Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Deuxième partie. Ouvriers et mouvement ouvrier de la Grande Guerre au début des années 1930, les difficultés d’une rencontre

Chapitre 6. L’émergence d’un syndicalisme chrétien

Texte intégral

1Dans le prolongement du renouveau catholique amorcé depuis le début du siècle, de nouvelles forces surgissent dans les années 1920. Le diocèse de Besançon s’inscrit pleinement dans ces évolutions. Des chrétiens développent des relations plus étroites avec des fractions du monde ouvrier, avec la volonté affichée d’empêcher l’essor révolutionnaire. Une Fédération régionale des syndicats CFTC voit le jour dès 1919. De manière encore plus marquée, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) se distingue vraiment des œuvres chrétiennes et apparaît comme une tentative de reconquête née des ouvriers eux-mêmes.

Une CFTC fortement ouvrière

  • 1 Nous reprenons ici les grandes lignes d’un mémoire d’histoire, Jean-Marie Vieille, La CFTC dans le (...)
  • 2 Michel Launay, La CFTC, origines et développement, (1919-1940), Paris, Publications de la Sorbonne, (...)
  • 3 Ibid., p. 27.
  • 4 J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 14.

2Le syndicalisme chrétien naît dans le sillage du Secrétariat social diocésain1, relais apostolique des évêchés en milieu ouvrier. Paul Patois, ouvrier mobilisé chez Peugeot à Audincourt, participe au cercle d’études sociales de sa paroisse. Directement confronté à la CGT dans son usine, il envisage avec l’abbé Simonin, l’animateur du Secrétariat diocésain, de fonder un syndicat chrétien. Autour de lui, des liens solides se nouent entre une poignée d’ouvriers, le Secrétariat social et le curé d’Audincourt, l’abbé Jacquot. En février 1919, à l’occasion du congrès des Unions sociales et syndicales de Franche-Comté, ils prennent la décision de fonder une Fédération régionale des organisations professionnelles2. À sa création en avril, ses forces se limitent pour le Doubs aux syndicats de la métallurgie de Beaulieu-Mandeure et d’Audincourt. Comme la CGT à cette époque, les catholiques s’appuient sur le personnel des usines Peugeot. Le conseil fédéral désigne Patois comme secrétaire. Il a participé à la conférence internationale des syndicats chrétiens à Paris, où il a voté en faveur de la fondation d’une confédération. À l’automne 1919, la Fédération de Franche-Comté regroupe 22 syndicats pour un millier d’adhérents3. Avec l’Alsace-Lorraine, la Champagne et l’Isère, cette Fédération est une des organisations régionales présentes au congrès de fondation de la CFTC. Les militants du Doubs aimeront à rappeler que leur Fédération a vu le jour sept mois avant la naissance officielle de la confédération4.

  • 5 M. Launay, La CFTC, origines et développement, op. cit., p. 45.
  • 6 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 53.
  • 7 ADD, M 777, Tract des élections municipales de Seloncourt, 1931.

