temps de production peuvent être réduits. Devant les protestations des travailleurs concernés et le déplacement d’une délégation, le chef des opérateurs s’en prend à un ouvrier père de cinq enfants et lui déclare : « Si vous venez protester de nouveau pour d’autres, je vous ferai “foutre” immédiatement à la porte et autant de délégués que vous serez, autant vous y passerez41 ». Face à cette provocation, de très nombreux ouvriers cessent immédiatement le travail et se massent devant les bureaux avec une seule exigence, le renvoi immédiat des opérateurs. Craignant les menaces des grévistes, le directeur exige des délégués qu’ils les raccompagnent à la porte : les chronométreurs défilent encadrés par la délégation, entre deux haies d’ouvriers, sous les huées et les crachats. Cet événement reste dans la chronique sous la formule, « la sortie des opérateurs ».

35L’entreprise Peugeot riposte par le lock-out, renvoyant provisoirement l’ensemble du personnel, gréviste ou non. Le 7 juillet, les usines de Beaulieu-Mandeure se mettent en grève de solidarité avec Audincourt. Dès le premier jour de cette grève, la violence est présente, avec un déploiement de gendarmes à cheval. De nombreux incidents éclatent, mettant les grévistes aux prises avec les « renards », les non grévistes, et les usines sont occupées par les gendarmes. Eugène Hug, très lié à cette usine où il travaille depuis l’âge de 12 ans, secrétaire du syndicat CGTU et du comité syndical des usines Peugeot, anime le mouvement avec Émile Dabin et Charles Cardot. Ils sont aidés par Cazals, qui vient d’être promu au secrétariat de la CGTU et des envoyés de la Fédération des métaux. Alors que les problèmes que rencontrent ces ouvriers sont communs à bien d’autres, les dirigeants de la CGTU entendent comme au Havre garder à cette grève un caractère local.

  • 42 Ibid., p. 144.

36Le travail reprend le 24 juillet à Beaulieu et le 7 août à Audincourt. Malgré des concessions, cette grève est un échec pour les ouvriers, marqué par 170 licenciements et des centaines de mises à pied. Si les chronométreurs ne réapparaissent pas avant longtemps dans les ateliers d’Audincourt, le mouvement ouvrier sort abattu de cette bataille, la dernière de la période 1917-192242. Alors qu’ils s’étaient maintenus jusque-là, les effectifs de la CGTU fondent rapidement et la démoralisation gagne même les principaux militants. C’est dans ce contexte que rebondit la question de la subordination du mouvement syndical au parti communiste. À partir de l’été 1922, Cazals devient un des quatre secrétaires confédéraux de la CGTU. À ce titre, il participe aux débats qui traversent la nouvelle confédération.

  • 43 Jean Charles, « Syndicalisme révolutionnaire et communisme international », dans Serge Wolikow (dir (...)
  • 44 ADD, M 1135, Commissariat spécial Montbéliard, 19/07/1922.

37À la fin juin 1922 se déroule à Saint-Etienne, six mois après la scission syndicale, le premier congrès de la CGTU. Jean Charles a montré les enjeux de ce congrès, capital pour l’Internationale Syndicale Rouge : si la CGTU ne la rejoint pas, celle-ci n’aura en Occident que des assises groupusculaires43. À l’issue du vote sur l’affiliation internationale, la motion « d’adhésion avec réserves » l’emporte. Pour mieux séduire la tendance syndicaliste révolutionnaire qui les a rejoints, les majoritaires lui attribuent deux des quatre postes de secrétaires confédéraux, accordés à Marie Guillot et Cazals. En juin 1922, ce dernier rejette d’abord fermement cette responsabilité. Il subit d’ailleurs les critiques des militants montbéliardais qui l’encouragent à refuser ce siège à Paris : dans leur esprit, Cazals ne peut pas quitter complètement une région où n’existe pas de relève fiable44. finalement, il accepte provisoirement ce poste. Or, la situation est délicate à la tête de la CGTU : en août 1922, Monmousseau, un des secrétaires confédéraux de tendance majoritaire, écrit :

  • 45 RGASPI, 534-1-137, Lettre de Monmousseau à Losovsky, 17/08/1922, copie aimablement communiquée par (...)

Le Bureau [confédéral] ne marche que sur des béquilles ; sur quatre secrétaires, deux sont provisoirement en fonction, seuls Marie Guillot et moi sommes vissés au fauteuil. Nous sommes tombés dans une maison ouverte à tous les vents. Mauvaise organisation de la propagande […] Les masses inorganisées et inexpérimentées partent en grève comme des soupes au lait sans possibilité de coordination45.

  • 46 Institut CGT d’histoire sociale, La Vie syndicale, octobre 1922, n° 1. RGASPI, 534-1-137, Lettre de (...)

38Cazals prend son poste et le Bureau confédéral peut enfin fonctionner à partir de l’automne46. Il est alors le seul secrétaire confédéral membre du parti communiste. Pour lui, fidèle à la motion du congrès de Saint-Étienne, le syndicalisme ne doit pas être influencé par des groupements extérieurs et il doit garder son autonomie, nationalement et internationalement, condition indispensable à son développement.

  • 47 J. Charles, « Syndicalisme révolutionnaire », art. cité, p. 132.

39Au IIe congrès de l’ISR (novembre 1922) sont modifiés les statuts, ce qui aplanit les difficultés. La CGTU rejoint alors l’ISR : une révolution copernicienne pour le mouvement syndical français, selon la formule de Jean Charles47. Pourtant, dès mars 1923, une forte minorité de responsables réclame un congrès extraordinaire pour discuter de cette adhésion. Le tête à tête entre le PC et la CGTU dans le « Comité d’action contre l’impérialisme et la guerre » et la mise en place des commissions syndicales, renforcent le malaise interne. La mise en place de fractions communistes dans les syndicats et les coopératives est une des 21 conditions d’adhésion à l’Internationale communiste, qui commence seulement à être appliquée.

  • 48 Placé sous le régime de la détention politique, Cazals côtoie Cachin, Marrane, Semard, Treint, Lart (...)

40C’est au cours de son emprisonnement à Paris que Cazals évolue vraiment. Avec plusieurs dirigeants communistes, il a été condamné à quatre mois de prison pour « attentat à la Sûreté extérieure et intérieure de l’État », c’est-à-dire pour avoir représenté la CGTU à la conférence d’Essen le 6 janvier 1923. À l’appel du « comité d’action contre l’impérialisme et la guerre », cette réunion des représentants de sept partis communistes et de la CGTU visait à organiser une protestation internationale contre l’occupation de la Ruhr. Cette période de captivité lui sert de pause pour la maturation de ses désaccords. Il est sans doute aussi touché par la démission de son ami Frossard du poste de secrétaire du parti communiste48.

  • 49 Slava Liszek, Marie Guillot, de l’émancipation des femmes à celle du syndicalisme, Paris, L’Harmatt (...)
  • 50 J. Charles, « Syndicalisme révolutionnaire », art. cité, p. 132.

41Les débats commencent à la direction confédérale début mai 1923. La discussion engagée par Marie Guillot, Lartigue et Cazals devient vite un dialogue de sourds49. Dans ce contexte, pour Monmousseau et Semard à la tête du courant syndicaliste communiste, ce qui est en danger, c’est la révolution elle-même50. Pour eux comme pour les dirigeants de l’IC, il ne fait aucun doute que les « fédéralistes », les « anarcho-syndicalistes » et, à plus forte raison, les « réformistes petits-bourgeois » expulsés du PC, ont entrepris une vaste offensive contre l’IC. Le courant syndicaliste révolutionnaire prend alors ses distances. Guillot, Cazals et Lartigue, certains que la majorité des unitaires partagent leur point de vue, fondent les Groupements syndicalistes révolutionnaires (GSR).

  • 51 RGASPI, 534-1-137, correspondance CGTU-ISR, 1921-1931, lettre de Renard au Bureau politique de la S (...)
  • 52 J. Charles, « Syndicalisme révolutionnaire », art. cité, p. 132.
  • 53 Entretien avec Maurice Mourlot.

42La jeune CGTU se trouve alors au bord de la scission et la majorité syndicaliste-communiste se résout à convoquer un congrès extraordinaire en novembre. Si la majorité regarde les syndicalistes révolutionnaires comme un bloc, certains considèrent Marie Guillot et Cazals comme de « vrais réformistes51 ». Les motions préconisant le retrait de l’ISR recueillent au total seulement le quart des mandats. À l’exception du bâtiment de Besançon et du gaz de Belfort, les autres syndicats du Doubs et du Territoire de Belfort se prononcent en faveur de la position majoritaire : nul n’est prophète en son pays… Battu, Cazals démissionne du secrétariat confédéral. Ce congrès enregistre donc la très nette victoire de la majorité gagnée aux orientations et pratiques de l’ISR. Une période se clôt définitivement pour le mouvement syndical français52. Cazals cesse toute activité militante peu après, mais maintient des contacts personnels dans le Doubs53. La SfiC le désigne bientôt et pour longtemps comme un « ennemi du Parti », qui a su bénéficier des largesses de Peugeot.

  • 54 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical, op. cit., p. 106-107.
  • 55 ADD M 1135, Commissariat spécial de Besançon, 8/01/1923.

43Quelques autres militants prennent également position pour l’autonomie du syndicalisme, ceux du syndicat du gaz de Belfort et Georges Vagneron, du syndicat du bâtiment de Besançon. Élu en juin 1922 secrétaire adjoint lors du congrès de l’Union syndicale unitaire du Doubs, Vagneron assure de fait la direction départementale quand Cazals rejoint le secrétariat confédéral et lors de son emprisonnement54. En janvier 1923, Vagneron et ses proches, alors membres du groupe communiste de la ville, expriment leurs désaccords lorsque le parti rappelle la nécessité de créer des commissions syndicales, une décision du parti laissée lettre morte dans le Doubs55. Un mois plus tard, ils quittent le parti communiste. Son syndicat abandonne la CGTU en 1925 et rejoint une partie de la Fédération du bâtiment devenue autonome. Mais l’expérience ne satisfait pas Vagneron et, dans un souci unitaire, il revient avec son syndicat à la CGT en 1927. Les parcours de Cazals et de Vagneron montrent que des militants pouvaient tenir un discours révolutionnaire et même adhérer au parti communiste, mais refuser tout contrôle de leur activité au nom de l’autonomie syndicale. Depuis la conférence de Zimmerwald, bien des combats politiques ont traversé le mouvement ouvrier. Il ne suffisait pas d’avoir été un opposant à la guerre, ni même un syndicaliste de tendance minoritaire en 1920 pour rester un révolutionnaire conséquent en 1923. Dans un contexte social stabilisé, cette clarification des positions se fait avec difficulté, au terme de débats très vifs sur le sens du parti révolutionnaire à construire.

  • 56 Faute de sources sûres pour établir une série départementale continue, nous restons ici au niveau d (...)
  • 57 J. Charles, dans C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., p. 49. M. Dreyfus, Histoire de la (...)
  • 58 J. Charles, La CGTU et l’enracinement, op. cit., p. 449.
  • 59 Ibid., p. 366.
  • 60 Le Semeur, 27/11/1925
  • 61 AP Charrières, Cahier de trésorerie du syndicat des métaux de la région d’Audincourt, 1926-1930.

