Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Novembre 1836

Texte intégral

11 er novembre.Agagnographie ou nouvelle méthode amusante et récréative pour apprendre en 30 leçons l'orthographe des homonymes français ; suivie d'un tableau synoptique des mots que l'on écrit de même et que l'on prononce différemment ; la seule dans ce genre, par J.-H.-M. Collombet, impr. de Reiset à Lyon, in 8° de 3 feuilles. Je soupçonne cet ouvrage d'origine franc-comtoise mais je n'en suis pas certain.

22 novembre. — Ce matin, le docteur Duvernoy est arrivé à Besançon revenant de Paris où il a passé les vacances. Je l’ai accompagné au cabinet d'histoire naturelle qu'il n'avait pas vu depuis une dizaine d’années et qu'il a trouvé fort augmenté. Il a beaucoup discuté avec Gévril sur la nature des ossements découverts jusqu'à ce jour dans le calcaire jurassique. Le docteur Duvernoy s'occupe maintenant d'un travail sur le genre musaraigne et Gévril lui a promis de lui envoyer tous les individus de cette espèce qu'il pourrait découvrir dans nos environs. Il a dû repartir cet après-midi pour Montbéliard où il s'arrêtera deux jours et reprendra ensuite avec sa famille le chemin de Strasbourg. Je lui ai demandé les thèses qui se publient dans son académie et dont les sujets sont généralement bien choisis ; il m'a renvoyé pour cet objet au bon et respectable M. Jung à qui j'en écrirai.

  • 1 François-Marie Cusenier (Arinthod 1758-Besançon 1836), docteur en médecine, fut professeur à l'Uni (...)

33 novembre. — Hier est mort dans sa campagne à Château-Farine le bon docteur Cusenier1, l'un de nos médecins les plus habiles et les plus accrédités. Il a été enterré aujourd'hui à deux heures dans le cimetière de Saint-Ferjeux, en présence d'un concours de peuple qui sans doute aurait été plus grand sans le mauvais temps. L'Académie perd en lui un de ses membres les plus instruits dans les sciences d'observation, mais depuis longtemps, il n'assistait plus aux séances et par conséquent ne prenait plus aucune part à ses travaux.

  • 2 Victor Ladey était, comme Prosper Lorain, professeur de droit à la Faculté de Dijon et, avec lui, (...)

44 novembre. — Hier sont venus fraterniser avec nous les députés de la littérature bourguignonne, MM. Lorain et Ladey2, rédacteurs de la Revue des Deux Bourgognes. Instruits de leur arrivée, nous avions fait préparer chez Migeon un dîner auquel avaient etc conviés les principaux membres de l'Académie. Mais ces messieurs, que nous n'attendions qu'à six heures, arrivés deux heures plus tôt mourant de faim, s'étaient mis à table et ils en sortaient quand nous sommes allés les chercher. Ils n'ont donc figuré que pour la forme au repas que nous espérions leur offrir. Pérennès leur a porté une santé. Viancin a, suivant sa coutume, fait les honneurs au dessert par quelques chansons. Ils sont partis ce matin avec le professeur Bugnet pour Bolandoz, mais ils seront de retour dimanche prochain et nous leur avons assigné un rendez-vous dans le même local.

55 novembre. — MM. de Circourt repartent pour Paris où ils vont passer l’hiver. Adolphe est reparti ce matin avec sa femme ; Albert, dans quelques jours. Il m'avait promis une nouvelle pour le prochain numéro de la Revue, mais il s'est excusé de ne l'avoir point faite sur ce qu'il n'avait pas pu disposer d'un seul moment, la dernière quinzaine qu’il a passée à Gézier. Il viendra dîner demain avec les dijonnais qui n’ont pas dû trop s'amuser à Bolandoz car le vent et la pluie, ou plutôt la tempête qui dure depuis deux jours, ne leur aura pas permis de mettre le pied hors de la chambre ni même la tête à la fenêtre.

