Desktop versionMobile Version

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Juillet 1836

Volltext

11 er juillet. — M. Sauzet, ministre de la justice, m’a fait l'honneur de m'écrire qu'il prend vingt médailles de M. Courvoisier.

22 juillet. — C'est aujourd'hui qu'a été mis en vente l'Annuaire de M. Laurens pour 1836. On voit qu’il accomplit à la lettre le précepte de travailler lentement.

33 juillet. — Il y a eu un Te Deum à la cathédrale pour remercier Dieu d'avoir sauvé le roi. Toutes les autorités y ont assisté, même le préfet qui, souffrant depuis quelque temps, doit partir dans la soirée pour les eaux de Luxeuil.

44 juillet. La Seine et ses bords par Charles Nodier, in 8°, imprimerie d'Everat à Paris. L'ouvrage, proposé par souscription, se composera de 14 livraisons contenant quarante-huit vues.

  • 1 Désiré Monnier. Voir Journal, 25 août.

55 juillet. — L'Académie a commencé l'examen des ouvrages envoyés au concours. Un mémoire sur les traditions franc-comtoises, dont il est impossible de ne pas connaître l'auteur1 puisqu'il y a intercalé l'un de ses ouvrages imprimés sur le culte des fées et les esprits dans la Comté, occupe la commission depuis trois jours. Jamais on a poussé plus loin les recherches et l'érudition, mais aussi l'esprit de système et le goût des étymologies bizarres. Qui croirait par exemple que notre Dame Verte n'est autre chose que Erte, la terre, et que c'est à Maia qu'il faut remonter pour retrouver le mariage, la mère, la mamelle comme le mois de mai auquel elle préside, enfin l'origine des maires ou mayeurs ?

  • 2 Jean-François Perron (Broye-lès-Pesmes 1804–Paris 1880) avait enseigné au collège de Nancy avant d (...)

66 juillet. — M. Perron2, de Broye-lès-Pesmes, est un des jeunes franc-comtois qui paraissent destinés à soutenir l’honneur du pays. Il se destinait d'abord à l'état ecclésiastique mais, après la mort du cardinal de Rohan, il a quitté le séminaire pour entrer dans l'enseignement et a presque aussitôt obtenu la chaire de philosophie au collège de Nancy. Sur le rapport des inspecteurs, M. Guizot l'a fait venir l'année dernière à Paris pour travailler au dépouillement des documents historiques, et il y est encore dans ce moment. Deux ouvrages dont l'un intitulé : Les Rêves d’un sceptique, in 8°, qu'il publia peu de temps après les Paroles d'un croyant de M. de La Mennais, montrent un talent distingué comme écrivain. Je tiens ces détails de M. Girard, secrétaire de l'archevêché.

77 juillet. — En parcourant un numéro de la Revue de Paris, je suis touché par un article de M. Gravier qui se termine par une menace aux propriétaires de leur prendre une portion de leur fortune s'ils ne s’engagent de la partager avec les gens de lettres. Tous ces écrivassiers avec plus ou moins de talent sont la véritable plaie de l'époque, et je disais au conseiller Bourgon que ce serait rendre un grand service à la société que de trouver le moyen d'en diminuer le nombre. L'Académie cherche en ce moment des sujets de prix à proposer au concours ; la question suivante mériterait peut-être de trouver place dans son programme : indiquer les moyens de favoriser les progrès des lettres et des arts en restreignant le plus possible le nombre des littérateurs et des artistes ou soi-disant tels. Il m'a dit qu'il se chargerait volontiers de faire cette proposition.

88 juillet. — J'ai reçu ce matin la triste nouvelle de la mort de Gustave Fallot. Je venais de lui écrire et de fermer ma lettre, au moment où m'est arrivé le billet de Ravenel qui m'annonce ce déplorable accident. Il n'a pas été malade plus de trois ou quatre jours et ni lui, ni ses amis, ni son médecin, n’ont pas un seul instant eu l'idée qu'il y avait le moindre danger. Il laisse un travail fort avancé sur la littérature slave dont il avait fait depuis quelques années son étude spéciale. C'est une grande perte pour la science et pour le pays que la mort de ce jeune homme, mais ç'en est une bien plus grande encore pour moi qui mettais en lui toutes mes espérances. Quel vide je vais trouver à Paris si j'y retourne jamais.

