Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Avril 1837

Texte intégral

11 er avril. — Décidément le tripot représentatif ne trouve pas que le premier officier du génie de l'Europe, au jugement de Napoléon, soit un assez bon ministre de la guerre. Il lui faut même pour cette place un avocat, c'est-à-dire un cuisinier de phrases ; qu’elles aient ou non le sens commun, peu importe. Ainsi notre compatriote, le général Bernard, quitte une seconde fois le ministère. La première, il ne l'avait occupé que trois jours ; celle-ci, il aura gardé le portefeuille près de sept mois. C'est vraiment un laps de temps bien suffisant par le temps qui court. On est très embarrassé pour lui trouver un successeur. Quel qu'il soit, ce ne sera ni un plus habile, ni surtout un plus honnête homme.

  • 1 Sans doute Jean-Pons-Guillaume Viennet (Béziers 1777–Le Val-St-Germain 1868) qui eut une carrière (...)

22 avril. — Viancin m'a chanté hier au soir les couplets improvisés qu’il vient de faire sur le progrès, l'un des plus heureux sujets qu’il soit possible d’imaginer. Il sont en général très jolis, mais il est impossible qu'ils ne se ressentent pas de la rapidité avec laquelle ils ont été composés. Une chanson n'est pas une chose si facile qu'on le supposerait, et comme le dit un jour très plaisamment Béranger à M. Viennet1, il ne faut pas croire qu'une bonne chanson puisse se faire aussi vite qu'une tragédie.

33 avril. — Hier des radeaux entraînés par le courant sont venus enlever une des piles du pont provisoire de Bregille, mais l'incident n’a pas eu de suites aussi fâcheuses qu’on aurait pu le craindre et la circulation, interrompue pendant quelques heures, était rendue au public avant midi. La fonte des neiges dans les montagnes se fait lentement, et l'on n'a pas à redouter des débordements pareils à ceux que l'on a vus les années dernières.

44 avril. — Un M. de Balay, brouillé pour je ne sais quelle cause avec toute sa famille, l’une des plus considérables de la province, avait obtenu dans les bureaux de la préfecture un petit emploi d'un millier de francs, qui le faisait vivre avec sa femme et une fille née de leur mariage ; c'était sa seule richesse. Il y a quelque temps que le préfet, informé qu'il recevait le Charivari, journal dont le titre annonce la nature, le prévint qu'un employé du gouvernement ne pouvait point rester abonné à cette feuille. Comme il n'a pas tenu compte de cet avis, le préfet s’est cru obligé de le congédier. M. de Balay est parent de M. de Magnoncour qui lui fait du bien et qui prendra sans doute part à cette disgrâce qu'on ne peut s'empêcher de trouver jusqu'à un certain point méritée.

55 avril. — Le chevalier de Lavernea est un juif piémontais qui a gagné son titre et ses décorations au service de la France. Il était en garnison à Besançon en 1810, et il y est revenu dans l'intention d'y jouir de sa retraite. Il s'annonce comme professeur d'hébreu et d'italien, mais il n'a pas le projet à son âge de courir le cachet ni d'ouvrir un cours public ; il prendrait seulement deux ou trois élèves, s'il pouvait en trouver d'avancés auxquels il ferait un cours de littérature. Il est poète et compose des sonnets avec une facilité merveilleuse ; il en a fait un sur la mort de Charles X que, malgré sa modestie, il déclare un chef-d’œuvre. Ce sonnet a failli le brouiller avec le procureur du roi de Montpellier qui croyait voir dans le dernier tercet une provocation à l'assassinat de Louis-Philippe. Le chevalier de Lavernea s'est empressé de déclarer par écrit que là où le procureur du roi voyait Louis-Philippe, il n'était question que de l'envie, monstre dont chacun peut et doit même désirer l'anéantissement. J'aurai l’occasion de reparler de M. de Lavernea qui est venu aujourd’hui pour la première fois à la Bibliothèque, mais qui m'a promis de fréquentes visites.

