Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Décembre 1836

Texte intégral

11 er décembre. — Décidément les gens comme il faut profiteront de la mort de Charles X pour ne donner aucune fête pendant tout l'hiver. Les plus prononcés porteront le deuil six mois, les autres resteront au coin de leur feu, libres d'avoir les habits de la couleur qui leur conviendra, pourvu qu'ils ne se montrent nulle part. Cette résolution sert à merveille le goût de parcimonie et de lésine qui s'est emparé de la nouvelle noblesse et qui la distingue de l'ancienne.

22 décembre. — On vient de placer dans l'église du Séminaire les armes du cardinal de Rohan, en marbre blanc sur une table de marbre noir ; ce travail, d'une délicatesse remarquable, fait honneur au ciseau de M. Maire, déjà connu par divers ouvrages importants et qui s'est chargé d'exécuter les médailles de la galerie franc-comtoise.

  • 1 Jacques Dupont dit Trestaillon[s], portefaix, fut l'un des organisateurs en 1815 de la Terreur bla (...)

33 décembre. — Jules Crestin ou le petit Crestin, comme on le nomme plus ordinairement à cause de l'exiguïté de sa taille, est un de nos amateurs les plus distingués : musicien, antiquaire, littérateur, il vient de s'exercer dans la gravure en bois et son coup d'essai qu'il m'a fait voir est très remarquable. C’est un portrait fantastique de ce Trestaillon1 dont le nom se rattache d'une horrible manière à la Restauration dans le midi de la France. Le dessin en est hardi, les tailles franchement coupées ; et je ne doute pas, s'il voulait cultiver ce talent, qu'il ne s'y rendît supérieur. Mais il est capricieux, bizarre, tranchant, insolent même, véritable type de la jeunesse <humaniste> d'aujourd’hui, par la jactance et le mépris affecté de tout ce que les autres font.

  • 2 Théophile Bruand (1808-1861), fils du conseiller de préfecture Jean-Jaques Bruand, ami de Jean Gig (...)

44 décembre. — Quelques jeunes gens, à la tête desquels se trouve Bruand2, ont conçu le projet de faire paraître à Besançon une sorte de revue dans le genre de celle des Deux Bourgognes, qui n'accueille pas leur production. Si ce projet prend par hasard quelque consistance, on en reparlera ; mais il n'était pas inutile de mentionner ici cette velléité d’affranchissement et d'indépendance.

  • 3 Sans doute l’organe de presse qui remplaça l’Univers.

55 décembre. — Marmier m'annonce que la Galerie métallique franc-comtoise sera annoncée demain dans un nouveau journal intitulé le Monde3 et que moyennant un sacrifice de 50 fr, on pourra avoir des articles dans tous les journaux.

66 décembre. — Aujourd'hui fête de saint Nicolas, patron des mariniers, les bateliers employés à la navigation du canal ont parcouru la ville dans un bateau traîne par une vingtaine de chevaux avec de la musique et s'arrêtant sur toutes les places. Ce spectacle, nouveau pour Besançon, avait attiré beaucoup de curieux.

  • 4 Ou plutôt Jean Lallemand, l'un des grands commis franc-comtois au service de la maison d'Autriche, (...)

77 décembre. —J. de Lallemand4, secrétaire de Marguerite d'Autriche puis de l’empereur Charles-Quint qui l’honora de sa confiance et le nomma l'un de ses ambassadeurs pour signer le traité de Madrid avec François Ier, dénoncé peu de temps après comme ayant trahi les intérêts de son maître, condamné au bannissement puis réhabilité, mais instruit par son expérience et quittant la cour à l'âge de l'ambition pour venir habiter ses terres en Franche-Comté où il mourut en 1560, pourrait être le sujet d'une chronique intéressante, suivant la mode du jour. J'en ai parlé ce soir à Viancin qui m'a promis de s'en occuper. M. le procureur général Clerc, à qui j'avais demandé il y a quelque temps des renseignements sur la sépulture de J. de Lallemand, m'a dit aujourd'hui à la Bibliothèque qu'il existait à Bouclans, dans l'église, des statues grossièrement taillées de J. de Lallemand et de sa femme, mais qu'à la Révolution, elles avaient été brisées par les paysans qui croyaient y voir des traces de féodalité.

