Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Septembre 1836

Texte intégral

11 er septembre. — Henri de Rotalier, arrivant de sa campagne où il est depuis deux mois, m'a communiqué la première partie de sa dissertation sur le château de Montaigu. Il me semble qu'il prouve très bien que le château, dont il n'existe presque plus de vestiges, remonte à l'occupation de notre province par les légions romaines ; mais la digression sur l’origine de la noblesse, quoique savante, est beaucoup trop longue et ne se rattache pas assez à son sujet pour qu'on puisse l'excuser. Je lui ai conseillé de la retrancher impitoyablement, mais il n'a pas eu la force d'y consentir. Toutefois, il est convenu que sa dissertation ne serait point envoyée à la Revue où elle figurerait mal, mais que je la garderai pour en faire lecture à l’Académie à la rentrée.

  • 1 Bernard-Gabriel-Edouard Clerc (Besançon 1801–Chilly 1881), lauréat de l'Académie de Besançon pour (...)

22 septembre. — M. Edouard Clerc1, le lauréat de l’Académie, poursuit avec une ardeur très louable ses recherches sur les antiquités de la province. Il est venu me proposer d'organiser une société archéologique qui se chargerait de diriger des fouilles dont le produit serait pour le musée de la ville. Ce projet est beau sans doute ; mais en songeant à la difficulté de tirer un peu d’argent de nos riches compatriotes pour des objets d’une utilité plus incontestable, je doute qu'on parvienne jamais à l'exécuter.

  • 2 Cette cloche est ignorée par l’abbé Boiteux, “Les vieilles cloches du Doubs”, Almanach Barbizier, (...)
  • 3 Victor Baille.

33 septembre. — La paroisse de Belvoir possède une cloche qui doit être la plus ancienne du diocèse2. Elle est ornée de bas-reliefs représentant les principaux mystères ; et l’inscription dont le jeune Baille3, l'architecte, m'a communiqué le fac simile, porte qu'elle a été fondue sous l'épiscopat de Vitalis qui remplissait le siège de Besançon dans les premières années du xivème siècle.

  • 4 Félix Renouard, marquis de Sainte-Croix.

44 septembre. — Le marquis Félix de Sainte-Croix4 est à Besançon depuis quelques jours. Il y est venu pour travailler plus tranquillement à un grand ouvrage qui l'occupe depuis longtemps, mais il ne serait pas fâché d'utiliser son voyage en tirant de nos manuscrits de Granvelle quelques morceaux qu'il a promis à l'Institut historique, mais qu'il ne tient pas encore.

55 septembre. — Le Recueil des arrêts de la Cour royale de Besançon, dont la nomination du rédacteur, M. Ferd. Bourqueney, à la place de président de chambre avait interrompu la publication, va se continuer. Il en paraîtra six cahiers par an. Les deux premiers sont en vente chez Deis. Les rédacteurs sont des avocats stagiaires que je ne connais pas encore, mais il est impossible qu'ils puissent garder longtemps l’anonyme.

66 septembre. — Le professeur Bugnet, arrivant de Paris, était de grand matin à la porte de ma chambre avec son collègue M. Ducaurroy pour m’inviter à déjeuner. Quelque pressé que je fusse de besogne, je ne pouvais guère me défendre d’accepter une invitation faite d’une manière si amicale. J’étais d’ailleurs bien aise de me retrouver avec M. Ducaurroy, homme d’esprit et de cœur que j’avais eu l’occasion de voir à Paris, chez M. Bugnet, et dont il me restait un bon souvenir. Le déjeuner a été des plus agréables pour moi par la tournure qu’a prise la conversation, semée d’anecdotes piquantes sur les grands personnages du jour et dont j’espère bien faire mon profit quelque jour.

  • 5 Alexandre-César-Victor-Charles Destutt, marquis de Tracy (1781-1864), qui sera ministre de la mari (...)

77 septembre. — J’ai dîné chez M. de Magnoncour avec son beau-père, M. Victor de Tracy5, arrivé hier au soir pour être parrain de son enfant. C'est un homme très aimable, plein d'esprit, qui parle d'une manière fort agréable et qui, j'en suis sûr, a dû être content de moi, car je l'ai écouté avec une attention soutenue. Ses opinions sont les miennes sur le véritable patriotisme, sur la décentralisation, sur la nécessité d'encourager la culture des arts dans les départements, enfin sur tous les points. Il doit rester à Besançon une dizaine de jours et je me promets bien de le voir le plus souvent qu'il me sera possible.

