Version classiqueVersion mobile

Ouvriers et mouvement ouvrier dans le Doubs de la Première Guerre mondiale au début des années 1950

 | 
Claude Cuenot

Première partie. Les ouvriers dans leur environnement

Chapitre 1. Une classe toujours en formation

Texte intégral

  • 1 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 117.

1À l’échelle française, la progression de la part des ouvriers dans la population active est continue du début du xixe siècle jusqu’au milieu des années 1970. Ce processus est loin d’être linéaire et de nouveaux venus rejoignent constamment une classe qui se retrouve en quelque sorte toujours en formation1. Dans ce mouvement, les années 1930 représentent un moment de stabilisation des ouvriers à la fois dans leur groupe professionnel, l’entreprise et la commune de résidence sous l’effet de la crise économique. Même si la Seconde Guerre mondiale l’interrompt, cet enracinement relatif facilite ce temps fort de la culture de classe que représentent les années 1930 à 1950. Comme dans nombre de régions françaises, italiennes ou scandinaves, des liens étroits persistent entre une partie de ces ouvriers et le monde rural.

La croissance numérique : la classe se nourrit d’elle-même jusqu’à la Seconde Guerre mondiale

2C’est seulement à partir des premières années du xxe siècle que le département du Doubs rejoint la France industrielle, située pour l’essentiel à l’Est de la ligne Le Havre-Marseille. En 1911, la part des actifs occupés dans l’industrie s’avère supérieure aux données nationales. À l’échelle départementale, c’est à partir de 1926 qu’elle dépasse celle occupée par le secteur agricole. Il faut attendre le début des années 1950 pour observer une telle évolution dans le Jura et la Haute-Saône.

  • 2 Statistique générale de la France, Résultats du recensement de 1936. Données par département, Impri (...)
  • 3 Olivier Marchand, Christian Thélot, Le travail en France, 1800-2000, Paris, Nathan, coll. « essais (...)

3En valeur absolue, dans un mouvement long de croissance de la population active industrielle depuis 1850, la baisse est très sensible entre 1931 et 1936. Pour le Doubs, sur une diminution de 13 000 personnes, l’industrie représente 70 % de ce recul, passant de 69 181 à 59 929 personnes2. Il s’explique notamment par la crise sans précédent qui touche les petites entreprises mais surtout par un fait démographique. Le déficit des naissances lié à la guerre se traduit par une diminution sensible des entrées de jeunes actifs3. Cette baisse est transitoire, l’emploi industriel reprenant sa progression après la Seconde Guerre mondiale.

4Fait majeur de l’histoire sociale contemporaine, la France se distingue de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne par sa proportion élevée d’emplois agricoles. Vers 1880, près d’un actif sur deux travaille dans l’agriculture, alors que, dès 1840, ils ne sont plus que 25 % dans ce cas en Grande-Bretagne, chiffre que la France atteindra seulement en 1954. Dans le Doubs, il faut attendre les années 1920-1930, puis surtout la fin des années 1940 pour que l’exode agricole s’accélère fortement, touchant désormais autant les exploitants que les salariés. Fait nouveau, la baisse atteint la même ampleur qu’au plan national. Cependant, la part des actifs agricoles reste supérieure aux données du pays jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

  • 4 Ibid., p. 219. Statistique générale de la France, Résultats des recensements. Données par départeme (...)

Tableau n° 1 : Population active par secteur de 1921 à 1936, puis emploi pour 1954, Doubs-France (en pourcentage)4.

Tableau n° 1 : Population active par secteur de 1921 à 1936, puis emploi pour 1954, Doubs-France (en pourcentage)4.
  • 5 Jacques Dupaquier, Dominique Kessler (dir.), La société française au xixe siècle. Tradition, transi (...)
  • 6 Bernard Saul-Robbe, Formation d’une classe ouvrière en milieu rural : les ouvriers papetiers de Gen (...)

5Le monde ouvrier se nourrit d’un double mouvement, d’une part les transferts d’un groupe social à l’autre, et d’autre part les mouvements migratoires internes et externes. Durant le xixe siècle, le groupe des exploitants agricoles et, dans une moindre mesure, le prolétariat agricole et l’artisanat alimentent d’une génération à l’autre tous les secteurs d’activité5. Ces transferts proviennent d’une mobilité structurelle, c’est-à-dire d’une mobilité créée par la modification de la structure des emplois entre la génération des pères et celle des fils. Le progrès technique dans les campagnes libère ainsi un excédent de jeunes actifs, prêts à occuper toutes les places disponibles dans les secteurs économiques en expansion, les services puis l’industrie. Ainsi dans la seconde moitié du xixe siècle, des paysans de Haute-Saône viennent nourrir la main-d’œuvre des usines du Doubs. À la papeterie de Geneuille, ces paysans et fils de paysans s’ajoutent aux premiers papetiers. Ici la première génération d’ouvriers modernes, c’est-à-dire de père en fils, se repère dans les années 1890 : les ouvriers sont à 80 % fils de papetiers et pour une large part nés dans la commune6. Durant le xixe siècle, le recrutement des ouvriers en France apparaît donc hétérogène, mais à majorité rurale.

  • 7 Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, (...)

6À l’échelle française, on n’est guère ouvrier de père en fils, au moins jusqu’en 1880. Il faut attendre la période suivante pour que l’autorecrutement des ouvriers s’affirme. Pour la grande industrie lyonnaise à la veille de la Première Guerre mondiale, Yves Lequin a montré que c’est de la classe ouvrière et des usines que viennent la majorité des ouvriers7. À peine plus d’un tiers de la main-d’œuvre nouvellement recrutée est d’origine paysanne. On vient de régions industrielles proches ou lointaines, en suivant les chemins de son métier. Le monde ouvrier se nourrit de lui-même et sur place, par l’adaptation. C’est un phénomène général en Europe occidentale et qui tend également à s’affirmer en Europe du Nord et centrale.

7Dans les années 1930, l’étude de notre premier corpus montre un autorecrutement plus net. À cette date, l’examen du statut des pères à la naissance montre que les ouvriers le sont de père en fils pour plus de la moitié d’entre eux. Un sixième de l’effectif provient de la paysannerie, donnée confirmée par l’examen de la situation au moment du mariage.

8Enpremierlieu, lamobilitéprofessionnellestricteenmatièrederecrutement, mesurée au moment du mariage (répartition des activités des pères en fonction de l’activité du mari), fait apparaître un taux d’autorecrutement faible, un peu plus du quart des « ouvriers » et « ouvriers d’usine ». En effet, à l’échelle française, le taux d’autorecrutement a diminué de manière générale depuis le xixe siècle pour tous les groupes, à l’exception des exploitants agricoles. Au siècle suivant, la mobilité professionnelle d’une génération à l’autre est très forte au sein du groupe des ouvriers, avec changement de branche industrielle et changement de métier.

  • 8 J. Dupaquier, D. Kessler (dir.), La société française au xixe siècle, op. cit., p. 178.

9En second lieu, la mobilité sociale examinée par le statut et non plus par la profession montre un taux d’autorecrutement des ouvriers élevé : sur 49 maris ouvriers, nous trouvons 31 pères ouvriers, 8 employés et 10 exploitants agricoles. La comparaison de la profession du père du mari à celle du père de l’épouse à partir des actes de mariage nous éclaire sur la réalité des relations et des barrières sociales. Sur le plan professionnel, elle révèle une très forte endogamie pour seulement deux catégories, « ouvriers d’usine » et « ouvrier sur métaux ». Sur le plan social, la mise en relation du statut des pères des époux va cependant dans le même sens. Depuis le xixe siècle, on se marie peu dans le cadre strict du métier spécialisé et l’endogamie s’avère plus sociale que professionnelle8. C’est d’autant plus vrai qu’à partir du siècle suivant la référence au statut (ouvrier ou employé) l’emporte souvent sur la référence au métier dans les déclarations d’état civil.

10Cette endogamie n’est pas tant le résultat d’une ignorance ou d’une méfiance mutuelle vis-à-vis des autres groupes que l’issue d’habitudes de fréquentation propre à un mode de vie construit par le travail en usine et l’habitat en cité ouvrière. Lorsque les ouvriers vivent dans une ville d’une certaine taille comme Besançon, ils s’ouvrent sur un milieu populaire plus large avec lequel l’acclimatation s’avère facile. Les mariages témoignent alors de relations que nouent les ouvriers avec des filles d’employés des chemins de fer, du commerce, de tailleurs de pierre, d’ouvriers de l’Arsenal, mais également de petits commerçants et d’artisans. Plutôt que des contraintes ou des planches de salut pour une ascension sociale, ces unions sont devenues des choix, fruit de relations amoureuses nées des fréquentations de voisinage. En changeant de branche d’activité ou de métier, les ouvriers suivent donc surtout la voie d’une mobilité interne à leur classe.

  • 9 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, op. cit., p. 111.
  • 10 Jacques Gavoille, Du maître d’école à l’instituteur. La formation d’un corps enseignant du primaire (...)

11À partir du début du xxe siècle, le travail et ses corollaires, l’instruction et la formation, offrent quelques possibilités d’ascension sociale pour les ouvriers. Dans certains départements, la part des fils d’ouvriers et d’employés parmi les instituteurs progresse fortement, pour atteindre par exemple 26 % dans le Nord ou 34 % dans la Manche9. Or les familles ouvrières du Doubs s’engagent peu dans cette voie. Entre 1870 et 1914, leurs enfants représentent seulement 10 % des recrues de l’enseignement primaire10. Les jeunes des villes qui pourraient être tentés par cette voie redoutent sans doute une longue affectation dans de petits villages : l’isolement qu’elle implique apparaît comme un handicap qui atténue sensiblement les atouts de la promotion sociale. Mais surtout, l’industrie leur offre quelques possibilités de promotion interne.

  • 11 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, op. cit., p. 115.
  • 12 AMM, 1 R 90, Liste nominative école pratique de commerce et d’industrie de Montbéliard.

12L’élite ouvrière commence alors à accéder aux premières formations professionnelles. Un véritable enseignement technique ne voit pas encore le jour, même si les initiatives publiques sont nombreuses. Seules les écoles pratiques de commerce et d’industrie (EPCI), financées par les communes et l’État, connaissent un relatif succès11. À partir de 1890-1891, celle de Montbéliard dispose d’une section industrie. Cette école forme un nombre d’élèves plutôt réduit, 150 par an vers 1900. Elle recrute pour un tiers dans la ville de Montbéliard et pour moitié dans l’arrondissement, avec également un petit rayonnement sur la Haute-Saône et le Territoire de Belfort12. Nombre de chefs d’ateliers, de chefs d’équipe et dessinateurs de l’entreprise Peugeot en sont sortis. Cependant, ces écoles dispensent une formation technique de base et non les savoirs pratiques proprement dits, nécessaires à l’assimilation des métiers d’ouvrier qualifié.

  • 13 Joëlle Mauerhan, Horlogers et horlogères à Besançon (1793-1908). Un passé prêt à revivre, Paris, L’ (...)

13Dans l’horlogerie, les efforts sont précoces avec l’école fondée par la municipalité de Besançon en 1861. Mais elle ne permet pas de former toute la main-d’œuvre nécessaire : en 1911, l’établissement compte 120 élèves, à comparer aux 500 inscrits dans les établissements hélvètes13. Devenue École Nationale d’Horlogerie (ENH), elle intègre en 1932 des bâtiments plus grands et plus adaptés. Une autre école horlogère voit également le jour à Morteau. Dans l’attente d’une étude précise portant sur le recrutement, tout porte à croire que ces formations intègrent surtout des jeunes issus de familles horlogères, mais s’ouvrent également sur des couches sociales plus larges.

  • 14 Nicolas Hatzfeld, « L’école d’apprentissage Peugeot (1930-1970) : une formation d’excellence », For (...)
  • 15 Ibid., p. 127.

14Dans les années 1920, l’essor de la mécanique et de la construction électrique comme le développement de l’organisation scientifique du travail entraînent un besoin croissant d’ouvriers qualifiés. Comme les EPCI ne les forment pas, des entreprises choisissent alors de remplacer les procédures traditionnelles de l’apprentissage, avec une insertion longue dans l’atelier sous l’autorité d’un maître ouvrier, par un nouveau dispositif. Au lendemain de la guerre, les sociétés Oerlikon à Ornans, Zedel à Pontarlier, Peugeot, Société Alsacienne de Construction Mécanique (SACM) à Belfort ouvrent leurs propres écoles d’apprentissage14. Ces deux dernières se caractérisent par le haut niveau des résultats auquel elles parviennent. Leurs diplômés atteignent un niveau moyen nettement plus élevé que les autres ouvriers, y compris les titulaires d’un CAP. Une telle formation ouvre des perspectives de mobilité professionnelle. Nicolas Hatzfeld a montré qu’en 1960, la moitié des jeunes formés par l’école Peugeot a connu une promotion importante ayant en partie entraîné un changement de statut social15. C’est aussi un moyen de former un personnel attaché à l’entreprise et à ses valeurs.

  • 16 Sur cette spécialisation, voir également : Alain Mélo, Fruitières comtoises. De l’association villa (...)
  • 17 Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, France xixe siècle, Paris, Belin, 1999.

15La classe se nourrit donc longtemps d’elle-même d’autant que persiste une résistance paysanne à l’industrialisation. En France, l’apport de la paysannerie à la formation du monde ouvrier est loin d’être massif et continu. Sur la montagne et les plateaux du Doubs, l’émigration agricole a longtemps été freinée en raison du dynamisme des exploitations rurales. Selon Jean-Luc Mayaud, ce dynamisme résulte d’abord de la spécialisation pastorale et fromagère à partir des années 1860-187016, de l’amélioration du troupeau bovin de race montbéliarde et de la stabilité, au moins jusqu’en 1914, d’une forte densité de biens communaux17. En effet, les pâtures communales gérées collectivement par les cultivateurs représentent d’indispensables compléments sur le plan agricole.

  • 18 Jean Pitié, Exode rural et migrations intérieures en France. L’exemple de la Vienne et du Poitou Ch (...)

