Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Deuxième partie. Ouvriers et mouvement ouvrier de la Grande Guerre au début des années 1930, les difficultés d’une rencontre

Chapitre 7. Primauté de la CGT et des socialistes à Besançon (1921-1934)

Texte intégral

1De 1921 à 1934, démoralisés par l’échec des mobilisations de l’après-guerre et les divisions, la majorité des travailleurs se tient à l’écart des organisations tandis que la participation aux manifestations, le nombre de grèves et de grévistes diminuent très sensiblement. Dans cette situation, tout est à faire pour les « nouveaux » rouges : comment être révolutionnaire dans un contexte qui ne l’est pas ? Affaiblis, mais nettement moins moribonds que ne voulaient d’abord le croire leurs concurrents révolutionnaires, la « vieille maison » SfiO et la CGT refont – et rapidement – leurs forces et entretiennent désormais de bonnes relations. Si les communistes explorent une voie nouvelle, les socialistes veulent maintenir une continuité avec le passé de leur mouvement. Comment et autour de quelles orientations se regroupent-ils à Besançon ? Sur quelles forces s’appuie la CGT ?

La CGT : le poids du syndicalisme des horlogers

  • 1 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 321.
  • 2 Compte tenu des conditions de la syndicalisation particulière à cette période, il nous semble préfé (...)

2Après la scission, malgré la chute des effectifs, CGT et CGTU totalisent environ 800 000 adhérents, soit encore le double par rapport aux années précédents la Grande Guerre1. En 1922, la situation est grave pour les confédérés dans le Doubs car la majorité des syndicats ont rejoint la CGTU, sauf à Besançon où ils retrouvent rapidement des partisans. Entre février 1923 et février 1924, année de référence deux ans après la scission, l’UD enregistre 3 600 adhérents, regroupés dans une quarantaine de syndicats. Ses effectifs se stabilisent autour de 3 800 cotisants au début des années 1930, dont la moitié d’entre eux se concentre à Besançon2.

  • 3 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 20.
  • 4 L’Œuvre sociale, 19/05/1923.
  • 5 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 95.

3Avec environ 500 à 600 membres, le syndicat des ouvriers de l’industrie horlogère (SOIH) apparaît comme le plus important du département3. Dans le Haut-Doubs, son homologue de Villers-le-Lac, devenu autonome en mai 1920, réintègre la confédération en 19234. Il est d’ailleurs significatif que, distants seulement de cinq kilomètres, les ouvriers adhèrent à la CGTU à Morteau, et uniquement à la CGT à Villers-le-Lac, comme s’ils refusaient la division syndicale dans ces bourgs isolés, où le patronat est d’autant plus puissant. À Besançon, les syndicats de l’Arsenal et des typographes maintiennent également leurs effectifs. Mais les usines, notamment les plus grandes, soieries et papeterie, restent à l’écart jusqu’en 1936. Les syndicats de l’habillement, des métaux et des employés de commerce rassemblent quelques dizaines d’adhérents5. Autour de Georges Vagneron, le syndicat du bâtiment, d’abord passé à la CGTU puis devenu autonome, revient à la CGT en 1927. Le syndicalisme confédéré existe également au sein des agents des PTT et des instituteurs. Accordée en 1924, l’autorisation de se syndiquer pour les fonctionnaires apporte de nouveaux adhérents d’autant que leur Fédération renonce à l’autonomie pour réintégrer la CGT.

  • 6 L’Œuvre sociale, Compte-rendu congrès de l’UD CGT de juin 1933, 17/06/1933.
  • 7 Ibid., 21/06/1930.

4Dans le Pays de Montbéliard, l’implantation des confédérés s’avère très lacunaire et éphémère6. Aux usines Peugeot de Sochaux, il faut attendre la grève de juin 1929 pour qu’un syndicat CGT apparaisse pour un bref moment, avec une trentaine de membres autour de Lucien Monnin. Vers 1930, des syndicats sont fondés dans les services publics (tramway, municipaux, enseignement technique et professeurs de collège)7. Les militants multiplient les efforts en direction du secteur privé, mais les syndicats qu’ils réussissent à mettre en place disparaissent souvent après moins d’une année d’existence. À l’exception des horlogers à Besançon et Villers-le-Lac, la CGT ne pénètre donc pratiquement pas le secteur secondaire.

  • 8 Jean-Louis Robert, « Les militants syndicalistes parisiens et la Grande Guerre : stabilisation ou r (...)
  • 9 Ibid, p. 127.

5Partout en Franche-Comté, les syndicalistes confédérés fondent des Unions départementales. En juin1922, ils constituent l’Union syndicale Ain-Jura-Doubs, puis celle de Haute-Saône et du Territoire de Belfort. À partir de septembre, les militants du Doubs peuvent s’appuyer sur un hebdomadaire, L’Œuvre sociale, publié avec les socialistes. En avril 1924, ils sont assez solides pour fonder leur propre organisation départementale. À sa tête, ils élisent Adrien Jeannin, un métallurgiste de 27 ans, chargé à la fois de la Bourse du travail de Besançon et de l’UD. Il a adhéré au syndicat des métaux dès sa démobilisation et participé à la grève de mars 1920. Avec 3 syndicalistes permanents pour 3 800 adhérents, le Doubs apparaît comme un département bien encadré. Cette situation s’inscrit dans un mouvement général d’augmentation du nombre de ces militants appointés par l’organisation. Cette mutation résulte de l’importance accrue de la fonctionnalité de représentation des syndicats pendant la guerre, poursuivie ensuite par une politique de présence des confédérés dans les organismes paritaires8. Après Graizely jusqu’en 1919, puis David et Jeannin jusqu’à l’Occupation, Besançon entre dans « le temps du permanent inamovible », selon la formule de Jean-Louis Robert, phénomène qui traverse le syndicalisme confédéré à Paris et en province9. Après celui de 1919, un second renouvellement des secrétaires de syndicat intervient au milieu des années 1920. Le syndicalisme bisontin ne connaît donc pas un vieillissement du groupe des secrétaires de syndicat comme on le constate à Paris, mais au contraire un rajeunissement. Le syndicalisme confédéré s’appuie désormais sur une nouvelle génération, marquée par la guerre, mais assez peu par les grèves de 1919-1920.

  • 10 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 288.
  • 11 L’Œuvre sociale, 12/11/1932 ; LABOR, De la noce au turbin, op. cit.
  • 12 L’Œuvre sociale, 31/05/1930.
  • 13 Ibid., 6/01/1934.

6Le syndicat des horlogers constitue la principale base des confédérés à la fois par sa stabilité, son poids dans les effectifs départementaux et par l’expérience de ses militants. Octave David occupe le poste de secrétaire appointé du syndicat, tout en continuant de travailler comme horloger à domicile. Ce syndicat n’a pas connu de rajeunissement au sortir de la guerre et il s’appuie sur des militants qui maintiennent les pratiques du syndicalisme suisse. Depuis le xixe siècle, les échanges sont d’ailleurs constants entre l’horlogerie bisontine et son homologue suisse. Des liens étroits rapprochent les ouvriers de part et d’autre de la frontière. Ces contacts brassent, avec les hommes, les idées et les pratiques : de Séverin Robert, né en France mais faisant ses premières armes en Suisse, à Octave David, plusieurs horlogers d’origine helvétique jouent un rôle majeur dans le syndicalisme à Besançon. Avant 1914, les organisations des horlogers représentent plus d’un tiers des syndiqués de la ville et leurs dirigeants sont la plupart du temps ceux de la Fédération ouvrière10. Si Graizely et David se sont installés définitivement, d’autres ont rejoint leurs montagnes après quelques années à Besançon. C’est le cas pour Lampart, secrétaire des ouvriers horlogers et métallurgistes de Bienne en 1932, et Charles Renner11. C’est aussi l’itinéraire d’Adolphe Indermühle, un des fondateurs du syndicat général de l’horlogerie à Besançon en 1919, qui regagne Genève 10 ans plus tard12, ou encore de Charles Bitterlin, chassé de Neufchâtel avant 1914, réfugié à Morteau où il milite activement avant d’être autorisé à rejoindre La Chaux-de-Fonds13. Tous ces liens entre militants de part et d’autre de la frontière sont indissociables des rapports familiaux et personnels.

  • 14 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 288.
  • 15 Ibid., p. 281.

7Sur le plan organisationnel, la section de Besançon des ouvriers monteurs de boîtes fut admise au sein de la Fédération suisse en 1890, nommée ensuite « Fédération internationale ». Elle prit d’ailleurs l’initiative en 1901 de réunir les horlogers de Villers-le-Lac, voisins de la cité suisse du Locle, pour fonder un syndicat. Dans ce cadre, les militants français participent aux congrès et au financement des caisses de grèves helvétiques. En cas de grève mais aussi de crises économiques, si fréquentes dans cette industrie de luxe, les Suisses apportent des secours d’un montant élevé, beaucoup plus que ceux de la Fédération ouvrière bisontine14. Dès l’origine, les syndicalistes suisses influencent les orientations des Bisontins. Cette influence se retrouve dans la recherche et le respect d’un contrat collectif négocié avec la chambre patronale horlogère, dans une pratique restrictive de la grève, conditionnée aux réserves de la caisse de secours, des exigences auprès des patrons pour employer seulement des ouvriers syndiqués, et parfois même la collecte des cotisations ouvrières par les employeurs15. Ces pratiques se maintiennent dans les années 1920-1930, des traits de corporatisme et de réformisme qu’on retrouve en France dans la Fédération du Livre CGT.

8Chaque année, la Fédération internationale des ouvriers monteurs de boîtes organise des fêtes et Besançon accueille celle de 1895 :

  • 16 Cité par F. Kohler, « Les souvenirs de Roger Boudrié, ouvrier horloger jurassien », art. cité, p. 1 (...)

La réception fut imposante. Presque toutes les corporations étaient représentées avec leurs drapeaux pour recevoir les boîtiers suisses. Après le cortège en ville, on fut reçu au Casino où eut lieu le banquet et l’échange fraternel de propos amis16.

9Les syndicalistes de Besançon et de Morteau font longtemps appel aux sections théâtrales ou gymniques de la Maison du Peuple de la « Tschau » (La Chaux-de-Fonds) ou du Locle pour animer leurs fêtes. À l’instar de celle de Saint-Claude, la réussite de cette contre-société ouvrière helvétique alimente les espoirs des syndicalistes bisontins.

  • 17 D. Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier, op. cit., p. 57-58.
  • 18 L’Œuvre sociale, 19/11/1932, 10/12/1932, 24/12/1932.

