Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Première partie. Les ouvriers dans leur environnement

Chapitre 3. Comportements religieux et environnement politique

Texte intégral

  • 1 Maxime Dury, La droite et la gauche. Les lois de la représentation politique, Paris, Eska, 2001, p. (...)
  • 2 Danièle Tartakowsky, « Les traditions identitaires du mouvement ouvrier français », Historien et gé (...)

1Du territoire construit par l’État aux positions de pouvoir occupées par les élites, les ouvriers sont confrontés à un environnement politique contraignant. Celui-ci est structuré par des contraintes historiques, institutionnelles et idéologiques qui le marquent d’une certaine permanence, tout en le reconstituant périodiquement1. En France, la participation des classes populaires à la vie politique précède l’émergence d’une classe ouvrière, une situation qui permet au sentiment d’appartenance à la nation de primer les autres sources de solidarité2. C’est particulièrement le cas dans l’Est du pays très patriote, où s’ajoutent en Franche-Comté des identités locales bien vivaces. Le Doubs se caractérise par une forte identité catholique, mais au moins jusqu’en 1914, la majorité des ouvriers suivent les radicaux qui dominent la vie politique française. Or, ceux-ci s’opposent au mouvement ouvrier : comment ces facteurs freinent-ils la construction d’une identité de classe mobilisée ?

Comportements religieux et attitudes face aux Églises

2Le « détachement religieux » d’un groupe désigne son éloignement progressif à l’égard d’une Église, pouvant aller jusqu’à la rupture complète. Depuis la seconde moitié du xixe siècle, les Églises sont confrontées à la progression de ce phénomène, qui épargne relativement le Doubs. Les facteurs qui conduisent à ce détachement sont la cible de mouvements catholiques dynamiques : parviennent-ils mieux qu’ailleurs à freiner cette désaffection ?

  • 3 Fernand Boulard, Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Les Éditions ouvrières, 1954
  • 4 Sophie Valiton, Les pratiques religieuses chrétiennes dans le diocèse de Besançon 1801-1966, DEA, u (...)
  • 5 R. Chapuis, Les ruraux, op. cit., p. 54.

3Plusieurs espaces religieux se détachent. Dans sa partie rurale, le Doubs appartient pour l’essentiel aux « pays de chrétienté », premier ensemble dégagé par le chanoine Boulard à la suite de ses enquêtes de sociologie religieuse3. Ici 45 % des adultes « font leurs pâques », c’est-à-dire se confessent lors de la semaine sainte, assistent et communient à la messe pascale et participent régulièrement à la messe dominicale. Ensuite les « zones d’indifférence religieuse de tradition chrétienne » concernent seulement deux secteurs alors qu’elles sont plus présentes en Haute-Saône et dans le Jura. La Franche-Comté n’est pas une « terre de mission » : aucune paroisse ne compte plus de 20 % d’enfants non baptisés, ce qui nécessiterait une véritable rechristianisation4. Ce maintien des comportements chrétiens résulte de l’impact durable de la Contre-Réforme sur le catholicisme comtois. Depuis le xviie siècle, l’encadrement clérical y est serré et l’instruction populaire développée avec la création d’une école par paroisse à partir de 1633. Les retombées sociales et mentales de la Réforme catholique sont considérables. Elle fait de l’Église le cadre religieux, moral, intellectuel, hiérarchique et spatial du monde rural. Se sentant cernée par la Principauté de Montbéliard luthérienne et les Suisses calvinistes, la Comté s’affermit dès lors dans un catholicisme triomphaliste5.

  • 6 Ibid.
  • 7 Fernand Boulard, Bernard Delpal (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français xix(...)
  • 8 Paul Huot-Pleuroux, La vie chrétienne dans le Doubs et la Haute-Saône de 1860 à 1900, Besançon, Néo (...)
  • 9 AAB, Relations des missions, 1890-1910.

4Des futurs départements comtois, c’est le Doubs qui se raidit le plus. Dès le xviiie siècle, les vocations religieuses sont déjà nettement plus nombreuses que dans le reste de la province, comme le sont les prêtres réfractaires pendant la Révolution. La fierté catholique s’affirme plus nettement : témoignant d’une religion ostentatoire, se déployant volontiers dans l’espace public, processions et missions prennent des allures spectaculaires6. À l’intérieur du département, les disparités sont nettes. La montagne s’affirme globalement très catholique, avec des résistances aux inventaires en 1906, et la pratique très élevée se transmet presque intégralement jusqu’au début des années 19607. Pour autant, le Haut-Doubs n’est pas un bloc homogène, car le secteur de Pontarlier-Mouthe s’avère davantage marqué par le détachement. Un second espace correspond aux vallées du Doubs et de la Loue, avec une pratique religieuse qui diminue en même temps que l’altitude8. Enfin, dans le « bas pays » autour de Besançon, beaucoup de personnes vivent déjà dans l’indifférence depuis le milieu du xixe siècle. Ainsi les missionnaires qui visitent Burgille en 1898 écrivent : « Nous avons trouvé une friche et nous avons laissé une friche9 ».

  • 10 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 2, 1880-1930, (...)

5Au nord, le Pays de Montbéliard constitue une enclave luthérienne. Le protestantisme luthérien devient la religion officielle de la principauté à partir des années 1550. Son Église apparaît comme celle des puissants, avec des institutions étroitement liées aux principales familles d’industriels10. Rien ne prépare l’Église protestante à comprendre les grèves qui éclatent brutalement en 1899 et les pasteurs critiquent fermement les grévistes. Seuls quelques luthériens auront une influence progressiste dans l’enseignement et quelques pasteurs s’engagent aux côtés des ouvriers après la Seconde Guerre mondiale.

  • 11 Jean-Pierre Grallet, « Les relations entre catholiques et protestants dans le Pays de Montbéliard a (...)
  • 12 G. Cholvy, Y. M. Hilaire, Histoire religieuse, op. cit., t. 3, p. 212.

6Nettement majoritaires par rapport aux catholiques en 1900, la part des luthériens recule en raison des pertes de la guerre, de leur essoufflement démographique et de l’arrivée de nouveaux habitants11. Si les ouvriers sont nettement minoritaires au sein de la religion protestante, ils représenteraient pourtant 47 % des luthériens à Montbéliard en 196812.

  • 13 J.-P. Grallet, « Œcuménisme en Franche-Comté », art. cité, p. 205. R. Courtieu (dir.), Dictionnaire (...)
  • 14 F. Boulard, B. Delpal, Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français, t. 4, op. cit., p.  (...)

7L’encadrement de ces nouveaux catholiques est particulièrement faible, avec un prêtre pour 3 700 habitants, alors qu’il est d’un pour 300 dans la plupart des villages des plateaux. Pour remédier à cette difficulté, l’archevêché divise la paroisse de Montbéliard. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, apparaît celle d’Audincourt, dans le quartier de l’usine des « Autos », où 120 familles ouvrières participent à la construction de l’église du Sacré-Cœur13. En 1954, les catholiques sont deux fois plus nombreux que les protestants14. Concernant la pratique religieuse, le Pays de Montbéliard se classe dans les zones d’indifférence religieuse de tradition chrétienne.

  • 15 Gérard Cholvy, « Déchristianisés ? Les ouvriers en France (xixe-xxe siècle) », Historiens et géogra (...)

8À l’échelle individuelle, l’expérience sacrée mobilise des éléments très intimes que l’historien peut difficilement connaître. Aujourd’hui, il apparaît clairement que le détachement étudié à travers le déclin de l’observance des rites et sacrements n’épuise pas l’appartenance religieuse et un ouvrier chrétien peut parfaitement avoir la foi sans fréquenter une église. Dans toute l’Europe occidentale, le taux de pratique religieuse des ouvriers apparaît sensiblement inférieur à celui des autres groupes sociaux. Or, ces indicateurs varient selon les régions socio-culturelles et, dans les villes, selon les quartiers, dans une fourchette de 1 à 3015 ! Nous considérons donc les observances comme l’une des expressions de la foi parmi d’autres.

  • 16 Sophie Valiton, dans Y.-M. Hilaire (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse, op. cit., t. 4, p. (...)

9Dans cette approche, gardons à l’esprit que la partie rurale du département appartient aux pays de chrétienté. Dans ce contexte d’un détachement ouvrier limité, des disparités et des évolutions apparaissent. Faute de série statistique continue, il n’est pas possible de saisir de manière globale l’évolution des pratiques. Par rapport à une période 1878-1886, les années 1929-1932 révèlent une forte baisse des pratiques pour les hommes dans les zones urbaines. Selon Sophie Valiton, « le climat anticlérical des premières années du siècle a sans doute refroidi les pratiques religieuses déjà “tièdes” de certains secteurs ; à l’opposé, il a pu doper la vitalité de certains cantons qui, dans l’adversité, ont voulu témoigner leur soutien à l’Église16 ». Les pratiques se maintiennent autour de 45 % dans les cantons ruraux qui environnent les villes. En 1962, rares sont les paroisses rurales où le pourcentage d’observance descend en dessous de 25 %.

  • 17 Ibid., p. 39-40.

Tableau n° 11 : Observance pascale pour les hommes de plus de 21 ans vers 1880 et vers 1930 (pourcentage)17.

Villes 1878-1886 1929-1932
Besançon 29 % 17 %
Audincourt 50 % 25 %
Montbéliard 37 % 8 %
  • 18 F. Boulard, S. Rémy, Pratique religieuse et régions culturelles, Paris, Éditions ouvrières, 1968.

10En Europe, les villes les plus ouvrières ne se montrent pas toujours les plus « déchristianisées ». En effet, dans les pays chrétiens, des éléments concordants rapprochent les comportements religieux urbains et ruraux : ils correspondent à l’aire culturelle où se trouvent les villes peuplées par l’exode rural18. Toutes les villes ne connaissent pas la situation de Montbéliard et la différence est notable avec Audincourt. À partir des années 1920, la commune de Sochaux accueille à la fois des immigrés italiens, polonais et des ouvriers originaires des Vosges saônoises, qui gardent une pratique religieuse forte, mais aussi bien d’autres, davantage déchristianisés.

11Les rapports des missions diocésaines nous donnent des informations souvent précises sur les paroisses visitées. Ces missions appartiennent au dispositif d’encadrement religieux mis en place par la Contre-Réforme. Elles durent plus d’une semaine, durant laquelle les missionnaires prennent totalement en main la paroisse concernée et concentrent toute leur activité vers la prédication. Une mission est considérée comme réussie si tous les fidèles se sont confessés et ont communié. En 1897, la petite ville de Pont-de-Roide reçoit autant de compliments de la part des missionnaires que les villages du Haut-Doubs :

  • 19 Pour citer les rapports des missions conservées aux archives de l’archevêché de Besançon (AAB), nou (...)

La mission a été accueillie avec enthousiasme. La paroisse se compose exclusivement d’ouvriers […] Cinquante à soixante hommes seulement n’auraient pas fait leur mission […] On se demande si un seul ouvrier manque à l’appel : c’était un véritable emballement. Rien de plus beau que cette multitude d’hommes recueillis, silencieux, faisant sérieusement les choses […] Que Dieu garde tous ces braves ouvriers !19.