16Les campagnes connaissent également le phénomène du « glissement paysan », désignant les migrations d’exploitants non-propriétaires ou de domestiques et journaliers entre communes rurales18. Ces catégories se déplacent assez souvent, annuellement pour les domestiques agricoles et à l’expiration des baux pour les fermiers. Ces déplacements se font généralement dans un espace assez proche, mais ils s’étendent également sur de plus longues distances, des campagnes très peuplées vers celles qui le sont moins. Longtemps masqués par le modèle de l’exode rural, ces mouvements nous révèlent l’ampleur des mobilités internes propres aux campagnes : des paysans quittent donc leur village, non point pour la ville mais pour un autre village.

  • 19 Armand Wallon, Georges Duby (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, 2e édition, 1992, t (...)

17À l’échelle nationale, cette forme de mobilité s’accentue à partir des années 1880. En effet, la position des locataires par rapport aux propriétaires du sol se renforce, en raison d’une concurrence moins vive entre les premiers : les rentiers de la terre consentent des réductions sur les baux pour trouver des fermiers19. Ensuite la mort de nombreux cultivateurs ou de leurs héritiers pendant la Grande Guerre, libérant des terres et diminuant le nombre de candidat à l’achat ou à la location, offre aux survivants une chance d’accéder au statut de propriétaire-exploitant. Comme avec la pluriactivité, les stratégies familiales et individuelles s’adaptent à ces évolutions du contexte.

  • 20 ADD, 6 M 5 à 6 M 622 : Listes nominatives communes d’Audeux à Villers-Buzon, (cotes provisoires).
  • 21 Pierre Kerleroux, « Moncley, 1814-1918 : apogée, crises, mutation d’un village sur l’Ognon », Barbi (...)
  • 22 Sondages réalisés dans les cantons de Rougemont et Roulans, situés en zone réceptrice.
  • 23 Entretien Mme Bouquet, épouse Buessard, Charchillia (Jura).

18Ici le glissement paysan suit un axe qui part de la montagne et des seconds plateaux pour arriver dans le bas-pays. Les zones émettrices ont gardé une forte natalité et des familles nombreuses, ce qui entretient une concurrence entre cultivateurs, tandis que les zones réceptrices connaissent une natalité plus faible et une déprise agricole ancienne, avec des fermes disponibles pour l’achat ou la location en fermage. En 1936, dans le canton d’Audeux, situé en zone réceptrice, plus de la moitié des communes comptent plusieurs familles de cultivateurs venues des plateaux et du Haut-Doubs, installées après le mariage20. À Moncley, les châtelains-propriétaires semblent ainsi avoir pris l’habitude de se tourner vers les plateaux pour y trouver un nouveau fermier21. Ces arrivées se poursuivent après la Seconde Guerre mondiale. S’ils n’ont pas trouvé de ferme proche à reprendre et s’ils souhaitent rester cultivateurs comme leurs parents, les jeunes couples élargissent le champ de leurs recherches22. Ainsi faute de solutions proches de Montandon (canton de Saint-Hippolyte), le couple Buessard Bouquet s’installe comme fermiers à Charchilia, au sud du Jura, à 150 kilomètres de leur lieu de naissance et de mariage, jusqu’à la retraite et la mort23.

  • 24 O. Marchand, C. Thélot, Le travail en France, op. cit., p. 33.
  • 25 J. Gavoille, Du maître d’école à l’instituteur, op. cit., p. 219-220.

19À la fois poussés par la croissance de la productivité agricole, la rareté du travail dans les campagnes et attirés par les modes de vie urbains, les paysans et ouvriers agricoles quittent la terre et, surtout, leurs enfants ne s’y installent pas24. Les mutations structurelles de la société française offrent de nouvelles possibilités de mobilité. Ainsi lorsque les paysans quittent la terre, ils cherchent d’abord à rejoindre le monde des services, les postes et les chemins de fer. De même les descendants d’agriculteurs et d’instituteurs fournissent à eux seuls les deux-tiers des instituteurs du Doubs entre 1870 et 191425. Pour eux, l’enseignement primaire est une ressource, alors qu’il ne l’est pas pour les descendants d’ouvriers. De plus, les débuts de la mécanisation de l’agriculture contribuent à donner le goût de la mécanique à des fils de cultivateurs : certains commencent à s’intéresser aux emplois de ce secteur bien avant l’arrivée des tracteurs. Pour leur part, les femmes sont particulièrement sensibles à l’ouverture sur l’extérieur : elles supportent de moins en moins les conditions de travail et de logement dans les fermes. S’embaucher à l’usine voisine leur permet notamment d’éviter de « faire les foins », ce travail éreintant jusqu’à l’apparition des presses à fourrage. Et dans les couples, ce sont elles qui mettent en avant l’objectif d’une amélioration du quotidien en trouvant une activité plus lucrative en ville. Mais dans l’attente d’études centrées sur les exploitations agricoles, nous en restons aux généralités sur les causes de départ ou de maintien des paysans à la terre.

  • 26 Entretien avec les enfants de Jean et Gisèle Verdot.
  • 27 Entretien avec René Labbez et Jean Bonnet.

20Le maintien d’une proportion relativement élevée d’exploitants montre que la petite exploitation rurale reste une ressource plus longtemps qu’ailleurs. En effet, les évolutions sont lentes. Dans le Haut-Doubs, la société horlogère et le monde paysan ne se mélangent pas facilement. Partout le regard des cultivateurs tarde à évoluer et, au début des années 1950, ils demeurent encore réticents à laisser leur fille épouser un ouvrier26. Dans les familles paysannes, celui qui se résigne à devenir ouvrier, le plus souvent un cadet, gagne un statut de parent pauvre. De plus, la sociabilité propre aux « montagnons » intervient pour limiter les départs vers la ville et leurs réseaux de parenté participent d’un milieu rassurant que certains n’envisagent pas de quitter sans regret. Ils représentent des ressources en terme d’emplois et de relations qui permettent d’éviter l’usine. L’abandon de l’agriculture ne s’accompagne pas nécessairement d’un déplacement vers la ville éloignée. La pénétration du travail régulier en atelier dans les villages horlogers ou le développement des scieries offrent aux jeunes des emplois relativement moins contraignants que ceux de la terre, tout en leur permettant de rester « au pays ». Ainsi au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à Maison-du-Bois (canton de Montbenoît), les cadets de familles de cultivateurs, en attente d’une autre ferme à reprendre, ou ceux qui quittent définitivement la terre trouvent souvent un premier emploi à la fabrique locale27.

  • 28 Anne Martin-Fugier, La domesticité féminine à Paris en 1900, Paris, Grasset, 1979 ; Paris, Perrin, (...)
  • 29 ADD, 3 P 191/3, Matrice cadastrale propriétés bâties et non bâties, Dammartin-les-Templiers.

21Par ailleurs, les départs pour la ville ne sont pas toujours définitifs et des mobilités centrées autour de l’exploitation agricole existent aussi. Des exemples dans des villages voisins nous en montrent les ressorts à trente ans d’intervalle. Ainsi Justin Perrot de Dammartin-les-Templiers (canton de Roulans), né en 1869, fils de petit cultivateur exploitant, part à Paris en 1891 après son service militaire et travaille comme domestique. Employé dans la capitale, il gagne un traitement beaucoup plus élevé qu’en province28. Il rencontre son épouse, originaire de la Somme, qui travaille dans une autre maison, et leurs enfants naissent à Paris. Selon ces mots, il veut « revenir planter ses choux dans son village » et commence de construire une maison lors d’un congé exceptionnel. En 1914, mobilisé dans l’artillerie, Justin envoie ses deux enfants au village pour aider les grands-parents. À partir de 1915, il achète régulièrement de petites parcelles de terre. À sa démobilisation, Justin et son épouse reprennent l’exploitation et ne figurent pas parmi les principaux propriétaires du village. Conseiller municipal, il devient adjoint au maire. À son décès, il laisse une maison et huit hectares de terres et de prés29.

  • 30 Entretien avec son fils René Perrot.

22Né à Paris, Raymond, l’aîné des enfants, se laisse à son tour tenter par la capitale. Un employé des chemins de fer originaire du village voisin l’encourage à entrer dans la compagnie où il travaille et où il a déjà fait engager ses cousins du village. Son frère cadet, par ailleurs souffrant d’une mauvaise vue, reste pour s’occuper de la ferme avec ses parents vieillissants. Phénomène bien connu, la distinction aîné/cadet apparaît ici comme un puissant opérateur social. Raymond Perrot ne reste pas très longtemps dans les chemins de fer. Il suit des cours du soir, travaille comme serrurier et prend goût à la mécanique. Il travaille ensuite comme tourneur chez Renault. Il fait connaissance de sa future épouse par l’intermédiaire de son voisin d’atelier. fille de paysans alsaciens, elle est cuisinière dans une maison. Ils se plaisent à Paris où naissent leurs enfants. Dans l’ambiance du Front populaire, Raymond assiste à quelques meetings politiques. Lors de la grève de novembre 1938 chez Renault, il participe aux affrontements lors de l’évacuation brutale de l’usine par les gardes mobiles. À la déclaration de guerre, il est affecté spécial dans l’aéronautique, chez Farman. Il envoie sa famille chez son frère à Dammartin-les-Templiers. Par crainte d’une mobilisation pour le STO, Raymond revient auprès des siens courant 1942. À la fin de la guerre, même s’il n’apprécie pas l’agriculture, il reprend sa place dans l’exploitation familiale aux côtés de son frère, affaibli suite à un accident. Son épouse, qui avait quitté la terre en espérant ne pas y revenir, redevient donc paysanne après sa parenthèse parisienne. Raymond transmet son goût de la mécanique à son fils René, qui suit une formation de mécanicien automobile. Ce dernier hésite lui aussi à quitter la terre avant de choisir finalement de maintenir et développer l’exploitation familiale30.

23À Champlive à deux kilomètres du premier, Jean Verdot fait également un passage par le travail industriel avant de revenir à la terre. Son père appartient à l’une de ces familles nombreuses des plateaux venues louer des fermes dans le bas-pays. Jean, l’aîné des sept enfants, combat dans les ffi puis dans l’armée Rhin-Danube. À son retour en 1946, plus intéressé par la mécanique que par l’agriculture, il laisse son frère cadet poursuivre l’activité agricole comme fermier tandis qu’il s’embauche dans la métallurgie voisine, chez Bost à Laissey. Une partie de la fratrie continue de vivre dans le même village, les autres travaillant à la SNCF dans une autre région, mère au foyer ou comme ouvrier. Jean épouse une fille de paysan du village et ils ont un garçon. Elle décède peu après. Il travaille ensuite chez Peugeot à Sochaux en partant à la semaine, laissant son fils d’un an à sa propre mère. Entré comme « contrôleur OS2 » dans l’usine de mécanique, ses capacités sont reconnues et il devient rectifieur.

  • 31 Entretien avec ses enfants, Daniel, Alain et Claudine Verdot.

24Par l’intermédiaire d’un ami de ses parents, Jean Verdot rencontre Gisèle, elle aussi déjà mère d’un enfant. La famille de celle-ci, des cultivateurs propriétaires, qui a déjà refusé un mariage de « réparation » pour cet enfant naturel, n’apprécie pas le statut d’ouvrier du nouveau prétendant. Or Gisèle, couturière de formation, ne se prépare pas à devenir paysanne. Mariés en 1952, Jean et Gisèle habitent durant un an à Baume-les-Dames, la petite ville intermédiaire entre leurs communes d’origine. Mais les deux familles prennent en main les destinées des jeunes mariés et leur trouvent une ferme à louer dans le village de Jean, à Champlive. Victime de graves inondations deux mois après leur installation, avec un logement presque insalubre, Jean et son épouse regrettent d’avoir quitté une grande entreprise qui offrait des possibilités de mobilité professionnelle. Malgré les difficultés pour faire vivre une petite exploitation, il ne revient pas en arrière. Il poursuit avec dynamisme le travail agricole, transmis à deux de ses fils, tandis que son aîné hérite de sa passion première, la mécanique31.

  • 32 Jacques Dupaquier (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988, t. 4, p. 88.

25Les formes de résistance et d’adaptation à l’industrialisation déployées par les familles paysannes sont variées. Si les enfants ne peuvent poursuivre leur activité sur l’exploitation familiale, ils examinent d’autres solutions. Certains privilégient l’ancrage agricole, quitte à se déplacer. L’arrivée sur le marché du travail des enfants nés entre le début des années 1920 et 1937, période où le Doubs présentait un taux de fécondité parmi les plus élevés du pays, renforce cette évolution32. Pour éviter le départ vers la ville, ils choisissent de rester au pays : la présence d’une industrie diffuse puis le développement des moyens de transports leur permettent de continuer de résider à la campagne. Certains travaillent un temps dans la grande industrie, puis reviennent travailler dans les industries plus proches où ils peuvent parfois valoriser leur expérience. D’autres partent, non plus pour Paris mais pour Besançon ou Montbéliard. Dès lors, ceux qui parviennent à en maîtriser les règles participent au cycle d’intégration urbaine, ce qui n’exclut pas le maintien des relations avec le village, notamment pour se marier, ou un retour au moment de la retraite.

Mobilité interdépartementale et élargissement du recrutement pour la grande industrie

  • 33 Ibid., p. 12.

26L’évolution des migrations internes après la Première Guerre mondiale est liée au processus d’industrialisation et d’urbanisation. Il prolonge la transition démographique et l’intensification de la mobilité amorcées tout au long du siècle précédent33. La mobilité résidentielle ne constitue que la partie visible d’un iceberg, qui comprend également les mouvements pendulaires, hebdomadaires et saisonniers.

  • 34 Michel Dürr, « Les unes croissent, les autres non. La reproduction différentielles des familles », (...)

27À l’échelle française, ces glissement de population à partir des régions fécondes sont anciens, comme entre les Alpes du Sud et la basse Provence ou entre le Massif central et le bas Rhône. Les mobilités interdépartementales s’alimentent par la reproduction différentielle des familles, principal moteur de la mobilité française au xixe siècle34. À cette époque, l’éventail du nombre d’enfants par famille était très ouvert avec d’un côté des célibataires et des fils uniques, et de l’autre, des familles nombreuses avec plus de quatre enfants. Selon Michel Dürr :

  • 35 Ibid., p. 440.

