Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Octobre 1836

Texte intégral

  • 1 L'hôtel avait été retouché en 1789 pour le marquis de Rosières, président au parlement de Besançon (...)
  • 2 Les Hauser étaient marchands de toile et d'indienne (Annuaire de Doubs).

11 er octobre. — En suivant ce matin la rue Saint-Vincent, je faisais la remarque que la Providence avait placé bien près l'un de l'autre le berceau de M. Droz et celui de M. Damoiseau, deux des contemporains qui font le plus honneur à notre ville. Dans la journée, M. Droz est venu me voir à la Bibliothèque et je lui ai fait part de mes réflexions. Alors il m'a dit qu’il était né, non dans la rue Saint-Vincent où son père avait une maison, mais dans l'ancien hôtel de MM. de Rosières1 rue des Chambrettes, qui appartient aujourd’hui à des négociants, MM. Hauser2.

22 octobre. — C'est demain que commencent les vendanges. Depuis un mois, le temps n'a pas cessé d'être à la pluie ; les raisins pourrissent sur les ceps plutôt qu'ils ne mûrissent. La récolte sera, dit-on, abondante mais de mauvaise qualité.

33 octobre. — La livraison de septembre de la Revue des Deux Bourgognes n'a été distribuée qu'aujourd'hui. Ce retard, qui provient en partie de l'absence des principaux collaborateurs, ne doit pas se renouveler souvent. Cette livraison contient la notice du professeur Bourgon sur la colonne miliaire découverte assez récemment près de Pontarlier avec une jolie lithographie de Wager, jeune dessinateur qui paraît avoir de bonnes dispositions.

44 octobre. — Eugène Demesmay m'a envoyé une pièce de vers à Victor Hugo, qu’il croit supérieure à sa ballade sur Beauregard. Après l'avoir lue, je suis de son avis, et je la joindrai au premier envoi que je me propose de faire à la Revue pour la livraison d'octobre.

  • 3 On écrit plutôt Ducaurroy (Journal 1835, note 35).

55 octobre. — Bugnet vient de renvoyer à Paris M. Ducauroy3 dont il n'est rien moins que satisfait. Homme de cœur, il ne peut pas comprendre la sécheresse de son collègue qui n'a pas, dans un mois, trouvé le moindre mot obligeant à dire aux personnes qui le comblaient de prévenances, ni le moindre sentiment d’admiration pour les beautés naturelles qui lui ont passé sous les yeux. Mais il est plus mécontent encore, s'il est possible, de Melle Ducauroy, jeune poupée gracieuse et jolie, mais aussi sèche que son père, qui regarde le mariage comme un bon coup à faire dans la vie et qui n'ouvre la bouche que pour ricaner. Le voilà donc fort en colère contre les Parisiens et dans son courroux, il a juré de n'en plus ramener jamais en Franche-Comté.

  • 4 On peut trouver à la Bibliothèque municipale de Besançon, dans un « Recueil de pièces sur le canal (...)

66 octobre. — Sainte-Croix m'a communiqué ce matin les épreuves de son mémoire sur le remorqueur4. Je n'ai vu de ma vie un pareil ragoût ; et je crois, maintenant, qu'il n'a fait que mettre son nom à la tête de différents ouvrages dont il se déclare fauteur. Mais il est excellent garçon ; il m’a beaucoup remercié de ma critique et m’a laissé le maître de faire à son mémoire tous les changements que je croirais convenables. Je l'ai refait d'un bout à l'autre et c’est à quoi j’ai employé ma journée.

  • 5 Laurent-François Feuillet (Paris 1771–1843), bibliographe et bibliothécaire de l'Institut à qui We (...)

77 octobre. — M. Droz, avec qui j'ai dîné chez le recteur, se propose, s'il peut jamais reprendre la plume, de payer un tribut à la mémoire de M. Courvoisier en écrivant l'histoire de son court mais remarquable ministère, sujet pour lequel il a seul tous les matériaux. Il voudrait que l'Académie de Besançon donnât le titre de correspondants à MM. Feuillet5, bibliothécaire, et Quérard, membre de l'Institut, pour les témoignages d’intérêt qu'ils ont prodigués constamment à Fallot. Ce désir de M. Droz sera, je n'en doute pas, une loi pour l'Académie et je me suis chargé de présenter à la rentrée les deux candidats qu'il a désignés.

