Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Première partie. Les ouvriers dans leur environnement

Chapitre 4. Les caractères du mouvement ouvrier en Franche-Comté avant 1914

Texte intégral

1Le mouvement ouvrier connaît une croissance régulière en Europe depuis les années 1880. En France, la percée est manifeste dans une partie des villes et des campagnes avec notamment des suffrages socialistes en progression. Or dans le Doubs, l’identité ouvrière de classe peine à émerger avant 1914. C’est tardivement que des groupes ouvriers s’associent au mouvement syndical et socialiste naissant dont les orientations sont encore mal définies. Quels sont les principaux traits de cette relation ? Enjeu politique majeur de cette période, le socialisme parvient-il à se dégager de l’influence des radicaux ?

Un syndicalisme modéré lié au mouvement socialiste

  • 1 Jean Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté 1835-1984 », chapitre d’un ouvrage collectif (...)

2Jean Charles, à qui ce chapitre doit beaucoup, a montré qu’il faut attendre la fin du xixe siècle pour rencontrer des organisations syndicales stables, ayant franchi le stade du regroupement en Unions. Elles y parviennent en 1891 à Besançon – ce qui correspond aux données nationales –, 1899 à Belfort, 1900 à Saint-Claude, 1902 à Lure, mais il faut attendre les années 1920-1930 pour le reste de la Haute-Saône1. De surcroît, de vastes espaces échappent aux mailles de ce filet. Le départ d’un militant, l’échec d’une grève ou la répression patronale provoquent souvent la disparition de toute vie syndicale pour de longues années.

Carte n° 11 : Localisation des syndicats CGT en Franche-Comté en 1914.

Carte n° 11 : Localisation des syndicats CGT en Franche-Comté en 1914.
  • 2 Adrien Graizely, Monographie de la Bourse du travail de Besançon, sans date, rédigée probablement a (...)
  • 3 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 304.
  • 4 Jean-William Dereymez, « La naissance du syndicalisme », dans Jean-Jacques Becker, Gilles Candar (d (...)
  • 5 Jean-Luc Roger, Les débuts du mouvement socialiste à Besançon 1891-1914, mémoire DES, université de (...)
  • 6 D. Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier, op. cit., p. 62.

3À la veille de la Première Guerre existent encore, un peu partout, nombre de syndicats « professionnels », « amicalistes », mais la CGT ressort assez clairement avec les pôles jurassiens et le secteur nord-est. A contrario, l’ampleur des déserts syndicaux reste la norme. La Fédération ouvrière de Besançon et de Franche-Comté tente de s’adresser aux ouvriers des industries rurales, mais sans succès, sauf parmi les horlogers du Haut-Doubs. Leurs voisins helvétiques vont d’ailleurs bientôt les arracher à l’influence de la CGT2. Le puissant pôle bisontin ne rayonne donc pas vraiment. La plupart des syndicats sont créés par des militants socialistes. Dans le contexte d’un profond morcellement du socialisme, ceux du Doubs et du Jura adhèrent souvent au Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire (POSR) de Jean Allemane, comme Roussel et Graizely à Besançon. Les allemanistes posent comme inséparables lutte politique et action sur le plan économique, mais en donnant la priorité à celle-ci, donc aux syndicats sur le parti. Allemane est anticlérical, réclame l’autonomie communale, l’usage du référendum et la pratique de la « législation directe par le peuple »3. Comme Proudhon, c’est un fédéraliste, qui préconise la décentralisation et le pouvoir des autorités locales, la commune étant la cellule sociale de base. À l’échelle nationale, les allemanistes évoluent et se rapprochent des anarchistes, favorisant ainsi la naissance du syndicalisme révolutionnaire4. Malgré cette filiation avec l’allemanisme, le programme des syndicalistes bisontins demeure modéré, d’où des convergences de vues avec le radicalisme. Le groupe socialiste bisontin obtient de publier plusieurs fois par semaine des articles dans Le Petit comtois. Il faut attendre 1906 pour qu’il rompe avec les radicaux5. Dans la partie nord du département, des militants tardent eux aussi à s’en démarquer : aux élections législatives de 1898, le groupe socialiste de Colombier-Fontaine et le comité républicain ouvrier de Maîche appellent à voter pour un radical dissident en lieu et place du candidat socialiste6. À Belfort, les tenants de La Frontière, journal radical, pilotent la Fédération ouvrière et la Bourse du travail jusqu’en 1914. Sur un plan voisin, les grévistes de cette ville en 1899 comme ceux de Baume-les-Dames en 1911 continuent de brandir le drapeau tricolore et non le drapeau rouge. Par rapport à bien d’autres départements, c’est donc avec un décalage d’une bonne dizaine d’année que le mouvement ouvrier se dégage du républicanisme.

  • 7 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 203.
  • 8 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 10.
  • 9 Joseph Pinard, Rebelles et révolté(e) s. De la Belle Époque (?) à la « Grande Boucherie » en Franch (...)
  • 10 Compère-Morel (dir.), Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale Ouvrièr (...)

4Ces données colorent le syndicalisme émergent. À Besançon, les syndicats adhèrent tardivement et longtemps de manière formelle à la CGT. Le congrès confédéral de 1910 demande que chaque syndicat soit affilié localement à une Bourse du travail et nationalement à une fédération d’industrie. Or cette décision qui vise à briser le corporatisme syndical rencontre une vive opposition7. De même, il existe deux syndicats horlogers, l’un rattaché à la Fédération suisse, l’autre à la Fédération ouvrière, et leur réunification décidée en 1914 demeure un vœu pieu. Par ailleurs, si de nombreux cas de collaboration existent entre CGT et SfiO à l’échelle locale, les syndicalistes comtois vont plus loin comme en témoigne le parcours d’Auguste Jouchoux (1876-1956)8. Militant syndical dès 1891, secrétaire du syndicat des horlogers de la boîte-argent, il entre au POSR en 1899 et joue un rôle majeur au sein de la Fédération socialiste du Doubs. Jouchoux se veut à la fois syndicaliste, coopérateur et socialiste. Il fait l’objet d’une instruction judiciaire lors de la grève des soieries et figure parmi les antimilitaristes fichés9. Unifiée en 1907, la Fédération du Doubs rejoint la Fédération jurassienne en 1910, ce qui renforce les liens avec Saint-Claude. À partir de 1913, les socialistes du Doubs voguent à nouveau seuls et Jouchoux devient secrétaire général de la nouvelle organisation10.

  • 11 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 9.
  • 12 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 295.
  • 13 Ibid., p. 298.

5Dans ce contexte, l’imprégnation syndicaliste révolutionnaire, qui caractérise la CGT des premières années du xxe siècle, s’avère de courte durée en Franche-Comté. À Saint-Claude, l’audience des militants qui se réclament de ce courant s’accroît en 1906, année marquée par la mise à sac de la cathédrale en réponse aux manifestations des catholiques lors des inventaires, de violents affrontements avec la gendarmerie et une grève des pipiers durant 60 jours11. À Besançon, des « libertaires », en tout cas qualifiés comme tels, s’installent à la tête de la Fédération Ouvrière entre 1905 et le milieu de l’année 1908. Les luttes de ces années représentent 61 % des journées de travail « perdues » sur cette ville entre 1892 et 191312. En particulier, la grève des soieries dure 64 jours en juillet-août 1908, ponctuée de quasi-émeutes, de condamnations en flagrant délit et de l’inculpation de toute la commission exécutive de la Fédération ouvrière. Les libertaires sont alors chassés de la direction fédérale par des militants plus modérés. Selon Jean Charles, c’est bien à tort que les violences de ce conflit leur sont attribuées, puisque leur pratique syndicale n’est guère différente du légalisme des réformistes13. En revanche, leur action a contribué à implanter pour la première fois – mais pour peu de temps – le syndicalisme dans les grandes entreprises de la ville.

Les coopératives : de l’idéal à la réalité

6À l’origine, les coopératives de consommation occupent un espace peu identifié ou laissé à l’écart par l’économie capitaliste. Très divers, le mouvement coopératif cherche avant tout à rendre la vie moins chère à ses adhérents. Il vise à supprimer l’intermédiaire entre le producteur et le consommateur pour permettre un approvisionnement satisfaisant. Dans ce but, des ouvriers et des employés développent une activité avant tout pragmatique, qui se réclame parfois de préoccupations doctrinales, cherchant à s’appliquer dans des réalisations concrètes. Il s’agit donc d’un type d’organisation et d’activité à la fois « dans » et « à côté » du mouvement ouvrier. Les nombreuses coopératives restées sous influence patronale revendiquent clairement cette extériorité.

  • 14 André Gueslin, L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et mu (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid., p. 310.
  • 17 Fédération Nationale des Coopératives de Consommation, Annuaire de la coopération, 1924, p. 158.
  • 18 ADD, M 3097, Statistiques des sociétés coopératives de l’arrondissement de Montbéliard.
  • 19 Claude Canard, « L’économie sociale au Pays de Montbéliard, naissance et développement des sociétés (...)
  • 20 Aimé Poissenot, Luc Abram, René Pourcelot, Histoire des pinces de Montécheroux, Besançon, Folklore (...)

