Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Deuxième partie. Ouvriers et mouvement ouvrier de la Grande Guerre au début des années 1930, les difficultés d’une rencontre

Chapitre 5. La Grande Guerre, une rupture pour les ouvriers et le mouvement ouvrier

Texte intégral

1Du mouvement ouvrier en lambeaux de la fin 1914 aux puissantes grèves de 1919-1920, le chemin est certes long et semé d’embûches. La brutalité de la guerre, l’épuisement dans les usines, l’aura fascinante et mal connue de la révolution russe, le dégagement progressif et incomplet de l’Union sacrée en jalonnent les étapes. Dans le Pays de Montbéliard, c’est à partir de 1917 que syndicats et groupes socialistes bondissent à une échelle inconnue jusqu’alors. À une situation bouillonnante que beaucoup appréhendent comme grosse d’une révolution, quelles réponses faut-il apporter ? Or il n’y aura pas de révolution en France et le mouvement ouvrier se brise. Pourquoi ?

De l’Union sacrée au syndicalisme de masse dans le Pays de Montbéliard

2L’entrée en guerre représente une rupture décisive pour le mouvement ouvrier. En juillet, à l’heure de la crise internationale, les dirigeants des principaux partis de l’Internationale socialiste se dérobent. Non seulement ils ne s’opposent pas à la guerre, mais ils se rallient aux gouvernements qu’ils prétendaient combattre et emboîtent le pas aux nationalistes. Ce ralliement est décisif : seules forces qui pouvaient tenter de s’opposer à la guerre, la SfiO et la CGT désarment pour de nombreuses années les fractions de la population qui leur faisaient confiance. Si le patriotisme et même le nationalisme se révèlent profonds dans les classes populaires, l’enjeu pour le mouvement ouvrier était justement de ne pas céder sur l’intérêt général du camp qu’il prétendait représenter. Sans suffire pour empêcher la guerre, un tel positionnement permettait surtout de prendre date pour l’avenir, pour le moment où, tôt ou tard, les classes populaires en viendraient à rejeter le carnage. Avec ce ralliement de leurs organisations à l’État, elles sont donc abandonnées à leur sort et rapidement emportées par les événements. Mais des signes de lassitude et d’hostilité à la guerre s’expriment à partir de l’hiver 1917. Après Paris et la Loire, les ouvriers du Pays de Montbéliard réaffirment eux aussi leur autonomie de classe.

Le poids de l’Union sacrée

3Avec seulement 230 adhérents au début de l’été 1914, la Fédération socialiste du Doubs dispose de bien maigres forces. Elle s’effondre littéralement sous le coup de la rupture idéologique que représente l’Union sacrée et des effets de la mobilisation. Avant même l’assassinat de Jaurès, le groupe socialiste bisontin se prononce en faveur de la défense nationale, même si la Fédération ne prend pas position en tant que telle. Dans un article daté du 29 juillet et publié le 1er août, Louis Minjoz écrit :

  • 1 La Franche-Comté socialiste, 1/8/1914, cité par J.-L. Roger, Les débuts du mouvement socialiste, op (...)

Puisque l’agression vient de l’Autriche cléricale, et militariste, puisque celle-ci poussée par l’Allemagne impériale et féodale, puisque les prolétaires allemands et autrichiens sont incapables de mater leurs maîtres, les socialistes français, si la guerre éclate, commettraient un crime contre le socialisme et la République en livrant aux hordes du Kaïser la Patrie de la révolution et des idées généreuses […] Sans la moindre hésitation, nous devons lever et marcher à fond pour la France républicaine et socialiste contre toutes les réactions1.

4En avance sur les positions de son parti, Louis Minjoz rejette déjà la faute sur les prolétaires d’outre-Rhin. Le 30 juillet, la déclaration va dans le même sens : Les socialistes invitent

  • 2 Le Petit Comtois, 2/08/1914, cité par J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 214.

le gouvernement français à persévérer résolument dans la voie pacifique où il est entré ; compte sur le dévouement et le courage des socialistes allemands, autrichiens et russes et de tous les éléments pacifistes pour imposer […] le recours à l’arbitrage[…] Estime en tout cas que, si la France était précipitée malgré elle dans une guerre qu’elle réprouve et qu’elle s’efforce d’empêcher, le devoir des socialistes serait de défendre la patrie de la Révolution, de la Démocratie et de la République contre les dangers d’un militarisme rétrograde et sauvage2.

5Avant même l’assassinat de Jaurès, la motion bisontine est sans équivoque : si la France est attaquée, les socialistes la défendront.

6C’est à l’occasion de son discours lors des obsèques de Jaurès le 4 août que Léon Jouhaux annonce le ralliement de la CGT à la défense nationale. Sa déclaration donne tout son sens à la formule d’« Union sacrée » prononcée l’après-midi même par Poincaré devant le parlement. Le groupe parlementaire socialiste vote sans débat et à l’unanimité les crédits de guerre et l’état de siège qui restreint les libertés. Le 26 août, les députés Marcel Sembat et Jules Guesde obtiennent des postes de ministres. Le lendemain, ils signent avec l’ensemble des membres du gouvernement un manifeste affiché dans toutes les communes de France : « Gloire aux vivants et aux morts ! Les hommes tombent. La nation continue […] La victoire finale est assurée […] Nous demandons au pays tous les sacrifices, toutes les ressources qu’il peut fournir en hommes et en énergie. »

7ÀBesançon, Louis Minjoz se félicite de cette volte-face de la SfiO. ÀBelfort et dans le Pays de Montbéliard, les socialistes publient depuis 1913 l’hebdomadaire Germinal, « organe socialiste, syndicaliste et coopérateur », fondé et rédigé par Ludovic-Oscar Frossard. Lorsque sa parution reprend temporairement en octobre, celui-ci fait disparaître la référence « socialiste » et « SfiO » de son titre pour s’afficher comme « organe républicain exclusivement de défense nationale ». Dans son éditorial, Frossard défend l’Union sacrée :

  • 3 Germinal, 21/10/1914.

Il n’existe, pour l’instant, plus de partis. L’Union de tous les Français contre l’envahisseur est indissoluble et Germinal veillera à ce qu’il n’y soit porté aucune atteinte […] Une fois de plus, notre France immortelle aura préservé le monde du déferlement des Barbares3.

  • 4 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 215.

8Il réaffirme l’image de la France des libertés et de la civilisation attaquée mais en rejoignant sans ambages celle des nationalistes avec la référence à notre France immortelle. À Audincourt, Paul Parisot, responsable du groupe socialiste et adjoint au maire radical, fait aux conscrits un discours vibrant de patriotisme4.

  • 5 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 213.
  • 6 Ibid., p. 214.

9Les responsables syndicaux acceptent tout autant l’appel de Jouhaux. Ce n’est pas une surprise. Les Bisontins ne s’étaient déjà pratiquement pas investis pour l’appel à la grève contre les risques de guerre en décembre 1912. L’année suivante, bien que condamnant la politique militariste du gouvernement, la commission exécutive de la Bourse du Travail de Besançon refusa de s’engager contre la loi allongeant le service militaire à trois ans, alors que la campagne prenait de l’ampleur à l’échelle du pays. À la fin juillet 1914, contrairement à ce que connaissent de nombreuses villes, aucun appel à manifester contre le risque de guerre n’est répercuté, ni par les socialistes, ni par la Fédération ouvrière. Réticents devant les questions d’orientation, les syndicats du Doubs restent muets devant l’aggravation des tensions internationales. Sans doute ne croient-ils pas vraiment à la possibilité d’une guerre et demeurent-ils dans un strict rôle de défense professionnelle. À Besançon, il n’y a aucune réunion de la Fédération ouvrière entre le 19 mai et la déclaration de guerre, ni réunion publique, ni communiqué5. Celle-ci ne prend pas formellement position mais tout laisse à penser que ses responsables épousent les idées des représentants socialistes, auxquels ils sont étroitement liés6. Leurs dirigeants sont d’ailleurs souvent les mêmes. Nourris d’illusions, en plein désarroi, les responsables locaux s’avèrent totalement impuissants. Davantage alimentés par la culture patriotique et républicaine que par l’internationalisme socialiste, rien ne les retient de se rallier à la défense nationale. Pour 1914, les archives ne livrent aucune trace de voix hostiles au ralliement à un conflit perçu comme défensif. Comme presque partout en France, l’Union sacrée présente deux aspects. Elle se définit d’abord comme une volonté de vaincre durable, même si elle n’exclut pas les moments de découragement comme en 1916-1917, doublée d’une suspension des affrontements politiques et religieux pour ne pas affaiblir le pays. Cette seconde dimension est unanimement acceptée au début du conflit, puis partiellement remise en cause par une bonne fraction des socialistes à partir d’août 1917. Le mois suivant, les ministres de la SfiO décident de ne pas participer au nouveau gouvernement : devant la durée et l’ampleur de la guerre, certaines formes de collaboration leur sont devenues impraticables.

  • 7 J.-L. Robert, dans C. Willard (dir.), La France ouvrière, Paris, Éditions sociales, 1993, t. 1, p.  (...)
  • 8 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 253.
  • 9 ADD, 95 J 130, registre des PV du comité fédéral, 1915-1922.
  • 10 Émile Cœurdevey, Jacques Marseille, Carnets de guerre, Paris, Plon, coll. « Terre Humaine », 2011, (...)

10La mobilisation affecte brutalement les organisations ouvrières. Il s’agit d’une véritable catastrophe pour la CGT qui passe de 350 000 cotisants à l’été 1914 à 50 000 en 19157 ; la presse syndicale disparaît presque complètement. À peine mise en place, l’Union départementale disparaît. À Besançon, seul le syndicat des typos fonctionne sans aucune interruption durant tout le conflit. La Bourse du Travail maintient une certaine activité avec plusieurs réunions par an. À l’automne 1914, alors que l’économie tourne au ralenti, des syndicalistes interviennent auprès du préfet pour tenter d’obtenir du travail et des secours pour les 400 demandeurs du bureau de placement de la Bourse. En janvier 1915, la Fédération ouvrière se décide à organiser des « soupes populaires » payantes8. Elle intervient également sur les salaires, la hausse des prix ou encore la nouvelle réglementation pour le travail des femmes à domicile9. Les ordres du jour des réunions de la Bourse du travail et de la Fédération ouvrière n’abordent pas directement la question de la guerre. On peut d’ailleurs s’interroger sur la position de Graizely, favorable à l’Union sacrée en 1914-1915. Partage-t-il encore les positions de son ami Édouard Droz qui, en janvier 1917, est « naturellement, mais avec sa prudence oratoire habituelle, belliqueux, “jusqu’auboutiste”10 » ?

11La mobilisation ne saurait à elle seule expliquer le caractère très limité de l’action syndicale et socialiste durant la guerre. L’adhésion durable à l’Union sacrée pèse lourdement et l’ancienneté du mouvement ouvrier n’a pas suffi pour maintenir l’activité militante. Par la suite, la reprise de celle-ci ne signifie pas rupture du consensus autour de la défense nationale et la volonté de vaincre persiste. Il faut attendre les premières semaines de 1918 pour que le commissaire spécial signale une rupture de la trêve politique :

  • 11 ADD, M 768, Commissariat spécial Besançon, 22/01/1918.

Ce que l’on a appelé « l’union sacrée » paraît avoir vécu à l’heure actuelle. Déjà au reste depuis un certain temps cette union était fort ébranlée. Mais les événements récents, d’ordre intérieur, semblent lui avoir donné le coup de grâce. Les luttes politiques et sociales reprennent déjà avec la même âpreté, la même haine et la même passion que jadis11.

12Sur ce point, l’Union sacrée demeure donc une réalité politique dans le Doubs jusqu’à la fin de l’année 1917.

La naissance d’un syndicalisme de masse dans le Pays de Montbéliard en 1917

  • 12 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse dans le Pays de Montbéliard, op. cit.

13À l’échelle nationale comme au niveau départemental, les différents pôles du mouvement ouvrier n’évoluent ni au même rythme, ni dans le même sens. Rompant avec l’atonie qui règne depuis le début du conflit, le Pays de Montbéliard connaît de juin 1917 à l’été 1922 sa « Belle époque syndicaliste », selon la formule d’Yves Cohen, auquel nous empruntons beaucoup dans les pages qui suivent12.

14En août 1914, la mobilisation massive des hommes de 20 à 40 ans conduit à un arrêt presque total des activités industrielles et de la construction. Il faut attendre le mois de novembre pour que la production de matériel de guerre monte progressivement en puissance et le chômage demeure longtemps important. La métallurgie, le textile, l’horlogerie, les scieries, fabriques de meubles se convertissent partiellement ou complètement. Le nombre des usines travaillant pour la défense nationale augmente par étapes : pour l’arrondissement de Montbéliard, elles passent de 15 en juillet 1915 à 46 en décembre 1916. Par ailleurs, situés à une trentaine de kilomètres du front, ce secteur et le Territoire de Belfort appartiennent à la zone des armées et sont donc pratiquement sous régime militaire depuis août 1914. Des Alsaciens et des Belfortains se réfugient dans le Pays de Montbéliard. En mars 1918, c’est l’ensemble du département qui passe dans la zone des armées. Yves Cohen estime que :

  • 13 Ibid., p. 27.

La guerre provoque un net relâchement de l’emprise patronale. Tout l’effort des patrons doit se concentrer sur la réorganisation de la production, la transformation et l’extension des usines pour les adapter aux fabrications de guerre, et sur la maîtrise du bouleversement de la main-d’œuvre13.

  • 14 ADD, M 757, Commissariat spécial de Montbéliard, 9/11/1915.
  • 15 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 237.
  • 16 R. Belot, P. Lamard, Peugeot à Sochaux, op. cit., p. 61-62.

15En effet, il s’agit d’accueillir les affectés spéciaux (48 % du personnel des plus grandes usines du Pays de Montbéliard en novembre 1915), même si les trois quart des « mobilisés » viennent de l’ancien personnel des entreprises locales14, mais aussi des manœuvres de force d’origine coloniale et une main-d’œuvre féminine. Chez Peugeot, des femmes sont embauchées dès 1915 pour fabriquer des pièces légères ou pour conduire des machines-outils suffisamment automatisées pour ne pas trop solliciter de force musculaire, même si certaines peuvent manipuler 2 000 obus de 7 kg par jour15. Cette main-d’œuvre féminine semble atteindre son maximum à la veille de l’armistice, soit environ 30 % des effectifs des établissements Peugeot en 1918, mais seulement 15 % en janvier 191916. Yves Cohen insiste sur l’ampleur des transformations :

  • 17 Yves Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats. Moralisation et représentativité », Les Révo (...)

Dans les usines où les anciennes divisions entre les ouvriers professionnels, les plus nombreux, et les manœuvres étaient bien marquées, l’introduction de la production en grande série, aux cadences élevées, de la fabrication aux pièces pour toute la main-d’œuvre à la production transforme radicalement le paysage17.

  • 18 ADD, M 757, Lettre du commissariat spécial de Montbéliard au contrôleur général des services de rec (...)

16Les ouvriers qualifiés des usines de guerre forment un groupe à part : soldats détachés provisoirement, ils échappent en grande partie aux tranchées depuis la loi Dalbiez de juin 1915. Ils restent à la disposition et sous le contrôle de l’autorité militaire, ils sont tenus de porter le képi à l’usine comme au dehors et la moindre protestation ou faute peut entraîner leur renvoi au front. Les décisions gouvernementales, œuvres en premier lieu du ministre socialiste de l’Armement Albert Thomas, améliorent un peu leur situation. Celui-ci a inauguré une politique de présence de la CGT dans divers organismes de collaboration avec l’État et le patronat. Principal artisan de la reconversion de l’industrie, il vise à assurer l’adhésion à l’économie de Défense nationale d’une classe ouvrière dont on craint à la longue la défection. Les ouvriers qui travaillent pour la défense sont soumis à une étroite surveillance policière. En plus des moyens habituels, le commissaire spécial met en place « un service de surveillance occulte » pour 10 des 30 usines du Pays de Montbéliard qui travaillent pour l’armée : 26 ouvriers sont payés 60 francs par mois pour servir d’indicateurs réguliers pour la police18. Parallèlement, les institutions mises en place par l’État préservent la possibilité d’une action syndicale soigneusement codifiée. La grève est interdite dans les usines de guerre, mais de nouvelles pratiques de concertation se mettent en place entre organisations ouvrières et patronales : négociation de bordereaux régionaux de salaires, commissions d’arbitrage mixtes, délégués élus dans les ateliers…

17Les ouvriers travaillent généralement plus de douze heures par jour, le repos hebdomadaire est rarement respecté, la discipline dans les ateliers est de plus en plus sévère et le pouvoir d’achat a sensiblement baissé par rapport à l’avant-guerre. Le mécontentement populaire est bien réel depuis l’automne 1916. Mais l’année 1917, avec son hiver exceptionnel, avec en avril le sanglant échec de l’offensive Nivelle, les mutineries dans l’armée, l’inflation, les conditions de ravitaillement de plus en plus difficiles poussent les effets de la guerre au paroxysme. Le fragile équilibre entre ouvriers, patronat et État menace de se rompre.

  • 19 Ibid., commissariat spécial de Pontarlier au préfet du Doubs, 27/04/1917.
  • 20 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 277.