  • 6 Francisco Suarez (1548-1617), théologien espagnol de la Compagnie de Jésus qui enseigna au collège (...)
  • 7 Sans doute Pierre-Ignace-Alexis Ardin (1749-1830) qui mourut curé de Saint-Pierre, et membre de l' (...)

88 octobre. — Ce n'est pas sans une grande surprise que j'ai vu hier matin entrer dans ma chambre un prêtre portant sous son bras un long sac noir, qui m'a dit : « Je me nomme l'abbé de Reverseau et je suis jésuite. » Comme j'étais assez pressé de besogne, j'ai prié M. l'abbé de vouloir bien m'expliquer le plus succinctement possible le motif de sa visite, n'ayant que la matinée à moi pour travailler, ajoutant que d'ailleurs je pourrais lui consacrer une partie de mon après-midi. M. de Reverseau, tout en s’excusant de me dérober un temps précieux, m'a répondu qu'il venait de Dole exprès pour me demander quelques éclaircissements sur l'article du P. Suarez6 dans la Biographie où il se trouve quelques détails sur lesquels il n'était pas d'accord avec moi. « Il se peut très bien, lui ai-je dit, que je me sois trompé, faute de bien connaître les règles de la Société ; mais si vous le jugez, nécessaire, vous pouvez me réfuter sans que je le trouve mauvais. » La conversation engagée, tout en continuant de s'excuser, M. de Reverseau m'a tenu jusqu'à l'heure du déjeuner. Il est revenu l'après-midi à la Bibliothèque où il est resté jusqu'à la nuit pour me demander des explications sur l'emploi des majuscules ou des caractères italiques, s'interrompant pour me parler de la Société, de ses progrès, de son but. Ce matin il est encore revenu dans ma chambre pour prendre mes commissions. Enfin nous nous sommes séparés les meilleurs amis du monde. Le P. de Reverseau a de l'esprit, de la finesse, de l'usage du monde. Il va publier une vie de Suarez avec un opuscule sur la Société ; il est à la recherche des notes du P. Ardin7 sur les écrivains de la Compagnie. Il m'a demandé la permission de m'écrire. Nous le verrons venir.

99 octobre. — Jouffroy est arrivé depuis avant-hier. Son voyage d'Italie lui avait fait du bien ; mais son séjour aux Pontets, beaucoup trop prolongé, a de nouveau compromis sa santé. Il se propose de passer ici quelques jours avant de retourner à Paris ; il ne reprendra pas son cours l'hiver prochain et même il est probable qu’il n'ira que rarement à la Chambre, ne pouvant pas parler sans souffrir beaucoup.

1010 octobre. — J'ai dîné hier avec Jouffroy chez Béchet. C'est un homme si aimable, il a tant de ressources dans l'esprit qu'il nous a fait passer la soirée la plus agréable. J'ai eu beaucoup de plaisir surtout à lui entendre raconter les impressions qu'il avait éprouvées en parcourant l'emplacement de la Rome ancienne qu'entoure de tous côtés la ville nouvelle. Mais par une transition naturelle, en partant d'Italie nous sommes arrivés à l'article que Foisset a donné sur une excursion récente dans la Lombardie. Jouffroy en a été très mécontent ; il le trouve tranchant et ridicule, à la hauteur ni plus ni moins de la Revue de Paris. Dans son indignation contre le malencontreux article, il a juré de ne jamais écrire une ligne dans la Revue des Deux Bourgognes, et j’en suis d’autant plus fâché que, comme il est très entier dans ses opinions, il pourrait très bien tenir parole. De la Bourgogne, nous sommes venus à notre province puis à l'arrondissement de Besançon et Jouffroy m'a dit très sérieusement qu'il était étonné que notre Académie n’ait pas encore songé à s'associer Gigoux, l’un des plus grands peintres coloristes de l'école actuelle. Je lui ai répondu que, malgré mon estime pour Gigoux, nous ne le recevrions pas parce qu'il était trop ridicule ; mais que s'il faisait une proposition formelle et signée, on délibérerait. Là-dessus, il s'est échauffé plus qu'il ne convient à sa philosophie et à son état de santé en sorte que nous nous sommes quittés avec quelque aigreur l'un contre l'autre.