44Dans le Pays de Montbéliard, le reflux des effectifs de la CGT intervient plus tardivement que dans le reste du pays où il est souvent consécutif à l’échec de la grève des cheminots de 1920. Globalement, le nombre des adhérents diminue de moitié entre la fin de l’année 1919 et mars 1921, passant de 15 000 membres à moins de 8 000, une baisse considérable mais plus limitée que dans d’autres départements56. En 1922-1923, à l’échelle nationale, la CGTU compte sans doute plus d’adhérents que la CGT. Ses effectifs progressent jusqu’en 1926 pour atteindre 475 000 adhérents, avant que la tendance ne s’inverse jusqu’en 1932, avec un étiage autour de 258 00057. Selon Jean Charles, la confédération unitaire se caractérise « par une structure bicéphale bien lourde pour un corps trop grêle » : sur le plan géographique, la région parisienne concentre un quart des syndiqués et, sur le plan professionnel, la Fédération des cheminots regroupe un tiers de l’ensemble58. Dans le Doubs, le recul des effectifs de la CGTU s’accélère après les grèves de l’été 1922 : en somme, elle perd en 1922-1923 les adhérents qui n’avaient pas quitté la CGT après mai 1920. Sur les 50 syndicats que comptait l’UD CGT en mars 1921, 27 d’entre eux rejoignent la CGTU en janvier suivant, dont tous les syndicats du Pays de Montbéliard, à une exception près. En un an, presque la moitié de ces organisations disparaissent. Sur la période 1922-1927, ce département connaît une mortalité syndicale plus forte que la moyenne confédérale59. Avec entre 3 000 et 5 000 adhérents en 1927, le Doubs apparaît comme une petite Union à l’échelle de la Confédération. Présente surtout chez les cheminots et dans la métallurgie, la CGTU reconduit les caractères de la syndicalisation de 1917-1920. Elle ne pénètre ni le textile, ni le papier-carton, où elle trouve pourtant des forces dans d’autres régions. Autour d’Audincourt, la progression amorcée en 1925 se poursuit jusqu’en 1929. En novembre 1925, le secrétaire de la Fédération de la métallurgie félicite les militants pour avoir développé des syndicats solides60. Les effectifs du syndicat régional des métaux oscillent entre 550 et 800 pour les années 1926-192961.

  • 62 M. Pigenet, « La CGTU et la question spatiale : retour sur un débat oublié des années vingt », art. (...)
  • 63 Selon le trésorier de la 5e UR, la répression patronale aurait entraîné une perte de 250 adhérents  (...)
  • 64 ADSD, 261 J, 3Mi 6/410, Secrétariat romain, rapport sur le mouvement gréviste en France, 15/07/1930
  • 65 ADD, 145 J, CEMO, Registre des procès-verbaux du syndicat autonome des métaux d’Audincourt, 30/10/1 (...)
  • 66 C. Willard (dir.), La France ouvrière, t. 2, op. cit., p. 52.

45Sur le plan organisationnel, la CGTU innove en 1926 en créant des syndicats régionaux et en remplaçant les UD par des Unions régionales. Elle veut ainsi en finir avec les survivances corporatistes et localistes auxquelles la CGT voulait s’opposer depuis 191362. Les limites des départements comtois servent à définir une 5e Union régionale, qui récupère le nord du Jura. Avec les syndicats régionaux, l’objectif est de rassembler les organisations locales, certaines comptant très peu d’adhérents et sans grandes ressources financières, pour n’en constituer qu’une, où les militants des sections les plus fortes soutiendraient l’action des plus petites. En même temps, des sections syndicales d’entreprise tentent de s’implanter sur le lieu de travail. En janvier 1926, les organisations des métaux de Belfort et du Pays de Montbéliard se regroupent dans le Syndicat unitaire des métaux de la région d’Audincourt-Belfort, dont le siège se situe au Cercle du Travail de Beaulieu-Mandeure. Les fondateurs projettent de tenir une permanence, d’installer un bureau de placement et une caisse de secours. De manière générale, cette réorganisation contribue à relâcher les liens entre les adhérents et le secrétaire du syndicat. De même, la direction de l’UR s’éloigne des syndiqués de base. Ces innovations s’avèrent catastrophiques : coupés de leurs racines, les syndicats s’étiolent rapidement. Les responsables régionaux attribuent souvent les départs aux conséquences de la répression patronale, un phénomène indéniable mais qui n’explique pas tout63. À partir de 1929, avec les outrances de l’orientation « classe contre classe », il devient encore plus difficile de retenir les adhérents. Si plus d’une centaine d’ouvriers de Seloncourt adhèrent à la CGTU en avril 1929, ils l’abandonnent au bout de quelques mois, de même pour les 2 000 métallurgistes organisés à Belfort l’année suivante64. En 1932, le syndicat régional des métaux ne compte plus que 72 membres65. La baisse touche la CGTU dans son ensemble, mais surtout le secteur privé, la Fédération de la métallurgie passant de 40 000 à 16 000 membres entre 1926 et 193266. À cette date, reste à la CGTU le noyau le plus enraciné dans le mouvement communiste.

46La centralisation et le contrôle sur le mouvement syndical constituent les principes intangibles de la « bolchévisation » imposée par l’IC. Mais ces objectifs, qui heurtent les pratiques des militants venus au syndicalisme au lendemain de la guerre, ne sont pas immédiatement appliqués dans la Région Centre-Est. Puis à partir de la fin de l’année 1925, l’Internationale entre dans une courte phase où elle encourage la recherche d’alliances avec d’autres partis et des forces bourgeoises comme en Angleterre et en Chine. En France, le parti communiste multiplie ainsi les démarches auprès de la SfiO et donne plus d’importance à l’activité syndicale, avec le souci de se rapprocher des préoccupations concrètes des travailleurs. C’est un coup d’arrêt au processus de bolchévisation, mais sans retour en arrière.

  • 67 S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., p. 472.
  • 68 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice F. Monnier.

47Pour Serge Wolikow, ces années 1926-1927 voient le développement d’un militantisme ambivalent qui combine tradition républicaine de gauche et expérience syndicaliste révolutionnaire : « L’incorporation de syndicalistes à la direction du PC conduit à l’introduction d’une culture politique qui résiste à la bolchévisation, car ses références restent celles des grandes grèves de 1919-192067. » Fernand Monnier, secrétaire de l’Union régionale CGTU, accède ainsi au comité central du PC lors du congrès de 192668. C’est un des principaux militants des cycles Peugeot depuis 1918-1919, qui a été licencié en 1921. Il appartient à ce groupe de syndicalistes qui a choisi de rester au PC après le départ de Cazals.

  • 69 Voir infra, p. 238.
  • 70 CGTU, Congrès national ordinaire, 4e de la CGTU, 19 au 24 septembre 1927.

48En 1927, la CGTU élabore un programme revendicatif précis centré sur un salaire minimum vital et l’échelle mobile des salaires. C’est aussi durant cette brève période que Nicod applique à Besançon la tactique unitaire de la confédération69. Ces objectifs, approuvés par la totalité des délégués francs-comtois au congrès confédéral de 1927, confortent les pratiques des syndicalistes du Pays de Montbéliard70. Ils mettent à profit l’autonomie que le parti leur laisse pour poursuivre leur activité dans les coopératives, voire pour en élargir le champ. En 1921, à son 3e congrès, l’IC lance le mot d’ordre « Allez aux masses ! ». Alors que les possibilités de révolution s’éloignent, les révolutionnaires doivent chercher à ne pas rester isolés de la majorité des travailleurs et donc à intervervenir dans les organisations où ils sont présents. C’est dans cette perspective qu’ils abordent la question des coopératives. Elles existent de longue date en Europe occidentale et dans le cadre de la nouvelle tactique, les communistes ne peuvent pas purement et simplement rejeter ou même ignorer ces institutions qui rassemblent de nombreux travailleurs, notamment en Grande-Bretagne, Belgique et Allemagne. Les communistes doivent d’abord propager leurs idées en leur sein et faire de la coopération un instrument de la lutte des classes. À l’intérieur des coopératives, ils doivent être organisés en fraction, mais sans chercher à les détacher de la FNCC. Cette tactique est donc un moyen privilégié de la politique de Front unique défendue par l’Internationale communiste.

  • 71 J.-P. Goux, Mémoires de l’enclave, op. cit., p. 409.
  • 72 Soit plus de 8 millions de francs en 1930-1931 : Louis Renard, Historique de la Fraternelle de Vale (...)
  • 73 L’Œuvre sociale, 24/03/1923.

49Ce sont des communistes qui dirigent la Fraternelle de Valentigney. Son président Renard anime la commission coopérative au sein du bureau régional. En revanche, L’Avenir syndical et ses 1 500 sociétaires à Audincourt échappe à ce parti. Avec la municipalité de Seloncourt et le syndicat des métaux CGTU, la Fraternelle sert de point d’appui au Rayon de Valentigney, ce qui facilite son enracinement. Le succès de cette coopérative peut se mesurer à la fois comme une victoire ouvrière sur Peugeot, consolidée par l’investissement des communistes, et comme une réussite commerciale. Indépendante depuis 1917, elle résulte de l’action de militants qui ont su la faire prospérer contre vents et marées. Depuis sa démobilisation en 1919, l’instituteur Louis Renard, secrétaire du syndicat de l’enseignement du Doubs, en est l’administrateur-délégué. Or, La Fraternelle est la seule victoire ouvrière des années 1921-1922. Ses administrateurs ont supporté les démarches juridiques des « porteurs de titres » et le licenciement, à quelques mois de la retraite, du président de la coopérative, Alfred Jacquemin, par la direction des cycles Peugeot, ce qui le prive de ses droits à une pension. En 1924, c’est une victoire au terme de sept ans de guerre ouverte. Campagne de presse, affiches, actions en justice, licenciements, intervention ministérielle contre Renard, tout cela pour empêcher qu’une coopérative alimentaire fondée par un Peugeot soit gérée par des ouvriers71. Rassemblant plus de 3 100 sociétaires, La Fraternelle est une coopérative innovante et solide sur le plan commercial. Par le volume de ses ventes, elle constitue une structure de taille moyenne dans le paysage coopératif français72. Elle tient longtemps la première place parmi les sociétés du Pays de Montbéliard. Elle adhère à la FNCC et au magasin de gros des coopératives de France. Elle dispose de vastes magasins et de succursales dans les communes voisines. Le commerce est diversifié : épicerie, boulangerie, lait, vins et liqueurs, boucherie, mercerie, étoffes, chaussures, quincaillerie, bois et charbon, poste d’essence, etc… Ce succès s’explique d’abord par l’absence de concurrence : il n’y a pas dans son environnement direct de commerces privés bien organisés, comme à Montbéliard. Depuis 1921, La Fraternelle réserve une partie de ses « trop-perçus » aux œuvres sociales, sous forme de dons aux écoles, bibliothèques ou aux bureaux de bienfaisance73. Elle subventionne également des établissements hospitaliers, des dispensaires, des sanatoriums. Elle consacre d’importants crédits à des fêtes pour enfants, des allocations lors des naissances et des décès dans les familles. Mais en 1922, le tribunal annule les subventions allouées aux victimes de la faim en Russie, au Collège de France ou aux bibliothèques. Il réduit également le compte des dépôts avec obligation de rembourser le surplus aux sociétaires. Ces interventions judiciaires visent à lutter contre la décision d’investir la ristourne dans une logique socialiste. L’adoption de nouveaux statuts permet de contourner cette difficulté. Ils rendent possible la création et l’exploitation de restaurants ou cafés, la gestion et la construction d’habitations, de bains-douches et de toutes œuvres sociales, spectacles et bibliothèques.

  • 74 Michel Dreyfus, « 1924-1927 : un moment privilégié de l’histoire de l’ISR », dans Mikhail Narinsky, (...)
  • 75 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 134-135.

50La question des coopératives n’est donc pas nouvelle du point de vue des communistes. À l’intérieur de la CGTU, le débat sur le syndicalisme à bases multiples lors du congrès de septembre 1927 lui donne une autre résonance. En effet, comment faire pour enrayer la déperdition militante qui touche le syndicalisme et éviter que les organisations ne se transforment en syndicats-passoires ? Michel Dreyfus a montré comment ce problème récurrent est longuement débattu à cette occasion74. Dans le but de construire des syndicats puissants, il devient nécessaire de créer des institutions « attachant les ouvriers aux masses » en constituant des caisses de grèves et de chômage, des caisses de secours mutuels et des coopératives, bref tout un réseau d’organisations susceptibles de répondre aux intérêts immédiats des ouvriers auxquels la CGTU ne s’intéresse pas suffisamment75. Les délégués sont invités à examiner l’activité syndicale dans ces œuvres sociales sans préjugé : ni réformistes, ni révolutionnaires par essence, elles dépendent entièrement du contenu qui leur est donné.