18Les premières actions revendicatives éclatent à Pontarlier et à Besançon. Avec 1 200 ouvriers, l’Arsenal est le plus important établissement de cette dernière ville. L’activité syndicale y reprend courant 1915 et, deux ans plus tard, le syndicat organise 900 adhérents. À Belfort, le syndicat des métaux renaît également la même année. Mais les premières mobilisations résultent d’abord des terribles conditions de vie et non de l’action syndicale. La première grève éclate le 25 avril 1917 à Pontarlier chez Dubied. Cette usine de 1 200 personnes compte plusieurs centaines de femmes, avec un dortoir improvisé pour en loger une partie. Une centaine d’entre elles cesse le travail pour protester contre un nouveau mode de rémunération. Certaines jeunes ouvrières se montrent si révoltées que trois d’entre elles sont arrêtées et écrouées malgré la reprise du travail et l’échec de la grève19. À Besançon, en juin, des revendications et menaces de grève s’expriment dans les usines métallurgiques et celles de confection travaillant pour l’armée. Là aussi, ce sont des femmes qui se mobilisent et obtiennent satisfaction pour l’essentiel20.

  • 21 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit.
  • 22 J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., notice S. Telmat.
  • 23 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit., p. 31.
  • 24 J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., notice Cazals.
  • 25 J. Charles, La CGTU et l’enracinement du communisme dans le mouvement syndical français, 1922-1931, (...)
  • 26 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice J.-B. Ducatillon.

19Dans le Pays de Montbéliard, la véritable naissance du syndicalisme a lieu en mai-juin 1917. En six mois, 9 000 métallos se syndiquent à la CGT, soit plus de la moitié du personnel des usines métallurgiques importantes. Selon Yves Cohen, « ce mouvement résulte d’une rencontre que seule la guerre pouvait provoquer21 » : d’un côté, la population ouvrière locale et de l’autre, les mobilisés « affectés spéciaux » venus travailler dans les usines, souvent des ouvriers qualifiés originaires d’autres régions, en premier lieu de Lille, où Peugeot possède une usine, de Lyon, Paris, Grenoble, etc. Ces mobilisés apportent souvent une solide expérience syndicaliste et socialiste, comme l’illustre l’itinéraire de Séraphin Telmat22. Avant d’être affecté en qualité de polisseur aux usines Peugeot de Sochaux, il était mégissier à Grenoble. Socialiste, c’est un des principaux animateurs de la Bourse du Travail de cette ville. Aucun militant des environs ne présente un tel palmarès, et pour cause ! Cette région a connu jusque-là en fait de mouvement important que le soulèvement de l’automne 1899. À la veille de la guerre, seules quelques organisations maintiennent une activité syndicale très réduite autour de Paul Parisot, un ouvrier licencié de l’usine Peugeot-Japy d’Audincourt. Depuis 1904, il siège au conseil municipal de cette ville avec dix autres socialistes sur une liste à dominante radicale. Un lien ténu s’est maintenu et des adhérents des syndicats fondés en 1899 participent à la renaissance de 1917. Deux hommes influencent ce mouvement, Louis-Oscar Frossard et Léopold Cazals. Le premier domine tous les aspects de la vie politique et syndicale, à la fois dans le Territoire de Belfort et dans le Pays de Montbéliard. Instituteur, il est secrétaire de la Fédération socialiste du Haut-Rhin en 1909. Exclu de son parti pour s’être allié aux radicaux, il est réintégré en 1913 et fonde l’hebdomadaire Germinal. Réformé, ses talents d’orateur, d’organisateur, ses qualités de rassembleur font de lui l’artisan principal de la politique syndicale et socialiste locale pendant la guerre23. Il relance Germinal, de manière épisodique en 1915, puis régulière à partir de la fin 1916 grâce à une collaboration avec les syndicats. Longtemps partisan de la défense nationale, il rejoint en avril 1916 la position du député Jean Longuet et de la Fédération de la Haute-Vienne. La conférence internationale tenue à Zimmerwald en 1915 a dénoncé l’Union sacrée et le « socialisme de guerre », ouvrant ainsi de nouvelles perspectives. Longuet devient un opposant très modéré : il critique la direction de la SfiO, tout en continuant de faire bloc avec elle pour le vote des crédits de guerre et en refusant d’exiger la démission des ministres socialistes. Il demande au gouvernement un examen des possibilités d’une paix rapide, sans vainqueurs, ni vaincus. C’est dans son sillage que Frossard démissionne de son poste d’instituteur pour s’investir à l’échelle nationale dans la vie de la SfiO. À ses côtés, Léopold Cazals, originaire des Pyrénées-Orientales, a lui aussi été réformé. Il travaille comme employé des postes, affecté à Audincourt depuis décembre 191424. Socialiste, il doit à Frossard son élection au poste de secrétaire permanent de l’Union Interdépartementale de la Métallurgie (UIM) CGT, bien que travaillant dans une autre corporation. Dans cette Fédération opposée à l’orientation confédérale, il suit Merrheim, un des premiers opposants à la guerre. Mais les dirigeants de cette Fédération demeurent méfiants vis-à-vis des formes autonomes de lutte ouvrière. Au printemps 1917, Merrheim revient à une position centriste, se refusant à rompre avec Jouhaux et les syndicalistes de guerre25. Frossard et Cazals le suivent sur ces positions centristes. La grande majorité des militants sont des ouvriers affectés spéciaux venus d’autres régions. À la fin du conflit, certains d’entre eux choisissent de rester. Ainsi Telmat s’installe comme commerçant à Montbéliard et Jean-Baptiste Ducatillon, venu de l’usine Peugeot de Lille, gère un café syndical à Audincourt26. De nouveaux militants locaux forment une relève pour l’après-guerre, Eugène Hintzy à Beaulieu, Émile Mourlot à Valentigney, Marie Vurpillot à Audincourt.

20Sur le plan régional, les syndicats, même s’ils n’appartiennent pas à la métallurgie, sont affiliés à l’UIM, fondée en décembre 1917. Cet organisme interdépartemental (Doubs, Haut-Rhin, Haute-Saône) est appelé à disparaître lorsque les organisations seront assez solides pour former des unions dans chaque département. Germinal devient l’organe de l’Union régionale des syndicats de la métallurgie et des fédérations socialistes (SfiO) du Doubs, du Haut-Rhin et de la Haute-Saône.

  • 27 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit., p. 341.
  • 28 Germinal, 28/07/1917.
  • 29 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit., p. 324.
  • 30 ADD, M 768, commissariat spécial de Montbéliard, 23/12/1917 ; lettre du sous-préfet au préfet, 7/04 (...)
  • 31 ADD, rapport mensuel du préfet du Doubs, 23/02/1918.

21Yves Cohen a montré que ces militants savent ne jamais sortir des limites des institutions élaborées par Albert Thomas27. En effet, ils s’interdisent d’utiliser l’arme de la grève. Au moment même où les métallurgistes de la région parisienne et de la Loire sont en grève, les dirigeants du syndicat de Sochaux indiquent : « Conscients de leurs devoirs vis-à-vis des combattants, les ouvriers de la métallurgie de la région du Doubs estiment qu’ils n’ont pas à limiter ou arrêter la production28. » Alors que le droit de grève n’est pas reconnu dans les industries de guerre, les ouvriers recourent à de courts arrêts du travail, allant de quelques minutes à quelques heures. Pour ces ouvriers situés dans la zone des armées et sous l’autorité d’un général, il paraît plus difficile qu’ailleurs d’entrer en grève, d’autant qu’il s’agit de la première fois pour la majorité d’entre eux. L’épisode de 1899 s’avère trop lointain et, s’il demeure dans les mémoires, c’est comme un échec. Seules trois grèves éclatent contre des baisses de salaire (Japy à Seloncourt en décembre 1917, Peugeot-frères à Valentigney en avril 1918) ou pour le maintien du secrétaire du syndicat au poste de contremaître. Cette dernière grève, à la filature Courant-Sahler à Montbéliard en juin 1918, apparaît comme exceptionnelle, en pleine offensive allemande dans une zone militaire29. Comme à Paris, ces grèves sont majoritairement le fait d’ouvrières, elles sont brèves et modérées dans leur objectif ou leur déroulement, sauf à la filature où des courroies de moteur sont sabotées. Ainsi les grévistes de Peugeot-frères proposent de travailler douze heures au lieu de dix pour rattraper les heures perdues30. Le succès de la conférence d’Albert Thomas à Audincourt en février 1918 témoigne également de cette modération : lorsqu’il demande aux 1 200 auditeurs présents de renoncer à leurs revendications salariales, ces conseils sont suivis d’effet dans les semaines suivantes31.

  • 32 Y. Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats », art. cité, p. 43.

22L’hebdomadaire Germinal nous informe sur l’état d’esprit des dirigeants, mais aussi sur celui des militants qui s’expriment dans ses colonnes. Dans leur masse, il s’agit d’affectés spéciaux directement sous l’autorité militaire. Or cette catégorie participe de manière dérisoire aux mouvements de grève parisiens, menés le plus souvent par des femmes, du moins jusqu’à la grève de mai 1918. Ceux ou plutôt celles qui pourraient être tentés par l’action gréviste ne s’expriment pas dans Germinal. Comme ils n’agissent pas sous forme de grève ou de protestations très marquées, la surveillance policière ne nous renseigne pas davantage. Ce que pense la masse des ouvrières affleure peu de ces sources. Nous en sommes donc réduits au point de vue des dirigeants et militants socialistes, qui maintiennent leurs positions patriotiques. Yves Cohen estime que « le refus de la grève leur apparaît d’abord comme un devoir patriotique : il s’agit de ne pas s’engager dans une action qui pourrait mettre en cause la défense du pays32 ». Pour justifier ce rejet, les dirigeants syndicalistes mobilisent également la nécessité de protéger leurs organisations, argument qui touche ces milliers de nouveaux adhérents des syndicats. En juillet 1917, Frossard se charge d’enseigner que la grève met en danger l’existence même des syndicats. Pour servir sa thèse, il entreprend de réviser l’histoire du soulèvement de 1899 :

  • 33 Germinal, 7/07/1917, cité par Ibid.

Surtout pas de mouvements irréfléchis, pas d’impulsivité, pas de violence, pas de grèves. C’est par la grève que le triste Biétry a tué, en 1899, les organisations de notre région, c’est par la grève qu’on pourrait encore les tuer demain, mais irrémédiablement cette fois. Ai-je besoin de dire qu’à l’heure où des millions des nôtres se battent, rien ne saurait excuser une cessation du travail dans nos usines de guerre ? Nous sommes tous d’accord là-dessus, n’est-ce pas ?33

  • 34 Y. Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats », art. cité, p. 40.

23De même, en juin 1918 lors de la renégociation du bordereau des salaires avec le patronat, les syndicalistes écartent ce moyen d’action alors que des grèves politisées et radicales viennent d’affecter les grandes usines métallurgiques de la région parisienne. Les dirigeants syndicaux choisissent la syndicalisation maximum et non la grève comme moyen d’agir en temps de guerre. Afin d’obtenir des concessions du patronat, ils cherchent également à maîtriser au mieux les institutions thomasiennes34.

  • 35 Sur cette question de l’acceptation ou du refus de la guerre, André Loez, 14-18. Les refus de la gu (...)
  • 36 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit., p. 341.

24Au printemps 1917, une impression d’impuissance face à la guerre gagne les consciences, mais elle n’entame pas vraiment le sentiment national défensif, exprimé en termes de devoir, y compris pour les fractions de la classe ouvrière les plus avancées sur le plan politique. Comme pour les soldats au moment des mutineries, il est possible pour les ouvriers et leurs familles à l’arrière de vouloir que la guerre se termine, sans souhaiter la défaite de leur pays35. Contrairement là encore à Paris, au Cher ou à la Loire, il ne sera pas question ici publiquement de la lutte pour la paix avant le printemps 1918. Les dirigeants syndicalistes maîtrisent donc les organisations : la masse des syndiqués partage leur orientation ou alors se tait… Selon Yves Cohen, « La politique frossardienne, à mi-chemin d’Albert Thomas et d’Alphonse Merrheim, est parvenue à faire de cette région industrielle une des plus syndicalisée de France, mais au prix du renoncement à l’action36. »

  • 37 Ibid., p. 220-237.

25La guerre donne une dimension cruciale à la question du ravitaillement. Les coopératives, dotées désormais d’un statut légal, doivent se mettre au service de l’État dans le cadre de l’économie de guerre. Les syndicalistes s’investissent dans ce domaine et rivalisent désormais en tant qu’institution sociale avec le patronat. Les ouvriers vont conquérir la coopérative La Fraternelle de Valentigney, jusqu’alors aux mains de la famille Peugeot37.

  • 38 AM Valentigney, 2 F7/1, brochure « Historique de la Fraternelle de Valentigney », éditée par Le Tra (...)

26En 1917, un réel mécontentement règne parmi les adhérents de cette coopérative. Les assemblées générales annuelles peuvent renouveler le conseil d’administration. Depuis 1912, n’importe qui peut être élu à la présidence alors que la quasi-totalité des 1 800 actionnaires sont des ouvriers. Les syndicats des métaux mènent une campagne de propagande dans les jours qui précédent la réunion, et le 24 octobre 1917, quatre administrateurs ouvriers sont élus à bulletin secret. Surpris, le président Robert Peugeot et les dirigeants de La Fraternelle démissionnent séance tenante38. Les nouveaux gérants, eux-mêmes très embarrassés, renoncent à leur tour peu après. Les comités syndicaux convoquent alors une seconde assemblée qui nomme au conseil d’administration, 5 ouvriers, un paysan et un artisan. Parmi eux, Alfred Jacquemin, le nouveau président, est un des fondateurs du syndicat à Beaulieu. C’est un ouvrier investi dans sa vie professionnelle qui a inventé plusieurs perfectionnements dans l’outillage. Il disait :

  • 39 Article « Alfred Jacquemin » publié à l’occasion de son décès, Germinal, 27/10/1923.

Mon travail appartient à la Maison Peugeot. Je dois à mon travail toute mon intelligence et toute ma conscience. Mais j’ai le droit, une fois mon devoir rempli envers le patronat, d’aider mes frères à préparer une société où le travail ne sera plus asservi39.

  • 40 A P Cohen, oraisons funèbres prononcées par Louis Renard.

27À ses côtés, Charles Fritz Quelet, ouvrier, syndicaliste en 1899 renvoyé après 33 ans d’activité, est devenu artisan menuisier40. Leur nomination marque le début d’une partie très dure qui se joue jusqu’en 1924, entre ces nouveaux administrateurs et la famille Peugeot, sans qu’elle puisse mettre un terme à cette gestion ouvrière.

28Les syndicalistes multiplient les initiatives : à Sochaux et Audincourt, ils fondent des cantines coopératives qui assurent des repas le midi à la porte des usines ; à Beaulieu, ils créent un Cercle du Travail dans une petite maison à 200 mètres de l’usine ; à Audincourt, ils construisent en 1919 une « Maison du Peuple », qui n’est d’abord qu’une grande baraque en bois avec l’espoir de construire un jour un grand bâtiment en pierre ! Cette ville compte également une autre coopérative de consommation, L’Avenir syndical. Ses administrateurs sont des syndicalistes socialistes, dont Charles Bellino, un instituteur qui joue un rôle de premier plan dans la Fédération socialiste aux côtés de Frossard. Réformé, il devient secrétaire de mairie à Audincourt et président de cette coopérative.

29Les coopérateurs réussissent donc à mettre en place un ravitaillement plus large et moins sélectif. De nouveaux secteurs délaissés par le patronat, comme les cantines, sont désormais couverts. C’est une parcelle de pouvoir arrachée à la famille Peugeot.

Les spécificités d’une génération syndicale

30La guerre est-elle un événement fondateur pour ces syndicalistes ? Sur 27 militants dont nous connaissons l’itinéraire pendant la Première Guerre mondiale, 12 sont des combattants, 12 mobilisés à l’usine et 3 autres trop âgés ou réformés. Avec la démobilisation, une relève locale, celle des jeunes soldats, voit son poids croître au sein du mouvement syndical. Le commissaire spécial de Montbéliard souligne d’abord le rôle modérateur qu’ils jouent en février 1919 :

  • 41 ADD, M 769, Commissariat spécial, 28/02/1919.

Les soldats qui viennent d’être démobilisés et qui sont rentrés dans leur foyer ont un excellent état d’esprit et l’on est à même de constater à leur endroit une tendance à ramener à de meilleurs sentiments leurs camarades qui sont restés à l’usine et dont le cerveau a été travaillé par les militaires étrangers au pays, venus comme mobilisés à l’usine41.

  • 42 Germinal, 16/07/1919.
  • 43 Des années plus tard, il écrit : « Pris dans le tourbillon, aussi aveugle que les autres, j’attenda (...)
  • 44 Ibid., p. 75.

31Mais en juillet suivant, les syndicats de Colombier-Fontaine en donnent une autre vision : « Les plus enragés, le mot n’est pas trop fort, à vouloir manifester, à descendre dans la rue, sont ceux qui ont passé quatre ans et demi dans les tranchées boueuses et ensanglantées42. » Eugène Hug, ouvrier des « Autos » à Audincourt, âgé de vingt et un ans, en est un bon exemple : engagé volontaire en 191743, blessé deux fois, décoré de la croix de guerre, démobilisé en septembre 1919, il adhère à la CGT, au Comité de défense de la révolution russe et à la SfiO44. En 1921, sur les six militants renvoyés des usines Peugeot de Beaulieu, quatre sont d’anciens combattants.

  • 45 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française (1914-1939), PFNSP, 3 vols, 1977.