3Lors de son congrès de fondation, la CFTC affirme nettement son caractère antirévolutionnaire, opposé à l’extension du communisme : ce point ne suscite pas de discussions et fait l’unanimité des premiers syndicalistes chrétiens5. En Franche-Comté, le congrès des syndicats de l’Union sociale réaffirme son hostilité de principe à une ouverture vers la CGT. La CFTC s’oppose aux grandes grèves de 1919-1920 et apporte son soutien à l’État et au patronat. Pour autant, par son activité et ses choix, elle se distingue des syndicats jaunes, qui sont ouvertement au service des objectifs patronaux. En effet, elle veut affirmer à la fois la collaboration des classes et la solidarité ouvrière, acceptant le recours à la grève dans certains cas. Elle le prouve dès 1921 par son engagement avec les employés de banques. Elle revendique l’établissement de conventions collectives, de contrats de travail et défend les projets d’assurances sociales – rencontrant sur ce point les aspirations de la CGT – ou d’allocations familiales6. Cette confédération est assez peu centralisée, avec des Unions régionales qui mènent leur vie propre et des liens précaires avec les Fédérations. En Franche-Comté, l’Union Régionale rencontre des difficultés d’organisation et de finances, dont témoigne la succession de huit secrétaires à sa tête de 1919 à 1932. Les questions financières sont résolues à partir de 1933 et Émile Courbet peut occuper le premier poste de secrétaire permanent de l’UR. Âgé de 34 ans, il a été fondeur chez Japy et a gravi tous les échelons de sa spécialité et il finit directeur adjoint de fabrication. Adhérent depuis 1928, il dirige le syndicat chrétien des métallurgistes du Pays de Montbéliard. Il milite également au parti démocrate populaire, candidat aux élections municipales de Seloncourt contre les communistes7. Courbet apporte véritablement un second souffle à la CFTC en Franche-Comté. À partir de décembre 1936, il est soutenu dans sa tâche par Robert Bernard, ouvrier métallurgiste âgé de 31 ans ; Marcel Jacquin, employé de commerce, les rejoint ensuite comme troisième secrétaire permanent pour l’Union régionale.

  • 8 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès régional de la CFTC, 28/08/1936.
  • 9 J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 40-54.

4De 150 000 membres en 1920, les effectifs de la CFTC régressent dans les années suivantes, avant de connaître une progression régulière à partir de 1930. L’implantation demeure très parcellaire et en milieu ouvrier, elle bénéficie désormais d’un ancrage non négligeable dans le Nord, notamment parmi les mineurs, autour de Lyon et Saint-Étienne, dans la région nantaise, en Alsace et en Franche-Comté, surtout dans le Pays de Montbéliard. Entre 1920 et 1930, la CFTC dans le Doubs passe d’un peu plus d’une centaine d’adhérents à 760. Au sein de l’UR, ils représentent un peu moins de la moitié de l’effectif en 1930. La progression de l’été 1936 touche l’ensemble de la Franche-Comté : l’Union passe de 1 500 adhérents en 1935 à plus de 6 000 à la fin août 19368. Cette croissance ne comble pas les disparités et le Doubs représente près de 60 % des effectifs de la région. Ils passent de 1 800 adhérents en avril 1936 à 3 300 en décembre, puis 4 700 à la fin de l’année 19389. La prédominance de ce département à l’intérieur de l’UR reflète l’emprise plus forte d’une tradition chrétienne, terrain favorable pour ce syndicalisme. Plus nombreux, les militants du Doubs cherchent donc à compenser leur faiblesse dans les départements voisins. En 1938, c’est ce souci qui les amène à préférer le maintien du principe d’une organisation régionale au lieu de former des structures à l’échelle départementale.

  • 10 Ibid.

5À l’échelon confédéral, les cheminots et les fonctionnaires dominent la CFTC. Mais dans le Doubs, les ouvriers et en particulier les métallurgistes sont majoritaires, ceci dès l’origine et encore en 193710. Une grande originalité de cette confédération est l’existence de syndicats spécifiquement féminins, comme celui des employées de commerce de Besançon. Cette non-mixité conforme aux pratiques de l’Église permet aux femmes d’assumer des responsabilités dans ce cadre. Les sections syndicales s’avèrent stables, ce qui constitue une différence notable par rapport à celles de la CGTU ou de la CGT. Nombre d’entre elles connaissent des périodes de déclin ou de léthargie, mais très peu disparaissent durant cette période. Cette continuité résulte de la ténacité des militants chrétiens, mais aussi du fait qu’ils sont beaucoup moins pourchassés que les autres syndicalistes.

6Sur le plan géographique, le secteur dominant correspond à la partie est du Pays de Montbéliard, berceau du syndicalisme chrétien, où le syndicat des métallurgistes représente à peu près les trois-quarts des forces. La seconde zone s’étend sur le Haut-Doubs avec l’horlogerie et les scieries. Dans la partie sud du département, Besançon occupe de loin le premier rang avec 17 sections syndicales en 1938. Le syndicalisme chrétien s’y développe mais sans réussir à s’implanter parmi les horlogers fortement anticléricaux.