7À la fin du xixe siècle, le mouvement d’urbanisation et l’apparition de nouveaux produits de consommation amplifient les carences du commerce de détail. La solution coopérative paraît apte à lutter contre la vie chère, d’autant que le capital à réunir s’avère modeste. Entre 1880 et 1913, la France passe alors de 50 à 3260 coopératives, avec une nette progression en milieu urbain14. Pour autant, les ménages concernés représentent moins de 9 % de la population contre 26 % au Royaume-Uni15. La progression se poursuit avec plus de 3 millions de coopérateurs à la fin des années 1920. Dans une France marquée par une faible pénétration de ce mode d’échange, les coopératives de consommation s’enracinent assez peu dans le Doubs, avec un nombre de ménages coopérateurs pour 1 000 habitants situé entre 44 et 53 en 191316. En 1922, les trois-quarts des sociétés recensées ont été fondés avant la guerre17. Le mouvement coopératif est surtout présent dans l’arrondissement de Montbéliard, qui compte en 1914 près de 10 000 sociétaires dans 33 coopératives de consommation. Par la suite, la diminution du nombre de sociétés s’explique par les fusions qui s’opèrent. Les Coopérateurs de Lorraine en regroupant presque la totalité dans les années 195018. Cette implantation reflète avant tout l’ancienneté des initiatives patronales et protestantes, qui prennent une nouvelle dimension dans la nébuleuse réformatrice de la fin du xixe siècle. C’est à Montbéliard que « l’Association protestante pour l’étude pratique des questions sociales » tient son 3e congrès national en 1890 en présence de Charles Gide. Celui-ci joue un rôle de premier ordre dans l’ensemble réformateur qui s’affirme alors, à l’intersection de deux réseaux, celui du protestantisme social et celui du mouvement coopératif. Mais les élites montbéliardaises choisissent rapidement de s’éloigner de théoriciens jugés dangereux pour l’ordre social et fondent une chambre consultative indépendante du mouvement coopératif international19. À l’opposé, les coopératives authentiquement ouvrières sont rares. À Montécheroux, l’approvisionnement en nourriture est d’abord assuré par un économat, mis en place par un des principaux fabricants de pinces et un artisan boulanger. Vers 1887, des ouvriers fondent une boulangerie coopérative pour lutter contre les prix élevés de ces commerces et ils réussissent à vendre le pain à un prix inférieur d’un tiers20. Cette société s’étend à d’autres produits : épicerie, mercerie, chaussures, tissus, quincaillerie. Le gérant est un ouvrier forgeron, qui abandonne son travail pour se consacrer pleinement à cette charge.

  • 21 Cité par J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 89.

8À la fin du xixe siècle, c’est surtout à Saint-Claude, dans le Haut-Jura, que surgissent des coopératives liées au socialisme. Une puissante coopérative de consommation, La Fraternelle, connaît un vrai succès économique et sociétaire, essaimant dans les localités voisines. À ses côtés se développent deux coopératives de production, Le Diamant et Le Travail (parfois dénommée La Pipe). À Besançon en revanche, les coopératives de consommation demeurent nettement plus fragiles. Alors que nationalement, la CGT témoigne d’un intérêt prudent pour la coopération, la Fédération ouvrière reprend une première coopérative existante en 1897. Les adhérents restent rares : « il est inconcevable dans une Fédération de 1 200 membres de ne pas pouvoir réunir les 200 actionnaires nécessaires21 ». Pour attirer de nouveaux membres, le comité fédéral demande au conseil d’administration de reverser une partie des bénéfices aux sociétaires. L’expérience tourne rapidement au fiasco. Une nouvelle tentative, L’Émancipatrice, limitée à la boulangerie, ne rencontre guère plus de succès. Bien que le mouvement syndical soit stable, la coopération ne prend pas dans cette ville, mais une partie des militants continue d’en rêver.

  • 22 Vers 1905, Mme Ordinaire a cédé l’entreprise de son mari à ses ouvriers sous certaines conditions. (...)

9Par ailleurs, quelques coopératives de production voient également le jour. À Audincourt en 1900, des militants licenciés fondent L’Espérance. Seule l’imprimerie La Solidarité se maintient à Besançon22. Dans ce mouvement bigarré, les raisons sociales des coopératives affichent souvent leurs sensibilités. Près de la moitié d’entre elles se rattache à l’idée de solidarité et de fraternité et quelques-unes affirment clairement leur projet socialiste. D’autres nommées La Prévoyante exaltent le travail et l’épargne, témoignant d’une thématique solidariste très présente à la fin du xixe siècle. Les lois du député du Doubs et ministre du Travail Albert Métin ont pu encourager certaines tentatives. Les sociétés qui se revendiquent d’un programme rejoignent la Fédération Nationale des Coopératives de Consommation (FNCC), née en 1912 de la fusion des deux branches de la coopération, la « Bourse des coopératives socialistes » et « l’Union française des coopératives de consommation », dite « l’école de Nîmes ». Mais une masse de coopératives refuse toute affiliation. En 1922, c’est le cas pour la moitié de celles recensées dans le Doubs. S’affirmant « indépendantes », elles demeurent souvent liées aux entreprises qui les ont fondées.

  • 23 Cité par Joseph Pinard, Lucien Fèbvre, militant socialiste à Besançon (1907-1912), Besançon, Cêtre, (...)

10La diversité des formes et surtout des philosophies explique les difficultés du secteur coopératif pour s’organiser d’une façon cohérente et résister au commerce privé, notamment aux entreprises à succursales multiples. À la fin du xixe siècle, la coopération reste par ailleurs un champ d’affrontement idéologique entre socialisme et solidarisme, mais également au sein même du socialisme. La coopérative est d’abord un moyen de défense des consommateurs et un régulateur des prix, une « institution de contrôle du commerce ». Mais est-elle une fin ou un moyen de transformation sociale ? C’est autour de cette question que tourne une grande part des débats. Parmi ceux qui considèrent la coopération comme un moyen, le médecin socialiste Baigue affirme que « le collectivisme ne sera pas autre chose qu’une vaste fédération de coopératives », à partir de « clairières collectivistes »23. D’autres estiment qu’aucune société future ayant la coopération pour pivot ne saurait l’emporter sans révolution économique et politique préalable. Ce principe est au cœur de la stratégie de la Bourse des coopératives socialistes. La FNCC garde les mêmes buts : abolir le salariat et substituer au régime capitaliste un régime coopératif au service des consommateurs. Par conséquent, elle affirme le principe d’une totale indépendance à l’égard des patrons et des coopératives qu’ils influencent. Elle reconnaît par ailleurs le principe de neutralité religieuse et politique du mouvement coopératif.

  • 24 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 9.
  • 25 Alain Mélo, Une maison pour le peuple à Saint-Claude (1880-1940), Saint-Claude, La Fraternelle, 199 (...)
  • 26 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, édition critique, Paris, Les Éditions sociales, 1980, fic (...)

11Autour du projet socialiste se développe à Saint-Claude un système coopératif original. Principale caractéristique de « l’école de Saint-Claude », la coopérative de consommation ne distribue aucun bénéfice ; elle le répartit entre une caisse de secours, une caisse de retraite et un fonds de réserve. La Fraternelle s’inspire du Parti Ouvrier Belge, avec ses trois détachements étroitement liés, le parti, les syndicats et les coopératives. Ainsi lors de sa fondation, la « Fédération ouvrière socialiste du Jura », regroupe surtout des groupes socialistes, mais aussi des syndicats, des coopératives et des sociétés de Libre-Pensée. Mais il y a primat du politique : il s’agit de donner une orientation socialiste aux syndicats et aux coopératives de production et de consommation24. C’est avec les fonds de la coopérative qu’est construite une vaste Maison du Peuple, inspirée des exemples du Nord de la France et de Belgique25. Si « l’école de Saint-Claude » jouit d’une réelle notoriété dans le mouvement coopératif international, elle inspire également les coopératives socialistes de la région. Pour le mouvement ouvrier, la coopération demeure longtemps sinon une perspective, du moins une référence. Comme pour un cinquième des périodiques socialistes français en1920, les hebdomadaires comtois s’intitulent généralement « socialiste, syndicaliste et coopérateur26 ». Germinal, La Franche-Comté ouvrière, L’Œuvre sociale et même Le Semeur des communistes maintiennent ces appellations jusqu’aux années 1930.

De grandes flambées de colère

12Pour se défendre, les ouvriers usent de stratégies qui ne sont pas systématiquement collectives ou à plus forte raison conflictuelles. Individuellement, pour les plus qualifiés, le premier moyen d’exprimer leur mécontentement, c’est d’abord de partir, de quitter leur patron, malgré tous les règlements qui visent à empêcher les départs intempestifs. Ils utilisent divers moyens pour résister aux patrons, ce qui n’exclut pas une certaine connivence. Or à l’aube du xxe siècle, le nombre de conflits collectifs augmente comme dans le reste du pays.