88 décembre. — M. Bach, récemment chargé de la chaire de philosophie à la Faculté, a fait hier sa première leçon en présence d'un auditoire assez nombreux. On a cependant remarqué qu'aucun de ses confrères n'avait cru devoir assister à sa prise de possession. Lejeune professeur a traité dans cette séance de l'union de la philosophie et de la religion, et il l'a fait avec un talent remarquable.

  • 5 Mathieu Buttafuoco (1730-1806) ; ce général soutint d'abord Paoli puis préconisa le ralliement de (...)

99 décembre. — Armand Marquiset m'a lu un article qu'il destine à la Revue des Deux Bourgognes ; c'est l'histoire de la lettre de Buonaparte à Buttafuoco5 que le futur empereur, alors officier d'artillerie en garnison à Auxonne, fit imprimer à Dole en 1791. Cet article manque peut-être d'à-propos, mais il offre de l'intérêt.

1010 décembre. — Pérennès, qui m'a donné ce soir à dîner dans une des circonstances les plus malheureuses de ma vie, m'a parlé du livre qu'il fait imprimer dans ce moment et où il établit par des autorités irrécusables que toutes les littératures de l'Europe n’ont pas cessé d'être païennes depuis la Renaissance des lettres, mais qu'elles vont entrer dans la voie du christianisme que les romantiques leur ont ouverte. Tout ce qu'il m'a dit à cet égard m’a paru plein de sens et m’a vivement frappé. C'est décidément un homme hors la ligne et un très beau talent.

  • 6 Il s'agit de madame Marquiset. Le registre d'état-civil de Besançon, au 11 décembre 1836, contient (...)

1111 décembre. — Aujourd'hui j'ai perdu ce que j'avais de plus cher au monde, mon amie et bienfaitrice depuis près de trente ans6. Ce n'est pas à mon âge que l'on essaye de se consoler d'une perte pareille. Aussi je n'y songe pas. Elle est retournée au ciel, sa véritable patrie, et j'ai la conviction la plus intime, comme l'espoir, de l'y rejoindre bientôt.

1212 décembre. Nécessité d'une alliance entre la France et la Russie pour fixer les destinées de l'Orient après la dissolution de l'empire turc, et dominer les conséquences que cet événement peut amener pour l'Europe, par un franc-comtois, in 8° de 3 feuilles, imprimerie de Delacour à Meudon, prix 1 fr 50. On attribue cet opuscule à Victor Considerant, l'un des partisans les plus zélés du fouriérisme.

1313 décembre. — Il est question de nommer la commission académique chargée de réaliser la proposition de Jouffroy pour la publication des documents historiques inédits sur la province. Les prétentions sont si ridicules de la part de certains professeurs que l'on sera probablement obligé de cabaler pour obtenir des choix raisonnables. Le scrutin doit avoir lieu jeudi prochain.

1414 décembre. — L'abbé Doney prépare une édition abrégée de l'Histoire dogmatique de la religion par Bergier, avec une introduction dans laquelle il se propose de tracer rapidement le tableau des changements réellement merveilleux survenus depuis une quarantaine d'années dans les croyances philosophiques. Ce morceau qui peut être à lui seul un excellent ouvrage suffit pour assurer le succès de cette nouvelle entreprise dont on aura sans doute l'occasion de reparler. L’abbé Doney est un des collaborateurs de l'Univers catholique, journal auquel il fournit de fréquents articles.

  • 7 Voir Coindre (Gaston), Mon vieux Besançon : les Demolombe étaient négociants en tissu à l'enseigne (...)

