Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Première partie. Les ouvriers dans leur environnement

Chapitre 2. Le cadre industriel et la domination patronale

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Daviet, La société industrielle en France, 1814-1914, Paris, Seuil, 1997.
  • 2 Jean-Claude Daumas (dir.), Les systèmes productifs dans l’Arc jurassien. Acteurs, pratiques et terr (...)

1Au xixe siècle, en France, en Suisse et dans les pays germaniques, la structure industrielle apparaît peu polarisée sur le plan sectoriel et spatial1. Si la grande usine a fini par s’imposer en France, la diversité des territoires de l’industrie demeure. Certains espaces ruraux connaissent alors un réel dynamisme, notamment de part et d’autre de la frontière franco-suisse, où se sont développées des activités qui partagent des caractéristiques communes2. Les interactions qui s’établissent dans et autour des entreprises peuvent renforcer ou atténuer l’homogénéité et la cohésion des groupes ouvriers. C’est en leur sein que s’affirment les politiques ouvrières du patronat, conçues pour retenir le personnel et freiner le développement d’une conscience de classe mobilisée. Mise en œuvre dans quelques entreprises pionnières, la rationalisation de la production modifie partiellement l’exercice du travail et la répartition de la main-d’œuvre.

Entre industries rurales et grandes usines

2Au début du xxe siècle, la Franche-Comté a derrière elle une longue tradition industrielle pour ses salines, ses forges, ses papeteries et son horlogerie. Mais la région n’échappe pas, au lendemain de la Grande Guerre, aux contrastes qui caractérisent l’industrie française. Le capitalisme le plus développé, avec des entreprises pionnières, comme Peugeot, la SACM à Belfort et Lip à Besançon, cohabite avec des structures plus traditionnelles. Toutes les formes et tailles d’établissements coexistent, de la ferme-atelier à l’usine de plusieurs milliers de salariés.

  • 3 Jean-Pierre Jacob, Michel Mangin (dir.), De la mine à la forge en Franche-Comté des origines au xxe(...)
  • 4 François Lassus, dans Jean-Claude Daumas, Luc Tissot (dir.), L’Arc jurassien. Histoire d’un espace (...)

3La caractéristique majeure de l’emploi industriel réside ici dans la forte prédominance d’une branche, la métallurgie, qui concentre trois emplois industriels sur cinq durant notre période. Avec ses forges, martinets, tréfileries implantées au fil de l’eau, elle compte dès le xviiie siècle des établissements de plus d’une centaine de personnes. En leur sein, ouvriers internes mais aussi charbonniers en forêt disposent d’un savoir-faire spécialisé qui fait d’eux des ouvriers à part entière3. Cette branche connaît dès l’époque moderne des concentrations qui se renforcent au fil de l’évolution de l’industrie sidérurgique. La décadence des forges comtoises devient irrémédiable dès le milieu du xixe siècle. Seules subsistent la Société des Forges et Haut-fourneaux de Franche-Comté et la Compagnie des Forges d’Audincourt4. Ainsi s’opère le passage de la sidérurgie à la métallurgie. À l’échelle nationale, celle-ci est une des principales branches entraînées par la croissance des années 1920, puis par celle des années 1950-1960. Au sein de la métallurgie, ce sont les activités les plus modernes qui augmentent le plus, la mécanique et l’automobile.

  • 5 Statistique générale de la France, Recensement de 1931, t. 2, op. cit., p. 94. INSEE, Paris, Recens (...)

Tableau n° 8 : Population active totale, ouvriers et employés par branches d’industrie, Doubs, 1931-19545.

Branches d’activité 1931 1954
Mines, énergie, chimie 755 334
Bâtiment, travaux publics 4 647 8 160
Bois, papier, alimentation 9 444 9 049
Textile 4 044 2 629
Métallurgie 34 427 38 810
Autres 2 593 5 949
Total 55 910 64 931
  • 6 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, op. cit., p. 123.

4Le reste des emplois se répartit entre quelques autres branches. Le bâtiment et les travaux publics occupent une place assez réduite, avec une progression limitée entre 1906 et 1931, a contrario de la forte augmentation constatée à l’échelle nationale6. Ici il faut attendre l’après-guerre pour que la construction connaisse une forte croissance. Quant à l’industrie textile, elle occupe une place secondaire, loin derrière la métallurgie, et en diminution.

5À l’échelle française, tout au long du xixe siècle, la part des femmes dans l’emploi industriel est élevée : un tiers en 1914. Le premier xxe siècle connaît une tendance à la masculinisation du monde ouvrier, la part des femmes occupées dans l’industrie diminue entre le début du siècle et les années 1950, si l’on excepte la parenthèse de la Grande Guerre. Le Doubs suit la même évolution et les femmes sont renvoyées brutalement des usines de guerre pour reprendre leur place au foyer. Elles représentent presque un poste d’ouvrier sur trois en 1921, mais seulement un sur quatre en 1954. C’est surtout le maintien d’une paysannerie féminine qui explique cette part relativement faible du travail industriel chez les femmes actives.

  • 7 Statistique générale de la France, Recensement de 1946, t. 2, résultats par département, Paris, Imp (...)

6Dans l’industrie, des branches traditionnellement masculines se féminisent. Dans le travail des métaux, les femmes représentent un quart de l’ensemble des ouvriers durant les années 1920. Le phénomène est particulièrement visible dans l’horlogerie, où les ouvrières comptent pour près de la moitié de l’effectif au lendemain de la Seconde Guerre mondiale7. Dans un contexte de diminution globale de l’emploi dans le textile et la transformation des étoffes, la part de l’emploi féminin dans les filatures et tissages progresse entre 1921 et 1936 : les femmes occupent désormais des emplois délaissés par les hommes. De même, comme à l’échelle nationale, les femmes sont désormais plus nombreuses à travailler dans la métallurgie que dans le textile et le vêtement.

7Au xixe siècle, en France et en Suisse, l’usage de la machine à vapeur demeure limité et l’industrialisation se fait avec le moulin à eau dont le rendement s’améliore. Les ateliers proto-industriels demeurent longtemps actifs. Plus largement, le dualisme de l’industrie française, qui juxtapose de grands établissements et une poussière de petits ateliers, persiste après la Grande Guerre. La France reste un pays de petites et moyennes entreprises, plus encore si l’on compte les artisans et les travailleurs à domicile. Or l’usine a fini par s’imposer à l’Est du pays.

  • 8 Statistique générale de la France, Recensement de 1931, op. cit. Fernand Braudel, Ernest Labrousse (...)

Tableau n° 9 : Répartition des salariés par type d’établissement, industries de transformation en 1931 (pourcentage)8.

Tableau n° 9 : Répartition des salariés par type d’établissement, industries de transformation en 1931 (pourcentage)8.
  • 9 Statistique générale de la France, Recensement de 1926, t. 2, Résultats par département, Imprimerie (...)

8La période 1906-1931 correspond à l’affirmation de la grande usine métallurgique, mécanique et textile. Ces grands établissements ne concernent pourtant qu’une partie de l’appareil productif, celle qui était à la fois la plus concentrée dès l’origine et dont la croissance a renforcé la concentration. Phénomène précoce dans le Doubs, accéléré par la guerre, 2 salariés des industries de transformation sur 3 travaillent dans des établissements employant plus de 100 personnes. En 1926, le Doubs compte 19 établissements de plus de 500 salariés9. Par la suite, ce mouvement de concentration touche davantage la catégorie entre 100 et 500 salariés qui continue de progresser au détriment de celle entre 50 et 100. Si l’on excepte l’usine Peugeot de Sochaux qui dépasse les 10 000 salariés au début des années 1930, la part des établissements de plus de 500 s’est stabilisée.

9À l’échelle du pays, la proportion de salariés de l’industrie employés dans des établissements de moins de 10 salariés a sensiblement reculé entre 1906 et 1931, au terme d’une première vague de concentration. Dans le Doubs, leur part est inférieure à celle constatée au niveau national, mais ce n’est pas une disparition. De même, l’évolution économique et technique ne s’est accompagnée d’aucune normalisation dans l’équipement des unités productives. En 1931, 69 % des établissements industriels français n’utilisent pas l’électricité. Cette indication concerne moins le monde des usines que celui des ateliers, mais elle montre la résistance de ces derniers.

  • 10 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, op. cit., p. 23.
  • 11 Ibid., p. 25.
  • 12 R. Chapuis, Les ruraux du département du Doubs, op. cit., p. 59.
  • 13 Catherine Vuillermot, L’électrification du département du Doubs de la fin du xixe siècle à 1945, mé (...)

10Les campagnes abritent une partie de ces très petits établissements, notamment sur les plateaux et la montagne. Selon Jean-Luc Mayaud, cet espace se caractérise à la fin du xixe siècle par la durable coexistence d’une spécialisation pastorale et d’ateliers proto-industriels conquérants10. Au xixe siècle, les hommes répondent à la forte pression démographique par la démultiplication des ressources locales. L’énergie hydraulique est facile à mettre en œuvre, mais en raison des arrêts d’activité dus à la sécheresse ou aux fortes crues, elle ne permet pas partout l’embauche régulière d’une main-d’œuvre qui vivrait du seul travail de l’atelier. En 1852, le Doubs compte 650 établissements hydrauliques, surtout utilisés par de petits exploitants capables de jongler entre activité agricole et emploi industriel11. Ils s’illustrent notamment dans la transformation du bois, largement représentée en Franche-Comté, depuis le sciage jusqu’à la tournerie dans le Jura. Ainsi en 1950, le Doubs compte 250 scieries pour un total de moins de 1 000 salariés12. L’électrification précoce du département, avec plus de 100 communes sur 650 électrifiées dès 1907, a permis une modernisation des établissements ruraux13.

Carte n° 8 : Établissements industriels de plus de 100 salariés (1948).

Carte n° 8 : Établissements industriels de plus de 100 salariés (1948).
  • 14 Jean-Marc Olivier, « L’industrie rurale douce : un modèle montagnard ? », Ruralia, avril 1999.
  • 15 Claude-Isabelle Brelot, Jean-Luc Mayaud, L’industrie en sabots. Les conquêtes d’une ferme-atelier a (...)
  • 16 F. Vurpillot, La pluriactivité à Montécheroux de 1836 à 1911, op. cit.

11Jean-Marc Olivier a montré que l’Arc jurassien élargi à la Forêt-Noire et aux Alpes du Nord abrite des exemples de réussite durable pendant le xixe et une bonne partie du xxe siècle14. Des espaces ruraux s’industrialisent à partir de la clouterie, taillanderie, horlogerie, lunetterie, travail des pinces… Ainsi la taillanderie de Nans-Sous-Sainte-Anne (canton d’Amancey) se spécialise dans la fabrication de faux et cette maison ne cesse son activité qu’en 196915. Autour de Morez (Jura), les paysans pluriactifs développent d’abord une activité agro-horlogère, puis agro-lunetière à domicile au moins jusqu’en 1914. À Montécheroux, en 1876, 400 ouvriers façonnent chez eux des pinces et outils d’horlogerie pour des fabricants. Plus de la moitié d’entre eux sont à la fois ouvriers et paysans, possédant même la moitié du terroir et les trois-quarts du troupeau communal : la double activité relève d’un double choix délibéré de la communauté agraire. Elle rend possible des salaires peu élevés et donc des produits bon marché, qui connaissent le succès : Montécheroux devient la « capitale mondiale de la pince »16.

  • 17 Aimé Poissenot, Luc Abram, René Pourcelot, Histoire des pinces de Montécheroux, Besançon, Folklore (...)

12L’apogée de l’industrie rurale se situe entre les années 1880 et 1920. La complémentarité entre travail agricole et ressources extérieures permet à bon nombre de paysans de conserver le statut de cultivateur propriétaire et d’éviter l’exode rural. Par la suite, l’essor de quelques-unes de ces entreprises les amène à recruter plusieurs dizaines de salariés. Ainsi la fabrique de volets Mischler basée en Haute-Saône achète une scierie à Maison-du-Bois qui connaît alors une nouvelle croissance. La plupart de ces nouveaux embauchés ne se considèrent plus comme des paysans qui travaillent à temps perdu, mais bien comme des ouvriers. De même à Montécheroux, la fabrication des pinces ralentit à la fin du xixe siècle et les jeunes ouvriers partent travailler dans les grandes usines mécaniques, préférant les horaires fixes, aux salaires réguliers, plutôt que la liberté du travail sans horaires imposés, mais aux gains peu élevés17. La production se maintient avec des hauts et des bas, mais le travail à domicile laisse la place à de petites usines où la production de pinces est mécanisée.