  • 8 Jean-Baptiste-Honoré-Raymond Capefigue (Marseille 1802–Paris 1872), publiciste français ; après de (...)

1111 octobre. — Je me hâtais d’achever ma correspondance qui me prend de jour en jour plus de temps, lorsque j’ai reçu la visite d'un fort joli jeune homme qui m'a dit tout entrant : « Je me nomme Capefigue8, je pars dans quelques heures pour la Suisse et je ne voudrais pas traverser Besançon sans jeter un coup d'œil sur les Mémoires de Granvelle dont j'ai beaucoup parlé dans mes ouvrages sans les avoir jamais vus. » Quoique Jouffroy m'attendît pour déjeuner, il n'y avait pas moyen de ne pas conduire sur-le-champ M. Capefigue à la Bibliothèque. Arrivé là : « Donnez-moi, me dit-il, les mémoires du cardinal et allez déjeuner. Les conservateurs sont ordinairement des dragons qui ne perdent pas de vue leurs trésors, mais traitez-moi sans façon et avec confiance. » Que faire ? J'étais assez embarrassé ; je m'avisai de lui envoyer le portier puis M. Duvernoy pour lui faire compagnie pendant mon absence. Le déjeuner fini, j'ai ramené la commission Granvelle à la Bibliothèque où nous avons retrouvé M. Capefigue feuilletant et notant au crayon sur un carnet les pièces remarquables qui lui passaient sous les yeux. Il allait si vite qu'il a eu terminé son inventaire en même temps que noue séance finissait. Je me suis offert alors à lui servir de cicerone et je l'ai accompagné successivement à la mairie, à la préfecture, à Saint-Jean, à Saint-Pierre puis à son hôtel où il lui tardait d'arriver. Chemin faisant, il m'a dit qu'il allait en Suisse avec une mission du gouvernement pour tâcher de réconcilier les deux pays. Il m’a parlé de ses ouvrages dont je n'ai jamais lu un seul, comme si je les connaissais, m'a dit qu'avant lui, il n'y avait pas d'histoire de France, qu'après avoir terminé son histoire de la Ligue, il donnerait le Siècle de Louis XIV, puis celui de Charlemagne, et ensuite d'autres ouvrages pleins d’érudition et d'intérêt. A propos de l'obus qui, pendant le blocus de Besançon, vint briser la lettre N devant la façade de l'hôtel de ville, il m'a dit qu'il croyait aux présages, aux augures, aux auspices, etc. Mais au total, si je puis juger M. Capefigue, c’est un homme d'esprit qui a le travail facile et qui s'approprie facilement ce qu'il voit et ce qu'il entend, tirant parti de tout. D'ailleurs, il m'a paru content de ma politesse, m'a embrassé en me quittant, m'engageant fort à l'aller voir à mon premier voyage à Paris.

1212 octobre. — Le préfet a donné à dîner à Jouffroy et aux autres députés du département qui se trouvent en ce moment à Besançon, MM. Clément et de Magnoncour. Malgré le désir qu'il avait montré d'éviter toutes les réunions, il n'a pu se dispenser d'assister à une fête préparée pour lui. La soirée a été aussi nombreuse et aussi brillante que possible dans une saison où tout le monde est à la campagne. M. Bourgon, ancien député, était revenu de la sienne pour ce dîner. Après le dîner, Jouffroy, fatigué de la conversation à laquelle il avait été forcé de prendre part, a pris le parti de la retraite et si je ne l'ai précédé, je l'ai du moins suivi de bien près. Il part après-demain pour Paris par le courrier, sauf à s'arrêter en route s’il se trouve plus incommodé ; mais il ne reprendra pas son cours à la Sorbonne cette année et même il est probable qu'il reviendra passer la belle saison en Franche-Comté, s'il ne retourne pas en Italie.