1515 décembre. — La ville a vendu la maison Demolombe7 qu'elle avait achetée pour élargir la rue Baron, à charge pour les acquéreurs de se retirer sur l'alignement fixé et de construire, dans le délai de deux ans, des façades sur un plan soumis à l’approbation de la mairie. Mais, par un oubli vraiment incroyable, on a oublié dans le cahier des charges d'imposer aux adjudicataires l'obligation de céder le terrain nécessaire pour la fontaine et, comme j’en ai fait la réflexion à Viancin, je ne serais pas surpris de voir s'élever sur ce point une contestation dans laquelle la ville succomberait infailliblement.

1616 décembre. — M. Louis de Vaulchier, l'un de nos jeunes gens les plus intelligents et les plus spirituels comme je crois l'avoir déjà dit, a pris des empreintes des anciens sceaux conservés dans le cabinet de la ville, qu'il se propose de publier avec des annotations. Ce serait un ouvrage curieux et qui fournirait l'occasion de remettre bien au jour des détails intéressants sur nos anciennes familles.

1717 décembre. — L'abbé Richard m'écrit qu'il poursuit avec activité son histoire du village de Dambelin. Elle sera très intéressante d'après le plan qu'il s'est tracé, bien que Dambelin n'ait jamais été le théâtre d'événements importants. Le bon abbé Richard est un des membres les plus instruits de notre clergé, et je désire vivement que son association à l'Académie puisse bientôt l'encourager dans les pénibles recherches dont il s'occupe depuis si longtemps.

  • 8 Antoine-Louis-Claude, comte Déstutt de Tracy (1754-1836), philosophe français, membre de l'Institu (...)

1818 décembre. — Parmi les candidats présentés pour la place vacante à l'Académie des Sciences morales par la mort de M. Destutt de Tracy8 se trouvent deux franc-comtois, l'abbé Receveur et l'abbé Gerbet, tous deux hommes d'esprit et de mérite, connus par des ouvrages de philosophie très estimés des juges compétents.

  • 9 Elisa Mercœur (1809-1835). Cette nantaise se révéla comme une enfant prodige de la littérature et (...)
  • 10 Claudine-Augustine-Louise Crombach (née à Lons-le-Saunier en 1815). Elle partit en effet à Paris o (...)

1919 décembre. — Notre province n'aura bientôt plus rien à envier à la Bretagne ; elle aura son Elisa Mercœur9. Melle Crombach, née à Lons-le-Saunier de pauvres parents et dont l’éducation avait, par conséquent, été très négligée, s'est amusée à composer de petites pièces de vers qui lui ont valu les suffrages des beaux esprits de sa ville natale et même de ceux de Besançon. Le nouveau préfet du Jura, M. Le Pasquier, ayant entendu parler de cette nouvelle muse, lui a donné l’idée de recourir à la protection de la reine par une épître. La reine lui a fait envoyer un secours que la jeune comtoise trouve considérable, en lui annonçant que la même somme lui serait envoyée toutes les fois que le préfet le trouverait nécessaire. Ce succès a décidé M. Le Pasquier à faire partir Melle Crombach10 pour Paris, où elle recevra des leçons des meilleurs maîtres, en attendant qu'elle puisse être admise dans une des pensions du gouvernement. Je désire que celle nouvelle position lui soit agréable, mais j'ai des raisons d'en douter et je crois même qu'elle ne tardera pas à regretter sa chétive mansarde de Lons-le-Saunier.

  • 11 . Sans autre précision de Charles Weiss, il est difficile de préciser lequel des Cuyper lui a inspi (...)

2020 décembre. — La commission du musée a autorisé l'acquisition de trois nouveaux tableaux, une Vierge avec l'Enfant-Jésus et saint Jean-Baptiste que Lancrenon croit de l'école romaine, un charmant paysage et une scène de bohémiens dans le genre de Cuyper11, charmante composition qui, raison <comparée>, serait digne de figurer au musée royal.

  • 12 Clovis Guyornaud (Aveney 1812-Besançon 1857), littérateur comtois, sera rédacteur de l'Album franc (...)

2121 décembre. — Hier, Pérennes m'a lu une nouvelle ballade de Guyornaud12, Le saut du Doubs. Elle m'a paru fort inférieure à celle qu'il a publiée il y a quelques semaines dans l'impartial. L'invention en est des plus communes : c'est une jeune fille qui se noyé parce que son amant, soldat de Charles le Téméraire, n'est pas arrivé à l'heure promise. La fin est assez heureuse.