Carte n° 12 : Localisation des syndicats CFTC en 1936-1938.

Carte n° 12 : Localisation des syndicats CFTC en 1936-1938.
  • 11 ADD, 145 J, CEMO, Rapports préparatoires au congrès de l’UD CGT du Doubs, avril 1939.
  • 12 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social, notice Jean Maire.

7L’importance de la vie religieuse facilite l’implantation de ce syndicalisme, qui pénètre surtout les régions industrielles de tradition catholique. La partie du Haut-Doubs qui manifeste une grande vitalité religieuse comprend un nombre notable de sections, notamment dans des villages. À Villers-le-Lac, le syndicat des horlogers fait le plein en organisant près de 300 adhérents au début de l’année 1938, soit à peine moins que son homologue de la CGT, et presque tous les travailleurs de l’horlogerie de la ville adhèrent à une organisation professionnelle11. À Audincourt et Mandeure, ce syndicalisme revêt un caractère foncièrement catholique, d’autant qu’il se construit face au patronat le plus représentatif de la religion protestante. La CFTC recrute d’abord des ouvriers de famille chrétienne pratiquante, en particulier des jeunes. Ainsi Jean Maire, futur secrétaire général de la métallurgie CFDT, assiste quotidiennement à la messe lorsqu’il adhère à la JOC et au syndicat12. Le terrain a été préparé par les mouvements chrétiens pour que des ouvriers et employés franchissent le pas et rejoignent une organisation professionnelle.

« Un syndicalisme de collaboration mais pas de soumission13 »

  • 13 ADD, 106 J 20, Rapport d’Émile Courbet au congrès de l’UR CFTC, 28/08/1938.

8Dès sa fondation, la CFTC manifeste sa volonté d’établir une collaboration avec le patronat, mais ce n’est pas réciproque. Les syndicalistes chrétiens sont des conservateurs, des hommes d’ordre qui cherchent à être entendus des autorités qu’ils estiment naturelles. Mais dans le Pays de Montbéliard, les patrons protestants voient d’un mauvais œil toute action autonome des ouvriers, d’autant plus qu’il s’agit de militants catholiques. En 1929, dès le début de la grève chez Peugeot à Audincourt, les délégués du syndicat chrétien s’adressent à la direction :

  • 14 AN F 7 13 899,Lettredes déléguésouvriersCFTCàla directiondesusinesPeugeot d’Audincourt, 25/05/1929.

Nous vous assurons de nouveau que nous ne voulons pas la grève et que nous sommes opposés à tout désordre ; mais nous croyons qu’une loyale collaboration est seule capable d’assurer la prospérité de votre maison et le bien-être de votre personnel14.

  • 15 Ibid., Lettre du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 10/06/1929. Le comité signe ses tracts (...)

9Mais après s’être heurtés à un refus, ils reprennent les revendications salariales de la CGTU et soutiennent le comité d’usine qu’elle anime15. Si les premiers dirigeants de l’UR participent à la création avec le Secrétariat social d’une Association amicale du commerce et de l’Industrie pour réunir les patrons catholiques, ils s’en éloignent rapidement. Ils découvrent que ces industriels veulent que les travailleurs se contentent de collaborer sans revendiquer. L’enquête réalisée par la CFTC au printemps 1936 montre que la plupart des patrons ne veulent pas entendre parler de syndicats, même chrétiens, ni de lois sociales. Un employé de Charquemont écrit :

  • 16 ADD, 106 J 20, Lettre à Courbet, 18/05/1936.

Je suis chez des patrons qui mettent sur le dos des lois sociales toutes les calamités des temps présents ; il ne se passe pas une journée qu’on ne me rebatte les oreilles de réflexions stupides sur les assurances sociales et tous les articles du « Matin » [quotidien d’extrême-droite] sont lus à haute voix au bureau16.