1313 octobre. — Ce matin est arrivé de Pontarlier la fâcheuse nouvelle de la mort de la mère de Jouffroy, qu'il avait quittée il y a quelques jours en assez bonne santé. Personne n'osait la lui annoncer. M. le conseiller Bourgon s'est chargé de l’y préparer et puis Béchet lui a remis la lettre qui contenait les détails. Depuis cet instant, je ne l’ai pas quitté jusqu'à neuf heures du soir où nous l’avons forcé de se mettre au lit pour prendre un peu de repos dont il avait le plus grand besoin.

14 Conseils aux femmes ou moyen de les préserver et de les guérir de la leucorrhée par le docteur Guyetand, Paris, imprimerie de Vinchon, in-12.

15 L'Echo du sanctuaire, par Adrien Beuque, 2ème édition, in-18, imprimerie de Desgrée à Sceaux.

1614 octobre. — J'ai passé toute ma journée avec Jouffroy. Dans l'après-midi, il m'a lu quelques-unes des lettres qu'il écrivait d'Italie à Dubois et qu'il ne lui a pas adressées pour ne pas le surcharger de frais de port. Elles sont écrites avec une verve étonnante, au courant de la plume, presque sans rature, et je ne doute pas qu’elles n'aient un grand succès, s'il se résoud à les publier, comme je lui en ai donné le conseil. Les lettres sur la vallée du Clitumne et sur Cortone sont deux chefs-d'œuvre. Dans la soirée, Jouffroy m'a donné quelques détails très curieux qu'il se propose de donner à M. Guizot sur l'indigne conduite de Champollion-Figeac avec Rosellini qui publie en Italie les antiquités égyptiennes.

  • 9 Pierre-Aimé Lair (Caen 1769-1853), agronome et philanthrope, auteur d'un Essai sur les combustions (...)
  • 10 Lavigne, restaurateur du vallon de la Mouillère où les bisontins venaient jouer aux quilles, tirer (...)

1715 octobre. — M. Lair9, secrétaire de l’Académie de Caen et l'un des hommes que j'aurais été le plus curieux de voir, s'est présenté ce matin dans ma chambre et à la Bibliothèque sans me rencontrer. J'étais retourné dès les neuf heures près de mon ami Jouffroy, que l'absence de Béchet laissait seul. Je ne l'ai quitté qu'un instant après-midi pour aller faire un tour à la Bibliothèque et il n’a pas tardé de m’y joindre pour aller faire un tour de promenade hors de la ville. Nous avons fait un petit dîner champêtre chez Lavigne10. Le temps était magnifique. Il n’aurait tenu qu’à nous de nous croire en Italie tant l’air était chaud et le ciel pur. Nous sommes cependant rentrés de fort bonne heure. C’est la seconde fois depuis le commencement des vacances que je fais une promenade.

1816 octobre. — Jouffroy est parti ce matin avec Béchet pour Quingey où sa femme doit le rejoindre demain. J'ai passé tout l'après-midi dans ma chambre à travailler ; malheureusement, j'y ai été relancé par Albert de Circourt qui se trouvait en disposition de causer et qui m'a fait perdre beaucoup de temps. Je n'ai pas revu M. Lair et je ne fais que de me reprocher de ne l'avoir pas cherché dans les hôtels de la ville où j'aurais fini par le trouver.

1917 octobre. — On parlait ces jours derniers devant l'avocat Maurice de l'habitude de lire la plume à la main. « C'est comme moi, dit-il, je ne lis jamais autrement ; encore hier, j'ai lu de celle manière Le Chemin de traverse de Jules Janin. » Il ne me paraît guère possible de pousser plus loin la naïveté.

2018 octobre. — Un des fils de Duronzier qui remporta, il y a quelques années, un demi-prix à l'Académie pour un mémoire qu'il fallut refaire en entier lorsqu'il s'agit de l'imprimer et qui n'en est guère meilleur, est aujourd'hui curé à Frotey près de Vesoul. Comme la plupart des prêtres, il ne se borne pas à réciter son bréviaire ou à prêcher ses paroissiens le dimanche ; il trouve encore le temps de travailler et il le fait, dit-on, avec fruit. Il a trouvé une méthode au moyen de laquelle il apprend dans un mois les éléments d'une langue de manière à pouvoir lire, à l'aide sans doute d'un dictionnaire, tous les ouvrages qui lui tombent dans les mains. Il en possède déjà cinq ou six des plus usuelles, et maintenant il étudie l'hébreu. Il a trouvé de même un système pour l'étude de la philosophie plus simple que ceux qui sont en usage dans les académies, et par conséquent plus propre à faciliter les progrès des élèves.