2222 décembre. —L'avocat Curasson m'a communiqué le discours qu'il se propose de lire à l'Académie pour sa réception. Il veut y démontrer, et je crois qu'il a raison, que le gouvernement féodal était très convenable à l'époque où il subsistait, et que la société actuelle lui est redevable en partie de ses progrès. Ce sujet est beau sans doute, mais l'auteur ne l'a pas pris d'assez haut ; les parties n'en sont pas enchaînées et le style en est détestable. Cependant l’avocat Curasson est un homme d'esprit et de mérite ; mon Dieu qu'il est difficile d'écrire raisonnablement !

2323 décembre. — La commission chargée de la publication des documents historiques s'est assemblée pour la première fois. Elle m'a nommé son président et j'ai choisi le professeur Bourgon pour secrétaire. La première chose dont elle a dû s'occuper, c'est de la proposition Jouffroy qui ne peut être imprimée telle qu'elle est. Je l'ai renvoyée à MM. Ordinaire et Bourgon pour l'examiner et indiquer les retranchements qu'ils jugeront nécessaires. Chaque membre a été prié d'apporter à la prochaine séances ses idées sur le prospectus qu'il faut faire paraître dès le mois de janvier.

2424 décembre. — Léon Bretillot disait ce soir à la Bibliothèque : « M. de Chantrans est un homme très respectable mais il n'a pas idée de la société dans laquelle il vit. J'ai lu le dernier mémoire qu'il a présenté à l'Académie ; c'est à coup sûr l’ouvrage d'un honnête homme et d'un bon citoyen, mais il y témoigne son étonnement, qui paraîtra singulier, sur ce que l'honneur n'est plus le mobile des actions, mais l'intérêt. » Cela, c'est un fait. Reste à savoir si l'intérêt n'est pas un meilleur mobile que l'honneur.

2525 décembre. — Il est tombé depuis avant-hier une assez grande quantité de neige que l'administration n'a point fait enlever par suite du système du maire actuel qui paraît avoir abandonné la police des rues à la discrétion des citoyens. Cela n'a pas empêché la foule de se porter aux messes de minuit et, dans la journée, les églises ont été remplies comme l’on n'a pas mémoire de les avoir vues à aucune époque.

2626 décembre. — Il est tombé dans la nuit une telle quantité de neige que le courrier de Paris n'est arrivé qu'à trois heures de l'après-midi. C'est un retard de près de huit heures. Ce soir, le froid est plus vif qu'il ne l'a encore etc de la saison.

  • 13 Henri de Rotalier.

2727 décembre. — M. de Rotalier13, encouragé par le rapport fait à l'Académie sur son mémoire, se propose de pousser plus loin ses recherches et de donner une histoire complète du château de Montaigu et des seigneurs qui l'ont possédé jusqu'à sa démolition par ordre de Louis XI.

  • 14 Les Paroles d'un croyant.

2828 décembre. — M. l’archevêque a donné hier son dîner annuel aux principaux fonctionnaires. Ce sont les grands vicaires qui en ont fait les honneurs. M. l'abbé Cart avait eu la politesse de me placer près de lui, et pendant tout le temps que nous sommes restés à table, nous n'avons parlé que du dernier ouvrage de l'abbé de Lamennais14 qui fait scandale et que, par cette raison, tout le monde veut avoir lu.

2929 décembre. — Une estafette a apporté la nouvelle qu'il avait été tiré un coup de fusil sur le roi, au moment où il se rendait dans sa voiture du Palais au Corps législatif pour l'ouverture des chambres. L'assassin, dont le nom est encore inconnu, est un jeune homme de vingt-trois ans. Cette nouvelle n'a pas produit la moindre sensation.