32Les anciens soldats sont donc plus nombreux et plus actifs au sein du mouvement syndical à partir de la seconde moitié de l’année 1919. Mais deviennent-ils militants en raison de leur participation à la guerre ? Agissent-ils ensuite de manière distincte parce qu’ils sont d’anciens combattants ou parce qu’ils sont de nouveaux ouvriers ? La guerre est un événement fondateur pour la génération qui l’a vécue au front, mais c’est vrai pour tous les soldats, quelle que soit leur origine sociale. Pour un ouvrier, avoir été mobilisé au front n’est pas un facteur suffisant pour devenir militant. De plus, les anciens combattants ne forment pas un véritable groupe, tout au plus une génération, un groupe d’âge45. Ni les affectés spéciaux, ni les anciens combattants ne semblent constituer des groupes homogènes au sein du mouvement syndical de l’après-guerre.

  • 46 Le lieu de naissance et le lieu de domicile au moment de la responsabilité syndicale étudiée s’avèr (...)

33Ces syndicalistes viennent d’horizons divers. En effet, sur 28 secrétaires de syndicats, 11 sont fils d’ouvriers, 2 d’employés, 7 de journaliers agricoles ou de paysans, 7 de commerçants. Sur le plan de l’origine géographique, deux groupes se distinguent. Si les militants ancrés dans le territoire dominent, ceux qui sont nés hors de Franche-Comté sont assez nombreux, signe de l’arrivée des ouvriers affectés dans les usines de guerre. Tous ces militants sont nés dans des communes industrielles et d’autres données confirment un fort ancrage local46. Il s’agit avant tout d’hommes, jeunes, syndicalistes et socialistes. Les femmes sont loin d’être absentes de la vie politique et syndicale et elles participent aux grèves et aux diverses réunions. Certaines d’entre elles animent les équipes militantes, sans oublier les épouses qui peuvent jouer un rôle, comme Rose Pétrequin, la compagne de Frossard. Seules deux d’entre elles dirigent un syndicat, Marie Vurpillot, secrétaire du textile d’Audincourt et animatrice de la grève d’août 1919, et Suzanne Besse, son homologue du tissage d’Exincourt. Mais ici comme ailleurs, syndicalisme et socialisme demeurent affaires d’hommes.

  • 47 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 71.
  • 48 Jean-Louis Robert, « Les militants syndicaux parisiens et la Grande Guerre : renouvellement ou stab (...)

34De nouveaux militants s’investissent dans le mouvement syndical à l’issue de la guerre. À Besançon, à l’exception d’Adrien Graizely, la majorité des dirigeants de la Fédération ouvrière n’ont pas exercé de responsabilités jusqu’alors47. À l’échelle du département, le renouvellement est considérable. L’examen de l’âge au moment de l’accès aux fonctions de secrétaire permet de distinguer une médiane à 25 ans, c’est-à-dire très basse, beaucoup plus que celle relevée pour les secrétaires de syndicats parisiens à la même époque, située à 43 ans48. Les jeunes sont ici le fer de lance du mouvement syndical, tant pour l’activité que pour la direction des organisations. Ainsi les métallurgistes combinent deux jeunesses en une, jeunes mobilisés et jeunes confrontés à l’univers de l’usine.

35Non seulement les syndicalistes adhèrent au parti socialiste, mais nombre d’entre eux sont membres des directions de groupes locaux ou de la Fédération. Cet ancrage est fondamental, mais leur premier engagement a d’abord été syndical pour 30 secrétaires sur 38. Un tiers d’entre eux se consacre exclusivement au syndicalisme. Plus de la moitié des secrétaires de syndicats manifestent un investissement multiforme, marqué notamment par des périodes de retrait ou au contraire d’intense activité, un passage de l’activité syndicale à l’activité politique ou un passage par la coopération. Ceux dont le syndicalisme était le premier engagement restent en majorité des syndicalistes (14 sur 24) quand un tiers du total achève leur parcours par un engagement politique. Quant à ceux dont la prise de responsabilités corporatives a été précédée par une adhésion politique, cinq sur sept terminent par un engagement également de nature politique.

Les limites de la crise sociale de sortie de guerre

36Les révolutions en Russie et en Allemagne apparaissent d’abord comme des soulèvements contre la guerre ; la fin du conflit désamorce donc une bonne partie de la charge explosive qu’elle recèlait. C’est d’autant plus vrai en France où la victoire militaire permet à l’État d’en sortir renforcé. Durant le premier semestre de l’année 1919, le passage progressif de l’état de guerre à l’état de paix accompagne les premières étapes de la crise sociale. Au lendemain de l’armistice, les usines de guerre débauchent et renvoient massivement les ouvrières, la chute de la production alimente la pénurie et la vie chère. Les prisonniers de guerre rentrent, mais la démobilisation se fait de manière progressive car le gouvernement redoute l’impact de la révolution russe et fait de la lutte contre le bolchévisme un objectif prioritaire. De leur côté, les ouvriers reviennent à la défense de leurs intérêts de classe et une partie d’entre eux regarde vers la Russie soviétique. Mais il n’y aura pas de révolution et le mouvement ouvrier se brise. Doublement. Pourquoi ?

Le réveil socialiste

  • 49 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 289.

37Le réveil socialiste accompagne la renaissance syndicale dans la seconde moitié de l’année 1917. Là encore, l’impulsion vient de la région de Belfort-Montbéliard. Reconstituée au début de 1917, la Fédération reste modeste par ses effectifs (une centaine d’adhérents) et son activité, mais elle est maintenant acquise à la tendance minoritaire par le poids de ses adhérents montbéliardais. En mai 1917, une première motion se prononce pour la participation de la SfiO à la conférence internationale socialiste prévue à Stockholm. Des bruits de paix circulent depuis fin 1916 et il devient de plus en plus difficile au Bureau socialiste international de garder le silence. Par cette conférence, les dirigeants socialistes veulent s’entendre pour peser en faveur d’un arrangement entre les belligérants et mettre fin au conflit. La paix devient désormais un objectif réaliste : une seconde motion, sur une position pacifiste modérée, réclame « une paix immédiate, sans victoire, sans annexions ni indemnités49 ». Ces choix reflètent l’influence de Frossard, devenu un des chefs de file de la tendance centriste à l’échelle de la SfiO. Cette minorité, qui ne cesse de se renforcer, demeure fidèle à la défense nationale et au vote des crédits militaires comme la majorité du parti, tout en évitant ses excès chauvins. Pour Frossard, cela ne doit pas empêcher de rechercher une issue au conflit et il se rallie au plan de paix du président Wilson, qui demande que chaque État belligérant précise publiquement ses conditions de paix. finalement, la rencontre de Stockholm n’aura pas lieu car les gouvernements alliés refusent les passeports aux délégués, une interdiction que les socialistes majoritaires et centristes ne sont pas prêts à braver. Cette conférence manquée sanctionne l’échec de la politique de la direction du parti et de son groupe parlementaire comme celle du pacifisme modéré.

38Les socialistes du Doubs relancent vigoureusement leur activité à partir d’août 1917. En septembre, Pierre Delmas, un ouvrier mobilisé, responsable socialiste et syndicaliste de l’usine Peugeot à Sochaux, condamne formellement – et pour la première fois publiquement – la politique d’Union sacrée :

  • 50 Germinal, 22/09/1917.

L’union sacrée n’a été qu’une farce pour la démocratie. Jésuites, royalistes et nationalistes en ont fait une arme contre la République et les républicains… Vous qui, en défendant le sol national, entendez aussi défendre la République, l’heure est venue pour vous tous de vous grouper et de relever les groupes là où ils sont en sommeil50.

  • 51 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 291.
  • 52 Ibid.

39Plusieurs groupes socialistes sont créés ou reconstitués à Seloncourt, Sochaux, Valentigney, Beaulieu-Mandeure et Montbéliard. Le groupe d’Audincourt s’avère particulièrement actif. À sa tête, Bellino a déjà une solide expérience : secrétaire du syndicat des instituteurs, il défend les thèses de la minorité centriste. En revanche, le groupe de Besançon reste encore en sommeil. Les Bisontins, d’abord acquis à la majorité, rejoignent en grande partie les longuettistes, mais ils exigent qu’un compromis soit trouvé entre les tendances pour sauvegarder l’unité du parti51. Ce renouveau débouche sur un congrès de réorganisation de la Fédération tenu en novembre 1917. La tendance centriste se renforce et les présents approuvent les décisions du congrès national : refus de la participation ministérielle mais vote des crédits militaires ; maintien de l’unité du parti ; refus de donner à la propagande pacifiste une teinte défaitiste52. La Fédération se donne alors des dirigeants issus du Pays de Montbéliard : Bellino devient secrétaire fédéral et Léopold Froideval, trésorier.

  • 53 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 434.

40Alors que la CGT bénéficie d’un renouveau des adhésions, l’année 1918 s’avère difficile pour le recrutement socialiste. Les effectifs reculent à un niveau catastrophique et le parti semble en voie d’effacement du paysage politique53. Dans le Doubs, la Fédération contient la baisse : en octobre 1918, le trésorier annonce 400 cotisants contre 500 un an plus tôt. Contrairement à la CGT qui reste acquise à la majorité, le congrès national de la SfiO tenu en octobre 1918 apporte la victoire aux « minoritaires » partisans de la paix. L’aile droite, toujours favorable à la guerre à outrance, est battue par une alliance entre le centre longuettiste et la gauche, celle du courant zimmerwaldien. Cette tendance apparaît comme une opposition pacifiste un peu plus déterminée. La nouvelle commission administrative permanente élit Frossard comme secrétaire général. Bellino le remplace alors comme rédacteur en chef de Germinal.

  • 54 Jean Charles, et alii, Le congrès de Tours, édition critique, Paris, Éditions sociales, 1980, p. 41
  • 55 S’arrête de paraître en septembre 1920, car fusionne avec Germinal, qui devient le journal des Fédé (...)
  • 56 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, op. cit., p. 721.
  • 57 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 304.

41Après l’armistice, les effectifs de la SfiO progressent fortement, passant de 30 000 à 132 000 membres entre la fin 1918 et la fin 191954. À partir de février 1919, les socialistes du Doubs réorganisent leur Fédération. Retour de balancier, ils ramènent son siège à Besançon et Auguste Jouchoux redevient secrétaire fédéral. Ils lancent un nouvel hebdomadaire pour le sud du département, La Franche-Comté ouvrière, que les syndicalistes décident de financer55. À Pontarlier, Paul Robbe, sous-officier pendant la guerre, ingénieur dans les travaux publics, et Joseph Plantin, cheminot, cherchent à développer le parti, pratiquement sans audience à la fin de la guerre. Le nombre d’adhérents dans le département double, passant de 450 à 86056. Sur un total de 17 groupes, le Pays de Montbéliard en accueille 1257.

42Les élections ayant été suspendues durant la guerre, les Français votent cinq dimanches sur six entre le 16 novembre et le 21 décembre 1919. Pour les législatives, la loi du 12 juillet 1919 institue un scrutin de liste départementale avec représentation proportionnelle et prime donnée à la majorité. Réclamé depuis longtemps par la droite, ce mode de scrutin avantage les listes constituées sur une base large. Le Bloc républicain national, union du centre et de la droite, déclenche une violente campagne antisocialiste et antibolchévique. À cette occasion, l’Union des intérêts économiques, groupe de pression patronal et caisse électorale d’une grande partie des députés, édite la célèbre affiche sur le bolchévique, « l’homme au couteau entre les dents ». La liste socialiste réunit Émile Bassenne, Jouchoux, Ducatillon, Hintzy et Telmat. Le premier est cultivateur à Vellevans, canton de Clerval, et tous les autres sont des syndicalistes de premier plan. Le Bloc national l’emporte avec 4,3 millions de voix. Le score de la SfiO passe de 1,4 million en 1914 à 1,7 million de voix en 1919. Les socialistes n’obtiennent pas la victoire escomptée mais c’est un échec relatif. En effet, le parti s’est présenté dans 150 circonscriptions supplémentaires par rapport à 1914 et l’augmentation en pourcentage de 17 % à 21 % résulte de la baisse du nombre des électeurs inscrits, liée aux morts de la guerre. Par ailleurs, le mode de représentation fait chuter le nombre des députés de 103 à 68.

43Dans le Doubs, la liste de droite obtient quatre élus. Le parti radical est le grand vaincu, avec un seul député au lieu de quatre en 1914. Avec 10 247 voix, la liste socialiste n’a pas d’élu, mais ses résultats sont en hausse sensible. Elle progresse dans toutes les villes et arrive en tête à Montbéliard, Audincourt, Exincourt, Fesches-le-Châtel et Dampierre-les-Bois. Pour les élections municipales et celles des conseils d’arrondissement, les socialistes progressent nettement dans le Pays de Montbéliard. Cazals talonne Jules Peugeot aux cantonales dans le canton d’Audincourt, tandis que Fesches-le-Châtel, Dampierre-les-Bois et Exincourt élisent des maires socialistes. Au niveau de l’organisation comme des résultats électoraux, le socialisme a donc nettement progressé dans ce département.

La croissance des effectifs syndicaux

  • 58 J.-L. Robert, dans C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 442.

44Les progrès de la syndicalisation témoignent de l’affirmation de la conscience de classe. En 1919, adhérer à un syndicat exprime le besoin de nouer des liens entre travailleurs, d’unifier et de consolider les forces, une nécessité après avoir ressenti toute son impuissance face à la guerre. Par ailleurs, la vague de syndicalisation de l’après-guerre est caractéristique du mode d’existence cyclique qui distingue le syndicalisme français : 1906-1910, 1936-1937, 1944-1947 furent les autres moments d’exceptionnelle croissance des adhésions. Entre 1918 et le printemps 1920, la CGT passe ainsi de 600 000 à 1 600 000 adhérents58. La syndicalisation touche de nouvelles catégories : les agents des PTT et les instituteurs transforment leurs organisations amicalistes en syndicats. La Fédération des fonctionnaires rejoint également la CGT. Malgré ces poussées, la confédération organise seulement une minorité de travailleurs, autre caractéristique majeure du syndicalisme français. La cotisation est constituée par deux éléments distincts : le prix, acquitté en seule fois, de la carte annuelle, et celui des timbres mensuels que l’adhérent appose sur sa carte. Le cotisant régulier prend ses 12 timbres dans l’année alors que le simple adhérent est moins soucieux de « se mettre à jour ». Les centrales syndicales estiment que le nombre réel de cotisants réguliers est égal aux 10/12e du nombre de timbres régulièrement payés : le cotisant régulier « moyen » paie alors dix timbres par an.

  • 59 A. Kriegel, La croissance de la CGT 1918-1921 : essai statistique, Paris, Mouton, 1966, p. 180.
  • 60 Ibid., p. 106.
  • 61 ADD, M 769, Commissariat spécial de Pontarlier, 17/05/1919 et 28/05/1919.
  • 62 ADD, 95 J 130, Registre des PV du comité fédéral, 6/6 et 5/9/1919.

45En période de croissance des effectifs se dégage un noyau stable, actif et attractif autour duquel s’agglutinent les nouvelles organisations. Nommés « syndicats pilotes » par Annie Kriegel, ils se définissent par leur implantation géographique, leur structure professionnelle, leur taille et leur stabilité59. Durant les vagues de syndicalisation de 1919-1920 et 1936-1937, les syndicats pilotes sont les syndicats stables60. Au lendemain de la guerre, le Doubs connaît un pourcentage de syndicats stables élevé qui s’explique par l’augmentation du nombre des syndicats des chemins de fer et surtout des métaux. À Pontarlier où les syndicats étaient rares avant 1914, l’extension se fait autour de ces noyaux actifs. La guerre a favorisé l’émergence d’organisations de cheminots (367 adhérents à la CGT en mai 191961) et de métallurgistes. À partir du printemps 1919, les cheminots Bulle et Letondal, le typographe Bertolini animent des réunions syndicales, aidés par Cazals. Ouvrières de la tricoterie, lapidaires, ouvriers du bois (bûcherons, scieurs et voituriers) fondent leurs organisations, comptant chacune une soixantaine d’adhérents. À Besançon, l’augmentation des effectifs s’avère plus lente et moins massive que dans le Pays de Montbéliard. En juin 1919, la Fédération ouvrière devenue Union locale compte 2 500 cotisants répartis dans une vingtaine de syndicats (horlogers, Arsenal, cheminots, typographes, maçons, peintres, tailleurs de pierre, charpentiers, sous-agents des PTT, brossiers, ouvrières de la chaussure… )62. Les boulangers reconstituent leur organisation à la fin de l’année, tandis que les bouchers et tripiers de l’abattoir demandent de l’aide pour s’organiser. Parmi ces nouveaux syndicats, certains disparaissent rapidement. À l’échelle départementale, près d’une dizaine de syndicats pilotes se détachent, présents à nouveau en 1936-1937 et 1945-1947 : il s’agit des horlogers, des cheminots et du bâtiment de Besançon, les métaux d’Audincourt, Beaulieu, Sochaux, les horlogers de Morteau, les métaux et cheminots de Pontarlier.

  • 63 Germinal, 9/07/1919.
  • 64 Yves Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats », art. cité, p. 36.
  • 65 ADD, M 780, Commissariat spécial de Pontarlier, 28/05/1919.