99 juillet. — J'ai reçu une nouvelle lettre de Ravenel plus détaillée que la première. Fallot est mort mardi 5 juillet. Le samedi précédent, il s’était trouvé mal disposé. Le lendemain il garda le lit et envoya chercher un médecin qui reconnut les symptômes de la rougeole, maladie qui n'offre aucun danger dans la saison actuelle. Le lundi dans la soirée, il eut un peu le délire comme le médecin l'avait annoncé. Ses amis le quittèrent assez tard mais pleinement rassurés sur l'issue de la maladie, et à cinq heures du matin, il n'existait plus. Fallot n'avait que 29 ans, étant né au mois de novembre 1807 ; il y a une dizaine d’années que j'en fis la connaissance par hasard. A ma recommandation, il fut reçu chez les Gauthier, imprimeurs, qui l'employèrent à la révision des Vies des Saints de Godescard et à rassembler les matériaux pour une nouvelle édition du Dictionnaire de Feller. Ses appointements furent fixés à 1.200 fr., et comme il était très économe il sut se ménager cinq à six cents francs pour faire le voyage de Paris où il se rendit après la fameuse révolution de 1830. Je le fis employer chez Michaud qui le payait très mal et qu'il quitta si tôt qu'il eut d'autres ressources. Admis pensionnaire à l'Ecole des chartes, je lui fis accorder un secours de la ville de Besançon et il obtint la pension Suard dont il a joui trois années. Pendant ce temps-là, ses dispositions lui firent des amis qui le poussèrent. Il dut à la protection de M. Droz la place de sous-bibliothécaire à l'Institut et M. Guizot l'avait nommé secrétaire de la commission des documents historiques. Sa place était marquée à l'Académie des Inscriptions, etc...

1010 juillet. — Mon ami Jouffroy est arrivé aux Pontets, où il passera probablement quelque temps pour se reposer de son voyage en Italie. On dit que sa santé s’est fortifiée. Cette nouvelle est arrivée de Jougne au préfet qui l'a fait insérer dans l'impartial.

1111 juillet. Du démon de Socrate, spécimen d'une application de la science psychologique à l'histoire par F. Lélut, in 8°, imprimerie d'Henry à Paris.

12 Essai sur l’éducation et principalement sur celle des sourds et muets par M. Désiré Ordinaire, in 8°, imprimerie de Lottier de Saint-Germain à Paris.

13 Introduction philosophique à l'histoire générale de la religion par Fr. Perron, in 8°, imprimerie de Dupont à Paris.

  • 3 Gaspard Gresly (L'Isle-sur-le-Doubs 1712-Besançon 1756), né de parents suisses, l'un des petits ma (...)

1412 juillet. — Le musée de la ville a fait l'acquisition de cinq nouveaux tableaux, dont deux petites batailles attribuées à notre Borgognone et deux jolis Gresly3 l'un desquels est signé de ce maître peu connu, même dans notre province dont il est l'ornement, si ce n'est de quelques vieux amateurs.

1513 juillet. — L’abaissement des eaux dans cette saison a permis de commencer les fondations du nouveau pont de Bregille. On travaille en ce moment à piloter les assises des piles mais avec assez peu d'activité pour être certain que les entrepreneurs n'ont pas l'intention de devancer l'époque où ils se sont engagés d'en livrer le passage au public.

  • 4 Ce monument funéraire, en forme d'obélisque selon le goût de l'époque napoléonienne, est décrit da (...)

1614 juillet. — Mon ami Joliet, de Dijon, est ici depuis avant-hier. Nous avons visité ce matin le cimetière que je n'avais pas vu depuis longtemps et qui continue à se remplir de monuments ; le tombeau pyramidal élevé par la garde nationale à son colonel, le baron Maire, m'a semblé très remarquable4. Il a été construit sur les dessins de l'architecte Vieille, mais je ne connais pas le sculpteur qui a fait les bas-reliefs.

1715 juillet. — Une ordonnance du roi approuve les plans et devis pour le rélargissement de la ruelle Baron, qui va devenir une communication très importante entre la Grande Rue et la rue des Granges.

1816 juillet. — Francis Conscience m'écrit de faire les démarches nécessaires pour décider la ville à faire les frais d’une exposition de tableaux. Ce n'est pas une chose facile puisque la ville manque même d'un local pour les expositions de ce genre.

1917 juillet. — Le Journal des débats de vendredi dernier contient une notice très intéressante sur le pauvre Fallot avec le discours prononcé sur sa tombe par son oncle le pasteur Cuvier.

