Version classiqueVersion mobile

Pensée de la foule, pensée de l'inconscient

 | 
Elena Bovo

Chapitre 1

Origines de la psychologie collective en France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Gabriel Tarde : l’illusion du libre arbitre

Définitions de la « psychologie collective » et de la « psychologie de la foule »1

Il est très difficile de pouvoir dire quel auteur a été à l’origine de la « psychologie collective », dont la « psychologie des foules » fait partie. Olivier Bosc, tout en considérant « poussiéreuse » « la querelle de l’antériorité »2 écrit que La folla delinquente de Sighele est, « aux yeux des historiens », « l’événement marquant le point de départ de la diffusion »3 de cette nouvelle science.

Sighele est certainement celui qui a donné une première assise scientifique à la psychologie collective en répondant à l’appel de son professeur, Enrico Ferri qui, dès 1881, en avait souhaité la naissance, affirmant qu’entre les manifestations de l’activité d’un groupe d’hommes et celles d’une société dans sa globalité existent des différences :

[…] c’est pourquoi je crois [écrit-il] qu’entre la psychologie, qui étudie l’individu, et la sociologie, qui étudie une société...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search