Versión clásicaVersión móvil

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Juin 1836

Texto completo

  • 1 Roger-Joseph Boscowich (1711-1787), mathématicien et astronome italien. Entré chez les jésuites, i (...)

11 er juin. — Le brave Servois que j'ai rencontré ce matin flânant dans la Grande-Rue m’a paru fort indécis sur la revue à laquelle il devait s’abonner. Mon nom le faisait pencher pour les Deux Bourgognes, mais un mot échappé en marge à Foisset dans sa notice sur M. Riambourg lui donnait une si mauvaise idée de l'esprit de ce recueil qu'il était presque décidé pour la Côte-d'Or et je ne sais pas si je serais parvenu à vaincre ses préventions. Servois a beaucoup connu le théologien du mont Jura, l'abbé Grandjacquet. Il possède un volume de Boscowich1 que Mirabeau, alors prisonnier au château de Joux, avait donné à Grandjacquet pour le traduire en français. C'est un ouvrage de physique, science peu familière au théologien qui ne tarda pas à se dégoûter de la besogne et finit par l'abandonner entièrement.

22 juin. — Les feuilles publiques annoncent la mort de M. Janod, député du Jura, député au Conseil des 500 cl au Corps législatif, juge puis vice-président au tribunal d'instance et aussi conseiller à la cour royale de Paris, place à laquelle M. Courvoisier l'avait nommé pendant son court ministère. C'était un honnête homme et un excellent magistrat.

33 juin. La révolution de Pologne et de Lithuanie, tragédie en 5 actes par Dorey, in 8°, imprimerie de Gomel à Besançon. L'auteur de cette pièce est instituteur à Jussey, il l’a composée pour ses élèves qui l'ont représentée à la distribution des prix. Les applaudissements des spectateurs cl les éloges des personnes auxquelles il l'a communiquée l'ont décidé à la faire imprimer. On ne peut se faire une idée de cette tragédie.

44 juin. — Achille de Jouffroy m’écrit de Dresde qu'il est en route pour Pétersbourg mais qu'il sera de retour à Paris vers la fin de juillet, pour y prendre la direction d'une fabrique en grand d'ouvrages d'art, principalement de sculpture.

  • 2 Fils de Félix Muguet, cité dans le Journal le 7 janvier 1835.

55 juin. — En allant voir la procession générale qui, plus belle qu'elle ne l'avait été depuis la Révolution de Juillet, me rappelle, encore qu'imparfaitement, les processions faites par ordre de l'empereur, je me suis trouvé par hasard sous les fenêtres de Félix Muguet2 qui m'a invité à monter près de lui. La cérémonie terminée, il m'a fait entrer dans son atelier que je ne connaissais pas encore et il m'a montré les calques qu'il a rapportés d'Italie où il était avec Gigoux et les différentes éludes qu'il a faites depuis son retour. Il a des dispositions et le goût du beau, mais il lui manque encore l'art de produire lentement, et s'il l'acquiert jamais, je ne doute pas qu'il ne devienne un jour un artiste très remarquable.

66 juin. L'ami des petits enfants, maximes morales et religieuses traduites du hollandais par Xavier Marmier, in-18 de 3 feuilles, imprimerie de Levrault à Strasbourg.

  • 3 Une rue de Dole porte le nom de Benjamin Constant, celle qui conduit au village de Brévans où le p (...)

7Deux femmes par Madame Louise de Constant, avec une préface de M. Charles Nodier, de l'Académie française, in 8°, imprimerie de Musnoyer au Mans. Je crois cette dame née à Dole où le père de Benjamin Constant3 s'était retiré et où il a vécu lui-même quelques années.

87 juin. — La statue de Cuvier a été placée aujourd'hui à la Bibliothèque de la ville. Cette acquisition pour laquelle j'avais demandé au conseil municipal un fonds de 500 francs, coûtera précisément à la ville encore deux fois autant, c'est-à-dire 1.500 francs.

