Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1837

Février 1837

Texte intégral

11 er février. — Aujourd'hui, anniversaire de la naissance de Pérennès, j'ai eu l'idée de lui offrir un modeste dîner chez notre petit restaurateur de la rue des Granges. J'avais invité le conseiller Bourgon qui s'est excusé sous un assez frivole prétexte mais qui, voulant prendre part à la fête, nous a envoyé une bouteille de vin de Bordeaux et une de Saint-Péray, grand mousseux. Dusillet avait promis de venir mais je n'ai pas compté sur lui et j'ai bien fait ; nous n’étions donc que quatre convives : Pérennes, Viancin, Lancrenon et moi. Le dîner n'était pas mauvais, le vin était excellent même celui d'ordinaire. Nous ne nous sommes pas trop mal trouvés à table, puisque nous n'en sommes sortis qu’à dix heures et demie. Pérennes avait composé des vers qu'il nous a lus au dessert et Viancin, deux couplets très jolis pour l'à-propos. En nous quittant, nous nous sommes promis de nous revoir bientôt ; et voilà, j'espère, une fête fondée pour le peu d'années qui me restent à vivre.

22 février. — Les fêtes et les réunions de famille se succèdent en ce moment. Tous les jours ce sont des dîners, des bals et même des raouts, mot que nous avons pris avec la chose aux anglais. C'est plaisir pour qui aime le bruit des voitures de se promener dans nos rues habituellement si tranquilles de huit heures du soir à minuit. J’ai dîné aujourd'hui chez le recteur qui tenait beaucoup à m'avoir, avec le préfet, M. de Vienne et Dusillet. Cette réunion avait pour but le rejet de M. de Vaulchier et il n'en a pas été question. La politique générale a dominé les petits intérêts de localité. M. le préfet a presque constamment parlé pendant le dîner et très bien. Dusillet nous a lu deux nouveaux chapitres de son Frédéric Barberousse, pleins d'intérêt et écrits de ce style qui lui est propre.

33 février. — Le jeune Proudhon, associé de Lambert dans l'exploitation d’une imprimerie qu'ils ont acquise de Montarsolo, est un jeune homme instruit dans les langues et qui ne manque pas de talents ; mais c'est un génie rude, difficile à manier, plein de ses propres idées et qui ne pourra pas tirer parti de ses ressources si, par le frottement, il n'acquière un peu de poli. Malgré toutes les avances que je lui avais faites, il avait toujours refusé de me voir. Cependant il s'est décidé ces jours derniers à me communiquer les premières feuilles d'un ouvrage qu'il imprime et qui aura pour titre : Essai de grammaire générale d'après les principes établis par Bergier. Il n’y a que bien peu de choses de Bergier dans cette œuvre vraiment remarquable par des idées ingénieuses et que l’auteur dit neuves parce qu'il ne les a vues nulle part ; mais ce n'est pas une raison pour qu'elles n'aient pas été déjà mises en avant par d'autres auteurs. Le « Rien de nouveau » de Salomon est une vérité incontestable pour quiconque a un peu feuilleté les livres.

44 février. — Aujourd'hui est mort M. Durney, doyen d'âge du barreau de Besançon où subsistera longtemps sa réputation d’homme d'esprit. Je l'ai beaucoup connu dans ma jeunesse, chez Madame Lapret, et depuis chez Madame Marquiset. Dans la société c'était un homme gai, jovial, une espèce de philosophe épicurien, se moquant des autres et de lui-même au besoin. Il avait peu de lecture, mais ce qu'il avait lu, il l'avait retenu et le citait à propos. Par exemple, il savait par cœur la lettre de Rousseau à d'Alembert et les plus beaux passages de la Nouvelle Héloïse ; mais ceux qui ne l'ont pas entendu ne pourront se faire une idée du parti qu'il tirait de ce petit bagage. Au barreau, il devinait la question du droit mais c'était là ce dont il s'occupait le moins. Du premier coup d'œil il saisissait le côté plaisant de l'affaire et le présentait de manière à exciter l’hilarité des auditeurs et des juges qui ne condamnaient que rarement l'avocat qui les avait fait rire. Quoique caustique, il avait su gagner l'affection de ses confrères qui, depuis plusieurs années, lui faisaient une pension dont il avait besoin. Le portrait de M. Dumey, s’il était bien fait, figurerait avantageusement dans une galerie franc-comtoise. Je pourrai bien l'entreprendre un jour.