  • 27 Henri Carel, Le département de la Haute-Saône de 1850 à 1914, thèse histoire, université de Paris, (...)
  • 28 D. Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier, op. cit., p. 93-105.

13Au nord de la Franche-Comté, les premières luttes éclatent au milieu du xixe siècle, surtout parmi les mineurs de Ronchamp (Haute-Saône)27. Le Pays de Montbéliard connaît en fait de mouvement important que le soulèvement bref, mais puissant de l’automne 1899, année d’essor du nombre de grèves à l’échelle nationale. Alors que la propagande socialiste s’intensifie depuis l’année précédente, un jeune militant horloger de Badevel, Pierre Biétry, aidé de Louys et de Paul Parisot d’Audincourt, organise des syndicats à partir du mois de février : un millier d’ouvriers se syndiquent en quelques mois. Dans un premier temps, fin septembre, c’est le licenciement de Louys chez Peugeot à Beaulieu-Mandeure qui met le feu aux poudres. Pour les travailleurs, c’est le syndicat que le patron a voulu frapper en renvoyant un de ses dirigeants. La plupart des usines voisines s’arrêtent, ce qui permet d’obtenir une brève reconnaissance de la liberté syndicale. Dans un second temps, début octobre, les grèves touchent la SACM à Belfort – où satisfaction est obtenue –, Vermot à Châtenois-les-Forges (durant 42 jours) et presque la totalité du groupe Japy. Une troisième vague embrase à nouveau fin novembre plusieurs usines Peugeot. Vagues de grèves, rassemblement et cortèges de grévistes qui se déplacent d’usine en usine, comités de femmes, syndicats, orateurs socialistes, tentative de marche sur Paris – qui avorte dès Belfort –, mais aussi arrestations, licenciements et échec final rythment cette première mobilisation28. Durant deux mois et demi, la région d’Audincourt demeure le centre de l’agitation.

  • 29 C. Maillard, Pierre Biétry, op. cit.

14La répression n’est pas la seule cause de la disparition de la plupart des organisations syndicales et du silence qui dure jusqu’à la guerre. Dans cet échec, l’inexpérience de Bietry, animateur du conflit de bout en bout, pèse pour beaucoup. Arrêté puis condamné en novembre 1899, il se brouille avec le mouvement socialiste. Il s’installe à Paris pour fonder avec Gaston Japy, le syndicalisme « jaune », qui prône la collaboration entre les classes29. Nombre de militants et d’ouvriers ressentent durement cette trahison, longtemps rappelée par l’emploi de l’expression « le triste Biétry ».

  • 30 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 16. J. Charles, Besançon ouvri (...)

15En ce début du xxe siècle, les grèves en Franche-Comté s’avèrent souvent d’une durée et d’une dureté exceptionnelle30. Ces actions d’ouvriers inorganisés ou très récemment syndicalisés se heurtent à la résistance acharnée du patronat.

  • 31 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité ; D. Vasseur, Les débuts du mouvem (...)

Tableau n° 12 : Exemples de grèves longues en Franche-Comté avant 191431.

Tableau n° 12 : Exemples de grèves longues en Franche-Comté avant 191431.
  • 32 J. Charles, « Syndicalisme, grève, inventivité ouvrière : Morteau 1907 », dans Bulletin de l’associ (...)

16Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt : nombre de brefs conflits se terminent par une victoire ou une transaction favorable. Ainsi en 1907, des syndicats horlogers s’implantent dans le Haut-Doubs. À peine nés, ils engrangent près d’un millier d’adhérents à Morteau, Villers-le-Lac, Charquemont. ÀMorteau, en novembre, c’est le refus par un patron de recevoir une délégation syndicale venue revendiquer une hausse de salaire qui sert de détonateur32. Plusieurs centaines d’ouvriers à domicile cessent le travail pour la reconnaissance du syndicat et une augmentation de 10 % du tarif pratiqué. Les grévistes inventent une forme originale de lutte : les cartons de montres sont rassemblés à la mairie et gardés par un piquet de grève. Les patrons capitulent en rase campagne : le tarif est augmenté de 9 % et le syndicat est reconnu.

Photographie 3 : Grève des horlogers, Morteau (1907) : les grévistes rapportent les cartons de pièces conservés jusqu’à la fin du conflit, collection Vagneron.

Photographie 3 : Grève des horlogers, Morteau (1907) : les grévistes rapportent les cartons de pièces conservés jusqu’à la fin du conflit, collection Vagneron.
  • 33 J.-M. Blanchot, Montagnes du Doubs de Morteau à Saint-Hippolyte, op. cit., p. 55-64.
  • 34 ADD, 138 J 5, fonds Robert Charles, historique du syndicat CGT des horlogers de Villers-le-Lac

17À Besançon, dans l’horlogerie, la constante pression syndicale alliée à la négociation contribuent à limiter le recours aux grèves ou réduisent leur durée (encore que celle de Lip en 1906 dure quarante cinq jours). Les conditions sont plus difficiles dans le Haut-Doubs. En février 1908, les ouvriers horlogers de Maîche se mettent en grève durant deux semaines pour obtenir un tarif minimum. Ils organisent des manifestations avec leurs familles et des « soupes communistes » pour pallier la perte de salaire33. Cet échec et d’autres ruinent le succès de novembre précédent et les effectifs syndicaux retombent : à Morteau, ils passent de 300 adhérents fin 1907 à 50 en 1910. Quelques syndicats se maintiennent, en relation étroite avec les syndicats suisses. Ainsi le syndicat des ouvriers horlogers de Villers-le-Lac, qui n’est pas encore affilié à la CGT, mène d’autres grèves, pour obtenir le standard de ses voisins du Locle et de la Chaux-de-Fonds. En 1910, il s’agit d’obtenir une convention de travail ; deux ans plus tard, ce syndicat s’oppose à la volonté des patrons d’occuper des ouvriers non syndiqués34. Ces expériences sont sans doute fondatrices, mais ne suffisent pas pour faire du syndicat une réalité pour ces ouvriers du Haut-Doubs.

  • 35 Sur cette question, J.-M. Olivier, Des clous, des horloges et des lunettes, op. cit.
  • 36 Michèle Perrot, Jeunesse de la grève 1871-1890, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 1985.
  • 37 Claude-Yves Lequin, Mouvement ouvrier et conjoncture économique : l’exemple du Doubs (1896- 1939), (...)
  • 38 Étudiant la lunetterie du Haut-Jura, Jean-Marc Olivier avance que le refus de la discipline de l’us (...)

18Ces grèves comme celle des paysans-ouvriers de Morez éclatent alors que bien d’autres régions connaissent déjà cette forme d’action. Peut-on pour autant évoquer un « retard » dans la mobilisation ouvrière ? Est-il une conséquence de l’équilibre social que permet « l’industrialisation douce » dans la montagne jurassienne35 ? Entre 1871 et 1895, la grève s’impose en France comme le moyen de lutte propre aux ouvriers, mais elle demeure le fait d’une minorité36. C’est seulement dans la période suivante que le nombre de grèves, de grévistes et de journées perdues augmente de manière significative. Et dans cette progression, le département du Doubs connaît effectivement un faible nombre d’arrêts de travail, 104 entre 1896 et 1914, alors que le Cher en connaît trois fois plus pour la même période37. La mobilisation des horlogers s’inscrit dans cette phase. Ce qui frappe surtout, à l’échelle nationale, c’est le silence des grandes usines jusqu’au début du xxe siècle, non celui des ouvriers des nébuleuses industrielles, celles du Haut-Doubs ou du Haut-Jura38.

  • 39 M. Pigenet, « Ouvriers, paysans, nous sommes », op. cit.

19Certes une partie de l’espace rural franc-comtois participe à l’industrialisation tout en ignorant le système usinier. Ce n’est pas en soi un obstacle pour qu’une identité ouvrière de classe apparaisse. Michel Pigenet a montré pour les bûcherons du Cher, à la forte identité de groupe, combien l’appartenance pouvait être multiple dans le cadre de la pluriactivité, ce qui n’empêchait nullement la mise en place d’organisations syndicales, ni les luttes collectives, souvent bien avant les ouvriers des fabriques39. À partir du début du siècle, les clivages sociaux deviennent plus visibles dans les petites villes. Bien des petits patrons deviennent moins compréhensifs à l’égard de leurs ouvriers, comme ceux des scieries du Val de Morteau, très hostiles à toute législation sociale en 1936. Par conséquent, ce sont plutôt les facteurs politiques évoqués dans le précédent chapitre qui expliquent ces disparités régionales. Il existe en fait différents rythmes d’organisation et de mobilisation, qui participent d’un même processus d’affirmation de la classe ouvrière à l’échelle de l’Europe.

Regards sur les idéologies et pratiques culturelles du mouvement ouvrier à Besançon

20En France, l’enjeu politique pour le mouvement socialiste a longtemps été de rompre avec le républicanisme puis avec le radicalisme. À Besançon, cette rupture intervient très tardivement. Dans un contexte de forte influence radicale, de quels outils idéologiques disposent ceux qui souhaitent comprendre la domination capitaliste pour mieux la combattre ?