2018 juillet. — Les inspecteurs généraux de l'Université sont arrivés. Le bon Frédéric Cuvier m'attendait ce matin à la Bibliothèque pour m'embrasser. Nous avons échangé quelques mots sur le pauvre Fallot, dont il a appris la mort depuis qu'il est en tournée. Il m'a promis de me donner quelques-uns des moments dont il pourra disposer.

2119 juillet. Réponse d'un curé franc-comtois à la lettre des administrateurs et rédacteurs de la Bibliothèque ecclésiastique, in 8° de 12 pages, Besançon, Gauthier. Cette lettre est de M. Gousset, cousin de l’évêque de Périgueux.

2220 juillet. — Le jeune Clésinger vient d'exécuter la décoration du nouveau magasin établi dans l’hôtel Terrier ; elle est de fort bon goût et prouve tout ce qu'il aurait pu faire s'il avait voulu cultiver ses heureuses dispositions.

2321 juillet. — Le fameux chevalier Joseph Bard m'écrit de Lyon pour m'engager dans la guerre qu'il va déclarer aux dijonnais. Je suis trop ami de mon repos pour prendre part à cette lutte et si je puis, sans cesser d'être le très humble serviteur du chevalier, je veux continuer de bien vivre avec les rédacteurs des Deux Bourgognes. Mais s'il le faut, je me brouillerai avec le chevalier pour rester en paix avec le reste de la province.

2422 juillet. — On a jeté les fondations de la culée du pont de Saint-Pierre du côté des Chaprais. Cette opération avait attiré, m'a-t-on dit, un assez grand nombre de curieux.

2523 juillet. Traité d'astronomie par Herschel, traduit de l’anglais et augmenté d'un chapitre sur l'application de la théorie des chances à la série des orbites des comètes, par A. Cournot, 2ème édition, in-18, imprimerie de Lorquin à Paris. M. Coumot, de Gray, est aujourd'hui recteur de l'Académie de Grenoble.

  • 5 G. Groen van Pristerer (1801-1876), historien et homme d'Etat hollandais, mêlé très activement à l (...)

2624 juillet. — Aujourd'hui, j'ai reçu la visite de M. Groen van Pristerer5 conseiller d'Etat du roi des Pays-Bas. Il vient de Paris où il a passé plusieurs mois à chercher les documents dont il a besoin pour compléter un ouvrage qu’il publie sur la maison d'Orange. L'espoir de trouver quelques nouvelles pièces dans les manuscrits de Granvelle l'a conduit à Besançon, où il restera une quinzaine de jours. Il m'apportait une lettre du célèbre Cousin qui me recommande M. van Pristerer, très connu, me dit-il, dans le monde savant. Dès demain, il commencera ses fouilles et j'imagine que M. Duvernoy voudra bien l'aider.

2725 juillet. — Albert de Circourt est arrivé ce matin de Paris où il est depuis près d’un an. J'ai été enchanté de le revoir, mais nous n'avons pu échanger que quelques paroles, pressé qu'il était de partir pour Gézier où il va rejoindre son frère. Je voudrais bien le retenir ici où il me fait faute, mais il m'a dit qu'il avait des engagements avec des libraires. Il m'a donné des nouvelles de La Villette dont la pièce a eu beaucoup de succès.

2826 juillet. — Encore un voyageur de retour, c’est Victor. Il arrive de la Suède où il s’est marié et il conduit sa femme à Pontarlier chez sa mère. Il a mis à profit son excursion dans les royaumes du nord pour ramasser un grand nombre de faits littéraires et il est occupé d'en composer un ouvrage qu'il nous donnera l'hiver prochain.

2927 juillet. — Deux jeunes gens, l'un rédacteur de la Revue de Lorraine et l'autre de la Revue d'Alsace, sont venus me trouver pour me proposer d'entrer dans une association littéraire des provinces de l'Est contre la centralisation parisienne qui n’a de partisans que ceux qui en profitent. Je leur ai dit que l'association existait, entre les deux Bourgognes et les ai renvoyés à Dijon pour y présenter leurs conditions, promettant de les appuyer par une lettre.