10Avant 1914, des militants de Belfort et Montbéliard entretiennent également des rapports privilégiés avec les Suisses17. À partir du renouveau syndical de 1917, les syndicats d’horlogers de Montbéliard, de Seloncourt ou de Badevel, pourtant pionniers, s’effacent derrière les bataillons de métallurgistes. L’Œuvre sociale en France et La Lutte syndicale en Suisse animent l’un et l’autre une rubrique régulière consacrée à l’actualité syndicale chez les voisins. Ces articles traitent avant tout de l’horlogerie sous tous ses aspects, mais aussi de l’ensemble de la question ouvrière. Ils apportent notamment des informations précises sur la fusillade de Genève en novembre 1932, où plusieurs ouvriers sont abattus par la police lors d’une manifestation18.

  • 19 Ibid., 6/01/1923.
  • 20 Cité par J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 204.

11Les liens avec le syndicalisme suisse se relâchent après la Première Guerre, même si la devise « une solidarité de métier, une solidarité de fédération et une solidarité dans la vie19 », formulée par le syndicaliste bernois Achille Grospierre, demeure un objectif partagé. En effet, comme leur proposait déjà Merrheim en 1910, « Ou la France, ou la Suisse, mais pas les deux20 », les Bisontins finissent par choisir. En 1919, les syndicats d’horlogers de la ville se regroupent en une seule organisation, le Syndicat des Ouvriers de l’Industrie Horlogère (SOIH), qui rejoint les instances françaises, la CGT et la Fédération du bijou et des métiers d’art, aux côtés du syndicat du bijou de Paris et des diamantaires de Saint-Claude. Même s’il n’y a plus une seule organisation de part et d’autre de la frontière, la Fédération du bijou et la Fédération Ouvrière de la Métallurgie et de l’Horlogerie suisse maintiennent des relations. Des représentants de chaque organisation continuent de participer à leurs congrès respectifs.

  • 21 LABOR, De la noce au turbin, op. cit., p. 288.
  • 22 ADD, fonds CGT, Compte-rendu du congrès de l’UD CGT 1925.
  • 23 AN F 7 13858, Rapports du commissaire spécial, septembre 1926 ; Rapports du préfet, mai 1932.
  • 24 Ibid., 4/8/1930.

12À l’image des syndicats suisses, le SOIH s’appuie sur un réseau de dizeniers pour chacune de ses sections : responsables de dix adhérents, ils collectent les cotisations dans les établissements dispersés de la ville21. Le syndicat rassemble parfois la quasi-totalité des salariés d’un atelier, en majorité des horlogers qualifiés et très peu dans d’autres. Il tient une permanence hebdomadaire et organise des réunions revendicatives selon les besoins. À partir de 1926, il remet sur pied l’Intersyndicale des ouvriers de l’horlogerie, qui réunit périodiquement les représentants des syndicats du département. Le SOIH dispose également d’une société de secours mutuels. Avec un bal et une tombola chaque année, une fête des horlogers tous les trois ans et des sorties récréatives en été, ce syndicat prend l’initiative de moments de détente. Sur le plan revendicatif, le syndicat présente chaque année aux fabricants un contrat de travail comme base de discussion. Il peut ensuite appeler à boycotter ceux qui le refusent, c’est-à-dire qu’il incite ses adhérents à ne pas travailler chez eux. Au nom d’une discipline et d’une morale syndicale ancienne, les membres qui refusent cette décision sont sanctionnés et perdent les aides que le syndicat fournit en cas de chômage. De plus, les sanctions et les demandes de réintégration qui suivent sont publiées dans L’Œuvre sociale. Ce système bien rodé de négociation des tarifs permet au SOIH d’obtenir des hausses de salaires ou de maintenir des acquis pendant les périodes moins fastes. Mais Jeannin et David peuvent aussi recourir à des grèves. En 1924, l’UD soutient la lutte des papetiers de Deluz et Geneuille durant onze semaines22. Si les horlogers disposent d’une caisse de solidarité pour tenir plus longtemps que d’autres, le SOIH n’appelle pas à des arrêts de travail de toute la corporation. Il appelle à la grève contre le renvoi du délégué du syndicat à L’Ébauche française en 1926 et contre des licenciements à la Société Générale des Boîtes Or en 193223. Le SOIH anime également plusieurs grèves pour obtenir des augmentations de salaire. Dans un souci de discipline, les militants rendent systématiquement visite à domicile aux non-grévistes pour chercher à les convaincre de rejoindre la grève24. En septembre 1930, au terme d’une grève difficile chez Lip, le SOIH publie la liste nominative de tous les grévistes et non-grévistes de l’entreprise, accompagnée d’un texte accusateur :

  • 25 L’Œuvre sociale, 6/09/1930.

JAUNE !
Jaune ! Cela veut dire j’ai trahi la confiance
que mes camarades d’atelier avaient mise en moi.
Jaune ! Cela veut dire : j’ai prostitué ce qu’il y a de plus beau
chez l’individu : l’honneur pour satisfaire mes appétits matériels.
Jaune ! Cela veut dire : veulerie, c’est avouer l’absence en soi
de toute force virile, c’est courber l’échine sous l’autorité du maître.
Jaune ! C’est le stigmate infamant que la justice populaire
inscrit au front de l’ouvrier félon25.

  • 26 Ibid., 21/06/1930.
  • 27 Voir supra, p. 107.

13À partir de 1929, reflétant les nouvelles préoccupations de la CGT, le SOIH ajoute la demande de « vacances payées » dans ses revendications annuelles présentées aux représentants patronaux. Ceux-ci accordent alors quatre jours de congés à Villers-le-Lac et à Besançon à partir de l’été 193026. Mais Lip refuse d’appliquer cette mesure et c’est une des causes de la grève qui éclate à cette date27.

  • 28 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 69.
  • 29 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, notice Octave David.

14Cesyndicalisme horloger se revendique réformiste. Partisan du syndicalisme obligatoire, Octave David croit à une collaboration fructueuse entre patrons et ouvriers ; ainsi n’hésite-t-il pas à entraîner son syndicat dans le « Groupe des amis de l’horlogerie », où dominent les syndicats patronaux. Confronté aux difficultés de l’horlogerie, David et le SOIH cherchent à conseiller les entrepreneurs pour qu’ils réorientent telle ou telle fabrication28. Au début des années 1930, David dénonce l’attitude des fabricants, mais conserve encore l’espoir que le salut face à la crise pourrait venir de la « conjugaison des efforts des deux facteurs de travail en présence29 ». David montre à la fois une forte capacité à négocier avec les employeurs et le préfet, comme à établir des liens étroits avec les différents métiers de sa corporation.

  • 30 Jean-Louis Robert, « L’opposition générale à la main-d’œuvre immigrée, Paris, 1914-1919 », dans Mic (...)
  • 31 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 148.

15Le SOIH doit également se prononcer sur la question de la main-d’œuvre suisse. Officiellement, la CGT avant 1914 n’admettait pas de réglementation sur l’entrée des immigrés avec la volonté d’unifier la classe ouvrière par-delà les différences corporatives et de nationalités. Après la Première Guerre mondiale, une volonté de restreindre les arrivées domine largement le mouvement syndical et devient même une constante, quelle que soit son orientation30. C’est seulement lors d’une courte période autour de 1930 que la CGTU se prononce pour le libre jeu des courants migratoires et l’embauchage libre. Dans ces conditions, les relations entre travailleurs suisses et français deviennent tributaires de la conjoncture. Déjà en 1906, le syndicat des graveurs voulait interdire aux Suisses de venir travailler à Besançon31. Au contraire quand l’horlogerie a besoin de main-d’œuvre qualifiée, le syndicat soutient avec les patrons l’entrée des Suisses sur le territoire. Mais les années 1920 sont marquées par le recul des emplois et la plupart des réunions du SOIH abordent la question de la concurrence de cette main-d’œuvre. Ces débats prennent une résonance particulière dans un contexte de xénophobie latente, où la police française surveille étroitement la frontière et la communauté suisse, craignant l’arrivée de révolutionnaires.

16Au lendemain de la guerre, la CGT réclame un service public de la main-d’œuvre étrangère qui remplacerait la Société Générale d’Immigration, organisme privé mis sur pied par le patronat. C’est dans cette optique que, lors de la crise de 1921-1922, le syndicat des horlogers obtient du préfet de participer au contrôle sur l’embauche de la main-d’œuvre étrangère :

  • 32 L’Œuvre sociale, 21/10/1922.

Les relations entre organisations suisses et françaises se sont sensiblement modifiées au point de vue des mutations ouvrières qui se produisent d’un pays à l’autre du fait de la crise économique que nous traversons […] Eût-il été humain de permettre ainsi à une armée de travailleurs – qui ont toute notre sympathie – de venir réduire le pain des ouvriers français et suisses qui sont dans nos régions ? […] Il fallait que notre syndicat puisse exercer un contrôle sur l’embauchage de la main-d’œuvre étrangère, admis par les pouvoirs publics qui n’admettent pas aujourd’hui une demande d’ouvrier étranger sans s’être assurés, par le canal du syndicat ouvrier, que ces demandes ne peuvent être satisfaites parmi les ouvriers disponibles à Besançon32.

17Le syndicat bisontin accepte le principe d’un contrôle des embauches, mais refuse que la préfecture le fasse seule. La commission professionnelle locale composée de représentants patronaux et syndicaux doit se charger du travail préparatoire. Pour David, le syndicat doit garder un rôle central dans cette surveillance, mise en place avec l’assentiment de son homologue helvétique.

18Mais avec la crise horlogère des années 1926-1927, les Suisses qui cherchent du travail en France acceptent moins ce contrôle. Octave David signale que les nouveaux venus semblent même abandonner les principes syndicaux de leur pays :

  • 33 Ibid., 3/05/1926.

La crise qui sévit en Suisse dans l’industrie horlogère rejette de ce côté de la frontière un certain nombre de chômeurs horlogers […]. Les bons conseils antisyndicalistes ne manquent pas. Tous les Bisontins sont des ignares. Il n’y a qu’à la Tschaux [La Chaux-de-Fonds] qu’on fait du bon syndicalisme ! À Besançon, ça ne sert à rien33.

19David leur reproche de chercher du travail dans cette ville malgré les restrictions et sans se plier à la discipline syndicale demandant de ne pas travailler en dessous du tarif défini. Les ouvriers suisses perçoivent mal ces critiques et David doit à nouveau s’expliquer :

  • 34 Ibid., 10/05/1926.

On me reproche de faire la guerre aux Suisses […]. Le nationalisme ne tenait aucune place dans cet exposé. Ce que je reproche à beaucoup d’ouvriers suisses, c’est qu’ils laissent en passant la frontière les sentiments syndicalistes qu’ils ont affirmés en Suisse34.

  • 35 Ibid., 12/06/1926.
  • 36 X. Vigna, Histoire des ouvriers en France, op. cit., p. 115.