51Dans la perspective du vote de la loi sur les Assurances sociales et afin d’élargir les bases de l’intervention syndicale classique, la CGTU décide donc de créer une Caisse Nationale de Solidarité Ouvrière. En 1920, l’UD CGT avait déjà mis en place des services pour les adhérents, d’abord avec une caisse de grève facultative et en créant deux Cercles du travail. Mais en 1928, la coopérative La Fraternelle s’avère en meilleure posture pour fonder une caisse primaire d’assurance sociale, affiliée à la Caisse créée par la CGTU. En 1928, Le Semeur traite régulièrement de cette question, y compris dans sa « Tribune paysanne » pour élargir le champ de recrutement. Pour les unitaires de la 5e Union régionale, les travailleurs doivent adhérer uniquement à des caisses indépendantes des pouvoirs publics et du patronat, qu’ils pourront gérer eux-mêmes, gagnant ainsi une nouvelle parcelle d’autonomie.

  • 76 Le Semeur, « Debout contre la dictature de Peugeot ou : les signatures volées ne valent rien », 26/ (...)
  • 77 Le Semeur, 23/02, 16/03, 16/05, 8/06/1929.

52Or, en janvier 1929, le syndicat des métaux est pris de vitesse par les Automobiles Peugeot qui mènent une campagne pour obtenir l’adhésion du personnel à la caisse primaire de l’entreprise. La direction Peugeot la présente comme une obligation en cas d’appartenance préalable à la société de secours mutuels de l’entreprise. Or la loi garantit une liberté de choix et le syndicat s’oppose à ces signatures obtenues sur la base d’un mensonge. Il appelle à désigner des administrateurs ouvriers et Le Semeur publie chaque semaine une mise en garde contre les caisses patronales76. Pour encourager les adhésions à la caisse de La Fraternelle, les syndicalistes multiplient les réunions dans les principales localités comme dans des villages ouvriers plus éloignés77. Début mars, Renard fonde une section de la caisse primaire de Valentigney autour d’une centaine d’ouvriers de Sochaux. La grève qui éclate en juin met un terme à cette campagne. Elle ne sera pas relancée ; entre-temps, la CGTU a changé de politique et sa caisse nationale d’assurance sociale reste à l’état embryonnaire.

L’orientation « classe contre classe » : des réticences à la crise interne (1928-1932)

53De la politique d’ouverture menée en 1926-1927, le mouvement communiste récolte seulement quelques fruits. Encore faut-il que ses choix lui permettent de gagner véritablement la confiance des gros bataillons de la classe ouvrière. Dans le Doubs, il en est loin, d’autant que l’Internationale ne lui en laisse pas le temps. À partir de 1928, une nouvelle orientation vient briser le fragile édifice et provoque même l’éclatement du parti dans la Région Centre-Est.

54La direction de l’Internationale communiste élabore l’orientation « classe contre classe » durant l’été 1927. Elle constate que sa politique d’ouverture et d’alliance à tout prix avec des forces politiques bourgeoises a conduit à l’échec des grèves en Angleterre et de la révolution en Chine. Pour l’IC, le monde capitaliste traverse alors une nouvelle phase caractérisée par l’aggravation des risques d’agression contre l’URSS et l’intégration croissante de la social-démocratie dans l’appareil d’État des pays capitalistes. Celle-ci est analysée comme un « social-fascisme », c’est-à-dire un détachement de la bourgeoisie, avec lequel aucun front commun n’est acceptable. Après un tournant à droite, l’IC opère donc un brutal tournant à gauche, tandis que le contexte interne au parti russe comme à l’Internationale demeure dominé par la lutte contre Trotsky.

  • 78 S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., p. 976.

55À l’échelle française, la nouvelle ligne consiste d’abord à ne conclure aucun accord électoral avec la SfiO afin de rompre avec les traditions politiques républicaines78. La direction du parti et de nombreux cadres régionaux suivent à contrecœur cette « deuxième bolchévisation ». Avec l’existence d’un courant républicain de gauche anticlérical et défenseur des petits contre le grand patronat, la question des alliances électorales s’est déjà posée au PC. Avec un scrutin proportionnel, il pouvait facilement choisir de maintenir ses candidats au second tour, comme le faisait d’ailleurs la SfiO dans certains cas. La réforme électorale de 1927, réalisée explicitement pour réduire l’influence communiste au parlement, change la donne en instaurant le scrutin d’arrondissement uninominal majoritaire à deux tours. Ces nouvelles modalités s’appliquent aux élections législatives de 1928. Le parti communiste propose à la SfiO un accord général dans lequel les deux partis s’interdisent toute autre alliance, notamment avec les radicaux. Les accords peuvent être conclus uniquement dans ce cadre, ce que les socialistes refusent. Si l’entente ne se réalise pas, il n’y aura aucun désistement, même si la victoire d’un candidat de droite est ainsi assurée.

56Dans la circonscription de Montbéliard, la SfiO présente l’avocat René Rucklin. Proche des chrétiens du Sillon avant 1914, ce Belfortain devient socialiste puis membre du parti communiste en 1920. Il suit Frossard et démissionne de ce parti en mars 1923. Il passe brièvement par l’Union socialiste-communiste avant de revenir à la SfiO, où il défend le soutien aux radicaux. En 1928, il est adjoint au maire radical-socialiste de Belfort. Le PC lui oppose Louis Renard qui écrit :

  • 79 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs, op. cit., p. 332.

Il est impossible d’accorder la moindre parcelle de confiance au renégat Rucklin qui, avant-hier communiste, hier socialiste-communiste, aujourd’hui socialiste, sera demain… peut-être comme son ami Paul-Boncour socialiste et candidat officiel de l’Union nationale79[…].

57En réplique, les socialistes de La Tribune de l’Est jugent le programme de Renard bien édulcoré par rapport à celui de 1924, plus réformiste que révolutionnaire :

  • 80 La Tribune de l’Est, 7/07/1928, cité par L. Mairry, Le département du Doubs, op. cit., p. 330.

Le candidat du chambardement, de l’action directe, des mitrailleuses dans la rue présente au corps électoral un programme à l’eau de rose que ne désavouerait pas le dernier des radicaillons bouillonistes […] En d’autres termes, pour piper les suffrages des électeurs, le citoyen Renard n’hésite pas à mettre le drapeau de Moscou dans sa poche avec son mouchoir par-dessus. Quand on s’appelle Renard, on est tenu de se montrer rusé80.

  • 81 Ibid., p. 331.

58Au premier tour des élections, le parti communiste enregistre un gain sensible : avec 11,24 % des votants, il gagne près de 200 000 voix sur 1924, mais perd une dizaine de députés par rapport au scrutin précédent. Dans le Doubs, il passe de 6 à 7,7 % des suffrages exprimés81. Cet électorat grossit grâce à l’apport d’électeurs socialistes. Au second tour, Tréand pour le PC et Jouchoux pour l’Union socialiste-communiste maintiennent leurs candidatures à Besançon-ville. À Montbéliard, Renard, qui a obtenu 16 % des voix au premier tour, maintient d’abord sa candidature conformément aux instructions du parti. Mais coup de théâtre, la veille du scrutin, une affiche publiée par le Rayon communiste et signée par Renard annonce le retrait de sa candidature. Au second tour, Rucklin l’emporte avec 11 268 voix contre 10 422 au candidat de l’UNR. Par rapport au premier tour, il gagne 7 157 voix, c’est dire qu’il obtient pratiquement la totalité des voix qui s’étaient portées sur le candidat radical et sur le communiste.

  • 82 Le Semeur, 4/05/1929.

59Ce désaccord et ce manquement à la discipline du parti entraînent des sanctions. Ferrand, le secrétaire de Rayon, écope de la mesure la plus lourde, un an d’exclusion pour n’avoir pas maintenu fermement la candidature de Renard. Après l’adoption de la nouvelle orientation, militants et cadres locaux réagissent lorsque les choix se concrétisent au plan électoral ou syndical. Renard est un socialiste d’avant 1914, mobilisé pendant la guerre, un de ceux qui forment la « génération du feu » et se rallient à la Troisième internationale. Il appartient à cette génération qui a vécu la naissance du parti communiste, c’est-à-dire le temps des transferts, des héritages et des ruptures qu’il faut intégrer. Il a milité avec les centristes Frossard, Bellino, Cazals qui sont restés à la SfiO ou ont quitté le parti peu après, et il a été confronté de près à leurs interrogations. Il ne peut se résoudre à maintenir sa candidature et prendre le risque de faire élire le candidat de droite, tant restent forts ses réflexes liés à la vie politique républicaine. Après coup, les militants de Valentingey disent regretter leur choix et acceptent la nouvelle orientation. Le Bureau régional lève ses sanctions mais les désaccords ne tardent pas à resurgir82.

La « stratégie des grèves » chez Peugeot en 1929

60Cette grève atteste d’abord de la résistance des ouvriers confrontés à la réorganisation des usines du groupe. Animée par des militants de la CGTU, elle témoigne de la force de leur engagement mais aussi des résistances que soulève la nouvelle « stratégie des grèves ». Le Pays n’a pratiquement pas connu de grève depuis l’été 1922 et le nombre de grévistes le Premier Mai diminue régulièrement. Le conflit de 1929 résulte pour beaucoup de l’activité menée par Ferrand et Adrien Langumier pour prendre en compte les revendications ouvrières. Syndicaliste de l’Yonne, Langumier assure des tournées de propagande en Franche-Comté depuis 1925. À l’automne 1928, il succède à Monnier à la tête de la 5e Union régionale CGTU et se déplace régulièrement dans la région. Dès lors, le refus d’une application sectaire de l’orientation « classe contre classe » peut rapprocher les Audincourtois de ce Bourguignon.

  • 83 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Procès verbal de la réunion du syndicat régional des métaux, 23/06/1929.

61L’agitation des unitaires commence en avril 1929 par la diffusion d’un premier tract « aux Autos ». Les adhérents CGTU de l’usine d’Audincourt, une cinquantaine, en majorité des ouvriers professionnels, élaborent ensuite leur cahier de revendications. La CGTU organise un meeting pour le Premier Mai, alors que rien de tel n’avait été organisé depuis 1923. Peu après, chez Kuntz-Wyss à Seloncourt, la direction accorde une augmentation générale après quelques débrayages et la section unitaire se renforce83. Cette agitation commence à un moment précis de l’histoire des Automobiles Peugeot, celui du lancement du modèle de voiture 201. Pour Yves Cohen, cette nouvelle série introduit un changement d’époque :

  • 84 Yves Cohen, « Intensifications techniques et subjectivité : à propos de la 201 Peugeot (1928-1931)  (...)

Les façons de travailler commencent à changer et la modification d’ensemble est sûrement déjà perceptible par les ouvriers d’Audincourt, rompus depuis plus de 30 ans aux aléas de l’histoire automobile et très mobilisés depuis 191784.

  • 85 Daniel Henri, « Comptes, mécomptes et redressement d’une gestion industrielle : les Automobiles Peu (...)
  • 86 Y. Cohen, « Intensifications techniques et subjectivité », art. cité, p. 13.

62À la méthode dite des « petits patrons » (des équipes autonomes responsables de leur production dans chaque atelier), les dirigeants de la SAAP substituent un système de salaire au rendement, dit « salaire au boni »85. Il s’agit là d’une évolution générale dans l’industrie à mettre en relation avec l’extension du travail à la chaîne. La grève intervient à l’exact moment de cette refonte générale des systèmes de salaires dans les usines Peugeot86.

  • 87 Membre du comité d’usine d’Audincourt, licencié à la fin du conflit, Jules Demeuzy travaille ensuit (...)
  • 88 ADD, M 2622, Questionnaire du ministère du Travail, juillet 1929.
  • 89 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Adrien Langumier, « Rapport sur le conflit Peugeot », p. 13.