12Les visites de 1907, 1920 et 1933 soulèvent un engouement tout aussi marqué. Comme à Mandeure, les nouveaux ouvriers souvent originaires des plateaux voisins restent attachés à leurs pratiques catholiques. À Besançon, les missionnaires soulignent également la place des « familles venues de la montagne ou du Pays de Montbéliard et qui ont conservé les bonnes habitudes des foyers chrétiens » (1931).

  • 20 Bulletin paroissial de Montbéliard (1948), dans G. Cholvy, La religion en France de la fin du xviii(...)

13Les hommes d’Église constatent un certain renouveau des pratiques religieuses après la Seconde Guerre mondiale. L’abbé flory, un des fondateurs de la Jeunesse Étudiante Chrétienne (JEC), ancien président de l’Action Catholique de la Jeunesse de France (ACJF), n’admet pas pour Montbéliard le qualificatif de « pays de mission » utilisé pour une grande partie de la France. En 1948, il juge même la religion en grand progrès20. Plutôt que les pratiques, flory privilégie la « fierté » d’être chrétien affichée par la jeunesse, y compris, ce qui est nouveau, par les jeunes hommes. Cette dimension sert de base à l’essor de l’Action Catholique Ouvrière (ACO).

  • 21 AAB, La Voix diocésaine, 15/12/1955.

14La grande mission consacrée au Pays de Montbéliard en 1955 décrit cependant une réalité très sombre. Le pourcentage de messalisants et de pascalisants tombe en dessous de 20 % pour les ouvriers, mais voisine avec zéro dans les nouveaux quartiers d’habitats collectifs, les « blocs » des quartiers du Mont-Christ ou de la Chiffogne à Montbéliard, souvent peuplés de nouveaux habitants. En revanche, dans le centre des bourgs et des villes, la population stable demeure fortement pratiquante21.

  • 22 Le Petit Écho de la Madeleine, 2 avril 1936, cité par Daniel Weber, La Madeleine et les Bousbots, B (...)

15Pour Besançon, les données demeurent rares. La paroisse de la Madeleine, celle du quartier populaire de Battant-Arênes, témoigne longtemps des progrès du détachement, mais les missionnaires considèrent la mission de 1936 comme encourageante : « joie du retour à dieu, joie de la foi revigorée et peut-être retrouvée !22 ». En 1947, en plus des cérémonies à l’église, les missionnaires innovent avec 52 réunions dans les foyers et quand les logements sont trop petits, les discussions se tiennent au café. Ces rencontres atteignent aussi des incroyants ou des non-pratiquants qui exposent leurs objections et leurs doutes dans des discussions animées. Les missionnaires constatent des progrès dans l’attachement à l’Église et à la religion, parallèlement à un recul de l’anticléricalisme populaire.

  • 23 F. Boulard, B. Delpal, Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français, op. cit., p. 392.
  • 24 Ibid.

16L’enquêteBoulardde 1962,quiintègrelesdifférencessocio-professionnelles, constate une hausse des pratiques dominicales et pascales masculines pour l’ensemble du diocèse. Dans la vallée du Doubs, le taux de pratique apparaît alors à peu près équivalent entre ouvriers et cultivateurs masculins. Par contre dans le Haut-Doubs, le contraste est fort, les seconds se rendent en masse aux cérémonies pascales alors que la participation des ouvriers est plus réduite23. Il n’est donc pas surprenant de constater que les usages saisonniers (baptême, mariage et enterrement religieux) des ouvriers se maintiennent ici plus nettement que les pratiques dominicales et pascales. En 1955, l’immense majorité des familles ouvrières catholiques du Pays de Montbéliard respecte le baptême et le mariage religieux : ce doyenné compte seulement 8 % de foyers mariés civilement et 4 % de non-baptisés au-dessus de 14 ans24.

  • 25 Les ordinations de prêtres passent de 97 entre 1921 et 1925 à 249 entre 1946 et 1956 : P. Huot-Pleu (...)
  • 26 Ibid., annexes p. 20-21.

17Au-delà des observances, d’autres indices permettent d’apprécier la vitalité religieuse au lendemain de la Seconde Guerre. Après avoir baissé entre 1876 et 1920, le recrutement sacerdotal connaît par exemple une forte remontée jusqu’en 195625. Mais depuis le début du xixe siècle, la plupart des prêtres sont originaires de quelques cantons exclusivement ruraux des plateaux. Par leur origine sociale, 60 % des séminaristes du Doubs en 1953-1954 sont fils de cultivateurs tandis que les fils d’ouvriers et d’employés s’avèrent sous-représentés. La situation s’inverse complètement dans le Territoire de Belfort où ces catégories occupent la première place26. Dans le Doubs, la vitalité religieuse provient donc peu des ouvriers.

  • 27 Sur cet aspect, voir Vincent Petit, « Le clergé contre l’ivrognerie dans les montagnes catholiques (...)

18Issus de cantons ruraux, les missionnaires diocésains, comme la plupart des prêtres nés dans le Doubs, semblent peu préparés à la confrontation avec le monde urbain et ouvrier. Selon eux, le détachement religieux résulte de plusieurs facteurs, à savoir l’évolution des mœurs, une « nouvelle » condition ouvrière et l’anticléricalisme. Les missionnaires soulignent principalement le rôle de l’évolution des mœurs et des conditions de vie. Dès le milieu du xixe siècle, des prêtres s’attaquent au fléau de l’alcoolisme et leurs campagnes constituent une des premières expressions d’un catholicisme social27. Ils signalent ce problème à Mandeure, ville ouvrière du Pays de Montbéliard, où « la population pratique sérieusement la religion, mais elle est malheureusement entamée par l’alcoolisme ». Deluz « est un pays de mission : la fabrique appelle au travail tous les dimanches, le bal à la légèreté tous les quinze jours au moins, et la famille n’existe point, à cause de l’emploi des femmes mariées dans l’usine » (1898). À Héricourt, « les bals et le cinéma font un mal immense à la jeunesse » (1922). Même quand l’usine n’impose pas le travail du dimanche, des ouvriers commencent à ne plus respecter le repos dominical. À Vuillafans, « cette paroisse a perdu en quantité et n’a pas gagné en qualité. Les vieilles familles bourgeoises ont disparu et les vignerons [très pratiquants ici] sont devenus des ouvriers, pire puisque ceux d’entre eux qui ont gardé des propriétés, profitent du dimanche que leur laisse l’usine pour les cultiver » (1923). Contrastant avec la période précédente, la progression du travail féminin en usine et les nouveaux loisirs, notamment les promenades à bicyclette, touchent également les secteurs très catholiques. À Maîche, « la promiscuité de l’atelier a provoqué un relâchement scandaleux » (1906), et à Damprichard, « l’élément ouvrier apporte à ce pays un air de légèreté qui contraste avec le sérieux des montagnards ». Au début du xixe siècle, le travail en chambre, « à la fenêtre », commence à être concurrencé par l’essor de fabriques de plusieurs dizaines d’ouvriers. Les missionnaires y voient l’origine d’une promiscuité entre hommes et jeunes filles, qui ne travaillent plus sous l’œil de leur mère et de leur grand-mère. Issus du monde rural, les missionnaires déplorent des faits qui leur paraissent nouveaux. Lorsqu’ils s’arrêtent à observer les conditions de vie, c’est pour souligner qu’elles sont un obstacle à la pratique religieuse régulière ou au déroulement de la mission, en particulier les horaires de travail. Ils évoquent également une « nouvelle » condition ouvrière, marquée notamment par le déracinement. En effet, les usines textiles puis l’industrie automobile attirent des journaliers hauts-saônois, souvent marqués par l’impiété depuis longtemps, à l’exception notable de ceux des Vosges saônoises. Ainsi la paroisse de Vieux-Charmont se compose « d’ouvriers déracinés de leur sol natal et transplantés en pleine terre huguenote. Les familles pratiquantes sont dispersées. Aujourd’hui, il ne reste que des catholiques de nom, peureux, trembleurs et des protestants aussi protestants que des indigènes » (1908).

  • 28 La Voix diocésaine de Besançon, 15/12/1955.

19Il faut attendre les années 1950 pour que l’Église prenne toute la mesure du déracinement ouvrier à l’occasion de la grande mission du Pays de Montbéliard de 1953 à 1957. Préparée et mise en œuvre avec des équipes de l’ACO, elle vise à mieux cerner les différents aspects de la condition ouvrière. Constitués d’ouvriers catholiques, ces groupes sont plus à même de comprendre les milieux populaires dans lesquels ils vivent que ne l’étaient les missionnaires ou même la plupart des prêtres des paroisses. Au terme de cette mission, ils déplorent le caractère déshumanisant du travail. Ils ciblent notamment la durée des trajets qui diminue d’autant le temps passé à la maison et nuit gravement à la vie de famille : ils reconnaissent que les ouvriers s’endorment dès leur retour. Mais leurs inquiétudes portent beaucoup sur l’individualisme qui se développe avec la croissance économique. Il résulte d’abord des nombreuses barrières qui existent entre les catégories de travailleurs et de la recherche du plus haut salaire par nombre d’ouvriers, « polarisés par l’usine Peugeot de Sochaux qui assure des avantages notables à son personnel28 ». La prolétarisation favorise ainsi le matérialisme, « le superficiel des populations ouvrières », et les éloigne de toute vie spirituelle.

20Le pasteur Lovy arrive au même constat pour sa confession :

  • 29 P. Lovy, « Protestantisme », dans « Le département du Doubs a cent ans », MSED, 1965, p. 95.

Dans l’ancien pays […], un vestige de l’ancienne paroisse luthérienne demeure. Malheureusement, les conditions de travail, si elles enrichissent matériellement le peuple de notre pays, l’appauvrissent moralement et intellectuellement. Dans de nombreuses familles, le père travaille à Sochaux « de tournée » ; il est chaque jour loin du village de dix à onze heures (avec un horaire variable qui rend impossible toute réunion et tout effort paroissial suivi). La mère de famille a tout le poids du train de culture et de la vie familiale […] L’Église, dans la plupart des cas, est la société qui assure les services funèbres, et réunit la population à Noël, Pâques, Pentecôte. On reste foncièrement protestant, ou l’on s’imagine l’être, mais l’engagement personnel pour Jésus-Christ n’est souvent qu’une pieuse intention laissée aux vieillards et à cette jeunesse « qui devrait bien aller au culte29 ».

  • 30 Joseph Pinard, « Cléricalisme et anticléricalisme dans le Haut-Doubs au début du xxe siècle », MSED(...)

21Missionnaires et responsables des mouvements chrétiens s’accordent aussi pour dénoncer l’anticléricalisme ambiant. Très tôt, les autorités catholiques s’opposent aux « mauvais journaux », ceux qui développent une idéologie anticléricale. Le quotidien radical Le Petit Comtois devient leur bête noire et en 1913, l’archevêque Gauthey, de tendance intégriste, fait lire dans toutes les églises du diocèse une ordonnance stipulant : « Devra être considéré comme coupable de péché grave tout fidèle qui, sans motif sérieux dont nous tenons à rester seul juge, achètera, vendra ou lira habituellement Le Petit Comtois »30.