  • 18 Robert Chapuis, Une vallée franc-comtoise, la Haute-Loue. Étude de géographie humaine, Besançon, An (...)

13Bien des entreprises rurales font preuve d’une capacité d’adaptation comme en témoignent celles de la vallée de la Loue. Robert Chapuis a montré qu’un renouvellement s’opère entre 1850 et 193018. La Société des Forges et Haut-fourneaux de Franche-Comté a concentré ses activités sur Fraisans (Jura) et délaisse les productions traditionnelles réparties dans les autres départements comtois. Dans la partie haute de la vallée de la Loue, les anciennes forges et tréfilerie ferment leurs portes ou se reconvertissent dans la clouterie ou la tôlerie. Ces industries réussissent à s’adapter sous la forme d’une métallurgie légère qui exige davantage de savoir-faire et moins de matières premières. Dans ces conditions, l’éloignement de ces dernières n’est plus prohibitif, avant de devenir à nouveau un grave handicap à partir de 1930. À partir du début du xxe siècle, l’exploitation de la rivière pour produire de l’électricité presque gratuitement devient un des avantages les plus précieux des usines de la Haute-Loue. Ornans, en aval de la rivière, connaît un nouveau souffle. En 1919, la société suisse Oerlikon implante une usine de moteurs et appareillages électriques qui compte rapidement 365 personnes. Une usine de tricotage mécanique s’installe avec près de 200 salariés suivie par quelques ateliers de décolletage. Ces entreprises donnent un visage industriel à ce bourg, déplaçant le centre de gravité de la haute vallée de la Loue de l’amont vers l’aval.

  • 19 Livia Rapatel, Le travail et son organisation dans les salines jurassiennes du xixe au xxe siècle, (...)

14Mais d’autres industries déclinent, notamment l’exploitation du sel qui a joué un rôle important en Franche-Comté jusqu’à la Révolution française. Exploitées depuis la fin du xixe siècle, les salines des environs de Besançon utilisent des sources salées et récoltent le sel par chauffage de l’eau jusqu’à son évaporation. Ces sociétés intègrent immédiatement la technique du sondage pour extraire les eaux salées, ce qui permet d’obtenir une production importante, avec des saumures au taux de salinité élevé qui requièrent donc moins de combustible. Le mode de fabrication n’a guère varié jusqu’à la fin de l’activité, tandis que l’archaïsme des techniques a maintenu une organisation rudimentaire du travail19. Malgré quelques changements, le travail demeure peu mécanisé et ne nécessite aucun savoir faire particulier. Ce sont toujours les mêmes gestes séculaires que font des manœuvres formés sur le tas, chauffeurs pour s’occuper des foyers et tireurs de sel. Cette absence de spécialisation permet l’instauration du travail à la tâche dans une ambiance d’atelier très difficile. Le travail est rationalisé pour l’ensachage. Comme leurs homologues jurassiennes, confrontées à l’absence de houille sur place ce qui maintient un coût de fabrication élevé, les salines bisontines se sont enfoncées dans l’archaïsme. Elles se maintiennent pourtant jusqu’aux années 1960.

  • 20 Nathalie Petiteau, La dynamique longue d’un système productif localisé : l’industrie de la montre e (...)

15L’horlogerie a façonné l’identité d’une partie du Haut-Doubs, de Maîche à Morteau. Cette activité a pris la forme d’un système productif localisé, constitué par transfert de savoir-faire et d’hommes à partir de la Suisse20. Quant au pôle montbéliardais, il s’oriente essentiellement vers l’horlogerie de gros volume. Nombre de villages développent une pluriactivité horlogère alimentée dès le xviiie siècle par les établisseurs suisses. L’établisseur, avant tout un négociant, organise la répartition du travail, distribue les matières premières entre des ouvriers à domicile ou dans de petits ateliers. À partir de ces pièces fabriquées séparément, il assemble, « établit » la montre dans son comptoir, puis assure la vente. Dans ces conditions, artisans indépendants et petits patrons horlogers se sont spécialisés dans la fabrication d’un seul type de pièce (cadrans, aiguilles, pignons, boîtiers, etc.). Au xixe siècle, à Besançon comme dans le Haut-Doubs, l’horlogerie fonctionne sous la forme de l’établissage.

  • 21 J.-C. Daumas, L. Tissot (dir.), L’Arc jurassien, op. cit., p. 164.
  • 22 Musée du Temps-Palais Granvelle, L’horlogerie dans ses murs. Lieux horlogers de Besançon et du Haut (...)

16Les années 1880-1900 constituent l’âge d’or du développement horloger du Haut-Doubs, bénéficiant notamment de l’arrivée de l’électricité en 1894, avant même l’équipement de Besançon. Cette période voit le passage d’une horlogerie artisanale à une fabrication mécanisée. Plusieurs catégories d’établissements s’affirment alors : les comptoirs d’établissage ; les ateliers, où des ouvriers travaillent ensemble, mais chacun dans sa spécialité ; les fabriques, dans lesquelles l’ébauche de la montre est fabriquée totalement ou en partie, ou dans lesquelles les pièces détachées sont confectionnées en quantité21. À Besançon, la Société Générale des monteurs de boîtes or rassemble 250 ouvriers, le Val de Morteau avec la grande fabrique Belzon, Maîche avec celle de Rotschi atteignent également un stade industriel22. Même dans les villages, les ouvriers horlogers ne sont plus disséminés dans des ateliers, mais regroupés dans de petites usines.

  • 23 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 18.

17Parallèlement, la pluri-activité intégrée dans la famille recule peu entre 1914 et 1939, qu’il s’agisse de celle à l’extérieur ou de celle à domicile. Les lois des années 1890, qui limitent la journée de travail à onze heures pour les femmes adultes et à dix heures pour les filles de moins de seize ans, encouragent indirectement cette forme de travail féminin. Le travail à domicile connaît même un certain renouveau grâce à la diffusion précoce de l’éclairage électrique qui allonge la durée quotidienne du travail domestique et encourage l’utilisation de petits moteurs. Dès les années 1890, l’électrification du plateau de Maîche facilite ainsi l’emploi d’ouvrières de l’horlogerie dans les villages. Les nébuleuses industrielles rurales en profitent, avec l’envolée des industries du vêtement, tissage dans le Choletais, bonneterie dans l’Aube mais aussi dans bien des villes comme à Besançon23.

  • 24 N. Petiteau, Les établissements Bourgeois, op. cit., p. 447.
  • 25 Ibid., p. 403.

18Dans les bourgs horlogers, le monde ouvrier affirme d’abord son identité, non au travers de luttes l’opposant au patron, mais en quittant radicalement la terre. Pour Nathalie Petiteau, c’est probablement là que se réalise l’unité du monde horloger : patrons et ouvriers ont quitté la terre et vivent exclusivement de l’horlogerie, affirmant ainsi leur différence vis-à-vis de la paysannerie24. Les rapports que les ouvriers entretiennent avec les petits patrons renforcent même l’affirmation de cette identité : ouvriers et paysans ne se mêlent pas et ne s’apprécient guère25. Élaborée autour de l’appartenance à une branche d’activité, cette identité horlogère incorpore également un net engagement républicain, puis radical à partir de la fin du xixe siècle. La présence ancienne d’établissements dans les campagnes nourrit une accoutumance au travail industriel tout en limitant l’exode rural. Si les fermes-ateliers ne bouleversent pas le paysage, ce sont bien les usines qui donnent un visage industriel à une partie des campagnes, dans les vallées et une partie du Haut-Doubs.

  • 26 Jean-Pierre Boccard, Les débuts du mouvement syndical à Besançon de 1914 à 1936, mémoire DES, unive (...)
  • 27 Statistique générale de la France, Résultats des recensements, 1926, 1931, 1936, op. cit. J.-P. Boc (...)
  • 28 J. Mauerhan, Horlogers et horlogères à Besançon, op. cit., p. 229.

19Chef-lieu du département, Besançon se distingue comme une ville horlogère et d’entreprises de taille moyenne. Elle demeure la capitale de l’horlogerie française durant toute notre période et cette branche y occupe longtemps la première place dans l’emploi. Comptant autour de 8 000 personnes vers 1890, les effectifs diminuent inexorablement par la suite. Au milieu des années 1920, elle emploie probablement entre 3 000 et 3 500 personnes26, ce qui correspond à un peu plus du tiers des effectifs du département27. À cette échelle, la part de l’horlogerie dans les industries de transformation ne cesse de diminuer pour se stabiliser autour de 11 % dans les années 1930. Besançon est spécialisé dans la fabrication des boîtes de montres avec une organisation du travail selon le modèle de l’établissage. À la fin du xixe siècle, les horlogers de cette ville peinent à rassembler les capitaux nécessaires à la mécanisation. Selon Joëlle Mauerhan, ils suivent avec réticence l’évolution vers la production en manufacture28. Seules quelques entreprises s’engagent dans cette voie comme Lip et la Société anonyme d’horlogerie qui assurent la fabrication complète de la boîte et de la montre.

  • 29 M. Daclin, La crise des années 1930, op. cit., p. 18.
  • 30 C’est la proportion repérée chez Lip : M. Daclin, ibid, p. 24. Statistique générale de la France, R (...)
  • 31 La part du personnel isolé passe de 11 à 13,7 % du total des emplois et celle des artisans de 23 à (...)
  • 32 V. Isambert-Jamati, L’industrie horlogère, op. cit., p. 26.

20L’insécurité de l’emploi règne souvent dans cette branche particulièrement sensible aux crises cycliques. De part et d’autre de la frontière suisse, les horlogers connaissent régulièrement la précarité, avec des semaines qui peuvent se réduire à trois jours, surtout en été. Déjà affaiblie par la concurrence internationale, les difficultés s’aggravant après la Première Guerre mondiale, la production française ne cesse de reculer. Vers 1930, elle est dépassée, et de loin, par la Suisse et talonnée par celle des États-Unis29. Des établissements disparaissent et la répartition du personnel évolue. En 1926, à la veille de la crise horlogère, le recensement de la population indique une part de 11 % pour les « isolés », rubrique mal définie qui regroupe de petits patrons et des ouvriers à façon. À l’échelle des établissements, certains occupent alors jusqu’à 30 % de leur personnel à domicile30. Avec la crise, la part du personnel isolé et surtout celle des artisans horlogers travaillant seuls augmente à nouveau31. Cette modification traduit une adaptation aux difficultés économiques : les horlogers ne deviennent pas chômeurs, mais vivent dans le sous-emploi et une précarité accrue, car travailleurs à domicile payés à la pièce et artisans n’ont plus d’activité régulière. Globalement, la part des ouvriers à domicile diminue ensuite pour se situer entre 5 et 10 % en 194632.

  • 33 R. fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, op. cit., p. 437.
  • 34 Aimé Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre (...)

21Ce tassement de l’horlogerie s’accompagne d’une modification de la production. La fabrication de la boîte en argent recule au profit de la montre-bracelet durant la guerre, plus facile à utiliser par les soldats que celle à gousset. De plus, à cette évolution de l’aspect pratique du produit s’ajoute un changement du goût de la clientèle, qui apprécie désormais davantage les boîtiers en métal et non plus en argent. La fabrication bon marché l’emporte, ce qui joue en faveur du modèle dit Roskopf, au détriment des produits traditionnels à ancre, en or ou en argent33. D’objet de luxe, la montre devient un objet utilitaire où la décoration semble superflue. C’est pourquoi les usines les plus importantes, fabriquant des montres-bracelets, résistent bien à la crise de 1926-192734.

22Ce mouvement de concentration et de mécanisation, comme l’évolution du produit, menace de disparition une aristocratie ouvrière, composée notamment de décorateurs, guillocheurs, émailleurs, qui assurent la décoration de la boîte de la montre. Ceux-ci ont joué un rôle déterminant dans la naissance du syndicalisme à Besançon. Si l’existence de leur syndicat témoigne encore de leur présence en 1919, ils sont remplacés peu après par des machines à graver. C’est pour répondre à ces évolutions que les syndicats constitués sur la base des métiers fusionnent au lendemain de la Grande Guerre : les organisations des « décorateurs », « monteurs de boîtes » et « horlogers du mouvement » se regroupent dans le Syndicat des Ouvriers de l’Industrie Horlogère (SOIH).

  • 35 V. Isambert-Jamati, L’industrie horlogère, op. cit., p. 41.