20Ces comportements nécessitent une mise au point avec l’aide des syndicalistes de La Chaux-de-Fonds, qui se déplacent à Besançon pour appuyer leurs homologues français35. Contre les tractations individuelles en matière d’emplois et de salaires, les syndicalistes défendent une démarche collective pour refuser de travailler dans des conditions dégradées et de se retrouver en concurrence entre ouvriers. Mais lorsque la crise rebondit à partir de 1931, le SOIH refuse l’entrée de tout nouveau chômeur suisse. Cette position suit celle de la CGT qui incite le gouvernement à établir des contingentements d’immigrés par département36. Le SOIH ne va pas jusqu’à rejeter ceux installés à Besançon, d’autant qu’ils sont nombreux dans ses rangs. De même, les syndicalistes ne prêtent pas aux ouvriers suisses une image de docilité – et pour cause ! –, comme ce fut souvent le cas dans le mouvement ouvrier français à l’égard d’autres nationalités. Les Suisses continuent à participer activement à la vie du syndicat et aux grèves.

21Même si c’est plus rare, d’autres immigrés se mobilisent également. Ainsi à Ornans en 1926, la grève chez Oerlikon réunit des travailleurs de diverses origines durant plusieurs jours jusqu’au succès :

  • 37 L’Œuvre sociale, 14/08/1926.

C’était vraiment beau de voir tous ces travailleurs, femmes et hommes, venus de pays différents : des Suisses, des Allemands, des Italiens, des Polonais, des Tchèques, des Hongrois, etc., tous unis dans une même pensée, faisant abstraction de toute nationalité et se voyant avant tout des hommes, des travailleurs37.

  • 38 ADD, M 2501, rapport de gendarmerie, 6/08/1926.
  • 39 Voir supra, p. 267.

22La grande majorité des 95 Suisses de l’entreprise serait syndiquée au syndicat confédéré, la plupart grévistes à cette occasion, comme d’ailleurs les autres ouvriers étrangers38. Mais ces adhésions sont éphémères. De manière générale, compte tenu de la lenteur de l’éveil du syndicalisme à leurs problèmes, les travailleurs étrangers demeurent à l’écart du mouvement syndical, à l’exception notable des Suisses dans l’horlogerie. De son côté, la CGTU fait des efforts spécifiques en créant des groupes de langue, mais sans aboutir à des résultats durables dans ce département39.

23Acteur incontournable de la société horlogère, le SOIH poursuit son action au sein d’une main-d’œuvre dont les qualifications et la segmentation évoluent. Il développe désormais une logique de syndicat d’industrie qui dépasse les identités de métier. Ce syndicat forme des militants qui pour certains aident d’autres catégories à s’organiser à l’échelle de la ville. Ils s’engagent notamment dans le projet de Maison du Peuple.

  • 40 André Vagneron, « La bourse du travail de Besançon : la Maison du peuple », Cahiers des Amis de la (...)

24Ce projet est principalement porté par Auguste Jouchoux, horloger socialiste qui souhaite une collaboration entre militants de toutes tendances40. C’est après une visite à la Maison du peuple de Saint-Claude qu’il décide avec d’autres d’organiser des fêtes populaires et de créer un café socialiste à Besançon. À cette date, l’objectif correspond davantage aux moyens du mouvement ouvrier de cette ville et débouche sur la création du Cercle du travail. Les fondateurs espèrent réunir des fonds pour un projet plus ambitieux, celui d’une véritable Maison du peuple. Le projet reprend vie après la guerre. La municipalité radicale donne d’abord satisfaction à une revendication ancienne en augmentant la subvention accordée à la CGT pour la Bourse du travail. Puis lors du Premier mai unitaire de 1923, Auguste Jouchoux et Georges Vagneron proposent de créer un groupe, les Amis de la Maison du peuple, chargé de faire avancer l’objectif d’un véritable lieu de vie pour le mouvement ouvrier. Sans se décourager, ces pionniers multiplient les initiatives pour réunir les sommes nécessaires et le nombre des adhérents augmente. La société coopérative « La Maison du peuple de Besançon » est fondée le 1er mai 1927. Les démarches pour obtenir un terrain municipal se heurtent au refus du maire radical qui répond que « le terrain de l’avenue d’Hélvétie a une valeur trop élevée pour un usage ouvrier ». Les conseillers municipaux demeurent hostiles à une construction qui donnerait aux salariés un outil de combat qu’ils redoutent en tant que radicaux… et en tant que patrons. La municipalité finit par proposer de construire elle-même un bâtiment, mais en multipliant les conditions et les réserves, tandis que les militants souhaitent une structure faite « par et pour le peuple », contrôlé par lui seul. La coopérative réussit finalement à acheter un ancien hôtel particulier au 11 rue Battant. La dépense est couverte pour moitié par l’apport du groupe des Amis de la Maison du peuple et pour le reste par des prêts des syndicats, surtout confédérés, de militants et des prises d’actions dans la société coopérative. En septembre 1930, une fête pour financer l’achat et les travaux a lieu sur deux jours avec troupes de théâtre et fanfares des Maisons du peuple de La Chaux-de-Fonds et de Saint-Claude : les adhérents bisontins logent 170 personnes pour l’occasion ! Une première fête pour les enfants se déroule à Noël avec distribution gratuite de jouets. La Maison est inaugurée le dimanche 12 juin 1932. Syndicats et partis disposent désormais de locaux spacieux, où la caisse d’assurance sociale, la bibliothèque et un cinéma peuvent s’installer dans de bonnes conditions. Auguste Jouchoux apparaît comme le « père » de la Maison du Peuple, restant d’ailleurs à sa tête jusqu’en 1952, à l’âge de 77 ans. Sa volonté unitaire, partagée par d’autres militants, a permis de dépasser les querelles. Au cœur du quartier Battant, cette Maison devient pour longtemps le pôle du mouvement ouvrier pour la ville. A contrario, le Pays de Montbéliard ne dispose pas d’un tel lieu. Pourtant deux Cercles du travail avaient été fondés, mais seul celui de Beaulieu-Mandeure maintient son café-pension et sa salle de réunion. Avec la chute des effectifs et donc des recettes après 1921, le projet de créer une véritable Maison du peuple n’est plus à l’ordre du jour. Dès lors, le déplacement des permanences syndicales d’un café à un autre ne facilite pas l’ancrage territorial des organisations dans cette partie du département.

  • 41 Ces pages s’appuient largement sur J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 15 (...)
  • 42 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 147.
  • 43 L’Œuvre sociale, 14/02/1926.
  • 44 CGT, Compte rendu du congrès de la CGT, 1925, p. 164.
  • 45 C. Willard (dir.), La France ouvrière, tome 2, op. cit., p. 49-50.

25La réalisation de la Maison du peuple prouve que la question de l’unité demeure au cœur des préoccupations des militants. Au lendemain de la scission syndicale et dans les deux confédérations, nombre d’entre eux pensent que cette séparation sera brève. La perspective d’une réunification conditionne leur état d’esprit à l’égard des autres pendant plusieurs années, d’autant qu’ils sont animés par les mêmes espérances pour les partis politiques. Les confédérés bisontins se montrent d’abord assez favorable à l’unité avec la CGTU. C’est d’ailleurs un des points sur lequel les dirigeants de l’UD du Doubs se distinguent de l’orientation confédérale41. À l’automne 1922, les unitaires s’affirment prêts à rentrer au sein de la CGT, à condition que le droit d’opposition et de critique soit reconnu aux tendances et que l’engagement soit pris qu’aucune exclusion ne sera prononcée sous le prétexte de discipline syndicale. En même temps que ces projets d’unité organique, la CGTU propose à la CGT « l’unité de front », c’est-à-dire l’organisation d’actions communes, notamment contre l’occupation de la Ruhr. À cette proposition, le congrès confédéré répond par un refus catégorique. À Besançon, Georges Vagneron, qui assure temporairement la responsabilité de l’UD CGTU, cherche à maintenir des relations avec la CGT. Le Premier mai 1923 bénéficie de la présence de Jouhaux pour la CGT et de Chabert pour la CGTU, ce qui renforce la portée unitaire du rassemblement. Bien suivie par les travailleurs, cette journée inaugure une série de Premiers Mais communs42. Mais ce climat favorable ne dure pas. En 1925, Adrien Jeannin refuse plusieurs adhésions à la CGT de responsables communistes, notamment celle de Léon Nicod, employé municipal. Ils en viennent même aux mains43. En effet, des communistes choisissent de militer à la CGT et non à la CGTU dans les entreprises où elle regroupe la majorité des travailleurs. De plus, la majorité des syndicats confédérés bisontins votent la motion adoptée par le congrès de la CGT, motion qui rejette les propositions de la CGTU et affirme à nouveau que : « Les éléments scissionnistes, par leur adhésion à une Internationale qui subordonne ouvertement le mouvement syndical à l’action d’un parti politique, ont pris une attitude incompatible avec la réalisation sincère de l’unité44. » Mais s’appuyant sur la volonté d’unité bien présente à la base des deux organisations, le bureau confédéral de la CGTU poursuit la politique tentée depuis 1922 et renouvelle inlassablement ses propositions. La CGTU peut également s’appuyer sur ses groupes « Les Amis de l’unité », constitués autour de militants restés dans les syndicats confédérés. Début 1927, elle reprend un projet de la CGT elle-même de rentrée en bloc des syndicats unitaires dans la confédération, ce que celle-ci refuse désormais en ne tolérant plus que les adhésions individuelles. En mai, les syndicats cheminots unitaires et confédérés du réseau Paris-État rive droite adoptent une motion prévoyant la rentrée des syndicats unitaires dans la CGT et l’interdiction d’exclure de la confédération pour motif politique. La CGTU se rallie à ce texte qu’elle diffuse très largement45. La CGT repousse cette ultime tentative, mais la confédération unitaire bénéficie d’une aura de championne de l’unité.

  • 46 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 162.

26À Besançon, ce volontarisme des unitaires n’est pas sans effet. Plusieurs syndicats confédérés adhèrent au groupe des « Amis de l’Unité », constitué par le communiste Léon Nicod. En revanche, Jeannin, les syndicats des horlogers et du textile restent sur les positions confédérales. Jusqu’au congrès confédéré de 1927, un courant favorable à l’unité anime les militants, qui participent notamment aux manifestations contre l’exécution de Sacco et Vanzetti aux côtés des communistes. Le rejet de l’unité au congrès confédéral, alors qu’une partie des Bisontins croyaient qu’elle allait se réaliser, entraîne une lassitude, même chez les plus dévoués à cette cause46.

  • 47 Voir supra, p. 281-282.
  • 48 Cité par M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 149.
  • 49 L’Œuvre sociale, 9/05/1931.
  • 50 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 14.