  • 6 Celle de la soie que devaient alimenter les mûriers plantés sur la commune de Saint-Ferjeux.

88 septembre. — On doit faire mention de la plantation de mûriers que M. Alphonse Marquiset fait en ce moment à Saint-Ferjeux. Cette plantation, la plus considérable de ce genre qu'on ait jamais vue dans la province peut, si elle réussit, la doter d'une nouvelle branche d'industrie fort importante6.

99 septembre. — Le jeune Baille, de retour de Paris, en a rapporté des tableaux de sa composition qui seront, à dater de lundi prochain, exposés à l'Ecole de dessin dans la salle des antiques. Nous attendrons, avant d'en parler, de connaître le jugement des amateurs et des artistes qui ne peut que leur être très favorable.

  • 7 Anne-François Tercy (1775-1841), auteur dramatique et homme de lettres de Lons-le-Saunier. C'est g (...)

1010 septembre. — M. Gindre de Mancy, de Lons-le-Saunier, élève de Tercy7, m'a fait la galanterie de m'adresser sa notice sur Rouget de Lisle avec une lettre très polie dans laquelle il m'invite à me charger de l'article de cet illustre compatriote pour le supplément de la Biographie.

  • 8 Etienne-Claude Delvincourt (1762-1831) avait été en 1819 doyen de la Faculté de Droit de Paris, en (...)

1111 septembre. — J'ai reçu de M. Ducaurroy, actuellement à Bolandoz, des notes fort curieuses sur l'article de Delvincourt8, mais il me sera difficile de les insérer en totalité dans un article qui, d'après le peu d'importance du personnage, doit nécessairement être assez court.

1212 septembre. Tables écliptiques des satellites de Jupiter, d'après la théorie de ses attractions mutuelles et les constantes déduites des observations, par le baron de Damoiseau, publiées par le Bureau des longitudes, in 4°, imprimerie de Bachelier à Paris.

1313 septembre. — J'ai reçu la visite de M. Guillemardet qui m'était adressé de Strasbourg par mon ami Fargeau. C'est un jeune homme d'une trentaine d'années au plus, qui m'a semblé très instruit en archéologie mais qu'une santé délicate force à de grands ménagements. Vraiment poli, je me loue surtout de la discrétion qu'il a mise à rendre aussi courte que possible sa visite à la Bibliothèque, tandis que nos oisifs prolongent les leurs au point de ne pas me laisser un instant dans tout l’après-midi.

  • 9 On écrit plutôt Synesios. A côté de Collombet, un deuxième traducteur oublié par Weiss : J.-F. Gré (...)

1414 septembre. — Hymnes de Synesius9, évêque de Ptolémaïs, traduits du grec en français avec le texte en regard par F.-Z. Collombet, Lyon, imprimerie de Rossari, in 8°.

  • 10 Selon l’Annuaire du Doubs de 1836, Charleuf, 8 rue de la Vieille-Monnaie, est contrôleur des contr (...)

1515 septembre. — M. Charleuf10, beau-frère du professeur Bourgon, m’a remis quelques médailles trouvées récemment à Mandeure et le dessin à la plume qu'il a tracé de l'amphithéâtre et qu'il prétend plus exact que tous ceux que l'on a lithographiés jusqu'ici.

1616 septembre. — M. Droz, directeur de notre école supérieure, vient de rédiger un précis de l'histoire de Besançon, qui lui a été demandé par un de nos libraires pour le placer en tête d'un indicateur, sorte d'ouvrage nécessaire aux étrangers et qu'ils réclament depuis longtemps. Ce précis a été rédigé de mémoire, sur une lecture superficielle d'une ancienne chronique dont les manuscrits sont très connus dans la province ; d'après cela, je ne puis assez m'étonner qu'il y ait si peu d’erreurs. J’ai signalé les principales à M. Droz qui va refondre son travail d’après mes observations et qui me paraît très en état de le rendre à la fois utile et agréable.

  • 11 Jacques Champollion, dit Champollion-Figeac (Figeac 1778-Fontainebleau 1867), archéologue, frère d (...)

1717 septembre. —J’ai reçu dans l'après-midi la visite de M. Perron, dont j'ai récemment annoncé un ouvrage vraiment remarquable. C'est un homme de trente ans, d’une jolie figure, mais un peu fatigué. Il repart ce soir pour Nancy d'où il doit se rendre à Paris reprendre ses travaux littéraires. Depuis deux ans, il était employé à déchiffrer les manuscrits de la Bibliothèque royale ; mais Champollion-Figeac11, dont il parle comme d'un sot, vient de le faire comprendre dans la réduction des employés à ce travail. Cette réduction, d'après M. Perron, tombe précisément sur les six employés les plus intelligents, mais qui, pour cette raison-là même, devaient déplaire à un homme incapable et jaloux de toute espèce de mérite.