  • 40 Lucien Mercier, Les universités populaires : 1899-1914. Éducation populaire et mouvement ouvrier au (...)
  • 41 G. David, « L’enseignement supérieur pour tous », op. cit.
  • 42 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 250. L’auteur met en perspective les chiffres fournis pa (...)

21Pendant plusieurs années, l’Université populaire portée par des radicaux et des syndicalistes devient un vecteur du réformisme. Le mouvement des Universités populaires (UP) naît en 1899 avec la volonté de mettre au service des classes ouvrières un « enseignement supérieur pour tous ». L’essor est prodigieux avec 15 Universités fondées en un trimestre, dont celle de Besançon, 116 en 1900, 124 en 190140. Cette croissance rapide s’explique par l’impulsion donnée par des intellectuels et par l’adhésion d’ensemble du mouvement ouvrier. Cette expérience s’est révélée d’une vitalité et d’une brièveté surprenantes, puisque la plupart des UP s’éteignent dès 1906. L’Université populaire résulte des efforts convergents d’intellectuels socialistes et radicaux et de syndicalistes de la Fédération ouvrière. Ses conférences hebdomadaires connaissent un succès considérable avec 2446 personnes inscrites entre 1900 et 1906, ce qui est beaucoup pour une ville de 60 000 habitants41. De surcroît, les fêtes organisées par l’Université populaire, comme celles pour le centenaire de la naissance de Victor Hugo ou en l’honneur de Fourier et Proudhon, attirent un public beaucoup plus large. Parmi ses adhérents des deux sexes, l’UP compte 43 % d’ouvriers, 20 % d’employés et seulement 17 % d’enseignants42. Situation exceptionnelle par rapport aux UP des autres villes, il s’agit bien d’une université populaire, résultat de l’intense travail de propagande conduit par la Fédération ouvrière.

22Édouard Droz, enseignant en littérature à la faculté des lettres, est le principal animateur de cette structure, où il contribue à diffuser un socialisme modéré. Pour lui, la culture est un but en soi. En outre, plusieurs conférences à thèmes sensibles sont assurées par des radicaux. Ainsi c’est Julien Durand, avocat des patrons horlogers et futur député, qui présente Le Manifeste du parti communiste de Marx ou des « notions générales sur la propriété ». Jean Charles conclut :

  • 43 Ibid., p. 285

Le socialisme que propage l’Université populaire refuse les antagonismes sociaux et prône, non la révolution, mais une progressive et pacifique évolution rendue possible par la diffusion du savoir, l’entente confiante entre les classes et la paix sociale […] Par ses conférenciers et ses sujets, l’Université populaire semble bien être un des vecteurs du réformisme à Besançon43.

La bibliothèque de la Bourse du travail : encourager l’éducation « par soi et pour soi »44

  • 44 David Hamelin, « LesBoursesdutravail, entreéducationpolitiqueetformationprofessionnelle », Le Mouve (...)
  • 45 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 283. Michel Vernus, Histoire d’une pratique ordinaire, l (...)
  • 46 Les pertes résultent principalement de l’occupation des locaux par la troupe en 1914-1918. Aujourd’ (...)
  • 47 D. Hamelin, « Les Bourses du travail », art. cité, p. 31.

23On le sait, les Bourses du travail ont joué un rôle déterminant dans l’implantation du syndicalisme en France. Servant de lieux de réunion et de lutte, elles favorisent ainsi un espace propre à l’organisation collective mais aussi à la formation des militants. La Bourse de Besançon dispose d’une bibliothèque dès 1900. Forte de 970 volumes, soit un chiffre équivalent à celle de Saint-Claude, elle n’a donc rien à envier à celles des Bourses des plus grandes villes45. Par contre elle ne dispose pas d’un vrai local. Début 1911, la coopérative socialiste « Le Cercle du Travail » se dote également d’un fonds d’ouvrages. À cette époque, la ville compte 20 bibliothèques, dont une structure populaire encouragée par la municipalité radicale, et d’autres créées par les œuvres catholiques. Après la guerre, les deux bibliothèques ouvrières se regroupent dans les locaux de la Bourse, puis à la Maison du Peuple, avec un lieu de lecture, mais sans chauffage en hiver. En 1922, l’ensemble compte 815 ouvrages46. Le plus souvent, les bibliothèques des Bourses contiennent des ouvrages techniques et professionnels, des publications à caractère social et juridique et des ouvrages sur l’économie, l’histoire, mais en nombre limité47. Or celles de Besançon et de Saint-Claude présentent un contenu presque opposé.

  • 48 Nous avons conservé les rubriques du répertoire de 1922.

Tableau n° 13 : Répartition par thème des ouvrages de la bibliothèque de la Bourse du travail de Besançon (1922)48.

Thèmes Bibliothèque de la Bourse du Travail Bibliothèque du Cercle du Travail
Sociologie, socialisme, syndicalisme 100 98
Instruction, éducation, philosophie 15
Sciences, arts et métiers 97
Littérature, romans 177 51
Histoire et biographies 20 25
Géographie 64
Législation 63
Médecine et hygiène 16
Divers 27
Anti-militarisme 18
Total 579 192
  • 49 En revanche, à la fin de sa vie, c’est à la bibliothèque municipale qu’il lègue ses livres, sauf ce (...)
  • 50 M. Vernus, Histoire d’une pratique ordinaire, op. cit., p. 125.
  • 51 Anne Deffarges, La social-démocratie sous Bismarck. Histoire d’un mouvement qui changea l’Allemagne(...)
  • 52 Anne-Marie Thiesse, Le roman du quotidien, Paris, Le chemin vert, 1984, p. 218-222. Ces romanciers (...)
  • 53 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 86 ; J.-P. Faille, Récolement, op. cit.

24La place occupée par la littérature s’explique vraisemblablement par le rôle joué par Édouard Droz. Mentor de Graizely dans ces années 1900-1905, celles de l’élan autour de l’Université populaire, il a très certainement offert une grande partie des volumes49. Son intention est de faire connaître non seulement les classiques français, fondement d’une culture nationale et moderne, mais aussi de grandes œuvres de la littérature européenne. Droz et Graizely affirment de fortes exigences culturelles. Leur projet rencontre des lecteurs populaires qui recherchent l’évasion, le divertissement hors du quotidien, d’où l’importance des emprunts d’œuvres romanesques dans les bourses du travail comme dans les bibliothèques populaires rurales50. Comme au sein de la social-démocratie allemande, des ouvriers peuvent d’ailleurs tout à fait lire et se passionner pour la « grande » littérature réaliste, et non pour les « romans de gare »51. Les différentes recherches dans les bibliothèques de quartier, nées au xixe siècle, montrent que la place de la littérature, était déjà très importante. La bibliothèque comprend entre autres, Byron, Voltaire, Diderot, Erckmann-Chatrian, Dickens… Victor Hugo apparaît comme l’auteur le plus représenté tant par ses titres que par le nombre d’exemplaires, dont 30 pour Les Misérables. En revanche, les romanciers socialistes s’avèrent peu nombreux en France et aucun des auteurs qui publient des feuilletons « socialistes » dans L’Humanité n’est répertorié dans cette collection52. Seul Upton Sinclair figure avec son célèbre ouvrage La Jungle. Renforcée par l’apport des livres du syndicat typographique, la part des romans atteint près de la moitié du total de la bibliothèque à la fin des années 1920. Ces syndicalistes du Livre se distinguent en choisissant dès le début des romans « populaires ». Une bonne partie des livres semble lue et relue, en témoigne une très faible proportion d’ouvrages non découronnés, les couvertures fatiguées, les pages tachées, les imprécations contre « les camarades peu soigneux qui dégradent le bien de la collectivité ». Mais il faut également faire des rappels dans la presse pour les livres en retard53.

Le maintien d’une grande diversité idéologique

  • 54 Le mythe d’une montagne jurassienne « terre d’innovation sociale » apparaît dans les années 1890, A (...)
  • 55 Gaetano Manfredonia, « Lignées proudhoniennes dans l’anarchisme français », Mil neuf cent, 1992, vo (...)

25Dans ce regard porté sur les idéologies du mouvement ouvrier se pose la question de l’influence de Proudhon dans sa ville natale. Nous avons repéré quelques références explicites à sa pensée, mais nous en restons au stade des hypothèses pour les traces implicites54. Toute étude sur cette question se heurte à la fois au caractère protéiforme de ses œuvres et à la difficulté de détecter une influence diffuse55. Son œuvre se structure autour de plusieurs piliers : mutuellisme avec mise en place d’une fédération des propriétés mutuellistes de l’agriculture et de l’industrie, coopération, éducation, associations ouvrières (syndicalisme) et enfin fédéralisme, avec auto-administration des groupes de base et priorité donnée à la région, dans un ensemble où les républiques fédératives débouchent sur des confédérations.

  • 56 Lucien Fèbvre rejoint ensuite l’université de Dijon puis celle Strasbourg. Il a pu donner des conse (...)
  • 57 G. David, « L’enseignement supérieur pour tous », op. cit., p. 152.
  • 58 G. Bordet, « L’Université populaire de Besançon », Bulletin de la société d’histoire moderne et con (...)
  • 59 Ibid. J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., notice Eugène Fournière.
  • 60 Édouard Droz, Au Petit-Battant, scènes de la vie populaire en province, Paris, G. Bellais, 1re édit (...)