Tableau n° 10 : Répartition des effectifs de l’industrie horlogère selon la taille de l’établissement (1949)35.

Tableau n° 10 : Répartition des effectifs de l’industrie horlogère selon la taille de l’établissement (1949)35.
  • 36 Ibid., p. 53.

23En 1949, la plupart des entreprises vouées à la fabrication de la montre se consacrent à la « terminaison », l’activité qui demande très peu d’outils. Certes, plus du tiers des salariés travaillent dans de petites structures, taux voisin de celui de l’habillement, du travail du bois ou du bâtiment. Mais la concentration des effectifs a progressé et près de la moitié des salariés s’emploie désormais dans des établissements de plus de 100 personnes, taux identique à celui de la métallurgie36. Même si elle compte moins d’établissements de plus de 500 salariés (un seul, Lip) que son homologue suisse, l’horlogerie française est devenue une activité d’usines moyennes.

24Des rapports sociaux souvent complexes persistent dans l’horlogerie. Pour en rendre compte, Jean Charles propose la notion de « société horlogère », plus adaptée selon lui que :

  • 37 Jean Charles, Besançon ouvrier. Aux origines du mouvement syndical 1862-1914, Besançon, Presses uni (...)

le terme horloger, désignant alternativement les travailleurs, toutes catégories confondues (patrons, artisans, ouvriers et ouvrières, apprentis) et ceux qui vivent de l’horlogerie, une appellation commode mais qui ne cerne ni un statut social mouvant, ni une réalité économique37.

25Les ouvriers peuvent, outre les tâches dans la petite entreprise patronale, ramener du travail à la maison : on retrouve le cas de l’atelier familial avec femme, enfants, vieux parents, apprentis. De même :

  • 38 Ibid., p. 271.

Les ouvriers artisans ne sont libres qu’en apparence. Ils dépendent du marchand fabricant (« l’établisseur ») pour la fourniture des pièces et la rémunération globale fixée par les « tarifs » et contrats collectifs. Mais une fois le taux fixé, « l’artisan » doit partager la somme globale : il est à la fois salarié, et à ce titre syndiqué, mais aussi entrepreneur, qui doit rémunérer sa main-d’œuvre38.

  • 39 M. A. Renner, « LABOR », De la noce au turbin, op. cit., p. 84.

26Dans les petits établissements, avec souvent moins de cinq salariés, le patron est aussi un voisin d’établi. Même dans une grande entreprise bisontine, le socialiste suisse Renner qui y travaille vers 1900-1910, estime que « le régime de la vieille usine de la rue Gambetta [Société Générale des boîtes or] est tout paternel, dirigeants et personnel ayant depuis longtemps l’accoutumance d’un bon voisinage39 ».

  • 40 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 272.

27Cette proximité entre employeurs, artisans, ouvriers horlogers donne corps à la société horlogère. Avant 1914, Jean Charles souligne qu’elle débouche sur de constantes ententes, contre la concurrence, pour des tarifs douaniers protecteurs40.

  • 41 J. Mauerhan, Horlogers et horlogères à Besançon, op. cit., p. 197.
  • 42 C’est le cas notamment à La Chaux-de-Fonds : Jean-Marc Barrelet, Jacques Ramseyer, La Chaux-de-Fond (...)
  • 43 Douge, industriel de la métallurgie à Besançon, et De Moustier, grande famille de propriétaires ter (...)

28Les progrès de la mécanisation et le poids croissant des usines, les règlements plus rigoureux, les pressions sur les salaires changent la donne. L’éventail des niveaux d’emploi et de rémunération s’élargit à une quarantaine, avec des écarts de salaire considérables entre hommes et femmes : par exemple, celles affectées aux tâches sur de petites machines sont payées 1,50 ou 2,50 francs par jour quand certains régleurs atteignent 16 francs41. La fraternité du petit atelier concerne désormais moins de salariés. En outre, les horlogers suisses qui arrivent dans les années 1920 ont souvent déjà l’habitude des grandes usines de plus de 1000 salariés et ils sont surpris de trouver un tissu de petits ateliers42. De même, l’enrichissement du patronat horloger devient plus visible, l’actionnariat se met en place dans certaines entreprises. En 1950, les syndicalistes de Morteau peuvent dénoncer sans choquer la richesse, toute relative mais bien visible, des principaux employeurs et celle de leurs actionnaires extérieurs à la branche, comme « Douge, Chopard, De Moustier, pauvres gens sur lesquels il est inutile d’insister43 ».

29Avec ces évolutions, le sentiment d’appartenance à une société horlogère tend à s’atténuer pour une partie des ouvriers, au bénéfice d’une identité de classe. Mais les deux dimensions continuent de cohabiter. En témoigne l’attitude même de syndicalistes CGT sur la question des délégués du personnel. Certains hésitent à présenter des listes pour les élections dans les petites entreprises au nom de la « bonne entente » régnant avec le patron :

  • 44 Entretiens avec Robert Roth et Robert Charles.

À Villers-le-Lac, Gérard Merel n’a jamais voulu présenter des délégués dans sa boîte. Il nous disait : « On ne peut pas faire ça. C’est pas comme dans les grosses usines. Le patron, on le connaît. Il travaille à l’établi, il nous paie l’apéritif le vendredi soir. Quand on a un problème, on discute directement avec lui au nom du syndicat ». Il n’a pas voulu nous écouter pour quand même déposer des candidatures aux élections de délégués. Et un jour, c’était déjà dans les années 1950, le patron l’a viré et il n’était pas protégé44.

30L’évolution de l’activité horlogère semble donc accélérer le passage d’une identité de métier à une identité de branche professionnelle. Si celle-ci est antérieure au développement du syndicalisme, il accompagne ensuite son évolution.

  • 45 J.-C. Daumas, L. Tissot (dir.), L’Arc jurassien, op. cit., p. 180.
  • 46 M. Daclin, La crise des années 1930, op. cit., p. 17.

31Dès le début du xxe siècle, si l’horlogerie demeure majeure à Besançon, l’équilibre industriel ne repose plus sur cette mono-industrie. La ville accueille d’autres activités qui contribuent à diversifier le marché de l’emploi. Les années 1890 voient l’apparition aux Prés-de-Vaux, sur les bords du Doubs, d’une papeterie des frères Weibel, qui possèdent déjà celle de Novillars à quelques kilomètres en amont, et de l’usine des soieries artificielles, la plus grande entreprise de la ville avec près d’un millier de salariés en 1907. Le véritable démarrage de cette société date de 1914, lorsque le groupe Givet-Izieux en prend le contrôle. Elle adopte le procédé anglais de fabrication de la viscose qui assure son expansion dans l’entre-deux-guerres45. D’autres industries apparaissent ou se développent nettement après la Première Guerre mondiale : bonneterie et confection, constructions mécaniques avec notamment la Compagnie des Compteurs de Montrouge… Parallèlement, les travailleurs à domicile demeurent nombreux dans l’horlogerie et la confection : Weil emploie 68 salariés fixes et donne du travail à domicile à près de 600 personnes de manière irrégulière46. Si les petits établissements demeurent nombreux, la ville en compte 14 de plus de 100 salariés.

  • 47 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 266.

32“Petite” ou “grande entreprise” demeurent des notions relatives, qui dépendent de la branche d’activité et de l’époque considérée. En 1906, les “grandes” le sont à partir de 100 salariés, les “très grandes” à partir de 500. Jean Charles estime que : « Le tableau d’une capitale régionale aux structures économiques émiettées est donc pour une bonne part erroné dès les premières années du xxe siècle : de grandes usines côtoient les petits ateliers47 ». À l’aune française, Besançon fait plutôt partie des villes à forte concentration ouvrière, une caractéristique qui se renforce dans les années 1950.

  • 48 PCK : Peter-Cailler-Kohler : Éric Parnet, L’industrie et le commerce à Pontarlier de 1870 à 1930, m (...)

33À proximité de la frontière suisse, Pontarlier s’industrialise véritablement à partir du début du xxe siècle sans connaître de grande rupture. Après la disparition des distilleries d’absinthe, les scieries et fromageries, qui transforment des matières premières locales, occupent encore plus de 200 salariés, illustrant la vitalité rurale qui entoure la ville. Mais c’est désormais la mécanique, introduite par des entrepreneurs suisses, qui domine. Dans cette ville, l’industrialisation prend très vite la forme d’établissements de plus de 500 salariés, avec notamment l’usine Dubied (689 salariés) et la chocolaterie PCK (508)48. En 1930, ceux-ci sont proportionnellement plus nombreux dans cette commune que dans le chef-lieu du département.

  • 49 Jean-Louis Loubet, Histoire de l’automobile française, Paris, Seuil, 2001, p. 168.

34À partir de 1903, l’entreprise suisse Zedel fabrique des moteurs puis des automobiles à Pontarlier. Son installation dans cette ville lui permet d’éviter les frais de douane et de vendre en France, marché beaucoup plus important que la Suisse. En 1924, cette société entre dans le groupe français Donnet. Les châssis sont transportés à Nanterre afin de les faire carrosser, puis les voitures reviennent à Pontarlier. En 1928, le transfert de la firme en région parisienne dans des bâtiments récents entraîne la fermeture de l’usine et le départ des chefs d’atelier et des techniciens volontaires49. En 1898 s’ouvre une usine de décolletage, filiale de la société suisse Dubied. Spécialisée dans la visserie et les valves pour les pneus, elle connaît un rapide développement (entreprise Schrader aujourd’hui). Pontarlier s’industrialise tardivement, mais avec rapidité et sous la forme d’établissements importants liés à la seconde industrialisation. Cette ville présente donc un caractère industriel et ouvrier très marqué dès le début du xxe siècle.

35Dans la partie nord de la Franche-Comté, le Pays de Montbéliard et Belfort se distinguent comme le territoire de la grande industrie. Le groupe Japy apparaît d’abord comme le fer de lance de ce développement. À partir des dernières années du xviiie siècle, les débuts des Japy sont intimement liés à ceux de l’horlogerie. Leurs usines demeurent pour la plupart dans la région et se répartissent autour de deux pôles : Beaucourt dans le Territoire-de-Belfort et l’axe Dampierre-les-Bois/Fesches-le-Châtel dans le Doubs. La manufacture Japy choisit dès le début de grandir en multipliant ses activités, plutôt que de rester concentrée sur une production unique. Ainsi apparaissent successivement l’horlogerie (Beaucourt) et dans une moindre mesure la grosse horlogerie, la visserie, la quincaillerie, le fer battu et l’émaillerie, les pompes, les machines agricoles, les moteurs et enfin les machines à écrire. En 1910, l’ensemble rassemble 6 000 ouvriers, répartis dans 13 usines. À partir des années 1930, ce groupe connaît des difficultés qui conduisent à son éclatement dans les années 1950.

  • 50 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse dans le pays de Montbéliard en 1917, mémoire, unive (...)

36À partir de la fin du xixe siècle, l’essor du groupe Peugeot vient renforcer puis relayer celui du précurseur Japy. Ce groupe se décompose bientôt en plusieurs unités. La plus ancienne, la Société Peugeot Frères, possède les usines de Valentigney, Hérimoncourt Terre-Blanche et Beaulieu-Mandeure. C’est dans cette dernière que sont nées la production industrielle de la bicyclette et la première automobile Peugeot en 188950. La seconde branche se développe avec l’automobile, lorsqu’Armand Peugeot forme la Société des Automobiles Peugeot en 1896. L’année suivante, il décide de construire l’usine d’Audincourt, une des premières usines au monde destinée à la seule fabrication automobile (l’usine dite des « Autos »). En 1910, la société Les fils de Peugeot-Frères s’unit à la Société des automobiles Peugeot pour former la nouvelle Société Anonyme des Automobiles et Cycles Peugeot (SAACP). Deux ans plus tard, cette société implante de nouveaux ateliers à Sochaux pour y concentrer la production de véhicules utilitaires. La société Les fils de Peugeot-Frères conserve pour sa part les installations de Terre-Blanche (scies, outillage agricole, objets de quincaillerie…) à Hérimoncourt et Valentigney. Plus réduit, un dernier sous-ensemble, la firme Peugeot et Compagnie, installée à Pont-de-Roide autour d’un laminoir, emploie plusieurs centaines de salariés.

  • 51 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile, op. cit., p. 97.