  • 2 Joseph-Valentin Devoisin était né à Besançon en 1805 et avait participé aux expéditions françaises (...)

66 avril. — J’ai reçu ce matin un prospectus de Valentin Devoisin2 qui promet, moyennant 20 frs, une suite de lithographies avec des explications représentant Constantine et ses environs, ainsi que les portraits d'après nature des principaux chefs arabes qui ont pris part à cette expédition malheureuse surtout par l'importance qu'affectent de lui donner les hommes sans conscience et sans talent, dans l'unique vue de faire de l'opposition. Ce prospectus, rédigé d’une manière simple et convenable, devrait être reproduit dans l'Impartial, journal dont le but naturel est de porter à la connaissance du département les efforts louables de ses enfants pour illustrer son nom.

77 avril. — Pérennès m'a fait lire un morceau qui lui a été communiqué par M. l’avocat Guérin, l'une des gloires de notre jeune barreau, mais dont l'auteur est inconnu. Il est intitulé : Le château de Scey, chronique du xvéme siècle. La fable en est commune, mais il y a du style et l'auteur, s'il est jeune comme tout le fait présumer, mérite des encouragements.

88 avril. — Hier on a retiré de la rivière le corps d'un inconnu, peut-être celui d'un des malheureux qui conduisaient le radeau dont on parlé ces jours derniers. Le corps a été apporté dans la cour de l'hôtel de ville, et là, le médecin Morel en a fait publiquement l'autopsie. Cet oubli de toute convenance a été vivement senti par l'autorité municipale, et il est probable qu'un pareil scandale ne se renouvellera pas.

99 avril. — Un nommé Parguez, dont les parents avaient demandé vainement l'interdiction depuis plusieurs années, a, dans un moment de délire, coupé la tête à sa mère endormie. Il a été conduit en prison, mais comme il est certain qu'il a agi sans discernement, le jury ne peut le condamner qu'à une détention perpétuelle dans une maison de santé.

  • 3 La famille Sarragoz fournit plusieurs échevins à la ville depuis le xviième siècle ; Claude-Franço (...)

1010 avril. — En reconstruisant l'ancienne maison Sarragoz3, à l'angle des rues du Mont-Sainte-Marie et de Saint-Jean, on a découvert à quelques pieds du sol une grande quantité d'ossements humains qui ont etc transportés au cimetière public, mais sans plus de cérémonie que si ç'eussent été des ossements d’animaux. On en conclut que cette maison se trouvait sur l'emplacement d’une chapelle ou que le cimetière de la paroisse Saint-Jean-Baptiste s'étendait jusque là dans le xvième siècle.

1111 avril. — Aujourd’hui a commencé la retraite annuelle des curés du diocèse au Séminaire. Cette année, Monseigneur l'évêque d'Annecy est venu pour la diriger ; M. l’abbé Doney, qui l'a entendu prononcer son sermon d’ouverture, en a été très content. Ce prélat se nomme <Rey>. C’est probablement un savoyard autant que l'on peut en juger par son nom ; cependant sa prononciation se rapproche beaucoup de celle des Italiens. Il a de la dignité, de l’élégance dans ses manières et il rappelle par son ton l'à jamais regrettable Mgr de Pressigny.

1212 avril. — M. Curasson, avec qui j’ai dîné hier, alléché par les éloges d'ailleurs mérités de la Revue des Deux Bourgognes, projette un nouveau travail pour l’Académie. Ce serait un examen critique des anciennes coutumes de la Comté de Bourgogne. Ce sujet me semble intéressant cl, traité de haut comme il en est capable, ne pourrait qu'ajouter à sa réputation.