27Conséquence de l’application de l’orientation « classe contre classe » par la CGTU, l’atmosphère entre les deux organisations devient exécrable à partir de 192947. Il n’est plus question d’unité d’action, la CGT étant qualifiée « d’arme entre les mains du capitalisme contre la classe ouvrière »48. Nicod et Jeannin en viennent à nouveau aux mains49. Ces violences ne sont pas seulement le fait de tempéraments impulsifs, mais résultent de réelles divergences. En 1931, Lombard frappe Nicod très violemment lors d’une assemblée de la Maison du Peuple. Les dirigeants de l’UD demandent alors au syndicat des municipaux d’exclure Nicod. Mais ses adhérents refusent. Face à cette fronde, l’UL et l’UD décident d’exclure ce syndicat. Mais l’exclusion ne sera pas ratifiée non plus, si bien que les municipaux demeurent à la CGT tout en restant en dehors de l’UL. Jean Charles explique la forte remontée de la CGT à Besançon par le fait qu’elle est dirigée par des hommes sans appui à la SfiO, mais liés à l’Union socialiste-communiste : ils peuvent ainsi apparaître unitaires, en dehors des controverses opposant les organisations syndicales50. Mais sur le fond, Jeannin et David n’aiment pas les communistes. Cependant, un état d’esprit favorable à « l’unité à tout prix » persiste. Il était déjà une des caractéristiques du syndicalisme dans le Pays de Montbéliard dans les années 1917-1921.

  • 51 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 324.

28À partir de 1930, les assurances sociales ouvrent un nouveau champ d’intervention pour le syndicalisme. Selon Michel Dreyfus, le faible taux d’adhésion syndicale en France a, en grande partie, ses origines dans les difficultés rencontrées par la CGT, durant ses premières décennies, à promouvoir un syndicalisme de service51. La situation est bien différente en Allemagne et en Belgique, où les socialistes investissent massivement les systèmes d’assurances maladies et de retraites. Dans les années 1920-1930, la CGT tente de participer au fonctionnement d’un embryon d’État social. En parallèle de la Fédération Nationale de la Mutualité Française, elle se mobilise pour obtenir une législation instaurant les assurances sociales. La loi de 1930 les rend obligatoires pour tous les salariés dont le salaire annuel n’excède pas 15 000 francs. La CGT fonde sa propre caisse nationale dont les effectifs seraient passés de 230 000 inscrits en 1931 à 543 000 en 1939. C’est encore bien peu par rapport aux sept millions de personnes couvertes par la mise en place de ces assurances.

  • 52 Ibid., 25/06/1932.
  • 53 ADD, CEMO, Compte-rendu du congrès de l’UD CGT, 27/02/1937, p. 13.
  • 54 Ibid. Sur cette caisse de Valentigney, voir supra, p. 280.

29Clément Deherypon, membre du bureau de l’UD, devient directeur de la caisse départementale et Jeannin s’investit beaucoup pour obtenir les adhésions des travailleurs. Au nom de l’indépendance ouvrière, il dénonce régulièrement le « sabotage des assurances sociales » par les patrons de la métallurgie et du textile. Malgré la loi, ceux-ci ne laissent pas le libre choix à leurs salariés d’adhérer à telle ou telle caisse et les incitent fortement à s’affilier aux sociétés de secours mutuels de leurs entreprises, qui prennent en charge ces assurances. Jeannin dénonce aussi la Mutualité familiale comme une caisse confessionnelle catholique. Des sections de la caisse sont créées dans plusieurs villes. Mais au début, les militants se désintéressent de ce domaine d’action et les appels rencontrent assez peu de succès. La caisse débute avec 700 à 800 assurés, puis atteint le chiffre de 2 300 en 1932, rejointe par seulement un peu plus de la moitié des adhérents de la CGT du département52. Si les effectifs doublent entre l’été 1936 et le printemps 1937, ils demeurent encore décevants53. Bien que les conventions collectives confirment le libre choix de caisse pour les assurés, le bassin de Montbéliard apporte très peu de nouveaux adhérents alors que les effectifs syndicaux ont massivement progressé. En janvier 1937, la caisse de « La Fraternelle » de Valentigney, créée par des syndicalistes unitaires, fusionne avec la caisse « Le Travail » et lui apporte ses 600 assurés54. En 1936, plusieurs caisses départementales s’unissent pour fonder une colonie de vacances au château de Maizières (Fondremand, Haute-Saône). Fortement concurrencés par les mutuelles, ces syndicalistes peinent à convaincre les travailleurs et même les adhérents à rejoindre les caisses d’assurances sociales.

30Plusieurs militants se spécialisent peu à peu dans une activité qu’ils ne maîtrisent guère. C’est un choix hasardeux quand le socle militant est trop réduit pour pouvoir en détacher facilement certains d’entre eux. Ils prennent alors le risque de délaisser le recrutement et l’activité revendicative. Ainsi Lucien Monnin, qui a créé le syndicat CGT des métaux de Sochaux moins d’un an plus tôt, se retrouve en 1930 caissier des assurances sociales, sans que d’autres militants ne viennent le seconder. Dès lors, il assure des tâches qui l’éloignent des autres dimensions du syndicalisme et il démissionne d’ailleurs peu après. L’hostilité de la direction Peugeot fait le reste et la CGT disparaît de cette usine jusqu’en 1936. Au-delà des mineurs et des travailleurs du Livre, il s’agit en tout cas des premières tentatives de la CGT pour s’inscrire dans un syndicalisme de service.

La singularité des socialistes à Besançon

  • 55 Thierry Holh, À gauche ! La gauche socialiste 1921-1947, Éditions Universitaires de Dijon, Dijon, 2 (...)

31La scission du parti socialiste laisse face à face deux groupements antagonistes, d’une part, un nouveau parti, la Section Française de l’Internationale Communiste (SfiC), et d’autre part, la « vieille maison », la SfiO. Or, l’un et l’autre se réclament du marxisme et se déclarent attachés à la voie révolutionnaire. Ils cherchent à se définir à travers leurs différences, mais aussi en revendiquant leur filiation par rapport au passé. Pour sa part, la SfiO s’ancre dans la fidélité au parti d’avant-guerre. Selon Thierry Hohl, jusqu’en 1923- 1924, il n’y a pas une seule gauche qui s’incarnerait dans le parti communiste, car il en existe aussi une à l’intérieur du parti socialiste55. D’autres encore refusent la séparation et se regroupent dans l’Union socialiste-communiste. Faible à l’échelle nationale, ce dernier courant domine à Besançon.

  • 56 Tony Judt, La reconstruction du Parti socialiste 1921-1926, paris, PFNSP, 1976, p. 8.
  • 57 Jeune instituteur libre-penseur à Hérimoncourt au début du xxe siècle, Léon Roméis fut à deux repri (...)
  • 58 Né le 27 juillet 1884 aux Hopitaux-Vieux (Doubs), mort le 19 avril 1958 à Pontarlier (Doubs). fils (...)
  • 59 T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., annexes.
  • 60 L. Mairry, Le Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 317.

32Réduite à moins de 40 000 adhérents au lendemain de la scission, la SfiO en retrouve 72 000 dès 192456. L’effondrement des effectifs du parti communiste, qui perd presque la moitié de ses membres entre 1921 et 1922, n’explique pas automatiquement cette remontée. Dans le Doubs, seule une minorité d’adhérents socialistes demeure fidèle à « la vieille maison ». En septembre 1921, L. Dugeois, l’instituteur Léon Roméis57 à Besançon et le cheminot Joseph Plantin58 à Pontarlier reconstituent une Fédération SfiO59. À Besançon, la plupart des socialistes font temporairement un autre choix. En 1920, ils appartenaient à la tendance des « Reconstructeurs » derrière Jouchoux, l’ancien secrétaire fédéral. Attachés à l’unité, ils restent au groupe socialiste de la ville, qui se transforme en « groupe communiste ». Ce paradoxe peut s’expliquer par la grande confusion qui règne alors dans le nouveau parti. La clarification s’opère en 1921-1922 en lien avec la scission syndicale. Derrière Octave David, les syndicalistes favorables à l’exclusion des minoritaires de la CGT quittent ce « groupe communiste ». Les anciens « Reconstructeurs » bisontins se rattachent dans un premier temps à l’Entente socialiste du Jura, qui avait choisi de rester autonome après le congrès de Tours. En avril 1923, ils rejoignent l’Union socialiste-communiste, lancée par les premiers exclus du parti communiste avec l’objectif de réconcilier PC et SfiO. En décembre suivant, la « Fédération socialiste SfiO » du Doubs accepte de fusionner avec celle de l’Union socialiste-communiste, sous le nom de « Fédération d’entente socialiste », qui rassemble à peine 130 membres60.

  • 61 fils aîné de Louis Minjoz, c’est un élève brillant qui réussit rapidement ses études de droit. C. P (...)
  • 62 T. Holh, À gauche ! La gauche socialiste 1921-1947, op. cit., p. 45.
  • 63 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Robert Mauvais.

33L’Union socialiste-communiste refuse de rallier la reconstruction de la SfiO, d’abord car cela signifierait entériner la division, mais aussi parce qu’elle n’accepte pas de soutenir le gouvernement radical comme le font les partisans de Blum. Cette formation se transforme en parti socialiste-communiste avec quelques milliers d’adhérents à l’échelle nationale, puis en Parti d’Unité Prolétarienne (PUP) en 1930. S’appuyant sur le précédent de 1905, c’est-à-dire la fusion des différentes organisations socialistes qui avait permis de fonder la SfiO, le PUP prétend travailler à la reconstruction de l’unité en tirant la leçon des expériences des Deuxième et Troisième Internationales. Il se veut un parti de lutte de classe et de révolution socialiste garantissant la démocratie interne. L’idée d’une réconciliation entre SfiO et PC s’atténue après 1925 et l’hostilité aux radicaux semble un ciment plus durable. Il existe également une gauche à l’intérieur de la SfiO, celle que suit Jean Minjoz dans un premier temps. fils aîné du responsable socialiste Louis Minjoz tué pendant la guerre, il milite très jeune dans ce parti61. Sans doute en désaccord avec le choix de soutenir le Cartel des gauches en 1924, il suit la tendance de « L’Étincelle socialiste ». Cette « gauche » regroupe à la fois les partisans d’un front unique avec les communistes et les éléments les plus hostiles à une politique de soutien à tout prix au gouvernement radical62. Elle sert de passerelle à Jean Minjoz pour rejoindre le parti socialiste-communiste. À l’échelle départementale, l’unité entre les socialistes ne dure pas. En effet, la « Fédération d’entente socialiste » éclate lorsque les militants du Pays de Montbéliard reprennent leur indépendance. À Besançon, la section SfiO et celle de l’Union socialiste-communiste restent en étroite relation et présentent des candidats communs aux élections législatives sous l’appellation d’« Entente socialiste ». Les organisations qui composent cette Entente désignent chacune des délégués pour la commission administrative et le bureau. Très minoritaire par rapport à la SfiO au plan national, l’Union socialiste-communiste regroupe au contraire la majorité des socialistes bisontins. Elle compte les syndicalistes confédérés influents, David, Jeannin, Deherypon, entourés de postiers, typographes, employés municipaux et horlogers. A contrario, la section SfiO demeure minoritaire et sans lien avec les ouvriers, composée d’« une quarantaine d’adhérents “petits bourgeois”, sans un seul ouvrier et pas un seul militant qui puisse avoir une influence sur la masse prolétarienne63 ». Comme pour la Maison du Peuple, Jouchoux facilite les relations entre les militants. Trait d’union entre les membres du groupe socialiste-communiste, il est particulièrement lié aux horlogers, typographes et ouvriers du bâtiment. À partir de 1927, il tend à passer au second plan derrière Jean Minjoz. Avocat près la Cour d’Appel, ce dernier plaide principalement pour les milieux populaires et devient avocat conseil de la CGT. En 1932, il assume la fonction de secrétaire général de L’Entente.