37La SAACP connaît un très fort développement après la Grande Guerre. Pour cette firme, la localisation dans l’est du pays apporte finalement plus d’avantages que d’inconvénients et la question de l’implantation industrielle est définitivement tranchée. La main-d’œuvre est bien meilleur marché qu’à Paris – entre 30 et 40 % moins chère –, travailleuse, expérimentée et qui plus est, peu revendicatrice, du moins jusqu’à cette période. Le réseau hydrographique apporte une énergie peu chère et les matières premières sont à proximité. Autant d’avantages qui minimisent les inconvénients liés à l’éloignement de Paris, cœur du marché automobile, et à l’étroitesse du bassin régional de main-d’œuvre nécessitant la mise en place d’une politique sociale coûteuse51. Peugeot ne peut pas, comme les industriels parisiens, embaucher ou débaucher au gré des marchés. Il doit fixer sa main-d’œuvre en lui assurant un emploi stable.

  • 52 Ingénieur des Arts et Métiers, Ernest Mattern fait toute sa carrière dans l’automobile. Directeur t (...)

38Au sein de la SAACP, la production automobile est très vite devenue l’aile marchante, dépassant par le nombre d’ouvriers employés et le chiffre d’affaires la production des cycles. L’originalité de la croissance de cette firme dans les années 1920 réside dans sa soumission à un projet industriel cohérent, à savoir la concentration progressive de la production à Sochaux. C’est une ambition de Robert Peugeot, qui peut s’appuyer sur Ernest Mattern, directeur de l’usine d’Audincourt, puis directeur technique de toutes les usines du Doubs de 1917 à 192252. Ce plan de concentration débute par la construction de l’usine de carrosserie, qui entre en service en 1926, et l’essentiel des aménagements s’achève en 1931. Le constructeur sochalien s’efforce, comme Renault au même moment, de concentrer les moyens de production afin d’améliorer sa productivité. L’effectif passe de 400 personnes en 1912 à 15 000 en 1939, pour atteindre 39 000 en 1978.

  • 53 Jean-Pierre Ollier, Seloncourt, l’évolution économique et démographique d’une commune du Pays de Mo (...)
  • 54 Ibid., p. 56.
  • 55 Ibid., p. 71.

39Aux côtés des Japy et des Peugeot existent d’autres entreprises, parfois très anciennes comme la Compagnie des Forges d’Audincourt. Toujours demeurée indépendante avec son statut de société anonyme dès 1824, à une époque où ce type d’entreprise était encore très rare dans la région, cette société joue un rôle moteur dans l’industrialisation du Pays de Montbéliard. À partir des années 1880, cette société s’oriente vers une métallurgie différenciée à partir de fer produit par des fours Martin. Elle se spécialise dans le laminage des tôles minces, la tréfilerie et la fabrication d’articles de chauffage, et emploie environ 1100 personnes en 1930. Il existe également une myriade de petites et moyennes entreprises de mécaniques. Seloncourt offre ainsi une physionomie différente de celles des communes centrées sur l’essor d’une grande entreprise53. D’abord cité horlogère, cette ville comptait des travailleurs à domicile, mais surtout dans de nombreux ateliers et dans l’usine de Louis Japy. Ensuite, l’orientation de plus en plus nette de la région vers la métallurgie a eu pour conséquences d’affaiblir l’horlogerie locale. Les grandes entreprises mécaniques ont alors aspiré la main-d’œuvre horlogère. La ville comptait 640 personnes travaillant dans l’horlogerie en 1886, mais seulement 190 en 1926 et 80 en 195454. Pour résister, ces entreprises commencent à développer des productions de petite mécanique au tournant du siècle. À la veille de la Seconde Guerre, ces nouvelles activités l’emportent. Dans tout le Pays de Montbéliard, les ouvriers professionnels sont très recherchés par les grandes firmes. À Seloncourt, la persistance des petites et moyennes entreprises a entretenu un certain attachement de la main-d’œuvre qualifiée à une autonomie dans le travail, voire à des relations plus proches avec le patron, ce qui a quelque peu limité les départs vers d’autres cieux55.

40Ce panorama du nord du département serait incomplet sans évoquer l’industrie textile. Cette branche n’est ici que l’avancée extrême du textile vosgien et alsacien. À partir de 1872, les entrepreneurs haut-rhinois ne peuvent plus faire entrer en France leurs produits en franchise de droits de douane. Ainsi, pour ne pas perdre le marché national et contourner les tarifs protectionnistes, ils n’hésitent pas à déplacer leurs activités de l’autre côté de la frontière. Le textile nord franc-comtois, qui s’égrenait déjà le long des petites rivières, se renforce. Belfort et Héricourt (Haute-Saône) deviennent de véritables centres textiles avec plusieurs milliers d’emplois. Dans le Doubs, les principales entreprises sont les Japy à Audincourt et Exincourt, Méquillet-Noblot et Schwob à Bethoncourt et Colombier-Fontaine. La plupart de ces entreprises se consacrent à la filature et au tissage du coton, à l’exception de la Société de Blanchiment des Textiles de Montferrand, en aval de Besançon.

  • 56 B. Dezert, La croissance industrielle de la Porte d’Alsace, op. cit., p. 115.
  • 57 Claude Fohlen dans R. fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, op. cit., p. 442.

41Ces sociétés sont durement secouées par la crise des années 1930. Les plus importantes résistent, car elles alimentent en articles de qualité inférieure les marchés des colonies françaises, où elles sont prioritaires…56 Les difficultés les touchent vraiment à partir de 1950, où un quart des broches ne sont déjà plus en activité. Selon Claude Fohlen, « L’heure de vérité pour ces entreprises coïncide avec la décolonisation, qui amène une véritable débâcle du coton dans toute la région57 ». Au début du xxe siècle, les grands constructeurs de la mécanique dominent l’organisation industrielle au nord de la Franche-Comté où la plupart des salariés travaillent dans des établissements de plus de 500 personnes.

Les politiques ouvrières du patronat : du « paternalisme » à la « gestion du facteur humain »

  • 58 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, op. cit. « Paternalisme d’hier et d’aujourd’hui (...)

42La notion de paternalisme recouvre tous les degrés de l’assistance et de l’enrôlement mis en œuvre par une entreprise sur ses salariés58. Ces pratiques cherchent à stabiliser la main-d’œuvre en assurant au personnel un ensemble de garanties tout en la contrôlant pour prévenir les conflits sociaux. À l’échelle française, le patronat les applique dans un nombre restreint d’établissements, surtout avant 1914.

  • 59 G. Noiriel dans Yves Cohen, Rémi Baudouï (dir.), Les chantiers de la paix sociale, Fontenay-aux-Ros (...)

43Le paternalisme des années 1920-1930 intègre de nouvelles exigences. Désormais, il s’agit aussi de canaliser la masse de manœuvres spécialisés, liée à la rationalisation de l’industrie et sans antécédent du travail usinier. La bonne marche des établissements passe par la diffusion d’une culture industrielle, combinant apprentissage technique et « dressage » des conduites. Le but affiché de « paix sociale » doit aussi se comprendre par rapport à la recherche d’un consentement individuel et collectif aux objectifs productivistes. Dans la première moitié du xxe siècle, les politiques ouvrières du patronat s’articulent donc autour de deux domaines d’intervention. Il s’agit d’une part, à l’extérieur de l’entreprise, des actions classiques autour du logement, des œuvres de secours et d’assistance, et de plus en plus du sport, et d’autre part, sur le lieu de travail, d’un mode de commandement adapté aux exigences de la production. Selon Gérard Noiriel, « l’usine nouvelle » à la française ouvre alors une voie qui oscille entre le paternalisme autoritaire et le réformisme patronal59. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les conditions de cet exercice changent à nouveau : l’État intervient davantage dans la protection sociale et la politique du logement passe en grande partie par des institutions ouvertes aux syndicats.

  • 60 Ivan Grassias, Sur les traces de l’empire Japy, Musée Frédéric Japy-Musées des techniques et cultur (...)

44Pour les grandes entreprises, recruter et fixer la main-d’œuvre reste longtemps un enjeu de taille. Dans le Pays de Montbéliard, Frédéric Japy apparaît comme le précurseur d’un véritable paternalisme durant tout le xixe siècle. Derrière la nécessité de fixer son personnel, son entreprise développe une stratégie d’accession à la propriété en accordant des avances aux ouvriers, remboursables mensuellement, pour leur permettre de bâtir leur maison. Les dirigeants de Japy suivent aussi un objectif politique qui est de rendre l’ouvrier plus indépendant grâce à la propriété privée, de le tourner davantage vers sa famille et de le rendre plus conservateur60. Les Peugeot choisissent eux aussi de favoriser cette accession à la propriété.

  • 61 CAP, rapport technique, mai 1926.

45Sans atteindre l’ampleur des besoins de la métallurgie lourde, la situation des grandes entreprises de la région de Montbéliard est devenue difficile au lendemain de la Grande Guerre. De 1924 à 1928, Peugeot connaît une véritable pénurie de personnel. Les embauches sont étroitement liées aux possibilités de se loger et des ouvriers venus d’ailleurs repartent au bout de quelques jours, faute de logement. Au printemps 1926, la firme sochalienne mentionne 647 départs pour 615 embauches d’ouvriers en 3 mois61. Le problème apparaît particulièrement aigu pour les ouvriers professionnels et pour les manœuvres ordinaires. Dès lors, la difficulté de disposer sur place d’un personnel suffisant contribue à retarder l’expansion de la firme.

  • 62 Ibid., février 1928.

46Cette pénurie entraîne le recours au débauchage des ouvriers, qualifiés ou non, dans les petites entreprises. À partir de 1924, les entreprises affiliées à la Chambre syndicale de Belfort s’entendent généralement entre elles pour ne pas embaucher de personnel des autres membres du groupement. Les entreprises de mécanique bénéficient des difficultés de l’horlogerie et peuvent recruter les ouvriers qualifiés de cette branche. Inversement, en 1928, la société automobile souffre de la concurrence sérieuse des petites entreprises pour les tourneurs et rectifieurs62.

47À Besançon, les besoins en personnel sont plus limités et satisfaits sans effort particulier. L’attraction qu’exerce la ville et sa croissance démographique semblent suffire pour le renouvellement des ouvriers sans qualification particulière. La question demeure délicate dans l’horlogerie où la main-d’œuvre suisse qualifiée reste nécessaire.

  • 63 M. Pigenet, J.-L. Robert (dir.), Industrialisation et sociétés, op. cit., p. 214.
  • 64 Pierre Croissant, « L’urbanisation d’un village : l’exemple de Valentigney », dans Le Pays de Montb (...)

48Les aides au logement et autres mesures pour retenir la main-d’œuvre ne sont pas l’apanage des grandes firmes. En 1930, 55 % des entreprises françaises de plus de 200 salariés ont construit ou aidé à construire des logements pour leur personnel63. Sans être exhaustive, la liste des sociétés qui financent des habitations directement ou par le biais de sociétés immobilières montre la généralisation du phénomène : les plus grandes firmes en premier lieu, mais aussi Vermot à Châtenois-les-Forges, la Compagnie PLM et les textiles artificiels à Besançon, Japy à Baume-les-Dames, Oerlikon à Ornans, etc. À Valentigney, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le parc locatif est presque entièrement un patrimoine propre à l’entreprise Peugeot-Japy et aux sociétés issues de Peugeot-frères64. Les établissements situés à la campagne comme les papeteries à Boussières, Deluz, Novillars n’ont pas d’autres choix pour loger leur personnel. En raison de la concurrence entre les entreprises pour le recrutement, il est vital pour chacune d’elles que le logement et les institutions sociales apparaissent comme un avantage propre.

  • 65 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile, op. cit., p. 111.
  • 66 Ibid., p. 263.
  • 67 ADD, 126 J, Japy textile Audincourt et Baume-les-Dames, « Logements ouvriers constructions 1929-199 (...)

49La part du personnel que les entreprises logent directement varie de l’une à l’autre. Avec des loyers modérés, les cités patronales apparaissent particulièrement attractives en période de crise du logement. En 1930, les automobiles Peugeot proposent 1100 logements, 640 chambres et 2 000 lits en dortoirs65. Le pourcentage de personnel logé augmente et atteint un tiers de l’effectif en 1947 contre 15 % en 193966. Ces chiffres témoignent de l’intensité de la dépendance à l’égard de l’employeur, mais elle apparaît encore plus élevée chez Japy ou à la Compagnie des Forges d’Audincourt, qui se rapprochent des proportions atteintes dans l’industrie lourde ou chez Michelin. Le lien demeure total entre le contrat de travail et la « convention d’occupation de logement », qui n’est pas un contrat de loyer, ce qui signifie que tout départ de l’entreprise entraine la perte de celui-ci. Dans certains cas, elle comporte l’obligation pour tous les membres de la famille de travailler dans la société et l’entreprise a le droit de résilier la convention si un seul membre de la famille quitte ses établissements pour une cause quelconque. De telles conventions sont encore signées après 1945 dans les filatures Japy67.