  • 4 L'ouvrage a déjà été cité plus haut.

98 juin. Le ministre protestant aux prises avec lui-même et ses coreligionnaires par M.A.F. (Antoine Faivre), in-12. Imprimerie de Crozet à Lyon4. L'auteur, né à Besançon, est auteur d'un très grand nombre d'ouvrages de controverse.

109 juin. — On a repris la démolition du pâté de maison qui sépare la place Labourey de la place de la Poissonnerie.

  • 5 Jean-Baptiste Dornier (Dampierre-sur-Salon 1784-1849) fut conseiller général de la Haute-Saône pou (...)

1110 juin. Essai historique ou voyages pittoresques dans l'arrondissement de Gray et dans la Corse en 1832 par J.-B. Dornier aîné5. Gray, Vve Barbizet, in 8°, 1ère partie. Cet essai ne promet pas à la province un bon écrivain de plus. Ce qu'il y a de mieux dans ce volume, ce sont les petites lithographies dessinées par M. Perron, jeune avocat stagiaire, qui ne manque pas de talent. Cette première partie contient des vues du moulin de Gray, de l'entrée des châteaux, de l'abside de l'église collégiale et de la façade de l'hôtel de ville. Au travers du fatras de l'auteur, il lui arrive cependant de donner quelques anecdotes peu connues et qui ne manquent pas d’intérêt.

1211 juin. — La mairie est en procès avec l'entrepreneur de la halle pour des pierres gelées qu'elle veut l'obliger à remplacer à ses frais sans lui tenir compte de cette perte. En attendant, les travaux de la halle sont suspendus et par là, la construction retardée d'une année.

  • 6 G. Coindre (Mon vieux Besançon, 3e éd., p. 934) nous a conservé le souvenir de cette résidence à F (...)

1312 juin. — Passé l'après-midi avec Viancin à sa campagne6 qu'il a fort embellie depuis que je ne l'avais vue et même agrandie par l'acquisition d'un petit terrain qui lui donne une communication avec la route de Gray. Il n'a rien, m’a-t-il dit, sur le métier, mais sa tête fermente et le temps seul lui manquera s'il n'entreprend bientôt une œuvre dramatique. Quel dévouement ne faut-il pas pour se livrer à un semblable travail dans une ville où il n'y a pas d’encouragement, mais comme on <l’assure> dans le journal qui paraît deux fois la semaine, tout ce qu’il a de citoyens dévoués à la prospérité de la cité !

  • 7 Pierre-Michel-Dorothée Clerc, le père du Président.

1413 juin. — M. Clerc, l’ancien procureur général7, m’a dit à la Bibliothèque qu’il allait paraître dans la Revue des deux Bourgognes un article contre la préface que Tissot se proposait de placer au-devant de la traduction de la Critique de la raison pure de Kant. Il faut qu'il ait senti lui-même que celte préface était inconvenante puisque, après en avoir distribué des exemplaires, il a cru devoir la supprimer. N’importe. M. Clerc ne veut pas en être pour sa peine et avoir fait des frais d’esprit et d’érudition en pure perte. « Ce n'est pas moi, m'a-t-il dit, qui suis l'auteur de l'article. » Si ce n'est pas lui, c'est donc l'abbé Doney, car je ne connais que ces deux messieurs qui s'occupent de philosophie. Au surplus, si l'article paraît, je saurai bientôt à quoi m'en tenir sur l'auteur.

  • 8 Georges-Silas Tourangin, frère de Victor, préfet du Doubs. Ancien officier, il restera député de M (...)
  • 9 Trois mots illisibles.

1514 juin. — La nouvelle est arrivée ce matin par estafette que M. Silas Tourangin8, frère de notre préfet, a été nommé député de l'arrondissement de Montbéliard, en remplacement de M. Blondeau démissionnaire. Le collège électoral était composé de 150 membres, M. Silas a obtenu tous les suffrages. Celte élection prouve et l’estime dont le préfet jouit dans le département et la facilité qu'il y aura bientôt à [...9] dans notre province que le nouvel élu n'a jamais visitée.