26Édouard Droz joue un rôle majeur pour faire connaître Proudhon à Besançon. À ses côtés, Lucien Fèbvre, alors enseignant au lycée et rédacteur au Socialiste comtois56, consacre une première conférence à Charles Fourier. Cependant, ni les ouvrages de Fourier, ni les brochures de Victor Considérant ne figurent dans la bibliothèque de la Bourse du travail. Quant à Proudhon, Droz lui a consacré une biographie remarquée. Avec l’Université populaire, il organise en 1904 une grande fête pour le quarantième anniversaire de sa mort57. Il rédige un « Hommage des petits bousbots à Proudhon et Fourier », chanté par les enfants des écoles publiques du quartier Battant58. Sur ses conseils, Graizely fait appel à une personnalité nationale bien au fait de la pensée de Proudhon pour donner plus de tenue à cette fête. C’est Eugène Fournière, responsable de La Revue socialiste et tenant de la vieille garde antimarxiste au sein du socialisme français, qui vient le présenter59. La même année, Droz publie aussi un roman, Au Petit-Battant, scènes de la vie populaire en province60. Drame d’amour et de sacrifice dans le quartier Battant à Besançon, cet ouvrage évoque quelque peu Proudhon. Parmi les personnages, Claude, maître tonnelier et père adoptif de l’héroïne, s’appelle Prudhon et il est clairement présenté comme un cousin et adepte de Pierre-Joseph Proudhon. Il est républicain, attaché à son quartier, à sa ville, aux villages voisins, mais c’est bien maigre pour y reconnaître une dimension fédéraliste. Ce personnage possède tous les volumes de La Justice dans la Révolution et dans l’Eglise et La Capacité politique des classes ouvrières, et nomme ses fils Pierre et Joseph. Ce dernier, acheveur dans l’horlogerie, tente de lire ces livres d’accès difficile : « Il aimait l’atelier, parce qu’on y parlait politique. Il avait lu les deux ouvrages de Proudhon que possédait son père ; il n’en avait pas retenu grand’chose, surtout de La justice, si discursive. » Joseph devient socialiste :

  • 61 Ibid., p. 36.

Il était anticlérical, comme tous les camarades, et radical, au besoin intransigeant ; mais il n’avait pas de doctrine générale en politique, et souffrait, sans bien s’en rendre compte, de n’en pas avoir. La lutte contre l’Église et pour l’impôt sur le revenu lui paraissait bonne à soutenir ; toutefois ce programme étriqué ne satisfaisait ni son esprit ni son cœur. Le socialisme fut pour lui une révélation, quand un nouveau venu l’apporta à l’atelier en 189461.

  • 62 Ibid., p. 79, 129-130.

27Son père lui rappelle alors que Proudhon « avait déclaré sa haine aux communistes et la mère, indignée, avait crié au partageux ». Joseph entraîne ensuite son ami Jacques, le ferblantier, vers le socialisme. Ce dernier est également syndiqué, membre de la Libre-Pensée et pilier des conférences de l’UP. Jacques devient un militant actif. L’auteur évoque en une phrase son projet de créer une coopérative de production en reprenant l’affaire de son patron. Droz présente de manière chaleureuse et vivante un milieu populaire, où s’opposent ouvriers des métiers, imprimeurs, horlogers, ouvriers du bâtiment, et ouvriers des grandes usines. Ainsi les manœuvres de l’Arsenal « n’ont aucune beauté » et ceux de la grande usine des soieries sont rejetés, au moins par la petite boutiquière Prudhon : « ce sont les pauvres qui vont là62 ». L’auteur montre de braves gens, même parmi les bourgeois. Son personnage Jacques reste socialiste mais cherche davantage à respecter les personnes et il peut estimer un patron ou un rentier pour ses qualités humaines. Après sa rencontre avec un prêtre du Sillon, il devient moins anticlérical. Proudhon voue ses sympathies aux petites gens et au « peuple » dans son ensemble, et singulièrement aux classes paysannes et artisanales, ouvrières et moyennes qu’il voudrait réconcilier. C’est par ces détails que l’auteur nous glisse quelques indications que l’on peut, à peine, qualifier de « proudhoniennes ». Les lecteurs de ce roman connaissent le nom de Proudhon, tandis que les adhérents de l’UP et les participants à la fête de 1904 ont pu retenir quelques éléments de sa pensée.

  • 63 G. Manfredonia, « Lignées proudhoniennes dans l’anarchisme français », art. cité, p. 37.
  • 64 Gaston Bordet, « Peuple… pouvoirs et libertés dans De la capacité politique des classes ouvrières d (...)
  • 65 « Mémoire Perrin », notice Sébastien Faure, p. 27.
  • 66 Michel Cordillot, La naissance du mouvement ouvrier à Besançon. Le Première Internationale (1869-18 (...)

28La bibliothèque de la Bourse du travail comporte seulement deux titres de Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ? et De la capacité politique des classes ouvrières. Il est vrai que la place qu’il occupe dans le matériel de propagande des anarchistes est assez minime et aucun de ses ouvrages n’est réédité avant 1914. Cela ne signifie pas qu’il ne soit pas lu, car ses écrits se trouvent relativement facilement63. Selon Gaston Bordet, De la capacité politique des classes ouvrières aurait été lu par une partie des militants ouvriers du pays64. La bibliothèque compte également le principal titre de l’anarchiste-communiste Jean Grave, La Société le lendemain de la révolution, ainsi que Aux jeunes gens de Kropotkine, une brochure anonyme L’anarchie dans les sciences, et l’ouvrage d’Elisée Reclus L’Évolution, la révolution et l’idéal anarchiste. Sébastien Faure, venu plusieurs fois à Besançon, est également présent avec ses ouvrages sur les questions éducatives65. D’autres titres, L’Internationale. Son histoire de Benoît Malon et Fédération jurassienne, témoignent peut-être du passage à Besançon de militants suisses gagnés aux idées de Bakounine d’autant qu’une section de l’Association Internationale des Travailleurs existait à Besançon jusqu’en 187266. Si L’Histoire des bourses du travail de Pelloutier a évidemment sa place dans la bibliothèque de la Bourse par son sujet même, elle clame la nécessité de l’autonomie syndicale. La bibliothèque compte également une brochure opposée aux idées de Proudhon, celle de la féministe Juliette La Messine, dite Lamber, Idées anti-proudhoniennes sur l’amour, la femme et le mariage (1858). Nous arrivons donc à une dizaine de titres proudhoniens, anarchisants, libertaires ou critiques à l’égard du marxisme sur un total de 230 ouvrages. De plus, les écrits de Proudhon et Grave sont complexes et difficilement assimilables ; tout au mieux peuvent-ils ouvrir sur l’horizon libertaire et anarchiste.

29Il est tentant de savoir qui se réclame de Proudhon et de quel aspect de sa pensée. Dans les années 1890, l’allemanisme du groupe socialiste facilitait déjà des emprunts, notamment sur le terrain du fédéralisme. Plus tard, en mars 1909, dans le contexte de la grève nationale des postiers, Lucien Fèbvre donne pour titre à son éditorial : « Vive la vie ! À bas l’autorité ! » Il poursuit en se référant à Proudhon pour l’unique fois dans ses articles de 1908-1909 :

  • 67 Le Socialiste comtois, 21/03/1909, cité par J. Pinard, Lucien Fèbvre, militant socialiste à Besanço (...)

Ah ! Cher vieux Proudhon ! Et il y a des gens qui disent que tu es mort. Va, sois tranquille, elle se redresse enfin la personnalité humaine […] Elle pousse d’une voix faible encore, mais qui n’est plus timide, le cri libérateur que tu poussais toi-même : plus d’autorité. Plus d’autorité, c’est-à-dire comme tu le disais, le régime des libres contrats à la place des lois absolutistes et despotiques ; la transaction volontaire au lieu de l’arbitraire d’État67.

  • 68 Le Doubs socialiste, art. « Pour Proudhon révolutionnaire », 14/08/1910.

30Mais Fèbvre se consacre surtout à dénoncer les radicaux et Clemenceau. Dans ce domaine, son argumentation s’oppose à celle d’Édouard Droz que certains jugent trop conciliant. Toujours est-il qu’en 1910 les socialistes bisontins se réclament encore à la fois de Proudhon et de Jaurès68.

  • 69 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 79.
  • 70 Ibid., p. 284.