46Ce syndicalisme massif est propice au développement d’un système de règles et de comportements édicté à l’usage de l’adhérent moyen. Principe de base : « Le syndicat est une organisation puissante quand tous les travailleurs savent et veulent faire leur devoir63 ». Il s’agit de cotiser, mais aussi de participer aux assemblées, de s’éduquer et de convaincre les réfractaires64. Exemple parmi d’autres, à Pontarlier, le cheminot Bulle conseille de « chercher à s’instruire par tous les moyens parce que les capitalistes avaient fait toujours leur possible pour ne pas instruire les enfants du peuple ». Il invite à fréquenter la salle du Cercle ouvrier, où se trouvent livres et brochures et « à ne plus lire les journaux “bourreurs de crâne”, mais lire les véritables “débourreurs de crâne”, comme La Franche-Comté ouvrière qui n’est pas un journal bourgeois comme les trois autres de Pontarlier65 ».

47L’idée du syndicat obligatoire, évoquée dès 1917, s’affirme surtout durant l’été 1919. Dans le Pays de Montbéliard, la puissance des syndicats n’a jamais été aussi grande et les syndicalistes poussent très loin cet avantage par rapport aux inorganisés :

  • 66 Cité par Y. Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats », art. cité, p. 45.

Ces 80 % de travailleurs [syndiqués] vont-ils tolérer, à leurs côtés, dans les usines, la présence des individualistes, des inconscients, des cupides, des haineux qui font le jeu du patronat ? […] Rendons le syndicat obligatoire pour tous, nous en avons les moyens66.

48Les dénonciations des non-syndiqués deviennent fréquentes. Ainsi, Séraphin Telmat titre « La pègre » pour un de ses articles :

  • 67 Germinal, 21/05/1919, cité par Y. Cohen, « Quand lesmassesviennentauxsyndicats », art. cité, p. 46.

La pègre, eh bien oui ! C’est tous ceux-là qui ont la prétention de croire que le monde est ainsi fait, que les premiers doivent se sacrifier pour la propagande, pour la lutte sans défaillance, user leur santé et encourir la prison, pour qu’eux, les pégréiens, les rastaquouères de tous les métiers n’aient plus qu’à jouir en paix et sans bourse délier de tous les avantages, de toutes les améliorations, de toutes les réformes arrachées… par d’autres. La pègre des travailleurs, c’est le premier et le plus mortel de vos ennemis. Tuez-le par le Syndicat obligatoire67.

49Pour arriver à cet objectif partagé par la majorité des adhérents, les syndicalistes demandent le syndicat obligatoire, la mise en quarantaine des non-syndiqués et la mise en demeure au patron de se séparer d’eux.

  • 68 Yves Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation : Peugeot et le Pays de Montbéliard de 1 (...)
  • 69 On n’atteindra pas ces proportions en 1936 dans les grandes usines : Ibid.
  • 70 A. Kriegel, La croissance de la CGT, op. cit. Jean-Louis Robert, La scission syndicale de 1921. Ess (...)
  • 71 A. Kriegel, La croissance de la CGT, op. cit., p. 61.

50Au sein de l’UIM, plus de la moitié des syndicats appartiennent au Pays de Montbéliard, ce qui représente au moins les trois quarts des adhérents, soit 11 000 sur 15 000 cotisants répartis en 65 syndicats en décembre 1919, lorsque cette organisation se scinde en 3 Unions départementales68. Yves Cohen estime que la syndicalisation est presque totale dans cette branche69. Le poids de ce secteur est tout aussi massif au niveau de l’UD. Celle-ci passe de 9 212 cotisants en 1918 à 18 900 pour la période juin 1919-mai 192070. Compte tenu du nombre de syndiqués, de syndicats et de fédérations présentes, le Doubs apparaît comme une UD moyenne à l’intérieur de la CGT71.

L’essor des grèves et leurs limites (1919-1920)

51En 1919-1920, les ouvriers s’engagent dans de très nombreuses grèves, dans le cadre de conflits à l’échelle nationale ou dans des mobilisations locales dures. Les grèves de la métallurgie parisienne en juin 1919 et celles des cheminots en 1920 constituent deux coups de boutoir avec l’espérance d’ébranler le pouvoir.

52La revendication des huit heures avait été fortement popularisée à l’occasion des mobilisations de 1906. La CGT l’intègre dans son « programme minimum » adopté en décembre 1918 et en fait le mot d’ordre du Premier mai suivant. Le gouvernement craint cette manifestation : après avoir accepté le contrat collectif entre employeurs et employés, il concède la journée de huit heures sans baisse du salaire horaire. La loi s’accompagne d’une hausse de 25 % du salaire horaire pour compenser la baisse consécutive à la diminution du temps de travail. Mais cette loi est aussi celle des 48 heures. En effet, les employeurs ont la possibilité de recourir aux heures supplémentaires et la durée légale du travail peut être 8 heures par jour ou 48 heures par semaine. Les patrons rechignent à appliquer ces mesures et des grèves éclatent, car le vrai problème, c’est le salaire, notamment pour ceux qui sont payés aux pièces.

53Au printemps 1919, les ouvriers du Pays de Montbéliard ont pris conscience de leur force. Le 3 juin, au lendemain d’une grève chez Peugeot-Japy (usine Sous-Roche, à Audincourt), le sous-préfet de Montbéliard écrit au préfet du département :

  • 72 ADD, M 780, Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 3/06/1919.

Je ne vous dissimulerai pas que le patronat de toute cette région souffre d’une inquiétude et d’un malaise croissants en face des revendications continues et sans frein des ouvriers, qui de plus en plus travaillés et conscients de leurs forces, ne semblent plus douter de rien […] Actuellement les patrons et je ne parle pas des pusillanimes et des rétrogrades, des féodaux navrés de voir s’effriter leur pouvoir absolu, mais les patrons vraiment modernes, disposés aux plus audacieuses réformes, vivent des heures d’angoisses et presque de découragement […] En somme deux états d’esprit bien nets. Du côté patronat, une réelle inquiétude, une sorte de neurasthénie. Du côté ouvrier, une sorte de fièvre cérébrale, de délire des grandeurs, et chez quelques-uns, un grand rêve non seulement d’émancipation économique mais de révolution sociale72.

  • 73 CAP, Rapports techniques, janvier à août 1919.
  • 74 C’est le cas en juin 1921 à la carrosserie de Mandeure ou à la fonderie Scellier de Voujeaucourt en (...)
  • 75 René Grillon, Jean-Louis Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, Besançon, Cêtr (...)

54Dans la métallurgie, le retour des jeunes soldats entraîne une brève remise en cause de la discipline d’usine. Les démobilisés se réadaptent difficilement à la vie civile : combien aride peut paraître la reprise des habitudes régulières, celle de pointer tous les matins à heures fixes, d’obéir au petit chef, pour ceux qui ont frôlé la mort ? À l’usine de Beaulieu-Mandeure, la direction demande aux concierges d’exercer une surveillance plus active, car les permissionnaires ou les civils pénètrent facilement dans les ateliers. À ces entrées sans autorisation s’ajoutent les sorties individuelles sans motif. Des contrôles plus stricts aux portes réussissent à les faire passer de 120 par jour à l’automne 1918 à 40 en mars 1919. Pour contrer le relâchement de la discipline, la direction rétablit l’ancien système d’amendes et oblige un pointage aux pendules pour tout le personnel. À Sochaux, la direction instaure une seconde ouverture des portes l’après-midi pour les retardataires73. Des disputes violentes entre ouvriers et chefs d’équipe, voire contremaîtres, semblent plus fréquentes. Elles alimentent l’instabilité ouvrière, avec des départs subits, sur un coup de tête, au figuré comme au sens propre. En effet, ces altercations peuvent aller jusqu’aux coups et deviennent un motif fréquent de licenciement après 1920, lorsque le patronat cherche à réprimer les fortes têtes74. Il réussit à restaurer la discipline et dès la fin de l’été 1919, l’usine redevient un lieu fermé. Parallèlement, les organisations encouragent des actions collectives plus réfléchies et la grève devient endémique dans le Pays de Montbéliard. Dès le début janvier 1919, rebondissant sur une première lutte à la SACM à Belfort, une grève éclate aux usines Peugeot de Sochaux du 13 au 17 janvier. Elle s’étend ensuite à Audincourt puis à Beaulieu-Mandeure. Alors que la menace de remise des mobilisés grévistes à l’autorité militaire demeure puisque la démobilisation n’a pas encore eu lieu, ces mobilisations prouvent combien les ouvriers sont pressés d’agir75.

  • 76 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 117.
  • 77 Ibid., p. 118.

55Deux problèmes dominent les revendications, l’application de la loi des 8 heures et la généralisation du travail aux pièces. Les syndicalistes se sont longtemps montrés méfiants à l’égard de cette forme de rémunération, mais les dirigeants de la Fédération des métaux sont désormais convaincus de la nécessité de renforcer l’appareil productif français. La guerre a entraîné sa diffusion et les ouvriers professionnels veulent également en bénéficier. Ce genre de demandes sera accordé facilement par les directeurs d’usine. Ces motifs dispersés expliquent à eux seuls le caractère de ces mouvements : Yves Cohen estime qu’ils éclatent aussi « pour goûter le plaisir de la grève », pour échapper à l’aliénation du travail76. Les usines où la main-d’œuvre féminine domine sont les plus radicales, comme chez Japy à Fesches-le-Châtel ou dans le textile à Audincourt et Exincourt77.

  • 78 AMM, 1 AV 37-38, témoignage de René Coulon. Jean-Paul Goux, Mémoire de l’enclave, Paris, Éditions M (...)
  • 79 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 119.
  • 80 ADD, M 769, Commissariat spécial de Pontarlier, 31/05/1919.

56Dans tout le pays, le point d’orgue de l’année 1919 est incontestablement le Premier Mai. La grève est massive et les cortèges immenses, emportant même les régions très faiblement mobilisées avant la guerre. « Cette journée du Premier Mai sera l’occasion d’une grande manifestation d’idéalisme révolutionnaire » annonce Germinal. Dans le Pays de Montbéliard, toutes les usines sont en grève totale et les cortèges se concentrent sur Audincourt, bannières et musique en tête. Les mots d’ordre sont « Pour les huit heures ! Pour la semaine anglaise ! [soit 44 heures sur 5 jours et demi] Contre l’impôt sur les salaires ! Pour la démobilisation ! Contre l’intervention en Russie et en Hongrie ! Pour l’amnistie ! ». Germinal évalue le nombre des manifestants à 8 000 et à autant celui des spectateurs sympathisants ; cette manifestation laisse un très fort souvenir78. Dans le Pays de Montbéliard, la grève est presque toujours victorieuse. Les grévistes obtiennent rapidement l’application des 8 heures et 25 % d’augmentation moyenne des salaires. Peugeot constitue le maillon faible du front patronal, car le directeur technique Ernest Mattern est favorable aux salaires élevés et à la nouvelle journée de travail, qui doit permettre une augmentation de la production79. La grève apparaît alors comme ce moment exceptionnel de la vie ouvrière où tout semble possible. Ailleurs, les grèves sont plus rares même si des ouvriers expriment des revendications salariales et demandent l’application des huit heures. Parfois les anciens soldats réclament la prime de démobilisation qu’ils n’ont pas encore reçue. Chez Schneider (construction automobile) à Besançon, le patron accorde immédiatement satisfaction et évite le conflit. Chez Dubied à Pontarlier, il utilise la possibilité de dérogation sur l’application des nouveaux horaires mais accorde seulement 4 % d’augmentation au lieu des 25 % prévus dans ce cas80. Dans cette ville, les syndicalistes répètent régulièrement « N’ayez pas peur ! » aux travailleurs auxquels ils s’adressent.

  • 81 ADD, M 769, Commissariat spécial de Pontarlier, 17/05/1919. Pendant 70 ans, des pontissaliennes par (...)
  • 82 AMP, Le Courrier de la montagne, 25/10/1919.
  • 83 ADD, M 769, « grèves 1919 hors Pays de Montbéliard ».

57Lorsque les salariés vont jusqu’à arrêter le travail, les premières revendications sont souvent imprécises. Seules neuf entreprises connaissent des grèves de courte durée, sauf chez quelques patrons que le sous-préfet cité plus haut qualifiait de « rétrogrades, des féodaux navrés de voir s’effriter leur pouvoir absolu ». À la papeterie de Deluz, la totalité du personnel est en grève du 5 au 13 mai. Au terme du conflit, les salaires sont presque multipliés par deux pour les conducteurs de machine, passés de 8,85 à 15 francs de l’heure, pour les manœuvres hommes de 6,70 à 9 et pour les enfants de 4,35 à 6,60. Mais les horaires de travail restent de onze heures pour les hommes et de 10 heures pour femmes et enfants. Dans le village voisin de Laissey, une grève chez Bost dure du 19 mai au 9 juin, pour des revendications de salaires et l’application des 8 heures. Au début, seuls 39 ouvriers sur 146 cessent le travail mais, au bout d’une semaine, les grévistes réussissent à entraîner tout le personnel. La reprise se fait aux conditions proposées par le patron, mais les horaires passent de dix à huit heures. À Pontarlier, au tricotage Husi, une grève minoritaire éclate à la fin septembre. Au printemps, lors d’une assemblée en vue de la création d’un syndicat, un militant dénonçait déjà l’absence de tarif défini, « les contremaîtres, tous des boches, qui sont des garde-chiourmes » et le système illégal des amendes : « Husi a un château construit avec les amendes qu’il vous inflige81 ». En septembre, les animatrices du syndicat sont renvoyées, la première pour une réclamation suite à une erreur sur sa paie, et les autres pour avoir protesté contre ce licenciement. Environ 80 ouvrières sur 250 se mettent en grève et demandent la réintégration des licenciées, le remboursement de toutes les amendes, la fin du paiement du fil et des aiguilles par les couturières82. Aucun homme – ils sont pour la plupart chefs – ne participe au conflit et seulement 30 femmes restent en grève au bout de quelques jours83. Husi refuse la conciliation avec le juge de paix et ne reconnaît ni le syndicat CGT, ni le syndicat indépendant qui a pourtant combattu la grève. Il accepte seulement de donner du travail à domicile aux couturières qu’il a licenciées. Avec des revendications plus modérées, moins de recours à la grève et moins de succès au terme de celles-ci, le reste du département demeure donc très en retrait par rapport au Pays de Montbéliard.

58La guerre terminée, les critiques contre l’ordre établi se font plus nombreuses. Clemenceau, la République, la bourgeoisie dans son ensemble, et non plus des patrons ciblés, font-ils l’objet d’accusations ? Dans quelle mesure la révolution est-elle devenue un horizon pour le mouvement ouvrier ?

  • 84 Maurice Vaïsse (dir.), Dictionnaire des relations internationales au xxe siècle, Paris, A. Colin, 2 (...)
  • 85 Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1943), Paris, Fayard, 1997, p. 50.
  • 86 J. Charles, La CGTU et l’enracinement du communisme, op. cit., p. 25.
  • 87 ADD, 95 J 194, Registre des PV des assemblées du syndicat de l’Arsenal, 2/7/1918.

59En 1917-1918, la direction de la CGT adhère d’abord aux thèses du président Wilson. Formalisés dans un message au Congrès des États-Unis le 8 janvier 1918, ses quatorze points sont la première réaction occidentale aux slogans des bolchéviks, qui réclament la paix sans annexions, ni indemnités et dénoncent les traités secrets conclus entre les pays en guerre84. Il s’agit de jouer la carte nationaliste contre l’appel international de Lénine aux peuples d’Europe, d’ôter leur prestige aux révolutionnaires russes. Pour Pierre Broué, l’initiative du président américain constitue la couverture idéologique des socialistes centristes, qui refusent de rompre avec leur bourgeoisie nationale, mais ne peuvent plus en 1918 approuver une politique de guerre85. Le soutien de la CGT aux positions de Wilson s’exprime dés le début de l’année 1917, lorsque celui-ci propose aux belligérants une « paix sans victoire », avant même l’entrée en guerre des États-Unis. Pour Jean Charles, « c’est ce “pacifisme wilsonien” qui va constituer le terrain de rencontre entre la première minorité durable de la CGT et la direction confédérale86 ». En 1918, socialistes et syndicalistes soutiennent les thèses wilsoniennes et la CGT reprend la formule : « Pas de conquête, pas d’annexion. Une paix humaine et de justice, assurant aux peuples leur libre développement ». Lors du congrès de l’UD de juin 1918, les membres du syndicat de l’Arsenal de Besançon, comme les autres militants du département, se reconnaissent dans les positions du président des États-Unis : ils veulent la « paix des peuples, c’est-à-dire une paix basée sur la confiance, la solidarité et la communauté de ces peuples dans l’Internationale »87. Le congrès adopte une motion qui rompt le silence sur la question de la paix :

  • 88 ADD, M 757, Motion du congrès de l’UD du Doubs, 9/06/1918.

Le congrès entend que les représentants de la classe ouvrière s’attellent sans retard à l’œuvre pacifiste et obligent les gouvernements à déclarer hautement, clairement et sans ambages qu’ils sont prêts à traiter une paix honorable, juste et durable pour tous les belligérants, paix basée sur les déclarations de la Révolution russe abandonnée par les gouvernements bourgeois et sur les déclarations du président Wilson88.

  • 89 Lettre adressée à ses camarades de travail et publiée dans Germinal, le 5/04/1919.
  • 90 ADD, M768, Commissariat spécial de Besançon, décembre 1918-janvier 1919. Germinal, 18/01/1919.