63Début mai, le syndicat régional des métaux édite des papillons collés dans les ateliers appelant à désigner des délégués pour un comité d’usine : 18 représentants sont élus et parmi eux, Jules Demeuzy se montre particulièrement actif87. Le 18 mai, les délégués du comité d’usine font signer une pétition demandant une hausse des salaires de 0,50 franc de l’heure pour tous avec un salaire horaire minimum de 3,50 francs pour les manœuvres, une augmentation de l’indemnité familiale de 25 francs par mois et par enfant, 21 jours de congés payés annuels (une demande devenue assez fréquente à l’époque), le respect absolu des 8 heures et la reconnaissance des délégués pour l’hygiène et la sécurité88. Selon Langumier, la pétition reccueille en quelques jours 1 260 signatures sur 2 114 ouvriers89. Cette campagne s’inscrit encore dans l’application des résolutions du congrès de Bordeaux (1927) de la CGTU, mettant l’accent sur les activités de masse et la satisfaction des revendications quotidiennes.

  • 90 Y. Cohen, « Intensifications techniques et subjectivité », art. cité, p. 3.
  • 91 ADD M 2622, Commissariat spécial Montbéliard, 24/05/1929.
  • 92 ADSD, 261 J, 3Mi6/360, Adrien Langumier, « Rapport sur leconflit Peugeot », et Procès-verbal de la (...)

64La direction Peugeot envoie alors un courrier au domicile de chaque employé. Cette contre-attaque intervient alors qu’Ernest Mattern est complètement écarté de la gestion des relations sociales. Comme en 1922, c’est un membre parisien de la direction qui mène le conflit jusqu’à son terme90. Le 23 mai, la direction annonce son refus des revendications comme de nouvelles discussions avec les délégués. Devant une assemblée de 400 personnes, Ferrand, le secrétaire du syndicat des métaux, se prononce pour la grève, mais plusieurs ouvriers suggèrent d’attendre l’adhésion de tout le personnel au syndicat pour se lancer dans l’action91. Pour eux, l’expérience de la syndicalisation massive du lendemain de la guerre, gage de l’unité, mais aussi l’échec de la grève de 1922 demeurent des points de repère. Dans cette usine d’Audincourt, la génération ouvrière née de la guerre est encore bien présente. Dans celle de Sochaux, où la main-d’œuvre s’est beaucoup renouvelée, ce fonds s’est davantage dilué. Ces différences interfèrent dans le déroulement de la grève. La direction annonce au matin du 28 mai des hausses de salaires pour certains ouvriers et des reclassements, mais elle refuse de confirmer ces augmentations par écrit et les ouvriers se mettent en grève l’après-midi même92. En retour, la direction de la SAAP décide le lock-out de l’usine à partir du jeudi 30 mai.

  • 93 Ibid.
  • 94 CAP, Rapport technique, septembre 1928.

65Les dirigeants unitaires et les grévistes vont désormais chercher à entrainer l’usine de Sochaux93. Le syndicat régional des métaux ne dispose que d’une ou deux dizaines d’adhérents et d’une section de la main-d’œuvre étrangère, dispersés et forts discrets dans cette usine de 7 000 ouvriers. C’est donc pour l’essentiel de l’extérieur que les militants de la CGTU multiplient leurs efforts avec des prises de paroles. Les premiers grévistes se manifestent le vendredi 31 mai : environ 1 000 ouvriers quittent le travail dès le matin94. Il s’agit des ouvriers des « vieilles usines » par opposition à la « nouvelle », c’est-à-dire la carrosserie construite en 1926. Cette différence de mobilisation et d’appellation entre les deux parties de l’usine révèle une histoire des différenciations dans le travail : des fractions de classe et de générations ouvrières existent côte à côte, sans former un tout homogène. Des ouvriers lock-outés d’Audincourt arrivent en milieu d’après-midi, stationnent sur la route qui sépare les usines, collés contre les grilles sous la pluie, parlant, criant, tendant les mains aux grévistes. Ceux-ci sont en fait enfermés dans les cours de la « vieille usine ». Ces 1 000 à 1 500 grévistes cherchent à rejoindre les manifestants et font céder la grille. Ils sont 6 à 700 à vouloir pénétrer dans la carrosserie de l’autre côté de la route, mais ils renoncent en présence des gendarmes.

  • 95 Le Semeur, 8/06/1929.
  • 96 CAP, Rapport technique, février 1929.
  • 97 L’Humanité, 4/06/1929.
  • 98 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Adrien Langumier, « Rapport sur le conflit Peugeot », et Procès-verbal de l (...)

66La grève continue le samedi matin, cette fois dans l’usine de carrosserie95. Le dimanche, des gardes mobiles occupent Sochaux, Montbéliard, Valentigney et Beaulieu. Ils fixent des planches sur les grilles de l’usine sochalienne pour empêcher tout contact entre les ateliers et l’extérieur. Mardi 4 juin au matin, des grévistes venus d’Audincourt bloquent une partie des trains et camions utilisés pour le transport du personnel96. Certains jettent des pierres sur les gardes mobiles. Le slogan des unitaires « Ne travaillez pas sous la botte des gardes mobiles ! » trouve un certain écho. Le taux de grévistes atteint peut-être son niveau le plus élevé, sans paralyser complètement l’usine. Le déploiement des forces de police est renforcé, doublé de l’interdiction des rassemblements de plus de deux personnes97. Le nombre de grévistes fléchit très nettement le jeudi 6 juin. Une affiche du député socialiste Rucklin garantissant la satisfaction des revendications de l’usine d’Audincourt si le travail reprend, sème la confusion98. À Sochaux, Lucien Monnin et Jean Pfeiffer regroupent des travailleurs opposés à la CGTU et constituent un syndicat CGT. Ils obtiennent une entrevue avec la direction de la SAAP le lendemain.

  • 99 ADD, M 2622, tract CGTU, « À bas les diviseurs ! », 13/06/1929.

67Les unitaires appellent à la reprise du travail à Sochaux à partir du 10 juin : « Des augmentations ont été obtenues ! Des promesses qui devront devenir des réalités ont été faites sous la pression de la classe ouvrière99 ». Le mouvement continue à Audincourt jusqu’au lundi 17 juin, où 400 ouvriers reprennent le travail le matin. Le soir, les derniers grévistes acceptent les propositions de la direction, à savoir une augmentation de salaires de 23 centimes de l’heure, soit la moitié de la revendication initiale et la promesse qu’aucune sanction ne sera prise. Si la hausse de salaire concerne toutes les catégories de personnel, elle est subordonnée à l’augmentation de la production dans les deux usines. Mais à la mi-juillet, le tract des unitaires et des cellules communistes Le Lion rouge présente la situation au lendemain du conflit :

  • 100 AN F 7 13299, Commissariat spécial de Montbéliard, 10/07/1929.

Peugeot transforme sa boîte en véritable pénitencier. C’est à celui qui distribuera le plus d’amendes […] Des augmentations, on n’en parle plus. Peugeot a menti et s’est moqué de vous. Près de 300 des vôtres ne sont pas encore réembauchés, certains ont déjà reçu l’ordre d’évacuer leur logement100.

  • 101 ADD, M 2622, Questionnaire ministère du Travail, juillet 1929. RGASPI, 495-270-2228, autobiographie (...)

68finalement, 150 ouvriers sont définitivement licenciés, c’est-à-dire non repris après la levée du lock-out, auxquels s’ajoutent 3 condamnations pour entrave à la liberté du travail (plusieurs mois de prison), 4 arrestations pour sabotage et la révocation du maire Vermot-Desroches pour sa participation aux bagarres101.

  • 102 Ministère du Travail, Statistique des grèves survenues durant l’année 1929, Paris, Imprimerie natio (...)
  • 103 Y. Cohen, « Intensifications techniques et subjectivité », art. cité, p. 13.

69La grève a mobilisé 2 980 grévistes sur un effectif total de 8 158 ouvriers et a entraîné la perte de 42 415 journées de travail102. À Sochaux, les manœuvres spécialisés et les manœuvres spécialisés sur machines représentent près de 80 % de l’ensemble des grévistes. La rationalisation des méthodes de production est entrée dans une phase décisive et ces catégories sont donc à la fois en augmentation et les premières concernées par les changements de méthode de production. Comme le fut celle de 1922 pour le chronométrage, cette grève chez Peugeot apparaît comme une étape inévitable dans la formation de l’époque des ouvriers spécialisés103.

70À l’intérieur de la CGTU, cette grève donne lieu à une véritable controverse, notamment sur la prétendue « radicalisation des masses ». Une réunion de la CE, élargie du syndicat des métaux, se déroule en présence de Ferrand, Janin, Vermot-Desroches et Ambroise Croizat, pour la Fédération des métaux. En l’absence de Langumier, Ferrand devient la cible des représentants du Centre venus imposer le durcissement de la ligne « classe contre classe ».

71Tout d’abord, deux directions du conflit semblent avoir coexisté. D’un côté, Ferrand et Langumier ont pour l’essentiel dirigé la grève. De l’autre, Vermot-Desroches et Janin, appuyés par les envoyés de la CGTU, dont Croizat, ont également tenté d’intervenir. Ferrand souligne qu’ils sont restés sans aide de la Fédération des métaux jusqu’au jeudi 6 juin au soir, c’est-à-dire lorsque le recul de la grève à Sochaux était déjà amorcé. Ce que Langumier pointe également dans son rapport :

  • 104 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Adrien Langumier, « Rapport sur le conflit Peugeot », p. 6.

Nous avons manqué de militants […] Ferrand et moi avons été vaincus plus par la fatigue que par Peugeot. Et c’est seulement par notre présence que nous avons tenu une semaine les ouvriers de Sochaux sous la pluie continue104.

72Pour les envoyés du Centre au contraire, l’appel tardif à la CGTU montre qu’ils ont voulu conduire cette grève seuls, sans aide ni contrôle du parti.

73Seconde critique, Ferrand n’aurait pas considéré cette grève comme une preuve de la « radicalisation des masses ». Pour l’Internationale communiste, la mutation du capitalisme contribue alors à faire mûrir cette « radicalisation ». Dès lors, la transformation des grèves revendicatives en grèves politiques doit devenir un objectif central de l’action syndicale. C’est aussi pour cette raison que la CGTU dans son ensemble subit alors le feu des critiques. Les dirigeants du PC dénigrent la « lutte pour le beefsteack », qu’il faut remplacer par « la grève politique de masse » et les « journées » d’affrontements comme celle du 1er août 1929.

74Janin, secrétaire régional du Parti communiste, rappelle que Ferrand et d’autres ridiculisaient la « radicalisation des masses ». Pour Janin, le parti doit utiliser les grèves à son profit en s’en servant comme d’une tribune. Il poursuit :

  • 105 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Procès-verbal de la réunion du syndicat régional des métaux, 23/06/1929.

On a toujours montré un pessimisme exagéré en ce qui concerne les possibilités de travail dans les usines […] on ne voulait pas croire que les ouvriers de chez Peugeot seraient capables un jour d’entrer en lutte contre celui-ci. Il est certain que le réveil des ouvriers a quelque peu désemparé nos militants qui eux avaient perdu une certaine confiance dans les possibilités d’action des ouvriers105.

75À la fin des années 1920, la domination patronale semble sans limite et plus rien ne paraît possible aux yeux de la masse des ouvriers. Et les militants n’échappent pas à cette démoralisation.

  • 106 Cité par G. Noiriel, Les ouvriers en France, op. cit., p. 156-157.

76Certes la France connaît une certaine recrudescence des luttes revendicatives depuis l’été 1928. Après 1920, le nombre de grévistes chute de façon spectaculaire, le creux de la vague se situant en 1927 avec 110 000 grévistes recensés. C’est surtout dans les établissements de plus de 500 ouvriers que la démobilisation est la plus nette106. Ces données relativisent l’augmentation du nombre de grévistes – réelle mais magnifiée par l’Internationale – entre l’automne 1928 et le printemps 1929, avec un chiffre qui reste trois fois et demie inférieur à celui de 1920. Langumier, qui sillonne la Bourgogne et la Franche-Comté à la recherche de cette « radicalisation des masses », ne la trouve pas… et pour cause ! Dès la deuxième journée d’arrêt du travail à Sochaux, l’indécision des grévistes l’emporte sur la radicalisation. La fermeté de la direction de la SAAP, le déploiement policier et tout simplement le refus de participer de la majorité des ouvriers ont eu raison de la volonté des grévistes.