31Pour sa part, Graizely affiche sa proximité avec Proudhon. Lorsqu’il intervient pour conclure la fête de 1904, il déclare que « Fourier et Proudhon ont été deux serviteurs de la cause populaire ». Mais sa préférence va au second : « lui qui était vraiment un homme du peuple, et c’est pourquoi nous l’aimons »69. Cette dimension, celle d’un authentique plébéien par ses parents et par sa vie, a pu plaire dans le mouvement ouvrier. Par méconnaissance, difficulté à s’aventurer sur le terrain idéologique ou volonté de rester consensuel, Graizely choisit d’insister sur l’origine sociale de Proudhon, ce qui revient à laisser au second plan ses apports théoriques. Avec fierté, il cite également Jean Grave et ne cache pas son intérêt pour ces auteurs anarchistes. Comme Droz, il se place donc dans un héritage proudhonien. Mais les syndicalistes libertaires se revendiquent eux aussi de Proudhon, qui peut donc être à l’origine d’influences distinctes, voire opposées70.

  • 71 G. Bordet, « Peuple… pouvoirs et libertés », art. cité, p. 87.

32Dans De la capacité politique des classes ouvrières (1865), Proudhon reconnaît tardivement l’importance de la lutte politique pour les ouvriers. Il affirme alors la nécessité pour eux de se séparer des autres classes et de ne plus accepter d’être représentés par les différentes fractions politiques de la bourgeoisie. Or si des militants bisontins ont lu cet ouvrage, force est de constater qu’ils n’appliquent pas les principes qu’il contient puisqu’ils gardent longtemps des liens avec les radicaux. Dans cet ouvrage, Proudhon maintient une conception large du peuple qui fournit peut-être la clé de ce paradoxe. Sa vision correspond à celle des années 1840-1860, où domine une nébuleuse sociale, qui comprend les paysanneries, le monde ouvrier avec ses multiples composantes mais aussi la petite et moyenne bourgeoisie. Cependant il estime que ce sont les classes ouvrières qui vont modeler, construire, fédérer à leur initiative et selon leur idée la grande galaxie du peuple. C’est dans ce cadre qu’il envisage l’alliance : « elles [les classes ouvrières] ne peuvent manquer d’avoir pour alliée toute cette partie active, saine de la bourgeoisie qui relève aussi du travail, plus que du capital71 ». Cette conception est-elle un des facteurs de la difficulté des socialistes bisontins à se séparer vraiment des radicaux ? Ceux qui l’ont lu ont-ils retrouvé dans ce texte le contexte social de leur ville ?

33Si des militants ont apprécié tel ou tel auteur, ils ne s’en inspirent pas directement dans toutes leurs actions. Ainsi lorsque Graizely manifeste une indifférence aux questions d’orientation et ne prend pas parti entre les tendances syndicales, ses choix ne sont pas la simple application d’une proximité revendiquée avec Proudhon. Lucien Fèbvre se pencha très tôt sur cette question d’une influence proudhonienne sur le mouvement ouvrier. Pour discuter le point de vue que Droz présentait dans sa biographie de Proudhon, à savoir son influence sur Fernand Pelloutier, l’historien montra d’abord qu’il ne suffit pas, pour établir une filiation, de relever des similitudes de pensée, même multiples, entre deux hommes ou deux doctrines. Il insista ensuite sur l’importance du contexte pour expliquer l’action des militants :

  • 72 Lucien Fèbvre, « Une question d’influence : Proudhon et le syndicalisme des années 1900-1914 », art (...)

Ne s’agit-il pas, pour une part tout au moins, de militants, d’hommes qui vivaient un mouvement dans un pays et à une époque donnée ? D’hommes dont la vie entière consistait en une série d’efforts quotidiens d’adaptation, en une suite d’actions et de réactions momentanées, et qui, sans doute, pouvaient posséder une philosophie sociale, des théories directrices, mais qui agissaient sinon plus sous la pression momentanée des événements que sous l’empire plus lointain des idées ? Disciples de Proudhon soit. Mais également disciples de la vie et du temps72.

  • 73 J.-L. Roger, Les débuts du mouvement socialiste à Besançon, op. cit., p. 201.
  • 74 Mario Vuilleumier, Horlogers de l’anarchisme. Émergence d’un mouvement : la Fédération jurassienne, (...)

34Au début du xxe siècle, plusieurs aspects de la pensée de Proudhon sont connus et revendiqués par des militants bisontins, notamment son fédéralisme73. De même, le projet coopératif demeure un idéal pour une partie d’entre eux, mais il n’est pas propre à Proudhon. Il en va de même pour la place majeure accordée à l’éducation dans l’émancipation individuelle, une priorité partagée par la plupart des courants du mouvement ouvrier, comme par les radicaux. Au-delà de ces références, l’examen de l’état d’esprit et des manières d’agir des militants reste à faire pour apprécier cette question d’une influence proudhonienne diffuse. Est-ce sous une forme abstraite, doctrinale que l’anarchisme exerce un attrait ou sous une forme vivante ? Pourrait-on mettre à profit le concept de « figure ouvrière » forgé par Mario Vuilleumier pour étudier les conditions de la rencontre entre la théorie de Bakounine et la pratique spécifique des horlogers du Jura suisse74. Ce concept permet d’analyser la relation qu’on peut établir entre deux champs sociaux distincts, l’un de production économique, l’autre de représentation politique. L’enjeu serait d’étudier les liens entre la structure professionnelle des horlogers et leurs pratiques revendicatives.

  • 75 Précision de François Lassus.
  • 76 J. Pinard, Rebelles et révoltés, op. cit., p. 137.
  • 77 Madeleine Rébérioux, « Guesdisme et culture politique : recherches sur “L’Encyclopédie socialiste” (...)

35Au-delà de Proudhon, les socialistes disposent de bien d’autres références idéologiques et politiques avec les ouvrages de la bibliothèque du Cercle du Travail. Fondé début 1911, ce Cercle vise d’abord à doter les syndicats, parti socialiste et coopératives et groupes politiques d’un local pour les réunions. Installé au square Saint-Amour, au pied des immeubles des horlogers, c’est un café (aujourd’hui le restaurant « Le poker d’as »75), avec une salle de lecture et une bibliothèque. Les pionniers sont des horlogers mais aussi quelques employés, typographes, tailleurs, maçons76. Avec 230 titres, la bibliothèque du Cercle s’inscrit dans une préoccupation de formation alors présente à l’échelle de la SfiO. Les dirigeants socialistes constatent que l’organisation propose peu d’ouvrages à ses militants. Si le seul grand projet d’édition des principaux écrits de Marx par la SfiO reste lettre morte, les guesdistes lancent en 1912 L’Encyclopédie socialiste qui reprend l’ensemble des textes et brochures socialistes en un seul ouvrage77, dont les volumes figurent d’ailleurs en bonne place dans cette bibliothèque.

  • 78 J.-L. Roger, Les débuts du mouvement socialiste, op. cit., p. 201.
  • 79 Louis Minjoz est tué à la guerre en 1916.

36Les bibliothèques bisontines rassemblent des écrits de presque tous les socialistes français. Précisons que jusqu’aux années 1910-1912, le marxisme est considéré dans cette ville simplement comme une des sources parmi d’autres de la doctrine socialiste. Marx est une référence au même titre que Proudhon, Malon, Jaurès ou Guesde78. En 1913, l’arrivée de Louis Minjoz donne un nouveau souffle au groupe socialiste79. Instituteur devenu avocat, c’est un profond admirateur de Jaurès. Principal rédacteur de La Franche-Comté socialiste, il diffuse la pensée du leader socialiste et introduit quelques idées marxistes. Minjoz veut réaliser une synthèse entre l’idéalisme et certains aspects économiques de la pensée de Marx, mais sans intégrer sa philosophie. Dans cette combinaison peu matérialiste, le premier terme l’emporte largement. En janvier 1914, il commence ainsi un article titré « Aux idéalistes » :

  • 80 La Franche-Comté socialiste, 3/01/1914, cité par J.-L. Roger, Les débuts du mouvement socialiste, o (...)

On ne peut nier que la douleur ait été et soit encore le moteur historique par excellence […] Tout le mouvement de l’histoire serait inexplicable sans la souffrance humaine […] Ainsi, la lutte des classes qui constitue le fond de l’histoire, les révolutions successives qui sont autant d’épisodes de ce gigantesque conflit, n’ont elles-mêmes un sens et une signification que par la douleur humaine qu’il s’agit d’extirper et contre laquelle nous sommes en perpétuelle révolte80.

37Infatigable « commis voyageur » du socialisme dans le département, il organise plusieurs conférences sur Marx.

  • 81 Le Manifeste connaît une véritable diffusion à partir de 1897.
  • 82 Judith Cahen, « Les premiers éditeurs de Marx et Engels en France (1880-1901) », Cahiers d’histoire(...)
  • 83 En 1907, le catalogue de la Librairie du Parti contient 211 ouvrages et brochures ; Marx et Engels (...)