10Seule une petite minorité de patrons montre une attitude bienveillante. En 1936, ils aimeraient utiliser la CFTC pour constituer un barrage contre les occupations d’usine et la CGT. Ainsi l’horloger Jeambrun, président de l’Union des catholiques et adjoint au maire de Maîche, écrit à l’abbé Simonin :

  • 17 Cité par J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 90.

Hier, j’ai rassemblé tous mes ouvriers pour leur dire qu’ils devaient se syndiquer et désigner leur commission. Je les ai engagés fortement à s’inscrire au syndicat chrétien […] Je crois qu’une démarche de votre part dans notre région ferait grand bien et vous permettrait de faire de nombreuses adhésions17.

  • 18 Ibid.

11De même, les patrons de plusieurs scieries voudraient un syndicat CFTC pour leur personnel18. Face à de tels soutiens intéressés, Émile Courbet appelle ses troupes à une grande prudence :

  • 19 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès de l’UR CFTC, 28/08/1938.

Nous sommes partisans de la collaboration avec les patrons, mais pas de la soumission. Des employeurs qui nous étaient hostiles hier se montrent aujourd’hui comme des amis mais trop empressés. Évitons les excès de langage, mais soyons fermes face à ces patrons19.

  • 20 Thierry Bertrand, De la CFTC à la CFDT : l’évolution dans le Doubs de 1945 à 1964, mémoire de maîtr (...)
  • 21 J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 95.

12En 1936-1937, ces syndicalistes clarifient donc leurs positions pour ne plus apparaître comme les auxiliaires du patronat. À Besançon, ils le font en dénonçant les méthodes patronales et en participant à la grève contre le licenciement d’un militant chez Weil. De même, ils s’opposent aux syndicats professionnels, ouvertement soutenus par plusieurs industriels. En retour, les patrons horlogers deviennent plus stricts à leur égard. Certains d’entre eux leur font la chasse, mais le patronat comtois ne s’engage pas systématiquement dans cette voie comme le fait celui du Nord20. L’hostilité à la CGT, la présence nombreuse dans ses rangs de militants s’affirmant ouvertement de droite et la condamnation par le secrétaire régional de l’occupation des usines confirment le maintien de positions conservatrices21.

  • 22 M. Launay, La CFTC, origines et développement, op. cit., p. 96.

13En France, le syndicalisme catholique est lié à la hiérarchie ecclésiastique. Si une partie seulement du clergé se préoccupe des questions sociales, les Secrétariats sociaux exercent une profonde influence sur les syndicalistes. Durant les années 1920-1930, dans chaque numéro de L’Action sociale, le bi-mensuel diocésain, l’abbé Simonin explique patiemment les buts de ce syndicalisme. Il apparaît comme le guide spirituel et moral de la CFTC, relayé par des prêtres comme l’abbé Jacquot à Audincourt. Dans les années 1920, l’attitude assez mitigée des évêques à l’égard du syndicalisme chrétien s’explique par les limites de leur horizon social, le plus souvent représenté par l’action des œuvres. Ils sont éloignés non seulement du syndicalisme, quel qu’il soit, mais de tout problème social dès qu’il implique une organisation propre des travailleurs22. Ainsi l’archevêque Humbrecht (1918-1927) manifeste de l’indifférence, voire de l’hostilité à l’égard des activités de l’abbé Simonin, en particulier dans le domaine syndical. En décembre 1919, son message paru dans La Semaine religieuse en faveur de la CFTC ne prouve nullement de bonnes dispositions à cet égard. Cette annonce répond à un objectif très politique et il s’agit avant tout de se prémunir « contre les menaces du bolchevisme ». De même, au cours de la Semaine sociale tenue à Besançon en 1923, l’abbé Guiton présente la CFTC comme le meilleur rempart de l’ordre social. S’adressant aux jeunes, il leur demande :

  • 23 Cité par J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 95.