34Dès1922, les socialistes de Besançon s’associent à l’UD CGT pour publier L’Œuvre sociale. Cette presse ne connaît pas les problèmes financiers qui assaillent les hebdomadaires communistes de la région et elle paraît régulièrement. Par ailleurs, elle offre aux composantes de L’Entente le moyen d’équilibrer leurs forces. Ainsi la section bisontine du parti de Blum s’exprime fort peu dans L’Œuvre sociale, qui est essentiellement l’organe des militants de l’Union socialiste-communiste. Elle ouvre sa première page aux dirigeants nationaux de ce mouvement, ce qui permet de contrebalancer le poids que la Fédération socialiste tire de son appartenance à un grand parti national. Cette page se veut politique, ouverte aux questions nationales et internationales, tandis que les informations sur le monde du travail et les chroniques syndicales sont reléguées en pages intérieures.

  • 64 Alain Bergounioux, Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir. Le parti socialiste français 1905- (...)

35Durant cette période, les socialistes bisontins cherchent donc à redéfinir leurs orientations politiques, à la fois par rapport aux radicaux et aux communistes. Pour Alain Bergounioux, la singularité du socialisme français réside dans sa faible structuration organisationnelle et dans l’hétérogénéité de ses idées64 :

  • 65 Ibid., p. 57.

Celles-ci mobilisent des notions liées à la fois à la République et au socialisme, lui-même compris comme une idéologie très diverse. Dès lors, la part commune existant entre les socialistes et les républicains entraîne aussi une logique d’opposition pour maintenir un courant socialiste distinct65.

  • 66 T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., p. 78.

36La SfiO a donc intégré des éléments du marxisme : partagés par les différentes tendances du parti, ils demeurent une composante fondamentale de l’identité des socialistes. La reconstruction du parti s’effectue autour d’un corps doctinal inchangé : il s’affirme révolutionnaire tout en justifiant la position « réformiste » qu’il occupe par rapport au parti communiste66. La SfiO doit donc régulièrement se distinguer du parti radical, alors qu’elle conserve une ligne traditionnelle de soutien aux républicains. Elle continue donc de s’opposer à la participation gouvernementale, la période 1914-1917 étant considérée comme une parenthèse qui ne modifie en rien la doctrine. Vis-à-vis des gouvernements radicaux, sa politique se résume à un soutien sans participation. Pourtant, l’éventualité d’accepter d’avoir des ministres nourrit le débat interne dès 1923 et entraîne de fortes divisions internes.

  • 67 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 318.

37L’autonomie des Fédérations demeure grande après la reconstruction des années 1920. La désignation des dirigeants fédéraux et des candidats aux élections relève des sections et la direction nationale n’a guère prise sur ce processus. À Besançon, l’existence de l’Entente socialiste augmente encore l’autonomie de la section SfiO, qui n’est nullement obligée de s’intégrer dans un programme strict. Son alliance avec le parti socialiste-communiste la pousse à pratiquer une surenchère de gauche par rapport aux orientations de son propre parti. En vue des élections législatives de 1924, la SfiO choisit de négocier avec les radicaux pour former des listes d’union face au bloc de droite. Ainsi le Cartel des gauches se veut une alliance strictement électorale entre radicaux, socialistes et républicains de gauche. Le congrès de l’Entente doit se prononcer sur cette option avant toute négociation avec les radicaux du département. Jouchoux s’oppose à cette participation, mais avec 22 mandats contre 16, le congrès décide de participer à l’alliance, à la condition que le candidat socialiste rappelle dans sa profession de foi que « le parti socialiste est un parti de lutte des classes qui a pour but de socialiser les moyens de production et d’échange et qu’il n’est pas un parti de réforme mais de révolution67 ». Roméis figure en troisième position sur la liste départementale du Cartel des Gauches derrière deux radicaux. Les positions divergent sur la politique extérieure : si radicaux et socialistes estiment que l’Allemagne doit payer parce qu’elle est responsable de la guerre, les premiers approuvent l’occupation de la Ruhr, alors que les seconds la condamnent.

  • 68 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/22, Lettre de Léon Nicod au secrétariat de la SfiC, 15/02/1926.

38Pour sa part, le groupe de l’Union socialiste-communiste n’est pas homogène. Il comprend David et Jeannin, qui sont de plus en plus hostiles aux communistes, mais aussi Jouchoux, pour qui la perspective d’une réconciliation entre les deux courants reste la raison d’être de cette Union. En 1926, favorable à la recherche de l’unité d’action avec la CGTU, il n’accepte ni les insultes, ni les coups de poing portés par Jeannin à Nicod. Jouchoux accepte un temps d’écrire des articles avec ce dernier pour L’Œuvre sociale68. Il défend :

  • 69 L’Œuvre sociale, 21/08/1926.

L’unité d’action de suite, unité organique indispensable demain […] Aux communistes, nous disons : nous sommes des partisans résolus de l’autonomie syndicale et nous la défendrons contre l’emprise des partis politiques ; aux socialistes SfiO, nous affirmons que leur collusion avec le parti radical leur a fait perdre le caractère de lutte de classe dont ils se réclament69.

39Alliance ne signifie pas silence et l’Union socialiste-communiste dénonce régulièrement certains votes des conseillers municipaux SfiO. Mais sur le fond, les critiques demeurent limitées : l’Union socialiste-communiste laisse entendre que sans le soutien aux radicaux, le parti socialiste serait le parfait parti de la révolution.

  • 70 Ibid., 21/05/1932.

40Au congrès de 1925, la SfiO choisit à une faible majorité la non-participation au gouvernement. Elle apporte un soutien sans faille à Herriot lors du Cartel des Gauches, ce qui revient à accepter rétroactivement l’occupation de la Ruhr, puis la guerre coloniale au Maroc. Elle renouvelle ce soutien aux radicaux lors de la législature de 1932. Entre 1929 et 1933, les socialistes sont constamment sollicités pour participer au gouvernement. À Besançon, la plupart des militants de la SfiO y demeurent opposés. Pour le congrès national de 1930, la Fédération porte douze mandats en ce sens, et seulement trois qui lui sont favorables, ceux de Montbéliard. En 1933, la section bisontine change de cap et vote à une très forte majorité une motion favorable à la participation. Minjoz s’élève immédiatement contre cette position dans un éditorial de L’Œuvre sociale : selon lui, le PUP ne peut accepter un tel choix de la part de ses alliés, et il prévient que cette décision retarderait la fusion avec la SfiO bisontine70. Après une telle mise en garde, cette dernière renonce finalement à soutenir la participation.

  • 71 Suzanne Perron, Les partis de gauche dans le Doubs de 1932 à 1936, mémoire DES, université de Besan (...)
  • 72 Ibid.

41À partir des années 1932-1933, la réunification des socialistes à Besançon devient envisageable. La Fédération du Doubs n’est pas touchée par la crise néo-socialiste, qui se termine par l’exclusion de ce courant. La section bisontine soutient au contraire la redéfinition du parti comme révolutionnaire, ce qui renforce les points d’accord avec le PUP. En octobre 1932, la direction nationale de ce parti discute avec des délégués du parti communiste et du parti socialiste afin de rechercher des éléments d’unité. Dans ce contexte, les pupistes bisontins font miroiter leur adhésion à la SfiO71. Ainsi serait supprimée cette rivalité de fait qui existe entre les deux sections de la ville, d’autant plus irritante que le rapport de force sur le plan bisontin est exactement l’inverse de ce qu’il est nationalement. Mais les pupistes n’entendent pas renoncer à leurs idées et au rôle d’aiguillon des partis ouvriers qu’ils se sont fixés jusque-là. Ils restent guidés par une double préoccupation. La première – purement locale – consiste à obtenir un gauchissement de la ligne de la section SfiO et la seconde – nationale – vise à obtenir l’unité organique des forces socialiste et communiste72. Les pupistes bisontins estiment finalement qu’ils n’ont plus de raison d’être et décident d’entrer en bloc à la SfiO, si possible en entraînant tout leur parti derrière eux. Or ils ne réussissent pas à convaincre sur ce point lors du congrès du PUP au printemps 1934. Après cet échec interne, alors que l’antifascisme plaide pour l’unité, Minjoz et son groupe rejoignent la Fédération SfiO en novembre. Il explique qu’ils ont pris cette décision après avoir constaté que le PUP n’a pu devenir :

  • 73 L’Œuvre sociale, 24/11/1934.

un parti suffisamment puissant pour imposer aux deux autres partis (socialiste et communiste) cette unité qui est indispensable à la classe ouvrière si elle veut persévérer dans sa lutte. finalement nous en arrivâmes à cette conclusion que le Parti d’Unité Prolétarienne n’avait plus de raison d’exister, qu’il devait disparaître au sein du Parti Socialiste qui n’avait jamais refusé d’entrer en pourparlers avec lui et de continuer au sein de cette grande organisation sa propagande unitaire73.

42Aux côtés de Jouchoux et Roenner, Minjoz devient la principale figure de la SfiO bisontine. À l’échelle nationale, la SfiO absorbe le PUP en 1936.

  • 74 T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., p. 77.
  • 75 L’Œuvre sociale reste complètement silencieuse aux dates commémoratives de la naissance de Proudhon (...)
  • 76 L’Œuvre sociale, 18/10/1933.
  • 77 Georges Haupt, L’historien et le mouvement social, Paris, Maspéro, 1980, p. 23.
  • 78 Ibid.