66 novembre. —Nos voyageurs dijonnais sont revenus, ainsi qu’ils l'avaient promis, pour dîner avec les collaborateurs de la Revue bourguignonne. Il manquait quelques-uns des premiers convives, mais il s'en est retrouvé d'autres en sorte que nous étions une douzaine. Au dessert, Viancin a fêté la présence de nos hôtes par une chanson à peu près improvisée ; mais on lui a su gré de l'intention, et elle a été applaudie comme si elle eût été excellente. En tout le dîner a été gai, et nous nous sommes quittés tous très contents.

77 novembre.Les vilains et les contrebandiers, chronique jurassienne du Moyen Age, par Bonvalot ; impr. de Boyer à Lagny, deux vol. in 8°.

88 novembre. — Il est question d’introduire dans notre bonne ville l'éclairage au gaz. Alphonse Marquiset vient de présenter à l'autorité une demande pour être autorisé à former une fabrique de gaz et à faire placer des conduites pour le distribuer dans les différents quartiers.

99 novembre. — Nous sommes en train d'essayer des nouveautés <comme> disent les adeptes du progrès : le marquis de Sainte-Croix vient de lancer dans le public son mémoire sur le bateau remorqueur qu'il propose de substituer sur le canal au halage par les chevaux, en prouvant que cette méthode offre, avec une grande économie, plus de célérité pour le transport des marchandises.

1010 novembre. — Hier, M. de Vienne m'a remis, pour l'insérer dans la Revue deux articles qu'il a composés des souvenirs de sa première jeunesse ; il a 86 ans, ses souvenirs datent donc que d'hier, mais comme il a de l'esprit, de la grâce et que je connaissais de lui différents morceaux écrits d'une manière très agréable, j'ai vanté sa coopération à la Revue comme une bonne fortune, mais il nous a fallu bientôt décompter. Après dîner, Ladey m'a dit de lire devant un petit cercle le morceau de M. de Vienne, et je n'ai pas été peu surpris de n'y pas trouver une seule idée ; des lieux communs mal exprimés et rien de plus. Que faire ? Impossible d'imprimer une telle platitude, impossible d'affliger un homme aussi respectable. J'ai pensé que le recteur pourrait nous tirer d'embarras. Nous sommes donc allés le voir aujourd'hui dans sa campagne pour lui conter notre peine, et nous lui avons laissé le malencontreux manuscrit qu’il a promis de restituer à l'auteur avec tous les ménagements convenables pour ne point blesser son amour-propre.

1111 novembre. — Lorain et Ladey sont repartis à midi pour Dijon, assez contents, je le suppose, de leur voyage et nous, très satisfaits d'avoir fait la connaissance personnelle d'hommes aussi spirituels que chaleureux. Pendant leur séjour à Besançon, ils ont logé chez le conseiller Clerc, l'un de leurs plus chers camarades d'école et dîné chez M. Varin et chez M. Béchet. M. de Magnoncour, après leur avoir fait les honneurs de ses collections, leur a offert un déjeuner et les a conduits à la pointe la plus élevée de Montfaucon, que l'on appelle le Signal, d'où l'on découvre un horizon immense. Le recteur a témoigné le regret de n'avoir pas pu les posséder à sa table et le préfet les a accueillis de la manière la plus cordiale. Je désire vivement que ce premier voyage les mette en goût d'en faire d'autres.

1212 novembre. — Le professeur Bugnet a repris aujourd'hui le chemin de Paris. Il était arrivé depuis deux jours, et il a témoigné sa surprise de retrouver ses anciens élèves au dîner que Béchet lui avait offert. C'est un très honnête homme que Bugnet, mais un terrible logicien. Il est revenu hier à dîner chez Lancrenon, sur les motifs de sa brouillerie avec Jouffroy, et il en a parlé avec la même vivacité que si l'événement avait eu lieu depuis huit jours. On ne peut donc pas espérer entre deux hommes si faits pour s'estimer un rapprochement que Jouffroy d'ailleurs ne voudrait sans doute pas plus que Bugnet. Il me disait hier à table que ses opinions politiques étaient toujours les mêmes. Je lui ai répondu : « Tant pis, parce que cela prouve que vous ne faites nul compte des leçons qu'apportent l’âge et l'expérience. »