  • 31 D. Weber, La Madeleine et les Bousbots, op. cit., p. 138.

22Le journal catholique L’Éclair comtois est conçu comme une arme contre l’anticléricalisme. Vendu au prix imbattable de cinq centimes, les enfants du patronage de Battant à Besançon le distribuent à domicile31. Cette condamnation des « mauvais journaux » persiste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. À Bonnevaux, paroisse dont l’esprit chrétien s’est amélioré, « une demi-douzaine d’hommes se sont abstenus au dernier moment, froissés par ce qui avait été dit dans la réunion des hommes sur le devoir électoral et l’interdiction pour un catholique de lire certains journaux (Le Comtois, Le Peuple comtois, La Tribune du Doubs) ». Les missionnaires visent le successeur du Petit Comtois et les titres de la presse socialiste et communiste. Mais la plupart des curés ne tiennent déjà plus un tel discours, puisque les paroissiens semblent surpris par ce rappel à l’ordre des envoyés de l’archevêché. Qui sont donc les animateurs de cet anticléricalisme tant décrié ?

  • 32 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 248.
  • 33 Sur l’Université populaire, voir Gisèle David, « L’enseignement supérieur pour tous » : l’universit (...)
  • 34 Ibid., p. 85.
  • 35 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 248.

23L’anticléricalisme est pour l’essentiel une idéologie extérieure aux ouvriers et importée en leur sein surtout par les radicaux. C’est sans doute le principal support de leur implantation, en particulier à Besançon. Charles Beauquier, inamovible député de 1880 à 1914, franc-maçon notoire, en fait d’ailleurs son fonds de commerce politique. Il publie un « Petit catéchisme du libre penseur », qui connaît un succès avec 8 000 exemplaires vendus en quelques mois32. Cet anticléricalisme passe aussi par les sociétés de Libre-pensée, qui pénètrent également un peu les campagnes, les loges maçonniques et enfin l’Université populaire à Besançon. Née en 1899, cette association d’enseignement pour tous connaît un succès considérable et regroupe une proportion exceptionnelle d’ouvriers33. Certes l’Université populaire n’aborde pas directement la question de l’Église, mais elle diffuse une pensée anticléricale dans ses conférences consacrées à la croisade contre les Albigeois, Copernic, Galilée, la révocation de l’Édit de Nantes ou l’origine de l’homme et la théorie de l’évolution, auxquelles 7 séances sont consacrées34. Par ailleurs, elle valorise l’enseignement laïc. Par ses thématiques, elle participe donc bien à l’anticléricalisme de la période. Mais il ne s’agit pas d’éléments doctrinaux propres à la classe ouvrière. Même si la Fédération ouvrière a porté cette association, les intervenants semblent bien être, pour la plupart, des radicaux, à l’exception notable des enseignants socialistes Édouard Droz et Lucien Fèbvre. Pour Jean Charles, on est donc ramené au cas de figure précédent, celui d’une idéologie extérieure à la classe ouvrière35.

  • 36 Maison du Peuple de Besançon, catalogue des bibliothèques de la Bourse et du Cercle du travail, 192 (...)
  • 37 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 276.

24Qu’en est-il du côté du syndicalisme et du socialisme ? La bibliothèque de la Bourse du travail comprend 5 % de brochures anticléricales, qui semblent lues36. Par ailleurs, au début du xxe siècle, le guesdisme, qui refuse la démagogie anticléricale et veut convaincre les ouvriers que la fracture fondamentale se situe entre ouvriers et patronat, n’influence pas les socialistes bisontins. Dès lors aucune barrière idéologique ne les retient et ils participent aux mêmes excès que les radicaux, comme s’il s’agissait dans cette ville d’un passage nécessaire pour asseoir leur influence en milieu populaire37.

  • 38 Eugène Hug, Émile Rigoulot, Le croque-rave libertaire. Mémoire d’un ouvrier d’Audincourt, Paris, Le (...)

25L’anticléricalisme n’est pas l’apanage de Besançon. À Audincourt, Rouges et Blancs forment deux camps distincts, mais s’affrontent peu. Il faut la provocation d’un jeune prêtre combatif, l’abbé Jacquot, pour que les « Rouges », anticléricaux, radicaux et socialistes réunis, sortent de leurs gonds. En 1910, il veut marquer l’inauguration d’une chapelle par une procession, ce qui est formellement interdit. Le maire fait savoir qu’il fera appliquer la loi, mais le prêtre décide de passer outre. La procession s’avance jusqu’au pont de Gland, où les « Rouges » rassemblés avec drapeaux autour du maire et des gendarmes attendent de pied ferme. Les « Blancs » abandonnent le terrain pendant que des insultes s’élèvent de part et d’autre38.

26Dans la plupart des bourgs du Haut-Doubs, des sociétés musicales se font face depuis les années 1880. Sans être cléricale, la population demeure profondément catholique, même parmi les horlogers, mais elle compte souvent une minorité acquise à l’anticléricalisme. Avec le succès des républicains, ces associations deviennent un enjeu entre deux conceptions de l’organisation sociale. À Charquemont, « La Philharmonique » des catholiques s’oppose à « La Démocrate » des anticléricaux. Même chose à Morteau : ici deux couples rivaux, fanfare et société de gymnastique, « L’Évolution » et « La Saint-Michel » – les patronymes parlent d’eux-mêmes – s’opposent durablement. Selon Vincent Petit :

  • 39 Vincent Petit, « Religion, fanfare et politique : la musique sacrée et la sacrée musique de Charque (...)

L’opposition de deux courants idéologiques, de deux fidélités nées de la Révolution s’exprime autour de ces fanfares. Chez la plupart des horlogers, il s’agit de la permanence des traditions jacobine et bonapartiste et de l’influence du radicalisme suisse et français. Chez les cultivateurs et une partie des horlogers, c’est une filiation catholique qui s’identifie au Haut-Doubs contre la Suisse, contre Montbéliard et Besançon, contre Paris enfin. L’unité et l’identité de chaque musique se fondent ainsi à la fois sur des liens professionnels, familiaux et idéologiques39.

27Besançon connaît aussi des oppositions autour des sociétés sportives, notamment entre le club de football de la Bousbotte et le Racing-club. Ces antagonismes tendent à s’atténuer à partir de 1945 pour disparaître à la fin des années 1960.

  • 40 Claude Royer, « Hommes dans les bois et hommes des bois », dans Pierre Gresser (dir.), L’homme et l (...)

28Mais constater la présence de ces vecteurs ne suffit pas pour apprécier le poids de l’anticléricalisme. Pour que cette idéologie pénètre dans le monde ouvrier, il faut bien qu’elle y rencontre un terrain où préexistent au moins des ferments favorables. Remontant loin dans le passé, ils demeurent hors de notre champ de recherche. Dans les premières années du siècle, les signes d’anticléricalisme émanant des ouvriers eux-mêmes sont rares. À Bonnevaux (canton de Mouthe), la paroisse fut « troublée au début du siècle par une poussée de haine anticléricale qui aboutit au renvoi de Monsieur le curé de son presbytère et à la profanation du Vendredi Saint par la sonnerie des cloches et des banquets en gras ». Les anticléricaux de ce village, les « Rouges » d’alors, étaient majoritairement des bûcherons et des voituriers spécialisés dans le transport des grumes. Ce groupe accède au pouvoir municipal entre 1904 et 1908 et prend des initiatives de caractère idéologique avec la destruction d’un calvaire et l’éviction du curé40. À Lods, village de vignerons et de forgerons de la vallée de la Loue, « il y a à l’usine un milieu hostile […] Les meneurs qui n’avaient pas réussi à entraver le mouvement vers l’église ont eu gain de cause quand il s’est agi des sacrements » (1898). À Besançon, vers 1900,

  • 41 « Jacques Homme, extrait des bulletins de la paroisse de la Madeleine », cité par D. Weber, La Made (...)

il n’était pas rare de voir, dans la rue Battant, des passants s’écarter du trottoir emprunté par un prêtre, non par déférence, mais simplement afin de s’éloigner des maléfices qui pouvaient s’échapper de l’homme en noir. Il était plus fréquent encore d’entendre des gamins, à l’approche d’un prêtre, crier « À bas la calotte » ou s’égosiller à imiter le croassement du corbeau41.

  • 42 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 277.

29Jean Charles estime que « les ouvriers de cette ville prêtent une oreille complaisante à l’anticléricalisme des radicaux et ont de bonnes chances d’être eux-mêmes anticléricaux42 ».

  • 43 John M. Merriman, Limoges, la ville rouge. Portrait d’une ville révolutionnaire, Paris, Belin, 1990 (...)
  • 44 René Rémond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976, p. 270.

30Au début du xxe siècle, la population demeure généralement catholique, sans être cléricale, avec beaucoup d’indifférence dans les villes. Seule une partie des ouvriers exprime une hostilité franche à la religion et à l’Église. Nous sommes bien loin d’un anticléricalisme populaire dominant comme à Limoges ou dans le bassin parisien43. Ces comportements reculent après la Grande Guerre, conséquences de la séparation de l’Église et de l’État, de la distance un peu plus grande observée par le clergé vis-à-vis des luttes politiques, et enfin de la coexistence dans les tranchées de clercs et d’anticléricaux. À Besançon, « nulle hostilité, nulle impiété, nul incident fâcheux » ne se manifeste lors des missions de 1912, 1936 et 1947, ni à Seloncourt (1928), qui est pourtant la première municipalité communiste du département. En revanche, le clergé continue de dénoncer les équipes municipales socialistes de Montbéliard, Héricourt, Pontarlier. Quand l’anticléricalisme persiste, ses formes varient en fonction des tendances qu’il discerne au sein du catholicisme44.

  • 45 Joseph Pinard, « À propos de l’abbé Marmier. Trois quarts de siècle d’histoire à travers l’évocatio (...)

31La presse socialiste se veut désormais moins anticléricale, avec seulement une dizaine d’articles par an en moyenne sur ces thèmes. Bien que des militants soient membres de la Libre-Pensée, leur hebdomadaire prend ses distances à l’égard de ce courant. Les socialistes ne considèrent plus l’Église catholique comme un bloc, ils font la distinction entre la mouvance intransigeante de l’Action Française et de la Fédération Nationale Catholique, et celle des catholiques sociaux, républicains et démocrates45. Ainsi en 1925, L’Œuvre sociale rend hommage à des prêtres du quartier Battant à Besançon. En 1907, le chanoine Rossignot avait mis la salle du patronage au service des grévistes des papeteries pour l’organisation des « soupes communistes ». Son successeur, l’abbé Marmier, poursuit un engagement en faveur des pauvres. L’anticléricalisme se nourrit de l’hostilité à l’égard d’une seule fraction du clergé, celle qui se sert de son influence à des fins politiques.