  • 107 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Procès-verbal de la réunion du syndicat régional des métaux, 23/06/1929, p. (...)

77Au terme de ce réquisitoire, Ferrand conserve pourtant son poste de permanent régional des métaux, mais Croizat le convie vivement à changer d’attitude107. fin juillet, à Bethoncourt, la CGTU impulse une autre grève pour les salaires, très suivie durant une semaine. Dans la foulée, Ferrand participe à la préparation de la « journée rouge » du 1er août 1929, puis aux grèves de Belfort. Quant à Renard, il ne semble pas non plus en retrait comme en témoigne son intervention dans une assemblée du rayon de Valentigney :

  • 108 Ibid., 22/07/1929.

Le 1er août, il faut employer toute la vigueur physique pour se faire respecter vis-à-vis de la force publique […] Nous avons été trahis par des membres du parti, la censure a ouvert des lettres à Valentigney, nous sommes espionnés partout […] Il faut employer tous les outils sous la main contre les figures de fainéants, des marteaux, des limes, car il faut qu’on en finisse. Cette fois, il faut coûte que coûte réussir et ne pas échouer comme lors de la grève précédente […] Tâcher de s’attirer les ouvriers de nuit de la forge [de Sochaux], en les faisant protester au sujet de l’indemnité de panier qui a été augmentée à Audincourt et pas à Sochaux, faire supprimer le travail à la chaîne108.

78Notons que Renard utilise des revendications économiques pour tenter de mobiliser pour une « journée » qui se veut éminemment politique. Cet engagement ne signifie pas pour autant que la page de contestation soit vraiment tournée.

79La journée du 1er août, date anniversaire du déclenchement de la Première Guerre, a été conçue au 6e congrès de l’IC comme une « journée internationale de lutte contre la guerre impérialiste ». Elle devient dès le printemps l’objectif central du parti communiste : démonstrations de rue et grèves doivent viser à défendre l’URSS soumise à une menace de guerre. Il s’agit de montrer la capacité du parti à lutter contre les forces de police dans le cadre d’une manifestation interdite. La répression est d’abord marquée par l’arrestation préventive de 96 cadres communistes, tandis que les déploiements de police sont considérables le 1er août. « La journée rouge » s’avère un échec cuisant, dans la capitale comme dans la plupart des régions. À Montbéliard, la police disperse le rassemblement de quelques dizaines de personnes et arrête plusieurs militants. Malgré cet échec, la fuite en avant se poursuit avec le mot d’ordre de la « grève politique de masse ». Selon les dirigeants de l’IC, dans le contexte de la crise du capitalisme, toute grève est par nature politique. Diffusé à la veille du Premier Mai 1930, le journal d’usine Le Paria témoigne de l’enchevêtrement des mots d’ordre. Ce tract affirme haut et fort le lien entre les deux organisations, il se veut « l’organe de défense des ouvriers de Seloncourt édité par le syndicat régional des métaux et les cellules communistes ». Les rédacteurs partent de la situation concrète des travailleurs pour faire le lien avec la crise, puis avec les objectifs politiques. À l’aide d’exemple, ils dénoncent les bas salaires, le sort réservé aux femmes et aux jeunes, les brimades, la rationalisation du travail, les accidents.

  • 109 APCohen, LeParia, avril1930.

Chez Wyss, depuis un an, sur 23 moulins, il n’y en a plus que dix qui marchent ce qui veut dire qu’à dix, nous faisons le travail de 23 alors que chaque semaine on pratique une nouvelle razia sur les prix aux pièces […]. Les plus costauds sont bientôt vidés et nombreux sont les copains qui restent des semaines étendus sur le flanc.109

80Les revendications politiques concernent la « défense de la Russie des Soviets » et la dénonciation des « social-réformistes » prend une seule phrase.

  • 110 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., p. 181.
  • 111 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Henri Jacob.

81Au même moment, à l’Alsthom à Belfort, le journal d’usine de la CGTU, La Trique rouge, présente une autre teneur dans son appel à manifester le Premier Mai. C’est le tract du « syndicat unitaire », mais l’appellation confédérale n’apparaît pas. Surtout, il n’affirme pas d’affiliation communiste ni d’argument politique précis. Après les grandes grèves de janvier-février à l’Alsthom et dans le textile, il s’agit de consolider la syndicalisation en éditant plusieurs journaux d’entreprise110. À la tête de l’UR CGTU depuis deux mois, Henri Jacob encourage ces diffusions. Ouvrier tisseur de Troyes, responsable de la Fédération du textile, il a été emprisonné en 1923 pour avoir participé à la conférence d’Essen. En 1924, c’est un des principaux dirigeants du parti communiste et il devient secrétaire du présidium de l’Internationale communiste en 1926. Considéré comme « zinoviéviste », il est écarté de cette fonction l’année suivante. En 1928, à la tête de la puissante Région du Nord, il exprime des réticences au sujet de la nouvelle orientation et la direction du parti le pousse à démissionner de son poste111. Sa nomination comme secrétaire de la CGTU à Belfort doit lui permettre de faire preuve de sa soumission en acceptant l’orientation « classe contre classe ». Contrairement au Paria de Seloncourt, La Trique rouge montre que les Belfortains refusent de mêler étroitement le parti et le syndicat.

Les exclus du parti fondent la FCIE

82L’année 1931 a été une « année noire » pour la CGTU et la SfiC. Dans toute la région Centre-Est, il ne reste plus que quelques cellules d’entreprise. C’est dans ce contexte que deux crises internes se succèdent. À Valentigney comme à Belfort, elles se déroulent dans un milieu restreint, où tout écart prend une importance disproportionnée, et dans un climat de suspicion lié à la mise en place à l’échelle du parti d’une direction homogène soumise à Staline.

  • 112 Sur cette grève, Adrien Langumier, « Mémoires », Communisme, n° 69, 2002, p. 76-81. Rémi Gaudillier (...)
  • 113 Le Semeur ouvrier, 31/05/1930.
  • 114 ADD, 145 J, CEMO, Registre des compte rendus de la commission exécutive du syndicat autonome des mé (...)

83Les premiers différends touchent à nouveau le Rayon de Valentigney, toujours à propos de l’application de « classe contre classe ». En juin 1930, le congrès de la 5e Union régionale CGTU se déroule trois mois après l’arrivée de Jacob à la tête de cette organisation et au terme de plusieurs grèves animées par les unitaires. Après celles des usines Peugeot et des filatures Schwob, les grèves de Belfort à l’Alsthom et dans le textile ont eu un retentissement national en janvier-février 1930. La CGTU a également dirigé une grève de deux mois dans la lunetterie à Morez112. Edgard Ferrand présente ce congrès régional comme un véritable « congrès d’organisation113 ». Le recrutement a progressé et il s’agit maintenant de retenir ces nouveaux adhérents. Au précédent congrès, la minorité oppositionnelle animée par Lucien Hérard et le syndicat des enseignants du Doubs s’était déjà renforcée. En 1930, Jules Carrez dépose en leur nom une motion qui dénonce le « jusqu’au-boutisme » encouragé par la direction confédérale et le danger des grèves dans les périodes de crise. Ce texte s’oppose plus généralement à la « politisation des grèves » avancée par l’IC. Jacob combat vivement cette position et le vote final approuve la ligne confédérale. Un second sujet de désaccord porte sur les Assurances sociales. En 1929, la CGTU refuse le principe d’une cotisation ouvrière, comme celui de la capitalisation, et souhaite voir les ouvriers gérer eux-mêmes les caisses. La confédération ordonne finalement aux syndicalistes de Valentigney de dissoudre la caisse locale qu’ils ont constituée. Mais ceux-ci ne s’exécutent pas : à la fin de l’année 1932, Ferrand est toujours « accablé du lourd travail des Assurances sociales114 ».

84Aucun domaine d’activité ne doit échapper à l’orientation « classe contre classe ». Face aux nouvelles tentatives de mainmise du parti sur La Fraternelle, Renard résiste, appuyé par la majorité des coopérateurs. La cellule de la coopérative fait l’objet d’un comité régional élargi en septembre 1931. Henri Janin :

  • 115 Le Semeur ouvrier, 26/09/1931.

souligne l’importance des désaccords politiques qui existent entre la cellule de la coopérative et le Parti, notamment en ce qui concerne l’orientation de la coopérative (conception de la neutralité), la question syndicale (attitude vis-à-vis des centristes de l’Enseignement et du groupe des « 22 ») et qui se traduit par une rupture avec la discipline du Parti et un travail fractionnel au Parti115.

  • 116 Ibid., 19/09/1931.
  • 117 Fabrice Behra, Une dissidence de la SfiC : la Fédération communiste indépendante de l’Est (1928-193 (...)
  • 118 Le Semeur ouvrier, 26/03/1932.

85Peu après, le Belfortain Paul Rassinier demande l’exclusion de Renard, secrétaire de la cellule, pour avoir embauché un « renégat » socialiste à la coopérative et refusé ensuite de l’en chasser sur ordre du bureau régional116. C’est à cette affaire que renvoie l’expression « conception de la neutralité » et le qualificatif de « renégat » désigne en l’occurrence Fernand Monnier, exclu du PC l’année précédente. La fracture s’agrandit encore, lorsque Renard refuse la constitution d’une liste communiste lors de l’élection au conseil d’administration de la Fraternelle et quand il souhaite écarter Fabrizi et Miellet de ce même conseil117. Pour l’envoyé de la direction du PC, les choses sont simples : « Renard répétait toujours qu’il était coopérateur avant tout et qu’il ne voulait pas introduire la politique dans la coopération118 ». Le 3 janvier 1932, le Rayon prononce la dissolution de la cellule de Valentigney.

  • 119 E. Hug, P. Rigoulot, Le croque-rave libertaire, op. cit., 108-119.
  • 120 Marcel Ducret et Émile Dabin : La Révolution prolétarienne, liste des abonnés et souscripteurs, 192 (...)

86Dans cette contestation, les inquiétudes sur la dictature stalinienne en l’URSS jouent également un rôle : au début des années 1930, qui savait quoi ? Début 1923, les communistes furent d’abord confrontés au départ du secrétaire général Frossard, moment de rupture avec une partie du centre et de la droite du parti, les francs-maçons et la Ligue des droits de l’homme. Durant l’été 1924, c’est l’exclusion de Souvarine parce qu’il dénonçait les calomnies contre Trotsky, suivie en janvier suivant de celles de Rosmer, Monatte, Dunois pour l’avoir soutenu. Les démissions de Frossard puis de Cazals touchent directement les militants du Pays de Montbéliard mais elles semblent comprises par les militants. Par contre, Hug et René Coulon rejettent l’autoritarisme et le poids de la hiérarchie dans le parti119. Quelques militants s’abonnent à la revue syndicaliste révolutionnaire La Révolution prolétarienne120, une lecture qui peut nourrir leur attachement à l’autonomie syndicale. Ils peuvent également y lire des textes de Trotsky sur la mainmise de la bureaucratie sur le parti communiste soviétique. Dès le début des années 1920, Dabin dénonce l’élimination des anarchistes. Depuis 1927, Hérard, Marcel Ducret et sans doute quelques autres dénoncent également l’évolution du régime soviétique.

  • 121 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, notice Jules Demeusy.
  • 122 Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Odile Jacob, 2002, (...)
  • 123 AP Cohen, Lettre de Gaston Rouyé à René Coulon, 3/11/1931.