1313 avril. — M. Emile Perrey, de Saint-Claude, dont j'avais reçu il y a quelque temps un prospectus, est venu me rendre visite hier à la Bibliothèque. C'est un homme de trente ans environ, fort commun de manières et dont l'esprit est également très commun, si je puis en juger par les prétentions qu'il annonce et qui me paraissent on ne peut moins fondées. Ce prospectus qu'il m'a rappelé tout d’abord était celui d’un journal littéraire qu'il se proposait de publier à Dole sous le titre de l'Observateur, mais le défaut d'abonnés ne lui a pas permis de donner suite à son projet. Le premier numéro présenté comme essai n’était pas propre à faire venir les souscripteurs. On ne peut rien imaginer de plus trivial par le style et le choix des articles. M. Perrey, qui se pique d'indépendance, avait inséré dans son premier numéro un article inconvenant sur la mort du père du général Bernard. Avant de venir à Dole chercher fortune, il avait rédigé 1e Journal du Jura ; plus antérieurement, il avait visité la côte d'Afrique. Maintenant il vient à Besançon tâcher d'établir un journal, mais je lui ai prédit qu'il échouerait et j'en suis bien sûr ; de plus habiles que lui éprouveraient le même échec.

1414 avril. — Une lettre de M. Droz, de l'Académie française, lue hier par Génisset, annonce qu'il emploie tous les moments où il peut tenir la plume à terminer un grand ouvrage qu'il compte faire imprimer l’hiver prochain. Cet ouvrage, dont il n'indique pas le sujet, ne peut être qu'un traité de morale ou d'économie politique, les deux matières qui, toute sa vie, ont été le sujet de ses méditations.

  • 4 Sans doute Etienne-Louis-Regnaud Vieille, marié avec Eugénie Muguet (1798-1869), fille de Louis-De (...)

1515 avril. — M. Vieille-Muguet4 a le projet de publier le recueil des lettres du Père Parrenin dont il se trouve le parent par sa mère, et d'en distribuer les exemplaires, dont aucun ne sera mis dans le commerce, à ses amis. Si ce projet s'exécute, nous en reparlerons plus tard.

1616 avril. — Viancin a reçu une chronique franc-comtoise qui lui est dédiée par Gindre de Mancy. Cette pièce, intitulée La fée de Vaux-sous-Borney, a été envoyée par l'auteur au concours de l'Académie de Dijon, et par conséquent, ne peut être imprimée qu'après le jugement de l'Académie qui n'aura lieu qu'au mois d'août prochain. Viancin dit cette pièce très jolie.

1717 avril. — Le mauvais temps s'est renouvelé depuis quelques jours ; le froid est aussi piquant qu’au mois de décembre, la neige couvre les montagnes voisines et les personnes qui reviennent de Suisse disent qu’elles ont trouvé sur toute la route des amas effrayants ; les vieillards les plus âgés ne se souviennent pas d’un hiver aussi long.

1818 avril. — Lancrenon a découvert chez le sacristain de la paroisse Saint-Maurice deux charmants portraits qu’il s'est empressé d'acquérir au prix de cent francs ; l'un est celui d'Erasme de trois quarts avec la date de 1530 et l'autre celui d'un personnage inconnu. Ces deux petits tableaux seront un des ornements du musée futur, dont l'établissement est toujours ajourné par le peu de zèle de nos administrateurs pour les arts.

1919 avril. — Malgré la mauvaise saison, on travaille à la nouvelle rue des Chaprais avec une grande activité. Le tracé en est terminé et les ouvriers sont occupés depuis quelques jours à porter les terres pour exhausser la chaussée, de manière à la mettre à l'abri des plus fortes crues du Doubs.

2020 avril. — Notre secrétaire perpétuel, M. Génisset, est malade assez gravement pour donner des inquiétudes à ses nombreux amis ainsi qu'à toutes les personnes qui prennent intérêt au progrès des lettres dans la province.