1615 juin. — Hier est mort l'un des plus modestes et des meilleurs citoyens de Besançon, M. Pernot, pharmacien, à l’âge de 55 ans. Content de la médiocre fortune que lui avait laissée son père et ne cherchant point à l'augmenter, il exerçait son état avec le plus noble désintéressement. Il vendait ses drogues fort au-dessous des prix courants et distribuait par an pour 5 ou 600 francs de remèdes dont il savait qu'il ne serait jamais payé. « Un remède, disait-il, pour un malade c'est comme du pain pour l'homme en santé, cl jamais on ne doit les refuser. » Célibataire et n'ayant que des parents éloignés, avec lesquels il n'avait d’ailleurs aucun rapport, il a légué sa pharmacie à son manipulateur, pauvre garçon auquel il assure par là une existence. Il a fait des legs à tous ses amis et institué son héritier le fils du médecin Monnot, enfant d'une dizaine d'années, qui recueillera son mobilier et sa petite bibliothèque. Pernot, très habile dans son état, avait d'ailleurs un talent particulier pour empailler les oiseaux et cultivait l'histoire naturelle.

  • 10 Henri Boguet, grand juge de Saint-Claude (milieu xvième siècle–1619), célèbre par son zèle à pours (...)

1716 juin. — Léon Crestin, substitut à Dole, est venu me trouver hier matin pour me communiquer un travail qu'il a fait sur la sorcellerie en Franche-Comté au xviième siècle. C'est l'ouvrage de Boguet10 qui lui a donné l'idée de travailler sur le sujet, et comme il est originaire de Saint-Claude, il a d'ailleurs pu se procurer divers renseignements. Nous avons déjeuné ensemble et depuis dix heures du matin jusqu'à trois, nous n’avons cessé de nous entretenir de la province, de son histoire et des moyens de lui rendre son ancien lustre. Patriote comme moi, il a souscrit pour les médailles, pour les Deux Bourgognes et m’a promis de s'associer à toutes mes entreprises. Il m'a témoigné le regret de n'avoir pas connu plus tôt les questions proposées par l'Académie et qu’il aurait eu grand plaisir à traiter. Et sur ce que je lui ai demandé s'il avait recueilli les traditions locales de Saint-Claude, il m’a dit une vieille ballade composée sur un contrebandier nommé Renaud, tué par les préposés. Je n’ai pu l'entendre sans la plus vive émotion. C'est une pièce délicieuse ; il m'a promis de me l'envoyer avec une trentaine de morceaux du même genre, et, s'il tient parole, je compte engager l'Académie à les publier.

  • 11 Charles Demandre (Aillevillers 1805-Beaujeu 1875) appartenait à une famille de maîtres de forges d (...)
  • 12 Hubert Demandre, cousin germain de Charles, a épousé en 1836 Céline Mairet ; ils figurent parmi le (...)

1817 juin. — Charles Demandre11 est revenu de la noce de son cousin Hubert12 qui s'est marié à Genlis. Nous avons passé le peu de temps qu’il s'est arrêté à parler de ses projets littéraires et de la galerie franc-comtoise. C'est un excellent correspondant pour le département de la Haute-Saône.

19— Viancin a lu à l'Académie une plaisanterie d'assez bon goût sur la manière dont il voudrait voir célébrer l'inauguration de la statue de Cuvier à la Bibliothèque.

20 Inductions sur la valeur des altérations de l'encéphale dans le délire aigu et dans la folie par F. Lélut, in 8°, imprimerie de Fournier à Paris.

  • 13 L'abbé Thiébaud était à la tête du secrétariat de l'archevêché, selon l'Annuaire du Doubs de 1838.

2118 juin. — L’abbé Thiébaud13 m'a dit qu'en creusant une cave à Consolation on avait découvert un chien fossile ou pétrifié, qu'il croit possible d'obtenir pour le cabinet d'histoire naturelle si l'on en faisait la demande au directeur de cet établissement.