Ces différences de comportements familiaux débouchent sur la formation de départements réservoirs et de départements démographiquement affaiblis. Les premiers sont la source longtemps féconde d’une population stable localement et capable de supporter une émigration nombreuse, comme le Haut-Rhin, Belfort ou la Haute-Saône. Les seconds maintiennent leur population seulement par les apports des départements voisins, à l’exemple du Doubs, ou se vident de leurs habitants comme le Jura35.

28Mais la rareté des études démographiques nous oblige à rester prudent : à l’échelle locale, il apparaît toutefois que dans les montagnes du Doubs, la natalité demeure longtemps forte tandis qu’elle diminue assez tôt dans le bas-pays.

Carte n° 1 : Évolution démographique, par cantons Doubs-Haute-Saône, 1801-1954. Paul Huot-Pleuroux, Le recrutement sacerdotal dans le diocèse de Besançon de 1801 à 1960, Thèse, Paris, 1966, annexe 12.

Carte n° 1 : Évolution démographique, par cantons Doubs-Haute-Saône, 1801-1954. Paul Huot-Pleuroux, Le recrutement sacerdotal dans le diocèse de Besançon de 1801 à 1960, Thèse, Paris, 1966, annexe 12.
  • 36 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale, op. cit., p. 86.
  • 37 Roland fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, 1977, p. 412-417.

29Si l’émigration rurale s’accélère à partir de 1850, drainant des populations du Massif central vers les foyers industriels de Saint-Étienne et du Gard ou de Bretagne vers Paris, elle paraît plus tardive en Franche-Comté. Jean-Luc Mayaud relève que les maxima de population rurale apparaissent le plus souvent lors des recensements de 1886, 1891 et même 1896, alors qu’ils se repèrent en général dans les années 186036. De forts décalages existent cependant entre les plateaux et le bas-pays. En raison de la faible attraction des villes, l’émigration rurale se solde souvent par une migration définitive hors de la région. La Franche-Comté présente ainsi un solde migratoire négatif pour l’ensemble de la période 1881-195437.

  • 38 Bernard Dezert, La croissance industrielle de la Porte d’Alsace. Essai géographique sur la formatio (...)
  • 39 Statistique générale de la France, Recensement de la population. Résultats par département, 1901, 1 (...)

30Les causes économiques, diminution de l’emploi dans l’agriculture et disparition des industries traditionnelles, expliquent ce recul. Le Doubs reçoit des Hauts-Saônois et des Jurassiens, fils de petits cultivateurs, journaliers, ouvriers des anciennes forges, qui recherchent un emploi à Besançon et dans les industries du nord du département. À l’échelle du Pays de Montbéliard et du Territoire de Belfort, la population augmente de 30 % entre la fin du Second Empire et 1962, une hausse provenant essentiellement de l’immigration nette38. La part des réfugiés alsaciens après 1871 compte pour beaucoup, mais ce sont aussi les arrivées d’habitants venus d’autres régions et des immigrés qui expliquent une telle croissance sur l’ensemble de la période. En considérant l’échelle départementale, nous constatons que le Doubs bénéficie d’abord faiblement de l’exode rural que connaissent ces voisins. En 1901, la part de la population née dans le département reste encore à 82 %, un niveau élevé, pour se stabiliser autour de 72 % de la population totale après la Grande Guerre39. La périphérie de la région s’est donc dépeuplée au profit de son centre.

  • 40 B. Dezert, La croissance industrielle de la Porte d’Alsace, op. cit., p. 246.
  • 41 Claude Fohlen, Histoire de Besançon, Besançon, Cêtre éditeur, 1982, t. 2, p. 513.

31C’est à partir de 1945 que l’émigration des campagnes vers les villes augmente fortement. Pour prendre l’exemple des secteurs ruraux qui alimentent le Pays de Montbéliard, la période 1954-1962 voit un solde migratoire de – 11,5 % pour la zone comprise entre Doubs et Dessoubre (le sud du canton de Clerval, l’ouest des cantons de Saint-Hippolyte et de Pont-de-Roide), de – 8,5 % dans les cantons de Maîche et Le Russey, et de – 5,8 % pour le sud-est du Haut-Rhin40. En examinant la situation dans un point d’arrivée, Besançon connait une très forte croissance démographique entre 1954 et 1962, passant de 73 445 à 99 622 habitants. La natalité est très élevée, mais l’apport extérieur (mobilité inter et intradépartementale et immigration) fournit les trois quarts de cet accroissement : la ville est devenue très attractive41. Plus de la moitié des arrivants sont des Francs-comtois, la plupart issus des zones rurales. À l’échelle départementale, la population augmente de 10 % entre 1946 et 1954, soit une des plus fortes progressions constatées, pour atteindre 327 187 habitants. À la différence de ce qui se produisait depuis la fin du xixe siècle, cette émigration ne se traduit plus par des départs hors de la région. Ces mobilités accompagnent le recul des actifs agricoles au profit du groupe des ouvriers.

L’appel de l’industrie : l’élargissement du recrutement pour les grandes entreprises

  • 42 Selon l’expression de Bernard Lardière, séminaire de l’Équipe artisanat et proto-industrie, univers (...)

32Dans une large mesure, l’expansion économique française s’est appuyée au xixe siècle sur la dispersion du travail industriel dans les campagnes. Même dans la partie la plus industrialisée de la Franche-Comté, les entreprises s’adaptent à cette situation et vont vers les paysans : les usines restent dispersées dans le cadre d’une « industrialisation en archipel42 ». Et même à partir des années 1890, quand Japy construit la grande usine de Beaucourt et que les frères Peugeot agrandissent leurs établissements, ils ne modifient pas brutalement le recrutement.

  • 43 D’autres cantons à peine plus éloignés, mais à dominante agricole plus marquée, Le Russey (12) et P (...)

33Durant la forte croissance des années 1920, ce recrutement local s’avère encore suffisant pour une partie des entreprises rurales. Nous le constatons à la fois à Pont-de-Roide, à l’est du Pays de Montbéliard, avec un établissement Peugeot et Compagnie de plus de 500 salariés, et à Chenecey-Buillon (canton de Quingey), dans le sud du département. En 1921 comme en 1931, les ouvriers de cette tréfilerie sont presque tous nés dans la commune et les villages voisins. L’ancienneté de ce site au bord de la Loue facilite un autorecrutement et une endogamie forte. Le personnel loge dans un bâtiment qui jouxte les ateliers. À Pont-de-Roide, la présence de la métallurgie est tout aussi ancienne. Aux mêmes dates, plus du tiers des ouvriers résidant dans la commune y sont nés. Les villages les plus proches, Bourguignon et Vermondans, également industrialisés de longue date, fournissent les trois quarts des ouvriers recrutés dans les autres communes du canton. À cette échelle, la main-d’œuvre ne vient pas des villages agricoles à peine plus éloignés, même s’il faut compter sur des déplacements pendulaires. En élargissant le cercle d’analyse au reste du département, ce sont les cantons de Saint-Hippolyte et Maîche qui fournissent à eux seuls plus du tiers des autres ouvriers43. Les cantons ruraux proches contribuent peu au recrutement tandis que l’immigration reste faible.

Tableau n° 2 : Aire de recrutement des ouvriers domiciliés à Pont-de-Roide (1921).

Lieux de naissance Effectifs Pourcentage
Ouvriers nés dans la commune 366 41,8
Ouvriers nés dans le canton 449 51,3
Ouvriers nés dans le département 758 86,7
Ouvriers nés dans un autre département 81 9,3
Ouvriers étrangers ou nés dans un autre pays 33 4
Total 874 - -------
  • 44 Nathalie Petiteau, Les établissements Bourgeois à Damprichard de la fin du xixe siècle à 1938, mémo (...)

34Le Haut-Doubs horloger connaît une situation voisine. Durant la période 1894-1936, plus de la moitié des ouvriers de l’entreprise Bourgeois de Damprichard sont nés dans cette commune44. Le bassin d’emploi s’étend à quelques villages proches et les ouvriers de nationalité étrangère sont des Suisses venus de localités peu éloignées.

  • 45 François Lassus, Forges et forgerons d’Audincourt, de l’entreprise princière à la société anonyme, (...)
  • 46 François Lassus, « Un prolétariat sous l’Ancien Régime ? Transmission des savoir-faire et recruteme (...)
  • 47 Josiane Carillon, La compagnie des Forges d’Audincourt, mémoire de maîtrise, université de Besançon (...)
  • 48 François Lassus, Forges et forgerons d’Audincourt, op. cit., p. 89.
  • 49 ADD, M 2501, Commissariat spécial d’Audincourt, 22/03/1926.

35Certains métiers proviennent d’une aire géographique beaucoup plus large. Les itinéraires des ouvriers qualifiés conduisent ceux-ci de forge en forge, de verrerie en verrerie, d’atelier d’horloger en atelier d’horloger, au gré de l’embauche et des spécialisations. La métallurgie connaît ces mouvements depuis plusieurs siècles. François Lassus a montré comment des ouvriers venus des mêmes horizons, sinon des mêmes familles, font tourner les forges de type comtois dans l’ensemble de l’Europe45. Les forgerons se déplacent dans un réseau d’amitiés professionnelles qui permet une circulation interne des informations sur le travail, l’embauche, l’évolution technologique et renforce la cohésion de la communauté. La fermeture progressive des forges et fourneaux dans la seconde moitié du xixe siècle ne provoque pas de crise ouvrière. Le personnel se déplace vers les nouveaux bassins sidérurgiques sans rompre ses traditions46. Ainsi à la veille de la Première Guerre, l’aire de recrutement de la Compagnie des Forges d’Audincourt s’étend sur 29 départements, même si la majorité de la main-d’œuvre provient des communes environnantes47. À cette date, les ouvriers nés hors du Doubs, parfois très loin comme ceux de Hennebont (Morbihan)48, ne sont plus des « oiseaux de passage », assez fréquents 30 ans plus tôt. En 1926, cette entreprise embauche à nouveau des lamineurs venus des usines de Gueugnon (Saône-et-Loire)49, démarche facilitée par la présence ancienne d’une petite communauté venue de cette ville. Par ces arrivées multiples, la population d’Audincourt présente très tôt une grande diversité d’origine géographique.

  • 50 En 1911, ils sont 23 nés dans ces deux communes à occuper des postes qualifiés dans la fabrique Bos (...)
  • 51 Renseignements aimablement fournis par Yannick Dessent, musée Bost et de la pince, Laissey.
  • 52 B. Saul-Robbe, Formation d’une classe ouvrière en milieu rural, op. cit., p. 134.

36Le développement d’une usine d’outillage à Laissey, dans la vallée du Doubs en amont de Besançon, s’appuie sur ces mobilités de métallurgistes qualifiés. En 1873, un fabricant de Montécheroux (canton de Saint-Hippolyte), vient avec plusieurs familles de forgerons pour installer une usine de pinces à Douvot. Les frères Bost qui ont commencé comme ouvriers dans cette entreprise fondent leur propre usine dans le village voisin et embauchent à leur tour à Montécheroux et Liebvillers50. Et pour les courroies de leurs moteurs, ils recrutent un corroyeur en Alsace51. De même, c’est souvent une main-d’œuvre venue de sites métallurgiques pluriséculaires qui occupe les postes des nouveaux ateliers de fonderie et de forge aux automobiles Peugeot. En 1921, des ouvriers venus des forges de Fraisans (Jura) ou des fonderies de seconde fusion comme Loulans-les-Forges et Fallon (Haute-Saône) ne sont pas rares dans la commune de Sochaux, comme en témoigne l’itinéraire de Théophile Beuret (carte n° 6). De même à Geneuille, dans les années 1830-1840, les premiers ouvriers embauchés sont des papetiers originaires des Vosges52. Vers 1900, à Deluz, les Papeteries de France occupent du personnel venus des autres départements comtois, mais également des Vosges, d’Isère et de Charente, avec des traditions papetières.

37Cette mobilité géographique déterminée par le métier n’a rien de linéaire. Ainsi la fermeture de l’usine automobile Donnet-Zedel de Pontarlier en 1929, avec plusieurs centaines de licenciements, ne conduit pas ces ouvriers vers l’industrie du nord du département, qui recherche pourtant du personnel au même moment. La plupart des ouvriers licenciés restent probablement sur place, se reconvertissant dans d’autres activités, et seule une petite partie d’entre eux part à Nanterre, où la firme concentre désormais ses fabrications. Des chefs d’équipe, contremaîtres et mécaniciens s’y installent (cas de Camille Madliger), quand d’autres reviennent au pays, sous l’effet de la crise ou de difficultés d’insertion en banlieue parisienne. À l’évidence, d’autres facteurs que le simple appel du métier ou du produit – ici l’automobile – interviennent dans les déterminations à l’œuvre dans le changement de résidence.

38En raison de l’évolution des métiers dans le contexte de la seconde industrialisation, la mobilité résidentielle n’est plus la conséquence d’une hérédité professionnelle stricte, avec des fils qui occupent le même métier que leurs pères et se déplacent pour le conserver. Cette transmission s’étend désormais à l’ensemble de la branche industrielle, à l’intérieur de la métallurgie ou de l’horlogerie, voire à d’autres branches, du textile à la métallurgie par exemple. Ces passages d’un métier à un autre nécessitent souvent un changement de résidence.

39Sur le long terme, les entreprises qui emploient de plusieurs dizaines à quelques centaines de salariés peuvent donc compter sur l’autoreproduction ouvrière et l’apport de l’environnement très proche. En revanche, ces sources ne suffisent plus pour les grandes firmes en expansion.

  • 53 ADD, 6 M, listes nominatives des communes de Orve, Chazot, Sancey-le-Grand, Sancey-le-Long.

40Avant 1914, le groupe Japy commence à recruter des jeunes filles de cultivateurs, en particulier dans des villages situés à 50 kilomètres de ces usines, comme à Sancey-le-Grand. Embauchées avant leur mariage, une partie d’entre elles s’installent de manière définitive à Dampierre-les-Bois53. C’est la seule filière dûment identifiée qui plonge dans les secteurs les plus agricoles du département, qui plus est en terre catholique pour travailler chez des protestants.

  • 54 En raison de la présence des « hôtels » pour le personnel, cette commune accueille la plus forte pr (...)
  • 55 Avec 90 % du personnel né en Auvergne en 1911 par exemple : Pierre Mazataud, « Force industrielle e (...)