2119 octobre. — Jouffroy est parti par le courrier pour Paris. Il doit voir à son arrivée M. Guizot et lui recommander d'une manière très pressante les intérêts de la province. Nous avons formé le projet de publier sous le titre d'Archives et Documents inédits un recueil de pièces relatives à notre histoire. Il s'est chargé de trouver des souscriptions à ce recueil ainsi qu'à la Galerie franc-comtoise dont il est enthousiasmé.

2220 octobre. — Ce soir, j'ai reçu la visite de M. Chifflet qui venait, avant son départ pour Paris, régler son compte avec moi pour les diverses souscriptions auxquelles je lui ai démontré qu'il était de son honneur de prendre part. C'est bien décidément un sot à prétentions et un hâbleur.

2321 octobre. —Le proviseur, M. Huart, de retour depuis quelques jours, s'est empressé conformément à la décision du conseil de l'Université, de faire afficher la rentrée des classes au collège. Mais une décision du conseil peut bien forcer les professeurs de se rendre à leur poste parce que leur négligence pourrait être punie, mais les écoliers, c'est autre chose. Il faudra plusieurs années avant que l’on puisse les faire rentrer avant l'époque ordinaire de la réouverture des classes. Le jour de l'ouverture des cours, il y en avait une quinzaine au plus dans la cour du collège, dont huit ou dix pensionnaires qui n'avaient pas profité des vacances à cause de l'éloignement de leurs familles.

  • 11 La maison Guillaume occupait l’emplacement de l’ancienne commanderie du Temple, devenue propriété (...)

2422 octobre. — On parle beaucoup aujourd'hui de faillites considérables qui sont sur le point d'éclater sur notre place. Parmi les négociants les plus gênés, on cite un marchand de vin, nommé Guillaume, qui vient de faire bâtir une maison magnifique sur le terrain de l'hôtel de Malte11, place Dauphine. Suivant le bruit public, la faillite ne s'élèvera pas à moins d’un million. M. de Vienne s'y trouve, dit-on, pour cent mille francs.

  • 12 Peut-être cette très grosse maison qui fait face à Factuelle passerelle de Tarragnoz ?

2523 octobre. — Les bruits de faillites prochaines se soutiennent et font l'objet unique des conversations. Au sieur Guillaume que ses constructions ont mis à la gêne, il faut joindre le sieur Jourdan, patron d'un des bateaux du canal, qui a bâti une grande maison dans le prolongement de la rue Neuve12. Ceci pourrait bien ralentir la manie de constructions qui s’était emparée des habitants de Besançon, ou du moins les déterminer à bâtir des maisons plus simples, et par conséquent plus faciles à louer.

2624 octobre.Abrégé de la grammaire française par demandes et réponses par F.-A. Boichard, impr. de Gomet à Besançon, in-12. Cet ouvrage, destiné comme on le voit aux commençants, est défiguré par des fautes d'impression si nombreuses que l'erratum remplit plusieurs pages. L'auteur a eu la fantaisie de faire adopter son livre par les écoles primaires, mais je ne pense pas qu'il en vienne à bout.

2725 octobre. — M. de Magnoncour a donné aujourd'hui un grand dîner à l'Académie. M. le conseiller Bourgon est revenu de la campagne exprès pour assister à cette réunion, mais son zèle n'a pas trouvé beaucoup d'imitateurs ; Viancin et Lancrenon, M. de Boulot, l'avocat général Maurice, Béchet se sont excusés ou ne sont pas venus. Le dîner, d'ailleurs magnifique, s'est senti de la rareté des convives. Il aurait été plus animé s'il n'y eut pas eu tant de places vides. Ce peu d’empressement a dû blesser M. de Magnoncour qui devait s'attendre à plus de complaisance de la part de ses nouveaux collègues.

  • 13 Ou Collard (Jean-Baptiste).

