Version classiqueVersion mobile

Pensée de la foule, pensée de l'inconscient

 | 
Elena Bovo

Chapitre 2

Cesare Lombroso : la force de la régression

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Grâce à L’uomo delinquente, publié pour la première fois en 18761, Cesare Lombroso divulgua amplement la théorie de la survivance ou du retour des instincts ancestraux, qui circulait déjà en Italie. Il se voulait l’élève de Taine2 et partageait avec son maître l’idée que la civilisation n’est qu’un vernis, fragile, superficiel, sous lequel s’agitent toujours, identiques à elles-mêmes, comme figées dans un éternel présent, des passions violentes, ancestrales. Cependant Lombroso, était, lui, résolument progressiste.

La civilisation, antidote à la folie

Un écrit de jeunesse : Influenza della civiltà su la pazzia e della pazzia su la civiltà

Cesare Lombroso naquit à Vérone en 1835 dans une famille juive. Son père, Aronne, était très religieux, sa mère, Zefora Levi, très imprégnée par la pensée des Lumières3, était la cousine de Davide Levi, homme politique et patriote du Risorgimento, qui influença le jeune Cesare. Lombroso, pétri de culture classique, passionné par la linguistique4, par l...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search