43Au moment de sa reconstruction, la SfiO choisit de mettre l’accent sur le caractère inchangé de sa doctrine, ce qui l’oblige à rappeler ses filiations idéologiques. Marx devient le dénominateur commun des tendances74 et L’Œuvre sociale affiche désormais des références socialistes plus précises. Ce positionnement reflète les préoccupations des responsables nationaux de l’Union socialiste-communiste qui écrivent régulièrement dans ses colonnes. Ainsi la parution de l’Histoire du socialisme français (1789-1924) de Paul-Louis, un des animateurs de ce mouvement et défenseur des thèses classiques du marxisme, donne lieu à une série d’articles. Avec le même souci que la SfiO, les rédacteurs de L’Œuvre sociale se référent aux grandes figures du mouvement socialiste, surtout celles de Guesde et Jaurès. Les liens explicites à Proudhon disparaissent75. Même s’il est délicat de considérer le refus d’un système d’analyse bien défini comme un trait proudhonien, cette dimension semble perdurer chez les militants du PUP. Ainsi en 1933, un article cherchant à expliquer ce qu’est le socialisme déclenche une réplique ferme et immédiate. Sous le titre « Pensée socialiste et pensée libre », elle précise que le socialisme n’est pas un dogme et que « la pensée libre a ses droits76 ». Dès lors, L’Œuvre sociale ne se risquera plus à définir la doctrine socialiste, privant les nouveaux militants de repères élémentaires. L’Œuvre sociale se contente donc de multiplier les références au passé. Depuis la fin du xixe siècle, le marxisme de la Seconde Internationale a postulé comme nécessaire la relation de la classe ouvrière avec le socialisme77. Dans cette vision, celle-ci a besoin de la conscience historique, et donc de la connaissance de son passé, pour accomplir sa mission, à savoir renverser la domination de la bourgeoisie et du capitalisme et permettre l’avènement du socialisme. Pour Georges Haupt, le mouvement ouvrier établit donc une double exigence à l’égard de sa propre histoire, d’une part, celle d’une histoire en tant que praxis, c’est-à-dire laboratoire d’expériences, champ d’élaboration théorique et stratégique, et d’autre part, celle d’une histoire en tant que tradition, source de points de repère symboliques78. Cette dernière est bien présente dans la presse régionale des années 1920. Elle témoigne de la manière dont la SfiO et l’Union socialiste-communiste cherchent à s’inscrire dans la tradition du mouvement ouvrier français et européen, notamment en utilisant les événements comme symboles.

  • 79 ADD, 145 J, CEMO, « Mémoires de Perrin », p. 12-13.
  • 80 Danièle Tartakowski, « Les traditions identitaires du mouvement ouvrier français », dans Historiens (...)
  • 81 L’Œuvre sociale, « Le 18 mars », 20/03/1926.
  • 82 Ibid., 31/05/1930, art. de Paul-Louis, « Les grandes dates révolutionnaires : la Semaine Sanglante  (...)

44Dans cette optique, les références à la Commune de Paris apparaissent primordiales, car la SfiO veut affirmer son ancrage socialiste et révolutionnaire. Avant 1914, les socialistes bisontins célébraient déjà cet événement par un banquet et une conférence annuelle79. Trois mois après le congrès de Tours, la commission administrative permanente du parti choisit le 18 mars, date anniversaire du soulèvement du peuple parisien en 1871, pour publier un manifeste qui célèbre cette révolution. En effet, depuis le début des années 1880, un rituel s’est instauré autour de l’hommage aux morts tombés au Père-Lachaise lors des derniers combats de la Commune, constitué en une tradition qui progressivement s’est imposée aux militants80. Par la date choisie pour son manifeste, la SfiO de 1921 veut commémorer « l’aurore » de la Commune et non son « crépuscule », sa répression, et tenter ainsi d’incarner l’avenir. Chaque année, L’Œuvre sociale s’inscrit dans cette veine, le plus souvent en évoquant la journée du 18 mars81, tableau complété par des articles sur « La Semaine sanglante » à la fin mai82. Le souvenir de la Commune est encore présent et son évocation garde sens pour les militants socialistes. Au début des années 1930, le secrétaire des Jeunesses Socialistes encourage les groupes locaux à organiser des soirées de discussion sur la Commune :

  • 83 Ibid., 8/03/1930.

Il est du devoir de tous les jeunes de rendre hommage au dévouement sublime des militants illustres et obscurs de la Commune, tout en étudiant ce grand événement historique. Consulter : La guerre civile de Marx, La Commune de Bourgin ou celle de Lissagaray ou encore l’ouvrage de Louise Michel83.

45En affirmant la nécessité d’étudier cet événement, il dépasse le symbole et montre un intérêt nouveau pour la formation politique.

46Les auteurs de L’Œuvre sociale sont également amenés à défendre le drapeau rouge pour répondre à ceux qui ne se reconnaissent pas dans ce symbole. Après des critiques sur la présence de ce drapeau lors de la manifestation du 12 février 1934 à Pontarlier, Jules Pagnier rédige une réplique intitulée « Drapeau rouge et Internationale » :

  • 84 Ibid., 24/03/1934.

Les révolutionnaires prolétariens de tous les pays ont adopté le drapeau rouge et L’Internationale parce que cet emblème et ce chant sont appelés à devenir, non pas le drapeau et l’hymne d’une nation, mais le drapeau et l’hymne de l’humanité […] En avant pour la prise du pouvoir. Vive le drapeau rouge, vive l’Internationale des Peuples !84.

47Pour toutes les composantes du mouvement ouvrier, le rappel de ces événements et symboles est un moyen de s’inscrire dans une continuité. Ainsi s’affirme un modèle français de transformation politique et sociale qui renvoie à 1789 et à la Commune, mais qui, avec le Premier Mai, intègre également un moment fondateur du mouvement ouvrier international. À Besançon, les syndicalistes célèbrent le Premier Mai, sans pour autant négliger la Commune, symbole plus nettement politique. Ils tiennent ainsi à affirmer un double engagement, syndicaliste et socialiste. Si les modalités de la transformation révolutionnaire demeurent approximatives, les socialistes espèrent toujours qu’une révolution aura lieu.

  • 85 T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., p. 72.
  • 86 Ibid., 9/06/1923.

48Dans L’Œuvre sociale, seule la question de l’unité mobilise l’histoire appréhendée comme laboratoire d’expériences. Le passé sert alors à expliquer et à refuser les divisions du présent. C’est pourquoi, dans les années 1925-1933, toute la SfiO se réfère à Guesde et à Jaurès. Au niveau des orateurs ou de la presse, l’accent mis sur la continuité idéologique se réduit à une expression stéréotypée, avec la formule : « Travailleurs, restez fidèles au socialisme de Jean Jaurès et de Jules Guesde85 ». L’Œuvre sociale les commémore conjointement, notamment lors d’une soirée spéciale en 1932. En fait, l’Entente socialiste insiste surtout sur Jaurès. Dans sa recherche de l’unité, elle rappelle la synthèse jauréssienne de l’action de classe et de la démocratie qui permit de dépasser les tendances à l’intérieur de la SfiO après 1905. En 1923, L’Œuvre sociale lui consacre huit articles en trois mois. L’article « Jaurès et l’unité socialiste » est l’occasion de rappeler ses difficultés face aux autres groupements socialistes : « En relisant l’histoire du socialisme, on y retrouve entre les sectes les mêmes batailles avec les mêmes injures qu’aujourd’hui86 ». Ces articles cherchent à relativiser la désunion des années 1920, mais ne rappellent pas la nature de ces anciens désaccords, alors qu’ils pourraient servir pour raisonner sur le présent.

  • 87 T. Holh, À gauche ! La gauche socialiste, op. cit., p. 21.
  • 88 Ibid.

49Les références à ces leaders n’empêchent pas la concurrence autour de la mémoire des morts87. Vers 1930, la gauche socialiste revendique l’héritage guesdiste. Il lui permet de réaffirmer le désaccord permanent avec les radicaux et l’importance de la doctrine qui invite à se référer plus généralement au passé, ce qui devient aussi une arme contre la droite à l’intérieur du parti88. L’Œuvre sociale utilise également ces références à Guesde mais sans aller jusqu’à l’affirmation d’une filiation avec lui. Ainsi la création de l’association « Les Amis de Jules Guesde » en 1933 n’est pas relayée dans la presse bisontine. Surtout, son évocation ne porte pas sur son apport idéologique, mais sur son rôle global d’éducateur. L’hebdomadaire rappelle ainsi :

  • 89 L’Œuvre sociale, 5/08/1933.

son apostolat, parcourant la France pour diffuser les doctrines du socialisme scientifique de Karl Marx […]. Le prolétariat n’oublie pas que Jules Guesde fut le grand éducateur de la classe ouvrière. C’est Guesde qui a diffusé en France le collectivisme. C’est lui qui a défini la mission historique qui incombe au monde du travail89.

50À lire ces articles, le lecteur n’apprend rien sur ce qu’il a pu transmettre, rien sur ce « collectivisme » souvent rappelé mais jamais présenté et le marxisme de Guesde demeure une formule sans contenu.

  • 90 Ibid., 28/04/1923.
  • 91 Ibid., 28/04/1923.

51L’Œuvre sociale mobilise également le passé comme champ d’expérience. C’est un passé actuel dont les événements ont été intégrés et peuvent être remémorés, ici pour montrer la force de l’unité et stimuler les mobilisations de la classe ouvrière. L’évocation régulière des origines du Premier Mai mêle à la fois histoire-praxis et histoire-tradition. Si cet événement apparaît comme un symbole au même titre que la Commune, les syndicalistes membres de l’Union socialiste-communiste l’envisagent surtout comme le moment privilégié pour promouvoir l’unité, d’autant qu’ils sont sollicités en ce sens par les militants de la CGTU. À l’heure de la préparation du Premier mai 1923, David choisit de se référer à celui de 190690. Il rappelle le caractère exceptionnel de celui-ci pour la CGT, première tentative de grève nationale, dans laquelle la direction syndicale bisontine s’engagea. Il choisit un passé idéalisé, au lieu de rappeler les grèves et manifestations plus récentes, celles des Premiers Mai de 1919 et 1920, mobilisations tout aussi importantes et qui gardent un sens plus évocateur pour les travailleurs qui y ont participé. En choisissant de les ignorer, le syndicaliste horloger ne veut pas raviver ces braises encore chaudes et il passe sous silence les choix de la CGT à cette époque. Les responsables socialistes ou syndicalistes critiquent à plusieurs reprises le manque de conscience ou de persévérance des travailleurs et peu s’en faut qu’ils soient désignés comme responsables de leurs échecs. Sur ce point, ils mobilisent à nouveau le passé comme exemple. En 1923, Jouchoux revient sur le Premier Mai de 1919 en rappelant d’abord l’ampleur de la mobilisation ouvrière. Mais c’est pour lui opposer « l’ignorance et le manque d’éducation politique de la classe travailleuse91 ». Pour l’auteur, ces dimensions l’ont emporté, permettant la victoire de la Chambre du Bloc National aux élections législatives de novembre. Raisonnant d’un point de vue uniquement électoraliste, Jouchoux les analyse comme « la première défaite ouvrière ». Jeannin s’attaque quant à lui au manque de combativité et d’intérêt pour les syndicats. En 1923 et 1926, il fait référence à des années plus glorieuses sur ce point :

À ce moment-là, vous aviez confiance en l’organisation, pourquoi cette confiance est-elle morte en vous ? Qu’y a-t-il de changé ? En 1920, vous étiez moins trembleurs […]. Où donc êtes-vous passés, vous tous les bons camarades qui aviez entrepris la lutte avec nous contre un patronat rapace ? […]. Il ne suffit point cette fois d’entrer dans la bataille pour en arracher un avantage passager et retourner à l’indifférence ensuite. En 1920, c’est ce que l’on fit et qu’en reste-t-il de ces mouvements spontanés autant que passagers ? Rien.