60Les congressistes veulent donc conjuguer deux visions opposées, celle de la révolution russe et celle du président américain. Dans cet esprit, un militant de l’Arsenal, arrêté et emprisonné en juillet 1918 pour avoir tenu des propos « pacifistes et défaitistes », se défend de ces accusations : « Je crie haut que le propos que l’on me reproche n’est jamais sorti de ma bouche, que la propagande défaitiste était basée d’une part, sur les principes humanitaires de nos organisations et, de l’autre, sur les 14 points de Monsieur Wilson89. » L’entrée en guerre des États-Unis a permis aux alliés de résister à l’ultime offensive allemande et a contraint l’Allemagne à demander l’armistice quelques mois plus tard. Wilson apparaît donc comme un sauveur et sa venue pour la conférence de Versailles suscite un véritable enthousiasme. C’est la première fois, en effet, qu’un président américain en exercice se rend dans un pays étranger. À son arrivée, la CGT lui remet solennellement une Adresse, contresignée par la SfiO : « Avec vous, nous pensons que l’Humanité aujourd’hui aspire à la liberté de la vie et non à réaliser des équilibres de puissances ». Cazals, au nom des syndicats départementaux, suivi par le groupe socialiste de Besançon, se fait le héraut de cette ligne : l’UD organise un meeting en l’honneur de Wilson à Besançon le 21 janvier 1919, avec participation de Léon Jouhaux et Marcel Sembat90.

  • 91 D.A. Laurent, « Woodrow Wilson, L’Humanité et la SfiO, décembre 1918-juin 1919 », Cahiers d’histoir (...)
  • 92 Ibid., p. 106.

61Les socialistes partagent ces positions et ne tarissent pas d’éloges sur le président américain91. Et même si Frossard émet des réserves, « Nous ne croyons pas dans la SDN, nous croyons dans l’Internationale », il défend l’action de Wilson lors de la conférence de Versailles92. Germinal publie plusieurs déclarations du président, commentées ainsi : « Nous sommes heureux de constater une fois de plus l’accord profond qui unit quant au programme de paix, le Parti socialiste et l’éminent homme d’État ». Début 1919, ce soutien apporté par la SfiO aux thèses américaines permet aux socialistes français de retrouver leur unité. Cependant, les concessions que le président américain accepte face aux exigences de Clemenceau amènent le parti socialiste à abandonner cette vision de la paix. Le soutien large et durable au wilsonisme montre que même la fraction avancée du syndicalisme garde une vision floue des enjeux du moment. Dans les premiers mois de 1919, non seulement les militants n’ont pas choisi entre Lénine et Wilson, mais ils n’ont pas encore compris l’opposition irrémédiable qui existe entre ces deux politiques. De même, le mouvement syndical du Doubs ne renie pas l’Union sacrée. Si des critiques finissent par s’exprimer en 1919, elles demeurent limitées. Les partisans de la majorité confédérale continuent de justifier cette politique, d’autant qu’ils veulent poursuivre une collaboration avec les pouvoirs publics. Seules quelques voix des syndicats d’Audincourt et de l’Arsenal à Besançon dénoncent ce concubinage avec le pouvoir.

62En janvier 1919, Germinal publie une « Lettre ouverte à un poilu », un appel pour que les soldats rejoignent le parti socialiste :

  • 93 Germinal, 22/01/1919.

Pendant la guerre, il a fait son devoir au front et à l’intérieur. Le parti socialiste n’a-t-il pas donné ses meilleurs militants et ses fils par milliers ? Dans les usines, les ouvriers ont travaillé sans répit, pour produire armes, munitions et matériel. Au Parlement, il lutta contre les injures, le désordre, la paresse des bureaux, l’incurie des administrations, la routine des états-majors93.

63Cet appel va au-devant des critiques contre les « embusqués » de l’arrière, tout en assumant la politique menée. Un an plus tard, Germinal publie un hommage à l’un des premiers syndicalistes de Sochaux, mort des suites d’une attaque au gaz, pour prouver une nouvelle fois que les socialistes n’ont pas été des embusqués :

  • 94 Ibid., 24/01/1920.

Les fous furieux du nationalisme et de la guerre plus loin que le bout n’en continueront pas moins de salir les militants syndicalistes et socialistes. C’est dans l’ordre. Et nous, nous pleurons Chauffour, nous pleurons toutes les victimes de cette honte qu’est la guerre94.

  • 95 Ibid., 23/04/1919.

64À l’occasion du congrès national de la SfiO d’avril 1919, le secrétaire fédéral Bellino se félicite de l’intervention de Léon Blum en faveur de l’unité. Il précise que la responsabilité des divisions internes « incombe à ceux, qui pendant la guerre ont, de bonne foi, compromis la doctrine socialiste, qu’ils ont trop souvent sacrifiée aux idées de Défense Nationale, d’Union sacrée, de collaboration de classes et de participation ministérielle !95 » Mais c’est pour aussitôt mettre l’accent sur l’unité et l’avenir du parti avec ceux-là mêmes qui l’ont engagé dans cette voie. C’est une acceptation de la position de la droite de la SfiO qui refuse de condamner l’Union sacrée, présentée comme une parenthèse exigée par les circonstances.

65En septembre 1919, Cazals défend encore les positions confédérales lorsqu’il s’adresse à un large public :

  • 96 ADD, M 768, Commissariat spécial de Pontarlier, 30/9/1919.

En temps de paix, nous avons parlé contre la guerre mais on n’a pas voulu nous écouter ; nous savions que la classe ouvrière seule souffrirait dans les tranchées, se ferait tuer pour protéger certains biens qui ne lui appartenaient pas […]. J’ai toujours dit que la responsabilité de la guerre incombait à l’Allemagne, mais je répète que les capitalistes internationaux ont également leur responsabilité. La guerre éclatant, nous avons dû la subir. On ne peut pas dire que nous n’avons pas fait la guerre. Dans la classe ouvrière, nous n’avons pas eu un seul défaitiste, il n’en est pas de même dans la classe des capitalistes. À ce moment, il était du devoir des militants de ne pas déserter la lutte des classes et pourtant, c’était l’Union sacrée. Il n’y avait plus de partis, il n’y avait que des Français. Cependant, nous avons vu à l’arrière des industriels qui faisaient des fortunes scandaleuses et qui refusaient une bouchée de pain aux enfants de leurs ouvriers. Pendant la guerre, on nous a traités de sans-patrie, de défaitistes, mais nous avons fait notre devoir96.

66Certes la critique du capitalisme est là, celle du patron-embusqué et du patron-profiteur de guerre, mais pas celle de l’Union sacrée. Près d’un an après la fin de la guerre, le minoritaire Cazals défend toujours le devoir patriotique, comme le fait la majorité confédérale. SfiO et CGT affichent toujours le même refus de condamner le revirement de 1914.

67Cependant, les critiques se font plus vives contre Clemenceau mais aussi contre le capitalisme. Loin d’alimenter l’histoire de « Père la Victoire », Germinal véhicule à partir d’avril 1919, celle d’un chef de gouvernement autoritaire et répressif. L’hebdomadaire dénonce les atteintes aux libertés publiques, les provocations contre le mouvement ouvrier et l’acquittement de Villain, l’assassin de Jaurès. Mais la critique du capitalisme ne débouche pas sur un appel à la révolution sociale. Le sentiment antipatronal, exaspéré pendant le conflit, s’exprime dans les nombreuses chroniques syndicales. Il prend d’abord la forme d’une hostilité envers les contremaîtres, mais aussi contre les directeurs ou les patrons les plus rétrogrades. La résolution du congrès de l’Union de la métallurgie en avril 1919 dénonce une partie des capitalistes :

  • 97 Germinal, 12/04/1919.

Une caste capitaliste conservatrice, routinière, et dont le seul souci est de conserver ses propres privilèges, sans tenir compte ni des intérêts de la classe ouvrière, ni de l’intérêt général de la nation ; devant un patronat toujours rapace, toujours intransigeant97.

68Si le capitalisme devenait moderne et audacieux, est-ce à dire que le mouvement ouvrier devrait s’entendre avec lui ? L’absence de critiques contre Mattern, le directeur qui modernise les usines Peugeot, accepte d’augmenter les salaires et discute avec les syndicalistes, plaide pour un tel positionnement de ces syndicalistes.

  • 98 J.-L. Robert, dans C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 435.
  • 99 Germinal, 12/04/1919.
  • 100 ADD, M 768, Commissariat spécial de Montbéliard, 24/05/1919.

69La Révolution demeure pourtant un horizon. Si la révolution russe de Février a suscité une approbation unanime au sein du mouvement ouvrier français, celle d’Octobre divise les esprits. Ensuite la paix de Brest-Litovsk, considérée comme une « paix allemande », avive les critiques contre la Russie soviétique. Mais à la fin de 1918, la volonté de s’opposer à l’intervention alliée l’emporte98. Socialistes et syndicalistes dénient à la France le droit d’agir contre la révolution russe. Les révolutions allemande, autrichienne et hongroise suscitent également un net enthousiasme. Les syndicalistes du Pays de Montbéliard rappellent, dans la résolution de leur congrès d’avril 1919, « le but final poursuivi par les travailleurs organisés : la prise des moyens de production par les travailleurs organisés, et l’établissement d’un ordre social nouveau dont le honteux salariat aura complètement et définitivement disparu99 ». Dans les réunions syndicales, Telmat explique à chaque fois que les travailleurs ne doivent pas s’en tenir aux huit heures, mais « devront lutter jusqu’à la suppression du salariat et du patronat100 ». À Pontarlier, Bertolini dénonce la guerre et le capitalisme :

  • 101 ADD, M 769, Commissariat spécial de Pontarlier, 16/05/1919.

Le plus fort désastre vient de tomber sur nous ; un carnage épouvantable a eu lieu ; le plus fort cataclysme est survenu et parmi le 1,5 million d’innocents qui ont été égorgés, il n’y en a pas 10 000 qui ont su pourquoi ils se sont battus. On s’est battu pour défendre le Capital. La Patrie, c’est beau, mais ça n’empêche pas de vous faire tuer ! […] C’est nous qui remplissons les coffres-forts des bourgeois. Il faut que cela finisse. Les patrons doivent nous obéir. C’est nous qui les commandons101.

70En revanche, l’évocation des moyens de la révolution demeure rare. En janvier 1919, Germinal dénonce en « Une » l’assassinat de Karl Liebknecht et de Rosa Luxembourg. Titré Tristesse, cet article se veut un hommage et une dénonciation. Il rappelle que l’empereur les avait fait emprisonner durant la guerre, mais « le gouvernement de Scheidemann et d’Ebert a fait mieux : il les a fait assassiner ». Mais il ne dit rien de plus sur l’écrasement des spartakistes par l’alliance entre les dirigeants du parti social-démocrate et l’état-major de l’armée. Les auteurs perdent une occasion de montrer clairement le rôle de l’armée et les difficultés de la voie révolutionnaire. Au-delà des responsables de l’assassinat, ils ne dénoncent pas de manière explicite les choix des dirigeants du parti social-démocrate allemand.

  • 102 Ibid.
  • 103 Ibid., 12/05/1919.

71À Pontarlier, le métallurgiste Jeannier reste optimiste et berce l’illusion d’un changement rapide : « Il y a beaucoup d’industriels qui se baladent en limousine et qui, d’ici peu, pourraient bien balayer les rues. Camarades ! Préparez-vous ! De grands événements sont attendus ! Le vent d’Orient s’amène !102 ». ÀBesançon, lors d’une réunion publique, Lucien Midol, un des dirigeants minoritaires de la Fédération des cheminots, et Bulliard, secrétaire du syndicat local, évoquent les affrontements du Premier mai à Paris. Midol critique ensuite le traité de paix imposé à l’Allemagne. Il est très applaudi quand il évoque la révolution russe, les Soviets et se prononce pour la Troisième Internationale103.

  • 104 J. Charles et alii, Le congrès de Tours, op. cit., p. 38.

72Dans l’immense cacophonie antisoviétique, quelques informations parviennent à franchir le « cordon sanitaire » tendu par les alliés autour des républiques soviétiques104. Pour ceux qui veulent se faire une opinion, d’abord l’extrême-gauche, les connaissances précises manquent et les journaux socialistes publient à la fois des articles pro et antisoviétiques. La connaissance de la Russie demeure confinée à des milieux étroits, sans doute très peu présents dans ce département. L’évocation de la révolution associe alors la dimension morale comme les aspects sociaux et politiques. Elle ne débouche pas sur une illustration de ce que signifierait en France un affrontement avec l’appareil d’État. Pourtant, dans tout le pays, la lutte pour la défense de la révolution russe et contre l’intervention militaire française prend de l’ampleur. Elle traduit une volonté de changement radical et une ouverture sur l’internationalisme, confirmée l’année suivante par la dénonciation du blocus alimentaire qui provoque une terrible famine en Russie. Dès lors, pour les révolutionnaires, la grève générale avortée du 21 juillet 1919 apparaît comme l’heure de vérité manquée.

73Nationalement, la CGT a suivi une évolution opposée à celle de la SfiO. La majorité confédérée demeure forte, modérée dans ses revendications et réservée face à la révolution russe et aux grèves. En avril 1919, Pierre Monatte relance la revue La Vie ouvrière avec l’objectif de diffuser les idées de la minorité révolutionnaire et de réunir ses courants. En vue du Premier mai, puis lors de la grève des métallurgistes parisiens en juin, les forces favorables à la révolution cherchent à déborder la majorité confédérale avec l’objectif de déboucher sur la grève générale. Les critiques contre la direction de la CGT finissent par s’exprimer. Début juillet 1919, au lendemain de la reprise du travail par les métallurgistes parisiens, un article en première page de Germinal évoque la responsabilité de la CGT dans le reflux des grèves. Titré « Grèves avortées », l’auteur écrit :

  • 105 Germinal, 2/07/1919.

On conseille aux masses en révolte le calme et la discipline, quand le contraire devrait se produire. On atermoie, on tergiverse, on imite les politiciens […] L’humble militant des organisations éprouve un certain malaise devant tant d’inertie, on promet tout, on ne fait rien…105.

  • 106 Annie Kriegel, Aux origines du communisme français, Paris, flammarion, 1969, p. 88-89.

74C’est à mots couverts et non clairement qu’il évoque la décision du cartel interfédéral de ne pas appeler à la grève générale lors de cette grève de 160 000 métallurgistes. Ces critiques poussent la majorité confédérale à décider d’une action d’envergure. Organisée avec le parti socialiste, il s’agira d’une démonstration conjointe dans plusieurs pays, car un accord est trouvé avec les confédérations belge, italienne et surtout britannique autour de la date du 21 juillet. La CA de la CGT précise les buts de cette journée : cessation de toute intervention armée en Russie et en Hongrie, démobilisation rapide et sans restriction, rétablissement des libertés constitutionnelles, amnistie pleine et entière pour les militants sanctionnés durant la guerre, mais « aussi et surtout », guerre à la vie chère. La démonstration doit prendre la forme d’un arrêt du travail dans toutes les industries et devrait donc permettre de mesurer les exigences des travailleurs106.

  • 107 ADD, M 769, Lettre de la CSP et commissariat spécial de Montbéliard, 21/07/1919.

75Début juillet, devant 1 500 personnes à Audincourt et 2 000 à Belfort, Frossard, Cachin et Longuet évoquent les révolutions allemande et russe et s’opposent à l’intervention militaire française en Russie. Dans le Pays de Montbéliard, les réunions syndicales de préparation de la grève sont très suivies et tous les syndicats décident d’y participer, le plus souvent à l’unanimité, alors même que les entrepreneurs affiliés à la Chambre patronale ont décidé de fermer leurs usines le lendemain107. Seuls quelques adhérents de la CGT s’élèvent contre cette grève politique, par exemple à Hérimoncourt :

  • 108 Ibid., 19/07/1919.

Quant aux responsables de la guerre, ce sont nos amis de la social-démocratie allemande les coupables, car ils n’ont rien fait contre la guerre, malgré leur force, pour l’empêcher. Vous prenez la défense des Russes qui par leur défection et leurs trahisons nous ont laissé toute la charge des boches sur le dos108.

  • 109 ADD, 95 J 130, Registre des PV des réunions du Comité fédéral, 16/7/1919.

76À Besançon, le comité fédéral vote à l’unanimité le principe de cette grève, mais tardivement, sans se donner les moyens de la préparer109. Lors d’une réunion publique, David et Cazals s’expliquent devant 350 personnes, une participation assez restreinte pour cette ville. Ce dernier explique que la grève n’est pas une « grève politique », mais une « protestation » contre le gouvernement. Évoquant l’amnistie et l’intervention contre la Russie, il propose à l’assemblée de se prononcer sur cette action ; après quelques flottements, une majorité se dégage en faveur de la grève. À Pontarlier, dans la logique des choix de la majorité de leur Fédération, les cheminots appellent à une réunion le 21 juillet, mais seulement pour protester contre la vie chère. De tels décalages sont visibles à l’échelle nationale et des syndicalistes approuvent mollement ou prennent même position contre la grève. Le 18 juillet, la commission administrative confédérale s’appuie sur cet effritement pour annuler piteusement l’appel à la grève.

77Cette annulation provoque des débats dans le Pays de Montbéliard. Les assemblées très fréquentées émettent de vives critiques. À Audincourt, devant 500 personnes, Telmat déclare :

  • 110 ADD, M 769, Commissariat de Montbéliard, 29/07/1919.

Les ouvriers de la région sont prêts et il est dommage qu’il n’en soit pas de même dans les autres régions. Les ouvriers doivent même être prêts pour user de la violence […] Ce sont dans les périodes troublées les minorités agissantes qui toujours ont eu raison. Il ne faut pas attendre que tout le monde soit avec nous, car l’heure ne sonnerait jamais où nous devrions prendre le pouvoir. Nous devons accaparer tous les pouvoirs politique et économique110.

  • 111 Ibid., 3/09/1919.
  • 112 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 129.