3030 décembre. — M. D’Udressier, qui possède l'un des plus beaux cabinets de minéralogie qu'il y ait en France, s'occupe d'en faire le catalogue. Il me disait aujourd'hui qu'il est fort inquiet de ce que cette collection pourra devenir après lui. Son intention serait de la donner à la ville mais il craint que, malgré la diffusion des lumières, il n'y ait plus dans quelques années à Besançon une seule personne en état de distinguer les différentes natures de pierres et de les classer dans un ordre méthodique.

3131 décembre. L'Indicateur de Besançon ou Almanach administratif, industriel et commercial, 1ère année, librairie de Ch. Deis, in-18. Cet almanach a été rédigé par M. Droz, directeur de l'école primaire supérieure, qui s'est sans doute fait aider par M. Flajoulot pour la partie d'arts ; il n'y a que Flajoulot qui puisse parler de ses productions avec tant d'éloges et de celles des autres avec tant de dénigrement.

Notes

1 Jacques Dupont dit Trestaillon[s], portefaix, fut l'un des organisateurs en 1815 de la Terreur blanche dans le Languedoc. Béranger en perpétua la mémoire par une complainte composée après sa mort :
« Porte-faix cité dans Nîmes
» Pour sa douce piété
» D'assassin il fut traité
» Par ses brutales victimes
» Quand son bras sur tel ou tel
» Vengea le trône et l'autel. »

2 Théophile Bruand (1808-1861), fils du conseiller de préfecture Jean-Jaques Bruand, ami de Jean Gigoux qu'il accompagna en Italie, était doué pour les arts. Il devait se faire connaître par ses dessins coloriés de lépidoptères ; il appartiendra en 1840 au groupe des fondateurs de la Société d'Emulation du Doubs.

3 Sans doute l’organe de presse qui remplaça l’Univers.

4 Ou plutôt Jean Lallemand, l'un des grands commis franc-comtois au service de la maison d'Autriche, qui négocia effectivement le traite de Madrid en 1526.

5 Mathieu Buttafuoco (1730-1806) ; ce général soutint d'abord Paoli puis préconisa le ralliement de la Corse à la France ; son rôle de médiateur lui valut des accusations de trahison et motiva la lettre de Bonaparte, publiée à Dole par Joly, mais rédigée en Corse pendant un congé.

6 Il s'agit de madame Marquiset. Le registre d'état-civil de Besançon, au 11 décembre 1836, contient l'acte de décès de Marguerite-Sophie Duport des Herbeys, veuve de Jean-Laurent Marquiset, ancien magistrat et négociant, chevalier de la légion d'honneur. Elle était originaire de Strasbourg où elle était née en 1769. Domiciliée au 88 Grande Rue (les Grands-Carmes ou maison Marquiset), c'est dans sa demeure que logeait Weiss ; il logeait déjà chez les Marquiset quand ceux-ci étaient installés dans le bas de la rue Battant dans les années 1815 jusqu’en 1819. Voir Armand Marquiset, A travers ma vie, souvenirs classés et annotés par le Cte Marquiset, 1904.

7 Voir Coindre (Gaston), Mon vieux Besançon : les Demolombe étaient négociants en tissu à l'enseigne de la Fiancée.

8 Antoine-Louis-Claude, comte Déstutt de Tracy (1754-1836), philosophe français, membre de l'Institut, partisan du sensualisme. Voir plus haut à propos du beau-père de Flavien de Magnoncour.

9 Elisa Mercœur (1809-1835). Cette nantaise se révéla comme une enfant prodige de la littérature et de la poésie : La muse armoricaine.

10 Claudine-Augustine-Louise Crombach (née à Lons-le-Saunier en 1815). Elle partit en effet à Paris où elle sera nommée inspectrice de la prison Saint-Lazare. Son livre, Le jeune libéré, lui vaudra en 1840 le prix Montyon.

11 . Sans autre précision de Charles Weiss, il est difficile de préciser lequel des Cuyper lui a inspiré la comparaison parmi les maîtres de l'école flamande ou hollandaise qui portent ce nom.

12 Clovis Guyornaud (Aveney 1812-Besançon 1857), littérateur comtois, sera rédacteur de l'Album franc-comtois.

13 Henri de Rotalier.

14 Les Paroles d'un croyant.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search