41Dès son implantation à Sochaux en 1912, la société des cycles et automobiles Peugeot doit recruter une main-d’œuvre qualifiée extérieure, mais ses exigences concernent rapidement l’ensemble des catégories professionnelles. En 1921, plus de la moitié des ouvriers résidants à Sochaux sont nés en Franche-Comté. Avec la construction des hôtels pour célibataires, ils ne sont plus que 27 % 10 ans plus tard54. Au lendemain de la Grande Guerre, les ouvriers domiciliés dans cette commune proviennent de 28 départements. Sur la période 1921-1945, le recrutement est donc loin d’être régional, alors que c’est toujours le cas chez Michelin à Clermont-Ferrand55. Les ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux sont pour une très large part des étrangers ou nés dans le canton d’Audincourt. Loin derrière viennent les cantons de Montbéliard et d’Héricourt (Haute-Saône). La part des cantons de Champagney et Héricourt (Haute-Saône) recule en raison de l’extension du réseau de transport : les ouvriers ne déménagent pas, puisqu’ils peuvent se déplacer chaque jour. Très peu d’habitants proviennent des cantons les plus agricoles du Doubs ou de Haute-Saône. Il faut attendre 1945 et surtout les années 1950-1960 pour que l’aire de recrutement s’élargisse vraiment. Selon Nicolas Hatzfeld :

  • 56 Nicolas Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver. Histoire et présent de l’usine de carrosserie de P (...)

Dans l’urgence du besoin, c’est dans le quart nord-est de la France, en milieu relativement urbanisé, industrialisé et sans doute déjà ouvrier, que la société cherche son personnel, et non parmi les paysans des campagnes voisines56.

  • 57 A. Gueslin, Michelin, les hommes du pneu, op. cit., p. 225.
  • 58 Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe(...)

42Le recrutement des automobiles Peugeot diffère donc de celui de la firme Michelin qui de ses origines aux années 1930 s’enfonce en coin dans la France paysanne du Sud et doit retenir un milieu réfractaire à la grande industrie57. À l’opposé, comme au Royaume-Uni et en Allemagne, les grandes entreprises localisées dans les principales agglomérations du pays disposent d’abondantes réserves de main-d’œuvre. Par exemple, celles de la laine à Roubaix n’ont pas de difficulté à recruter dans une population de 300 000 habitants, alimentée par l’immigration belge58. Quant aux firmes automobiles parisiennes, elles peuvent se passer du recrutement collectif des immigrés, même pour les manœuvres, et les arrivées individuelles suffisent au moins durant l’entre-deux-guerres.

Carte n° 2 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1921).

Carte n° 2 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1921).

Carte n° 3 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1931).

Carte n° 3 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1931).

Carte n° 4 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1946).

Carte n° 4 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1946).
  • 59 Ils sont 2 800 sur 6 000 : CAP, rapport technique, février 1929.
  • 60 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 221. Des retards de 2 à 3 heures se répète (...)
  • 61 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 221.

43Les mobilités pendulaires augmentent également. La firme sochalienne utilise le réseau ferroviaire, auquel s’ajoute en 1929 près de 500 personnes transportées par camions bâchés. À cette date, la part du personnel transporté s’élève à la moitié de l’effectif total59. Ce sont les lignes de Belfort et le tramway en provenance d’Hérimoncourt qui apportent le plus de personnel. Le recrutement se fait donc d’abord dans un milieu ouvrier ancien. Les lignes de transport par autobus s’allongent ensuite en fonction de l’augmentation des besoins. Dans les années 1950-1960, certaines lignes atteignent 60, voire 70 kilomètres, ce qui correspond à des trajets de 3 heures par jour. Mais Nicolas Hatzfeld relève que ce dispositif de transport coûte cher à l’entreprise, sans doute plus que l’entretien des foyers et des hôtels, et entraîne des retards60. Le nombre de personnes transportées recommence à augmenter en 1953, pour atteindre 48 % du personnel en 1964, soit la proportion la plus importante de l’histoire de cette usine61. D’autres grandes entreprises développent aussi leurs propres réseaux de transport dans les années 1960. C’est davantage par l’extension de l’aire géographique de ces ramassages que par l’exode rural que les cantons ruraux alimentent la main-d’œuvre des grandes usines.

  • 62 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 248.

44De manière générale, les ouvriers montrent une forte stabilité résidentielle. L’examen des listes nominatives de recensement nous permet de reconstituer la mobilité géographique des individus de notre corpus durant toute leur vie. Rappelons qu’il s’agit là d’ouvriers de nationalité française. Les étrangers connaissent une mobilité résidentielle plus élevée que les ouvriers français, mais après la Seconde Guerre mondiale, Italiens et Polonais participent eux aussi au mouvement d’enracinement dans l’entreprise et la commune62.

45Durant la période qui nous intéresse, nombre d’ouvriers vivent une large part de leur existence dans la même commune. Sur les 90 ouvriers de notre corpus, 10 d’entre eux passent toute leur vie dans leur commune de naissance. Nous observons également une forte sédentarité jusqu’au mariage pour les unions réalisées dans le premier quart du siècle (tableau n° 3), tandis que les individus qui se marient entre 1927 et 1956 (tableau n° 4) s’avèrent plus mobiles. Pour ceux qui se marient, la mobilité totale (écart entre le lieu de naissance et le lieu de résidence au moment du mariage) se décline pour l’essentiel dans le département.

Tableau n° 3 : Mobilité totale au moment du mariage (écart entre le lieu de résidence au moment du mariage et le lieu de naissance), 1901-1926.

Situations Nombre de mariages
Sédentaires : pas de changement de commune. 17
Changement de commune dans le même département (dont changement de commune dans un rayon de moins de quinze kilomètres). 11 (3)
Changement de département dans la même région. 1
Changement de région. 6
Total 35

Tableau n° 4 : Mobilité totale au moment du mariage (écart entre le lieu de résidence au moment du mariage et le lieu de naissance), 1927-1956.

Situations Nombre de mariages
Sédentaires : pas de changement de commune. 6
Changement de commune dans le même département (dont changement de commune dans un rayon de moins de quinze kilomètres). 9 (7)
Changement de département dans la même région. 2
Changement de région. 9
Total 27

Tableau n° 5 : Mobilité résidentielle totale pour 90 ouvriers.

Type de localisation Unités de localisation en pourcentage
Commune. 44,90 %
Espace local (moins de 15 kilomètres). 9,10 %
Région. 37,40 %
Pays. 8,60 %
Total 100 %

46Lorsque les individus de notre corpus changent de lieu de résidence, ils le font surtout dans un rayon supérieur à quinze kilomètres. L’émigration hors de la région s’avère peu fréquente. L’espace de vie se réduit souvent à la commune de naissance ou demeure inchangé après une période de mobilité prénuptiale. Le tissu industriel fournit suffisamment d’emplois sur place et l’ouvrier s’avère d’autant plus sédentaire qu’il est aussi un habitant du cru.

  • 63 M. Verret, L’espace ouvrier, op. cit., p. 216.

47Cette forte stabilité résidentielle n’est pas en soi le signe d’un manque d’ouverture sur l’extérieur propre aux ouvriers des campagnes, puisque les ouvriers urbains montrent une stabilité presque identique. Ce résultat rejoint les données nationales de la période 1954-1962. Les ouvriers sont alors, de peu par rapport aux employés, de loin par rapport aux cadres moyens et aux cadres supérieurs, les plus stables en leur commune de résidence, en presque tous types de communes63. Le poids de cette appartenance au lieu s’avère complexe. Cet enracinement dans l’espace local permet le développement de rapports de parenté et de voisinage dans le travail, le quartier et la commune de résidence. C’est un des facteurs qui contribuent à l’homogénéité de la classe, en particulier dans les territoires industriels isolés.

Les logiques à l’œuvre dans quelques itinéraires d’ouvriers

  • 64 M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers, op. cit., p. 17.

48Reconstituant les itinéraires ouvriers à Turin au début du xxe siècle, Maurizio Gribaudi a montré que la forme des parcours qui traverse ce groupe sur plusieurs générations le caractérise tout autant, que les éléments structuraux exprimés en termes de condition ouvrière64. En reconstituant quelques parcours, nous voulons suggérer cette variété des comportements selon le contexte et les dispositions des individus.

Raymond Félix et ses « coups de tête »

  • 65 AP Carillon, récit de vie de Raymond Félix, AD, état civil des communes de Plancher-bas (Haute-Saôn (...)

49Connu grâce à son récit de vie, l’itinéraire de Raymond Félix (carte n° 5)65 commence à Plancher-Bas (Haute-Saône) le 1er mai 1889. Ses parents sont tous deux ouvriers sur métaux et il est le quatrième des six enfants. Gravement malade à l’âge de 5 ans, il ne pèse que 51 kg à son passage au conseil de révision. Chaque printemps, il cueille et vend des pissenlits en porte à porte avec ses frères et sœurs. À l’âge de treize ans, il travaille « dehors à casser les pierres ». Jusqu’à son départ au service militaire, il travaille comme manœuvre puis comme fondeur-couleur dans une fonderie voisine à Plancher-les-Mines.

Carte n° 5 : Exemples d’itinéraires et facteurs de mobilité : Félix, Laporte, Masson, Berçot.

Carte n° 5 : Exemples d’itinéraires et facteurs de mobilité : Félix, Laporte, Masson, Berçot.
  • 66 Par commodité et pour suivre l’appellation courante, nous désignons souvent cette usine de Beaulieu (...)

50Après son service militaire, Raymond Félix reprend son travail dans la même usine. Suite à une bousculade avec son chef d’équipe, il demande à quitter l’entreprise. Il travaille à nouveau dans une autre fonderie. Débauché par son ancien contremaître, il revient ensuite chez Rebout avec un salaire augmenté. À l’exception d’un cousin qui lui fournit des informations pour trouver du travail, il n’évoque ni sa famille, ni son voisinage dans son récit. Est-ce parce que la première ne lui procure pas de sécurité affective ou simplement par pudeur et difficulté à écrire sur ce point ? En tout cas, rien ne semble le retenir à Plancher-les-Mines. Un jour de « noce » à Belfort, pris de boisson, il décide avec un ami de se réengager dans l’armée. Il rejoint l’artillerie coloniale à Toulon le 22 mai 1914 et devient brigadier. Il passe 59 mois au front, où il subit les gaz mais pas d’autre blessure. Il se marie dans les Vosges pendant la guerre. Démobilisé en juillet 1919, rien ne le ramène vers sa famille ou vers un milieu d’interconnaissance sécurisant. Sa disponibilité rencontre les besoins de la grande industrie, qui recrute dans les centres démobilisateurs. Embauché comme limeur au montage en blanc des cycles chez Peugeot à Beaulieu-Mandeure66, il s’installe à Courcelle-les-Mandeure quelques jours après sa démobilisation. Cette commune compte très peu d’habitants originaires de son canton haut-saônois. Avec une expérience dans la métallurgie, il est apte à occuper les postes de manœuvres spécialisés pour lesquels la mécanique recrute. Suite à une mésentente avec un chef, il demande son compte, puis travaille dans une forge, toujours à Mandeure. Cette entreprise est absorbée par les Automobiles Peugeot et l’atelier transféré à Sochaux. Raymond Félix suit et travaille six mois dans la nouvelle usine. Il souhaite revenir à l’usine des cycles de Beaulieu, mais la direction refuse de le réembaucher immédiatement pour sanctionner sa « bougeotte ». Il travaille comme manœuvre dans une sablière avant de rejoindre les cycles Peugeot au terme du délai de trois mois de sanction. Il travaille d’abord à contrecœur comme manœuvre dans la cour, un poste qu’il considère « bon pour les Polonais ». Il change plusieurs fois de poste pour terminer à la finition des bicyclettes. De constitution fragile, souffrant des séquelles des gaz de combat, tuberculeux à partir de 1932, il meurt le 15 décembre 1933 à Mandeure, à l’âge de 44 ans. Seules les stances du travail rythment son récit. Son mariage et la naissance d’une fille lui servent uniquement de repères pour situer les étapes de sa vie professionnelle. Par ailleurs, Raymond Félix n’évoque pas le syndicat très présent dans son usine entre 1919 et 1922. La croissance économique lui permet de se stabiliser dans une grande entreprise où il construit une petite mobilité professionnelle ascendante (passage de manœuvre à manœuvre spécialisé). Plusieurs fois, il réussit à améliorer sa qualification avant de la perdre et de recommencer comme manœuvre. Ce sont des choix subits, sur des coups de tête, qui l’amènent à quitter plusieurs emplois comme à s’engager dans l’armée.

Suzanne Masson : le déracinement d’une fille de paysan

  • 67 ADD, EAC 5359 Q 6, Liste des indigents de la commune de Passavant.

51Suzanne Masson (carte n° 5) naît à Chaux-les-Passavant (canton de Vercel) en 1896, à quelques pas des villages qui inspirent Louis Pergaud. Cultivateurs non-propriétaires, ses parents vivent la précarité des fermiers pauvres : ils subissent des fermages de courte durée, sans doute parce qu’ils ne peuvent pas en assurer les paiements, et se déplacent dans plusieurs communes proches. Les difficultés familiales s’accumulent. Suzanne perd d’abord sa mère, à l’âge de sept ans. Les aînés ne vivent plus avec la famille qui revient s’installer à Passavant. En 1907, son père figure sur la liste des indigents de cette commune où il meurt en 191067. Suzanne est placée chez une tante tandis que son frère aîné travaille chez des voisins. Cavalier dans un régiment de chasseurs, il est tué le 28 août 1914.

52Nous ignorons dans quelles conditions Suzanne part à Paris après ses quinze ans. Est-ce un notable de village ou une œuvre catholique qui contribuent à la placer peut-être comme domestique dans la capitale ? Toujours est-il que c’est à Colombes (Seine-et-Oise) en septembre 1918 qu’elle épouse Eugène Lemoine, mécanicien né à Albert (Somme), alors mobilisé dans un régiment d’artillerie. Suzanne est alors « ménagère » et le couple s’installe au domicile du mari. Abandonnée par celui-ci en 1927 alors qu’elle est enceinte, elle quitte immédiatement la région parisienne avec ses deux garçons pour rejoindre sa sœur aînée Marthe à Sochaux. Très entreprenante, celle-ci a épousé un cultivateur de Passavant devenu ouvrier d’usine puis chauffeur au milieu de sa vie.