32De même, L’Œuvre sociale n’attaque pas la religion en tant que telle. Son anticléricalisme intègre l’axiome de l’individualisme libéral selon lequel la religion est une affaire privée. Il diffère ainsi de l’anticléricalisme socialiste habituel, qui fait profession d’athéisme : l’émancipation des ouvriers et de l’humanité doit passer par l’extinction du sentiment religieux et il est donc nécessaire de s’attaquer à l’idée même de Dieu. À quelques exceptions près, les articles ne critiquent pas directement la religion. De même, la dénonciation de l’Église alliée des puissants et conservatrice reste au second plan. Enfin un des axes majeurs de l’anticléricalisme, qui voit dans l’Église une institution à combattre, n’apparaît pas dans l’hebdomadaire socialiste ; seuls ses excès subissent la critique. La plupart des articles sont suscités par des manifestations d’intolérance, l’hostilité notoire de certains prêtres au mouvement ouvrier ou encore les cas d’ecclésiastiques mêlés à des affaires de mœurs. Le socialisme bisontin a clarifié son idéologie et condamne explicitement l’anticléricalisme.

  • 46 Entretiens avec Henri Souque et René Maisonneuve.
  • 47 J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF Mouvement social, op. cit., cinquième partie 1940-1968, notice Jean (...)

33En revanche, au quotidien, la lutte contre l’Église demeure un point sensible. C’est le cas en 1924, lors de la mobilisation catholique contre le Cartel des gauches, et en 1934-1938. La lutte contre le fascisme semble alors indissociable de celle à mener contre le cléricalisme, considéré comme son meilleur allié. ÀBesançon, la montée des ligues s’accompagne régulièrement d’incidents entre vendeurs de journaux sur le parvis des églises. Des bagarres ont lieu avec des catholiques d’extrême-droite et même avec certains curés46. Ces oppositions perdurent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avec notamment en juin 1945, l’interdiction de la procession de la Fête-Dieu par le maire socialiste Jean Minjoz, pressé par des militants encore plus intransigeants que lui47.

  • 48 Le communiste Jeanbourquin est un des dirigeants de celle de Valentigney : RGASPI, 495-270- 3437, a (...)
  • 49 RGASPI, 495-270-71, autobiographie de Léon Nicod, 19/12/1938. Henri Janin signale aussi l’engagemen (...)
  • 50 ADD, M 2052, commissariat spécial de Besançon, 10/02/1932.
  • 51 Entretien avec Jean Charles.

34L’adhésion aux sociétés de la Libre Pensée témoigne du maintien d’un anticléricalisme militant. Dans les années 1925-1935, ce courant apparaît nationalement comme un mouvement populaire à dominante ouvrière. Des socialistes comme Ernest Lelache, maire de Bavans, ou des communistes comme Jeanbourquin à Valentigney, peuvent même présider ses sections48. Ici la politisation des militants prend assez souvent racine dans l’engagement anticlérical de leur père, comme l’illustre le cas de Léon Nicod49. Né en 1886 à Loray, village très chrétien des plateaux du Doubs, son père est un petit cultivateur et taillandier qui évolue vers le radicalisme et adhère à la Libre-Pensée. Léon Nicod rejoint les libres-penseurs, puis la SfiO. Devenu communiste, il reste membre de la Libre-Pensée, mais pour y défendre les positions de son parti. En 1932, il porte la contradiction dans une réunion publique pour repousser l’anticléricalisme des radicaux comme le cléricalisme des catholiques50. De même à Morteau, pratiquement tous les communistes participent à la société de la Libre-Pensée, tenue par Robert Vieille, un artisan horloger fidèle électeur communiste51. Ils ne créent pas « d’Association des travailleurs sans dieu » comme certains le font dans d’autres régions. Naturellement, ils déposent leur testament pour ne pas être enterrés à l’église.

  • 52 Dans leur autobiographie rédigée pour la commission des cadres du parti, quelques militants passent (...)

35Les communistes mobilisent eux aussi l’anticléricalisme, mais seulement jusqu’en 1936-1937, au moins dans leur presse, dont la tonalité apparaît plutôt moins anticléricale que celle des socialistes. À partir de 1935, dans le contexte du Front populaire et de l’appel à tendre la main aux catholiques, les communistes ne fréquentent plus officiellement les conférences des libres-penseurs. Les positions du comité central sur cette question gagnent du terrain, mais rencontrent encore des réticences. Ce qui pouvait apparaître comme un des péchés de jeunesse du parti s’atténue, sans disparaître52.

36Dans ce diocèse, le dynamisme des œuvres et mouvements chrétiens constitue-t-il un remède au détachement religieux ? Les mouvements chrétiens prennent source dans le catholicisme social né au xixe siècle. Vincent Petit le définit comme une contre-révolution qui s’accommode de la République :

  • 53 Vincent Petit, « Lacrècheet lescatholiquessociauxbisontins », Barbizier, n° 27, 2003, p. 187-188.

Cette contre-révolution vise à rétablir un âge d’or perdu, qui consiste à faire œuvre de réparation, à éliminer toute dissidence et toute déviance, par un contrôle social strict et ainsi restaurer l’unanimisme de la communauté. Cette offensive passe par l’encadrement des fidèles dans les structures fraternelles et hiérarchiques de la paroisse : confrérie, société de musique, sociétés de tempérance, association de charité, patronages, cercles ouvriers et plus tard, sociétés de gymnastique et de théâtre, cinémas, syndicats et mouvements regroupés sous le vocable d’Action catholique53.

  • 54 Jean-Luc Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, Besançon, Annales littéraires de l’université d (...)
  • 55 Remarques de Vincent Petit, juin 2012.

37La puissance et la persistance du catholicisme, le protestantisme jouant un rôle assez proche dans le Pays de Montbéliard, apparaissent étroitement liées à la communauté rurale où l’Église a été, village par village, le signe tangible d’une cohérence locale. Sur les plateaux et la montagne, la vigueur de la vie religieuse et l’absence de notables résidents donnent aux prêtres une influence considérable54. Agissant pour reconstituer un ordre social chrétien, le clergé comtois totalement dévoué à Rome se soumet à l’autorité temporelle, qu’il s’agisse de la monarchie de droit divin, de l’Empire ou de la République55. À partir de la fin du xixe siècle, la plupart des prêtres acceptent la République, cherchant souvent le compromis avec l’État, et non l’opposition frontale.

  • 56 Cité par D. Lonchampt, La séparation des Églises et de l’État, op. cit., p. 165.
  • 57 Catéchisme à l’usage du diocèse de Besançon, Besançon, imprimerie Jacques et Demontrond, 1921, rééd (...)
  • 58 Entretien avec Robert Charles.

38Pour autant, le clergé continue d’user de son influence. Après les troubles des inventaires, les archevêques ordonnent aux fidèles de « rester catholiques aux urnes » et donc de choisir les candidats conservateurs. Aux élections législatives de 1906, Fulbert Petit, prélat républicain, leur demande de voter en accord avec leur foi : « Le bulletin de vote, voilà l’arme légale et toute-puissante qui peut défendre avec succès l’Église et la Patrie56 ». Un manuel de catéchisme des années 1920 précise « que c’est un péché grave de voter pour les ennemis de la religion, parce qu’on devient complice du mal qu’ils feront plus tard57 ». Après avoir combattu les radicaux, des prêtres combattent le socialisme et le communisme avec la même vigueur. À Novillars comme dans le Haut-Doubs, les syndicalistes CGT se heurtent régulièrement à l’opposition des curés. Après la Seconde Guerre mondiale, celui du Russey intervient en chaire et à domicile auprès des épouses des adhérents du syndicat des scieries pour qu’elles incitent leur mari à quitter un syndicat « communiste »58. Et en 1936, l’archevêque condamne les occupations d’usine.

  • 59 J. Pinard, « Cléricalisme et anticléricalisme », art. cité, p. 142.

39Si l’Église entretient des relations avec le courant conservateur, elle ne s’identifie pas à lui et doit aussi composer avec de nouvelles aspirations. Depuis la fin du xixe siècle, beaucoup d’élus du Haut-Doubs s’affichent ouvertement anticléricaux, dans une région où la pratique religieuse demeure pourtant quasi unanime. Joseph Pinard estime que la formule du député Dionys Ordinaire, député républicain de Pontarlier, en 1880, « l’église au prêtre, l’école à l’instituteur, la maison commune au Conseil municipal », satisfait durablement les électeurs à la fois profondément républicains et catholiques59. En signe de ces évolutions, l’historien rappelle également que :

  • 60 Ibid.

Le Petit comtois et La Dépêche, qui ne se voulait pas confessionnelle, assurent respectivement un tirage de 18 000 et 11 000 exemplaires dès 1923, alors que L’Éclair comtois, clérical, arrive seulement à 6 000 numéros vendus. Dans le Haut-Doubs, Le Courrier de la Montagne, de la droite catholique antidreyfusarde, a également un tirage inférieur à celui des hebdomadaires radicaux et libéraux. Le « bon journal » ne l’emporte donc pas de façon écrasante et les chrétiens suivent de moins en moins les recommandations politiques de la hiérarchie catholique60.

40Par ailleurs, le clergé catholique n’apparaît pas ici dans son ensemble comme solidaire de l’ordre établi. Il accorde un grand intérêt à l’encyclique Rerum novarum qui dénonce vigoureusement le socialisme et jette les bases du catholicisme social. Certains prêtres s’élèvent contre les inégalités mais acceptent et légitiment l’organisation sociale. Ils prennent leurs distances vis-à-vis des notables, d’autant que ceux-ci sont généralement plus éloignés de la religion que les ouvriers. Ainsi les missionnaires en visite dans les paroisses dénoncent vivement l’attitude des élites voltairiennes ou celles des industriels qui entravent la venue des ouvriers aux cérémonies. Et du chanoine Rossignot à l’abbé Manche dans les années 1950-1970, en passant par le curé Jacquot à Audincourt en 1922, certains prêtres peuvent parfois soutenir les ouvriers grévistes.

  • 61 A. Gueslin, Les hommes du pneu, op. cit., p. 247. J. Merriman, Limoges, la ville rouge, op. cit., p (...)

41À l’opposé, l’anticléricalisme populaire qui se manifeste dans certaines poches de détachement religieux (Luxeuil et ses environs en Haute-Saône, Saint-Claude ou encore le vignoble arboisien…), serait lié au fait que l’Église a joué là un rôle très différent. Ainsi pour les communautés villageoises autrefois sous la coupe de ces grandes abbayes, l’Église s’apparentait à une Église puissante, voire même des puissants. C’est également le cas pour l’Église luthérienne du Pays de Montbéliard, étroitement liée aux grands industriels. Cette configuration se retrouve à Limoges, au Creusot et chez Michelin à Clermont-Ferrand, où Église catholique et patronat apparaissent liés aux yeux de tous61. Les ouvriers la refusent dans le premier cas quand ils l’acceptent dans les deux autres. Or cette représentation ne domine pas pour la majorité des catholiques du diocèse. Paysans et ouvriers n’ont pas le sentiment qu’une barrière infranchissable les sépare de leurs curés, ce qui sape très tôt une des sources fondamentales de l’anticléricalisme populaire.