2219 juin. —J’ai lu l’article que Bousson de Mairet avait composé pour la Revue des deux Bourgognes, et qui m'a été renvoyé de Dijon. Malgré toute ma prévention pour l’auteur, je n'ai pu m'empêcher de trouver que les Aristarques dijonnais avaient eu raison de le refuser. Outre que Bousson ne paraît pas avoir la moindre idée de l'état de la province au xivème siècle, son article est écrit d'un bout à l'autre avec une négligence que l'on pardonnerait à peine à un écolier. La sévérité qui n'est que juste des dijonnais l'a blessé vivement, mais cela ne m'a pas empêché de lui dire ce que je pensais de la comtesse Mahaut qu'il ne faut pas corriger, mais refaire entièrement.

  • 14 Jean Reboul, dit « le boulanger de Nîmes » (1796-1864). Fils d'un serrurier, il dut gagner sa vie (...)

2320 juin. — Les vers que Viancin a publiés dans le dernier numéro de la Revue n'ont pas été goûtés à Dijon, si ce n’est par quelques connaisseurs d'un goût pur et délicat ; mais en revanche, ils ont obtenu l'assentiment du boulanger poète Reboul14, de Nîmes, qui l'en a félicité par une lettre. Cette approbation doit le flatter davantage que les critiques bourguignonnes ne peuvent lui faire de peine.

  • 15 Sans aucun doute Auguste Demesmay.

2421 juin. — Flavien un peu malade, a quitté la Chambre avant la fin de la session pour venir à Frasne où il est arrivé depuis quelques jours avec sa femme. Il m'a écrit qu'il serait bien aise de me revoir, et je vais lui faire demain une visite avec le préfet cl Auguste15.

  • 16 Le village porte aujourd'hui le nom de Frasne-le-Château, à l’écart de la route de Gray à Vesoul.
  • 17 La description du château de Frasne-le-Château par Weiss est intéressante dans la mesure où elle e (...)

2522 juin. — C'est une chose très remarquable que le château de Frasne16. Il a certainement été construit au temps de la féodalité par quelque puissant vassal du comte de Bourgogne qui s'était arrangé de manière à pouvoir s'y défendre au besoin contre son suzerain. De larges fossés que l'on ne traversait que par un pont-levis l'entouraient de tous côtés. Les fossés ont été comblés et plantés d'arbres pour former une promenade fort agréable dans la saison actuelle, mais l'entrée du château est toujours celle d'une vieille forteresse, et j’ai remarqué sur le côté gauche une tête grossièrement sculptée dont la bouche béante était destinée à recevoir les lettres qu'apportaient de fidèles messagers. Cette espèce de masque se retrouve dans plusieurs endroits à la voûte de la tour cl encore ailleurs. La façade intérieure a été reconstruite au xvième siècle et l'on attribue cette réparation au cardinal de Granvelle dont on croit voir le buste au-dessus d'une des fenêtres cintrées de la galerie que supportent des arcades assez élégantes. Flavien se propose de la continuer et de faire d'autres embellissements à son château que, d'après le vœu de son père, il habitera une partie de l'année17.

  • 18 Tout simplement la représentation de celui qui devait être le donateur du tableau !

2623 juin. — J'ai visité ce matin l'église de Frasne, construite il y a 80 ans mais réparée depuis peu de temps. M. de Magnoncour père l'a décorée d'une quantité telle de tableaux qu'elle a l'air d'un musée. Parmi ces croûtes toutes fort anciennes, il y en a quelques-unes qui m'ont frappé, soit par la composition, soit par la vivacité des couleurs, et je ne serais pas surpris qu'un artiste trouve du mérite dans le Portement de croix que l'on voit dans la nef droite ou dans l'Adoration des bergers où le peintre a commis un plaisant anachronisme en représentant un prélat la mitre en tête, à la porte de l'étable18.