  • 12 Frédéric-Charles-Jean, baron de Gingins-La Sarraz, érudit suisse du canton de Vaud, dont la Biblio (...)

1818 septembre. — Dans l'après-midi d'hier, M. de Gingins12, revenu des eaux de Plombières où il était allé pour essayer si les bains calmeraient les vertiges auxquels il est sujet depuis quelques années, s'est présenté à la Bibliothèque dont je lui ai fait les honneurs de mon mieux. Je lui ai trouvé l'air et les manières les plus distingués ; mais il a contracté l'habitude de parler très haut et je ne serais pas étonné qu'il n'en ressentît de temps en temps beaucoup de fatigue. Plein de zèle pour les recherches historiques, il m'a généreusement offert de me communiquer tous les documents relatifs à notre province qui sont consignés dans les archives assez nombreuses du pays de Vaud, du canton de Berne et du Valais. Il est maintenant occupé d'un travail sur la manière dont les Bourguignons se sont établis dans les Gaules, et il a passé dix heures aujourd'hui à la Bibliothèque pour lire et faire des extraits des manuscrits de Perreciot relatifs à son travail.

  • 13 Varasque : pagus Varascum, Varais, dont le chef-lieu était Baume. Scutgindus : au xiième siècle, e (...)

1919 septembre. — M. de Gingins était ce matin à la Bibliothèque avant huit heures, et il a continué les extraits avec le frère de sa femme qui lui sert de secrétaire, copiant les passages qu'il lui désigne, tandis qu'il transcrit de son côté tout ce qu'il a trouvé de curieux. Je suis de plus en plus étonné de son érudition vraiment germanique. Personne, je pense, avant lui, n'a si bien connu la division de la Séquanie en cantons ou pagi, avec leurs subdivisions. D'après les noms de ces cantons, il indique ceux que les Bourguignons ont occupés à leur arrivée dans le pays et ceux que les Romains ont continué d'habiter. Varasque, Scutgindus et Alsgaudia étaient bourguignons ; Port et Amous, romains. Suivant lui, le canton d'Amous a tiré son nom d'Homousiani, consubstantiel, par opposition aux Ruins ou Ariens qui habitaient le val de Salins13. Cette étymologie, qui m’avait d'abord révolté, me paraît maintenant, non seulement impérieuse, mais très plausible. Il me présentait ce soir l'histoire de Théodoric comme un des plus beaux sujets qui restent à traiter, en m'indiquant les bibliothèques où l'on trouverait des matériaux pour la composer. C'est grand dommage qu'il fût tard, car il y avait plaisir et profit à causer avec un homme aussi profondément instruit.

  • 14 L’Impartial du 21 septembre 1836 signale le passage de cette princesse, sœur du roi de Saxe, sur l (...)

2020 septembre. — La grande-duchesse douairière de Toscane est arrivée aujourd'hui avec ses deux nièces ; elle traverse la France pour retourner en Italie parce que le choléra qui fait de grands ravages dans le Tyrol ne lui a pas permis de prendre la route d'Innsbrück. Elle est descendue à l'hôtel de France où, pour peu qu'elle aime ses aises, elle n'a pas dû être très satisfaite. Avant le dîner, elle a visité la Citadelle, Saint-Jean et l'Arc de triomphe. Madame de Circourt, informée de l'arrivée de la princesse, est venue de sa campagne pour lui faire sa cour et a eu l'honneur de passer avec elle une bonne partie de la soirée. Les nièces de la grande-duchesse ne sont pas très jolies, mais elles ont de l'esprit et de l'instruction. L'une d'elles a même composé quelques pièces qui ont été jouées avec succès sur le théâtre de Dresde14.

2121 septembre. — La grande-duchesse a voulu visiter notre hôpital avant son départ. Le docteur Pécot, averti par Madame de Circourt du désir de la princesse, s’est trouvé à l'hôpital pour la recevoir et l'accompagner dans les différentes parties de l'établissement qu'elle a vues avec le plus grand détail. La princesse a souhaité entendre la messe à Saint-Pierre ; elle est remontée en voiture à neuf heures du matin.