  • 62 G. Cholvy, Y. M. Hilaire, Histoire religieuse de la France, op. cit., t. 3, p. 179.

42La modeste implantation des écoles privées catholiques, y compris dans les secteurs du département à forte pratique religieuse, contribue également à adoucir les affrontements politiques. C’est à l’intérieur de l’école laïque que l’archevêque encourage une résistance en s’appuyant sur les parents d’élèves lors de la querelle des manuels scolaires en 1909-1910. Dans les années 1930, une sorte de compromis s’établit au quotidien avec les instituteurs laïcs. Si l’anticléricalisme des enseignants radicaux et socialistes est une réalité, les instituteurs catholiques constituent à l’opposé un solide appui pour l’Église62.

  • 63 V. Petit, « Le congrès de la Jeunesse Catholique de Besançon en 1898 et ses suites : l’ACJF contre (...)

43À partir des années 1890, le catholicisme comtois intervient activement dans le domaine social. Les laïcs font irruption dans la vie de l’Église et se déploient ensuite dans la vie sociale. Les jeunes prêtres du Sillon de Marc Sangnier sont les pionniers de ces évolutions. Ils estiment que l’Église ne sait plus se faire écouter des masses, que le christianisme traditionnel dans le cadre de la paroisse ne convient plus aux nouvelles conditions de la vie quotidienne. Ce mouvement se développe ici avec une ampleur rare, aussi bien en ville qu’à la campagne. Après 1905, la crise du Sillon consacre l’hégémonie de l’Action Catholique de la Jeunesse de France (ACJF)63. Les jeunes catholiques interviennent désormais dans un contexte nouveau. Après la séparation des Églises et de l’État, Église et clergé ont perdu leurs moyens, mais sont devenus libres. Renaissance spirituelle, dynamisme social, présence active en politique, les chrétiens de plus en plus minoritaires sont à l’aise dans la cité. Ce sont des militants catholiques qui créent de nombreux syndicats agricoles, s’inscrivant dans un mouvement plus large d’essor des coopératives, caisses mutuelles de crédit et d’assurances en milieu rural. Les Semaines sociales répercutent les discussions sur la condition des travailleurs et les secrétariats sociaux diffusent les doctrines catholiques. En 1909, un projet de Secrétariat social est ébauché à l’issue du congrès de l’ACJF tenu à Besançon.

44Ces préoccupations prennent un nouvel envol au lendemain de la Grande Guerre. Les catholiques animent l’Association comtoise pour la protection des veuves et des orphelins de guerre, la Fédération comtoise des sociétés de secours mutuels, l’Union gymnastique et sportive comtoise, l’Union des familles nombreuses du Doubs… Une Fédération des Syndicats d’Union Sociale de Franche-Comté naît en avril 1919 et rejoint la CFTC. À Besançon, le Secrétariat social fonde une salle de cinéma et un restaurant coopératif. La ville est quadrillée par cinq associations sportives confessionnelles, dont la Bousbotte pour le quartier Battant. Chaque association s’occupe à la fois de sport et de culture : les jeunes quittent le catéchisme pour entrer dans ces clubs catholiques. Elles se regroupent dans le Patronage Sportif Bisontin, le PSB. Des filiales du Secrétariat social s’implantent dans d’autres villes : à sa tête, l’abbé Simonin regroupe 6 000 sociétaires. Le diocèse devient également une terre d’élection pour l’Action catholique spécialisée : Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) et Jeunesse Agricole Chrétienne (JAC) s’implantent rapidement et assez profondément. Cet essor accompagne la rupture avec les milieux les plus marqués à droite, la condamnation de l’Action française par le pape en 1926 en constituant le point d’orgue. Tous ces progrès servent à la fois le renforcement d’une droite libérale et le développement du syndicalisme chrétien.

Entre identité catholique conservatrice et radicalisme : un environnement politique contraignant

  • 64 Claude-Isabelle Brelot, Jean-Luc Mayaud, « Images, représentations, identités en Franche-Comté depu (...)
  • 65 Claude-Isabelle Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Annales Lit (...)
  • 66 Ibid., p. 899.
  • 67 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, op. cit., p. 35.

45Les Églises comme le parti radical s’opposent à l’affirmation des ouvriers en tant que classe mobilisée et façonnent un environnement qui leur est peu favorable. Au xixe siècle, la région apparaît bien intégrée à l’entité nationale64. Le développement industriel participe à ce mouvement d’intégration sans provoquer de bouleversements brutaux. La pyramide sociale apparaît écrasée, avec une implantation nobiliaire réduite dès la fin de l’Ancien Régime et une domination de la petite propriété. Claude-Isabelle Brelot montre que la noblesse conserve un poids social limité après la Révolution65. La propriété noble est absente d’une grande partie du département, même si le secteur occidental connaît ce type de structure foncière et souvent sa domination. Mais la paysannerie n’y est pas soumise comme dans l’Ouest de la France et les nobles se heurtent à la cohésion des communautés rurales. Cette noblesse se range ainsi parmi les noblesses non dominantes66. Elle laisse le champ libre à d’autres notables, mais aussi aux couches supérieures du monde paysan. À l’autre extrémité de la pyramide, la paysannerie du Doubs forme un monde de petits : au milieu du xixe siècle, 70 % des propriétaires possèdent moins de 3 hectares de terre67. La spécialisation collective dans l’activité pastorale ne remet en cause ni les structures de la propriété, ni l’individualisme agraire. Elle permet au monde agricole de se maintenir et de s’intégrer à l’espace économique national. Cette intégration s’appuie également sur une forte scolarisation très précoce ; la quasi-totalité des Comtois sait lire et écrire à la fin du xixe siècle.

  • 68 C.-I. Brelot, J.-L. Mayaud, Genèse d’une représentation, op. cit., p. 2.
  • 69 Pierre Boulanger, La France devant la conscription. Géographie historique d’une institution républi (...)
  • 70 Gérard Noiriel, « Les pratiques policières d’identification des migrants et leurs enjeux pour l’his (...)
  • 71 Labor, De la noce au turbin. Ateliers et gens du Jura, op. cit., p. 72. François Kohler, « Les souv (...)

46La ruralité comtoise a su s’adapter aux mutations des révolutions industrielles68. Cette adaptation renforce l’intégration déjà complète de la Franche-Comté au royaume, puis à la République, avec un sentiment républicain qui s’affirme précocement, en particulier dans le Jura. Ces facteurs contribuent aussi au patriotisme d’une province frontière qui, comme toute cette France du Nord-Est, participe lourdement à la conscription et où la coutume des conscrits demeure vivace69. Ce mouvement d’unification nationale entraîne les mondes populaires tandis qu’il sépare juridiquement les « travailleurs français » des « travailleurs étrangers ». En effet, si les passeports intérieurs sont supprimés, les frontières séparant les États deviennent de plus en plus difficiles à franchir avec l’introduction du passeport et de la carte d’identité70. Habitués à se jouer des frontières, maçons et bûcherons italiens, horlogers suisses et français sont confrontés à cette division supplémentaire. Ils regrettent d’avoir perdu la liberté de franchir facilement « les monts » qui séparent le Haut-Doubs des Franches Montagnes, sans passeport, au gré de leurs déplacements71.

  • 72 C.-I. Brelot, J.-L. Mayaud, Genèse d’une représentation : la Franche-Comté, op. cit., p. 2.
  • 73 Ibid., p. 2.
  • 74 J.-L. Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, op. cit., p. 328.

47Depuis le milieu du xixe siècle, le Doubs est fortement marqué par le développement d’une identité régionale catholique conservatrice. Claude-Isabelle Brelot a montré que l’image d’une région conjuguant catholicisme triomphant et conservatisme politique se forge d’abord au sein des populations du Haut-Doubs, avant de se diffuser dans les autres départements comtois72. C’est Charles de Montalembert, Comtois d’adoption, élu député du Doubs de 1848 à 1857, qui exprime le plus fortement cette vision romantique de la région, autour de la formule du « Tyrol de la France ». De l’image-type des montagnes, elle devient un stéréotype : comme d’autres régions, la Comté fait l’objet d’une représentation qui réduit le tout à l’une de ses parties, pour mieux le majorer en fonction de certaines valeurs. Pour Claude-Isabelle Brelot, « cette image joue une fonction de rassemblement pour les notables : l’identité régionale chemine ensuite vers le peuple pour devenir collective et trans-sociale73 ». À l’intérieur de la province, le Doubs affirme son identité avec force dans la seconde moitié du xixe siècle, s’imposant par l’expansion de l’économie pastorale de la montagne74.

  • 75 Ibid., p. 327.

48Jean-Luc Mayaud considère que la construction de cette représentation est une étape décisive dans la genèse de la paysannerie conservatrice qui domine ensuite dans ce département75. L’essor de l’élevage laitier accompagne la républicanisation des ruraux durant les années 1870-1880. Par ailleurs, les familles qui participent au glissement paysan gardent leurs comportements politiques et religieux dans leurs nouvelles communes de résidence. Grâce à son modèle économique conquérant, la paysannerie des plateaux et de la montagne irradie en quelque sorte le bas pays. Les campagnes qui ont d’abord choisi les républicains, puis les radicaux, votent ensuite de plus en plus pour les candidats conservateurs. Le développement par des catholiques d’organismes en faveur de l’agriculture et l’essor des œuvres chrétiennes favorisent cette évolution.

  • 76 C.-I. Brelot, J.-L. Mayaud, Genèse d’une représentation : la Franche-Comté, op. cit., p. 26.

49Depuis 1876, l’essor de la droite est accentué par l’alignement des circonscriptions électorales sur les arrondissements. Cette décision ne tient pas assez compte par la suite des évolutions démographiques liées à l’industrialisation et elle renforce donc le poids des zones rurales sur le plan électoral. À partir de 1928, le retour au scrutin d’arrondissement accentue encore ces inégalités de représentation liées à la répartition des sièges entre circonscriptions. Celle de Montbéliard, outre des cantons industriels un peu urbain, comporte des cantons totalement ruraux, dont Le Russey, le cœur du « Tyrol de la France ». Comme dans l’essentiel du pays, le découpage électoral se fait au détriment de l’espace urbain et le monde industriel demeure sous-représenté sur le plan politique. Au début du xxe siècle, l’affirmation de l’image de la Franche-Comté n’est plus aussi consensuelle76. Le nord de la région s’efforce d’affirmer ses particularités économiques et religieuses. Un projet de création d’un département pour le Pays de Montbéliard voit même plusieurs fois le jour, à nouveau au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

  • 77 Yves-Claude Lequin, Zoom, exploration méthodique, impertinente, exotique du devenir d’une région, B (...)
  • 78 Ibid., p. 24

50Par ailleurs, la conscience d’appartenir à des entités locales se maintient dans les campagnes. Elle s’appuie notamment sur la permanence de réalités matérielles collectives comme les terrains communaux ou l’affouage. Ces intérêts sont jugés importants par les habitants qui s’efforcent de les contrôler de près, qu’ils soient paysans ou ouvriers. Claude-Yves Lequin a montré combien l’intérêt pour les élections municipales reste particulièrement vif, sans compter la résistance tenace à la fusion de communes jusqu’aux années 1990, même lorsque le nombre de résidents est devenu dérisoire77. La Franche-Comté, et à l’intérieur de celle-ci, le Doubs, est la région qui compte le plus de petites communes et où la taille communale est la plus basse, 600 habitants pour une moyenne nationale de 1 500 dans les années 1980. Solidarité villageoise et « rivalités de clochers » vont de pair dans les campagnes. Les villes participent aussi à ce fond de particularisme. Les relations entre cités sont rarement harmonieuses et fondées sur la recherche de complémentarité, chaque ville s’est ainsi forgé son « identité urbaine »78. Les besoins d’identité sociale, en particulier des ouvriers, se font plus pressants depuis la fin du xixe siècle. La construction des identités nationales et régionales s’inscrit donc dans une pluralité, voire une rivalité des appartenances qui traversent les mondes populaires.