78En revanche, à Besançon, l’annulation de la grève n’est même pas évoquée par le comité fédéral. En fait, lors des réunions préparatoires, Cazals ou Hintzy ont réduit le caractère de la grève : critiqués par certains pour l’action en faveur de la Russie, ils mettaient d’abord l’accent sur le combat contre la vie chère et relativisaient le caractère politique de l’appel. Après l’annulation, Cazals approuve les critiques contre la direction confédérale, mais défend toujours Jouhaux111 : il tempère à nouveau pour ne créer aucun fossé au sein des organisations. Les désaccords autour de cette annulation du 21 juillet montrent qu’un écart existe entre une partie des syndicats de la région et la majorité confédérale. Le soutien à la révolution russe demeure le signe constant d’une sensibilité minoritaire largement partagée dans le Pays de Montbéliard112. Selon Yves Cohen :

  • 113 Ibid., p. 116.

Les grèves sont les plus nombreuses dans le nord du département, mais ne prennent jamais, malgré la radicalité de chacune, de tonalité révolutionnaire. Ce phénomène s’explique d’abord comme un héritage du mouvement syndical de la guerre. Malgré une sensibilité minoritaire affirmée, le mouvement prend soin de ne pas aller au-delà de la politique confédérale. De même au long des 25 grèves que le Pays de Montbéliard connaît en 1919, les dirigeants syndicalistes ne se montrent jamais jusqu’au-boutistes, ni Cazals, ni Jean-Baptiste Ducatillon, ni Eugène Hintzy, les responsables de l’UIM. Ils s’efforcent toujours de trouver la voie de la transaction et d’épuiser les moyens conventionnels113.

  • 114 J.-L. Robert, Les ouvriers, la patrie et la révolution, op. cit., p. 291.

79Du point de vue des révolutionnaires, l’annulation de la grève de juillet n’a pas permis de mesurer les exigences des travailleurs. Mais les limites des mobilisations montrent à la fois que la Révolution n’est pas à l’ordre du jour et que les révolutionnaires sont peu nombreux. À aucun moment n’apparaît une situation proche de celle de Paris en juin, que Jean-Louis Robert résume par la formule « révolutionnaires sans révolution »114.

  • 115 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 113-119.
  • 116 CGT, Quatrième congrès national de la fédération des ouvriers sur métaux, congrès extraordinaire, L (...)
  • 117 Sur ce congrès et la situation de la minorité, J. Charles, La CGTU et l’enracinement du communisme, (...)
  • 118 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical, op. cit., p. 84.

80À l’intérieur de la CGT, la minorité se renforce, mais la majorité confédérale conserve son autorité. En septembre 1919, alors qu’agitation politique et revendications sociales se conjuguent, se déroulent successivement le congrès de la Fédération des métaux et le congrès confédéral. Lors du congrès des métallurgistes, les minoritaires rejettent la politique d’Union sacrée et critiquent les espoirs mis par la majorité dans une amélioration des relations entre le mouvement syndical et l’État115. Parmi les syndicats du Doubs représentés à ce congrès, 16 votent contre le rapport moral, dont presque toutes les organisations du Pays de Montbéliard116. Pourtant la minorité ne pousse pas plus loin son opposition. Elle refuse la dénonciation globale des responsables fédéraux et leur accorde même un vote de confiance. Revenant sur ce choix, La Vie ouvrière précise cet atermoiement qui ne signifiait pas acceptation des orientations des dirigeants de la Fédération, mais confiance et sympathie envers les secrétaires, dont Merrheim. Les animateurs de la minorité se refusent donc à penser, ou au moins à dire clairement qu’ils défendent une orientation diamétralement opposée à celle des dirigeants fédéraux. Cette position entretient donc des illusions sur la direction de la CGT. Au congrès confédéral qui suit de peu, la progression minoritaire apparaît finalement assez faible. Les majoritaires l’emportent à nouveau en « gauchisant » considérablement leur motion, qui salue chaleureusement la révolution russe et rappelle que le but essentiel de la CGT est la disparition du patronat et du salariat117. En décembre, le congrès de l’UD marque la fin de la période d’unanimité. Une proposition refusant la confiance envers le bureau confédéral recueille 108 mandats contre 34118.

  • 119 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 124-131.
  • 120 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 1, p. 11
  • 121 AN F 7 13 684, Commissariat spécial de Pontarlier, 7/02/1920.
  • 122 A. Kriegel, La grève des cheminots 1920, Paris, Armand Colin, 1987, p. 56.
  • 123 AN F 7 13 684, Commissariat spécial de Pontarlier, 21/03/1920.

81Pour Montbéliard et Belfort, l’année 1920 poursuit sur la lancée des victoires de 1919, avec la plus large et la plus longue grève générale de la métallurgie que vivra cette région jusqu’en 1968119. À l’échelle nationale, comme en 1919, des grèves massives éclatent les unes après les autres sans coordination. En mai, le patronat et le gouvernement remportent l’épreuve de force qu’ils ont soigneusement préparée : l’échec de la grève nationale des cheminots marque un tournant majeur pour les luttes ouvrières. Une première grève régionale touche les imprimeries en janvier. Les typos de Dijon étant en grève depuis le 14 janvier pour obtenir des augmentations de salaire, les patrons imprimeurs décident de faire exécuter leurs travaux par leurs confrères de Besançon. Mais les typos bisontins refusent de jouer les briseurs de grève. Solidaires des Dijonnais, les patrons ferment leurs portes. Le même scénario se déroule ensuite à Belfort où les ouvriers du livre refusent eux aussi d’exécuter les travaux de Dijon et Besançon. Les patrons étendent le lock-out à Dole, Montbéliard, Lons-le-Saunier, mais ils ne peuvent le maintenir très longtemps. Les entreprises rouvrent leurs portes début février, en acceptant les conditions ouvrières, c’est-à-dire de ne pas travailler pour les ateliers en grève120. Au début de l’année 1920, deux grèves spontanées mobilisent une partie des cheminots, notamment en février sur tout le réseau PLM. Très fortement syndicalisée, la communauté des chemins de fer n’a pas été désorganisée par la guerre, les cheminots ayant, dans leur grande majorité, été mobilisés sur place. Ce monde est traversé par une vague de mécontentement qui vient de loin. Au sein du PLM, les syndicalistes de Pontarlier sont en relation directe avec ceux de Dijon, puisqu’ils forment une sous-section du syndicat bourguignon. Encouragés par le recul obtenu par la grève de janvier sur le réseau Paris-Ouest, les militants dijonnais, dont leur secrétaire Lucien Midol de tendance minoritaire a pris la tête de l’Union syndicale du PLM, proposent un mouvement de grève à leurs camarades pontissaliens lors d’une réunion tenue le 5 février. Deux jours plus tard, Letondal, secrétaire de l’organisation des cheminots de Pontarlier, invite les cheminots à se prononcer sur un ordre de grève qui leur parviendra par télégraphe au moment voulu : 111 sur 500 cheminots présents s’engagent à le suivre, aucun présent ne s’y oppose121. Avant même le début de la grève à Villeneuve-Saint-Georges le jeudi 19 février, une mobilisation d’envergure se profile donc dans les confins du réseau. La grève de solidarité contre un licenciement pour motif syndical gagne rapidement l’ensemble de ce réseau. Préparés à cette éventualité, les Pontissaliens s’engagent rapidement. Les cheminots de Besançon participent eux aussi massivement, tandis que ceux de Montbéliard et Morteau cessent le travail les derniers et le reprennent les premiers. Les revendications s’élargissent aux questions de statut et d’échelle des traitements, et le 28 février, la grève se généralise à tous les chemins de fer122. Pour les minoritaires, cette grève pose alors la question de la transformation de la grève corporative en grève révolutionnaire. L’appel à la reprise du travail intervient après un compromis boiteux signé le 1er mars par les dirigeants de tendance majoritaire de la Fédération. Beaucoup de cheminots critiquent l’accord et les mécaniciens et chauffeurs du dépôt de Pontarlier souhaitent déjà une nouvelle grève123. Sur le plan syndical, la situation évolue rapidement et la base donne désormais massivement ses voix aux minoritaires qui prennent la direction de cette Fédération en avril, ce qui constitue leur première grande victoire.

  • 124 Nous nous appuyons à nouveau sur une étude réalisée par Yves Cohen, « Mouvement social et politique (...)
  • 125 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., p. 113.
  • 126 CAP, Rapport technique, mars 1920.
  • 127 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., p. 116-119.
  • 128 ADD, M 2620, Commissariat spécial de Montbéliard, 30/03/1920.

82La première grève des cheminots s’achève lorsque débute celle des métallurgistes124. La situation des prix, déjà grave dès l’été 1919, devient rapidement catastrophique : en six mois, ils augmentent en moyenne de 30 % pour les produits de première nécessité125. Les cas d’applications abusives de la loi des huit heures, surtout en matière d’heures supplémentaires, se multiplient. Le 10e groupe de la Fédération des Métaux réplique le 29 février en reprenant la plate-forme déjà déposée chez Peugeot et qui va servir de base aux revendications dans la région : application stricte de la loi des huit heures et trois francs d’augmentation par jour, en salaire ou en prime de vie chère. Dans le groupe Peugeot, les syndicats et les ouvriers s’opposent également à l’institution des « opérateurs » (chronométreurs)126. Le 3 mars, les ouvriers de Sochaux votent la grève qui débute le lendemain, suivis par ceux d’Audincourt. Une coordination syndicale se met en place pour plusieurs départements et le 7 mars, un congrès extraordinaire du 10e groupe de la Fédération des métaux décide la grève générale pour le 11. Le jour prévu, 13 500 ouvriers sont en grève dans le bassin de Montbéliard, soit la totalité des ouvriers de la vingtaine d’usines métallurgiques touchées. Ils sont au moins autant dans le Territoire de Belfort et la Haute-Saône127. À partir du 20, la fatigue touche les rangs ouvriers et les manifestants prennent le chemin des demeures patronales (les « châteaux »). Le 29 mars à Sochaux, un groupe de grévistes intervient contre des Marocains qui continuent à travailler à la fonderie. Selon les rapports de police, ce sont des contremaîtres qui incitent ces non-grévistes à riposter, après les avoir armés de pioches ; douze ouvriers sont légèrement blessés128. Il faut attendre le 5 avril pour que les délégués des usines Peugeot obtiennent par Mattern des précisions rendant un accord possible. L’accord intervient le 7 avril, le lendemain d’un affrontement avec les gendarmes à Belfort, marqué par la mort par balle d’un ouvrier et cinq blessés. La reprise a lieu le 8 avril. Les clauses du protocole sont assez particulières. Les primes sont des primes à la production : elles seront « calculées » et contrôlées de manière contractuelle dans chaque usine entre la direction et les représentants ouvriers, ce qui s’apparente à une reconnaissance des syndicats. Yves Cohen résume ainsi ce conflit :

  • 129 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 131.

Violence maîtrisée, maintien rigoureux dans la ligne d’une grève dure pour des revendications économiques, large union populaire autour des grévistes : cette grève rassemble des ingrédients qui assurent le succès. Elle apparaît comme le sommet des victoires ouvrières depuis le printemps précédent129.

  • 130 Sur cette grève, A. Kriegel, Aux origines du communisme français, op. cit. ; A. Kriegel, La grève d (...)
  • 131 A. Kriegel, Aux origines du communisme français, op. cit., p. 370.
  • 132 M 2620, Lettre du préfet du Doubs, sans nom de destinataire, 29/04/1920.

83En revanche, la seconde grève des chemins de fer débouche sur un échec très lourd de conséquences. La nouvelle direction de la Fédération des chemins de fer, gagnée aux thèses minoritaires, appelle les cheminots à la grève générale à partir du 1er mai. Ils se mobilisent sur des objectifs corporatifs : nationalisation des chemins de fer, réintégration des révoqués à la suite du conflit de février, reconnaissance du droit syndical130. La direction confédérale se rallie à cette mobilisation, mais avec des réserves : la Fédération des cheminots lui a forcé la main et elle voit bien que le mouvement ne sera pas massif. Les responsables confédéraux ne défendent pas vraiment une grève qu’ils n’approuvent pas. De plus, la revendication majeure, la nationalisation, est une revendication abstraite et peu faite pour soulever l’enthousiasme chez les cheminots eux-mêmes. Le plan des syndicats reste très flou tandis que les compagnies ferroviaires se préparent méthodiquement à l’épreuve de force. Elles veulent prendre leur revanche après leur recul en février et cherchent à gagner une « bataille de la Marne civique131 » en provoquant délibérément le conflit. À leurs côtés, le gouvernement engage, lui, des mesures, en affectant notamment des forces de cavalerie dans les gares et dépôts. Le préfet du Doubs lance un appel dans la presse et encourage la création d’une Union civique contre la grève : autour de lui, les milieux influents de Besançon recensent « 700 personnes de bonne volonté dont l’esprit civique s’est affirmé ainsi que leur désir d’assurer la marche des services publics et la protection de l’ordre132 ».

  • 133 ADD, M 2620, Commissariat spécial de Pontarlier au préfet du Doubs, 2/5/1920.
  • 134 ADD, 95 J 130, Cahier des PV du comité fédéral de la Bourse du travail de Besançon, mars 1919.

84Quand débute la grève le 1er mai, la mobilisation s’avère faible à Besançon comme à Pontarlier. Les chauffeurs et mécaniciens sont les plus mobilisés, mais les autres services restent en activité (seulement 14 grévistes sur 500 à l’exploitation). Montbéliard compte très peu de grévistes et ceux-ci reprennent presque immédiatement le travail. Dès le 2 mai, la police signale seulement 35 grévistes à Pontarlier, peu de perturbations à Dole et une situation normale à Mouchard (Jura)133. À Besançon, leur nombre se stabilise au bout de quelques jours autour de 160 à 180, sur un total de 1 050 employés, un chiffre bien loin des 750 syndiqués que comptait cette corporation un an plus tôt134.

Photographie 4 : Cheminots grévistes, Besançon (mai 1920), collection Vagneron.

Photographie 4 : Cheminots grévistes, Besançon (mai 1920), collection Vagneron.

Photographie 5 : Femmes et enfants des cheminots grévistes, Besançon (mai 1920), collection Vagneron.

Photographie 5 : Femmes et enfants des cheminots grévistes, Besançon (mai 1920), collection Vagneron.

85La répression est immédiate : l’État fait intervenir la police, la gendarmerie, l’armée et déclare la grève antinationale. Il monte un simulacre de complot pour faire arrêter les dirigeants de la Fédération des cheminots et d’autres révolutionnaires, comme Monatte et Souvarine, ce qui désorganise fortement le mouvement.

  • 135 CAP, Rapport technique, mai 1920.

86En principe, la grève générale de solidarité avec les cheminots, décidée par la CGT, doit s’organiser en plusieurs vagues successives, avec d’abord le 3 mai, les marins, dockers, mineurs, qui seraient rejoints le 10 mai par les métallurgistes, le bâtiment et les transports. Alors que toutes les usines Peugeot sont en grève à l’occasion du Premier Mai, le mot d’ordre de la confédération n’est pas répercuté avant le 14. Une réunion de tous les syndicats de la métallurgie a lieu le 11 mai au soir. Le lendemain, la situation est délicate : soit les militants n’organisent pas le vote sur la grève nationale, soit la participation s’avère limitée et donne au mieux de très faibles majorités pour la grève. Dans une de leurs places fortes, les responsables minoritaires choisissent de ne pas appeler à cesser le travail. L’ensemble du groupe SAACP compte malgré tout 850 grévistes les 14 et 15 mai, la plupart à Beaulieu135. À Besançon, en dehors des cheminots, ce conflit apparaît aux yeux des syndicalistes majoritaires comme une grève aventuriste. Il faut attendre le 14 mai pour que le comité fédéral se réunisse et rejette la grève. En effet, 600 métallurgistes et plusieurs centaines d’ouvriers du bâtiment sont déjà en grève depuis le début du mois, mais, d’après les militants, ils refusent de s’inscrire dans la mobilisation nationale.

87Ce conflit apparaît comme une épreuve de force politique, en raison de la campagne d’opinion menée par l’État et les compagnies ferroviaires. Aucun renfort ne vient conforter les cheminots. Le 22 mai, la CGT appelle finalement à la reprise du travail, suivie le 29 par la Fédération des cheminots.

Photographie 6 : Les derniers cheminots grévistes, Pontarlier (mai 1920), collection Vagneron.

Photographie 6 : Les derniers cheminots grévistes, Pontarlier (mai 1920), collection Vagneron.
  • 136 J.-L. Robert, La scission syndicale de 1921, op. cit., p. 206.
  • 137 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 133.

88Avec 18 000 révocations, les cheminots sont les plus éprouvés mais l’échec de la grève a des conséquences plus larges. Les effectifs syndicaux s’effondrent : la CGT passe de 1,6 million à 900 000 cotisants dans le second semestre 1920, puis à 700 000 en 1921. Elle demeure cependant plus forte qu’en 1914. L’UD du Doubs comptait 18 900 cotisants entre juin 1919 et la fin mai 1920 ; elle en perd plus de la moitié en 1920-1921136. À l’échelle nationale, le tournant est brutal et se situe bien à la mi-mai 1920. Dans le Pays de Montbéliard en revanche, cette défaite amorce la décrue, mais non la chute, de la syndicalisation137. Elle sanctionne pour la première fois une coupure entre la masse des adhérents et les dirigeants locaux de la CGT.