  • 68 Claude Willard (dir.), La France ouvrière, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1920-1968, t. 2, 1995, (...)

50Le contexte explique aussi ces choix des industriels. En effet, avec l’extension de la population urbaine, la France détient alors, parmi tous les pays industrialisés, le triste record de surpeuplement et d’insalubrité du logement68. Alors que l’immobilier n’attire pas les investisseurs, l’État n’assume pas une politique de financement public. La loi Loucheur (1928), qui accorde des prêts devant accélérer la construction de logements sociaux, survient juste avant la crise, qui en amoindrit fortement les effets. Les municipalités de Besançon et Montbéliard engagent des constructions dans ce cadre. L’année 1946 voit un changement décisif dans ce domaine lorsque la Chambre syndicale de l’industrie du Pays de Montbéliard et du Territoire-de-Belfort crée le Comité Régional du Logement qui remplace les initiatives des entreprises. Alimenté par un prélèvement de 1 % sur la masse salariale de toutes les entreprises affiliées, ce comité dispose de fonds importants et lance un vaste plan de construction de HLM.

  • 69 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 91.

51Parmi les autres services visant à fixer le personnel, les coopératives de consommation occupent une place singulière. Créée par l’employeur, la coopérative apparaît évidemment comme un moyen de paix sociale et non comme une forme idéale de consommation. Souvent nées sous forme d’économat, ces coopératives cherchent à offrir une vie matérielle moins chère au seul personnel de l’entreprise. Dans le cadre du système de « patronage » né au sein de l’industrie rurale du xixe siècle, l’entrepreneur est souvent au cœur de la charité et de la bienfaisance qui, dans les moments difficiles, soulage la misère populaire. Ainsi Japy possède un moulin et distribue de la farine en période de disette. En 1867, Émile Peugeot crée deux « unions », nommées La Fraternelle, à Valentigney et à Hérimoncourt. Indépendantes de l’usine pour leur comptabilité, ces sociétés en sont un prolongement. Les achats, portés sur un carnet, sont retenus sur la paie à la caisse de l’usine. En outre, les réussites de la Fédération des sociétés coopératives du réseau PLM s’expliquent grandement par le soutien de la compagnie et la possibilité d’achat en gros. Les cheminots disposent de tels magasins réservés dans la plupart des petites villes. Les syndicalistes n’hésitent d’ailleurs pas à vanter ces implantations des compagnies ferroviaires pour montrer l’intérêt de la coopération69. Ces coopératives distribuent une ristourne en fin d’exercice selon les bénéfices réalisés et au prorata des achats. Cette ristourne est parfois importante, mais les prix des articles vendus ne sont pas inférieurs à ceux du commerce privé, ce qui contrevient à une valeur essentielle de la coopération, la régulation des cours par l’incitation des autres commerçants à la baisse.

  • 70 Pierre Lamard, dans J.-C. Daumas, L. Tissot (dir.), L’Arc jurassien, op. cit., p. 176.

52Les entrepreneurs du Pays de Montbéliard élargissent leurs œuvres sociales. Au xixe siècle, ils créent des salles d’asile pour accueillir les enfants pendant les heures de travail et des écoles, subventionnent la construction de dispensaires, de lieux de culte, des sociétés de gymnastique, de musique, des chorales. Ils participent aux travaux d’infrastructure (bains publics, abattoirs, eau courante, éclairage des rues, tramways…), gèrent les sociétés de secours mutuels et caisses d’épargne70. Ces œuvres ne sont pas l’apanage des seuls protestants, comme en témoignent celles des catholiques Viellard-Migeon à Grandvillars (Territoire-de-Belfort) et de la Compagnie des Forges à Audincourt (construction de l’église du quartier des forges). La mise en place de la Chambre syndicale de l’industrie permet de créer des œuvres pour le personnel de toutes les entreprises adhérentes, comme la clinique des Berceaux à Belfort et une colonie de vacances.

  • 71 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile, op. cit., p. 111.
  • 72 Pierre Croissant, « Charles Robert et les ouvriers de la fabrique Peugeot d’Hérimoncourt (1858). Le (...)
  • 73 Pierre Lamard, De la forge à la société holding, Viellard-Migeon et Cie, Paris, Polytechnica, 1996, (...)
  • 74 La France horlogère, 1/04/1930.

53Peugeot prend très tôt des « initiatives sociales », bien avant celles de l’État en tout cas, avec des retraites et la fixation de la journée de travail à dix heures à Valentigney dès 1871. Comme chez Michelin, des allocations familiales sont mises en place en 1917, et au moment de leur généralisation en 1932, leur taux est supérieur à celui de la loi71. Les Peugeot sont très engagés dans la lutte antialcoolique et c’est une fille Peugeot qui fonde la Croix-bleue française en 1883. En tant que maires ou promoteurs immobiliers, ils prennent des mesures pour limiter le nombre de cabarets. Le développement par l’instruction est aussi un autre objectif. Des amendes sont infligées aux ouvriers qui négligent d’envoyer leurs enfants à l’école. Les écoles privées protestantes sont rattachées à l’école publique à la demande des industriels et des communautés72. Sur ce point, l’attitude des Peugeot diffère nettement de celle des Viellard qui contribuent à la mise en place d’un enseignement privé catholique et le soutiennent au point d’entrer en conflit avec les pouvoirs publics73. Le volet sportif prend également un aspect novateur. En 1904, l’association sportive de Valentigney est la première équipe prise en main par un Peugeot. Jean-Pierre Peugeot lance une équipe professionnelle de football en 1928, archétype du club d’entreprise, puisqu’il est géré et financé jusqu’au début des années 2000 par la société automobile. L’ensemble des œuvres sociales est regroupé dans un Secrétariat social, dont le siège central se situe à Valentigney, aux portes d’une des plus anciennes usines du groupe. Berceau de la famille, c’est à Hérimoncourt et Valentigney que ce paternalisme a sans doute laissé ses traces les plus profondes. Tempéré par la présence d’autres entreprises, son emprise est plus limitée à Audincourt. À Besançon également, Lip innove avec d’autres dispositifs, notamment en accordant quatre jours de « vacances payées » à la fin des années 192074.

  • 75 Christophe Maillard, Pierre Biétry (1872-1918), du socialisme au nationalisme, ou l’aventure du lea (...)
  • 76 Pierre Lamard, « Approches d’une dynamique collégiale : la Chambre syndicale », dans J.-C. Daumas ( (...)
  • 77 René Grillon, Jean-Louis Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, t. 1, Des orig (...)
  • 78 Gérard Noiriel, « Du patronage au paternalisme. La restructuration des formes de domination de la m (...)
  • 79 Voir supra, chapitres 4, 5, 8, 9.

54Encadrer le personnel pour l’attacher à l’entreprise constitue un autre enjeu pour les grandes entreprises. Face au développement de la législation ouvrière à partir de la fin du xixe siècle, le patronat de la grande industrie cherche à réprimer les ouvriers contestataires et à empêcher l’existence de syndicats. Jusqu’à ce jour, les historiens ne se sont pas intéressés à cette répression du mouvement ouvrier à l’intérieur des entreprises. Dans le Pays de Montbéliard, les grèves de 1899 ont surpris le patronat. Pour enrayer la progression des idées socialistes et le développement d’un syndicalisme « rouge », Gaston Japy soutient le syndicalisme « jaune », qui défend la propriété privée et une ébauche d’association capital-travail75. Dans ce domaine des relations sociales, Pierre Lamard montre combien la création en 1918 de la « Chambre syndicale de la métallurgie du Haut-Rhin et des régions limitrophes » donne de nouveaux moyens aux industriels. Preuve de cet intérêt, le nombre d’entreprises adhérentes passe de 29 à 60 en 3 ans76. En cas de tensions sociales, des rapports de situation sont systématiquement discutés au sein du conseil d’administration. La Chambre apporte des analyses communes, des circulaires d’application pour les nouvelles lois, pour l’attitude à avoir pour le Premier Mai, la loi sur les 8 heures, les salaires. En 1921, l’hebdomadaire socialiste Germinal révèle « l’affaire des fiches » : l’organisation patronale utilise un système de renseignement sur les adhérents des syndicats avec des circulaires internes pour signaler et écarter les principaux militants77. Ces « listes noires » visent aussi les ouvriers infidèles, ceux qui ont « la bougeotte ». Avec la pénurie de main-d’œuvre, la mesure se limite dans ce cas à une période de mise à l’épreuve de plusieurs mois avant une nouvelle embauche. Il s’agit bien d’une punition pour sanctionner la dérobade, « forme minuscule mais réelle de pouvoir que les ouvriers sont en mesure d’exercer sur les patrons78 ». La répression des grèves prend une forme brutale, avec des centaines de licenciements dans le Pays de Montbéliard en 1899, 1922, 1929 et 193879. Le renvoi entraine la perte du logement fourni par l’entreprise et des droits à la retraite. On comprend à quel point cette crainte peut peser sur les volontés de résistance. Si un certain nombre d’ouvriers renvoyés sont repris progressivement dans les mois suivants, avec perte des anciens avantages, le chiffre des licenciements définitifs demeure chaque fois élevé.

  • 80 Voir supra, p. 173.
  • 81 Germinal, Le Semeur et L’Œuvre sociale.
  • 82 ADD, M 789, affiche CGTU 1928.
  • 83 ADD, 1 Z 14, Élections cantonales arrondissement de Montbéliard.

55Police et chefs d’entreprise font également la chasse aux militants. Durant la Première Guerre mondiale, la police dispose d’une cinquantaine d’indicateurs appointés parmi le personnel des usines de guerre pour le seul Pays de Montbéliard80. Un tel réseau ne disparaît pas du jour au lendemain et ceux-ci ont pu continuer d’informer la police et la direction des entreprises après le conflit. La presse ouvrière évoque régulièrement des « mouchards » et signale plus d’une trentaine de personnes licenciées directement pour raison politique dans le Pays de Montbéliard et une douzaine à Besançon de 1921 à 192981. En 1928, le syndicat régional des métaux CGTU édite spécialement une affiche pour dénoncer plusieurs dizaines de renvois pour des motifs politiques chez Peugeot-Frères82. En octobre 1934, le candidat communiste aux élections cantonales à Audincourt est licencié de chez Marti la veille du scrutin, après vingt ans de service83. Au lendemain des élections municipales de 1935, la Fédération socialiste proteste en titrant :

  • 84 La Tribune du Doubs, 17/08/1935.

Le fascisme au travail. La Maison Peugeot affirme son autorité en congédiant brutalement plusieurs ouvriers dont le seul crime est de ne pas avoir les mêmes idées que leurs patrons […] Tous étaient au travail lorsque des chefs d’équipe – très embarrassés on comprendra pourquoi – s’approchèrent de certains ouvriers et ouvrières et les prévinrent à brûle pourpoint qu’ils n’appartenaient plus au personnel de l’Établissement et que dans un quart d’heure, ils devaient quitter l’usine. Motif du renvoi : aucun, le bon plaisir. Vos idées ne sont pas les nôtres, vous osez dire que vous avez des conceptions politiques qui ne correspondent pas à celles que nous défendons, donc quittez l’atelier84.

  • 85 RGASPI, 495-270-3430, autobiographie de Robert Biétry, 7/11/1937.

56Après un renvoi pour de tels motifs, ceux qui veulent retrouver un travail stable doivent souvent quitter la région. Cependant, d’autres peuvent parfois être embauchés en toute connaissance de cause : à certains moments, l’entreprise Robert à Étupes ou la SMA à Arbouans apparaissent comme des entreprises « refuges ». Il est même possible de passer des Automobiles Peugeot à Peugeot-Frères, après une période plus ou moins longue pour se faire “oublier”. Ainsi Charles Jeanbourquin, licencié des cycles Peugeot après la grève de 1922, travaille ensuite à Valentigney après un passage chez Renault ; Robert Bietry, renvoyé des usines de Sochaux après la grève de juin 1929, est lui aussi embauché chez Peugeot-Frères six mois plus tard85. Quand les besoins en personnel augmentent, les patrons reprennent des embauches plus souples. Cependant, la grève du 30 novembre 1938 change la donne et les entreprises refusent définitivement ces ouvriers sanctionnés. Comme dans d’autres régions de mono-industrie, les expressions « pacte de famine » ou « marqué à l’encre rouge » appartiennent à la mémoire ouvrière du Pays de Montbéliard.