87Des témoignages sur l’URSS arrivent également par d’autres voies. Deux ouvriers tourneurs de l’usine Peugeot d’Audincourt, Jules Demeusy et Gaston Rouyé, licenciés après la grève de 1929, partent en URSS avec leurs familles en 1931121. Ils travaillent comme « travailleurs de choc » (oudarnik) dans une usine de tracteurs. Demeusy transmet plusieurs articles à l’hebdomadaire régional où il donne des nouvelles satisfaisantes de la situation122. Toutefois, il ajoute en 1933 : « parmi la population, une certaine catégorie de gens a eu faim et a encore faim, mais moins, car ils vont voler dans les jardins ». Il évoque également le sabotage de certaines fabrications. Membres de la cellule de Seloncourt, ils correspondent avec plusieurs camarades dont René Coulon et Émile Mouhot. Leurs lettres témoignent avant tout de leur isolement, de la maladie, du dépaysement comme des conditions de vie et de travail, qui semblent conforter leur opinion de communistes sans conduire à l’aveuglement. Ils expriment également des doutes sur l’URSS. Sur une de ses lettres, Gaston Rouyé écrit à l’encre sympathique : « Tu as raison pas de dictature vive l’anarchie123 ». Après des déboires, Rouyé écourte son séjour, plutôt désenchanté, tandis que Demeusy demeure plusieurs années en URSS. Ses avis sur le fonctionnement de l’usine soviétique demeurent prudents :

  • 124 AP Cohen, Lettre de Jules Demeusy à René Coulon, 3/01/1932.

Il y a encore beaucoup de gabegie, de bureaucrates et autres en trop, depuis l’inauguration de l’usine […] les choses ne vont pas de ces mieux surtout pour le travail aux pièces ; à l’instrumental où était Gaston, les Allemands ont fait la grève sur le tas le 1er janvier la raison, ils ne veulent pas accepter le travail aux pièces avec des prix pareille[sic]124.

88Ces critiques mettent à mal le discours du parti sur la « patrie des travailleurs ». Elles irriguent une partie du réseau communiste local et s’ajoutent aux autres désaccords.

  • 125 S. Wolikow, Le PCF et l’Internationale, op. cit., p. 1853-1883.

89Les exclusions de Valentigney gardent une dimension locale. L’affaire qui touche le Rayon de Belfort prend une tout autre ampleur, car elle interfère avec le contexte de reprise en main de l’appareil du parti par l’Internationale. En effet, l’élimination en juillet 1931 du groupe « Barbé-Célor », dit aussi « groupe de la Jeunesse », permet de briser les regroupements affinitaires au niveau de la direction du parti125. Cette affaire sert en fait d’exutoire pour expliquer la marginalisation du PC : les cadres issus des Jeunesses communistes qui dirigent le parti sont désignés comme les responsables de tous les échecs en lieu et place de la direction de l’IC. Sous le contrôle d’Eugen Fried, représentant permanent de l’IC, l’enjeu réside dans la stalinisation définitive de l’organisation française, autour d’un noyau dirigeant stable et de plus en plus professionnel. Il dirige la mise en place d’un service des cadres afin de sélectionner des responsables soumis et disciplinés. C’est dans ce contexte que la nouvelle direction constituée autour de Maurice Thorez écarte Jacob, un des derniers cadres capables de contester la ligne du parti et qui ne s’est pas encore soumis.

  • 126 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social 1940-1968, op. cit., notice Lucien Carré.
  • 127 ADSD, 261 J, 3Mi 6/553, Lettre de Janin au Secrétariat du PC, 5/03/1932.
  • 128 Ibid.
  • 129 Voir infra, p. 291. ADSD, 261 J, 3Mi 6/553, lettre de Janin au Secrétariat du PC, 25/03/1932.

90À Belfort, en décembre 1931, Jacob et Rassinier veulent constituer un large comité de défense en faveur de Lucien Carré. Secrétaire des Jeunesses communistes de la Région Centre-Est, il a été arrêté plusieurs fois pour avoir mené la campagne contre « les dangers de guerre impérialiste ». Incorporé pour son service militaire, il est immédiatement envoyé dans une section disciplinaire en Algérie126. Les communistes belfortains proposent aux socialistes, aux radicaux et à la Ligue des droits de l’homme de les rejoindre dans ce comité, ce qu’ils acceptent. Pour la direction du parti, cette initiative s’oppose à l’orientation « classe contre classe », qui considère les socialistes comme des « social-traîtres ». A fortiori, toute action avec les radicaux est inenvisageable, puisque leur gouvernement a directement mené la chasse aux communistes. Pour disqualifier cette initiative, Thorez parle donc des « compromissions inadmissibles de Belfort », tandis que la campagne pour Carré devient une affaire nationale. Jacob est sanctionné127 : le Secrétariat du parti ne ratifie pas sa candidature pour les élections législatives de 1932 et le remplace par Armand Carré, le père de Lucien. Dans un premier temps, le secrétaire régional Janin demande lui aussi des éclaircissements sur ces sanctions et cherche la conciliation128. Mais avant le congrès national, il est convaincu d’appliquer la décision prise. À Belfort, c’est l’incompréhension. Jacob reconnaît l’erreur commise, mais demande d’abord au Bureau politique de s’expliquer et ne renonce pas à sa candidature. Janin déclare que cette résistance est inadmissible. Il rappelle les moments où Jacob s’était déjà opposé à la direction et que, « malgré tout cela, le parti lui avait donné la possibilité de se racheter en l’envoyant à Belfort, mais qu’il considérait qu’il n’avait pas le droit de se tromper une nouvelle fois129 ». Or par 40 voix contre 1 et 4 abstentions sur 45 présents, la conférence de Rayon confirme le choix de Jacob comme candidat, contre l’avis du Secrétariat du parti.

91Alors que de nombreux Belfortains appellent la direction à venir discuter avec la base, le Bureau politique n’envoie personne à la réunion suivante. Jacob rappelle alors avec force son engagement passé, notamment ses missions dangereuses assurées pour l’IC en Allemagne, Italie, Tchécoslovaquie. Il critique ouvertement la direction du parti : pour lui, le récent congrès national, où il était délégué, n’a pas été l’expression de la base. Il n’accepte pas d’être considéré comme un opportuniste et annonce le maintien de sa candidature. Lors du vote, 40 présents sur 50 soutiennent sa position. Jacob et Rassinier publient une déclaration où ils affirment leur :

  • 130 Le Semeur, 1/04/1932.

attachement indéfectible au Parti et à sa ligne politique « classe contre classe », [mais ils veulent également] « corriger des méthodes intérieures analogues à celles employées par le groupe Barbé-Célor-Lozeray pourtant condamnées et susceptibles, à notre sens, de le rendre inhabitable, par conséquent de paralyser son action révolutionnaire130.

  • 131 ADSD, 261 J, 3Mi 6/553, Déclaration du Bureau politique, 8/04/1932.

92Le Bureau régional réplique en relevant Jacob de ses fonctions. Peu après, le Bureau politique l’exclut du parti avec Rassinier131. Au soir des élections, les scores additionnés des 2 candidats communistes n’atteignent pas 900 voix sur 14 524 électeurs inscrits, alors qu’en 1928, le candidat du PC en obtenait 1 484. Comme presque partout, le PC atteint son niveau le plus bas. En récoltant 564 voix, Jacob réussit son pari face au candidat officiel Armand Carré qui en obtient 330, une maigre victoire en attendant la suite de l’épuration. Jacob avait déjà annoncé qu’il était prêt à démissionner de ses fonctions à la tête de l’UR. Le PC l’écarte de son poste de permanent : depuis 1930, aucune organisation de la CGTU ne doit être dirigée par un non communiste.

93Les exclus, en grande majorité des militants très actifs depuis plus d’une dizaine d’années, ne peuvent accepter un tel sort et ils cherchent à se regrouper. Renard est le premier à vouloir construire une nouvelle organisation. Il envisage de créer une structure qui serait un lieu d’accueil et de rapprochement de tous les déçus du parti communiste et de la SfiO, et à ce titre, un espace d’élaboration politique, ouvert et rassembleur. Il refuse d’avoir pour seul objectif de redresser le parti communiste. C’est dans cet esprit que la Fédération Communiste Indépendante du Doubs est fondée en mai 1932. Elle regroupe plusieurs dizaines d’adhérents, essentiellement les anciens membres de la cellule de La Fraternelle, les exclus de Seloncourt et les amis syndicalistes de Hérard, comme Ducret ou Carrez. Ils critiquent le fonctionnement interne du parti, le caporalisme qui y règne, et son sectarisme politique. Ensemble au parti et à la CGTU, exclus au même moment, ils cherchent ensemble une autre voie.

  • 132 Le Semeur ouvrier, 7/05/1932.

94Cette nouvelle Fédération s’adresse aux exclus de Belfort qui veulent eux aussi continuer de militer. Jacob et Rassinier désirent même dépasser le cadre strictement local et envisagent : « De provoquer une grande explication dans tout le Parti dont le travail que nous entreprenons dans la région – que nous sommes décidés à entreprendre nationalement s’il le faut ! – sera le prélude132. »

  • 133 F. Behra, Une dissidence de la SfiC, op. cit., p. 86.
  • 134 La Révolution prolétarienne, lettre de la FCIE, 25/09/1932.

95Mais en fait, ils entraînent peu de Belfortains derrière eux. Une conférence des exclus a lieu le 29 mai 1932 avec la participation d’une soixantaine de militants133. Molinier et Franck, membres de la Ligue Communiste, assistent à la conférence et présentent une motion prévoyant l’intégration des exclus de Belfort à cette organisation trotskyste. Jacob s’y oppose vigoureusement et la majorité des présents se range derrière sa position. Ils tiennent à garder leur diversité qui va du « syndicalisme pur au communisme d’opposition ». Ce refus confirme leur logique de départ : « Nous avons procédé à l’inverse des autres groupes d’opposition révolutionnaire qui se sont formés ces dernières années, qui commençait par établir un programme extrêmement précis et étroit134. » finalement, la motion proposant un large rassemblement l’emporte.

  • 135 Ibid., p. 88 et Le Travailleur, 26/11/1932.
  • 136 F. Behra, Une dissidence de la SfiC, op. cit., p. 87.
  • 137 Jacob (1896-1976) travaille ensuite comme gardien à la mairie de Troyes. En 1941, il adhère au PPF (...)
  • 138 F. Behra, Une dissidence de la SfiC, op. cit., p. 88. La Révolution prolétarienne, « La Fédération (...)

96Le congrès de fondation se fait attendre jusqu’en novembre. Les discussions n’élargissent pas celles de mai et on retrouve pour l’essentiel les mêmes participants, renforcés par Boris Souvarine du Cercle communiste démocratique135. Le congrès fonde la Fédération Communiste Indépendante de l’Est (FCIE), bâtie autour des trois dimensions, communiste, syndicaliste et coopérative136. Renard est maintenu au poste de secrétaire général de la Fédération, assisté par Émile Mourlot, Carrez, Gueutal, Monnier pour Valentigney, Coulon et Ferrand pour Seloncourt, Ducret et Hérard pour Besançon, Rassinier pour Belfort. Jacob ne s’engage pas et s’éloigne très vite de la FCIE137. Isolés, souvent dans des situations difficiles après avoir été licenciés, dénoncés et menacés physiquement par le parti communiste, les exclus doivent d’abord résister à la démoralisation. Une soixantaine d’adhérents, instituteurs et ouvriers métallurgistes poursuit l’expérience de la FCIE138. Tous sont des syndicalistes également engagés dans le mouvement coopératif. Ils représentent deux des trois bases du mouvement communiste dans le Pays de Montbéliard, les rares municipalités restant dans le giron du parti. La FCIE conserve un hebdomadaire, Le Travailleur, que les Belfortains apportent comme une dot.

  • 139 F. Behra, Une dissidence de la SfiC, op. cit., p. 121.

97La FCIE collabore étroitement avec Souvarine. Avec son Cercle communiste démocratique, il a choisi de rester à l’écart des autres groupes et revues d’opposition communiste. Le parisien Charles Ronsac (Rosen) représente le Cercle à la direction de la FCIE et il écrit souvent dans Le Travailleur. Par ailleurs, les lecteurs de la revue La Révolution prolétarienne sont confortés dans leur volonté de maintenir l’indépendance du syndicalisme vis-à-vis des partis. Alors que leur projet de départ pouvait les rapprocher, les envoyés de la FCIE reviennent déçus d’une rencontre avec le PUP à Besançon, qu’ils découvrent comme une antichambre de la SfiO, non une opposition révolutionnaire. Sans programme politique, la FCIE ne parvient pas à constituer un ensemble homogène139. Elle ne trouve pas la cohésion qui lui permettrait de tenter une expérience à l’échelle locale. Le Travailleur s’éteint en avril 1934.