55 février. — M. Curasson a donné son dîner de réception à l’Académie. Nous étions quatorze convives, mais tous n’étaient pas académiciens. Trémolières s'est excusé sur le prétexte d’un rhume, Saint-Juan, parce qu'il avait lui-même du monde à dîner, et tous les deux ont été remplacés par des intrus. Mais le dîner n'en a pas moins été magnifique et gai. Au dessert, Viancin a chanté trois couplets de circonstance et qui ont augmenté l'hilarité générale.

  • 1 Louis-Jules-Barbon-Hélène Filliol de Raimond (voir Journal, ii, p. 345, note 1bis) ; cf. Octave Ch (...)

66 février. — M. de Raimond1, qui vient de passer récemment dans la classe des honoraires, a écrit au secrétaire perpétuel en lui adressant deux cents francs qu'il prie l'Académie de joindre au prix qu'elle a proposé sur les courbes de suicide et sur les moyens d’arrêter cette funeste épidémie qui s'accroît toutes les années.

77 février. — Aujourd'hui carnaval ou mardi-gras, j’ai passé l'après-dîner à la Bibliothèque où je m'était fait consigner pour y relire la dissertation de Marnotte qui doit être imprimée dans le prochain recueil de l'Académie. De ma vie je n'ai vu quelque chose de plus prétentieux et de plus absurde. Cette maussade lecture m’a confirmé dans cette idée vraie et juste : il n'y a que ceux qui ne savent rien qui ne doutent de rien.

  • 2 Weiss a déjà parlé de ce personnage, fils de l'inventeur Claude-François-Dorothée de Jouffroy d'Ab (...)

88 février. — Le marquis de Jouffroy2 est depuis quelques jours à la tête d'un journal intitulé l'Europe, feuille des intérêts monarchiques et populaires. On sait ce que cela veut dire. Nous n'en aurions pas fait mention si, dès les premiers numéros, nous n'y avions pas remarqué un article très spirituel contre le phalanstérisme et son créateur Charles Fourier.

  • 3 M. Sainte-Marie, depuis mars 1836.
  • 4 Selon G. Coindre (Mon vieux Besançon), c'est le dimanche des Picrés ou des Brandons qu'on enterrai (...)

99 février. — Il paraît que les bals masqués sont passés de mode en province. L'Impartial se plaint que le directeur de notre spectacle3 en ait été jusqu'ici pour ses frais de lumière et de chauffage de la salle et fait un appel aux amateurs pour le dernier bal qui doit avoir lieu dimanche prochain dit des Picrés4.

1010 février. — La grippe, maladie qui règne depuis quelques semaines à Paris, vient de se déclarer ici avec une telle violence que l'on porte à plus de six mille le nombre des personnes qui en sont atteintes. Heureusement elle n'offre aucune espèce de danger. Les grippés en sont quittes pour quelques jours de retraite absolue, pendant lesquels ils boivent des infusions chaudes et ne prennent aucun aliment solide.

1111 février. — L'un de nos amateurs les plus distingués de sciences naturelles, le jeune Grenier, s'est chargé pour répondre au vœu de Jouffroy de dresser une liste des questions les plus importantes à proposer au concours sur la géologie et la botanique de la province.

1212 février. — Les masques qui n'avaient presque pas passé pendant les journées de carnaval se sont ravisés quoique un peu tard. Dans l'après-midi, malgré le mauvais temps et une crotte effroyable, on a vu dans la Grande-Rue des cavalcades et des bandes de masques en assez grand nombre ; mais d’ailleurs point de gaieté bruyante, point de ces scènes comiques auxquelles participaient jadis les hommes les plus graves. Décidément nous sommes devenus raisonnables ; je ne sais si nous y avons beaucoup gagné.