  • 68 Témoignage de sa fille Gisèle Lemoine, née en 1927.

53Suzanne Masson réside seule à Sochaux avec ses trois enfants, en étant « séparée de son mari ». Très travailleuse, elle devient noyauteuse à la fonderie Peugeot, poste de travail où les femmes excelleront longtemps. Aidée par son chef d’atelier, elle fait également des ménages dans les bureaux avant de commencer sa journée à l’usine. Vivant dans la crainte de la précarité, elle n’échappe pas aux journées à rallonge pour parvenir à élever ses enfants. Ses garçons deviennent ouvriers chez Peugeot. Suzanne doit attendre 1939 pour obtenir le divorce avec Eugène Lemoine. Elle se lie à un nouveau compagnon, qui l’aimera beaucoup. Elle garde des liens avec des parents à la campagne, où elle place un temps sa fille cadette. La cité où réside Suzanne est entièrement bombardée en juillet 1943. Réfugiée chez son fils à Héricourt, elle meurt d’un cancer le 25 décembre 194368.

  • 69 Marthe Masson épouse un voisin cultivateur, Jacques Dailloux, qui devient ouvrier puis chauffeur au (...)

54Les aléas familiaux puis ceux liés à la nuptialité sont inséparables du contexte, celui des guerres et de la croissance industrielle, pour faire de cette femme d’origine paysanne une ouvrière de la grande industrie. C’est sa socialisation dans la banlieue parisienne, celle des industries mécaniques, et surtout l’influence de sa sœur aînée, engagée dans une mobilité ascendante grâce à son mariage69, qui ramènent Suzanne vers son département de naissance, non plus en milieu agricole mais dans une grande usine.

André Berçot : sa famille et ses quatre métiers

  • 70 Entretiens avec André Berçot et renseignements fournis par sa famille.

55André Berçot (carte n° 5) naît à Hérimoncourt en 1921 et meurt à la maison de retraite de Beaucourt (Territoire de Belfort) en 201470. Il est fils et petit-fils d’ouvriers métallurgistes d’Hérimoncourt par son père et d’horlogers par sa mère, horlogère jusqu’à son mariage. Venue travailler chez Japy, elle est attachée aux traditions catholiques de Maîche. Devenu aveugle, le père d’André travaille ensuite comme jardinier à l’hôpital Peugeot d’Hérimoncourt. Avec quatre enfants, la famille habite aux cités de Terre-Blanche. Elle envoie l’aîné au séminaire et André, le cadet, au collège des Frères du Russey. Il entre ensuite au centre d’apprentissage Peugeot.

56Formé comme tourneur, André Berçot travaille à Sochaux à partir de 1938. Pour échapper à l’autorité pesante de sa mère, il se porte volontaire pour le transfert de machines à l’usine de Bordeaux où il travaille jusqu’à la débâcle. Il part à Paris dans une entreprise de l’aéronautique. Par crainte d’une rafle pour le STO, il revient dans le Doubs et se réfugie chez des amis de la famille à Plaimbois-Vennes (canton de Pierrefontaine-les-Varans). Il travaille comme commis agricole et tombe amoureux de Marie Duffet, fille d’un cultivateur.

57En 1945, André Berçot travaille à nouveau chez Peugeot à Sochaux, mais revient le samedi soir à Plaimbois-Vennes. Il épouse Marie en 1946. La belle-famille se compose des deux oncles, célibataires, qui vivent avec leur sœur veuve. Le couple s’installe dans la ferme familiale, dans l’attente du mariage des oncles… Ces petits propriétaires-exploitants assurent ensemble les travaux agricoles et André s’installe comme artisan menuisier-charpentier. Un accident du travail l’immobilise de longs mois et l’amène à cesser cette activité. Les oncles ne sont toujours pas mariés et Marie s’occupe d’un ménage de quatre enfants et des travaux de la ferme. André Berçot reprend une activité de décolleteur à domicile, pour un petit fabricant en étant payé à la pièce. Son expérience professionnelle et les liens de connaissance permettent ce nouveau départ. En dehors des travaux agricoles, la famille participe un peu à l’activité d’André, comme lui participe à la fenaison.

58Marie meurt en 1966. André retrouve une amie d’enfance, revient dans le pays de Montbéliard avec ses enfants et se remarie. Il continue à travailler pour le même entrepreneur, mais comme salarié. Il rejoint une entreprise plus importante où il exerce à nouveau son premier métier, tourneur. Sa formation initiale au centre d’apprentissage Peugeot a facilité ses allers retours professionnels.

59Ces parcours nous révèlent un monde ouvrier touché par un turn over et une mobilité interne importante. L’entrée dans l’industrie n’a rien de linéaire, elle se fait souvent par étapes, avec des allers-retours de la campagne à la ville, d’un emploi à un autre. La forte croissance des industries métallurgiques offre des possibilités de stabilisation, en particulier pour ceux qui disposent de qualifications. À l’inverse, les contraintes économiques, à savoir tout simplement trouver les moyens de vivre au quotidien, pèsent très fortement sur la main-d’œuvre non qualifiée, en particulier pour les femmes. Par ailleurs, la mobilité intragénérationnelle est ascendante dans deux cas sur trois, avec un gain de qualification durant la carrière. André Berçot (passage d’un statut d’ouvrier d’usine pour le père à celui d’ouvrier qualifié pour le fils) et Suzanne Masson (passage d’un statut de cultivateur non-propriétaire pauvre pour le père à celui d’ouvrière d’usine) construisent une petite mobilité ascendante. Raymond Félix connaît une mobilité nulle. La conjoncture individuelle, dictée par les âges de la vie, les séparations et recompositions des couples, les enfants, détermine une large part de la mobilité résidentielle et professionnelle.

Carte n° 6 : Exemples d’itinéraires et facteurs de mobilité : Beuret, Renaud.

Carte n° 6 : Exemples d’itinéraires et facteurs de mobilité : Beuret, Renaud.
  • 71 Bernard Lahire, Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Paris, Nathan, 2 (...)

60Ces itinéraires illustrent le fait que les comportements des individus varient selon les modes de socialisation, selon les réseaux de relations respectives, les contextes et les problèmes posés par l’adaptation ou le décalage des dispositions requises71. Leurs choix représentent des gains et des pertes que chaque individu et chaque famille pèsent. Enfin, le temps laisse une possibilité de retour sur les options choisies. Situation durable dans la plupart des cas, la condition ouvrière peut aussi être une simple étape plus ou moins longue dans l’itinéraire des individus.

L’attachement d’une partie des ouvriers à la campagne

61La ville concentre les ouvriers, la campagne les disperse… Mais comme identifier totalement la classe ouvrière à la ville reviendrait à exclure les ouvriers ruraux, arrêtons-nous sur les liens qui les attachent au monde rural. Abordée ici au prisme du monde ouvrier et non à travers celui des campagnes, la question est délicate. Beaucoup d’ouvriers ayant travaillé pendant des années dans l’industrie peuvent encore ressentir une filiation avec la société paysanne et, à l’opposé, la conservation de liens familiaux avec celle-ci n’est pas une preuve suffisante de l’incomplète prolétarisation d’un ouvrier. Nous observons que la part des ouvriers-paysans diminue lentement tandis que persiste un mode de vie rural pour une partie des ouvriers.

  • 72 Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux, 1848-1914, Paris, Les Éditions ouvrières, 1971, 2 vols.

62Au xixe siècle, la pluriactivité du paysan-ouvrier, devenu ouvrier-paysan, est omniprésente en France. L’attachement de l’ouvrier à la liberté du paysan, la difficile intériorisation de la discipline des horaires fixes et la pratique de l’absentéisme au profit des travaux des champs sont des phénomènes bien connus72. À partir du début du xxe siècle, les activités agricoles et industrielles sont mieux définies et plus distinctes, mais la pluriactivité est loin d’avoir disparu.

  • 73 B. Dezert, La croissance industrielle et urbaine de la Porte d’Alsace, op. cit., p. 301.

63Le phénomène des ouvriers-paysans est ancien dans l’Est de la France. Les usines se sont implantées dans les vallées, à la recherche du bois, de l’eau force motrice, de minerais et surtout de main-d’œuvre disponible. Comme l’industrie n’attirait pas les paysans, celle-ci fut obligée d’aller à eux, ce qui entraîna une dispersion des établissements. Mais l’essor de la grande industrie au xxe siècle entraîne la fin de la mutation socio-professionnelle de la catégorie de paysans-ouvriers à celle d’ouvriers à temps plein. Vers 1950, l’expression « ouvrier-paysan » recouvre plusieurs catégories qu’il importe de définir, soit à partir de l’intérêt accordé à l’exploitation agricole, soit en fonction du lieu de travail. Bernard Dezert distingue d’abord les ouvriers-paysans travaillant sur place, là où existent des établissements industriels, et qui ont globalement le temps de se consacrer à la double activité73. Ensuite, les ouvriers-paysans astreints à un mouvement pendulaire plus ou moins long tendent à négliger leur exploitation agricole. Les ouvriers-paysans à migrations hebdomadaires (cas des jeunes embauchés par la Société des Automobiles Peugeot et revenant dans leur village en fin de semaine) forment une dernière catégorie. Le plus souvent, le mariage met fin à ce déplacement périodique. De toute manière, cette dernière catégorie ne peut être qu’aide-familiale agricole.

  • 74 Ibid., p. 308.
  • 75 M. Chevallier, « Ouvriers-paysans et migrations quotidiennes de travail dans la région de Belfort-M (...)
  • 76 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 285.

64Les ouvriers-paysans sont en nombre inversement proportionnel à la fertilité des sols et à l’éloignement de la zone de travail principal74. Dans le Pays de Montbéliard, le développement de cette double activité familiale est lié au déclin de la très petite exploitation et à la disparition des ouvriers agricoles et des paysans sans terre à la fin du xixe siècle75. Le développement des transports et la journée de huit heures, puis l’introduction du travail continu par équipe favorisent ce phénomène. Ce fonctionnement apparaît dans les années 1920 dans le textile d’Héricourt (Haute-Saône), à partir de 1936 dans certains ateliers de Sochaux, avant de se généraliser à tout l’appareil de production de cette usine dans la seconde moitié des années 195076. À qui accepte une longue journée de travail, ces horaires de doublage laissent du temps pour les travaux agricoles. Les possibilités d’arrangement consenties par les entreprises, comme les congés exceptionnels pour la fenaison, contribuent à attirer ce type de salariés, sans qu’il s’agisse pour autant d’une volonté spéciale de les recruter.

65À l’échelle des communes rurales proches des lignes ferroviaires, un changement s’amorce dès les années 1930. Plusieurs communes près de L’Isle-sur-le-Doubs apparaissent déjà comme des villages mi-ouvrier, mi-paysan. L’extension des lignes de ramassage des grandes entreprises contribue à maintenir ces ouvriers au village. Selon Bernard Dezert, dans les années 1950, à leur apogée, les ouvriers-paysans du Pays de Montbéliard sont à 92 % des fils de cultivateurs :

  • 77 B. Dezert, La croissance industrielle et urbaine de la Porte d’Alsace, op. cit., p. 308.

La double activité apparaît désormais davantage comme le résultat d’une somme d’adaptations individuelles, rendues possibles par les conditions du milieu et l’ajustement des horaires, que comme la continuation d’une tradition familiale77.

  • 78 Le Peuple comtois, janvier-février 1950 ; entretien avec Robert Roth.

66Cette solution a permis aux très petits propriétaires de continuer à exploiter leurs propriétés et d’éviter la prolétarisation absolue, mais elle a contraint l’ouvrier et son épouse à une vie très pénible. Dès lors, ouvriers-paysans et paysans entretiennent des relations de voisinage et peuvent s’entraider pour les travaux les plus urgents. Si l’hostilité des paysans l’emporte lors des grèves de 1936, cette proximité peut aussi faciliter une compréhension des difficultés respectives de chaque groupe. Ainsi en 1948 et 1950, des paysans donnent des légumes aux grévistes, mais leur hostilité sera à nouveau de mise en 196878.

  • 79 Philippe Chaudat, « Les “vignerons-ouvriers” de Lods et Vuillafans », Barbizier, n° 15, décembre 19 (...)
  • 80 Le rurbain est ici pris dans le sens d’un citadin domicilié à la campagne, mais ayant par son trava (...)
  • 81 M. Verret, L’espace ouvrier, op. cit., p. 122.

67Les ouvriers-paysans se repèrent surtout à l’est de la Haute-Saône, dans le Territoire de Belfort, dans le Pays de Montbéliard et la vallée du Doubs. De même, dans la haute vallée de la Loue, des « vignerons-ouvriers » maintiennent longtemps une pluriactivité autour de la métallurgie, de la viticulture et de l’arboriculture des cerisiers79. Mais ceux qui possèdent un jardin, un verger, élèvent lapins et poules se considèrent désormais comme des ouvriers, non comme des ouvriers-paysans. Pour Nicolas Hatzfeld, « entre cette condition et celle de rurbains avant l’invention du mot, il faut supposer toute une palette de nuances dans les années 1950-1960 »80. Cette double activité recule : en 1971, à l’échelle nationale, les ouvriers qui se déclarent ainsi ne représentent plus que 5 % de la population active ouvrière81.

  • 82 R. Chapuis, Les ruraux du département du Doubs, op. cit., p. 68.
  • 83 Ibid., p. 77.

68L’espace rural près des villes ou des foyers d’industries devient donc peu à peu un bassin de main-d’œuvre pour celles-ci. Pour autant, Robert Chapuis montre que les campagnes atteignent ici les années 1950 sans modifier les structures sociales de la fin du xixe siècle82. Si la part des ouvriers a progressé au sein de la population rurale, ils se concentrent dans quelques cantons seulement. En 1954, cinq en rassemblent un tiers (Audincourt, Maîche, Marchaux, Montbéliard et Pont-de-Roide) et neuf près de la moitié83. Seuls ces secteurs commencent à se transformer, à devenir des campagnes plus ouvrières. Ce phénomène se poursuit et, en 1975, les ouvriers représentent 43,5 % de la population active des communes rurales du département, majoritairement des ouvriers spécialisés et des manœuvres.