  • 79 François Salmon, « La gauche avancée aux élections législatives de 1849 », Communisme, 1991, n° 28, (...)

51Le Doubs appartient à la France de l’Est réfractaire au socialisme. Dans quelle mesure s’agit-il d’une continuité politique que l’examen des résultats électoraux sur un siècle permettrait de souligner ? Aujourd’hui les sciences sociales prennent en compte l’espace comme une donnée structurante des attitudes sociales. Frédéric Salmon a ainsi présenté une carte originale des résultats de la gauche avancée aux élections législatives de 1849, qui seraient fondateurs de permanences politiques à l’échelle cantonale79. Par « gauche avancée », il désigne les courants les plus à gauche apparus dans les scrutins électoraux, des démocrates-socialistes de 1849 au parti communiste.

Carte n° 9 : Suffrages des listes démocrates-socialistes, élections législatives de 1849 par cantons.

Carte n° 9 : Suffrages des listes démocrates-socialistes, élections législatives de 1849 par cantons.
  • 80 Louis Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République. Une Évolution politique origina (...)
  • 81 François Salmon, Atlas électoral de la France 1848-2000, Paris, PFNSP, 2000, p. 21.

52Les suffrages de 1849 révèlent de nettes différences entre les départements franc-comtois. Ainsi le Jura donne en moyenne entre 40 % et 50 % des électeurs inscrits en faveur des démocrates-socialistes, preuve d’un engagement républicain très prononcé. Dans le Doubs en revanche, les démocrates-socialistes rassemblent seulement entre 10 et 20 % des électeurs. Seuls les cantons de Besançon, Quingey, Baume-les-Dames et Montbéliard leur donnent de 20 à 29,9 % des inscrits, cinq autres se situent entre 10 et 19,9 %, les autres restant sous la barre des 10 %. Ces scores démocrates-socialistes, déjà bien faibles, sont plus élevés dans le bas pays que sur les plateaux et la montagne. Ces élections positionnent donc l’ensemble du département comme une zone de faiblesse de la gauche avancée. Ces résultats sont-ils fondateurs de comportements électoraux durables perceptibles à l’échelle du canton ? Plusieurs autres scrutins montrent les mêmes disparités. Ainsi au plébiscite de mai 1870, le vote « non », signe d’opposition à l’Empire, apparaît très faible dans les cantons des plateaux et de la montagne, alors qu’il s’élève à 61 % à Besançon et à 67 % dans la ville de Montbéliard80. Aux élections législatives de 1877, les plateaux accordent une majorité de suffrages aux candidats conservateurs, quand les cantons cités plus haut votent majoritairement pour le candidat républicain81. Surtout, alors que les scores socialistes et communistes s’avèrent très faibles à l’échelle départementale, inférieurs à ses moyennes nationales jusqu’en 1936 pour le premier parti et en permanence pour le second, ces partis obtiennent leurs meilleurs résultats dans les cantons où le vote démocrate-socialiste de 1849 était le plus élevé.

  • 82 L. Mairry, Le Doubs sous la Troisième république, op. cit., p. 139-140.
  • 83 Joseph Pinard, « Notes sur l’évolution politique du Doubs sous la Quatrième République », art. inéd (...)

53Il faut attendre 1898 pour que les socialistes se présentent aux élections législatives, dans seulement trois circonscriptions sur cinq. En avril-mai 1914, ils obtiennent entre 5 et 10 % des suffrages exprimés pour l’ensemble du département, mais avec une percée à 10 % dans le Pays de Montbéliard82. Après la Première Guerre mondiale, la SfiO progresse et obtient ses meilleurs résultats dans les cantons d’Audincourt et d’Hérimoncourt. En 1945, elle obtient à nouveau ses scores les plus élevés, dans l’ordre, dans les cantons d’Audincourt, Montbéliard, Pontarlier, Marchaux83. Et au même moment, le PCF recueille plus de 25 % des suffrages exprimés également dans les cantons du Pays de Montbéliard. Ici l’arrivée d’habitants venus d’autres départements et l’industrialisation tendent à modifier les équilibres électoraux antérieurs. Les ouvriers protestants pratiquants demeurent longtemps conservateurs, respectueux de leurs patrons et des élites en général. Socialistes et communistes obtiennent leurs voix parmi la frange d’électeurs détachés de la religion.

  • 84 ADD, M 165, M 167, M 168, M 170, Résultats des élections législatives.

54À l’inverse, les scores socialistes restent réduits dans pratiquement toutes les zones rurales, presque aussi faibles dans le bas pays que sur les plateaux et la montagne, avant comme après 1914. Les socialistes ne percent pas dans les cantons les plus détachés sur le plan religieux où ce sont les radicaux qui continuent de capter les électeurs opposés à la droite cléricale84. En 1950, le secrétaire de la Fédération SfiO décrit les villages agricoles avec des termes qui rappellent ceux de ses prédécesseurs :

  • 85 OURS, « correspondance fédérale 1944-1959 ».

Les campagnes sont partagées entre une région agricole riche, montagne et plateau, où règne un esprit clérical et réactionnaire pire que dans le pays Retz ou le bocage vendéen ; une région agricole pauvre où nous comptons certaines sympathies […] Arc-et-Senans est formé de deux agglomérations, Arc agricole et réactionnaire, Senans où nos amis sont pauvres et difficiles à grouper […] Levier quelques sympathisants artisans ou commerçants impossibles à organiser vu le milieu. Montbenoît, village agricole et réactionnaire rien à faire. Les fins commune cléricale85.

  • 86 ADD, M 170, résultats des élections législatives de 1936.
  • 87 Georges Michelat, Michel Simon, Classe, Religions et comportement politique, Paris, PFNSP, 1977, p. (...)

55Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les arguments des socialistes et communistes n’entament pas le socle radical, y compris dans des communes à population majoritairement ouvrière : en 1936, dans le village de Laissey, les scores socialistes et communistes réunis dépassent à peine les 5 %86. Malgré une nette progression à la Libération, le vote communiste demeure relativement faible, seulement 18 % des suffrages au niveau départemental en octobre 1946, lorsque le PCF devient le premier parti de France avec 26 % des suffrages exprimés. À cette date, une assez bonne corrélation entre vote communiste et population ouvrière fonctionne à l’échelle du canton dans certaines zones du pays. Mais comme pour les démocrates-socialistes en 1849 dans une partie de la France pauvre, le facteur religieux a empêché le communisme de déborder sérieusement de la France laïque : plus le niveau d’intégration religieuse est élevé, plus le comportement politique apparaît lié à cette variable et dépend peu de l’appartenance sociale87. Ainsi dans ce département, les cantons qui concentrent les plus fortes proportions d’ouvriers ne donnent pas au PCF tous les résultats qu’il pourrait attendre.

Carte n° 10 : Suffrages obtenus par le PCF, élections législatives de novembre 1946, par canton.

Carte n° 10 : Suffrages obtenus par le PCF, élections législatives de novembre 1946, par canton.
  • 88 J. Mischi, Servir la classe ouvrière, op. cit. Michel Pigenet, Les ouvriers du Cher (fin xviiie siè (...)
  • 89 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit.,

56Cette analyse confirme l’existence d’espaces électoraux infradépartemantaux stables dans lesquels s’organisent des configurations particulières, continuités consolidées par le maintien des circonscriptions sur la base de l’arrondissement. La diversité des comportements en fonction des secteurs géographiques demeure et se reproduit sur un siècle. Les substrats favorables ou défavorables à tel ou tel vote impriment une marque sur les choix locaux. L’influence de celle-ci perdure ensuite, même effacée par de nouvelles conditions. Une forte tradition conservatrice perdure dans une grande partie du Doubs. Quant aux cantons qui accordaient le plus de voix à la gauche en 1849, ils n’ont pas atteint un seuil tel qu’une tradition locale contestataire puisse apparaître. Par la suite, ce département ne connaît pas d’autres formes de contestation républicaine et populaire. Dans d’autres départements à dominante rurale comme l’Allier et le Cher, les socialistes puis les communistes peuvent se présenter comme les héritiers d’une tradition progressiste qu’ils entendent poursuivre88. Ceux du Doubs ne le peuvent pas et pour cause. Cette fermeture au socialisme n’est pas propre à ce département, dont Louis Mairry a montré l’originalité entre 1871 et 194089. Ses électeurs choisissent d’abord délibérément la République et la gauche radicale, avant de se rallier à la droite après la Grande Guerre.

  • 90 AMM, Per 15, Le Pays de Montbéliard, 1895-1913. ADD, M 569-573, dossiers de médailles du travail, 1 (...)
  • 91 Jean-William Dereymez, « Le patron, l’ouvrier, la République : fêtes patronales, fêtes ouvrières, e (...)
  • 92 J. Courtieu (dir.), Dictionnaire des communes du département du Doubs, op. cit., notice Montbéliard

57La majorité des industriels sont républicains puis radicaux. Dès les premières années de la République, les industriels du Pays de Montbéliard affichent publiquement des opinions républicaines. Ils briguent à l’envi les mandats électoraux et encouragent leurs ouvriers et concitoyens à voter républicain. Par les pressions qu’ils exercent jusqu’à l’intérieur des usines, ils pèsent efficacement sur l’issue des scrutins. De plus, Schwob à Héricourt comme les Peugeot sont dreyfusards et s’engagent à la Ligue des Droits de l’Homme. La plupart des patrons protestants participent également à la diffusion de la culture républicaine, notamment lors de la remise des médailles du travail aux anciens ouvriers et employés. Accordées en deux promotions, l’une au 1er janvier et l’autre à l’occasion de la fête nationale, elles sont dès l’origine conçues comme un élément de la symbolique républicaine. C’est dans le cadre de ces cérémonies que les médailles sont remises, avec citation dans la presse90. Tout en devenant au fil des années un rite patronal, le lien avec le rite civique est donc maintenu ici jusqu’à la Première Guerre mondiale. L’attitude des Peugeot tranche donc avec celle des Schneider et Michelin qui combattent les références républicaines jusque dans leurs usines91. Cet engagement de la majorité des industriels n’est pas sans impact sur l’affirmation politique des ouvriers. En effet, ceux-ci votent pour la République au même titre que leurs employeurs. Dans cette période d’enracinement du nouveau régime, voter républicain puis radical revient à choisir de voter pour son patron ou son représentant officiel. Et en l’absence prolongée de candidats socialistes, cet alignement ne peut rester sans conséquence. Les dominés sont influencés par ces discours qui légitiment la République bourgeoise. Cette situation nourrit un décalage entre l’identité sociale des ouvriers et leur orientation politique en formation. Sur le plan électoral, ce courant radical mobilise fortement les ouvriers, même si une partie des classes populaires se réfugie dans l’abstention, élevée à Montbéliard jusqu’à la fin du xixe siècle92. Dans le Haut-Doubs, le voisinage suisse a été déterminant et le radicalisme neuchâtelois a fortement influencé les bourgs horlogers.