1313 novembre. — M. Pérennès m'a lu hier des vers d'un de ses élèves qui annoncent du talent. Il se nomme Guillemard et demeure rue Battant. Envoyé par son père à Paris pour y suivre les cours de droit, il a quitté brusquement l'école pour entrer au séminaire de Saint-Sulpice. Le régime de la maison ne lui a pas convenu, et il est revenu depuis quelque temps à Besançon pour y rétablir dans sa famille sa santé gravement altérée. C'est depuis son retour qu'il s'est essayé dans l'art si difficile des vers. Son début est une ballade sur le château d'Oliferne, sujet traité en prose par Mme Tercy dans les Chroniques franc-comtoises. Cette pièce n'est pas sans défaut mais, comme on l'a dit, elle ne peut être l'ouvrage que d'un homme de talent. Il fait maintenant une tragédie tirée également de nos chroniques. Pérennès, qui en a lu le premier acte, m’a dit qu'à des longueurs près, il en était fort content.

1414 novembre. — Jouffroy vient de terminer la traduction de Reid. Le premier volume, attendu depuis quatre ans, vient enfin de paraître avec une préface dont quelques traits pourraient bien n'être pas du goût de Cousin. L’éloquent interprète de Platon ne se pique pas d’être toujours clair, et Jouffroy a pris la liberté de lui dire que les conséquences du système qu’il a pris aux Allemands conduisaient à l’absurde. Gare la réplique !

1515 novembre. — J'ai reçu les cadeaux de X. Marmier, des sagas d’Islande et des minéraux pour notre cabinet d'histoire naturelle. Le maire ne peut manquer de lui écrire une lettre de remerciement.

1616 novembre. — Ce soir après-dîner, Flavien va prendre sur la table une lampe en terre sur laquelle est figurée une tête de bœuf ; il me la montre en me demandant comment je la trouve. Je lui réponds : « Fort belle. » Il se retourne alors vers sa femme et lui dit : « Marie, cela vous ferait-il de la peine si je donnais cette lampe ? » Sur la réponse qu'elle n'y tient pas le moins du monde, il dit au préfet assis près de moi : « M. le préfet, faites-moi le plaisir de l'accepter. » Cela ressemblait tellement à une mystification que je n’ai pu m'empêcher de laisser passer mon dépit. J'en suis fâché maintenant, mais la chose est faite et il en arrivera ce qui pourra.

1717 novembre. — Hier a eu lieu la rentrée de la Faculté des Lettres. M. Génisset, en sa qualité de doyen, a prononcé une allocution aux élèves dont il me parlait il y a quelques jours et qui lui a coûté beaucoup à rédiger. Le pauvre doyen baisse prodigieusement, et, ce qu'il y a de pis, c'est qu'il est le premier à s'en apercevoir. Il a perdu pendant les vacances une dent dont l'absence donne à sa prononciation quelque chose de sifflant. Sa vue baisse au point qu'il ne peut plus lire à la lumière. Toutes ces remarques qu'il est forcé de faire l'affligent profondément, et cela me fait craindre que nous ne perdions bientôt cet excellent homme.

1818 novembre. — Aujourd'hui, Maire m'a fait remettre les douze premières médailles du cardinal de Rohan. La Monnaie n'a pas pu lui en fournir un plus grand nombre pour le moment, parce qu'elle est occupée exclusivement à la frappe des pièces de 5 et de 10 centimes dont on annonce une prochaine émission.

  • 3 On écrit plutôt Dominique Parrenin (Le Russcy 1665-Pékin 1741) ; le missionnaire jésuite, parti en (...)