69Dans ces conditions, la maison individuelle va souvent de soi pour l’ouvrier rural, même si des industriels ont également construit des cités pour leur personnel. Les modalités de passage de la ferme à d’autres formes d’habitat sont diverses, liées à la possession ou non de la maison, au partage successoral et au mariage. Un ouvrier issu de la paysannerie demeure dans la maison familiale, où étable et grange permettent de poursuivre une double activité. Puis à partir des années 1955-1960, ces premiers « rurbains », d’abord les ouvriers « sortis du rang », contremaîtres, chefs d’équipe, ouvriers qualifiés, accèdent à des maisons individuelles sous la forme de pavillons.

  • 84 Ibid., p. 198.

70Au début des années 1950, les ouvriers ruraux du Doubs ont un niveau et un style de vie comparable à ceux de la masse des agriculteurs. Ils vivent de l’autoconsommation comme des paysans. Chaque hiver, ils pratiquent l’affouage, part de bois à couper attribuée par la commune à chaque foyer pour le chauffage domestique. À la campagne, l’équipement des ménages varie peu. En 1954, 88 % des logements d’agriculteurs du Doubs disposent de l’électricité, chiffre très voisin de ceux des autres catégories d’habitants84. La situation est proche pour le chauffage central, l’eau sur l’évier ou la baignoire. En revanche, la différence est nette pour les WC à l’intérieur du logement (6 % des agriculteurs contre 18 % des ouvriers ruraux) et la possession de gazinière.

  • 85 Joël Monti, Pêcher la Loue. De la technique au fait social, Besançon, Cêtre, 1992.
  • 86 ADD, 15 W 7 et 15 W 8, Statuts des associations de pêcheurs à la ligne, 1945.

71Les ouvriers ruraux développent également des activités hors travail spécifiques. Dans la première moitié du xxe siècle, améliorer l’ordinaire de l’alimentation demeure un enjeu pour l’ensemble des couches populaires, une quête plus facile à la campagne qu’à la ville. Étudiée par Joël Monti, la pratique de la pêche dans la haute vallée de la Loue en offre une illustration85. Dans ce milieu d’interconnaissance, la pêche passe au xxe siècle d’une pratique alimentaire à une pratique de loisirs. En amont d’Ornans, la pêche s’inscrit dans un cadre social différent de celui de l’aval, où la pêche est une affaire de professionnels. La pêche à la foène (sorte de harpon) est une pêche d’ouvrier : la truite est perçue comme un mets très apprécié, mais une simple ressource alimentaire. Peu importe la manière de pêcher ; seul le résultat compte, consommer. Après la Première Guerre mondiale, la réglementation de plus en plus restrictive à l’égard de ce type de pêche favorise l’apparition d’une technique particulièrement adaptée à la capture de la truite en eaux vives : la pêche au cadre. Avec cette pratique, l’ère de la pêche « loisir » prend définitivement le relais. À partir des années 1920, des sociétés de pêcheurs à la ligne amateurs apparaissent et s’opposent parfois violemment aux adjudicataires des parcours de pêche privés. Ces derniers sont des touristes, d’abord des Suisses, puis des médecins, hommes d’affaire, industriels qui apportent la technique de la pêche à la mouche. Cette évolution suscite une réaction chez les locaux, majoritairement ouvriers, opposés aux pêcheurs aisés et « étrangers » à la vallée, Bisontins, Parisiens, Belges. Leur domaine piscicole se réduit et les ouvriers se retrouvent progressivement écartés des bureaux des associations de pêcheurs à la ligne. En 1945, « La Truite de Mouthiers » ne compte plus aucun ouvrier, ni paysan, ni employé dans ses instances86. Situation bien différente dans la vallée du Doubs : à Boussières, au sud de Besançon, seul le président de l’association de pêche est un commerçant, tandis que tous les autres membres du bureau sont des ouvriers ou des employés. Dans les deux cas, la pratique de la pêche est un enjeu social.

  • 87 LABOR, pseudonyme de A. Renner, De la noce au turbin. Ateliers et gens du Jura… et d’ailleurs, Neuf (...)

72Les ouvriers urbains pratiquent eux aussi ces activités de pêche ou de cueillette hors travail qui améliorent l’ordinaire. Avant 1914, un horloger suisse découvre comment la cueillette des chanterelles pour la vente et la pêche rythment l’année. L’ouverture de la pêche est « une grande nouvelle, mettant en émoi tous les fervents de la “gaule”, et Dieu sait s’il en existe en cette bonne ville de Besançon ! […] À l’atelier, le travail connaît de sérieuses interruptions. Les uns montent leurs lignes…87 »

  • 88 florence Weber, Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA, EHESS, 1989.
  • 89 Ibid., p. 194.

73Pour la seconde moitié du xxe siècle, florence Weber a montré qu’il était impossible de classer les activités ouvrières en dehors du travail en catégories bien délimitées soit un gagne-pain, soit un loisir88. Pêche et cueillette s’inscrivent dans ce goût de l’activité hors travail, derrière lequel apparaît aussi la volonté d’un ouvrier de construire une image de lui-même et de sa condition89. Le rôle de ces pratiques comme celle du « travail à côté » évolue en fonction de l’amélioration de la condition ouvrière. Elles témoignent d’un mode de vie toujours fortement marqué par la ruralité et l’appartenance aux réseaux locaux que les stratégies de valorisation de soi intègrent pleinement.

  • 90 M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin, op. cit.
  • 91 Pierre Mazataud, dans C. Gueslin (dir.), Michelin, les hommes du pneu, op. cit., p. 189.

74Même lorsque l’installation en ville et l’embauche dans l’industrie se font pérennes, les liens avec l’espace rural ne se rompent pas pour autant. Maurizio Gribaudi a ainsi montré que la ville apparaît comme un terrain de ressources possibles vers lesquelles se dirigent des stratégies individuelles, mûries dans les campagnes et les familles90. Les populations paysannes transférées en ville y demeurent au moins un temps fidèles à elles-mêmes et ces nouveaux urbains se considèrent souvent comme des citadins temporaires. En premier lieu, les réseaux de parenté, de voisinage, de notabilité et de l’Église encadrent souvent le départ pour la ville. Les liens familiaux jouent sans doute un rôle primordial dans cet « empaysannement » de la classe ouvrière urbaine. Quand c’est possible, les nouveaux arrivants sont d’abord logés par des membres de la famille. Une étude sur le personnel de Michelin, autre grande entreprise se développant en milieu rural, montre que les solidarités familiales atténuent les effets de l’industrialisation. En effet, à Clermont-Ferrand, très peu d’ouvriers vivent seuls ou en pension au début du xxe siècle. Mais à partir des années 1930, la proportion de ceux-ci augmente et le rôle des vieilles structures familiales diminue, avec une rétractation du poids des familles dans le personnel de cette firme91. À Besançon, ces mécanismes de solidarité semblent également jouer face aux difficultés de logement dans la première phase d’entrée dans la ville. Cependant, comme le recrutement dans les campagnes augmente surtout à partir de la fin des années 1940, les nouveaux venus ne sont pas nombreux à pouvoir s’appuyer sur des réseaux plus anciens. De plus, la crise des années 1930 entraîne un retour à la campagne, avec des hommes partis à Paris qui reviennent au village après la perte d’un emploi.

75Ces liens se maintiennent également avec la rencontre des parents venus à la foire, les visites pour les fêtes ou les deuils. L’ouverture des campagnes avec la diffusion de la bicyclette puis de la moto facilite ces relations. Elles permettent des apports alimentaires et débouchent souvent sur la vente de produits agricoles sur le lieu de travail, ce qui facilite d’ailleurs l’intégration des ruraux dans les groupes urbains. Pendant la guerre, ces liens familiaux se réactivent rapidement pour faire face aux difficultés du ravitaillement. En outre, certains de ces nouveaux urbains, micro-propriétaires de terres ou non, peuvent garder une inscription sur les listes électorales de leur commune d’origine, loin d’être systématiquement mises à jour par des radiations. En choisissant de continuer de voter pour des membres de la famille au conseil municipal, ils maintiennent des liens avec la parentèle et les enjeux propres au village. Inversement, ce choix les tient à l’écart d’une partie de la vie politique de leur commune de résidence, signe d’une réticence à devenir des urbains à part entière.

76Au-delà des stratégies familiales, le maintien des liens avec la campagne provient aussi de la faiblesse des ressources offertes par les villes françaises. Rappelons que par rapport à ses voisins, la France connaît une croissance urbaine très lente, la population des villes dépassant la population rurale seulement en 1931, un siècle après la Grande-Bretagne. En Allemagne, le phénomène se déroule également plus tôt et surtout beaucoup plus rapidement, sur une génération. De plus, l’urbanisation se traduit par l’affirmation des grandes villes (dès 1910, un Allemand sur cinq vit dans une ville de plus de 100 000 habitants) alors que les structures du réseau urbain français ne changent pas. Hors de la croissance des agglomérations parisienne et lyonnaise, la France reste un pays de villes petites et moyennes, à partir de 50 000 habitants pour ces dernières.

  • 92 M. Verret, L’espace ouvrier, op. cit., p. 117.

77Karl Marx voyait dans les villes, « forces motrices historiques de la société capitaliste », les foyers d’organisation de l’initiative historique de la classe ouvrière. Dans cette vision, Michel Verret estime qu’une des plus importantes fonctions de la ville au xixe siècle est d’amener le peuple à la vie politique92. Or il estime que les villes ouvrières françaises jouent un rôle ambigu :

  • 93 Ibid., p. 120.

Îlots perdus dans les campagnes ou halos diffus des centres historiques, elles présentent le paradoxe de cumuler les inconvénients des villes (densité, pollution, dénaturation) sans participer aux avantages majeurs de l’urbanité : polyvalence des fonctions, multiplication des alternatives, continuité des échanges, accélération de l’innovation, qui font de la ville l’irremplaçable stimulant de la pensée93.

78L’incomparable avantage social que confèrent les villes aux ouvriers, c’est avant tout de les rassembler. Et de commencer à leur faire percevoir par ce rassemblement même qu’ils constituent une classe.

  • 94 R. Chapuis, Les ruraux du département du Doubs, op. cit., p. 73.
  • 95 Jean-Marc Olivier, « Industrialisation douce et enracinement rural (fin xviiie-1914) », dans Le Pay (...)

79Les villes comtoises peuvent-elles jouer ce rôle ? Leur poids, 30 % de la population totale, demeure en fait bien inférieur à la moyenne nationale, 41 % en 1901. Dans une croissance urbaine française ralentie, leur part augmente fortement entre 1851 et 1946. Mais cette progression concerne surtout l’axe de la vallée du Doubs, en particulier le Pays de Montbéliard et Besançon94. Les villes industrielles grandissent peu : Beaucourt, la ville des industries Japy, et Hérimoncourt, berceau des Peugeot, restent autour des 4 000 habitants ; Audincourt, la troisième ville du département, dépasse les 10 000 seulement à la fin des années 192095. Montbéliard reste une ville très modeste avec 14 300 habitants en 1946. Le nord du département se caractérise par l’absence de centre urbain. Autour de petites villes persiste un tissu discontinu de villages mi-ouvriers, mi-agricoles. Les cités ouvrières à l’habitat homogène sont assez nombreuses mais dispersées. Dès lors, ces sous-ensembles génèrent un sentiment d’appartenance locale, constitué autour de l’usine et du quartier, non sur une appartenance au monde urbain.

Carte n° 7 : Communes de plus de 2 000 habitants en 1926.

Carte n° 7 : Communes de plus de 2 000 habitants en 1926.

80À l’échelle comtoise, seules les villes de Belfort et de Besançon se détachent. La première s’élève de 8 000 habitants en 1872 à 43 000 en 1954. Comme pour Montbéliard, c’est l’agglomération qui compte plus que la ville elle-même. Besançon est la seule à atteindre la taille d’une ville moyenne avec 56 000 habitants en 1901, mais elle stagne ensuite. Elle s’accroît vraiment après la Seconde Guerre mondiale pour atteindre 100 000 habitants en 1962. Les autres villes sont très petites, bourgades à la fois industrielles et rurales, isolées les unes des autres. En 1950, une ambiance encore très rurale règne partout. Comme dans une grande partie du pays, la ville ne joue donc pas vraiment son rôle de concentration des ouvriers, même si la matrice de concentration de la classe ouvrière est moins la ville que l’industrie et les usines, où qu’elles soient.

  • 96 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, Paris, Éditions du Seuil, réed., 1971, p. 31-6 (...)
  • 97 J.-Y. Mollier, J. George, La plus longue des républiques, op. cit., p. 549-553.

81Durant la première moitié du xxe siècle, bourgs et petites villes françaises jouent encore un rôle d’amortissement social dans le passage de la campagne au milieu urbain96. On glisse d’abord du village à la bourgade proche. Comme dans les petites villes de province, la vie urbaine demeure très limitée97. Besançon, Belfort, Montbéliard sont des villes de garnison ; la première se double d’une ville cléricale, siège de l’archevêché, omniprésente avec son séminaire, sa presse quotidienne, ses écoles et clubs sportifs confessionnels.

  • 98 M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers, op. cit., p. 21-23.
  • 99 Christine Longueville, Février 1934-juin 1936 : la vie politique à Besançon, mémoire de maîtrise, u (...)

82Depuis la fin du xixe siècle, nombre de villes européennes sont devenues un terrain de ressources possibles pour les ouvriers venus des campagnes. Le monde ouvrier devient extrêmement instable dans ces villes où des ouvriers participent à un cycle d’intégration urbaine qui prend des rythmes et des formes différentes dans chaque famille98. À Besançon, ce processus n’est pas confronté à des ruptures brutales liées à des arrivées massives. Cette ville présente un éventail d’emplois industriels et de services assez large, elle offre des possibilités de nouer des relations variées. Ainsi à partir du début des années 1930, des ouvriers du quartier Battant déménagent vers des logements plus confortables du nouveau quartier de la Mouillère99. Le recul de l’endogamie comme l’élargissement du choix des témoins lors des déclarations de naissances ou de mariages sont autant de signes d’ouverture sur d’autres mondes. C’est seulement à Besançon et Belfort que les habitants venus des campagnes commencent à gagner cette indépendance mentale typique de la ville. Parmi bien des possibles, ils peuvent dès lors se révéler plus disponibles pour participer aux activités culturelles, syndicales et politiques.