2222 septembre. — Pour la première fois depuis le commencement des vacances, j’ai pu profiter d'une belle journée pour aller à la promenade. Pérennès est venu m'arracher au travail. Nous avons été jusqu'à Beure en suivant le chemin de halage. Dans le chemin, il m’a lu le chapitre de l'ouvrage qu'il a sous presse, dans lequel il traite de Beure : j'en ai été très content.

2323 septembre. — Depuis quatre jours, le jeune bibliothécaire de <Beaune>, M. Ed. [... ?...], s'est établi dans notre Bibliothèque pour y faire des recherches sur les éditions du xvème siècle dont il possède des exemplaires. Il part demain pour Genève où il va continuer ses recherches.

2424 septembre. — Le général Bernard vient de rentrer au ministère de la guerre. Il est probable que cette fois il aura pris les mesures pour y rester plus de trois jours. Les journaux recommencent les attaques contre lui en l'accusant d'être partisan des forts détachés.

2525 septembre. Une position délicate, comédie-vaudeville en un acte par de Bernard, représentée sur le théâtre du Gymnase dramatique le 18 juin 1836, in 8°. Imprimerie de Chassaignon à Paris. J'ai lu cette pièce qui m'a paru très jolie, et je ne puis concevoir comment je ne l'ai pas mentionnée plus tôt dans mes tablettes.

2626 septembre. — L'abbé Receveur est ici depuis hier, toujours mécontent et avec raison des obstacles que M. Cousin apporte à sa nomination de professeur en titre à la Sorbonne. Par suite de sa position incertaine, il s'est vu forcé d'ajourner tout ouvrage de longue haleine pour se livrer à la littérature industrielle qui se compose de feuilletons et d'articles dans les compilations alphabétiques qui se reproduisent sous mille titres différents. Il n’a donc rien fait cette année que de donner son nom à sept ou huit entreprises telles que l'Encyclopédie projective, le Cours d'études théologiques, etc.

2727 septembre. — Les grandes illustrations franc-comtoises se sont apparemment donné rendez-vous à Besançon. Ce matin est arrivé M. Clément, le député, et, plus tard, M. Droz, de l'Académie française, qui revient de Genève où il a conduit sa femme, assez gravement malade, pour consulter les célébrités médicales. J'ai déjà vu M. Clément que j’ai rencontré par hasard au moment où je mettais le pied dans la rue. Quant à M. Droz, il était trop tard pour me présenter chez lui quand j'ai su son arrivée.

  • 15 Joseph-Marie Quérard (1797-1865), auteur, de 1827 à 1842, d'une bibliographie en 10 volumes des éc (...)

2828 septembre. — J'ai vu M. Droz ce matin ; je l'ai trouvé tel à peu près que je l’avais laissé il y a trois ans à Paris. C'est un vert vieillard sous le rapport des idées ; le physique n'y règne pas autant que je le désirerais ainsi que tous ceux qui le connaissent, mais c'est un mal sans remède. Il m'a parlé de Fallot dont la mort est un des plus vifs chagrins qu'il ait éprouvés depuis longtemps. Il le regardait comme très propre à devenir promptement le chef de la colonie franc-comtoise que la pension Suard doit former nécessairement à Paris. Sous ce rapport, c'est une perte presque irréparable qu'a faite notre pauvre province. Ses manuscrits sont entre les mains de Quérard15, de l'Académie des Inscriptions, mais M. Droz ne pense pas qu’il y en ait aucun dans le cas d'être imprimé. M. Droz m'a promis sa visite pour demain à la Bibliothèque.

2929 septembre. — M. Droz n'est pas venu parce que sa femme est tombée malade assez gravement. Je m'étais rendu pour l'attendre à la Bibliothèque, quand j'y ai vu arriver un persan, que la nouveauté de son costume faisait suivre de tous les enfants du quartier. L'habitude qu'il paraît avoir de produire dans toutes les villes le même effet l'y rendait absolument impassible. Notre persan, que l'on m'a dit l'ambassadeur du shah, ce que je ne crois pas, ne se donne pas pour un savant, quoiqu'il parle assez facilement le français, l'italien et l'anglais. Il a passé près de deux heures à examiner avec beaucoup de curiosité les différents volumes que j'ai fait passer sous ses yeux. Il parle peu, de bon sens et, quoiqu'il ne m’ait rien dit de très remarquable, je serais bien étonné d'apprendre que ce n’est qu'un sot.