2826 octobre. Traité sur l'hygiène et la médecine des bains russes et orientaux, par C. Lambert, médecin consultant. Besançon, impr. de L. Lambert, frère de l'auteur, in 8°. Le médecin Lambert est de Baume ; c'est un jeune homme qui ne manque pas de talent. Le docteur Colard13, qui n'est jamais content de rien, parle avec éloge de cet ouvrage.

  • 14 Bibl. mun. de Besançon, manuscrit 1158 (Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiqu (...)
  • 15 Pierre-Hubert Humbert (1687-1776).

2927 octobre. — J'ai acquis aujourd'hui pour la Bibliothèque un beau manuscrit sur vélin. C’est le poème de Voerthusius14 à la louange de Charles-Quint, dédié par fauteur au cardinal de Granvelle. L’exemplaire est celui du cardinal dont les armes sont sur l'une des couvertures. Ce beau volume avait passé je ne sais comment entre les mains de M. Humbert15, supérieur de la mission de Beaupré, mort il y a soixante ans. Les livres qu'il avait laissés ont été, pendant la Révolution, entassés dans un grenier et c'est là que notre manuscrit a été découvert par un de ses neveux, qui me l'a vendu cent francs, sous la condition que je dirai qu’il me l'a donné, ce qui n'est guère possible à moins que je ne tire ces cent francs de ma poche. Quoi qu'il en soit, je suis bien aise de l'avoir.

  • 16 Dans une lettre datée du 23 décembre 1831, Charles Nodier, écrivant à Weiss sur les profits ou les (...)
  • 17 Jean-Félicissime Adry (né en 1818), bibliothécaire d'origine bourguignonne, auteur d'éditions anno (...)

3028 octobre. — Mottelez16 le bibliophile, ou plutôt le marchand de livres rares, est venu me voir à la Bibliothèque. Il vient de faire cinq à six cents lieues pour acheter des manuscrits dont il possède, à ce qu'il m’a dit, une assez belle collection, et retourne à la hâte à Paris pour assister aux ventes qui doivent avoir lieu dans les premiers jours de novembre. Personne, à ce qu'il prétend, n'a jamais eu autant d'elzévirs qu'il en a réunis. Son projet serait de voir publier l'histoire de ces célèbres imprimeurs et dans ce but, il a rassemblé des matériaux plus nombreux que jamais n'en ont eu les Adry, les Bérard17 et les autres bibliographes.

3129 octobre. — J'ai reçu une lettre de Marinier, arrivé depuis quelques jours à Paris de son voyage d'Islande. Il travaille en ce moment à un ouvrage sur la littérature de ce pays qu'il se propose de publier dans le courant de l'hiver.

3230 octobre. — Le thermomètre est tombé aujourd'hui à zéro. La bise était très froide, et, vers le soir, il a neigé. Voilà deux années de suite que l'hiver commence de bonne heure.

  • 18 Jacques-Charles-Louis de Clinchamp de Malfilâtre (Caen 1733-Paris 1767), poète qui vécut le plus s (...)

3331 octobre. — M. Droz est reparti pour Paris aussitôt que sa femme s'est trouvée en état de supporter la voiture. Mais, avant son départ, il a eu la complaisance de recommander fortement au recteur le jeune Richard-Baudin qui, presque aussi pauvre que Malfilâtre18, fait des vers que ne désavoueraient pas les meilleurs poètes de l'époque. M. Ordinaire m'a écrit ce matin qu'il venait de nommer provisoirement M. Richard-Baudin régent de seconde et de troisième au collège de Lure, avec mille francs appointements et le logement. C'est une véritable fortune pour ce pauvre jeune homme qui doit se mettre en route après-demain pour sa destination.

Notes

1 L'hôtel avait été retouché en 1789 pour le marquis de Rosières, président au parlement de Besançon, dans la rue Pasteur (Estavoyer et Gavignet, Besançon, ses rues, ses maisons).

2 Les Hauser étaient marchands de toile et d'indienne (Annuaire de Doubs).

3 On écrit plutôt Ducaurroy (Journal 1835, note 35).

4 On peut trouver à la Bibliothèque municipale de Besançon, dans un « Recueil de pièces sur le canal du Rhône au Rhin », in 8°, d.-rel., le Mémoire sur l'établissement de remorqueurs à cônes sur le canal du Rhône au Rhin par Félix Renouard, marquis de Sainte-Croix, avec une planche.