Une immigration localisée

83Compte tenu de la résistance paysanne à l’industrialisation et des pertes liées à la guerre, le recours à l’immigration massive est un des principaux facteurs sociologiques de la croissance économique des années 1920. La France devient, après les États-Unis, le second pays d’immigration au monde. La population étrangère augmente alors de près de 80 % pour atteindre 2,7 millions, soit 7 % de la population totale en 1931. La crise puis la Seconde Guerre mondiale ralentissent très nettement ce mouvement, qui reprend ensuite pour retrouver un chiffre de 1,7 million en 1954.

  • 100 Alain Gagnieux, Étrangers de chez nous. L’immigration dans le Doubs et à Colombier-Fontaine (1850-1 (...)
  • 101 Statistique générale de la France, Recensement de 1931, données par département, Paris, Imprimerie (...)

84La Franche-Comté apparaît comme une terre de faible immigration, avec des taux inférieurs à la moyenne nationale dans les départements où la population agricole est la plus forte. En revanche, les chiffres de 1931 sont un peu supérieurs au pourcentage national dans le Doubs (8 %) ou le Territoire de Belfort plus industrialisés100. À cette date, les étrangers représentent ici presque 18 % de la main-d’œuvre des industries de transformation, soit un taux un peu supérieur aux données nationales101.

  • 102 Ibid. Statistique générale de la France, Recensement général de la population, 1946, t. 2, p. 14 ; (...)

Tableau n° 6 : Population étrangère dans le Doubs, pourcentage par rapport à la population totale (1911-1954)102

Tableau n° 6 : Population étrangère dans le Doubs, pourcentage par rapport à la population totale (1911-1954)102
  • 103 Ibid., p. 150.
  • 104 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 82.
  • 105 Rodrigue Simon, L’apport étranger à la population d’Audincourt pendant l’entre-deux-guerres, mémoir (...)

85Les échelles cantonales et communales permettent de mieux apprécier la diffusion de l’immigration dans l’espace. À l’échelle des entreprises, des différences considérables existaient déjà en 1911 : une partie de celles du nord du département comptabilisaient plus de 17 % d’étrangers, quand celles de Besançon en occupaient seulement 5 %103. Dès 1926, la plupart des cantons de l’arrondissement de Montbéliard présente une proportion de population étrangère par rapport à la population totale supérieure à 10 %104. À l’échelle communale, Sochaux atteint un sommet : les étrangers représentent 68 % des ouvriers de la commune en 1931. Célibataires pour l’immense majorité, ils logent dans les « hôtels » et baraquements Peugeot. À Audincourt, Seloncourt, mais aussi Novillars près de Besançon et Pontarlier, les étrangers représentent entre 15 % et 20 % du total des habitants105. Il s’agit des proportions d’étrangers les plus élevées du département, mais elles restent bien loin de celles observées dans des communes minières ou d’industries lourdes, comme Sallaumines dans le Pas-de-Calais ou Villerupt en Meurthe-et-Moselle (70 %). Les travailleurs étrangers se concentrent donc en majorité dans quelques zones spécifiques. Ils subissent de plein fouet la crise économique et leur nombre diminue brutalement à partir de 1932.

86Avant 1914, les immigrants proviennent en grande majorité des pays voisins, avant tout de Suisse. Ces ressortissants occupent longtemps la première place avant d’être dépassés par les Italiens en 1931.

  • 106 Ibid., p. 83.

Tableau n° 7 : Les étrangers par nationalités (1911-1931)106.

Tableau n° 7 : Les étrangers par nationalités (1911-1931)106.
  • 107 François Kohler, Les souvenirs de Roger Boudrié, ouvrier horloger jurassien, Revue européenne des s (...)
  • 108 Nicolas Abraham, L’immigration à Pontarlier dans l’entre-deux-guerres, mémoire de maîtrise, univers (...)
  • 109 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 150. La France horlogère, 1/04/1930.
  • 110 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 89.

87L’immigration suisse est la plus ancienne, d’abord sous la forme de migrations saisonnières. Durant le xixe siècle, des Suisses s’installent de manière définitive à Besançon et Montbéliard mais aussi dans les campagnes. Ces installations ne font pas disparaître les va-et-vient pour des périodes plus ou moins longues au gré de l’activité économique et l’horlogerie connaît régulièrement de tels mouvements. Ainsi, après plusieurs mois de chômage en Suisse en 1926, le monteur de boîtes Émile Blazer rejoint un emploi à Besançon où il reste jusqu’en septembre 1927, lorsque s’amorce une reprise économique qui le rappelle dans son pays107. Plus de la moitié des ressortissants suisses travaillent dans l’industrie. À Pontarlier, ils travaillent assez fréquemment comme ouvriers qualifiés, voire employés, techniciens et contremaîtres108. Chez Lip à Besançon, la part de ces salariés reste forte, mais en diminution, passant de 30 à 20 % entre 1912 et 1930109. Ils sont également nombreux dans l’agriculture, avec des installations comme éleveurs ou fromagers, et occupent la grande majorité des emplois du commerce et du personnel de maison110.

  • 111 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 89.

88L’implantation italienne est également ancienne, sous la forme de migrations souvent temporaires d’ouvriers ruraux piémontais. Des bûcherons et maçons saisonniers s’installent ensuite définitivement dans le Haut-Doubs, notamment dans le canton de Mouthe. Les années 1920 constituent un tournant avec l’arrivée d’une main-d’œuvre pour l’industrie et la construction, notamment des réfugiés antifascistes. Souvent manœuvres, les Italiens représentent également 83 % des entrepreneurs de construction111. Ils sont moins nombreux que les autres ressortissants à quitter ce département au moment de la crise et demeurent le premier groupe au sein de la population étrangère.

  • 112 Ibid., p. 144.
  • 113 ADD, 145 J, CEMO, UL CGT Montbéliard, « Nord-Africains », « communiqué d’un groupe de travailleurs (...)

89À partir de 1915, avec la création du Service des travailleurs coloniaux, arrive une immigration nord-africaine, marocaine et surtout algérienne, la plupart embauchés chez Peugeot à Sochaux. Après la Seconde Guerre, nombre d’entre eux proviennent des Forces Françaises Libres de 1944-1945. Démobilisés lors de la formation du Premier régiment de Franche-Comté quand il s’agit d’écarter les troupes coloniales ou plus tard en Allemagne pour une partie d’entre eux, ils sont ramenés en Alsace et ils redescendent à pied vers le sud112. Certains s’arrêtent dans le Pays de Montbéliard et à Besançon ou reviennent plus tard pour travailler. Chez Peugeot, ils proviennent de presque toutes les régions d’Algérie, mais surtout de Kabylie113. Même s’ils possèdent la nationalité française, ils ne jouissent pas des droits politiques du citoyen et conservent ce statut subalterne jusqu’en 1947.

  • 114 Gérard Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001, p. 7 (...)
  • 115 AP Carillon, récit de vie de Raymond Félix.
  • 116 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 89.

90Dans toutes les régions françaises, sauf peut-être dans l’Ouest où ce sont les Bretons qui occupent la place des étrangers, le clivage Français/immigrés recoupe en grande partie celui des ouvriers qualifiés et des manœuvres114. Les ouvriers étrangers travaillent le plus souvent comme manœuvres. Les formules du genre, « c’est bon pour les Polonais d’être à la pluie »115, ne manquent pas et illustrent cette relégation des étrangers aux postes difficiles, dangereux, exposés aux intempéries. Dans les villes, les ouvriers urbains français ont bien compris qu’ils pouvaient profiter de cette hiérarchie dans le travail pour prétendre à des postes plus qualifiés. En revanche, les forges ou les scieries en milieu rural embauchent peu d’étrangers. La campagne fournit les manœuvres dont ces industries, le bâtiment ou les travaux publics ont besoin. Les trois quarts des immigrants occupent des emplois dans la construction et l’industrie tandis qu’une partie d’entre eux a été recrutée pour travailler comme ouvriers agricoles116.

  • 117 La Compagnie des Forges d’Audincourt compte 41 % d’étrangers parmi ses 1 200 salariés en 1931 : J. (...)

91En 1920, les étrangers occupent une place encore réduite (4 %) dans les différentes entreprises Peugeot. La part des étrangers est ensuite très fluctuante, de 20 % en 1931 à 6 % en 1965. À partir des années 1920, plusieurs entreprises utilisent les services de la Société Générale d’Immigration, avec des arrivées organisées à la filature Schwob de Bethoncourt, à la Compagnie des Forges d’Audincourt117 et chez Peugeot. En 1931, une dizaine de nationalités sont présentes à Sochaux, par ordre d’importance : Italiens, Polonais, Russes, Suisses, Algériens, Yougoslaves, Autrichiens, Tchécoslovaques, Georgiens, Ukrainiens, Espagnols. Dans les années 1950, l’exode rural progresse, des usines textiles et les mines de Ronchamp (Haute-Saône) ferment leurs portes, ce qui libère de la main-d’œuvre et limite le recours aux étrangers. Leur part augmente à nouveau à la fin des années 1960 pour atteindre 20 % en 1973, avec notamment l’arrivée d’une forte communauté yougoslave.

  • 118 N. Abraham, L’immigration à Pontarlier dans l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 204.
  • 119 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 100.
  • 120 R. Simon, L’apport étranger à la population d’Audincourt, op. cit., p 237.
  • 121 Robert Belot, Pierre Lamard, Peugeot à Sochaux. Des hommes, une usine, un territoire, Limoges, Édit (...)
  • 122 N. Abraham, L’immigration à Pontarlier, op. cit., p. 130. R. Simon, L’apport étranger à la populati (...)
  • 123 Le Petit Comtois, 23/03/1936.

92Illustration de la localisation des étrangers dans la ville, la rue Battant à Besançon s’apparente à un faubourg « italien ». À Pontarlier, la rue des Lavaux, souvent surnommée le « boulevard des Italiens » ou la « rue des Macaronis », rassemble environ un cinquième de ces ressortissants vers 1930 et donne la possibilité d’une identification à un territoire118. À Exincourt, les Polonais se concentrent dans la cité-Pologne ; à Voujeaucourt, rue du Maroc119. ÀAudincourt en revanche, les étrangers ne sont pas regroupés dans des quartiers spécifiques et les cités ouvrières abritent en majorité écrasante des Français. Dans cette ville, les étrangers sont une composante de la classe ouvrière en plein essor et suivent davantage les modes de vie de celle-ci que ceux d’une catégorie isolée et parquée120. Même là où ils sont nombreux, ces étrangers demeurent invisibles aux yeux de ceux qui refusent de les voir. Jusqu’en 1946, la presse de l’entreprise Peugeot ne les évoque pas et le Département social n’a pas prévu pour eux une aide ou un service spécifique121. Par leur visibilité, l’Italien à Pontarlier (que les Suisses suivent en bonne position), l’Italien et le Polonais à Audincourt s’imposent comme les figures emblématiques de l’étranger122. Ces ouvriers étrangers se heurtent parfois à des comportements et à des violences xénophobes. En 1890, des bagarres éclatent à Besançon entre ouvriers français et ouvriers italiens sur un chantier. En 1920, lors des grèves de la métallurgie, à Sochaux, des grévistes attaquent à coup de pioches les Marocains qui continuent de travailler encadrés par des chefs français. En mars 1936, à Vaire-le-Grand, des individus éméchés veulent obliger un musulman à manger une saucisse : il finit par tomber dans la rivière et se noie123.

93Dans le cadre d’une industrialisation française lente où le nombre d’ouvriers commence à augmenter au début du siècle, c’est à partir de 1926 que les ouvriers représentent la majorité des actifs de ce département. Pendant la première moitié du xxe siècle, la classe ouvrière se nourrit en grande partie d’elle-même. C’est donc souvent sur place que s’effectue le passage de la condition paysanne à la condition ouvrière, sans changement brutal du mode de vie. Des ouvriers venus d’autres départements et des immigrés viennent s’ajouter aux anciennes composantes pour alimenter essentiellement la grande industrie du Pays de Montbéliard, et sans atteindre les proportions repérées dans le Nord et l’Est de la France. Pendant les années 1930, comme à l’échelle du pays, avec moins d’immigrés, moins de femmes et moins d’enfants de paysans, le monde ouvrier tend à se replier sur lui-même. La concentration dans les grandes usines renforce-t-elle aussi cette homogénéité toute relative ?

Notes

1 X. Vigna, Histoire des ouvriers, op. cit., p. 117.

2 Statistique générale de la France, Résultats du recensement de 1936. Données par département, Imprimerie nationale, 1936, p. 94.

3 Olivier Marchand, Christian Thélot, Le travail en France, 1800-2000, Paris, Nathan, coll. « essais et recherches », 1997, p. 59.

4 Ibid., p. 219. Statistique générale de la France, Résultats des recensements. Données par département, Imprimerie nationale, années 1921, 1926, 1931, 1936, puis INSEE, 1946, 1954.

5 Jacques Dupaquier, Dominique Kessler (dir.), La société française au xixe siècle. Tradition, transition, transformation, Paris, Fayard, 1992, p. 153.

6 Bernard Saul-Robbe, Formation d’une classe ouvrière en milieu rural : les ouvriers papetiers de Geneuille de 1834 à 1913, essai d’étude démographique et sociologique, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1983, p. 135. Bernard Saul-Robbe, Sources et méthodes du recrutement ouvrier dans les papeteries Outhenin-Chalandre aux xixe et xxe siècle, mémoire de DEA, université de Besançon, 1984.

7 Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2 vols, 1977, t. 1, p. 271.

8 J. Dupaquier, D. Kessler (dir.), La société française au xixe siècle, op. cit., p. 178.

9 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, op. cit., p. 111.

10 Jacques Gavoille, Du maître d’école à l’instituteur. La formation d’un corps enseignant du primaire : instituteurs, institutrices et inspecteurs primaires du département du Doubs 1870-1914, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2010, p. 219-220.

11 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, op. cit., p. 115.

12 AMM, 1 R 90, Liste nominative école pratique de commerce et d’industrie de Montbéliard.

13 Joëlle Mauerhan, Horlogers et horlogères à Besançon (1793-1908). Un passé prêt à revivre, Paris, L’Harmattan, 2018, p. 170.