  • 93 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 244-245.
  • 94 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 131.
  • 95 Ibid., p. 169.
  • 96 Ibid., p. 139.
  • 97 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 246.

58À Besançon et Belfort, les radicaux jouent également un rôle dans la naissance du mouvement ouvrier. Vers 1900, les militants ouvriers radicaux sont nombreux et actifs dans ces villes. À Besançon, ils s’appuient sur Le Petit Comtois, journal qui a pour objectif d’atteindre le « petit peuple », et qui devient rapidement un quotidien fort lu en ville comme à la campagne. Une myriade de comités du parti, constitués par quartier, contrôlés par la petite bourgeoisie locale, mais largement ouverts aux ouvriers, enracinent cette influence93. À la veille de la Première Guerre, les radicaux détiennent six parlementaires sur huit, la majorité au conseil général jusqu’en 1913 et la plupart des villes. Le radicalisme est donc devenu la force politique prépondérante du département avant de connaître une crise au début du xxe siècle. Selon Louis Mairry, « les radicaux se divisent à partir du moment où, la séparation des Églises et de l’État étant réalisée et l’anticléricalisme n’étant plus le ciment de leur unité, rivalités et ambitions personnelles se donnent libre cours94 ». Les causes de l’effritement progressif de leur clientèle populaire apparaissent dès lors plus politiques, liées à leur action gouvernementale, avec des réformes sociales très limitées, critiquées par les socialistes et la CGT. Ainsi aux élections municipales de 1912 à Besançon, bien des électeurs populaires se sont abstenus aux deux tours et la droite l’emporte95. Aux législatives de 1914, dans les circonscriptions remportées par les radicaux, les scrutins sont devenus plus serrés et ont même provoqué des ballottages dans les vieux fiefs radicaux de Besançon-ville et de Montbéliard, où ce sont les voix socialistes qui ont fait la décision au second tour. En plus, le report de ces voix s’avère moins bon qu’à Besançon : les critiques faites par les socialistes au candidat radical, avocat d’affaires des Peugeot, accusé d’être un complice de ces industriels, ont laissé des traces96. À Besançon, Jean Charles estime cependant que « l’audience des radicaux parmi les ouvriers n’est guère entamée par l’apparition du socialisme électoral qui demeure une force d’appoint sur le plan législatif97 ».

59Faute d’une critique ferme de son anticléricalisme par les socialistes, le radicalisme garde après 1914 une image de « gauche » marquée, en dépit de la réalité de son contenu politique. Ce courant reste-t-il pour beaucoup la solution la plus efficace pour barrer la voie à la droite sur le plan électoral ? Dans ce cas, le vote radical des ouvriers serait avant tout un vote « contre », qui se maintient même après la disparition de l’enjeu politique d’origine. Comme l’anticléricalisme diffusé par les radicaux perdure comme élément de structuration partisane, il leur permet de conserver l’essentiel des voix des ouvriers. Il masque leurs positions conservatrices sur le plan social. Lorsque l’enjeu religieux s’atténue après la séparation de l’Église et de l’État, la droite commence alors à progresser un peu parmi les ouvriers.

  • 98 L. Mairry, Le Doubs sous la Troisième république, op. cit., p. 154.

60Le Doubs amorce donc un virage vers la droite dès les premières années du xxe siècle. Une nouvelle droite républicaine s’organise autour de l’Action Libérale Populaire (ALP), s’appuyant sur l’investissement des catholiques dans le domaine social. Solidement implantée dans le département, mais entraînant peu d’ouvriers dans ces rangs, la droite peut désormais apparaître unie dans tous les scrutins98. L’arrondissement de Montbéliard devient l’enjeu majeur à partir des élections législatives de 1902. L’ALP choisit là un grand patron républicain protestant en la personne de Gaston Japy. Certes les antagonismes politiques entre protestants et catholiques dans l’enclave montbéliardaise demeurent marqués jusqu’en 1939, mais quand il s’agit de défendre un candidat conservateur, militants et électeurs catholiques savent dépasser les clivages confessionnels. Leurs journaux soutiennent Japy sans retenue. Dès sa première candidature, les électeurs des cantons catholiques sur les plateaux lui accordent une forte majorité. Le candidat radical soutenu par les Peugeot l’emporte grâce aux voix obtenues dans le Pays de Montbéliard luthérien. Cette droite libérale se rallie au nationalisme vers 1910. Entre 1919 et 1940, la droite s’ancre profondément dans le Doubs. Elle obtient trois députés sur cinq en 1928, puis la totalité en 1936. Elle dispose également de la majorité au conseil général, aux conseils d’arrondissements, dans les conseils municipaux et les trois sièges de sénateurs. À partir de 1924, la création de l’Union Nationale Républicaine (UNR) dans ce département devient l’instrument essentiel de ses succès. Ce parti réussit à unir durablement libéraux (catholiques), modérés et « républicains de gauche » (en réalité de centre-droit). Selon Louis Mairry, le nouveau parti bénéficie de l’appui de personnalités d’envergure :

  • 99 Ibid., p. 432.

Très tôt, les marquis De Moustier se présentent comme des républicains progressistes. Cette famille de propriétaires fonciers dispose d’une clientèle dans l’arrondissement de Baume-les-Dames, mais aussi dans le reste du département […] Avec une continuité remarquable, les De Moustier donnent de 1877 à 1958 conseillers généraux, présidents du Conseil général, députés et sénateurs. Mais c’est Georges Pernot, un des fondateurs de l’UNR, qui devient le vrai patron du parti. C’est un pionnier dans le domaine des mutuelles et du mouvement familial. Plusieurs fois ministre à la fin des années 1920, il se réclame de la démocratie chrétienne99.

  • 100 J. Pinard, « Notes sur l’évolution politique du Doubs », art. cité, p. 73.

61Comme l’écrit Joseph Pinard, « la droite du Doubs a gagné la bataille au centre…100 ». Dans le Jura, la gauche remporte au contraire tous les sièges, en se dotant même d’un député socialiste en 1914. Et après la parenthèse de l’Union sacrée, elle reprend le département à la droite. C’est dans ce département que le socialisme s’implante le plus, quand la Haute-Saône et le Territoire de Belfort demeurent terres de radicalisme.

  • 101 François Bédarida, René Rémond (dir.), « Christianisme et monde ouvrier », Le Mouvement social, cah (...)
  • 102 Voir notamment les évolutions dans le Cher et la Haute-Vienne, M. Pigenet, Les ouvriers du Cher, op (...)

62Dans ce département à dominante chrétienne, la majorité des ouvriers ne manifeste pas une profonde indifférence religieuse, même si des écarts existent entre ville et campagne. Monde catholique et monde ouvrier n’apparaissent pas étrangers l’un à l’autre et les ouvriers n’ont pas pris conscience d’eux-mêmes dans un univers excluant la dimension religieuse101. L’Église et les mouvements chrétiens s’opposent au socialisme, tout en prenant leur distance avec les inégalités sociales les plus criantes, ce qui leur permet de conserver une réelle influence sur une partie des classes populaires. À l’opposé, même pour la frange la plus anticléricale des ouvriers, il n’existe pas de courant « rouge » vivace et populaire capable de structurer une opposition politique sur une base sociale au début de la Troisième République, comme ce fut le cas dans plusieurs départements de l’Ouest du Massif central et du Midi102. Les républicains puis les radicaux n’ont pas été rejetés à droite et la confusion demeure. Le Doubs n’est pas une exception dans cette France de l’Est où les ouvriers conservateurs demeurent nombreux. Dans cet environnement contraignant, des hommes et des femmes ont pourtant cherché à agir pour leur émancipation, d’où l’intérêt de découvrir les caractères du mouvement ouvrier à l’heure de ces premières confrontations.

Notes

1 Maxime Dury, La droite et la gauche. Les lois de la représentation politique, Paris, Eska, 2001, p. 52.

2 Danièle Tartakowsky, « Les traditions identitaires du mouvement ouvrier français », Historien et géographes, 1995, n° 350, p. 327.

3 Fernand Boulard, Premiers itinéraires en sociologie religieuse, Paris, Les Éditions ouvrières, 1954.

4 Sophie Valiton, Les pratiques religieuses chrétiennes dans le diocèse de Besançon 1801-1966, DEA, université de Besançon, 2001.

5 R. Chapuis, Les ruraux, op. cit., p. 54.

6 Ibid.

7 Fernand Boulard, Bernard Delpal (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français xixe-xxe siècle, t. 4, Bourgogne, Franche-Comté, Lyonnais, Savoie et Dauphiné, Grand Midi et Algérie, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, CNRS-UMR 5190, 2011, p. 390.

8 Paul Huot-Pleuroux, La vie chrétienne dans le Doubs et la Haute-Saône de 1860 à 1900, Besançon, Néo-Typo, 1966, p. 89.

9 AAB, Relations des missions, 1890-1910.

10 Gérard Cholvy, Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, t. 2, 1880-1930, Toulouse, Privat, 1986.

11 Jean-Pierre Grallet, « Les relations entre catholiques et protestants dans le Pays de Montbéliard au xxe siècle », dans Gaston Bordet, « Recherches comtoises », Œcuménisme en Franche-Comté, recherches sur les origines, université de Besançon, 1977, p. 28.

12 G. Cholvy, Y. M. Hilaire, Histoire religieuse, op. cit., t. 3, p. 212.

13 J.-P. Grallet, « Œcuménisme en Franche-Comté », art. cité, p. 205. R. Courtieu (dir.), Dictionnaire des communes du Doubs, t. 1, p. 170-179.

14 F. Boulard, B. Delpal, Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français, t. 4, op. cit., p. 36.

15 Gérard Cholvy, « Déchristianisés ? Les ouvriers en France (xixe-xxe siècle) », Historiens et géographes, 1995, n° 350, p. 312.