52Pour Jeannin, le rappel du passé doit servir de stimulant pour agir et construire des organisations stables. En 1931, sous le titre « Conscients ici, inconscients là », il revient sur les faiblesses de l’implantation syndicale :

  • 92 Ibid., 31/01/1931.

La marche au socialisme exige autre chose que la manifestation du bulletin de vote ; l’organisation sur le terrain économique, la création de syndicats puissants ou simplement l’adhésion à ceux qui existent est certainement d’une toute autre valeur92.

53Le secrétaire de l’UD CGT pointe le décalage entre les progrès électoraux des socialistes et l’incapacité des travailleurs à faire respecter les lois sociales dans la plupart des entreprises.

54Sur le plan idéologique, une filiation s’est établie, qui va de Marx à Guesde et Jaurès. Même si ces figures demeurent vides de contenu doctrinal, elles constituent des points de repères pour l’horizon d’attente des militants, qui reste la révolution socialiste. Mais au présent, ils en sont bien loin et la question du soutien au parti radical continue de diviser les socialistes bisontins.

La SfiO : une organisation de militants

  • 93 A. Bergounioux, G. Grunberg, Le long remords du pouvoir, op. cit., p. 108.
  • 94 Ibid., p. 114.

55La SfiO s’est reconstruite nationalement autour de ses parlementaires et élus locaux, ce qui l’amène à privilégier son action législative et municipale. Sur le plan militant, la reconstruction profite aux grosses fédérations. L’évolution électorale suit les mêmes lignes de force que le développement de l’organisation et les électeurs socialistes demeurent concentrés dans quelques régions, le Nord, la Haute-Vienne, une partie du sud-est et Toulouse93. Le parti socialiste n’a jamais pu s’appuyer sur un réseau étendu d’organisations syndicales, coopératives, associatives avec lesquelles il aurait entretenu des rapports organiques, comme le parti social-démocrate en Allemagne. Pour Alain Bergounioux, « il est donc resté essentiellement un parti de militants tourné vers lui-même94 ». Qu’en est-il dans le Doubs où il ne dispose même pas d’une petite implantation municipale comme dans le Jura ?

56Comme à l’échelle nationale, la SfiO reconstitue assez rapidement ses effectifs en Franche-Comté. Dans le Territoire de Belfort, la scission politique se produit véritablement en 1923 et non en décembre 1920. Les socialistes ont tous suivi Frossard quand il a rejoint le parti communiste et ils procèdent de même quand il le quitte. Ils le suivent dans une éphémère Fédération de l’Union socialiste-communiste avant de revenir à la SfiO en 1924.

Graphique n° 1 : Nombre d’adhérents à la SfiO en Franche-Comté, 1913-1926 (cartes placées par département).

Graphique n° 1 : Nombre d’adhérents à la SfiO en Franche-Comté, 1913-1926 (cartes placées par département).
  • 95 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, op. cit., fiches départementales, p. 692-801. T. Judt, La (...)

57En 1927, le nombre d’adhérents est partout supérieur à celui de 1913, et même de 1920 pour le Jura : le socialisme parvient à un certain ancrage en terre comtoise95. Proportionnellement, le Doubs présente les effectifs les plus bas et dont la remontée apparaît la plus lente. En 1929, la Fédération a seulement retrouvé la moitié du nombre de ses adhérents de 1920, quand la Haute-Saône et le Jura en ont regagné les trois-quarts. Deux facteurs limitent cette progression, d’une part, sur sa droite, le poids des radicaux, et d’autre part, sur sa gauche, la concurrence du parti socialiste-communiste à Besançon et celle du parti communiste dans le Pays de Montbéliard.

  • 96 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, op. cit., fiches départementales, p. 721. T. Judt, La rec (...)

Tableau n° 14 : Nombre d’adhérents à la SfiO, Doubs, 1913-1932 (cartes placées)96

Tableau n° 14 : Nombre d’adhérents à la SfiO, Doubs, 1913-1932 (cartes placées)96
  • 97 Marc Sadoun, De la démocratie française. Essai sur le socialisme, Paris, Gallimard, 1993, p. 109.
  • 98 ErnestLelache est négociant en vin, CharlesRobbe, maire de Jougne, marchand de bois, Simon Ioffé, i (...)

58En 1928, la Fédération du Doubs compte 28 sections. En plus de L’Œuvre sociale, elle dispose d’un hebdomadaire couvrant le Territoire de Belfort et le nord du Doubs, La Tribune de l’Est qui a succédé à Germinal pour une diffusion bimensuelle, doublé ensuite par La Tribune de Montbéliard. Les réunions électorales avec des ténors du parti peuvent attirer plus de 1 000 auditeurs dans le Pays de Montbéliard au début des années 1930. C’est là que travaillent des responsables et élus comme l’instituteur Henri Lamy, secrétaire fédéral, Eugène Hintzy, secrétaire adjoint, Armand Bermont et René Rucklin, adjoint au maire et conseiller général de Belfort. Renforçant son influence électorale parmi ces ouvriers, la SfiO s’avère incapable d’assurer leur promotion politique97. Dans le Doubs, au niveau des responsables de sections et élus municipaux, son caractère ouvrier s’est nettement affaibli par rapport à 1919. Comme ailleurs, ces fonctions sont d’abord occupées par des instituteurs et membres des professions libérales (avocats, ingénieurs, négociants98), suivis par des artisans, souvent d’anciens ouvriers, victimes de licenciements.

  • 99 Jacques Girault, Sur l’implantation du parti communiste dans l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions (...)

59Comme le Territoire de Belfort, la Côte-d’Or et quelques autres départements, le Doubs se caractérise en 1920 par une influence du mouvement socialiste inégale et par des positions d’emblée majoritaires du jeune parti communiste. Mais dans ces configurations, le nouveau parti connaît très vite une régression sans reprise sérieuse par la suite, alors que les effectifs de la SfiO progressent99. En fait, elle progresse d’abord sur le plan électoral, devenant nationalement le premier parti de gauche aux élections de 1928, dépassant le parti radical. Dans le Doubs, elle passe de 9,5 % des suffrages exprimés à 16 % en 1932, mais reste encore sous sa moyenne nationale. Après le Jura, ces progrès concernent surtout la partie nord de la région : en 1928, Charles Cotin, maire de Lure (Haute-Saône) depuis 1925, est élu député de cette circonscription et Rucklin dans celle de Montbéliard.

  • 100 Constamment réélu maire de 1925 jusqu’aux années 1950, Ernest Lelache est élu conseiller d’arrondis (...)
  • 101 Contejean conserve son poste jusqu’en 1971, J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, notice E. Conte (...)
  • 102 ADD, M 2818, composition des conseils municipaux 1925-1935.
  • 103 Joël Guiraud, Pontarlier de A à Z, Besançon, Cêtre, 1998.
  • 104 Parti socialiste (SfiO), XXIXe congrès national, juin 1932, rapports, Paris, Librairie populaire, 1 (...)

60Dès l’entre-deux-guerres, la SfiO s’affirme comme un parti d’élus locaux. Fait nouveau, après Héricourt, ville de Haute-Saône proche de Montbéliard où Eugène Grandjean l’emporte en 1925, elle connaît ses premiers succès dans le Doubs. À Montbéliard, Armand Bermont, ouvrier licencié des usines Peugeot d’Audincourt, blessé à la Grande Guerre puis devenu agent d’assurances, l’emporte en 1929, réélu en 1935 puis 1946. Avec Fritz Martin à Dampierre-les-Bois, Ernest Lelache à Bavans100, Léon Contejean à Bethoncourt101, Henri Coulon à Bart, Eugène Brunner à Sochaux, le Pays de Montbéliard concentre plus de la moitié des maires socialistes du département102. À Pontarlier, Paul Robbe est élu en 1929 et Raymond Vauthier lui succède en 1935103. En 1934, Lelache et Contejean sont élus conseillers généraux des cantons de Montbéliard. Mais avec seulement 11 maires et 115 conseillers municipaux104, cette progression ne modifie pas les contrastes de la présence socialiste dans ce département. Ces premiers conseils municipaux apparaissent d’abord comme des victoires ouvrières sur le patronat et les forces conservatrices. Ils jettent les bases d’une politique sociale, notamment dans le domaine du logement. À Montbéliard, Bermont engage un programme de construction de maisons individuelles dans le cadre de la loi Loucheur. À Bethoncourt, Pontarlier, Montbéliard, ces édiles mettent en place un fonds municipal d’aide aux chômeurs, lors de la crise des années 1930.

  • 105 Sur cette notion de « milieu partisan » : Frédéric Sawicky, Les réseaux du PS. Sociologie d’un mili (...)

61L’investissement dans les réseaux syndicaux peut se prolonger sur la scène politique locale. C’est un facteur de la structuration du milieu partisan pour les membres de l’Union socialiste-communiste qui retentit peut-être sur leur progression électorale105. De même, Reverbori est secrétaire départemental du SNI au début des années 1930. Réciproquement, les couleurs socialistes sont souvent portées par des candidats qui sont également des syndicalistes connus, comme David, Pagnier ou Charles Sire à Morteau, un engagement valorisé sur leurs professions de foi électorales. Ailleurs les liens tissés avec les syndicats sont trop ténus pour jouer en ce sens. Certes des socialistes dirigent les UL confédérées, avec une bonne part d’enseignants, Lamy, Reverbori, Blajot à Montbéliard, Vauthier à Pontarlier. Hors de Besançon, ces UL demeurent des coquilles vides. Dans le Pays de Montbéliard, la CGT est trop marginalisée pour apporter du grain au moulin de la SfiO.

  • 106 L’Œuvresociale, 10/03/1934.

62Dernier champ d’action, les socialistes ne délaissent pas l’activité dans les coopératives. À l’échelle nationale, CGT et SfiO entretiennent des rapports réguliers avec la FNCC. Les Bisontins continuent d’avoir comme perspective de développer la coopération et c’est même une part essentielle du programme des Jeunesses Socialistes en 1930. La coopérative La Fraternelle de Saint-Claude demeure pour tous une référence. Presque chaque année, chorale, troupe de théâtre, société de gymnastique de la Maison du Peuple du Haut-Jura se produisent à Besançon, recevant chaque fois un accueil triomphal. Malgré les précédents déboires, des militants cherchent toujours à promouvoir un climat coopératif. Ainsi dans sa profession de foi pour les élections législatives de 1932, Octave David accorde une bonne place à ce versant de son engagement. En 1934, Jouchoux estime que l’échec de la coopération à Besançon provient surtout du « manque d’éducation coopérative des travailleurs locaux et encore plus de l’hostilité des ménagères, séduites par les timbres distribués par les magasins à succursales multiples106 ». Plusieurs articles rappellent aussi que de bons militants n’adhèrent pas aux coopératives et achètent chez l’épicier. Dans le Pays de Montbéliard, les socialistes s’investissent dans L’Avenir syndical et L’Union des coopérateurs de Montbéliard. Administrateurs de cette dernière, Georges Reverbori et Léon Contejean la conduisent vers la fusion avec Les Coopérateurs de Lorraine en 1952. Quant à Louis Renard, réintégré à la SfiO après son exclusion du parti communiste, il poursuit son action à la tête de La Fraternelle.