  • 5 Lire « Châteauvieux », dans la vallée de la Loue.

1313 février. — M. Guyornaud m'a dit qu'il existait à Château-Vieux5, au frontispice de l’antique chapelle, un bas-relief représentant une femme assise sur un char traîné par deux taureaux furieux ; et là-dessus, il me demandait si je pouvais lui dire et le sujet et la date de ce monument. « Assurons-nous d'abord, lui ai-je répondu, de son existence qui me paraît encore douteuse, et puis après nous verrons. »

  • 6 Jean-Baptiste Chassignet, poète et diplomate du xvième siècle, réunit 424 sonnets dans son œuvre p (...)

1414 février. — Pérennès, plus franc-comtois que la plupart des enfants de la Comté, s’occupe maintenant d'un travail sur Chassignet6, l'un de nos poètes les plus distingués et les moins connus. Il se propose de faire de l'examen de ce poète, dans lequel il trouve de fort belles choses, le sujet du premier mémoire qu'il communiquera à l'Académie.

1515 février. — La Revue de Bourgogne pour le mois de janvier a seulement été distribuée ce matin. Elle contient le commencement du mémoire d'Edouard Clerc, couronné l'année dernière par l’Académie. La première page est décorée d’une jolie vignette gravée par Rambert, représentant une vue de Besançon prise du glacis de Charmont et dont le cadre est formé d'un sapin et d’une branche de vigne. Les franc-comtois ont fourni loyalement leur contingent à cette livraison.

  • 7 Déjà le 26 janvier 1833 un médecin avait été la cible de l'ironie de Weiss, le docteur Jeannerod.

1616 février. — Les journaux de Paris, en annonçant que la grippe y prend plus de gravité, ont répandu l'inquiétude dans notre population. Trente décès ont été déclarés hier à la mairie ; le nombre est énorme. La mort du jeune Chastaing, avocat stagiaire qui, dimanche dernier, était encore au bal, a produit l'effet le plus funeste sur l'imagination publique, et loin de le calmer, les médecins l'ont accru en disant que ce jeune homme était mort du typhus. Il faut convenir que si nos médecins ont autant d'habileté qu'ils le prétendent, ils n'ont ni le désintéressement, ni surtout la sagesse de leurs devanciers. Mais, est-ce que la verve satirique est éteinte ? Est-ce qu'il ne se trouvera personne pour faire justice de ces pédants charlatans dont aucune qualité ne rachète l'incroyable ignorance et l'égoïsme ? Ceux qui liront ceci doivent se rappeler que dans les généralités, il y a toujours des exceptions7.

1717 février. — Les journaux de Paris annoncent la mort du vénérable Molard, de l’Académie des sciences, victime de la maladie régnante.

1818 février. — Il y a eu ce soir une aurore boréale qui a duré de huit heures à huit heures et demie. C'est la seconde ou la troisième de l’hiver ; aussi, notre population, qui commence à se familiariser avec ce phénomène, ne montrait ni curiosité, ni surprise. Comme la soirée était fort belle, il y avait beaucoup de monde dans les rues, mais les promeneurs paraissaient plus occupés de la terre que de ce qui se passait au ciel.

  • 8 Ce que Weiss semble vouloir se cacher, c'est que la grippe touche justement plus fortement cette p (...)

1919 février. — Le nombre des décès pendant la semaine dernière s'est élevé à 53. On n'avait pas eu d'exemple d’une pareille mortalité depuis le blocus de 1814. Quoiqu'en disent les médecins, qui ont bien quelque intérêt à ne pas dire la vérité, l'influenza ou la maladie régnante, n'a pas eu le moindre effet sur cet accroissement dans le nombre des morts : si l’on en retranchait les octogénaires et les enfants morts en naissant ou dans les premiers mois de leur naissance, on retrouverait à peu de chose près le nombre ordinaire des décès dans une population de 30.000 habitants8.