L’éclatement du mouvement ouvrier (1920-1922)

  • 138 J.-L. Robert, dans C. Willard, La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 446.

89C’est dans ce contexte marqué par la défaite des cheminots que naît le parti communiste. Sans doute, le congrès de Tours se prononce seulement sur l’adhésion du parti socialiste à la nouvelle Internationale, mais c’est bien de là que date la naissance du nouveau parti138. Cette fondation intervient tardivement, après la poussée de combativité ouvrière de l’année 1919 et du début de l’année suivante qui ne peut donc l’aider à se développer. Ce parti n’a donc pas pu aider ces mobilisations à se développer vers un objectif révolutionnaire.

Le congrès de Tours : une adhésion aussi massive que superficielle à l’Internationale communiste

90Les révolutionnaires russes fondent l’Internationale communiste, la Troisième Internationale, le 4 mars 1919 : dans leur esprit, il est indispensable de regrouper toutes les forces révolutionnaires pour aller vers la révolution mondiale. À cette date, la majorité des socialistes français n’en sont pas là et ils optent alors pour la reconstruction d’une Internationale unique. Incarnation de cette majorité, les longuettistes, « minoritaires » modérés pendant la guerre, puis « centristes » après l’armistice, se baptisent désormais « Reconstructeurs ». Ils refusent de siéger dans la Deuxième Internationale et se prononcent pour la reconstruction d’une nouvelle internationale, d’où leur nom. Pour eux, celle-ci ne pourrait se séparer ni des grandes sections des pays d’Europe centrale et occidentale, ni des nouvelles forces rassemblées à Moscou avec les bolchéviques, d’où le refus réitéré d’adhérer à la nouvelle Internationale. Face aux Reconstructeurs, le « Comité pour la Troisième Internationale » mené par Loriot, Rosmer, Monatte s’affirme clairement en faveur de la révolution russe et de l’adhésion. Depuis 1917, les événements, révolutions en Allemagne, Hongrie, mobilisations en Italie, renforcent ces premiers révolutionnaires.

  • 139 Germinal, 30/04/1920.
  • 140 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, op. cit., p. 721.
  • 141 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., p. 148.
  • 142 Germinal, 7 et 9/11/1920.

91L’échec de la tentative de reconstituer la Deuxième Internationale dans le courant de l’année 1919 contraint le centre reconstructeur à glisser plus à gauche. Au congrès de Strasbourg en février 1920, les Reconstructeurs font adopter une motion par laquelle la SfiO quitte la Deuxième Internationale et engage des contacts avec l’Internationale communiste en vue de la réunification. Les délégués du Doubs à ce congrès se partagent entre une majorité favorable à l’adhésion immédiate avec 18 mandats pour la motion Loriot et 17 pour la motion dite de la « reconstruction ». Auguste Jouchoux et le groupe bisontin prennent position pour cette dernière, alors que les représentants de Morteau, Pontarlier et Montbéliard votent pour le Comité de la IIIeInternationale. Évolution majeure, les Montbéliardais ne suivent plus le reconstructeur Frossard. Dans la foulée, le groupe de Seloncourt décide à l’unanimité « de lutter dès aujourd’hui en faveur de l’adhésion du parti à la Troisième Internationale prolétarienne de Moscou qui a pris nettement position en faveur de la révolution universelle139 ». Les positions des Reconstructeurs continuent d’évoluer. En juin 1920, le parti socialiste envoie deux émissaires à Moscou, Frossard et Cachin, un ex-majoritaire de guerre d’abord violemment hostile à la révolution d’Octobre avant de glisser un peu plus à gauche. Malgré les ambiguïtés de leurs discussions avec Lénine et les dirigeants de l’Internationale, ils mènent à leur retour une ardente campagne en faveur de l’adhésion. Mais, dans leur esprit, ce ralliement doit servir le maintien de l’unité du parti. Parmi les adhérents, la connaissance de la Russie soviétique a progressé, mais c’est surtout la contre-offensive du gouvernement et des capitalistes durant l’année 1920 qui pousse nombre d’entre eux à envisager l’adhésion à la nouvelle Internationale. Les effectifs de la Fédération du Doubs ont progressé passant de 860 à 1 400 en novembre 1920140. Depuis sa fusion avec La Franche-Comté ouvrière, Germinal rayonne désormais sur toute la Franche-Comté. Bi-hebdomadaire, paraissant sur 4 pages grand format, il tire régulièrement à 10 000 exemplaires, pouvant atteindre 15 000, voire 20 000 dans les circonstances exceptionnelles141. À l’automne, Reconstructeurs et militants du Comité de la Troisième Internationale argumentent tour à tour dans ses colonnes. Bellino et Rucklin s’expriment plusieurs fois contre l’adhésion. Hintzy reste réservé : « oui pour l’adhésion si ce n’est pas pour détruire, mais pour reconstruire l’Internationale142 », tandis qu’Émile Dabin et Cazals se prononcent pour l’adhésion.

  • 143 Sur les interprétations de ce congrès, notamment la question des motivations de l’adhésion et de la (...)

92Au congrès de Tours (25-30 décembre 1920), les délégués ont le choix entre trois formules sur la question de l’Internationale143. Le Comité de la Troisième Internationale et la fraction Cachin-Frossard, les « reconstructeurs de gauche », présentent leur motion. Ce qui reste des Reconstructeurs publie celle dite « d’adhésion avec réserves » et celle de Blum-Paoli pour « l’unité internationale » refuse l’adhésion. Lorsque le congrès s’ouvre, les votes sont largement acquis à la première motion. Jean Alloix, un ouvrier de Bart délégué du Doubs, intervient le premier jour pour déclarer :

  • 144 J. Charles et alii., Le congrès de Tours, op. cit., p. 251.

La Fédération du Doubs votera la motion de la IIIe Internationale Cachin-Frossard, mais au cas où une motion se présenterait, commune avec la motion Longuet ou tout autre, la Fédération du Doubs voterait cette motion à la seule condition d’une adhésion à la IIIe Internationale144.

93Son mandat exprime une volonté d’adhésion, mais indique aussi la force de l’attachement à l’unité. Lors du vote final, l’adhésion l’emporte largement.

  • 145 Ibid., p. 687-801.
  • 146 Au contraire, la Haute-Saône accorde 100 % de ses mandats à la motion Reconstruction, seule fédérat (...)
  • 147 Nadine Fresco, Fabrication d’un antisémite, Paris, Seuil, 1999, p. 163.

94Trente Fédérations donnent à la motion favorable à l’adhésion 80 à 100 % des mandats dont elles disposent145. Parmi elles, le Territoire de Belfort et le Doubs lui offrent respectivement 96 et 88 % de leurs mandats146. Dans ces organisations qui donnent si largement leur adhésion, les dirigeants locaux pèsent beaucoup sur ce choix. Véritable microcosme, le Territoire de Belfort apparaît à cette époque comme le territoire de Frossard147. Les militants de cette ville le suivent en toute confiance. S’ils votent pour l’adhésion, les Belfortains demeurent au fond pour la plupart opposés à la scission. En fait, il faut attendre janvier 1923, lorsque Frossard démissionne de son poste de secrétaire général et du parti lui-même, pour que la scission ait véritablement lieu dans ce département. Les modalités de la progression des mandats favorables à l’adhésion confirment ces influences. Dans le Doubs, plus de 75 % des voix favorables à la tendance « reconstruction » lors du congrès de février passent à la motion « d’adhésion sans réserve » en décembre. Le fait que le comité directeur du nouveau parti se trouve aux mains des anciens Reconstructeurs, c’est-à-dire justement à Frossard, qui reste secrétaire national, explique le ralliement de nombre d’adhérents.

  • 148 Roger Martelli, « Réforme ou révolution (1920-1990) ? », dans Jacques Girault (dir.), Les héritages (...)

95À Belfort assurément, dans le Doubs partiellement, le communisme de Tours reste en fait le socialisme de Frossard. L’attachement à l’unité persiste, la condamnation de l’Union sacrée reste superficielle, dans la continuité du centrisme des années 1917-1918. La voie de passage au socialisme n’est pas tranchée par le rattachement à l’Internationale, tant demeure forte la culture républicaine. C’est particulièrement vrai à Besançon et Belfort où les mises au point internes des années 1921-1922 provoquent le départ de ces adhérents centristes qui retournent au parti socialiste. En choisissant l’adhésion à l’Internationale communiste, les délégués de Tours rejettent les formes les plus visibles de l’Union sacrée, plus qu’ils ne choisissent une stratégie claire de révolution sociale148. La scission du socialisme français a bien eu lieu, mais sa fraction majoritaire n’est pas devenue « communiste » pour autant. Bien des questions restent en suspens ; celle de l’unité syndicale trouve sa solution à la fin de l’année suivante.

L’organisation de la minorité syndicale et la scission de la CGT

  • 149 J. Charles, « À propos de la scission syndicale de 1921 », dans Mélanges d’histoire sociale offerts (...)

96L’échec de la grève des cheminots exacerbe les désaccords entre tendances à l’intérieur de la CGT. Les minoritaires critiquent les réticences de la direction confédérale à soutenir la voie de la grève générale en mai. Mais à partir de l’été, ce sont les clivages à propos de la révolution russe et de l’Internationale syndicale qui l’emportent. À l’été 1920, la minorité se trouve vaincue et décapitée, ses dirigeants les plus expérimentés sont en prison. Pourtant les minoritaires comptent leurs forces et s’organisent. Parallèlement au congrès confédéral d’Orléans, ils tiennent le 25 septembre un pré-congrès de leur courant : bien vite, il apparaît que le problème principal est celui des modalités et du rythme d’une scission voulue par un nombre croissant de militants. Ils décident de réactiver les Comités Syndicalistes Révolutionnaires (CSR), créés en novembre 1919, mais restés à l’état embryonnaire : les CSR constituent un regroupement tactique de tous les opposants à la direction confédérale149.

  • 150 J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., notice Georges Vagneron.

97Douze syndicats du Pays de Montbéliard fondent un CSR départemental en novembre 1920. Il regroupe 22 organisations montbéliardaises et deux bisontines, celles des cheminots et du bâtiment. Georges Vagneron apparaît comme un des principaux militants de la tendance minoritaire dans cette ville. Né en 1893, il adhère au syndicat des ferblantiers en 1912. Mobilisé dans l’infanterie, il est plusieurs fois cité pour son courage au combat. Très actif lors de la grève du bâtiment en mai 1920, il s’emploie à unifier toutes les sections professionnelles en un seul syndicat150. Quant à Cazals, il multiplie les appels aux syndicalistes des autres zones du département. Sous le titre Situation révolutionnaire, il écrit en février 1921 :

  • 151 Germinal, 14/02/1921. Cité par J.-P. Boccard, Le mouvement syndical, op. cit., p. 85.

L’essentiel pour ceux qui ont la foi, c’est d’intensifier la propagande révolutionnaire, de faire de nouveaux militants, d’organiser nos cadres, d’habituer la masse à la discipline […] et de clamer toujours bien haut, à la ville comme aux champs, la nécessité d’une transformation totale du régime. S’il ne nous appartient pas de fixer l’heure de l’inévitable dénouement, il nous appartient d’avertir le prolétariat et de lui demander de se tenir prêt151.

98Le décalage entre les minoritaires omniprésents dans le Pays de Montbéliard et les majoritaires qui dominent le reste du département, mais aussi la Haute-Saône et le Territoire de Belfort, se confirme.

  • 152 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical, op. cit., p. 88.
  • 153 M. Dreyfus, « Syndicalistes communistes », dans M. Dreyfus et alii, Le siècle des communismes, Pari (...)
  • 154 J. Charles, « À propos de la scission syndicale de 1921 », dans Mélanges d’histoire sociale offerts (...)

99Le refus des dirigeants de Besançon de s’engager derrière les cheminots a accentué les clivages mais les désaccords portent désormais sur l’affiliation à une Internationale syndicale. Avant 1914, la CGT appartenait à la Fédération Syndicale Internationale (FSI). Comme les partis socialistes, les dirigeants des confédérations qui la composaient ont soutenu leurs gouvernements respectifs lors du déclenchement de la guerre. Appelée aussi Internationale syndicale d’Amsterdam, elle reprend son activité en 1919, assumant la politique d’Union sacrée menée pendant le conflit et s’affirmant clairement réformiste. Les désaccords s’expriment en mars 1921, à l’occasion du congrès de l’UD. Les syndicats bisontins gardent leur confiance dans le bureau confédéral. Mais les minoritaires se renforcent et leur motion l’emporte largement, affirmant que les éléments « dits “minoritaires” ont le droit de se concerter, de s’unir, de coordonner leurs efforts et de créer même des groupements d’affinités dans le seul but de propager leurs idées et de faire triompher leur point de vue152 ». Le congrès doit ensuite se prononcer sur la question de l’adhésion à l’Internationale Syndicale Rouge (ISR). Les communistes russes n’ont pas hésité à susciter des scissions dans la plupart des partis socialistes afin de créer de nouvelles organisations affiliées à l’Internationale communiste. Or ils ne peuvent agir de la sorte sur le plan syndical, au risque de se couper de la majorité des militants dans la plupart des pays. Mais en face de la FSI, il devient nécessaire de mettre sur pied un autre centre syndical, susceptible d’accueillir les organisations et décidé à rompre avec le réformisme, d’où la création de l’ISR153. Le congrès départemental se prononce pour l’adhésion à l’ISR par 56 voix contre 36 et 29 abstentions, un choix beaucoup moins tranché que sur la précédente question. Les dirigeants de la Fédération ouvrière bisontine déclarent vouloir rester à l’Internationale d’Amsterdam. Au terme de ce congrès, les minoritaires emportent la direction départementale et Cazals devient secrétaire général. Ainsi le Doubs rejoint le peloton des premières UD (Seine, Rhône, Bouches-du-Rhône et Cher) et Fédérations (bâtiment et cheminots) passées aux minoritaires154.

  • 155 Institut CGT d’histoire sociale, Fédération des travailleurs de la métallurgie, comité national féd (...)
  • 156 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 136.

100Dans le Pays de Montbéliard, des divergences apparaissent à l’intérieur de la tendance minoritaire. À l’automne 1921, Hintzy rejoint finalement la majorité confédérale, mais sans entraîner d’autres militants derrière lui155. De leur côté, les CSR continuent de se renforcer : en septembre, ceux du Pays de Montbéliard compteraient entre 80 et 150 militants actifs, notamment de jeunes ouvriers156. Leur secrétariat régional comprend Eugène Hug, Émile Dabin et Charles Cardot, le secrétaire de la section des Forges d’Audincourt. Ces désaccords éclatent dans un contexte de crise économique et d’offensive patronale. Craignant des réactions, Robert Peugeot attend septembre 1921 pour se débarrasser des militants les plus actifs de l’usine de Beaulieu, dont Hintzy, Hug et Fernand Monnier. Très sceptiques sur les chances d’obtenir leur réintégration par une lutte, les licenciés annoncent leur intention de créer un atelier coopératif de réparation de bicyclettes. Dés lors, la source militante qu’étaient les usines Peugeot se tarit.

  • 157 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 119.
  • 158 Institut CGT d’histoire sociale, Fédération des travailleurs de la métallurgie, comité national féd (...)
  • 159 Germinal, 26/06/1922.

101Sur le plan confédéral, l’opposition minoritaire a plus que doublé ses forces entre les congrès de septembre 1919 et celui de juillet 1921. L’initiative ultime est prise par la Fédération des cheminots qui décide de convoquer un congrès national, ce qui normalement relève de la direction confédérale. Celle-ci réplique en excluant les cheminots minoritaires, exclusion immédiatement suivie par d’autres dans plusieurs Fédérations et UD. En réplique, quatorze UD et dix Fédérations minoritaires lancent un appel contre les exclusions et convoquent pour les 22-24 décembre 1921 un congrès national extraordinaire157. C’est l’acte de naissance de la CGTU, le U d’Unitaire marquant la volonté des exclus d’affirmer qu’ils ne sont pas responsables de cette scission. Le 4 janvier 1922, lors d’une assemblée à Besançon, Cazals rend compte de ce congrès auquel il participait. David lui répond en s’affirmant pour le maintien à la CGT. Sa motion, qui entérine la scission, est approuvée par les typographes, sous-agents et ouvriers des lignes des PTT, papetiers, horlogers, gaz et électricité, Arsenal et tailleurs d’habits. La grande majorité des syndicats bisontins reste donc fidèle à la « vieille maison ». Dans la métallurgie en revanche, le « Doubs est la région la plus atteinte par la scission. Tous les syndicats, sauf celui de Badevel, ont quitté la Fédération158 ». En juin, le premier congrès de l’Union des syndicats unitaires (CGTU) Doubs, Haute-Saône et Territoire de Belfort rassemble 27 syndicats, dont les deux-tiers viennent du Pays de Montbéliard, pour un total de 5 000 adhérents159. La poussée unitaire est indéniable, mais rien ne permet de savoir si elle sera durable.

  • 160 Ainsi il n’y a pas de cortège à Clermont-Ferrand à l’occasion du Premier mai 1919 et les ouvriers d (...)
  • 161 M. Pigenet, Les ouvriers du Cher, op. cit., p. 293.
  • 162 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 127.
  • 163 E.P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, op. cit.