14 Nicolas Hatzfeld, « L’école d’apprentissage Peugeot (1930-1970) : une formation d’excellence », Formation emploi, n° 27-28, juillet-décembre 1989, p. 115-128.

15 Ibid., p. 127.

16 Sur cette spécialisation, voir également : Alain Mélo, Fruitières comtoises. De l’association villageoise au système productif local, Éditions de la Fédération Des Coopératives Laitières, 2012.

17 Jean-Luc Mayaud, La petite exploitation rurale triomphante, France xixe siècle, Paris, Belin, 1999.

18 Jean Pitié, Exode rural et migrations intérieures en France. L’exemple de la Vienne et du Poitou Charentes, Norois, 1971, p. 15-16.

19 Armand Wallon, Georges Duby (dir.), Histoire de la France rurale, Paris, Seuil, 2e édition, 1992, t. 3, p. 375.

20 ADD, 6 M 5 à 6 M 622 : Listes nominatives communes d’Audeux à Villers-Buzon, (cotes provisoires).

21 Pierre Kerleroux, « Moncley, 1814-1918 : apogée, crises, mutation d’un village sur l’Ognon », Barbizier, n° 34, 2010, p. 37-52, p. 48.

22 Sondages réalisés dans les cantons de Rougemont et Roulans, situés en zone réceptrice.

23 Entretien Mme Bouquet, épouse Buessard, Charchillia (Jura).

24 O. Marchand, C. Thélot, Le travail en France, op. cit., p. 33.

25 J. Gavoille, Du maître d’école à l’instituteur, op. cit., p. 219-220.

26 Entretien avec les enfants de Jean et Gisèle Verdot.

27 Entretien avec René Labbez et Jean Bonnet.

28 Anne Martin-Fugier, La domesticité féminine à Paris en 1900, Paris, Grasset, 1979 ; Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2004, p. 82.

29 ADD, 3 P 191/3, Matrice cadastrale propriétés bâties et non bâties, Dammartin-les-Templiers.

30 Entretien avec son fils René Perrot.

31 Entretien avec ses enfants, Daniel, Alain et Claudine Verdot.

32 Jacques Dupaquier (dir.), Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988, t. 4, p. 88.

33 Ibid., p. 12.

34 Michel Dürr, « Les unes croissent, les autres non. La reproduction différentielles des familles », dans J. Dupaquier, D. Kessler (dir.), La société française, op. cit., p. 439.

35 Ibid., p. 440.

36 J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale, op. cit., p. 86.

37 Roland fiétier (dir.), Histoire de la Franche-Comté, Toulouse, Privat, 1977, p. 412-417.

38 Bernard Dezert, La croissance industrielle de la Porte d’Alsace. Essai géographique sur la formation d’un espace régional en fonction de l’attraction industrielle, Paris, Société d’édition de l’enseignement supérieur, 1969, p. 246.

39 Statistique générale de la France, Recensement de la population. Résultats par département, 1901, 1921, 1931, 1936, 1946, Imprimerie nationale.

40 B. Dezert, La croissance industrielle de la Porte d’Alsace, op. cit., p. 246.

41 Claude Fohlen, Histoire de Besançon, Besançon, Cêtre éditeur, 1982, t. 2, p. 513.

42 Selon l’expression de Bernard Lardière, séminaire de l’Équipe artisanat et proto-industrie, université de Besançon, 1986, cité par J.-L. Mayaud, La petite exploitation rurale, op. cit.

43 D’autres cantons à peine plus éloignés, mais à dominante agricole plus marquée, Le Russey (12) et Pierrefontaine-les-Varans (4), fournissent une proportion d’habitants marginale.

44 Nathalie Petiteau, Les établissements Bourgeois à Damprichard de la fin du xixe siècle à 1938, mémoire université, Besançon, 1985, p. 405, publié sous le titre L’horlogerie des Bourgeois conquérants. Histoire des établissements Bourgeois à Damprichard (Doubs), 1780-1939, Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon, 1994.

45 François Lassus, Forges et forgerons d’Audincourt, de l’entreprise princière à la société anonyme, texte de l’exposition réalisée à la bibliothèque d’Audincourt, Institut d’études comtoises et jurassiennes, université de Franche-Comté, 1993, p. 89.

46 François Lassus, « Un prolétariat sous l’Ancien Régime ? Transmission des savoir-faire et recrutement familial des ouvriers de la sidérurgie de type comtois au xviiie siècle », MSED, 1992, p. 11.

47 Josiane Carillon, La compagnie des Forges d’Audincourt, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1973, p. 86.

48 François Lassus, Forges et forgerons d’Audincourt, op. cit., p. 89.

49 ADD, M 2501, Commissariat spécial d’Audincourt, 22/03/1926.

50 En 1911, ils sont 23 nés dans ces deux communes à occuper des postes qualifiés dans la fabrique Bost. ADD, 6 M 5 à 6 M 622, listes nominatives recensements Laissey. Sur les ouvriers de Montécheroux, voir supra p. 80.

51 Renseignements aimablement fournis par Yannick Dessent, musée Bost et de la pince, Laissey.

52 B. Saul-Robbe, Formation d’une classe ouvrière en milieu rural, op. cit., p. 134.

53 ADD, 6 M, listes nominatives des communes de Orve, Chazot, Sancey-le-Grand, Sancey-le-Long.

54 En raison de la présence des « hôtels » pour le personnel, cette commune accueille la plus forte proportion de célibataires, catégorie qui compte la plus grande part de personnes nées hors du canton de recensement.

55 Avec 90 % du personnel né en Auvergne en 1911 par exemple : Pierre Mazataud, « Force industrielle et tempérament familial », dans Claude Gueslin (dir.), Michelin, les hommes du pneu. Les ouvriers Michelin à Clermont-Ferrand de 1889 à 1940, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1993, p. 163.

56 Nicolas Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver. Histoire et présent de l’usine de carrosserie de Peugeot à Sochaux, (1948-1996), thèse histoire, 2000, 2 vols, p. 200, publiée sous le titre Les gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2002.

57 A. Gueslin, Michelin, les hommes du pneu, op. cit., p. 225.

58 Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004, p. 217.

59 Ils sont 2 800 sur 6 000 : CAP, rapport technique, février 1929.

60 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 221. Des retards de 2 à 3 heures se répètent sur les trains venant de Clerval : CAP, rapport technique, février 1929.

61 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 221.

62 C. Willard (dir.), La France ouvrière, op. cit., t. 2, p. 248.

63 M. Verret, L’espace ouvrier, op. cit., p. 216.

64 M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers, op. cit., p. 17.

65 AP Carillon, récit de vie de Raymond Félix, AD, état civil des communes de Plancher-bas (Haute-Saône) et de Mandeure.

66 Par commodité et pour suivre l’appellation courante, nous désignons souvent cette usine de Beaulieu-Mandeure par le seul terme de « Beaulieu ».

67 ADD, EAC 5359 Q 6, Liste des indigents de la commune de Passavant.

68 Témoignage de sa fille Gisèle Lemoine, née en 1927.

69 Marthe Masson épouse un voisin cultivateur, Jacques Dailloux, qui devient ouvrier puis chauffeur automobile. Ambulancier chez Peugeot, il travaille ensuite dans une épicerie dépendant de l’entreprise tandis qu’elle passe son permis de conduire et fait des tournées en voiture comme marchande ambulante. Ils suivent l’usine Peugeot à Bordeaux à la déclaration de guerre, où ils meurent peu après.

70 Entretiens avec André Berçot et renseignements fournis par sa famille.

71 Bernard Lahire, Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Paris, Nathan, 2002.

72 Rolande Trempé, Les mineurs de Carmaux, 1848-1914, Paris, Les Éditions ouvrières, 1971, 2 vols.

73 B. Dezert, La croissance industrielle et urbaine de la Porte d’Alsace, op. cit., p. 301.

74 Ibid., p. 308.

75 M. Chevallier, « Ouvriers-paysans et migrations quotidiennes de travail dans la région de Belfort-Montbéliard », Revue de l’Économie du Centre-Est, juillet-septembre 1960, n° 9, p. 23-31.

76 N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 285.

77 B. Dezert, La croissance industrielle et urbaine de la Porte d’Alsace, op. cit., p. 308.

78 Le Peuple comtois, janvier-février 1950 ; entretien avec Robert Roth.

79 Philippe Chaudat, « Les “vignerons-ouvriers” de Lods et Vuillafans », Barbizier, n° 15, décembre 1988, p. 3-60 et n° 16, p. 141-199. Ils maintiennent ces activités hors travail jusque dans les années 1990.

80 Le rurbain est ici pris dans le sens d’un citadin domicilié à la campagne, mais ayant par son travail, la scolarité de ses enfants ou la consommation l’essentiel de ses liens avec la ville. N. Hatzfeld, Organiser, produire, éprouver, op. cit., p. 222.

81 M. Verret, L’espace ouvrier, op. cit., p. 122.

82 R. Chapuis, Les ruraux du département du Doubs, op. cit., p. 68.

83 Ibid., p. 77.

84 Ibid., p. 198.

85 Joël Monti, Pêcher la Loue. De la technique au fait social, Besançon, Cêtre, 1992.

86 ADD, 15 W 7 et 15 W 8, Statuts des associations de pêcheurs à la ligne, 1945.

87 LABOR, pseudonyme de A. Renner, De la noce au turbin. Ateliers et gens du Jura… et d’ailleurs, Neufchâtel, Éditions de la Baconnière, 1932, p. 84.

88 florence Weber, Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA, EHESS, 1989.

89 Ibid., p. 194.

90 M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin, op. cit.

91 Pierre Mazataud, dans C. Gueslin (dir.), Michelin, les hommes du pneu, op. cit., p. 189.

92 M. Verret, L’espace ouvrier, op. cit., p. 117.

93 Ibid., p. 120.

94 R. Chapuis, Les ruraux du département du Doubs, op. cit., p. 73.

95 Jean-Marc Olivier, « Industrialisation douce et enracinement rural (fin xviiie-1914) », dans Le Pays de Montbéliard 1850-2000, MSEM, 2000 ; Jean Courtieu (dir.), Dictionnaire des communes du Doubs, Besançon, Cêtre, 1982-1987, pour les chiffres du xxe siècle.

96 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, Paris, Éditions du Seuil, réed., 1971, p. 31-69.

97 J.-Y. Mollier, J. George, La plus longue des républiques, op. cit., p. 549-553.

98 M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers, op. cit., p. 21-23.

99 Christine Longueville, Février 1934-juin 1936 : la vie politique à Besançon, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1986, p. 218.

100 Alain Gagnieux, Étrangers de chez nous. L’immigration dans le Doubs et à Colombier-Fontaine (1850-1950), Besançon, ADD, 2008, p. 81.

101 Statistique générale de la France, Recensement de 1931, données par département, Paris, Imprimerie nationale, 1931, p. 94.

102 Ibid. Statistique générale de la France, Recensement général de la population, 1946, t. 2, p. 14 ; INSEE, Recensement général de la population, 1954. Résultats du sondage au 1/20e. Population active, 1958. INSEE, Populations communales du Doubs 1801-1975, Besançon, INSEE, service régional de Franche-Comté, 1976.

103 Ibid., p. 150.

104 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 82.

105 Rodrigue Simon, L’apport étranger à la population d’Audincourt pendant l’entre-deux-guerres, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1995, p. 40.

106 Ibid., p. 83.

107 François Kohler, Les souvenirs de Roger Boudrié, ouvrier horloger jurassien, Revue européenne des sciences sociales, 1973, n° 29, p. 181-183. Présentation et texte de l’autobiographie d’Émile Blaser (1866-1938), syndicaliste suisse, rédigée sous le pseudonyme de Roger Boudrié.

108 Nicolas Abraham, L’immigration à Pontarlier dans l’entre-deux-guerres, mémoire de maîtrise, université de Besançon, 1994, p. 130. AMM, 5 J 29, registre des étrangers de l’horlogerie Wittmer, Seloncourt, 1924-1938.

109 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 150. La France horlogère, 1/04/1930.

110 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 89.

111 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 89.

112 Ibid., p. 144.

113 ADD, 145 J, CEMO, UL CGT Montbéliard, « Nord-Africains », « communiqué d’un groupe de travailleurs algériens au sujet de la “bagarre” d’Audincourt », 1949.

114 Gérard Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001, p. 74.

115 AP Carillon, récit de vie de Raymond Félix.

116 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 89.

117 La Compagnie des Forges d’Audincourt compte 41 % d’étrangers parmi ses 1 200 salariés en 1931 : J. Carillon, La Compagnie des Forges d’Audincourt, op. cit., p. 193.

118 N. Abraham, L’immigration à Pontarlier dans l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 204.

119 A. Gagnieux, Étrangers de chez nous, op. cit., p. 100.

120 R. Simon, L’apport étranger à la population d’Audincourt, op. cit., p 237.

121 Robert Belot, Pierre Lamard, Peugeot à Sochaux. Des hommes, une usine, un territoire, Limoges, Éditions Lavauzelle, 2007, p. 73.

122 N. Abraham, L’immigration à Pontarlier, op. cit., p. 130. R. Simon, L’apport étranger à la population d’Audincourt, op. cit., p. 300.

123 Le Petit Comtois, 23/03/1936.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Population active par secteur de 1921 à 1936, puis emploi pour 1954, Doubs-France (en pourcentage)4.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Carte n° 1 : Évolution démographique, par cantons Doubs-Haute-Saône, 1801-1954. Paul Huot-Pleuroux, Le recrutement sacerdotal dans le diocèse de Besançon de 1801 à 1960, Thèse, Paris, 1966, annexe 12.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Carte n° 2 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1921).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Carte n° 3 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1931).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Carte n° 4 : Lieu de naissance des ouvriers domiciliés dans la commune de Sochaux (1946).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Carte n° 5 : Exemples d’itinéraires et facteurs de mobilité : Félix, Laporte, Masson, Berçot.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Carte n° 6 : Exemples d’itinéraires et facteurs de mobilité : Beuret, Renaud.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Carte n° 7 : Communes de plus de 2 000 habitants en 1926.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau n° 6 : Population étrangère dans le Doubs, pourcentage par rapport à la population totale (1911-1954)102
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Tableau n° 7 : Les étrangers par nationalités (1911-1931)106.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/36650/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search