  • 9 Gasparin.

2020 février. — Le docteur Guyétand, auteur de plusieurs ouvrages de médecine, d’un catalogue des plantes du Jura et d'un traité d'agriculture, vient, sur le rapport du ministre de l'Intérieur9, d'être nommé chevalier de la Légion d'honneur. Il a mandé cette nouvelle au docteur Barrey en le chargeant de me la faire connaître, persuadé qu'elle me serait agréable.

2121 février. — Viancin, malade depuis quelques jours de la maladie régnante, a fait une circulaire à ses amis dont toutes les rimes sont en ipe. C'est le tour de force d'un homme d'esprit, sur lequel il ne faut pas se montrer trop difficile ; mais sa pièce sur la grippe ne pourra jamais figurer avantageusement dans le recueil de ses poésies que, malgré sa modestie, j'espère bien qu'il nous donnera quelque jour.

  • 10 Cet abbé Breuillot avait créé l'institution des sourds-muets en 1824, dont il céda les bâtiments a (...)

2222 février. — L'abbé Breuillot10 procureur du séminaire, est mort aujourd'hui dans un âge assez avancé. C'était un homme de peu d'esprit, mais excellent dans sa partie et très adroit à faire venir de l'eau à son moulin. Grâce à lui, le séminaire se trouve dans un étal florissant.

2323 février. — La mortalité continue. On n'entend que tinter des agonies et des glas pour les enterrements. Si j'avais voix au chapitre, je crois que je viendrais à bout de supprimer ou du moins de restreindre cette lugubre sonnerie, qui ne peut qu'attrister les personnes en santé. Il n'y a pas de nécessité à transformer toute une ville en un grand couvent. Mieux vaudrait habiter la Trappe où l'on ne vous adresserait que deux ou trois fois par jour le triste avertissement : il faut mourir.

  • 11 Il y eut trois frères Parrot à Montbéliard : Christophe-Frédéric (1751-1812), Jean-Léonard (1755-1 (...)
  • 12 Gunther Zainer, graveur et imprimeur allemand, mort en 1498 à Augsbourg où il avait introduit l’im (...)

2424 février. — On vient de faire à Montbéliard la vente de la bibliothèque de M. Parrot11, antiquaire et linguiste, qui avait longtemps habité la Russie. Les livres ne s'y sont pas vendus bien cher. J'en ai eu pour la ville de Besançon à rien : entre autres le Saint Isidore, édition de Zainer12, 1472, qui n'a coûté que 3 fr. J'avais besoin de ce bon marché pour me dédommager de ceux que l'on m'a faits récemment à Paris.

2525 février. — Après une série de beaux jours qui nous faisaient espérer un printemps précoce, nous avons vu reparaître subitement l'hiver. Ce matin les toits étaient couverts de neige et il en est tombé presque toute la journée. Le froid humide et pénétrant ne peut qu'augmenter les rhumes et les fièvres catarrhales. Trop heureux celui qui n’est pas obligé de quitter le coin de son modeste foyer pour aller faire des courses en ville ou s'exposer à la température glaciale de la Bibliothèque.

2626 février. — Le nombre des morts a été plus grand encore cette semaine que la dernière. La feuille d'affiches le porte à 54, et le mouvement des cloches dans toutes les paroisses avertit que nous ne sommes pas encore délivrés de l'influenza. Parmi les morts de la semaine, on remarque un noble étranger, lieutenant général honoraire des armées du roi, âgé de 92 ans.

2727 février. — Notre général Billard est, dit-on, nommé grand'croix de la Légion d'honneur. Cette faveur est sans doute la récompense de la fermeté qu'il a montrée pour comprimer les troubles dont notre pays est le théâtre, suivant les gazettes. Et puis convenez que si les gazettes ne disent pas toujours la vérité, les mensonges qu'elles débitent ne laissent pas que d'être profitables de temps en temps.

  • 13 Claude-Joseph, baron Gros (Choye 1756–Besançon 1837), avait été procureur général sous l'Empire ; (...)