63À Besançon, le syndicalisme permet aux membres de l’Union socialiste-communiste d’établir un lien assez étroit avec une partie des ouvriers. Leur conception du mouvement ouvrier combine les trois piliers – le parti, le syndicat, la coopérative – dans le respect de l’autonomie de chacun. Nourris par des références et non par une doctrine bien définie, ils gardent un certain discours révolutionnaire. Mais au-delà de quelques critiques, ils épousent le réformisme revendiqué par la CGT. Lorsqu’ils rejoignent le parti socialiste en 1934, ils s’alignent peu ou prou sur les choix de sa direction, cautionnent sa pratique parlementaire et son électoralisme. Cependant, c’est grâce à l’action de ces syndicalistes que la SfiO dépasse un peu son caractère de « parti de militants » à partir de 1936, alors que ses homologues d’Europe du Nord s’appuient sur des partis de masse. À l’opposé, ceux qui ont choisi une nouvelle voie en 1920 réussissent-ils davantage à se lier aux classes populaires ?

Notes

1 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 321.

2 Compte tenu des conditions de la syndicalisation particulière à cette période, il nous semble préférable de retenir 8 timbres par an pour obtenir le nombre de cotisants. ADD, fonds CGT, Comptes-rendus des congrès de l’UD CGT Doubs 1924-1935.

3 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 20.

4 L’Œuvre sociale, 19/05/1923.

5 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 95.

6 L’Œuvre sociale, Compte-rendu congrès de l’UD CGT de juin 1933, 17/06/1933.

7 Ibid., 21/06/1930.

8 Jean-Louis Robert, « Les militants syndicalistes parisiens et la Grande Guerre : stabilisation ou renouvellement ? », dans Michel Dreyfus, et alii, La part des militants, op. cit., p. 130.

9 Ibid, p. 127.

10 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 288.

11 L’Œuvre sociale, 12/11/1932 ; LABOR, De la noce au turbin, op. cit.

12 L’Œuvre sociale, 31/05/1930.

13 Ibid., 6/01/1934.

14 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 288.

15 Ibid., p. 281.

16 Cité par F. Kohler, « Les souvenirs de Roger Boudrié, ouvrier horloger jurassien », art. cité, p. 167.

17 D. Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier, op. cit., p. 57-58.

18 L’Œuvre sociale, 19/11/1932, 10/12/1932, 24/12/1932.

19 Ibid., 6/01/1923.

20 Cité par J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 204.

21 LABOR, De la noce au turbin, op. cit., p. 288.

22 ADD, fonds CGT, Compte-rendu du congrès de l’UD CGT 1925.

23 AN F 7 13858, Rapports du commissaire spécial, septembre 1926 ; Rapports du préfet, mai 1932.

24 Ibid., 4/8/1930.

25 L’Œuvre sociale, 6/09/1930.

26 Ibid., 21/06/1930.

27 Voir supra, p. 107.

28 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 69.

29 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, notice Octave David.

30 Jean-Louis Robert, « L’opposition générale à la main-d’œuvre immigrée, Paris, 1914-1919 », dans Michel Cordillot, Serge Wolikow (dir.), Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ? Les difficiles chemins de l’internationalisme (1848-1956), Dijon, Édition de l’Université de Dijon, 1993, p. 43-44.

31 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 148.

32 L’Œuvre sociale, 21/10/1922.

33 Ibid., 3/05/1926.

34 Ibid., 10/05/1926.

35 Ibid., 12/06/1926.

36 X. Vigna, Histoire des ouvriers en France, op. cit., p. 115.

37 L’Œuvre sociale, 14/08/1926.

38 ADD, M 2501, rapport de gendarmerie, 6/08/1926.

39 Voir supra, p. 267.

40 André Vagneron, « La bourse du travail de Besançon : la Maison du peuple », Cahiers des Amis de la Maison du peuple, n° 2, 2002.

41 Ces pages s’appuient largement sur J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 150-160. J. Charles, Le mouvement ouvrier en Franche-Comté, art. cité, p. 24-27.

42 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 147.

43 L’Œuvre sociale, 14/02/1926.

44 CGT, Compte rendu du congrès de la CGT, 1925, p. 164.

45 C. Willard (dir.), La France ouvrière, tome 2, op. cit., p. 49-50.

46 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 162.

47 Voir supra, p. 281-282.

48 Cité par M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 149.

49 L’Œuvre sociale, 9/05/1931.

50 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 14.

51 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 324.

52 Ibid., 25/06/1932.

53 ADD, CEMO, Compte-rendu du congrès de l’UD CGT, 27/02/1937, p. 13.

54 Ibid. Sur cette caisse de Valentigney, voir supra, p. 280.

55 Thierry Holh, À gauche ! La gauche socialiste 1921-1947, Éditions Universitaires de Dijon, Dijon, 2004, p. 15.

56 Tony Judt, La reconstruction du Parti socialiste 1921-1926, paris, PFNSP, 1976, p. 8.

57 Jeune instituteur libre-penseur à Hérimoncourt au début du xxe siècle, Léon Roméis fut à deux reprises victime de l’arbitraire de l’administration sous la pression de Peugeot et d’élus locaux. Avec son épouse institutrice, ils furent mutés à Audincourt en 1901 où son soutien à la coopérative de production L’Espérance déplut. Le couple fut envoyé à Besançon. Secrétaire de la section SfiO, vice-président de la section de la Ligue des droits de l’homme et franc-maçon, Roméis mourut en janvier 1935. J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, notice L. Roméis.

58 Né le 27 juillet 1884 aux Hopitaux-Vieux (Doubs), mort le 19 avril 1958 à Pontarlier (Doubs). fils de cultivateurs, Joseph Plantin travailla comme journalier, puis entra aux Chemins de fer départementaux en 1908. Syndiqué, il adhéra à la SfiO en 1918. Conseiller municipal de Pontarlier, il fut élu adjoint au maire en 1929 et plusieurs fois réélu. J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, notice Joseph Plantin.

59 T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., annexes.

60 L. Mairry, Le Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 317.

61 fils aîné de Louis Minjoz, c’est un élève brillant qui réussit rapidement ses études de droit. C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social, notice Jean Minjoz rédigée par Benoît Littardi et sa thèse à venir.

62 T. Holh, À gauche ! La gauche socialiste 1921-1947, op. cit., p. 45.

63 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice Robert Mauvais.

64 Alain Bergounioux, Gérard Grunberg, Le long remords du pouvoir. Le parti socialiste français 1905- 1992, Fayard, 1992, p. 116.

65 Ibid., p. 57.

66 T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., p. 78.

67 Cité par L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 318.

68 ADSD, 261 J, 3 Mi 6/22, Lettre de Léon Nicod au secrétariat de la SfiC, 15/02/1926.

69 L’Œuvre sociale, 21/08/1926.

70 Ibid., 21/05/1932.

71 Suzanne Perron, Les partis de gauche dans le Doubs de 1932 à 1936, mémoire DES, université de Besançon, 1963, p. 50.

72 Ibid.

73 L’Œuvre sociale, 24/11/1934.

74 T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., p. 77.

75 L’Œuvre sociale reste complètement silencieuse aux dates commémoratives de la naissance de Proudhon et de sa mort.

76 L’Œuvre sociale, 18/10/1933.

77 Georges Haupt, L’historien et le mouvement social, Paris, Maspéro, 1980, p. 23.

78 Ibid.

79 ADD, 145 J, CEMO, « Mémoires de Perrin », p. 12-13.

80 Danièle Tartakowski, « Les traditions identitaires du mouvement ouvrier français », dans Historiens et géographes, n° 350, 1995, p. 328.

81 L’Œuvre sociale, « Le 18 mars », 20/03/1926.

82 Ibid., 31/05/1930, art. de Paul-Louis, « Les grandes dates révolutionnaires : la Semaine Sanglante ».

83 Ibid., 8/03/1930.

84 Ibid., 24/03/1934.

85 T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., p. 72.

86 Ibid., 9/06/1923.

87 T. Holh, À gauche ! La gauche socialiste, op. cit., p. 21.

88 Ibid.

89 L’Œuvre sociale, 5/08/1933.

90 Ibid., 28/04/1923.

91 Ibid., 28/04/1923.

92 Ibid., 31/01/1931.

93 A. Bergounioux, G. Grunberg, Le long remords du pouvoir, op. cit., p. 108.

94 Ibid., p. 114.

95 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, op. cit., fiches départementales, p. 692-801. T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., annexes. Pour le Doubs et le Jura en 1913, il s’agit d’estimations. Revenus à la SfiO courant 1924, les socialistes belfortains ne reconstituent pas immédiatement une Fédération.

96 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, op. cit., fiches départementales, p. 721. T. Judt, La reconstruction du Parti socialiste, op. cit., annexes. Parti socialiste (SfiO), XXVIe congrès, 9-12/6/1929, rapports, Paris, Librairie populaire, 1929. Parti socialiste (SfiO), XXIXe congrès, 29-31/5/1932, rapports, Paris, Librairie populaire, 1932. Parti socialiste (SfiO), XXXe congrès, 14-17/6/1933, rapports, Paris, Librairie populaire, 1933.

97 Marc Sadoun, De la démocratie française. Essai sur le socialisme, Paris, Gallimard, 1993, p. 109.

98 ErnestLelache est négociant en vin, CharlesRobbe, maire de Jougne, marchand de bois, Simon Ioffé, ingénieur et chargé d’affaires, Paul Robbe, ingénieur dans les travaux publics.

99 Jacques Girault, Sur l’implantation du parti communiste dans l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 31-32.

100 Constamment réélu maire de 1925 jusqu’aux années 1950, Ernest Lelache est élu conseiller d’arrondissement en 1927 : ADD, 1 Z 12, notice individuelle de E. Lelache, 30/9/1945.

101 Contejean conserve son poste jusqu’en 1971, J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, notice E. Contejean.

102 ADD, M 2818, composition des conseils municipaux 1925-1935.

103 Joël Guiraud, Pontarlier de A à Z, Besançon, Cêtre, 1998.

104 Parti socialiste (SfiO), XXIXe congrès national, juin 1932, rapports, Paris, Librairie populaire, 1932.

105 Sur cette notion de « milieu partisan » : Frédéric Sawicky, Les réseaux du PS. Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, coll. « socio-histoire », 1997, p. 24.

106 L’Œuvresociale, 10/03/1934.

Table des illustrations

Titre Graphique n° 1 : Nombre d’adhérents à la SfiO en Franche-Comté, 1913-1926 (cartes placées par département).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau n° 14 : Nombre d’adhérents à la SfiO, Doubs, 1913-1932 (cartes placées)96
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search