1919 novembre. — M. l'abbé Verdot, curé du Russey, m'a fait passer un mémoire contenant des recherches historiques sur la partie des montagnes qu'il habite. Il me consulte en même temps sur le projet qu'il aurait de publier les lettres du P. Parenin3 éparses dans le Recueil des lettres édifiantes, et précédées d'une notice sur le célèbre missionnaire. M. Verdot est, comme on le voit, plein de zèle et je crois qu'il mérite d'être encouragé. Si son mémoire est intéressant, je proposerai à l'Académie de lui décerner une médaille et de lui faire écrire par le secrétaire perpétuel.

  • 4 Après avoir servi Napoléon, Simon Bernard avait été relevé de son commandement sous la Restauratio (...)

2020 novembre. — Le général Bernard, ministre de la guerre, m'a envoyé pour la Bibliothèque, l’ouvrage de son aide de camp, le major Poussin4, sur les travaux exécutés récemment aux Etats-Unis, avec une lettre très affectueuse dans laquelle, en qualité de franc-comtois, il me loue de mon zèle pour les intérêts de la province.

2121 novembre. — Le roi Charles X est mort, le 6 de ce mois, à Goritz, presque subitement. A ce sujet, les nobles ou ceux qui prétendent à l'être, ont pris le deuil. Mais telle est aujourd'hui la raison publique à Besançon que personne n'a eu l'air de prendre garde à la multiplicité des habits noirs. Il n'y a plus de mérite à se montrer de l'opposition dans une ville où l'on peut, sans risque, manifester ses opinions comme on l’entend.

2222 novembre. — Fête de Sainte-Cécile. L'association philharmonique a fait célébrer à la cathédrale une messe de Hummel. L'archevêque, qui l'a prise enfin sous son patronage, y a assisté sur son trône pontifical d’où il a donné la bénédiction.

  • 5 L'ouvrage ne fut enregistré par Weiss sur la liste des achats de la Bibliothèque que le 13 février (...)

2323 novembre. — J'ai reçu de MM. Debure pour la Bibliothèque le British Mineralogy de Sowerby5 qui nous coûtera 700 fr. Je n'ai jamais eu d'ouvrage aussi cher d'une exécution plus médiocre ; mais il a fallu le faire venir de Londres pour satisfaire à l'impatience de nos géologues. Dieu leur en donne bon profit pour leur instruction et pour l'utilité du pays.

2424 novembre. — Séance de rentrée de l'Académie. J'y ai lu la proposition de Jouffroy de publier sous le patronage de l'Académie le Recueil des documents inédits sur l'histoire de la province. La proposition accueillie à l'unanimité, l'exécution en a été renvoyée à une commission qui fera son rapport dans quinze jours.

2525 novembre. — Mon ami Alexandre de Saint-Juan, dont la passion pour les vers n'a pas été jusqu'ici très heureuse, est venu me réciter une épître à son cousin de Gannay, officier de l'Etat-major du duc d'Angoulême en Espagne. Cette épître, composée il y a maintenant plus de dix ans, est ce qu'il a fait de mieux très certainement, mais comme elle a perdu le mérite de l’à-propos, le meilleur conseil qu'on pourrait lui donner serait de la garder en portefeuille.

2626 novembre. L'Impartial contient un article très remarquable pour le fond et pour le style de notre jeune Belamy. Lui, musicien et compositeur, prend la liberté grande de se moquer de nos prétendus virtuoses qui jugent du mérite des maîtres et leur assignent une place, quoiqu'ils soient hors d'état de comprendre leurs œuvres et même de les lire. Ou je me trompe ou cet article qu'il a signé doit faire du scandale parmi nos philharmoniens qui n'ont pas organisé de soirées musicales pour cet hiver, en souvenir de l'innocente caricature publiée sur eux l’année dernière.

  • 6 L'abbé François-Xavier Talbert (1728-1803), chanoine de l'église métropolitaine de Besançon, avait (...)