38Cet intérêt nouveau pour les idées marxistes se retrouve-t-il dans les bibliothèques de la bourse ou du Cercle du travail ? Elles contiennent plusieurs ouvrages de Marx et Engels, Le Manifeste communiste81, Socialisme utopique et socialisme scientifique, brochure qui joue un rôle crucial dans la diffusion de la théorie marxiste82, et Salaire prix et profits. Au vu des titres de ces auteurs édités avant 1914, tant par la SfiO83 que par d’autres éditeurs, c’est peu, mais il s’agit des textes les plus abordables. Si la presse socialiste régionale ne reproduit pas d’extraits d’œuvres de Marx, un militant curieux peut en revanche s’appuyer sur des brochures de Guesde ou Lafargue, qui lui font des emprunts. Or justement, Guesde n’est pas très bien représenté et Les Deux Méthodes brillent par leur absence. Par contre on trouve les autres guesdistes : L’Encyclopédie socialiste est complète et Compère-Morel dispose aussi de ses propres titres, notamment sur les questions rurales. La bibliothèque compte cinq titres de Jaurès mais sans ses brochures les plus importantes sur le plan des orientations générales. Les autres branches du socialisme ne sont pas absentes. On trouve plusieurs titres des socialistes indépendants du tournant du siècle mais aussi ceux de l’extrême-gauche du parti. Or ces courants s’expriment surtout dans leurs revues, qui ont pu être lues sans être conservées. De même, Albert Thomas et Keufer disposent d’un titre chacun, trop peu pour que le syndicalisme réformiste soit accessible par ce biais. Le fonds comprend enfin une série consacrée au militarisme, avec les brochures de la campagne nationale contre la loi qui fait passer la durée du service militaire à trois ans. La composition des bibliothèques confirme que l’extrême diversité du socialisme français n’a pas disparu à la veille de 1914. L’éventail des ouvrages témoigne d’un refus des tendances et de la pénétration des préoccupations générales de la SfiO dans une organisation locale.

  • 84 V. Chambarlhac, « L’orthodoxie marxiste de la SfiO », art. cité, p. 44.
  • 85 C. Prochasson, « L’invention du marxisme français », dans J.-J. Becker, G. Candar (dir.), Histoire (...)
  • 86 On le retrouve notamment dans l’Hérault : Jean Sagnes, Le mouvement ouvrier du Languedoc, des origi (...)

39Marx fait désormais partie des références disponibles. Vincent Chambarlhac a montré qu’un « marxisme réel » existe à l’échelle de la SfiO après 1905 : un certain nombre de références issues de la lecture de Marx font « partie du bagage intellectuel de “l’honnête” militant socialiste : averti, celui-ci sait par les brochures bricoler une identité politique, pourvu qu’il ait le goût de se cultiver84 ». Mais ce marxisme demeure encore discret à Besançon. Si la lecture d’un très petit nombre de morceaux suffit à emporter la conviction, la capacité à raisonner s’apprend. Pour aller plus loin, l’aide de militants ayant assimilé les éléments essentiels du marxisme, pouvant guider les pas de ceux qui veulent comprendre, parait indispensable. Cette ville ne semble pas en compter avant 1914. Comme pour Proudhon, nous ne savons ni quels titres sont lus, ni de quelle façon. En effet, une pluralité de lectures demeure dans le mouvement socialiste, commandées par des cultures, des contextes et des horizons d’attente forts différents85. Enfin n’oublions pas que les meetings et conférences tiennent une plus grande place que la lecture pour la plupart des militants. L’éclectisme doctrinal n’est pas l’apanage des socialistes francs-comtois et c’est un marxisme très divers et traversé de débats qui se diffuse en France86. La synthèse jaurèsienne portée par Minjoz se veut un socialisme inspiré du marxisme mais respectant la démocratie parlementaire, donc loin de la révolution.

  • 87 J. Mischi, Servir la classe ouvrière, op. cit., p. 123-124.
  • 88 Ils présentent enfin une liste SfiO aux élections municipales en 1914, mais encore très incomplète.

40Le contexte dans lequel les groupes socialistes se dégagent du républicanisme n’est pas sans effet sur leur développement. Face à un environnement réactionnaire comme par exemple à Saint-Nazaire, le socialisme bénéficie du réflexe républicain et anticlérical, ce qui facilite son essor87. Au contraire, dans un contexte d’hégémonie radicale, cette réactivité joue contre lui, comme à Besançon où une majorité d’ouvriers continue de suivre les radicaux. L’unification des différents courants au sein de la SfiO en 1905 met un terme aux divisions longtemps très marquées dans la capitale comtoise. C’est une condition primordiale pour améliorer la situation des socialistes si effacés jusque-là. La fondation de la SfiO scelle également la rupture avec les radicaux, marquée par le retrait des députés socialistes du Bloc des gauches en mars 1906. Mais on ne saurait trop insister sur les conséquences de cette clarification tardive et partielle pour l’ensemble du socialisme français. ÀBesançon comme dans bien des villes, des années ont été perdues sans contester clairement les radicaux. Les socialistes ne se donnent pas les moyens de présenter des listes à toutes les élections afin de sauvegarder leur indépendance et de faire connaître publiquement le point de vue de leur parti88. Peu nombreux, les militants manquent d’une idéologie bien définie et sur le plan politique, ils ne savent pas encore clairement ce qu’ils veulent et ce qu’ils ne veulent pas. Plus encore qu’à l’échelle nationale, leur socialisme s’appuie sur un fort attachement à la république et à la nation : l’internationalisme n’a pas pénétré le mouvement ouvrier bisontin. D’un point de vue socialiste, les militants paraissent désarmés face aux épreuves à venir, celle de la guerre et du déchaînement nationaliste, puis celle de la crise sociale qui la suit.

Notes

1 Jean Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté 1835-1984 », chapitre d’un ouvrage collectif sur l’histoire de la Franche-Comté, qui n’a jamais été publié, texte aimablement fourni par l’auteur. J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit. Daniel Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier dans la région de Belfort-Montbéliard (1870-1914), mémoire de DES, université de Paris, 1964. Jean Martelet, Le mouvement ouvrier à Saint-Claude de 1880 à 1914, mémoire de DES, université de Besançon, 1966.

2 Adrien Graizely, Monographie de la Bourse du travail de Besançon, sans date, rédigée probablement au début de la Première Guerre, reproduite dans J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 323-354.

3 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 1, p. 304.

4 Jean-William Dereymez, « La naissance du syndicalisme », dans Jean-Jacques Becker, Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches, Paris, La Découverte, coll. « L’espace de l’histoire », 2004, vol. 1 « L’héritage du xixe siècle », p. 480.

5 Jean-Luc Roger, Les débuts du mouvement socialiste à Besançon 1891-1914, mémoire DES, université de Besançon, 1965, p. 150.

6 D. Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier, op. cit., p. 62.

7 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 203.

8 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 10.

9 Joseph Pinard, Rebelles et révolté(e) s. De la Belle Époque (?) à la « Grande Boucherie » en Franche-Comté, Besançon, Cêtre, 2003, p. 107.

10 Compère-Morel (dir.), Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale Ouvrière, Paris, Éditions Quillet, 1913-1921.

11 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 9.

12 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 295.

13 Ibid., p. 298.

14 André Gueslin, L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et mutualistes dans la France du xixe siècle, Paris, Économica, 1998, p. 308.

15 Ibid.

16 Ibid., p. 310.

17 Fédération Nationale des Coopératives de Consommation, Annuaire de la coopération, 1924, p. 158.

18 ADD, M 3097, Statistiques des sociétés coopératives de l’arrondissement de Montbéliard.

19 Claude Canard, « L’économie sociale au Pays de Montbéliard, naissance et développement des sociétés coopératives de consommation, xixe-xxe siècle », MSEM, 2012, n° 134, p. 295-328, p. 20.

20 Aimé Poissenot, Luc Abram, René Pourcelot, Histoire des pinces de Montécheroux, Besançon, Folklore comtois, 2002, p. 87. FNCC, Annuaire de la coopération, 1924, p. 158. AP Cohen, éloge funèbre de Louis Jacquemin, qui fut un des fondateurs de cette coopérative, avant de présider la Fraternelle de Valentigney à la fin de sa vie.

21 Cité par J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 89.

22 Vers 1905, Mme Ordinaire a cédé l’entreprise de son mari à ses ouvriers sous certaines conditions. Ceux-ci transforment l’imprimerie en coopérative « La Solidarité », devenue « Néo-typo » après la Seconde Guerre mondiale. Compère-Morel (dir.), Encyclopédie socialiste, syndicale et coopérative de l’Internationale ouvrière, Hubert-Roger, La France ouvrière, vol. 2, Paris, Quillet, 1920.

23 Cité par Joseph Pinard, Lucien Fèbvre, militant socialiste à Besançon (1907-1912), Besançon, Cêtre, 2011, p. 304-305.

24 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 9.

25 Alain Mélo, Une maison pour le peuple à Saint-Claude (1880-1940), Saint-Claude, La Fraternelle, 1995.

26 J. Charles, et alii, Le congrès de Tours, édition critique, Paris, Les Éditions sociales, 1980, fiches départementales en annexes.

27 Henri Carel, Le département de la Haute-Saône de 1850 à 1914, thèse histoire, université de Paris, 1970.

28 D. Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier, op. cit., p. 93-105.

29 C. Maillard, Pierre Biétry, op. cit.

30 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité, p. 16. J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 269, p. 296-298.

31 J. Charles, « Le mouvement ouvrier en Franche-Comté », art. cité ; D. Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier, op. cit., p. 172.