De se former à l’action sociale s’ils veulent lutter efficacement contre le péril de la Révolution et du Bolchevisme qui menace la société […] Du reste, les syndicats seront d’autant plus dangereux que les hommes d’ordre, les catholiques, s’abstiendront d’en former23.

14Ces thèmes sont largement développés dans la presse diocésaine jusqu’en 1939. Par ailleurs, L’Éclair comtois, le quotidien de la droite cléricale et nationaliste, apporte également son soutien à la CFTC en affirmant que tout catholique doit adhérer au syndicat chrétien de sa profession.

15À défaut d’être en accord avec son archevêque, l’abbé Simonin connaît son heure de gloire lors de son voyage à Rome en 1927 au cours duquel le pape lui accorde son soutien. S’ajoutant à la condamnation de l’Action française l’année précédente, ce geste conduit des chrétiens à réviser leur position à l’égard du syndicalisme. Et à partir de 1929, Rome reconnaît pleinement la CFTC, une décision qui assure d’ailleurs sa survie. Le cardinal Binet semble donc mieux disposé à l’égard de ces questions. Dans sa lettre aux curés du diocèse, il écrit :

  • 24 Ibid., p. 421.

Il faut arriver à pénétrer dans le bloc ouvrier, mais pour cela il faut prouver au monde des travailleurs que le catholicisme du xxe siècle est un ferment de progrès social et de mieux être populaire, comme il l’a été dans les premiers siècles de son histoire24.

16Présent lors du congrès de l’Union régionale CFTC en 1933, ce cardinal intervient « au cours d’un sermon très social, encourage tous les travailleurs à se grouper pour réaliser le programme social du catholicisme ». Les prises de position de l’archevêché sont toujours motivées par le refus du communisme, mais la volonté de promouvoir et défendre les ouvriers par l’action syndicale se confirme.

  • 25 T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit., p. 28. ADD, 106 J 3, Correspondance de Courbet avec le (...)
  • 26 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès de l’UR CFTC, 28/08/1936.

17Les positions des prêtres à l’égard du syndicalisme sont moins bien connues que celles des archevêques. Des curés relaient la CFTC, comme à Chenecey-Buillon ou Villars-sous-Dampjoux où ils accompagnent les premiers pas des syndicalistes25, quand d’autres s’y opposent. Quant aux missionnaires diocésains, ils demeurent sur les positions de l’archevêché et il faut attendre les lendemains de la Seconde Guerre mondiale pour qu’ils s’intéressent au syndicalisme. Dans ces conditions, Courbet demande à ses militants de ménager le clergé, « qui n’a pas toujours la possibilité d’exprimer librement sa sympathie. Soyons bienveillant26 ». Cette relation confiante doit faciliter les aides concrètes. En 1938, le secrétaire régional demande à l’archevêque de « bien vouloir être notre interprète auprès de Mrs les Curés des paroisses rurales pour qu’en période de congés payés, ils signalent aux travailleurs chrétiens les possibilités de logement que les familles pourraient y trouver ». La confédération partage ses préoccupations : en 1937, elle demande aux militants de respecter les institutions ecclésiales et d’adopter une attitude « à la fois déférente et confiante » à leur égard. Elle recommande vivement que l’élargissement du recrutement n’entraîne pas une critique ou un désaveu de la part des autorités religieuses.

  • 27 Ibid., Correspondance au sujet de l’École normale sociale ouvrière du sud-est.
  • 28 ADD 106 J 3, Programme de la fête de Villers-le-Lac du 22/05/1938.
  • 29 J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs de 1919 à 1939, op. cit., p. 135.