3030 septembre. — Flavien m'a lu la première partie de son mémoire contre la colonisation d'Alger. Il y a des raisons qui m'ont paru fort bonnes et qu'il serait, je crois, très difficile de réfuter complètement. Son style, quelquefois incorrect, est celui d'un homme du monde qui sent sa position sociale naturelle, facile et très indépendante.

Notes

1 Bernard-Gabriel-Edouard Clerc (Besançon 1801–Chilly 1881), lauréat de l'Académie de Besançon pour sa Dissertation sur les ouvrages historiques de Dunod, était appelé à une grand notoriété comme historien. Ce président de chambre à la cour d'appel de Besançon devait être correspondant du ministère de l'Instruction publique pour les travaux historiques, lauréat de l'Académie des Inscriptions. Ses principaux ouvrages sont une Description de la Franche-Comté romaine (1847) et un Essai sur l'histoire de la Franche-Comté en deux volumes (1840-1846). Il sera associé de l'Académie de Besançon en 1837.

2 Cette cloche est ignorée par l’abbé Boiteux, “Les vieilles cloches du Doubs”, Almanach Barbizier, 1948, p. 148-152, qui n'en cite aucune aussi ancienne.

3 Victor Baille.

4 Félix Renouard, marquis de Sainte-Croix.

5 Alexandre-César-Victor-Charles Destutt, marquis de Tracy (1781-1864), qui sera ministre de la marine dans le premier ministère du prince-président. Fils du philosophe académicien, il se montra défenseur de la liberté et protesta contre le coup d’Etat du 2 décembre après lequel il se retira de la vie politique. On a de lui des Lettres sur l'agriculture, 1857.

6 Celle de la soie que devaient alimenter les mûriers plantés sur la commune de Saint-Ferjeux.

7 Anne-François Tercy (1775-1841), auteur dramatique et homme de lettres de Lons-le-Saunier. C'est grâce à lui, qui était alors secrétaire général de l'Intendance en Illyrie, que Nodier obtint en 1813 sa place de bibliothécaire de la ville de Laybach et ses fonctions de directeur du Télégraphe illyrien. Il épousa Françoise-Cécile, dite Fanny, Messageot, la demi-sœur de Madame Charles Nodier. Weiss ne manque pas de signaler ses œuvres (Journal, t. I).

8 Etienne-Claude Delvincourt (1762-1831) avait été en 1819 doyen de la Faculté de Droit de Paris, en 1824 membre du conseil de l'Instruction publique.

9 On écrit plutôt Synesios. A côté de Collombet, un deuxième traducteur oublié par Weiss : J.-F. Grégoire.

10 Selon l’Annuaire du Doubs de 1836, Charleuf, 8 rue de la Vieille-Monnaie, est contrôleur des contributions directes pour les cantons de Quingey, Boussières et Audeux.

11 Jacques Champollion, dit Champollion-Figeac (Figeac 1778-Fontainebleau 1867), archéologue, frère de l'égyptologue. C'est comme conservateur des manuscrits de la bibliothèque royale qu'il décida du sort de J.-F. Perron, son employé. Il eut le mérite de faire publier les ouvrages les plus importants de son frère après la mort de celui-ci en 1832.

12 Frédéric-Charles-Jean, baron de Gingins-La Sarraz, érudit suisse du canton de Vaud, dont la Bibliothèque de Besançon possède quelques ouvrages : Essai historique sur la souveraineté du Lyonnais au xème siècle, 1836, et Essai sur l'établissement des Burgunden dans la Gaule et sur le partage des terres entr'eux et les regnicoles. Impr. royale, 105 p., 1 cart. lithogr. (extrait des Mém. de l'Académie de Turin, xl-293, dont le baron était correspondant).

13 Varasque : pagus Varascum, Varais, dont le chef-lieu était Baume. Scutgindus : au xiième siècle, en franc-comtois, le pays d'Escuens. Alsgaudia : Ajoie, autour de Mandeure. Ariens : Ariani (Hæriani). Pour l'intelligence de ce passage, voir l'ouvrage cité dans la note précédente. Le débat n'est pas clos : voir Jeannin (Yves), “Le pagus d’Ajoie à l’époque mérovingienne”, Soc. Emulation Montbéliard, 1966.

14 L’Impartial du 21 septembre 1836 signale le passage de cette princesse, sœur du roi de Saxe, sur la route de Dresde à Marseille.

15 Joseph-Marie Quérard (1797-1865), auteur, de 1827 à 1842, d'une bibliographie en 10 volumes des écrivains français du xviiième et du xixe siècle, La France littéraire, et plus tard, entre 1847 et 1853, des fameuses Supercheries littéraires.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search