16 Sophie Valiton, dans Y.-M. Hilaire (dir.), Matériaux pour l’histoire religieuse, op. cit., t. 4, p. 38.

17 Ibid., p. 39-40.

18 F. Boulard, S. Rémy, Pratique religieuse et régions culturelles, Paris, Éditions ouvrières, 1968.

19 Pour citer les rapports des missions conservées aux archives de l’archevêché de Besançon (AAB), nous indiquons la paroisse, suivie de la date entre parenthèses, ce qui renvoie aux cahiers correspondants : 1890-1910, 1911-1931, 1932-1952 et 1953-1971.

20 Bulletin paroissial de Montbéliard (1948), dans G. Cholvy, La religion en France de la fin du xviiie siècle à nos jours, Paris, Hachette-supérieur, coll. « Carré-histoire », 1991, p. 135-137.

21 AAB, La Voix diocésaine, 15/12/1955.

22 Le Petit Écho de la Madeleine, 2 avril 1936, cité par Daniel Weber, La Madeleine et les Bousbots, Besançon, Néo éditions, 2006, p. 204.

23 F. Boulard, B. Delpal, Matériaux pour l’histoire religieuse du peuple français, op. cit., p. 392.

24 Ibid.

25 Les ordinations de prêtres passent de 97 entre 1921 et 1925 à 249 entre 1946 et 1956 : P. Huot-Pleuroux, Le recrutement sacerdotal, op. cit., carte annexes.

26 Ibid., annexes p. 20-21.

27 Sur cet aspect, voir Vincent Petit, « Le clergé contre l’ivrognerie dans les montagnes catholiques du Doubs au milieu du xixe siècle », Barbizier, 1999, n° 22, p. 251-281.

28 La Voix diocésaine de Besançon, 15/12/1955.

29 P. Lovy, « Protestantisme », dans « Le département du Doubs a cent ans », MSED, 1965, p. 95.

30 Joseph Pinard, « Cléricalisme et anticléricalisme dans le Haut-Doubs au début du xxe siècle », MSED, n° 34, 1992, p. 142.

31 D. Weber, La Madeleine et les Bousbots, op. cit., p. 138.

32 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 248.

33 Sur l’Université populaire, voir Gisèle David, « L’enseignement supérieur pour tous » : l’université populaire de Besançon (1900-1908), mémoire de maîtrise, université de Franche-Comté, 1986.

34 Ibid., p. 85.

35 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 248.

36 Maison du Peuple de Besançon, catalogue des bibliothèques de la Bourse et du Cercle du travail, 1922.

37 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 276.

38 Eugène Hug, Émile Rigoulot, Le croque-rave libertaire. Mémoire d’un ouvrier d’Audincourt, Paris, Les Presses d’aujourd’hui, 1980, p. 32.

39 Vincent Petit, « Religion, fanfare et politique : la musique sacrée et la sacrée musique de Charquemont », Barbizier, n° 21, 1996-1997, p. 40-41.

40 Claude Royer, « Hommes dans les bois et hommes des bois », dans Pierre Gresser (dir.), L’homme et la forêt en Franche-Comté, Besançon, CUER-Université de Franche-Comté, 1983, p. 164-165.

41 « Jacques Homme, extrait des bulletins de la paroisse de la Madeleine », cité par D. Weber, La Madeleine et les Bousbots, op. cit., p. 135. Henri Souque confirme ce comportement chez son père dans les années 1930, capable d’insulter des prêtres dans la rue.

42 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 277.

43 John M. Merriman, Limoges, la ville rouge. Portrait d’une ville révolutionnaire, Paris, Belin, 1990 pour la traduction française.

44 René Rémond, L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, Paris, Fayard, 1976, p. 270.

45 Joseph Pinard, « À propos de l’abbé Marmier. Trois quarts de siècle d’histoire à travers l’évocation de trois curés de la Madeleine à Besançon (1850-1925) », Barbizier, n° 29, 2005, p. 119-128.

46 Entretiens avec Henri Souque et René Maisonneuve.

47 J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF Mouvement social, op. cit., cinquième partie 1940-1968, notice Jean Minjoz.

48 Le communiste Jeanbourquin est un des dirigeants de celle de Valentigney : RGASPI, 495-270- 3437, autobiographie de Charles Jeanbourquin, 6/11/1937. J. Maitron, C. Pennetier, DBMOF, op. cit., quatrième partie 1914-1939, notice Ernest Lelache.

49 RGASPI, 495-270-71, autobiographie de Léon Nicod, 19/12/1938. Henri Janin signale aussi l’engagement républicain et anticlérical de son père : RGASPI, 495-270-28, autobiographies rédigées le 5/01/1931, le 29/12/1932 à Moscou, la dernière en juillet 1937.

50 ADD, M 2052, commissariat spécial de Besançon, 10/02/1932.

51 Entretien avec Jean Charles.

52 Dans leur autobiographie rédigée pour la commission des cadres du parti, quelques militants passent même sous silence leurs attaches avec la Libre pensée, un engagement considéré comme d’un autre âge en 1937-1938. RGASPI, 495-270-3425, autobiographie de Robert Charles, 6/01/1937.

53 Vincent Petit, « Lacrècheet lescatholiquessociauxbisontins », Barbizier, n° 27, 2003, p. 187-188.

54 Jean-Luc Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, Besançon, Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 1986, p. 252.

55 Remarques de Vincent Petit, juin 2012.

56 Cité par D. Lonchampt, La séparation des Églises et de l’État, op. cit., p. 165.

57 Catéchisme à l’usage du diocèse de Besançon, Besançon, imprimerie Jacques et Demontrond, 1921, réédition 1934.

58 Entretien avec Robert Charles.

59 J. Pinard, « Cléricalisme et anticléricalisme », art. cité, p. 142.

60 Ibid.

61 A. Gueslin, Les hommes du pneu, op. cit., p. 247. J. Merriman, Limoges, la ville rouge, op. cit., p. 303.

62 G. Cholvy, Y. M. Hilaire, Histoire religieuse de la France, op. cit., t. 3, p. 179.

63 V. Petit, « Le congrès de la Jeunesse Catholique de Besançon en 1898 et ses suites : l’ACJF contre le Sillon ? », dans Le Sillon de Marc Sangnier et la démocratie sociale, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006, n° 26, p. 116.

64 Claude-Isabelle Brelot, Jean-Luc Mayaud, « Images, représentations, identités en Franche-Comté depuis la Révolution. Genèse d’une représentation : la Franche-Comté, “Tyrol de la France” », appel d’offre 1983, opération n° 1, université de Besançon.

65 Claude-Isabelle Brelot, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Annales Littéraires de l’université de Besançon, 1992, vol. 1, p. 233-235.

66 Ibid., p. 899.

67 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, op. cit., p. 35.

68 C.-I. Brelot, J.-L. Mayaud, Genèse d’une représentation, op. cit., p. 2.

69 Pierre Boulanger, La France devant la conscription. Géographie historique d’une institution républicaine (1914-1922), Paris, Économica, 2001.

70 Gérard Noiriel, « Les pratiques policières d’identification des migrants et leurs enjeux pour l’histoire des relations de pouvoir. Contribution à une réflexion en “longue durée” », dans G. Noiriel, État, nation, op. cit., p. 331-348.

71 Labor, De la noce au turbin. Ateliers et gens du Jura, op. cit., p. 72. François Kohler, « Les souvenirs de Roger Boudrié, ouvrier horloger jurassien », Revue européenne des sciences sociales, 1973, n° 29, p. 127-188.

72 C.-I. Brelot, J.-L. Mayaud, Genèse d’une représentation : la Franche-Comté, op. cit., p. 2.

73 Ibid., p. 2.

74 J.-L. Mayaud, Les Secondes Républiques du Doubs, op. cit., p. 328.

75 Ibid., p. 327.

76 C.-I. Brelot, J.-L. Mayaud, Genèse d’une représentation : la Franche-Comté, op. cit., p. 26.

77 Yves-Claude Lequin, Zoom, exploration méthodique, impertinente, exotique du devenir d’une région, Besançon, Cêtre, 1990, p. 23.

78 Ibid., p. 24

79 François Salmon, « La gauche avancée aux élections législatives de 1849 », Communisme, 1991, n° 28, p. 69-82. Annie Bleton-Ruget, « Comportements et espaces électoraux : l’exemple du département de la Saône-et-Loire (1906-1956), « Voter et élire à l’époque républicaine », Territoires contemporains, 1999, n° 4, Université de Bourgogne, p. 157-203.

80 Louis Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République. Une Évolution politique originale, Besançon, Cêtre, 1992, p. 12.

81 François Salmon, Atlas électoral de la France 1848-2000, Paris, PFNSP, 2000, p. 21.

82 L. Mairry, Le Doubs sous la Troisième république, op. cit., p. 139-140.

83 Joseph Pinard, « Notes sur l’évolution politique du Doubs sous la Quatrième République », art. inédit, f° 12.

84 ADD, M 165, M 167, M 168, M 170, Résultats des élections législatives.

85 OURS, « correspondance fédérale 1944-1959 ».

86 ADD, M 170, résultats des élections législatives de 1936.

87 Georges Michelat, Michel Simon, Classe, Religions et comportement politique, Paris, PFNSP, 1977, p. 464.

88 J. Mischi, Servir la classe ouvrière, op. cit. Michel Pigenet, Les ouvriers du Cher (fin xviiie siècle- 1914). Travail, espace et conscience sociale, Paris, Institut CGT d’histoire sociale, 1990.

89 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit.,

90 AMM, Per 15, Le Pays de Montbéliard, 1895-1913. ADD, M 569-573, dossiers de médailles du travail, 1899-1912.

91 Jean-William Dereymez, « Le patron, l’ouvrier, la République : fêtes patronales, fêtes ouvrières, et fêtes républicaines au Creusot et à Montceau-les-Mines (fin xixe-début xxe siècle) », dans Maurice Agulhon (dir.), Cultures et folklores républicains, « Les marques républicaines dans la culture républicaine en France », 1992, Éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, 1995, p. 132. C. Gueslin, Michelin, les hommes du pneu, op. cit., p. 247.

92 J. Courtieu (dir.), Dictionnaire des communes du département du Doubs, op. cit., notice Montbéliard.

93 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 244-245.

94 L. Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, op. cit., p. 131.

95 Ibid., p. 169.

96 Ibid., p. 139.

97 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 246.

98 L. Mairry, Le Doubs sous la Troisième république, op. cit., p. 154.

99 Ibid., p. 432.

100 J. Pinard, « Notes sur l’évolution politique du Doubs », art. cité, p. 73.

101 François Bédarida, René Rémond (dir.), « Christianisme et monde ouvrier », Le Mouvement social, cahier n° 1, 1975, Les Éditions ouvrières, p. 289-300.

102 Voir notamment les évolutions dans le Cher et la Haute-Vienne, M. Pigenet, Les ouvriers du Cher, op. cit. J. Merriman, Limoges, la ville rouge, op. cit.

Table des illustrations

Titre Carte n° 9 : Suffrages des listes démocrates-socialistes, élections législatives de 1849 par cantons.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Carte n° 10 : Suffrages obtenus par le PCF, élections législatives de novembre 1946, par canton.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search