18Même si ces syndicalistes demeurent autonomes de la hiérarchie ecclésiastique et trouvent surtout en eux-mêmes les ressources pour s’affirmer, ils se revendiquent de la doctrine sociale de l’Église. L’UR participe à la création d’une « école normale sociale pour l’élite ouvrière du sud-est » avec les secrétariats sociaux de Lyon, Saint-Étienne et Besançon, qui organisent chaque année des retraites spirituelles27. Ces syndicalistes ne conçoivent pas leur action syndicale sans lien avec leurs convictions religieuses. À partir de 1927, les premiers militants, encore isolés de la majorité des catholiques, bénéficient d’une plus grande considération, lorsque le pape Pie XI les assure de son appui. C’est en tant que chrétiens qu’ils deviennent plus confiants dans leur action. En 1931, une circulaire confédérale invite à commémorer le 40e anniversaire de l’encyclique Rerum Novarum. Par opposition au Premier Mai des socialistes, les syndicalistes chrétiens organisent chaque année des « fêtes du travail » le jour de l’Ascension qui donnent une bonne place à la religion : en mai 1938, celle de Villers-le-Lac et Morteau commence par une messe basse, suivie par une grand-messe, avant de se poursuivre par un banquet et une fête champêtre28. Mais à partir de 1936, les dirigeants syndicaux veulent aussi attirer des travailleurs moins pratiquants que ceux du noyau initial. Ils invitent à appeler les sections, non pas « syndicat chrétien » ou encore moins « syndicat catholique », mais plutôt « indépendant » ou « professionnel ». Ce choix gêne certains militants qui veulent rester des chrétiens avant d’être des syndicalistes29.

19La CFTC comtoise des années 1920-1930 s’affirme comme un mouvement confessionnel. Selon Jean-Marie Vieille :

  • 30 Ibid., p. 158.

Elle le prouve par son recrutement (presque la totalité de ses membres sont catholiques) ; par sa doctrine qui se réfère sans cesse à la morale chrétienne ; par l’attitude bienveillante de l’épiscopat ; par son sigle enfin, qui rappelle qu’elle se compose essentiellement de travailleurs chrétiens30.

20Cette donnée facilite les relations avec la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC), dont les membres comprennent rapidement l’intérêt de se syndiquer.

Les premiers pas de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne

21La fondation de la JOC en 1925 en Belgique bénéficie de l’accord du pape. En France, le premier groupe apparaît l’année suivante à Clichy, municipalité communiste, ce qui donne un sens de reconquête à cette entreprise. Le communisme figure en tête des « erreurs » dont il faut préserver la jeunesse, comme l’affirme l’abbé Guérin, le fondateur de la JOC. De jeunes ouvriers implantent l’organisation surtout dans le Nord, les régions lyonnaise et marseillaise. Durant l’année 1927-1928, la première équipe du diocèse apparaît à Belfort autour de l’abbé Béjot, un jeune vicaire qui a été condisciple de l’abbé Guérin. Parmi eux, Pierre Kempf deviendra permanent national de cette organisation pour la région Est, puis du Mouvement Populaire des Familles (MPF) après la guerre.

  • 31 Cité par Jean Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF dans le diocèse de Besançon (1927-1978), thèse hist (...)
  • 32 Ibid., p. 149.

22En théorie, l’ACJF coiffe les mouvements de jeunesse. Dans ce cadre, l’évêque donne un mandat à un laïc ou à un mouvement de jeunes laïcs pour guider l’action dans un domaine, une classe d’âge comme la jeunesse ou une classe sociale dans le cas de la JOC. Mais pour cette dernière, l’Église ne met pas en valeur sa spécificité, bien résumée par François Mauriac : « Avec la JOC, il ne s’agit plus de jeunes bourgeois qui vont au peuple ; il s’agit de jeunes ouvriers qui vont au Christ31 ». Son activité diffère donc nettement de tout ce qui avait été tenté jusqu’alors : c’est bel et bien une tentative de reconquête née des ouvriers eux-mêmes. Ainsi l’archevêché ne soutient pas la JOC en tant que telle et il faut d’ailleurs attendre 1946 pour qu’elle bénéficie d’une mention particulière dans l’Ordo, le manuel qui recense toutes les activités du diocèse32. Dans une large mesure, les jocistes trouvent eux-mêmes leur voie d’action.