2121 avril. — S.A.R. le duc d'Orléans honore de sa souscription le Recueil des documents historiques qui doit paraître sous les auspices de l'Académie de Besançon. C'est maintenant une chose certaine que S.A. a commandé à Gigoux une copie de son tableau de Cléopâtre et Antoine, refusé par le jury comme indigne de paraître à l'exposition où l'on voyait cependant tant de choses médiocres. Mais je répéterai : pourquoi S.A. n'a-t-elle pas acquis l'original ?

2222 avril. — Un nouveau hasard vient de procurer à Lancrenon un portrait de Turenne à l'huile, mais traité dans le genre de la miniature ; il attribue ce petit chef-d'œuvre à Philippe de Champaigne, et il prétend que le musée royal ne possède rien de plus parfait de cet habile peintre. On ne peut rien voir de plus soigné, les cheveux et la barbe sont parfaits.

  • 5 Madame Claude-Louis Weiss, née Claudine Travelet, était originaire de Bourguignon-lès-Morey, en Ha (...)

2323 avril. — Mort de ma mère5 ! Il y a cinq mois à peine que j'ai eu le malheur de perdre Madame Marquiset. Dans cinq mois, j'ai perdu les deux personnes qui m’ont le plus aimé depuis que je suis au monde. Après un tel malheur, il n'y a plus qu'à mourir et je m'y trouve tout résigné. Aujourd’hui, demain, quand il vous plaira mon Dieu, je suis prêt à les rejoindre dans le petit coin du modeste cimetière de Saint-Ferjeux où elles reposent en attendant votre jugement. Oh ! mon Dieu ! daignez m’accorder la piété et la simple résignation de ma mère !

2424 avril. — M. Bourgon m'a conduit hier à Auxon, où il a eu la bonté de me laisser toute la journée dans ma chambre. Que j'avais besoin d'être seul ! Je n'ai quitté le coin du feu que le soir pour aller dîner, et dès que je l'ai pu sans trop d'affectation, j'ai regagné ma chambre pour m'y retrouver avec ma mère qui ne m'a quitté un seul instant.

2525 avril. — Un des deux portraits que Lancrenon a, ces jours derniers, achetés au sacristain de Saint-Maurice lui paraît encore plus beau depuis qu'il a commencé à le nettoyer. Il ne doute pas que ce ne soit un Van Dyck, et du meilleur temps de ce grand maître. Jugez de sa joie ! Car Lancrenon est pour le futur musée comme moi pour la Bibliothèque. Dans les bons marchés que le hasard nous procure, nous ne voyons tous les deux que le plaisir d'enrichir les collections qui nous sont confiées. C'est là ce que M. de Mercy appelle être bête !...

  • 6 Le jeune helléniste était le petit-fils de Jean-Rodolphe de Sinner (Berne, 1730-1787), qui avait é (...)
  • 7 On écrit plutôt Estienne.

2626 avril. — M. Sinner6, jeune homme de 37 ans, petit-fils du célèbre bibliothécaire de Berne, est venu me voir aujourd'hui. Dans la situation où je me trouve, je n'ai pu lui faire voir la Bibliothèque, mais il m'a promis de repasser dans quelque temps et de me donner une journée tout entière. M. Sinner, l’un des savants chargés de la nouvelle édition du Thesaurus d'Etienne7, est un des plus savants hellénistes vivants. Il joint à beaucoup d'érudition de l'esprit et beaucoup d'honnêteté. J'en ai pu juger par la manière dont il parle des journalistes dont l'ignorance sera dans peu de temps la honte du siècle progressif où nous vivons.

2727 avril. — Il y a dans ce moment un concours ouvert à Paris pour une chaire de droit. M. Bugnet me mande que notre compatriote Valette a de grandes chances pour l’obtenir.

2828 avril. — Le procès de la ville avec l’entrepreneur de la halle vient enfin d'être jugé par le tribunal de première instance. L'entrepreneur a été condamné, mais la ville est loin d’être satisfaite de cette décision, parce que son architecte, partie intéressée au procès, est venu à bout de faire déclarer qu'il était entièrement dégagé de la responsabilité des travaux.