102La Grande Guerre constitue une rupture pour les ouvriers et leurs organisations. Dans le Pays de Montbéliard, elle contribue au renouvellement des militants et des pratiques. L’apparition d’organisations autonomes (syndicats, coopératives, groupes socialistes) à une échelle encore jamais atteinte témoigne de nouvelles solidarités. La conscience de classe est une conscience d’action qui dépasse l’identité ouvrière et nécessite une sorte d’apprentissage que beaucoup vivent dans ces années 1917-1920. Durant cette période, les ouvriers du Pays de Montbéliard et du Territoire de Belfort réussissent à desserrer un peu l’étau de la domination capitaliste. Ils prennent confiance dans leur capacité à agir au-delà de l’espace local et se reconnaissent dans les luttes des autres, y compris dans la révolution russe. Un changement s’est opéré, mais pas une fois pour toutes, ni pour tous, car les ouvriers des bourgades industrielles restent encore à l’écart de ces évolutions. Dans d’autres foyers industriels qui permettent la comparaison, la contestation reste bien en deçà, comme au Creusot ou à Clermont-Ferrand160. Comme l’a montré Michel Pigenet, « cette conscience historique d’appartenance est nécessairement abstraite et mûrit au moyen de concepts et d’un vocabulaire rompant avec les représentations ordinaires et dominantes du quotidien161 ». Les perspectives socialistes, le rejet de la guerre, la révolution, les coopératives, les rapports entre les ouvriers organisés et les autres constituent autant de questions nouvelles162. Par leurs choix, ces ouvriers montrent une capacité à être bien autre chose que des exécutants : d’une multiplicité d’expériences communes surgit la conscience de classe, cet agir en commun contre la domination, mais aussi pour une autre société163.

  • 164 Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la Patrie et la Révolution, Paris 1914-1919, Besançon, PUFC, Annal (...)

103La guerre a créé un certain potentiel révolutionnaire, mais il n’y aura pas de révolution en France. Certes la victoire sur l’Allemagne permet à l’État de conserver toute sa légitimité. Il manque surtout une direction qui se fixe clairement l’objectif de la révolution et diffuse cette perspective. La plupart des minoritaires de la CGT n’en sont pas là. La sortie de l’Union sacrée est lente et incomplète, le flou demeure dans leurs positions, en définitive plus centristes que révolutionnaires. Dès lors, la fraction la plus avancée des ouvriers s’inquiète, mais ne peut pas s’orienter et le maintien d’une unité de façade ne permet pas d’aborder les grèves du printemps 1920 en toute clarté. La perspective de la prise du pouvoir par la classe ouvrière n’a pas pu être posée et la création de la Section Française de l’Internationale Communiste intervient après les mobilisations de 1919-1920, trop tard pour pouvoir les aider en ce sens. Pour Jean-Louis Robert, les limites de la crise sociale se lisent également dans le décalage entre Paris et la province ; cette dernière suit moyennement la capitale lors de la grève de juin 1919 et Paris suivra peu les luttes de la province au printemps 1920164. Durant ces deux années exceptionnelles, aucune coordination nationale des grèves n’émerge.

104Le mouvement ouvrier sort profondément divisé de ces affrontements. En séparant, de manière imparfaite, son courant communiste et son courant réformiste, voire intégré à la société bourgeoise, ces ruptures permettent-elles de préparer l’avenir sur de nouvelles bases ? Par ailleurs, ces divisions deviennent-elles un facteur qui freine la reprise des luttes sociales ? Un tour d’horizon des organisations en présence s’impose.

Notes

1 La Franche-Comté socialiste, 1/8/1914, cité par J.-L. Roger, Les débuts du mouvement socialiste, op. cit., p. 219.

2 Le Petit Comtois, 2/08/1914, cité par J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 214.

3 Germinal, 21/10/1914.

4 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 215.

5 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 213.

6 Ibid., p. 214.

7 J.-L. Robert, dans C. Willard (dir.), La France ouvrière, Paris, Éditions sociales, 1993, t. 1, p. 419.

8 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 253.

9 ADD, 95 J 130, registre des PV du comité fédéral, 1915-1922.

10 Émile Cœurdevey, Jacques Marseille, Carnets de guerre, Paris, Plon, coll. « Terre Humaine », 2011, p. 470.

11 ADD, M 768, Commissariat spécial Besançon, 22/01/1918.

12 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse dans le Pays de Montbéliard, op. cit.

13 Ibid., p. 27.

14 ADD, M 757, Commissariat spécial de Montbéliard, 9/11/1915.

15 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 237.

16 R. Belot, P. Lamard, Peugeot à Sochaux, op. cit., p. 61-62.

17 Yves Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats. Moralisation et représentativité », Les Révoltes logiques, 1979, n° 10, p. 31.

18 ADD, M 757, Lettre du commissariat spécial de Montbéliard au contrôleur général des services de recherches judiciaires et liste nominative des indicateurs par usine, 9/11/1915.

19 Ibid., commissariat spécial de Pontarlier au préfet du Doubs, 27/04/1917.

20 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 277.

21 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit.

22 J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., notice S. Telmat.

23 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit., p. 31.

24 J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., notice Cazals.

25 J. Charles, La CGTU et l’enracinement du communisme dans le mouvement syndical français, 1922-1931, texte d’une thèse non soutenue, aimablement prêté par l’auteur, p. 26.

26 J. Maitron, C. Pennetier (dir.), DBMOF, op. cit., notice J.-B. Ducatillon.

27 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit., p. 341.

28 Germinal, 28/07/1917.

29 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit., p. 324.

30 ADD, M 768, commissariat spécial de Montbéliard, 23/12/1917 ; lettre du sous-préfet au préfet, 7/04/1918.

31 ADD, rapport mensuel du préfet du Doubs, 23/02/1918.

32 Y. Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats », art. cité, p. 43.

33 Germinal, 7/07/1917, cité par Ibid.

34 Y. Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats », art. cité, p. 40.

35 Sur cette question de l’acceptation ou du refus de la guerre, André Loez, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2010, p. 546-547.

36 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse, op. cit., p. 341.

37 Ibid., p. 220-237.

38 AM Valentigney, 2 F7/1, brochure « Historique de la Fraternelle de Valentigney », éditée par Le Travailleur, 1933.

39 Article « Alfred Jacquemin » publié à l’occasion de son décès, Germinal, 27/10/1923.

40 A P Cohen, oraisons funèbres prononcées par Louis Renard.

41 ADD, M 769, Commissariat spécial, 28/02/1919.

42 Germinal, 16/07/1919.

43 Des années plus tard, il écrit : « Pris dans le tourbillon, aussi aveugle que les autres, j’attendais avec impatience de faire mon devoir et d’aider mes aînés à reconquérir notre Alsace profanée […] Tous mes amis d’enfance se trouvaient sur le front et moi, inutile et solitaire, je restais à l’abri ! N’en pouvant plus, je fonçai au bureau de recrutement… ». E. Hug, P. Rigoulot, Le croque-rave libertaire, op. cit., p. 35.

44 Ibid., p. 75.

45 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française (1914-1939), PFNSP, 3 vols, 1977.

46 Le lieu de naissance et le lieu de domicile au moment de la responsabilité syndicale étudiée s’avère identique dans 10 cas sur 17, et très proche pour 2 autres cas. La comparaison entre lieu de domicile et lieu de décès va dans le même sens.

47 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 71.

48 Jean-Louis Robert, « Les militants syndicaux parisiens et la Grande Guerre : renouvellement ou stabilisation ? », dans Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), La part des militants, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1996, p. 227.

49 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 289.

50 Germinal, 22/09/1917.

51 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 291.

52 Ibid.

53 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 434.

54 Jean Charles, et alii, Le congrès de Tours, édition critique, Paris, Éditions sociales, 1980, p. 41.

55 S’arrête de paraître en septembre 1920, car fusionne avec Germinal, qui devient le journal des Fédérations socialistes du Doubs et du Territoire-de-Belfort et de l’UDCGT du Doubs. (J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 72).

56 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, op. cit., p. 721.

57 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 304.

58 J.-L. Robert, dans C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 442.

59 A. Kriegel, La croissance de la CGT 1918-1921 : essai statistique, Paris, Mouton, 1966, p. 180.

60 Ibid., p. 106.

61 ADD, M 769, Commissariat spécial de Pontarlier, 17/05/1919 et 28/05/1919.

62 ADD, 95 J 130, Registre des PV du comité fédéral, 6/6 et 5/9/1919.

63 Germinal, 9/07/1919.

64 Yves Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats », art. cité, p. 36.

65 ADD, M 780, Commissariat spécial de Pontarlier, 28/05/1919.

66 Cité par Y. Cohen, « Quand les masses viennent aux syndicats », art. cité, p. 45.

67 Germinal, 21/05/1919, cité par Y. Cohen, « Quand lesmassesviennentauxsyndicats », art. cité, p. 46.

68 Yves Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation : Peugeot et le Pays de Montbéliard de 1919 à 1922 », Le Mouvement social, n° 175, avril-juin 1996, p. 134.

69 On n’atteindra pas ces proportions en 1936 dans les grandes usines : Ibid.

70 A. Kriegel, La croissance de la CGT, op. cit. Jean-Louis Robert, La scission syndicale de 1921. Essai de reconnaissance des formes, Paris, Publications de la Sorbonne, 1980.

71 A. Kriegel, La croissance de la CGT, op. cit., p. 61.

72 ADD, M 780, Lettre du sous-préfet de Montbéliard au préfet du Doubs, 3/06/1919.

73 CAP, Rapports techniques, janvier à août 1919.

74 C’est le cas en juin 1921 à la carrosserie de Mandeure ou à la fonderie Scellier de Voujeaucourt en 1922. CAP, rapport technique, juin 1921. AMM, 1 AV 37-38, témoignage de René Coulon.

75 René Grillon, Jean-Louis Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, Besançon, Cêtre, 2011, t. 1, p. 100.

76 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 117.

77 Ibid., p. 118.

78 AMM, 1 AV 37-38, témoignage de René Coulon. Jean-Paul Goux, Mémoire de l’enclave, Paris, Éditions Mazarine, 1986, p. 419.

79 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 119.

80 ADD, M 769, Commissariat spécial de Pontarlier, 31/05/1919.

81 ADD, M 769, Commissariat spécial de Pontarlier, 17/05/1919. Pendant 70 ans, des pontissaliennes parlèrent de la « maison des aiguilles » pour nommer cette bâtisse bourgeoise, au demeurant loin du « château ».

82 AMP, Le Courrier de la montagne, 25/10/1919.

83 ADD, M 769, « grèves 1919 hors Pays de Montbéliard ».

84 Maurice Vaïsse (dir.), Dictionnaire des relations internationales au xxe siècle, Paris, A. Colin, 2000, p. 264-266.

85 Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste (1919-1943), Paris, Fayard, 1997, p. 50.

86 J. Charles, La CGTU et l’enracinement du communisme, op. cit., p. 25.

87 ADD, 95 J 194, Registre des PV des assemblées du syndicat de l’Arsenal, 2/7/1918.

88 ADD, M 757, Motion du congrès de l’UD du Doubs, 9/06/1918.

89 Lettre adressée à ses camarades de travail et publiée dans Germinal, le 5/04/1919.

90 ADD, M768, Commissariat spécial de Besançon, décembre 1918-janvier 1919. Germinal, 18/01/1919.

91 D.A. Laurent, « Woodrow Wilson, L’Humanité et la SfiO, décembre 1918-juin 1919 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2011, n° 114, p. 101-113.

92 Ibid., p. 106.

93 Germinal, 22/01/1919.

94 Ibid., 24/01/1920.

95 Ibid., 23/04/1919.

96 ADD, M 768, Commissariat spécial de Pontarlier, 30/9/1919.

97 Germinal, 12/04/1919.

98 J.-L. Robert, dans C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 435.

99 Germinal, 12/04/1919.

100 ADD, M 768, Commissariat spécial de Montbéliard, 24/05/1919.

101 ADD, M 769, Commissariat spécial de Pontarlier, 16/05/1919.

102 Ibid.

103 Ibid., 12/05/1919.

104 J. Charles et alii, Le congrès de Tours, op. cit., p. 38.

105 Germinal, 2/07/1919.

106 Annie Kriegel, Aux origines du communisme français, Paris, flammarion, 1969, p. 88-89.

107 ADD, M 769, Lettre de la CSP et commissariat spécial de Montbéliard, 21/07/1919.

108 Ibid., 19/07/1919.

109 ADD, 95 J 130, Registre des PV des réunions du Comité fédéral, 16/7/1919.

110 ADD, M 769, Commissariat de Montbéliard, 29/07/1919.

111 Ibid., 3/09/1919.

112 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 129.

113 Ibid., p. 116.

114 J.-L. Robert, Les ouvriers, la patrie et la révolution, op. cit., p. 291.

115 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 113-119.

116 CGT, Quatrième congrès national de la fédération des ouvriers sur métaux, congrès extraordinaire, Lyon, septembre 1919.

117 Sur ce congrès et la situation de la minorité, J. Charles, La CGTU et l’enracinement du communisme, op. cit., p. 61-69.

118 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical, op. cit., p. 84.

119 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 124-131.

120 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., t. 1, p. 114

121 AN F 7 13 684, Commissariat spécial de Pontarlier, 7/02/1920.

122 A. Kriegel, La grève des cheminots 1920, Paris, Armand Colin, 1987, p. 56.

123 AN F 7 13 684, Commissariat spécial de Pontarlier, 21/03/1920.

124 Nous nous appuyons à nouveau sur une étude réalisée par Yves Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 124-131.

125 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., p. 113.

126 CAP, Rapport technique, mars 1920.

127 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., p. 116-119.

128 ADD, M 2620, Commissariat spécial de Montbéliard, 30/03/1920.

129 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 131.

130 Sur cette grève, A. Kriegel, Aux origines du communisme français, op. cit. ; A. Kriegel, La grève des cheminots 1920, op. cit. ; J. Charles, La CGTU et l’enracinement du communisme, op. cit., p. 84-109, pour la critique des conclusions d’Annie Kriegel.

131 A. Kriegel, Aux origines du communisme français, op. cit., p. 370.

132 M 2620, Lettre du préfet du Doubs, sans nom de destinataire, 29/04/1920.

133 ADD, M 2620, Commissariat spécial de Pontarlier au préfet du Doubs, 2/5/1920.

134 ADD, 95 J 130, Cahier des PV du comité fédéral de la Bourse du travail de Besançon, mars 1919.

135 CAP, Rapport technique, mai 1920.

136 J.-L. Robert, La scission syndicale de 1921, op. cit., p. 206.

137 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 133.

138 J.-L. Robert, dans C. Willard, La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 446.

139 Germinal, 30/04/1920.

140 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, op. cit., p. 721.

141 R. Grillon, J.-L. Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, op. cit., p. 148.

142 Germinal, 7 et 9/11/1920.

143 Sur les interprétations de ce congrès, notamment la question des motivations de l’adhésion et de la scission : J. Charles et alii, Le congrès de Tours, op. cit. ; Julien Chuzeville, Un court moment révolutionnaire. La création du parti communiste en France (1915-1924), Paris, Éditions Libertalia, 2017 ; Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010 ; A. Kriegel, Aux origines du communisme français, op. cit.

144 J. Charles et alii., Le congrès de Tours, op. cit., p. 251.

145 Ibid., p. 687-801.

146 Au contraire, la Haute-Saône accorde 100 % de ses mandats à la motion Reconstruction, seule fédération dans ce cas, et le Jura 71 %. Au lendemain de Tours, cette dernière choisit l’autonomie.

147 Nadine Fresco, Fabrication d’un antisémite, Paris, Seuil, 1999, p. 163.

148 Roger Martelli, « Réforme ou révolution (1920-1990) ? », dans Jacques Girault (dir.), Les héritages du congrès de Tours (1920-1990), Le Mans, Édition Les carrefours de la pensée, 1990.

149 J. Charles, « À propos de la scission syndicale de 1921 », dans Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, op. cit., p. 59.

150 J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., notice Georges Vagneron.

151 Germinal, 14/02/1921. Cité par J.-P. Boccard, Le mouvement syndical, op. cit., p. 85.

152 J.-P. Boccard, Le mouvement syndical, op. cit., p. 88.

153 M. Dreyfus, « Syndicalistes communistes », dans M. Dreyfus et alii, Le siècle des communismes, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2000, p. 467.

154 J. Charles, « À propos de la scission syndicale de 1921 », dans Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, op. cit., p. 349.

155 Institut CGT d’histoire sociale, Fédération des travailleurs de la métallurgie, comité national fédéral, 26-27 mars 1922, p. 14.

156 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 136.

157 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, op. cit., p. 119.

158 Institut CGT d’histoire sociale, Fédération des travailleurs de la métallurgie, comité national fédéral CGT métaux, 26/03/1922, p. 13.

159 Germinal, 26/06/1922.

160 Ainsi il n’y a pas de cortège à Clermont-Ferrand à l’occasion du Premier mai 1919 et les ouvriers de Michelin participent peu à la grève qui éclate en avril 1920, A. Gueslin, Michelin, les hommes du pneu, op. cit., p. 133.

161 M. Pigenet, Les ouvriers du Cher, op. cit., p. 293.

162 Y. Cohen, « Mouvement social et politique d’organisation », art. cité, p. 127.

163 E.P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, op. cit.

164 Jean-Louis Robert, Les Ouvriers, la Patrie et la Révolution, Paris 1914-1919, Besançon, PUFC, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1995, p. 399.

Table des illustrations

Titre Photographie 4 : Cheminots grévistes, Besançon (mai 1920), collection Vagneron.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36685/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Photographie 5 : Femmes et enfants des cheminots grévistes, Besançon (mai 1920), collection Vagneron.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36685/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Photographie 6 : Les derniers cheminots grévistes, Pontarlier (mai 1920), collection Vagneron.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36685/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search