  • 86 Y. Grassias, Sur les traces de l’empire Japy, op. cit., p. 48.

57Le patronat cherche également à maintenir une influence politique institutionnelle. Pionniers là aussi, les Japy occupent des mandats électifs de l’échelon local à l’échelon national. Le maire de Beaucourt reste un Japy ou un Bornèque, famille alliée, pendant 177 ans. Des Japy furent conseillers généraux du Territoire-de-Belfort. Gaston Japy siégea comme maire de Fesches-le-Châtel de 1884 à 1936 et comme sénateur du Doubs de 1921 à 193686. Des Peugeot sont également à la tête de plusieurs communes ; Jules préside le Conseil général du Doubs et François devient député en 1936. Les Peugeot perdent leurs sièges électifs en 1945 et se montrent désormais beaucoup plus discrets sur le plan politique. Après les grèves de 1968, la direction des Automobiles Peugeot veut mettre fin à la contestation dans l’usine sochalienne. À l’intérieur, elle réprime les militants de la CGT et de la CFDT et, à l’extérieur, elle reconstitue une influence politique directe, en s’appuyant désormais sur des membres de l’encadrement. Jusqu’au début des années 2000, des cadres supérieurs de Peugeot membres du RPR s’investissent dans plusieurs municipalités. L’exemple le plus révélateur est celui du conseil municipal de Montbéliard élu en 1989, avec huit cadres Peugeot. Ainsi Louis Souvet, ancien directeur du personnel de l’usine d’emboutissage, devient maire d’Étupes puis de Montbéliard, premier vice-président du Conseil régional et sénateur.

  • 87 N. Renahy, Les gars du coin, op. cit., p. 20.

58Bien d’autres entrepreneurs occupent également des fonctions de maire ou de conseiller général : Édouard Schwob siège à Héricourt, Marcel Bost à Laissey, Albert Weibel à Novillars, Ernest Zuber à Boussières… Dans les petites villes ou villages industriels, la domination prend des formes personnalisées avec souvent une forte interdépendance des groupes sociaux87. Ici c’est l’interconnaissance, « ceux que je connais » (même si c’est simplement de vue ou indirectement par des relations communes), qui fonde les liens entre les individus sur la base d’une appartenance à un territoire. Les notables locaux, la famille patronale, les élus, le curé entrent dans cette logique puisqu’ils sont nécessairement en contact avec la plupart des résidents. L’appartenance territoriale prend alors le pas sur l’appartenance sociale. Cette primauté rend plus facile la domination de l’entreprise et le vote pour ses représentants lors des élections. Il faut attendre au moins 1936 pour que partis et syndicats apparaissent au grand jour dans plusieurs de ces communautés ouvrières isolées.

  • 88 G. Noiriel, « Du “patronage” au paternalisme », art. cité, p. 187.
  • 89 I. Grassias, Sur les traces de l’empire Japy, op. cit., p. 57.
  • 90 Daniel Henri, « Comptes, mécomptes et redressement d’une gestion industrielle : les automobiles Peu (...)

59En définitive, en développant leur politique sociale, les entreprises font surtout face à l’incurie de l’État dans de nombreux domaines. Par ailleurs, s’il s’avère efficace, le paternalisme n’a jamais satisfait tous les espoirs que les employeurs mettaient en lui88. Dans le groupe Japy, l’efficacité des institutions sociales marque le pas dès la fin du xixe siècle du fait de règlements et de conditions d’accès de plus en plus stricts. Ainsi les bénéficiaires des caisses de prévoyance sont peu nombreux puisqu’ils représentent seulement 38 % du personnel ouvrier. Pierre Lamard souligne surtout que les Japy n’ont plus la proximité qu’entretenait Frédéric Japy avec ses ouvriers et leur mode de vie affiche une opulence qui contraste avec les conditions de vie de la majeure partie de leur personnel89. De plus, certaines institutions peuvent être réappropriées par les ouvriers, comme en témoigne l’évolution de La Fraternelle de Valentigney, coopérative patronale passée à une gestion ouvrière. Des poches d’autonomie peuvent ainsi être concédées. Ces pratiques représentent également un coût supplémentaire pour les entreprises. Si les Automobiles Peugeot bénéficient d’une sorte de rente de situation face à leurs concurrentes parisiennes en matière de coûts salariaux, le niveau des rémunérations étant moindre dans le Doubs qu’à Paris, elles doivent supporter la charge des œuvres sociales que n’ont pas Renault ou Citroën90. De même chez Japy, les difficultés financières grèvent très tôt ces budgets sociaux. Et faute de moyens, les interventions des entreprises plus petites se limitent à l’aide pour le logement.

  • 91 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 245.

60À partir des années 1920, les politiques ouvrières des constructeurs automobiles évoluent. C’est sans doute d’un mode de commandement sur le lieu de travail adapté aux exigences de la production que le patronat tire le plus d’avantages. Dans le cadre de la rationalisation, il permet l’intégration dans la production des ouvriers non qualifiés. Pour Nicolas Hatzfeld : « L’image d’un système qui vise à une hégémonie relative demeure chez Peugeot après 1945, mais il doit sans cesse, en période de plein-emploi, montrer, promettre, offrir, pour assurer le recrutement de son personnel91 ». De même, Nicolas Renahy a montré que :

  • 92 N. Renahy, Les gars du coin, op. cit., p. 22.

Dans les localités industrielles isolées, l’acceptation par les ouvriers d’un rapport social souvent paternaliste va de pair avec la possibilité d’acquérir et de transmettre des savoir-faire spécifiques ou bien de voir leurs descendants être embauchés prioritairement et améliorer leur situation92.

61Sans être dupes, les ouvriers acceptent ce système parce qu’ils y trouvent également des ressources. La stabilité des lieux de travail permet alors la construction d’une relative homogénéité de groupe, autour du travail mais également des rapports de voisinage et de parenté. À l’échelle française et jusqu’aux années 1970, cette stabilité favorise l’émergence d’une culture populaire, celle d’une « classe à part », dans des villages.

La rationalisation du travail dans les entreprises novatrices

  • 93 A. Moutet, Les logiques de l’entreprise, op. cit., p. 25.

62C’est autour des conditions concrètes du travail que se forge une large part de l’identité ouvrière, mais nous nous limitons ici à une brève présentation des débuts de la rationalisation chez Peugeot et Lip, entreprises pionnières en ce domaine. Les années 1920 connaissent le premier véritable développement de la rationalisation du travail en France, dans le prolongement direct des innovations de la période de la guerre. Les industriels doivent chercher à produire plus sans pouvoir accroître leur personnel dans les mêmes proportions et en utilisant du personnel moins qualifié93. Les méthodes d’organisation, des systèmes de salaire, de taylorisation et de production à la chaîne progressent en étroite connexion et modifient la condition ouvrière.

63Dans la mise en place de l’organisation scientifique du travail, l’automobile, les constructions mécaniques et électriques constituent un modèle pour les autres secteurs. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, l’automobile française reste un produit de luxe réalisé sur un mode artisanal. À Billancourt comme à Audincourt, les opérations demeurent juxtaposées et les ouvriers hautement qualifiés y travaillent sans contrôle, ni coopérations véritables, à leur rythme et à leur manière.

64L’économie de guerre entre 1914 et 1918 transforme radicalement l’activité des industriels de l’automobile. La fabrication des obus en série montre qu’il est possible de produire de façon massive et à bas prix des articles de qualité. Il s’agit désormais de produire en continu pour augmenter les rendements. Le travail à la chaîne répond à cette exigence avec des machines disposées le long d’une ligne selon l’ordre des opérations. Plusieurs conditions doivent être réunies pour que ce nouveau mode de production fonctionne en flux continu. Les pièces doivent être parfaitement usinées pour supprimer l’ajustage en cours de montage. De plus, une coordination étroite entre toutes les phases de fabrication, liée à une adaptation des espaces, est indispensable. L’allure de la chaîne est déterminée par le temps de travail nécessaire à chaque poste. Le passage de la chaîne à avance manuelle à la chaîne commandée, puis à celle à marche continue peut ainsi se mettre en place.

  • 94 Yves Cohen, « E. Mattern (1906-1918) ou comment peut-on être taylorien ? », dans Maurice de Montmol (...)
  • 95 CAP, rapport technique, janvier 1923 et octobre 1925.

65Chez Peugeot, c’est le directeur technique Ernest Mattern qui introduit l’organisation scientifique du travail. Les premiers essais portent sur la fabrication des cycles dans l’usine de Beaulieu en 1919. Le nombre de modèles passe de 50 à 7, tandis que le parcours des pièces est réduit à 200 mètres contre 2 kilomètres pour certaines auparavant. Dès lors, la production augmente avec un prix de revient diminué de 30 %94. Pour les automobiles, la mise en place d’un nouveau mode de fabrication accompagne la concentration de la production à Sochaux. À partir de janvier 1923, la manutention est réduite dans un premier atelier, en plaçant les machines nécessaires au montage à proximité des châssis. Puis l’assemblage à la chaîne des essieux-avant commence en octobre 192595. À partir de 1929, les véhicules du modèle 201 Peugeot, nouveau concept d’automobile conçu pour une réalisation en série, et les cycles sont désormais largement fabriqués à la chaîne. Ce système de production s’est étendu à la quasi-totalité de la construction des voitures en France, mais commence seulement à toucher d’autres industries de transformation, notamment l’horlogerie.

  • 96 A. Moutet, Les logiques de l’entreprise, op. cit., p. 120.

66Alors que les horlogers américains et allemands ont déjà réalisé d’importants progrès, la revue La France horlogère s’interroge en 1930 avec un article au titre accusateur, « Normaliserons-nous ? ». La constitution définitive du bureau de normalisation horlogère date seulement de 1931. Sans bureau des méthodes et de chronométrage, ni tarifs aux pièces avec boni sur la production, les fabricants français sont donc en retard par rapport à leurs concurrents. Une multitude d’entreprises fabriquent toujours les articles les plus variés. Les efforts portent désormais sur la mécanisation des tâches, la mise en place du travail aux pièces, le montage en série et l’augmentation du rythme du travail96. Les ébauches sont livrées à l’état fini ; le sertissage des pierres se réalise de plus en plus par emboutissage ; l’achevage, l’opération la plus importante de la terminaison, disparaît presque avec l’utilisation de la « barrette de Perrenoud », nouveau procédé de montage, mis au point par un des premiers rationalisateurs suisses.

  • 97 Octave David, secrétaire du SOIH, conteste le chiffre de 82 % de manœuvres chez Lip, cité dans un a (...)

67La crise de 1926-1927 entraîne l’introduction d’une division poussée des opérations pour le remontage. L’introduction de cette méthode de fabrication semble intervenir à Besançon au second semestre 1928. L’entreprise Lip fait figure de pionnière dans la normalisation des pièces d’horlogerie et l’organisation du travail en série. Elle abandonne les anciennes unités de compte (ligne, douzaine, grosse) au profit du système métrique et réduit le nombre de modèles. En 1930, 89 % de son personnel de fabrication travaille déjà aux pièces. Il ne s’agit pas pour autant de « manœuvres », car, parmi eux, beaucoup sont qualifiés, sortis de l’école d’horlogerie97.

  • 98 AMT, Louis Trincano, Histoire de l’industrie horlogère, manuscrit sans date, probablement rédigé du (...)
  • 99 Ibid., p. 118.

68Dès sa création par le gouvernement en 1937, des représentants du centre national d’organisation scientifique du travail attirent l’attention sur les retards de l’horlogerie98. Un comité régional se met en place l’année suivante pour réaliser les propositions de cette enquête. Mesurés à la veille de la Seconde Guerre, les progrès observés depuis les années 1920 proviennent surtout de la technologie, non de l’organisation du travail : en huit heures, la production d’un ouvrier a augmenté de 40 à 60 %99.

Photographie 1 : Usine Lip Besançon, rue des chalets (début années1950), collection Musée du Temps. © Service photographique de l’entreprise Lip.

Photographie 1 : Usine Lip Besançon, rue des chalets (début années1950), collection Musée du Temps. © Service photographique de l’entreprise Lip.
  • 100 Marie-Pierre Auschitzky-Coustans, LIP, des heures à conter, Seyssinet, Libris, 2000, p. 27.
  • 101 AM Besançon, fonds Lip, 5 Z 169, catalogue machines diverses.