  • 8 Jean Rosini (1776-1855). Ce littérateur italien, à la fois érudit, critique, poète et romancier, a (...)

2929 avril. — M. le conseiller Bourgon est parti ce matin pour Naples où il va parce qu'il a promis à son ami M. Meyronnet de Saint-Marc de l'accompagner en Italie. C'est un voyage qui, dans sa position et à son âge, n'a pas le sens commun, puisqu'il ne peut en rapporter que des autographes et des bouquins qu'il paiera, s'il en trouve, deux ou trois fois plus cher qu'à Paris. J’ai fait tout ce qu'il a dépendu de moi pour l'en détourner mais inutilement. M. Bourgon a hérité de la fermeté de son père, restée proverbiale dans le pays, et ce qu’il a dit est dit, on peut y compter. Son voyage décidé, je lui ai donné le plus de lettres que j'ai pu pour les bibliothécaires disséminés sur la route jusqu'à Marseille, pour M. Rosini8, professeur à l'Académie de Pise, pour M. de Tallenay, notre secrétaire d'ambassade à Rome. Il me tarde bien de le voir de retour, mais quelqu'abrégé que soit son voyage, on ne peut guère l'attendre avant la fin de juin.

3030 avril. — La fête du roi est renvoyée à dimanche prochain. Cependant on a tiré ce soir une salve d'artillerie à la Citadelle. Le programme de la mairie n'est pas encore publié, mais on peut bien assurer à l'avance, sans crainte de se tromper, qu'il ne renfermera pas d'autres dispositions que les années précédentes. Si nos municipes brillent, ce n'est point par l'imagination.

Notes

1 Sans doute Jean-Pons-Guillaume Viennet (Béziers 1777–Le Val-St-Germain 1868) qui eut une carrière militaire, politique et littéraire ; après avoir été député de l'opposition libérale après 1827, il écrivit des poésies, des romans et des pièces de théâtre.

2 Joseph-Valentin Devoisin était né à Besançon en 1805 et avait participé aux expéditions françaises en Algérie et en Tunisie. Rentré en France, il fit du journalisme avant de retourner en Algérie où il sera sous-préfet à Mascara. Il quittera l'Algérie en 1865 (Kaye, Les correspondants de Weiss).

3 La famille Sarragoz fournit plusieurs échevins à la ville depuis le xviième siècle ; Claude-François Sarragoz fut maire de Besançon en 1732 (Castan, Notes sur l'histoire municipale de Besançon, 1898). Coindre, Mon vieux Besançon, signale l'existence d’un très ancien hôtel Sarragoz « très proche de Saint-Maurice ». Les ossements retrouvés peuvent être mis en relation avec la présence de la chapelle de l’hospice Ste-Brigitte, dont le ravalement de façades a fait apparaître, dans la rue Péclet (anciennement rue du Mont-Sainte-Marie), des restes d'arcades gothiques.

4 Sans doute Etienne-Louis-Regnaud Vieille, marié avec Eugénie Muguet (1798-1869), fille de Louis-Denis et nièce de Félix Muguet père.

5 Madame Claude-Louis Weiss, née Claudine Travelet, était originaire de Bourguignon-lès-Morey, en Haute-Saône. La déclaration du décès fut faite par Charles Viancin, l'ami fidèle, et Pierre-Charles Travelet, petit-neveu de la défunte.

6 Le jeune helléniste était le petit-fils de Jean-Rodolphe de Sinner (Berne, 1730-1787), qui avait été le bibliothécaire de sa ville natale ; il avait dressé un catalogue des manuscrits de la bibliothèque bernoise que Weiss appréciait particulièrement.

7 On écrit plutôt Estienne.

8 Jean Rosini (1776-1855). Ce littérateur italien, à la fois érudit, critique, poète et romancier, avait fait ses éludes à Livourne, Florence et Pise. Depuis 1803 il était professeur de littérature italienne à Pise.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search