Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Première partie. Les ouvriers dans leur environnement

Conclusion

Texte intégral

  • 1 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 117.

1Dans le département du Doubs, la part des ouvriers dans la population active augmente depuis la fin du xixe siècle, mais il faut attendre les années 1920 pour qu’elle dépasse celle des cultivateurs. La forte hérédité sociale et l’ancienneté du travail industriel dans ce bassin d’emplois renforcent l’ancrage d’ouvriers issus des industries rurales, conforté par une main-d’œuvre venue des départements voisins présentant souvent les mêmes caractéristiques. C’est seulement à partir de la fin des années 1940 qu’émigration rurale et diminution des actifs agricoles se combinent pour alimenter massivement la croissance du groupe des ouvriers. Les formes de passage à une main-d’œuvre industrielle stable sont diverses, mais l’usine s’est imposée, avec prédominance d’une branche, la métallurgie. Comme à l’échelle française, la classe apparaît donc toujours en formation1.

  • 2 R. Chapuis, Les ruraux, op. cit., p. 83.

2Jusqu’au milieu du xxe siècle, l’industrialisation ne remet pas en cause le caractère très rural de ce territoire. Les ouvriers sont relativement nombreux, à la fois concentrés dans le Pays de Montbéliard et dispersés dans de petites villes et des villages industriels. Certes l’attachement d’une partie des ouvriers à la campagne n’est pas en soi un frein à la construction d’une identité collective de classe, mais dans la configuration politique de ce département, cette donnée facilite la domination du patronat et des forces conservatrices. Si le démantèlement des paroisses rurales commence dès les années 1920 dans bien des régions, ici la grande rupture n’a pas encore eu lieu vers 1950, malgré l’ouverture de la vie sociale2. Le respect de l’Église, l’attachement à l’entreprise comme à la nation et au territoire proche participent de l’identité ouvrière, dans une pluralité des appartenances.

3 Dans ces conditions, le défi de l’unification dans des organisations et autour d’idéologies communes s’avère énorme. Comme l’est de la France, le Doubs reste fermé au socialisme. Par ailleurs, on ne saurait trop insister sur la relative faiblesse de la CGT à l’échelle du pays. À Besançon, le syndicalisme se veut pragmatique et son ralliement à la confédération demeure assez formel, les tendances au corporatisme et même à l’autonomie demeurant fortes. Malgré tout, si beaucoup reste à faire pour organiser les ouvriers d’usine, la grève et le syndicat sont devenus réalité au moins dans cette ville, avec des expériences qui peuvent se transmettre d’une génération à l’autre. La Grande Guerre vient à la fois briser ces dispositions et en ouvrir de nouvelles.

Notes

1 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 117.

2 R. Chapuis, Les ruraux, op. cit., p. 83.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search