2727 novembre. — Hippolyte Bidal est venu me communiquer le travail qu'il a fait sur l'ancien Saint-Suaire de Besançon. Il suppose qu'en 1754 les chanoines furent convoqués par l'archevêque de Grammont pour discuter sur l'authenticité de cette relique et que, sur l'invitation du prélat, le théologal Bailly et l'abbé de Talbert6 donnèrent, le premier toutes les raisons qui pouvaient faire croire à sa réalité et le second, toutes celles qui en démontraient la fausseté. Je crois, en effet, qu'il y eut, à peu près à l'époque indiquée par Bidal, une discussion sur le Saint-Suaire et que des raisons de politique engagèrent à le conserver. Mais il est impossible que les choses se soient passées comme le suppose le jeune auteur, avec les vues et les idées du xixème siècle. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour le détourner de travailler sur un sujet qui ne peut que rappeler la chanson bouffonne chantée par son père en plein théâtre pendant la Révolution sur le précieux petit béni Saint-Suaire ; mais toutes mes remontrances n'ont pu le convaincre qu'il se faisait tort, et je crois que son œuvre, fort médiocre sur le point de vue littéraire, paraîtra le mois prochain.

2828 novembre. La Esmeralda, opéra en 4 actes de Victor Hugo, représenté le 14 novembre sur le théâtre de l'Opéra à Paris, in 8°.

2929 novembre. — M. Ed. Clerc poursuit avec activité ses recherches sur les antiquités de la province ; il en a déjà recueilli de nombreux fragments qu'il se propose de lithographier lui-même et de publier avec des explications.

3030 novembre. — Victor Le Rebours m'écrit de Paris de faire annoncer dans l'impartial qu'il travaille en ce moment à un ouvrage sur les Antiquités du Nord dont les premières livraisons ne tarderont pas à paraître.

Notes

1 François-Marie Cusenier (Arinthod 1758-Besançon 1836), docteur en médecine, fut professeur à l'Université et membre de l'Académie de Besançon.

2 Victor Ladey était, comme Prosper Lorain, professeur de droit à la Faculté de Dijon et, avec lui, rédacteur de la Revue des Deux Bourgognes.

3 On écrit plutôt Dominique Parrenin (Le Russcy 1665-Pékin 1741) ; le missionnaire jésuite, parti en Chine en 1698 comme l'un des mathématiciens de Louis XIV, y entra au service de l'empereur pour qui il traduisit plusieurs ouvrages européens.

4 Après avoir servi Napoléon, Simon Bernard avait été relevé de son commandement sous la Restauration ; il demanda à se réfugier aux Etats-Unis où, dans les services du génie, il dirigea de nombreux travaux de fortification ; il élabora les projets du canal de navigation qui joint le Potomac et l'Ohio et ceux d'un canal à travers les Florides. L'ouvrage adressé à Weiss est celui du major Guillaume-Tell Poussin de La Vallée ; il est à la Bibliothèque municipale de Besançon avec ce titre : Travaux d'améliorations intérieures projetées ou exécutées par le gouvernement général des Etats-Unis d'Amérique de 1824 à 1831, Paris, 1834, in 4° avec un atlas in folio.

5 L'ouvrage ne fut enregistré par Weiss sur la liste des achats de la Bibliothèque que le 13 février 1837 : James Sowerby, British Mineralogy, 7 vol. in 8°, fig. coloriées, Londres 1804. L'auteur, artiste et naturaliste anglais (Lambeth 1757–1822) était connu en particulier pour ses planches coloriées de fleurs.

6 L'abbé François-Xavier Talbert (1728-1803), chanoine de l'église métropolitaine de Besançon, avait été parmi les membres fondateurs de l'Académie de la ville et appartint à la commission de travail chargée de l'histoire ecclésiastique. Il est, en 1777, membre de la loge de la Sincérité. En 1754 il avait présenté à l'Académie de Dijon un discours sur l'Origine de l'inégalité qui lui permit de l'emporter sur Jean-Jacques Rousseau.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search