69Il faut attendre la fin des années 1940 pour que Lip organise l’assemblage des montres et celui des micro-moteurs pour l’armement autour d’une chaîne à marche commandée. Un tapis roulant (photo n° 2) permet l’avance régulière des mouvements en cours de fabrication, placés dans de petits récipients en verre. Les 24 postes de la chaîne des montres sont répartis en quinconce de part et d’autre de cette ligne. À l’approche de chaque poste, un guide oriente le récipient qui glisse ensuite sur une petite pente et arrive sur la table de travail. Selon l’opération à réaliser, les postes sont équipés et éclairés différemment. Le personnel est majoritairement féminin. L’usinage, l’assemblage et le réglage se font de cette manière, permettant d’assembler une montre en 24 minutes pour 1 000 exemplaires par jour en 1948100. Au milieu des années 1950, Lip propose à ses clients la conception et l’installation de chaînes d’assemblage semi-automatiques101.

  • 102 AN F 12 11621, « Société Lip : dossier d’emprunt obligataire en vue de la construction d’une nouvel (...)

70Si la firme Lip a fait d’énormes progrès dans la production en série, la cohérence interne de son établissement laisse toujours à désirer, avec des superpositions et des ajouts d’ateliers divers. Les activités d’horlogerie, de construction de machines-outils et d’armement se répartissent dans 167 locaux différents, de part et d’autre de la rue des chalets, dans le quartier de La Mouillère102. C’est pour s’étendre et gagner en cohérence que cette entreprise construit une nouvelle usine dans le quartier de Palente, à la périphérie de la ville, ce qui lui permet également d’installer une chaîne d’assemblage à marche continue.

Photographie 2 : Usine Lip Besançon, la chaîne d’assemblage des mouvements (vers 1952), collection Musée du Temps. © Service photographique de l’entreprise Lip.

Photographie 2 : Usine Lip Besançon, la chaîne d’assemblage des mouvements (vers 1952), collection Musée du Temps. © Service photographique de l’entreprise Lip.
  • 103 Michel Pigenet, « Aux fondements d’une identité. Retour sur deux siècles de travail ouvrier », Hist (...)
  • 104 Gérard Gayot, Philippe Minard (dir.), « Les ouvriers qualifiés de l’industrie (xvie-xxe siècle) : f (...)

71Ce tournant de la rationalisation pose la question de l’évolution des qualifications. Il apparaît que les principaux coups portés aux qualifications ouvrières viennent davantage de la division du travail que de la technique stricto sensu103. En effet, une partie de l’industrie embauche une masse d’ouvriers spécialisés, d’abord appelés « ouvrier spécial » puis « manœuvre spécial » à partir de 1936, dans le cadre de l’élaboration des conventions collectives. Fruit d’un rapport de force entre le patronat et les travailleurs, elles intègrent pour la première fois la qualification. Cette notion se résume avant tout à une « reconnaissance sociale d’un savoir-faire négociable sur le marché du travail », une définition qui prend comme point de départ la reconnaissance de celle-ci comme une construction sociale104.

  • 105 C. Willard (dir.), La France ouvrière, t. 2, op. cit., p. 246.

72Dans les conventions de la métallurgie, l’ouvrier spécialisé est défini comme l’ouvrier auquel sont attribués des « travaux simples rentrant directement dans le cycle d’une fabrication donnée, et dont l’exécution suppose une adaptation de quelques jours ou de quelques semaines105 ». En 1946, les syndicalistes estiment que la définition de cette période d’adaptation doit prendre en compte la tâche à exécuter, mais aussi le délai nécessaire pour réussir à atteindre la quantité journalière imposée. Ils obtiennent la création de sous-catégories, OS1, OS2 qui correspondent pour les ouvriers spécialisés à une période d’adaptation d’une semaine, deux semaines… Par rapport à une échelle indiciaire, l’OS se situe entre les manœuvres ordinaires et les ouvriers qualifiés. L’extension de la mécanisation et de la rationalisation explique que cette catégorie progresse en proportion.

  • 106 Yves Cohen, « Intensification technique et subjectivité. À propos de la 201 Peugeot (1928- 1931) », (...)
  • 107 CAP, rapport technique, septembre 1925.
  • 108 Philippe Del fiol, Schrader, une histoire, Pontarlier, Vandelle éditions, 2016, p. 50-52.

73Au sein des Automobiles Peugeot, le moment crucial de la formation des « OS » se situe à la fin des années 1920106. Aux cycles Peugeot et chez Lip à Besançon, l’évolution commence dans la même période, d’abord en transférant des opérations d’un personnel masculin qualifié à un personnel féminin non qualifié. À Beaulieu en 1925, la fabrication des bicyclettes concerne 680 personnes, dont 80 contrôleurs, presque tous âgés. La direction choisit de les remplacer par 35 personnes « actives »107. Au même moment, chez Dubied à Pontarlier, la part des femmes dans le personnel augmente fortement pour le montage de nouveaux produits108.

  • 109 G. Gayot, P. Minard (dir.), « Les ouvriers qualifiés de l’industrie », art. cité, p. 9.

74Malgré ces bouleversements dans la composition de la main-d’œuvre, l’importance accordée aux savoir-faire ouvriers persiste et ils sont souvent réarticulés sur de nouvelles activités. Ce qui est longtemps apparu comme une « déqualification » globale du travail ne doit pas cacher un effort constant de gains de technicité dans la production109. Cette recherche systématique laisse des possibilités d’évolution des qualifications, comme en témoignent plusieurs métiers de l’horlogerie ou de la métallurgie. Ainsi des régleurs et des outilleurs de l’industrie horlogère peuvent réinvestir leurs compétences dans l’industrie mécanique avec des machines utilisant la même technique du découpage ou de l’estampage. De même, lorsqu’au début du xxe siècle, des forgerons de Montécheroux ou des fondeurs de Fallon (voir carte n° 6) rejoignent une fabrique de pinces à Laissey ou la fonderie Peugeot de Sochaux, ils occupent des postes de travail similaires. Ces usines plus importantes utilisent des marteaux-pilons pneumatiques, mais le travail demande toujours une solide expérience manuelle. C’est justement parce qu’ils disposent de tels savoir-faire qu’ils sont recrutés. Le changement technique ne dissout donc pas en lui-même les savoir-faire des ouvriers.

  • 110 Voir supra p. 271-272.
  • 111 Fred Lip dirige l’entreprise de 1945 à 1970.
  • 112 AN F 7 13 858, Commissariat spécial de Besançon, 1/08, 6/08, 28/08/1930.
  • 113 M. Daclin, La crise des années 1930, op. cit., p. 27.

75La mise en place de la rationalisation du travail suscite des formes de résistances individuelles et diffuses. Si les protestations collectives demeurent rares, la question du chronométrage est pourtant à l’origine d’une grève majeure à Audincourt et Beaulieu en juillet-août 1922110. Ce conflit marqué par l’expulsion des chronométreurs des ateliers par les ouvriers eux-mêmes se termine par une demi-défaite pour les ouvriers. Pour Peugeot, c’est un tournant industriel qui permet d’accélérer la réorganisation des usines et de la production. Ces aspects sont également présents lors de la grève de 1929. Chez Lip, la volonté d’étendre la rationalisation entraîne également une grève durant l’été 1930. Une étape de la fabrication du mouvement des montres qui nécessitait plusieurs opérations différentes par des spécialistes est désormais réalisée à la chaîne par un personnel sans qualification particulière. Le 1er août 1930, le syndicat CGT des ouvriers de l’horlogerie appelle à une assemblée générale au sujet de ces modifications. Pour les ouvriers et ouvrières de l’atelier d’horlogerie, le nouveau procédé entraîne une baisse de salaire et même le chômage en raison d’une surproduction de mouvements. Le lendemain, 156 travailleurs sur 237 cessent le travail, dont 60 % de femmes, acheveuses et régleuses, ouvrières qualifiées payées aux pièces. La grève dure un mois, marquée par une très forte mobilisation des grévistes, en particulier des Suisses. Dès le début du conflit, un des fils Lipmann, Frédéric, « Fred », mène les négociations à la place de son père111. Féru des nouvelles méthodes de travail après avoir fait plusieurs voyages d’étude aux États-Unis, il est à l’origine du projet de réorganisation. L’activité reprend le 28 août : les ouvriers acceptent finalement le nouveau mode de fabrication, mais à condition qu’il ne soit pas étendu à d’autres opérations…112 L’entreprise y parvient un an plus tard : en 1934, il reste 35 ouvriers là où ils étaient 100 en 1929113.

76Du xixe siècle à la seconde moitié du xxe siècle, la capacité d’adaptation des entreprises, mais avant tout des hommes, fonde une ouverture durable à l’industrialisation. Les territoires industriels se caractérisent à la fois par leur dispersion et leur variété. La présence d’usines et d’ateliers dans nombre de villages apparaît d’ailleurs comme une des permanences de la géographie industrielle française, mais également du sud de l’Allemagne et de la Troisième Italie. Elle permet une accoutumance au travail industriel qui prépare la main-d’œuvre à l’entrée dans le monde ouvrier et semble une des clés de son adaptabilité aux évolutions du capitalisme. À partir des années 1920, la rationalisation de la production facilite l’embauche de fils de cultivateurs et d’immigrés comme manœuvres et ouvriers spécialisés dans l’industrie mécanique. Les formes de passage à une main-d’œuvre industrielle stable, inscrite dans un rapport salarial moderne, sont donc multiples.

77La concentration précoce des effectifs dans des établissements de plus de 100 salariés et la stabilité des lieux de travail peuvent renforcer la cohésion entre ouvriers. Mais en dehors du Pays de Montbéliard et de Besançon, ces établissements demeurent dispersés. Dans l’ensemble du département, l’univers campagnard demeure prégnant. La domination patronale s’y exerce plus fortement qu’à Besançon, et même dans cette ville, les rapports sociaux demeurent souvent flous dans l’horlogerie. Dispersion géographique, différents types de salariat, diversité de taille des établissements, attachement au patronat d’une grande partie de la main-d’œuvre… nombreux sont les obstacles à la cohésion du groupe ouvrier. C’est sans compter avec le poids des contraintes de l’environnement religieux et politique, préexistant à la formation de cette classe.

Notes

1 Jean-Pierre Daviet, La société industrielle en France, 1814-1914, Paris, Seuil, 1997.

2 Jean-Claude Daumas (dir.), Les systèmes productifs dans l’Arc jurassien. Acteurs, pratiques et territoires (xixe-xxe siècles), Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, « Les cahiers de la MSH Ledoux », 2005, p. 9.

3 Jean-Pierre Jacob, Michel Mangin (dir.), De la mine à la forge en Franche-Comté des origines au xxe siècle, Annales Littéraires de l’Université, Besançon, 1990. F. Lassus, « Un prolétariat sous l’Ancien Régime ? », art. cité, p. 4.

4 François Lassus, dans Jean-Claude Daumas, Luc Tissot (dir.), L’Arc jurassien. Histoire d’un espace transfrontalier, Vesoul/Yens-sur-Morges, éd. Maé-Erti, Cabédita, 2004, p. 171.

5 Statistique générale de la France, Recensement de 1931, t. 2, op. cit., p. 94. INSEE, Paris, Recensement général de la population 1954, population active, op. cit., p. 18.

6 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, op. cit., p. 123.

7 Statistique générale de la France, Recensement de 1946, t. 2, résultats par département, Paris, Imprimerie nationale, 1946, p. 17.

8 Statistique générale de la France, Recensement de 1931, op. cit. Fernand Braudel, Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1980, t. 4, vol. 2, p. 772.

9 Statistique générale de la France, Recensement de 1926, t. 2, Résultats par département, Imprimerie nationale, 1926, p. 78.

10 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, op. cit., p. 23.

11 Ibid., p. 25.

12 R. Chapuis, Les ruraux du département du Doubs, op. cit., p. 59.

13 Catherine Vuillermot, L’électrification du département du Doubs de la fin du xixe siècle à 1945, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1986, annexes B 3.

14 Jean-Marc Olivier, « L’industrie rurale douce : un modèle montagnard ? », Ruralia, avril 1999.

15 Claude-Isabelle Brelot, Jean-Luc Mayaud, L’industrie en sabots. Les conquêtes d’une ferme-atelier aux xixe et xxe siècles : la taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne (Doubs), Pauvert-Garnier, 1982.