32 J. Charles, « Syndicalisme, grève, inventivité ouvrière : Morteau 1907 », dans Bulletin de l’association Les Amis de la Maison du Peuple de Besançon, Besançon, septembre 2011, p. 3.

33 J.-M. Blanchot, Montagnes du Doubs de Morteau à Saint-Hippolyte, op. cit., p. 55-64.

34 ADD, 138 J 5, fonds Robert Charles, historique du syndicat CGT des horlogers de Villers-le-Lac

35 Sur cette question, J.-M. Olivier, Des clous, des horloges et des lunettes, op. cit.

36 Michèle Perrot, Jeunesse de la grève 1871-1890, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 1985.

37 Claude-Yves Lequin, Mouvement ouvrier et conjoncture économique : l’exemple du Doubs (1896- 1939), mémoire DES, université de Besançon, 1970 ; D. Vasseur, Les débuts du mouvement ouvrier, op. cit., p. 171-173 ; J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 291 ; Michel Pigenet, Les ouvriers du Cher, op. cit., p. 341.

38 Étudiant la lunetterie du Haut-Jura, Jean-Marc Olivier avance que le refus de la discipline de l’usine et la primauté de l’individualisme, voire du corporatisme, sur l’esprit de classe, expliquent partiellement les défaillances du mouvement syndical. En outre, « les candidats socialistes émergent tardivement, le monde ouvrier morézien ne se reconnaissant pas dans leurs programmes ». Certes, mais Morez devient une municipalité socialiste avant 1914, ce qui n’est pas rien… J.-M. Olivier, Des clous, des horloges et des lunettes, op. cit., p. 395.

39 M. Pigenet, « Ouvriers, paysans, nous sommes », op. cit.

40 Lucien Mercier, Les universités populaires : 1899-1914. Éducation populaire et mouvement ouvrier au début du siècle, Paris, Les Éditions ouvrières, 1986.

41 G. David, « L’enseignement supérieur pour tous », op. cit.

42 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 250. L’auteur met en perspective les chiffres fournis par G. David, « L’enseignement supérieur pour tous », op. cit., p. 34.

43 Ibid., p. 285

44 David Hamelin, « LesBoursesdutravail, entreéducationpolitiqueetformationprofessionnelle », Le Mouvement social, avril-juin 1991, n° 235, p. 23-38.

45 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 283. Michel Vernus, Histoire d’une pratique ordinaire, la lecture en France, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, 2002, p. 105. J. Merriman, Limoges, la ville rouge, op. cit., p. 335.

46 Les pertes résultent principalement de l’occupation des locaux par la troupe en 1914-1918. Aujourd’hui il reste 555 ouvrages conservés dans les actuels locaux de l’UD CGT, édités entre la fin du xviiie siècle et 1956, la plupart dans les années 1890. Ce récolement permet d’attester à la fois d’une continuité et des enrichissements successifs de ce fonds. Jean-Philippe Faille, Récolement de la bibliothèque de la Maison du peuple de Besançon, manuscrit, Maison du Peuple de Besançon, 2011.

47 D. Hamelin, « Les Bourses du travail », art. cité, p. 31.

48 Nous avons conservé les rubriques du répertoire de 1922.

49 En revanche, à la fin de sa vie, c’est à la bibliothèque municipale qu’il lègue ses livres, sauf ceux de et sur Proudhon, offerts au socialiste Maurice Baigue. AMB, fonds É. Droz, pièce 2611, testament.

50 M. Vernus, Histoire d’une pratique ordinaire, op. cit., p. 125.

51 Anne Deffarges, La social-démocratie sous Bismarck. Histoire d’un mouvement qui changea l’Allemagne, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 146-147.

52 Anne-Marie Thiesse, Le roman du quotidien, Paris, Le chemin vert, 1984, p. 218-222. Ces romanciers socialistes sont peu présents en France tandis que l’Allemagne en compte près de 600 entre 1860 et 1914, (A. Deffarges, La social-démocratie sous Bismarck, op. cit., p. 217).

53 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 86 ; J.-P. Faille, Récolement, op. cit.

54 Le mythe d’une montagne jurassienne « terre d’innovation sociale » apparaît dans les années 1890, Alain Mélo, « À la naissance de la société d’alimentation la Fraternelle (Saint-Claude Jura, France) : quelle utopie ? », dans Alain Mélo (dir.), Utopies et entreprises. Imaginaires et réalités de la coopération ouvrière en Europe du xixe au xxie siècle, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2015, p. 136.

55 Gaetano Manfredonia, « Lignées proudhoniennes dans l’anarchisme français », Mil neuf cent, 1992, vol. 10, n° 1, p. 30-45.

56 Lucien Fèbvre rejoint ensuite l’université de Dijon puis celle Strasbourg. Il a pu donner des conseils pour le choix des titres du Cercle du travail mis en place peu après son départ.

57 G. David, « L’enseignement supérieur pour tous », op. cit., p. 152.

58 G. Bordet, « L’Université populaire de Besançon », Bulletin de la société d’histoire moderne et contemporaine, 1993, n° 3-4, p. 10.

59 Ibid. J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., notice Eugène Fournière.

60 Édouard Droz, Au Petit-Battant, scènes de la vie populaire en province, Paris, G. Bellais, 1re édition 1905.

61 Ibid., p. 36.

62 Ibid., p. 79, 129-130.

63 G. Manfredonia, « Lignées proudhoniennes dans l’anarchisme français », art. cité, p. 37.

64 Gaston Bordet, « Peuple… pouvoirs et libertés dans De la capacité politique des classes ouvrières de P.-J. Proudhon 1865 », dans Pierre Ansart, Gaston Bordet (dir.), P.J. Proudhon, pouvoirs et libertés, Paris, Société P.-J. Proudhon, 1989, p. 73.

65 « Mémoire Perrin », notice Sébastien Faure, p. 27.

66 Michel Cordillot, La naissance du mouvement ouvrier à Besançon. Le Première Internationale (1869-1872), Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon, Cahiers d’études comtoises n° 45, 1990.

67 Le Socialiste comtois, 21/03/1909, cité par J. Pinard, Lucien Fèbvre, militant socialiste à Besançon, op. cit.

68 Le Doubs socialiste, art. « Pour Proudhon révolutionnaire », 14/08/1910.

69 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 79.

70 Ibid., p. 284.

71 G. Bordet, « Peuple… pouvoirs et libertés », art. cité, p. 87.

72 Lucien Fèbvre, « Une question d’influence : Proudhon et le syndicalisme des années 1900-1914 », article de 1909, reproduit dans Lucien Fèbvre, Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, p. 783.

73 J.-L. Roger, Les débuts du mouvement socialiste à Besançon, op. cit., p. 201.

74 Mario Vuilleumier, Horlogers de l’anarchisme. Émergence d’un mouvement : la Fédération jurassienne, Lausanne, Payot, 1988.

75 Précision de François Lassus.

76 J. Pinard, Rebelles et révoltés, op. cit., p. 137.

77 Madeleine Rébérioux, « Guesdisme et culture politique : recherches sur “L’Encyclopédie socialiste” de Compère-Morel », Mélanges d’histoire sociale offerts à Jean Maitron, Paris, Les Éditions ouvrières, 1976, p. 211-227.

78 J.-L. Roger, Les débuts du mouvement socialiste, op. cit., p. 201.

79 Louis Minjoz est tué à la guerre en 1916.

80 La Franche-Comté socialiste, 3/01/1914, cité par J.-L. Roger, Les débuts du mouvement socialiste, op. cit., p. 201.

81 Le Manifeste connaît une véritable diffusion à partir de 1897.

82 Judith Cahen, « Les premiers éditeurs de Marx et Engels en France (1880-1901) », Cahiers d’histoire, janvier-mars 2011, n° 114, p. 21.

83 En 1907, le catalogue de la Librairie du Parti contient 211 ouvrages et brochures ; Marx et Engels représentent 5 % du total : Vincent Chambarlhac, « L’orthodoxie marxiste de la SfiO : à propos d’une fausse évidence (1905-1914) », Cahiers d’histoire, janvier-mars 2011, n° 114, p. 44.

84 V. Chambarlhac, « L’orthodoxie marxiste de la SfiO », art. cité, p. 44.

85 C. Prochasson, « L’invention du marxisme français », dans J.-J. Becker, G. Candar (dir.), Histoire des gauches, op. cit., p. 442.

86 On le retrouve notamment dans l’Hérault : Jean Sagnes, Le mouvement ouvrier du Languedoc, des origines au congrès de Tours, op. cit., p. 293.

87 J. Mischi, Servir la classe ouvrière, op. cit., p. 123-124.

88 Ils présentent enfin une liste SfiO aux élections municipales en 1914, mais encore très incomplète.

Table des illustrations

Titre Carte n° 11 : Localisation des syndicats CGT en Franche-Comté en 1914.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Tableau n° 12 : Exemples de grèves longues en Franche-Comté avant 191431.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Photographie 3 : Grève des horlogers, Morteau (1907) : les grévistes rapportent les cartons de pièces conservés jusqu’à la fin du conflit, collection Vagneron.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search