98Ferrand et ses proches tentent également de résister sur le plan syndical. Mais ils se heurtent là aussi à la reprise en main par la direction de la CGTU. Après Racamond, c’est Galopin, de la Fédération des Métaux, qui demeure plusieurs semaines dans la région. Le 30 octobre 1932, quelques jours après la fondation de la FCIE, il assiste au congrès du syndicat des métaux. Il s’agit pour lui d’y placer des hommes sûrs qui acceptent totalement le rôle dirigeant du parti. L’exposé des divergences occupe tout le congrès. Selon Ferrand, elles ont pris naissance au cours des mouvements grévistes :

  • 140 ADD, CEMO, Registre des Procès-verbaux du syndicat autonome des métaux d’Audincourt, 30/10/1932.

À Audincourt [lors de la grève de juin 1929], Croizat refuse de tenir compte du rapport des forces en présence et de la capacité de résistance des ouvriers en lutte. Résultat : 400 ouvriers licenciés ; perte sèche des 500 adhésions recueillies dans l’usine des Autos seulement, pendant la préparation du mouvement. […] À Morez [février 1930], c’est encore pire : Bourneton [secrétaire confédéral] déclare dans une réunion de militants : « je me fous des revendications, je me fous des dix sous, pourvu qu’on “politise” la grève, qu’on se batte dans la rue » […] C’était le règne du bluff140.

  • 141 Soucieux de faire aboutir un mouvement qui polarisait toutes les attentions depuis de longues semai (...)

99Ainsi la grève des lunetiers a provoqué une double dissension : Ferrand et Langumier refusent d’abord la « politisation des grèves », puis les injonctions des délégués du comité central venus leur demander de mettre un terme à ce conflit141. Pour Ferrand, les difficultés du syndicalisme proviennent pour une large part de cette politisation artificielle des luttes. Mais Galopin s’est déplacé pour trouver un responsable aux échecs : l’orientation « classe contre classe » n’est pas en cause, c’est la faute des militants…

100Lors du vote sur le rapport moral, les sections de Seloncourt, Valentigney et Beaulieu votent pour et l’emportent. Mis en minorité, Galopin use une dernière cartouche. Il demande que Monnier et Coulon soient traduits devant la commission des conflits parce qu’ils ne travaillent plus dans la métallurgie et continuent pourtant à représenter des sections syndicales. Ferrand s’emporte alors violemment contre cette mesure, qui cache le fait qu’ils ne doivent plus diriger un syndicat CGTU puisqu’ils ne sont plus au PC. Il riposte en proposant de fonder un syndicat autonome : la majorité des présents vote pour cette option. C’est un coup dur pour la CGTU qui disparaît de sa principale base dans le Pays de Montbéliard, tandis que cette organisation autonome vivote quelques années.

  • 142 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Alice Jeannerot.

101L’expérience de la FCIE fait long feu. Ses principaux militants rejoignent la SfiO en 1934, où ils estiment pouvoir défendre leurs conceptions. Sa direction réintègre d’ailleurs Renard avec toute l’ancienneté qui lui revient depuis 1920, comme s’il n’avait pas suivi le PC au congrès de Tours. Monnier, Ferrand et Hérard s’investissent dans la gauche socialiste. Quelques militants de la FCIE restent sur le terrain de l’opposition communiste. Abonné à La Révolution prolétarienne depuis plusieurs années, Dabin n’abandonne pas le communisme libertaire. À notre connaissance, seuls Alice Jeannerot et Émile Mouhot deviennent trotskystes. Communiste depuis 1920, secrétaire départementale du Secours Rouge International, l’institutrice Alice Jeannerot rejoint la Ligue communiste (trotskyste) en 1932. Elle écrit à Trotsky, qui lui répond de son exil turc en février 1933. En septembre 1934, très investie dans le comité antifasciste de Besançon, elle adhère à la SfiO. Comme la majorité de son organisation, Alice Jeannerot estime en effet que cette démarche peut permettre à la Ligue de sortir de son isolement142. Elle participe au groupe bolchevik-léniniste, tendance trotskyste organisée à l’intérieur de la SfiO. Bien avant les procès de Moscou, elle dénonce publiquement la dictature stalinienne :

  • 143 L’Œuvre sociale, 26/01/1935. La Vérité est la publication du groupe bolchevik-léniniste (trotskyste (...)

Anniversaire de la mort de Lénine : le plus grand cœur de notre époque mourait, il avait mis son puissant cerveau au service du prolétariat […] Depuis sa mort, le régime et les représentants de l’URSS ont évolué […] Les plus grands lutteurs de l’époque sont tués, déportés, emprisonnés. Trotsky […] n’a plus sa place sur terre […] Demandez « La Vérité » à Alice Jeannerot143.

  • 144 Voir supra, p. 422.

102Émile Mouhot rejoint également la SfiO avec les mêmes objectifs. Ouvrier communiste, syndicaliste à la CGTU, il a été licencié des usines Peugeot. Il travaille plusieurs années comme décolleteur chez Marti à Vieux-Charmont et maintient une section du syndicat des métaux CGTU. Il a rejoint la Ligue communiste en désaccord sur la question de l’unité syndicale. Après l’exclusion des trotskystes de la SfiO, il participe en mars 1936 à la fondation du parti communiste internationaliste. En 1937, il préside son 3e congrès et entre au comité central. Mouhot réussit à être embauché à la Société du gaz de Montbéliard. Il défend ses conceptions au sein du syndicat CGT, ce qui lui vaut d’être écarté de ses responsabilités par le secrétaire communiste. Il continue de militer après la guerre, mais nous ne savons pas s’il reste trotskyste144.

103Cet épisode d’exclusions, doublé de la confirmation de Tréand, Janin, Vermot-Desroches, Nicod à des fonctions dirigeantes à divers niveaux, constitue la dernière étape de la sélection d’un encadrement homogène et fidèle au parti à l’échelle de la région Centre-Est.

104Depuis 1917, un puissant réseau militant s’est construit autour d’Audincourt, s’appuyant sur les syndicats, le parti socialiste et plusieurs coopératives. Après le reflux de 1921-1922, ces bases se rétrécissent fortement mais ne disparaissent pas. Les communes de Valentigney, Seloncourt, Audincourt, proches les unes des autres, avec un habitat varié et des usines métallurgiques de taille moyenne, abritent des communautés de travail et de voisinage nourries des luttes intenses de 1917-1922. Le mouvement communiste pénètre un peu ces fractions de la classe sur une base locale, mais plus difficilement dans les usines où les militants sont très souvent renvoyés. Hors de ces villes, ses forces sont minimes.

105Le processus d’homogénéisation des militants s’étend ici sur une période plus longue que ce qui est constaté dans la plupart des régions françaises. Sur plusieurs plans, leur ralliement au communisme demeure superficiel. Si l’autonomie du syndicat à l’égard du parti demeure primordiale aux yeux des syndicalistes du Pays de Montbéliard, ils finissent par accepter, du bout des lèvres, le rôle dirigeant du parti communiste, affirmé en 1929 au 5e congrès de la CGTU. En 1930-1931, les derniers militants de la génération de 1917-1922 résistent aux tentatives de la direction du parti pour « politiser » les grèves, ce qui revient à nier les volontés réelles des travailleurs. Ils sont exclus et en reviennent à prôner l’indépendance du syndicat à l’égard du parti. Or le problème n’est pas le lien avec le parti en lui-même, mais la nature de ces liens et le sens de ses interventions : au nom de quel programme et de quelle tactique un parti cherche-t-il à gagner la confiance des adhérents d’un syndicat ? À partir de 1924, la direction du parti communiste est désormais totalement inféodée à la politique de Staline. L’intervention du parti ne permet plus à l’activité syndicale d’être plus efficace, en renforçant les organisations et leur esprit de lutte, en appliquant le principe « l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ». Le principal obstacle à la transformation de ces groupes de militants en révolutionnaires relève donc de la politique menée par la direction du parti communiste et en définitive, par l’Internationale communiste.

106Malgré les volte-face successives du parti et de la CGTU, malgré la démoralisation des forces vives de la classe, un nouveau type de militants se forme peu à peu. Ils montrent leur attachement à l’URSS, née d’une révolution ouvrière victorieuse et preuve qu’une économie fondée sur la collectivisation des moyens de production est possible. Ils s’opposent à la colonisation et soutiennent les mouvements de libération. Ils apprennent également à défendre les revendications de leur secteur de lutte. Peu nombreux dans le Doubs, ils jouent pourtant un rôle déterminant aux côtés de la nouvelle génération ouvrière qui émerge en 1936.

Notes

1 Serge Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste (1925-1933), thèse université Paris VIII, 1990, p. 30-33.

2 J. Mischi, Servir la classe ouvrière, op. cit.

3 AN F 7 13096, Commissariat spécial de Belfort, 6/01/1925.

4 ADSD, 261 J, 3Mi 6/252, Rapport du Bureau régional de la Région Centre-Est, 31/07/1926.

5 ADSD, 261 J, 3Mi 6/120, Rapport de Campiglia sur la Région Centre-Est, 20/06/1925.

6 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Rapport du Bureau régional à la conférence d’information, 25/11/1928. S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., p. 1641. Cette remarque est récurrente de la part des envoyés de la direction du parti à propos du Doubs de 1925 à 1959.

7 ADSD, 261 J, 3Mi 6/120, Lettre de Mailluchet au secrétariat du parti, 27/06/1925.

8 ADSD, 261 J, 3Mi 6/183, Lettre de Nicod au secrétariat, 15/02/1926.

9 Ibid.

10 À Besançon, le nombre d’adhérents serait ainsi passé de 350 en 1930 à environ 150 en 1932 : AN F 7 13098, lettre du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 29/06/1932.

11 S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., annexes, p. 78.

12 J. Girault, Sur l’implantation du PCF, op. cit., p. 18.

13 Ibid. AP Charrières, Cahier de trésorerie du syndicat des métaux de la région d’Audincourt, septembre 1928-juillet 1929.

14 ADD, M 167, Résultats des élections législatives de 1928.

15 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 331.

16 S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., annexes, p. 44.

17 Ibid., p. 56.

18 ADSD, 261 J, 3Mi 6/101, Rapport sur l’assemblée du comité fédéral, 22/02/1925.

19 A.P Charles, Lettre d’Edgard Ferrand à René Gelin, 23/06/1936.

20 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Robert Charles.

21 Arrêté lors d’une diffusion au camp de Valdahon, Hubert Balanche, secrétaire du Rayon de Pontarlier-Morteau, est condamné à deux mois de prison.

22 Sur cette manifestation, voir François Lassus, « Le 19 septembre 1927, l’armée charge la foule à Besançon ! », Bulletin des Amis de la Maison du Peuple, Besançon, 2015.

23 Frappé par la police, souffrant d’une crise d’encéphalite aiguë, Lucien Guyon-Vernier n’est pas hospitalisé immédiatement et meurt en prison le 23 septembre : J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 135. Daniel Boillot, Le parti communiste dans le Doubs, mémoire de maîtrise, université de Paris, 1971, p. 132.

24 Le Semeur, 15/06/1928.

25 fils de Léon Nicod, il se noie en se baignant lors d’une fête du PC en juillet 1928.

26 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notices Henri Janin et Maurice Tréand. C. Pennetier, B. Pudal, « La vérification, l’encadrement biographique communiste dans l’entre-deux-guerres », Genèses, 1996, n° 23, p. 145-163.

27 B. Groppo, dans M. Dreyfus et alii (dir.), Le siècle des communisme, op. cit., p. 431.

28 RGASPI, 495-270-835, Autobiographies de Primo Dellacava, 20/08/1933 et 06/11/1937. A. Gagneux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 109-110.

29 RGASPI, 495-270-835, Autobiographies de Primo Dellacava, 20/08/1933 et 06/11/1937. ADD, M 788, Lettre du commissariat spécial au sous-préfet de Montbéliard, 14/01/1937.

30 À l’été 1937, les communistes italiens fondent l’Unione Popolare Italiana (UPI) dans le but de réconcilier les Italiens émigrés en France.

31 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit, notice L. Hérard.