16 F. Vurpillot, La pluriactivité à Montécheroux de 1836 à 1911, op. cit.

17 Aimé Poissenot, Luc Abram, René Pourcelot, Histoire des pinces de Montécheroux, Besançon, Folklore comtois, 2002, p. 86-87.

18 Robert Chapuis, Une vallée franc-comtoise, la Haute-Loue. Étude de géographie humaine, Besançon, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1961.

19 Livia Rapatel, Le travail et son organisation dans les salines jurassiennes du xixe au xxe siècle, mémoire, université de Besançon, 1981, p. 50.

20 Nathalie Petiteau, La dynamique longue d’un système productif localisé : l’industrie de la montre en Franche-Comté, thèse, Université de sciences sociales de Grenoble II, 2004.

21 J.-C. Daumas, L. Tissot (dir.), L’Arc jurassien, op. cit., p. 164.

22 Musée du Temps-Palais Granvelle, L’horlogerie dans ses murs. Lieux horlogers de Besançon et du Haut-Doubs, Besançon, Musée du Temps, 2019.

23 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 18.

24 N. Petiteau, Les établissements Bourgeois, op. cit., p. 447.

25 Ibid., p. 403.

26 Jean-Pierre Boccard, Les débuts du mouvement syndical à Besançon de 1914 à 1936, mémoire DES, université de Besançon, 1963, p. 20. Maurice Daclin, La crise des années 1930 à Besançon, Besançon, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1968, p. 21. Viviane Isambert-Jamati, L’industrie horlogère dans la région de Besançon, Paris, PUF, 1955, p. 14.

27 Statistique générale de la France, Résultats des recensements, 1926, 1931, 1936, op. cit. J.-P. Boccard, Le mouvement syndical à Besançon, op. cit., p. 20. En intégrant l’horlogerie du groupe Japy, Edgar Hirschi donne le chiffre de 10 700 ouvriers dans l’horlogerie en 1921 pour le Doubs et le Territoire-de-Belfort : Edgar Hirschi, « Évolution de l’horlogerie dans le cadre comtois, 1840-1965 », dans Le département du Doubs a cent ans, MSED, 1965, p. 109-132, p. 118

28 J. Mauerhan, Horlogers et horlogères à Besançon, op. cit., p. 229.

29 M. Daclin, La crise des années 1930, op. cit., p. 18.

30 C’est la proportion repérée chez Lip : M. Daclin, ibid, p. 24. Statistique générale de la France, Recensement général de la population 1926, op. cit., p. 78.

31 La part du personnel isolé passe de 11 à 13,7 % du total des emplois et celle des artisans de 23 à 29 % : Statistique générale de la France, Recensement général de la population 1926, op. cit., p. 78 ; ibid., 1936, p. 95.

32 V. Isambert-Jamati, L’industrie horlogère, op. cit., p. 26.

33 R. fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, op. cit., p. 437.

34 Aimé Moutet, Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1997, p. 122.

35 V. Isambert-Jamati, L’industrie horlogère, op. cit., p. 41.

36 Ibid., p. 53.

37 Jean Charles, Besançon ouvrier. Aux origines du mouvement syndical 1862-1914, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, série historique, 2010, p. 261.

38 Ibid., p. 271.

39 M. A. Renner, « LABOR », De la noce au turbin, op. cit., p. 84.

40 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 272.

41 J. Mauerhan, Horlogers et horlogères à Besançon, op. cit., p. 197.

42 C’est le cas notamment à La Chaux-de-Fonds : Jean-Marc Barrelet, Jacques Ramseyer, La Chaux-de-Fonds ou le défi d’une cité horlogère, 1848-1914, La Chaux-de-Fonds, Éditions d’en haut, 1990.

43 Douge, industriel de la métallurgie à Besançon, et De Moustier, grande famille de propriétaires terriens investis dans l’industrie : Le Peuple comtois, 14/02/1950.

44 Entretiens avec Robert Roth et Robert Charles.

45 J.-C. Daumas, L. Tissot (dir.), L’Arc jurassien, op. cit., p. 180.

46 M. Daclin, La crise des années 1930, op. cit., p. 17.

47 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 266.

48 PCK : Peter-Cailler-Kohler : Éric Parnet, L’industrie et le commerce à Pontarlier de 1870 à 1930, mémoire, université de Dijon, 1994.

49 Jean-Louis Loubet, Histoire de l’automobile française, Paris, Seuil, 2001, p. 168.

50 Y. Cohen, La naissance du syndicalisme de masse dans le pays de Montbéliard en 1917, mémoire, université de Besançon, 1976, p. 6.

51 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile, op. cit., p. 97.

52 Ingénieur des Arts et Métiers, Ernest Mattern fait toute sa carrière dans l’automobile. Directeur technique de l’ensemble des usines automobiles, il joue un rôle déterminant dans l’évolution de la firme Peugeot. Y. Cohen, Ernest Mattern, les automobiles Peugeot et le Pays de Montbéliard industriel avant et pendant la guerre 1914-1918 : composition sur une pratique d’organisateur, thèse, université de Besançon, 1981, 2 vols, publiée sous le titre : Organiser à l’aube du taylorisme : la pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot 1906-1919, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, « Annales littéraires de l’université de Franche-Comté », coll. Historique, 2001.

53 Jean-Pierre Ollier, Seloncourt, l’évolution économique et démographique d’une commune du Pays de Montbéliard, thèse, université de Paris, 1955.

54 Ibid., p. 56.

55 Ibid., p. 71.

56 B. Dezert, La croissance industrielle de la Porte d’Alsace, op. cit., p. 115.

57 Claude Fohlen dans R. fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, op. cit., p. 442.

58 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, op. cit. « Paternalisme d’hier et d’aujourd’hui », Le Mouvement social, numéro spécial, 1988 ; Jean-Pierre Terrail, Destins ouvriers. La fin d’une classe ?, Paris, PUF, 1990. André Gueslin, « Le paternalisme revisité en Europe occidentale », Genèses, n° 7, 1992, p. 201-211.

59 G. Noiriel dans Yves Cohen, Rémi Baudouï (dir.), Les chantiers de la paix sociale, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, 1995, p. 16.

60 Ivan Grassias, Sur les traces de l’empire Japy, Musée Frédéric Japy-Musées des techniques et cultures comtoises, 2001, p. 53.

61 CAP, rapport technique, mai 1926.

62 Ibid., février 1928.

63 M. Pigenet, J.-L. Robert (dir.), Industrialisation et sociétés, op. cit., p. 214.

64 Pierre Croissant, « L’urbanisation d’un village : l’exemple de Valentigney », dans Le Pays de Montbéliard 1850-2000, MSEM, 2000, p. 264.

65 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile, op. cit., p. 111.

66 Ibid., p. 263.

67 ADD, 126 J, Japy textile Audincourt et Baume-les-Dames, « Logements ouvriers constructions 1929-1992 ».

68 Claude Willard (dir.), La France ouvrière, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1920-1968, t. 2, 1995, p. 22.

69 J. Charles, Besançon ouvrier, op. cit., p. 91.

70 Pierre Lamard, dans J.-C. Daumas, L. Tissot (dir.), L’Arc jurassien, op. cit., p. 176.

71 J.-L. Loubet, Histoire de l’automobile, op. cit., p. 111.

72 Pierre Croissant, « Charles Robert et les ouvriers de la fabrique Peugeot d’Hérimoncourt (1858). Le regard d’un protestant social », MSEM, 2004, p. 83-91, p. 87.

73 Pierre Lamard, De la forge à la société holding, Viellard-Migeon et Cie, Paris, Polytechnica, 1996, p. 137.

74 La France horlogère, 1/04/1930.

75 Christophe Maillard, Pierre Biétry (1872-1918), du socialisme au nationalisme, ou l’aventure du leader des Jaunes à la Belle époque, Belfort, Presses de l’UTBM, 2013.

76 Pierre Lamard, « Approches d’une dynamique collégiale : la Chambre syndicale », dans J.-C. Daumas (dir.), Les systèmes productifs, op. cit., p. 313.

77 René Grillon, Jean-Louis Romain, Le mouvement ouvrier dans le Territoire-de-Belfort, t. 1, Des origines à 1939, Besançon, Cêtre, 2010, p. 141-142.

78 Gérard Noiriel, « Du patronage au paternalisme. La restructuration des formes de domination de la main-d’œuvre ouvrière dans l’industrie métallurgique française », Le Mouvement social, p. 35.

79 Voir supra, chapitres 4, 5, 8, 9.

80 Voir supra, p. 173.

81 Germinal, Le Semeur et L’Œuvre sociale.

82 ADD, M 789, affiche CGTU 1928.

83 ADD, 1 Z 14, Élections cantonales arrondissement de Montbéliard.

84 La Tribune du Doubs, 17/08/1935.

85 RGASPI, 495-270-3430, autobiographie de Robert Biétry, 7/11/1937.

86 Y. Grassias, Sur les traces de l’empire Japy, op. cit., p. 48.

87 N. Renahy, Les gars du coin, op. cit., p. 20.

88 G. Noiriel, « Du “patronage” au paternalisme », art. cité, p. 187.

89 I. Grassias, Sur les traces de l’empire Japy, op. cit., p. 57.

90 Daniel Henri, « Comptes, mécomptes et redressement d’une gestion industrielle : les automobiles Peugeot, 1918-1930 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1985, p. 56.

91 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 245.

92 N. Renahy, Les gars du coin, op. cit., p. 22.

93 A. Moutet, Les logiques de l’entreprise, op. cit., p. 25.

94 Yves Cohen, « E. Mattern (1906-1918) ou comment peut-on être taylorien ? », dans Maurice de Montmollin, Olivier Pastre (dir.), Le taylorisme, Paris, La Découverte, 1984, p. 122.

95 CAP, rapport technique, janvier 1923 et octobre 1925.

96 A. Moutet, Les logiques de l’entreprise, op. cit., p. 120.

97 Octave David, secrétaire du SOIH, conteste le chiffre de 82 % de manœuvres chez Lip, cité dans un article de La France horlogère : L’Œuvre sociale, 31/05/1930.

98 AMT, Louis Trincano, Histoire de l’industrie horlogère, manuscrit sans date, probablement rédigé durant la Seconde Guerre mondiale, p. 112.

99 Ibid., p. 118.

100 Marie-Pierre Auschitzky-Coustans, LIP, des heures à conter, Seyssinet, Libris, 2000, p. 27.

101 AM Besançon, fonds Lip, 5 Z 169, catalogue machines diverses.

102 AN F 12 11621, « Société Lip : dossier d’emprunt obligataire en vue de la construction d’une nouvelle usine », mars 1958.

103 Michel Pigenet, « Aux fondements d’une identité. Retour sur deux siècles de travail ouvrier », Historiens et géographes, octobre 1995, n° 350, p. 245.

104 Gérard Gayot, Philippe Minard (dir.), « Les ouvriers qualifiés de l’industrie (xvie-xxe siècle) : formation, emploi, migrations », Revue du Nord, hors série, coll. Histoire, 2001, n° 15, p. 9.

105 C. Willard (dir.), La France ouvrière, t. 2, op. cit., p. 246.

106 Yves Cohen, « Intensification technique et subjectivité. À propos de la 201 Peugeot (1928- 1931) », communication à l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, 1999, p. 8.

107 CAP, rapport technique, septembre 1925.

108 Philippe Del fiol, Schrader, une histoire, Pontarlier, Vandelle éditions, 2016, p. 50-52.

109 G. Gayot, P. Minard (dir.), « Les ouvriers qualifiés de l’industrie », art. cité, p. 9.

110 Voir supra p. 271-272.

111 Fred Lip dirige l’entreprise de 1945 à 1970.

112 AN F 7 13 858, Commissariat spécial de Besançon, 1/08, 6/08, 28/08/1930.

113 M. Daclin, La crise des années 1930, op. cit., p. 27.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 9 : Répartition des salariés par type d’établissement, industries de transformation en 1931 (pourcentage)8.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Carte n° 8 : Établissements industriels de plus de 100 salariés (1948).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Tableau n° 10 : Répartition des effectifs de l’industrie horlogère selon la taille de l’établissement (1949)35.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Photographie 1 : Usine Lip Besançon, rue des chalets (début années1950), collection Musée du Temps. © Service photographique de l’entreprise Lip.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Photographie 2 : Usine Lip Besançon, la chaîne d’assemblage des mouvements (vers 1952), collection Musée du Temps. © Service photographique de l’entreprise Lip.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36655/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search