3028 juillet. — En creusant les fondations de sa maison, rue Baron, Clésinger a découvert un fût de colonne avec un chapiteau et des fragments de corniche d'un très beau travail. L’architecte Delacroix a jugé que cette colonne et la corniche appartenaient à l'un des plus importants édifices de l'antique Besançon. Il a fait part de cette découverte intéressante à Léon Bretillot qui s'est rendu sur le terrain au moment où Clésinger venait de faire placer ces précieux débris dans les nouvelles fondations. C'en était donc fait de ces fragments, mais j'en ai parlé ce soir à M. le préfet qui m'a promis de les faire extraire pour les rendre à l'examen des curieux et d'ordonner, si nous le croyons utile, une fouille dans tout le terrain que les récentes démolitions viennent de rendre libre, pour s'assurer si l'on n'y trouverait pas d'autres morceaux d'antiquités.

3129 juillet. — Le préfet a fait venir Clésinger et lui a représenté combien il se ferait de tort, lui artiste, d'enfouir dans les fondations de sa maison les fragments d'une construction antique dont les amateurs de la ville ne parlaient qu'avec admiration. En conséquence, Clésinger a fait retirer le fût de colonne et la corniche engagés dans son mur et a promis de faire transporter à la Bibliothèque tous les objets que les fouilles pourraient mettre à découvert. Aujourd'hui, M. le conseiller Bourgon m'a remis des médailles trouvées dans ce local, toutes les deux en bronze et probablement <toutes> sont d’Auguste.

3230 juillet. — Ce matin j'ai reçu la visite de M. Morin, de Rouen, ancien élève de l'Ecole polytechnique, attaché dans ce moment à la direction des ponts et chaussées dans le département de la Haute-Saône. Il a déjà publié différents ouvrages de météorologie et il paraît s'occuper de cette science avec beaucoup d'ardeur. Ses manières brusques et le ton de sa conversation, dès le premier abord extrêmement familier, m'avaient fait naître l'idée que M. Morin pouvait être échauffé par un ample déjeuner, mais je m'étais trompé : c'est son allure ordinaire.

3331 juillet. — Les fêtes de juillet avaient été remises au dimanche pour que la population ouvrière pût y prendre part. L'inévitable revue de la garde nationale et de la garnison a eu lieu à Chamars dans l'après-midi ; mais d'ailleurs, point de mât de cocagne, de distribution de comestibles ou de danses qui font tant de plaisir au peuple. Le soir, les illuminations obligées et un feu d'artifice qui, cette fois, a été tiré aux Prés de Vaux, tandis que le canon du fort de Bregille annonçait pour la seconde fois aux campagnes voisines l'allégresse des bisontins.

Anmerkungen

1 Désiré Monnier. Voir Journal, 25 août.

2 Jean-François Perron (Broye-lès-Pesmes 1804–Paris 1880) avait enseigné au collège de Nancy avant de devenir professeur de philosophie à la Faculté des Lettres de Besançon. Associé résidant de l'Académie en 1838, titulaire en 1839, il sera secrétaire perpétuel de 1843 à 1852. Sous le second Empire, il est chef de division au ministère de l'Instruction publique ; il dirigera le journal l’International et fondera Le petit caporal.

3 Gaspard Gresly (L'Isle-sur-le-Doubs 1712-Besançon 1756), né de parents suisses, l'un des petits maîtres de la peinture comtoise, inspiré par les scènes de la vie quotidienne et les natures mortes en trompe-l'œil. Le catalogue des musées de Besançon dressé par A. Castan en 1889 cite deux œuvres du peintre acquises en 1836 : Jeune fille allant au garde manger, et Jeune paysan faisant sa ronde du soir.

4 Ce monument funéraire, en forme d'obélisque selon le goût de l'époque napoléonienne, est décrit dans l'article de Marie-Lucie Cornillot, “L'art funéraire du xixe siècle au cimetière des Chaprais”, Mém. Académie Besançon, 1980, pp. 11-29. Le sculpteur inconnu de Weiss était Joseph-Salomon Piguet (né en 1810) ou Joseph-Victor Piguet (né en 1815) ; ce nom figure sur plusieurs monuments funéraires et c'est un même monument en forme d'obélisque lui aussi qui célèbre la mémoire des deux sculpteurs et du fils de Joseph-Victor, François-Marie-César (1842-1876). La tombe est reproduite dans Thierry (Anne-Lise) Une nécropole romantique..., p. 63.

5 G. Groen van Pristerer (1801-1876), historien et homme d'Etat hollandais, mêlé très activement à la vie politique de son pays comme secrétaire du cabinet du roi (1829) puis député en 1840 et 1849. Il a publié : Archives ou correspondance inédite de la maison d’Orange-Nassau, Leyde, 1835-1864, 10 puis 5 vol.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search