32 Loïc Le Bars, « La difficile affirmation de la Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1929) », Le Mouvement social, avril-juin 1999, n° 187, p. 63-81, p. 77.

33 Paul Rassinier (1906-1967), instituteur dans le Territoire-de-Belfort, fut successivement un militant communiste, socialiste, anarchiste. Déporté en Allemagne, brièvement député après la guerre, il est à l’origine du négationnisme. Nadine Fresco reconstitue minutieusement son itinéraire : N. Fresco, Fabrication d’un antisémite, op. cit.

34 ADSD, 261 J, 3Mi 6/120, Rapport politique sur la Région Centre-Est, p. 220-221.

35 Ibid., p. 221.

36 ADSD, 261 J, 3Mi 6/120, Lettre de Nicod à Sauvage, 12 novembre 1925, p. 241.

37 B. Pudal. Prendre parti, op. cit., p. 133.

38 Voir infra, p. 281-282.

39 Animateur de la tendance Gauche révolutionnaire de la SfiO, il devient secrétaire national du Parti Socialiste Ouvrier et Paysan (PSOP) aux côtés de Marceau Pivert. Il se dégage de toute action militante courant 1939. « Lucien Hérard, du syndicaliste enseignant au médiateur culturel », Les Cahiers d’ADIAMOS, 2000, n° 2.

40 Nous suivons l’étude d’Yves Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 140.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 144.

43 Jean Charles, « Syndicalisme révolutionnaire et communisme international », dans Serge Wolikow (dir.), Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ? Les difficiles chemins de l’internationalisme (1848-1956), Dijon, Publications de l’université de Dijon, 1993, p. 129-132.

44 ADD, M 1135, Commissariat spécial Montbéliard, 19/07/1922.

45 RGASPI, 534-1-137, Lettre de Monmousseau à Losovsky, 17/08/1922, copie aimablement communiquée par Jean Charles.

46 Institut CGT d’histoire sociale, La Vie syndicale, octobre 1922, n° 1. RGASPI, 534-1-137, Lettre de Rosmer à Losovsky, 27/08/1922.

47 J. Charles, « Syndicalisme révolutionnaire », art. cité, p. 132.

48 Placé sous le régime de la détention politique, Cazals côtoie Cachin, Marrane, Semard, Treint, Lartigue et Monmousseau.

49 Slava Liszek, Marie Guillot, de l’émancipation des femmes à celle du syndicalisme, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 223.

50 J. Charles, « Syndicalisme révolutionnaire », art. cité, p. 132.

51 RGASPI, 534-1-137, correspondance CGTU-ISR, 1921-1931, lettre de Renard au Bureau politique de la SfiC, 9/12/1923.

52 J. Charles, « Syndicalisme révolutionnaire », art. cité, p. 132.

53 Entretien avec Maurice Mourlot.

54 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical, op. cit., p. 106-107.

55 ADD M 1135, Commissariat spécial de Besançon, 8/01/1923.

56 Faute de sources sûres pour établir une série départementale continue, nous restons ici au niveau de l’estimation : J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 101. ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, monographie du département du Doubs, p. 11.

57 J. Charles, dans C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., p. 49. M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., t. 2, p. 133.

58 J. Charles, La CGTU et l’enracinement, op. cit., p. 449.

59 Ibid., p. 366.

60 Le Semeur, 27/11/1925

61 AP Charrières, Cahier de trésorerie du syndicat des métaux de la région d’Audincourt, 1926-1930.

62 M. Pigenet, « La CGTU et la question spatiale : retour sur un débat oublié des années vingt », art. cité.

63 Selon le trésorier de la 5e UR, la répression patronale aurait entraîné une perte de 250 adhérents : La Vie ouvrière, 2/12/1927.

64 ADSD, 261 J, 3Mi 6/410, Secrétariat romain, rapport sur le mouvement gréviste en France, 15/07/1930.

65 ADD, 145 J, CEMO, Registre des procès-verbaux du syndicat autonome des métaux d’Audincourt, 30/10/1932.

66 C. Willard (dir.), La France ouvrière, t. 2, op. cit., p. 52.

67 S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., p. 472.

68 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice F. Monnier.

69 Voir infra, p. 238.

70 CGTU, Congrès national ordinaire, 4e de la CGTU, 19 au 24 septembre 1927.

71 J.-P. Goux, Mémoires de l’enclave, op. cit., p. 409.

72 Soit plus de 8 millions de francs en 1930-1931 : Louis Renard, Historique de la Fraternelle de Valentigney, op. cit., p. 32.

73 L’Œuvre sociale, 24/03/1923.

74 Michel Dreyfus, « 1924-1927 : un moment privilégié de l’histoire de l’ISR », dans Mikhail Narinsky, Jürgen Rojahn (dir.), Centre and Periphery. The History of the Comintern in the Light of new Documents, colloque RGASPI, Moscou, 20-22 octobre 1994, Amsterdam, 1996, p. 89-101.

75 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 134-135.

76 Le Semeur, « Debout contre la dictature de Peugeot ou : les signatures volées ne valent rien », 26/01/1929, et « Au sujet des assurances sociales, les valets de Peugeot ont menti aux ouvriers », 9/02/1929.

77 Le Semeur, 23/02, 16/03, 16/05, 8/06/1929.

78 S. Wolikow, Le Parti communiste français et l’Internationale communiste, op. cit., p. 976.

79 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs, op. cit., p. 332.

80 La Tribune de l’Est, 7/07/1928, cité par L. Mairry, Le département du Doubs, op. cit., p. 330.

81 Ibid., p. 331.

82 Le Semeur, 4/05/1929.

83 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Procès verbal de la réunion du syndicat régional des métaux, 23/06/1929.

84 Yves Cohen, « Intensifications techniques et subjectivité : à propos de la 201 Peugeot (1928-1931) », communication à l’université de technologie de Sévenans, août 1999, p. 13.

85 Daniel Henri, « Comptes, mécomptes et redressement d’une gestion industrielle : les Automobiles Peugeot 1918-1930 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1985, t. 32, p. 63.

86 Y. Cohen, « Intensifications techniques et subjectivité », art. cité, p. 13.

87 Membre du comité d’usine d’Audincourt, licencié à la fin du conflit, Jules Demeuzy travaille ensuite au tramway de la vallée d’Hérimoncourt (TVH), puis part en URSS : Voir infra p. 293-294. AMM, 1 AV 37-38, témoignage de René Coulon.

88 ADD, M 2622, Questionnaire du ministère du Travail, juillet 1929.

89 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Adrien Langumier, « Rapport sur le conflit Peugeot », p. 13.

90 Y. Cohen, « Intensifications techniques et subjectivité », art. cité, p. 3.

91 ADD M 2622, Commissariat spécial Montbéliard, 24/05/1929.

92 ADSD, 261 J, 3Mi6/360, Adrien Langumier, « Rapport sur leconflit Peugeot », et Procès-verbal de la réunion du syndicat régional des métaux, 23/06/1929.

93 Ibid.

94 CAP, Rapport technique, septembre 1928.

95 Le Semeur, 8/06/1929.

96 CAP, Rapport technique, février 1929.

97 L’Humanité, 4/06/1929.

98 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Adrien Langumier, « Rapport sur le conflit Peugeot », et Procès-verbal de la réunion du syndicat régional des métaux, 23/06/1929.

99 ADD, M 2622, tract CGTU, « À bas les diviseurs ! », 13/06/1929.

100 AN F 7 13299, Commissariat spécial de Montbéliard, 10/07/1929.

101 ADD, M 2622, Questionnaire ministère du Travail, juillet 1929. RGASPI, 495-270-2228, autobiographie de Roger Vermot-Desroches, 22/07/1937.

102 Ministère du Travail, Statistique des grèves survenues durant l’année 1929, Paris, Imprimerie nationale, 1930, p. 111.

103 Y. Cohen, « Intensifications techniques et subjectivité », art. cité, p. 13.

104 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Adrien Langumier, « Rapport sur le conflit Peugeot », p. 6.

105 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Procès-verbal de la réunion du syndicat régional des métaux, 23/06/1929.

106 Cité par G. Noiriel, Les ouvriers en France, op. cit., p. 156-157.

107 ADSD, 261 J, 3Mi 6/360, Procès-verbal de la réunion du syndicat régional des métaux, 23/06/1929, p. 20.

108 Ibid., 22/07/1929.

109 APCohen, LeParia, avril1930.

110 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., p. 181.

111 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Henri Jacob.

112 Sur cette grève, Adrien Langumier, « Mémoires », Communisme, n° 69, 2002, p. 76-81. Rémi Gaudillier, « La grande grève des lunettiers : Morez, 1930 », Mémoires de la Société d’Émulation du Jura, 2000, p. 343-364.

113 Le Semeur ouvrier, 31/05/1930.

114 ADD, 145 J, CEMO, Registre des compte rendus de la commission exécutive du syndicat autonome des métaux de la région d’Audincourt, 30/10/1932.

115 Le Semeur ouvrier, 26/09/1931.

116 Ibid., 19/09/1931.

117 Fabrice Behra, Une dissidence de la SfiC : la Fédération communiste indépendante de l’Est (1928-1934), mémoire de maîtrise histoire, université de Besançon, 1996, p. 49.

118 Le Semeur ouvrier, 26/03/1932.

119 E. Hug, P. Rigoulot, Le croque-rave libertaire, op. cit., 108-119.

120 Marcel Ducret et Émile Dabin : La Révolution prolétarienne, liste des abonnés et souscripteurs, 1928-1950, « Lettre de plusieurs camarades du Doubs en réponse à l’article de Rassinier », 10/4/1935.

121 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, notice Jules Demeusy.

122 Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir ? Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Odile Jacob, 2002, p. 183. L’auteure a étudié les voyages en URSS et non les séjours de militants.

123 AP Cohen, Lettre de Gaston Rouyé à René Coulon, 3/11/1931.

124 AP Cohen, Lettre de Jules Demeusy à René Coulon, 3/01/1932.

125 S. Wolikow, Le PCF et l’Internationale, op. cit., p. 1853-1883.

126 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social 1940-1968, op. cit., notice Lucien Carré.

127 ADSD, 261 J, 3Mi 6/553, Lettre de Janin au Secrétariat du PC, 5/03/1932.

128 Ibid.

129 Voir infra, p. 291. ADSD, 261 J, 3Mi 6/553, lettre de Janin au Secrétariat du PC, 25/03/1932.

130 Le Semeur, 1/04/1932.

131 ADSD, 261 J, 3Mi 6/553, Déclaration du Bureau politique, 8/04/1932.

132 Le Semeur ouvrier, 7/05/1932.

133 F. Behra, Une dissidence de la SfiC, op. cit., p. 86.

134 La Révolution prolétarienne, lettre de la FCIE, 25/09/1932.

135 Ibid., p. 88 et Le Travailleur, 26/11/1932.

136 F. Behra, Une dissidence de la SfiC, op. cit., p. 87.

137 Jacob (1896-1976) travaille ensuite comme gardien à la mairie de Troyes. En 1941, il adhère au PPF de Doriot. Il est condamné aux travaux forcés et à la dégradation nationale en 1945. J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Henri Jacob.

138 F. Behra, Une dissidence de la SfiC, op. cit., p. 88. La Révolution prolétarienne, « La Fédération Communiste Indépendante de l’Est », article de Rassinier, 15/12/1934.

139 F. Behra, Une dissidence de la SfiC, op. cit., p. 121.

140 ADD, CEMO, Registre des Procès-verbaux du syndicat autonome des métaux d’Audincourt, 30/10/1932.

141 Soucieux de faire aboutir un mouvement qui polarisait toutes les attentions depuis de longues semaines, Langumier s’attendait d’ailleurs à être sanctionné pour ce refus. J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice A. Langumier.

142 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Alice Jeannerot.

143 L’Œuvre sociale, 26/01/1935. La Vérité est la publication du groupe bolchevik-léniniste (trotskyste).

144 Voir supra, p. 422.

Table des illustrations

Titre Graphique n° 2 : Nombre d’adhérents au parti communiste dans le Doubs (1924 à 1935).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search