  • 33 Ibid., p. 77.
  • 34 Ibid., p. 79.
  • 35 Ibid., p. 88.
  • 36 AN F 7 13033, Commissariat spécial de Besançon, 28/02/1933.
  • 37 AAB, Registre des missions, 1932-1953.
  • 38 J. Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF dans le diocèse de Besançon, op. cit., p. 77.
  • 39 Françoise Richou, La jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). Genèse d’une jeunesse militante, Paris, L’ (...)

23Dans son histoire de la JOC, Jean Divo recense l’émergence rapide de plusieurs Fédérations : Belfort, Besançon, Montbéliard, Vesoul et Haut-Doubs33. Étudiant les premiers pas de la section d’Audincourt à partir de 1929, il montre le dynamisme de la douzaine de jeunes ouvriers qui se lancent dans cette aventure. Angelo Salvi, son principal animateur, considère les résultats sur un an comme assez satisfaisants : les départs ont été compensés par l’arrivée de jeunes sans lien avec une œuvre paroissiale et, chaque quinzaine, ils vendent 500 numéros de leur revue dont plus de la moitié à la criée34. fiers d’être jeunes, ouvriers et catholiques, ces premiers jocistes se tournent vers les jeunes travailleurs avec un esprit de conquête. Ils vendent régulièrement leur journal en porte à porte et multiplient les réunions et rassemblements. Les jocistes privilégient l’aspect collectif du christianisme alors que l’ACJF cherche davantage à former une élite ouvrière. ÀBesançon, le passage progressif et sans heurt des groupes ouvriers de l’ACJF vers la JOC se réalise également courant 1929. Lors d’une réunion de 80 personnes, André Cart, un employé de l’usine des soieries, président de l’Union Régionale de l’ACJF, intervient pour préciser « qu’il ne faut pas recruter dans les patronages, mais venir avec l’esprit ouvrier35 ». En décembre 1930, les filles de la section de la paroisse Saint-Jean organisent avec succès une assemblée, qui réunit 200 jeunes travailleuses. Un rapport de police de 1933 signale que la JOC mène une active campagne contre la baisse des salaires des fonctionnaires et recrute assez facilement parmi les fils de catholiques pratiquants, voire dans des familles réactionnaires36. La JOC sait rapidement se montrer utile aux jeunes travailleurs. Elle organise un service d’orientation professionnelle totalement précurseur pour les jeunes encore scolarisés. Elle instaure un système de parrainage pour faciliter l’entrée dans les entreprises et crée un service de placement pour résister au chômage. Elle multiplie également les enquêtes, avec notamment celle consacrée à la santé des jeunes. Elle récolte bientôt les fruits de ces interventions dans des domaines sensibles. Dans certaines paroisses rurales, les missionnaires en visite sont surpris par la vitalité des mouvements de jeunes. En 1938, à Torpes, village d’ouvriers papetiers et de paysans, une grande partie des jeunes hommes s’engagent dans ces organisations : « ils communient tous les mois, manifestent une grande piété et plusieurs contribuent même à la conversion de leurs parents37 ». En 1937, la JOC regroupe plus de 600 jeunes dans ce département, soit autant que les Jeunesses socialistes mais avec beaucoup plus de jeunes filles dans ses rangs38. La progression est encore plus nette dans le Jura39.

  • 40 Cité par J. Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF dans le diocèse de Besançon, op. cit., p. 122.

24Dans son essor, la JOC se heurte cependant à des réticences de la part des ouvriers chrétiens eux-mêmes. Elles se manifestent notamment après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le mode de vie des jeunes commence à évoluer. En septembre 1945, le correspondant de Damprichard l’écrit en toute simplicité : « Les jeunes travailleurs, bien qu’ils soient tous chrétiens, ne veulent pas de la JOC parce qu’ils préfèrent flirter40 ». Les mouvements chrétiens entrent alors en concurrence avec les loisirs et l’amorce de nouvelles relations entre garçons et filles, mais ils trouvent longtemps un écho dans la jeunesse de la région.