5 Laurent-François Feuillet (Paris 1771–1843), bibliographe et bibliothécaire de l'Institut à qui Weiss rendait de fréquentes visites lors de ses séjours parisiens (Journal, I, pp. 395, 405, 409, 417).

6 Francisco Suarez (1548-1617), théologien espagnol de la Compagnie de Jésus qui enseigna au collège romain puis à Alcala, Salamanque et Coîmbra, et rédigea de nombreux ouvrages théologiques, en particulier des commentaires sur la Somme de Saint-Thomas (1590-1603).

7 Sans doute Pierre-Ignace-Alexis Ardin (1749-1830) qui mourut curé de Saint-Pierre, et membre de l'Académie de Besançon où il publie en 1820 « De l'utilité des sociétés littéraires ».

8 Jean-Baptiste-Honoré-Raymond Capefigue (Marseille 1802–Paris 1872), publiciste français ; après des études de droit et à l'Ecole des chartes, il se consacra au journalisme, collaborant à différents journaux et revues (Le Temps, le Courrier français, la Gazette de France, etc.) Il publia aussi des travaux historiques souvent bâclés et gâtés par les opinions personnelles de l'auteur en faveur de l'absolutisme et de l'intolérance religieuse.

9 Pierre-Aimé Lair (Caen 1769-1853), agronome et philanthrope, auteur d'un Essai sur les combustions humaines produites par un long abus des liqueurs spiritueuses (1800).

10 Lavigne, restaurateur du vallon de la Mouillère où les bisontins venaient jouer aux quilles, tirer au pistolet et dîner... (Coindre, Mon vieux Besançon).

11 La maison Guillaume occupait l’emplacement de l’ancienne commanderie du Temple, devenue propriété de l’ordre de Malte après la chute des Templiers. Il n’en subsiste aujourd’hui, 92 rue des Granges, à l’entrée de la place Jean-Cornet (ancienne place Dauphine) qu’un petit bâtiment (L. Estavoyer et J.-P. Gavignet, Besançon, ses rues, ses maisons, p. 93-94).

12 Peut-être cette très grosse maison qui fait face à Factuelle passerelle de Tarragnoz ?

13 Ou Collard (Jean-Baptiste).

14 Bibl. mun. de Besançon, manuscrit 1158 (Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques... Départements, xxxii : Besançon, t. i, p. 803 : Panégyrique en sept livres de Charles-Quint assimilé à Charlemagne. xvième siècle, écriture très soignée sur Vélin, 57 feuillets ; portrait de Charles-Quint à la plume daté de 1561 au fol. 5 v°. La reliure, aujourd’hui délabrée, était une œuvre d’art : en satin rouge imprimé d’or avec motif de portail abritant un phénix et ayant pour couronnement d’une part les armoiries de Charles Quint avec sa devise « Plus ultra », de l’autre celle du cardinal de Granvelle avec sa devise « Durate ». Jean Vocrthusius, prévôt de l'église de Deventer et chanoine d'Utrecht, était mort en 1565.

15 Pierre-Hubert Humbert (1687-1776).

16 Dans une lettre datée du 23 décembre 1831, Charles Nodier, écrivant à Weiss sur les profits ou les affaires réalisées par les vendeurs de livres, s'exprime ainsi : « Mottelez, qui ne savait pas ce que c'était qu'un livre, et qui avait tout perdu à la bourse, à 14.000 frs près, a ramassé de la même manière et sur mes conseils, plus de cinquante mille écus et une bibliothèque qui ne vaut guère moins. » Correspondance inédite de Ch. Nodier publiée par Estignard, Paris : lettre cxiv.

17 Jean-Félicissime Adry (né en 1818), bibliothécaire d'origine bourguignonne, auteur d'éditions annotées de Boccace, La Fontaine et d'une notice sur les Elzévirs. Auguste-Simon-Louis Bérard (1783-1859), d'une famille protestante de Provence, publia en 1822 un Essai bibliographique sur les éditions des Elzévir.

18 Jacques-Charles-Louis de Clinchamp de Malfilâtre (Caen 1733-Paris 1767), poète qui vécut le plus souvent dans la gêne.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search