2828 février. — On a fait aujourd'hui les obsèques du baron Gros13, procureur général à la cour impériale. N'ayant point été compris dans la réorganisation des tribunaux, il s’était fait reporter sur le tableau des avocats et il continuait de donner des consultations. Homme d'esprit, écrivant et parlant avec une élégance rare dans les avocats qui ne sont jamais sortis de la province, il aurait joui d'une réputation immense s'il eût voulu faire quelques efforts ; mais il paraît ne s'en être pas soucié. Ses talents étaient déparés par une avarice sordide ; quoique riche, il craignait la dépense, ne portant que des habits râpés et une vieille perruque rousse, vivant en un mot comme un cancre. Il était aussi très licencieux dans ses propos, ce qui ne l'empêchait pas d'afficher une grande dévotion et d'approcher souvent de la table sainte à sa paroisse.

Notes

1 Louis-Jules-Barbon-Hélène Filliol de Raimond (voir Journal, ii, p. 345, note 1bis) ; cf. Octave Chevalier et Georges Filliol de Raimond, Monographie de la famille Filliol de Raimond, 1965.

2 Weiss a déjà parlé de ce personnage, fils de l'inventeur Claude-François-Dorothée de Jouffroy d'Abbans (en particulier le 17 novembre 1835).

3 M. Sainte-Marie, depuis mars 1836.

4 Selon G. Coindre (Mon vieux Besançon), c'est le dimanche des Picrés ou des Brandons qu'on enterrait Carnaval en jetant un mannequin de paille dans les eaux du Doubs depuis le pont Battant.

5 Lire « Châteauvieux », dans la vallée de la Loue.

6 Jean-Baptiste Chassignet, poète et diplomate du xvième siècle, réunit 424 sonnets dans son œuvre principale : Le mespris de la vie et la consolation contre la mort. Il avait été remarqué et cité par d'Alembert et Gérard de Nerval. Voir Ronchaud (Louis de), “Jean-Baptiste Chassignet”, Mém. Académie Besançon, 1852, pp. 64-75, et Delanne, “Une œuvre d’un poète bisontin au xvième siècle...”, M. Acad. Besançon, 1947-1957.

7 Déjà le 26 janvier 1833 un médecin avait été la cible de l'ironie de Weiss, le docteur Jeannerod.

8 Ce que Weiss semble vouloir se cacher, c'est que la grippe touche justement plus fortement cette partie de la population, pour laquelle il admet bien que la mortalité est plus forte que d'habitude !

9 Gasparin.

10 Cet abbé Breuillot avait créé l'institution des sourds-muets en 1824, dont il céda les bâtiments au département. Il était chargé des intérêts temporels du séminaire ; la remarque de Weiss semble signifier qu'il réussissait heureusement dans cette tâche.

11 Il y eut trois frères Parrot à Montbéliard : Christophe-Frédéric (1751-1812), Jean-Léonard (1755-1836) et Georges-Frédéric (1767-1852). Ce dernier, physicien, membre de l'Académie des sciences de Saint-Petersbourg, mourra dans cette ville. Celui dont on vend la bibliothèque est le second, haut fonctionnaire et homme de sciences qui voyagea et séjourna en Allemagne et en Livonie et Estonie. Il revint en 1834 à Montbéliard, ne s'occupant que de compositions littéraires jusqu'à sa mort en juillet 1836. Son ex-libris, daté de 1828, figure sur l’incunable de la Bibliothèque municipale de Besançon dont il est question ici (n° 606 du catalogue) : Liber Etymologiarum. (Augustæ Vindelic.) Ginlherus Zainer, 1472.

12 Gunther Zainer, graveur et imprimeur allemand, mort en 1498 à Augsbourg où il avait introduit l’imprimerie en 1468. Il édita plusieurs ouvrages illustrés de gravures sur bois.

13 Claude-Joseph, baron Gros (Choye 1756–Besançon 1837), avait été procureur général sous l'Empire ; il était entré à l'Académie de Besançon en 1805.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search