25À l’origine, le syndicalisme chrétien se veut antirévolutionnaire tout en incarnant une forme de revendication sociale, qui se veut équitable et pacifique en application de principes religieux. Bénéficiant du maintien des pratiques religieuses et de l’engagement du Secrétariat social diocésain, la CFTC progresse un peu parmi les ouvriers du Doubs. Dans un terrain très tôt balisé, syndicats et JOC permettent aux ouvriers catholiques d’affirmer dans un même élan leur foi et leur aspiration à la solidarité. C’est une dimension incontournable pour une partie de la classe ouvrière du Doubs, qui se révèle plus nettement encore dans les années 1950-1960.

Notes

1 Nous reprenons ici les grandes lignes d’un mémoire d’histoire, Jean-Marie Vieille, La CFTC dans le Doubs de 1919 à 1939, mémoire de DES, université de Besançon, 1971.

2 Michel Launay, La CFTC, origines et développement, (1919-1940), Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 103.

3 Ibid., p. 27.

4 J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 14.

5 M. Launay, La CFTC, origines et développement, op. cit., p. 45.

6 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 53.

7 ADD, M 777, Tract des élections municipales de Seloncourt, 1931.

8 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès régional de la CFTC, 28/08/1936.

9 J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 40-54.

10 Ibid.

11 ADD, 145 J, CEMO, Rapports préparatoires au congrès de l’UD CGT du Doubs, avril 1939.

12 C. Pennetier (dir.), DBMOF Mouvement social, notice Jean Maire.

13 ADD, 106 J 20, Rapport d’Émile Courbet au congrès de l’UR CFTC, 28/08/1938.

14 AN F 7 13 899,Lettredes déléguésouvriersCFTCàla directiondesusinesPeugeot d’Audincourt, 25/05/1929.

15 Ibid., Lettre du préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 10/06/1929. Le comité signe ses tracts et affiches : « syndiqués unitaires, syndiqués chrétiens et non syndiqués ».

16 ADD, 106 J 20, Lettre à Courbet, 18/05/1936.

17 Cité par J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 90.

18 Ibid.

19 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès de l’UR CFTC, 28/08/1938.

20 Thierry Bertrand, De la CFTC à la CFDT : l’évolution dans le Doubs de 1945 à 1964, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1993, p. 28. M. Launay, La CFTC, origines et développement, op. cit., p. 421.

21 J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 95.

22 M. Launay, La CFTC, origines et développement, op. cit., p. 96.

23 Cité par J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs, op. cit., p. 95.

24 Ibid., p. 421.

25 T. Bertrand, De la CFTC à la CFDT, op. cit., p. 28. ADD, 106 J 3, Correspondance de Courbet avec les syndicats, 4/7/1936.

26 ADD, 106 J 20, Rapport de Courbet au congrès de l’UR CFTC, 28/08/1936.

27 Ibid., Correspondance au sujet de l’École normale sociale ouvrière du sud-est.

28 ADD 106 J 3, Programme de la fête de Villers-le-Lac du 22/05/1938.

29 J.-M. Vieille, La CFTC dans le Doubs de 1919 à 1939, op. cit., p. 135.

30 Ibid., p. 158.

31 Cité par Jean Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF dans le diocèse de Besançon (1927-1978), thèse histoire, université de Strasbourg, faculté de théologie catholique, 2009, t. 1, p. 138.

32 Ibid., p. 149.

33 Ibid., p. 77.

34 Ibid., p. 79.

35 Ibid., p. 88.

36 AN F 7 13033, Commissariat spécial de Besançon, 28/02/1933.

37 AAB, Registre des missions, 1932-1953.

38 J. Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF dans le diocèse de Besançon, op. cit., p. 77.

39 Françoise Richou, La jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). Genèse d’une jeunesse militante, Paris, L’Harmattan, 1997.

40 Cité par J. Divo, L’Aubier. La JOC et la JOCF dans le diocèse de Besançon, op. cit., p. 122.

Table des illustrations

Titre Carte n° 12 : Localisation des syndicats CFTC en 1936-1938.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search