2724 juin. — De retour à huit heures ce matin, j'ai passé la journée à la Bibliothèque à voir donner la couleur du bronze à la statue de Cuvier.

28— Excepté le plaisir de voir Flavien, je n’ai rapporté de mon voyage que de la fatigue et de l'ennui. La campagne est un séjour très agréable mais il faut y avoir quelque chose à faire, ou du moins n'avoir pas une occupation qui vous rappelle à la ville et qui vous occupe entièrement.

2925 juin. — Maire a fait mouler la tête grecque du cabinet Paris ; il en a déposé une épreuve à la Bibliothèque ; c'est l'une des plus jolies choses qu'il soit possible de voir, et je suis honteux de m'y être opposé.

3026 juin. — La police a fait afficher dans la soirée la nouvelle arrivée par le télégraphe d'un nouvel attentat contre la vie du roi. L'assassin a été arrêté ainsi que plusieurs jeunes gens connus pour leur haine aveugle contre le gouvernement auquel la France doit la paix et une prospérité toujours croissante.

  • 19 On retrouve ici quasiment la même formule que lors de l'attentat de Fieschi : Journal, 29 juillet (...)

3127 juin. — Le préfet, parti pour se rendre aux eaux de Luxeuil, s'est empressé de revenir en apprenant la nouvelle du danger auquel le roi vient d'échapper miraculeusement. Une estafette arrivée dans la matinée lui a donné des détails qui n'avaient pas été transmis par le télégraphe sur l'attentat commis contre le roi. Il a fait imprimer sur-le-champ cette dépêche avec une proclamation par laquelle il invite tous les bons citoyens à se réunir pour presser le gouvernement de prendre toutes les mesures19 qu'il jugera propres à prévenir le retour d'un danger qui menace la France entière dans la personne du souverain auquel elle est redevable de la paix dont elle jouit depuis six ans.

3228 juin. — La nouvelle s'est répandue que les princes français, actuellement à Milan d'où ils devaient se rendre à Turin, ont changé de résolution en apprenant le danger auquel leur père vient d'échapper et qu'ils traverseront la ville cette nuit.

3329 juin. — Le bruit du passage des princes ne s'est pas confirmé. La cour royale s'est assemblée pour rédiger une adresse au roi. Cet exemple sera suivi par toutes les autorités et bientôt il ne sera non plus question du coup de fusil tiré sur le roi que si c'était la chose du monde la plus insignifiante.

  • 20 Cette longue note constitue un véritable article biographique sur Claude-Joseph Rouget de Lisle (o (...)
  • 21 A son lit de mort, Rouget de Lisle était assisté par des franc-comtois : outre Mme Voyart, qui l'h (...)

3430 juin. — Pérennes m'a dit qu'un journal annonce la mort du Tyrtée français, de Rouget de L'Isle20, l'auteur de la Marseillaise. Il était né vers 1760 à Lons-le-Saunier, il est mort à Choisy-le-Roi, chez Mme Voyart, femme de bel esprit et mère d'une femme d'un grand esprit, Madame Tastu. J'ai connu Rouget assez particulièrement en 1817. Il m'écrivait de Lons-le-Saunier qu'il devait quitter bientôt pour ne plus y revenir, qu’il me serait obligé de me charger de son article dans la Biographie des vivants. Je le lui promis, et ce fut ainsi que commença notre correspondance. Quelque temps après, il passa par Besançon pour se rendre à Paris où il espérait trouver dans ses anciens amis cl peut-être aussi dans ses talents les ressources dont il avait besoin. Il me dit qu'il s'était détourné pour avoir le plaisir de me voir. Je lui en sus gré cl je fis de mon mieux pour lui rendre agréable son séjour à Besançon. Mon digne ami Lapret et sa femme me secondèrent de leur mieux dans celle circonstance. Rouget partit enchanté de l'accueil qu'il avait reçu. A son arrivée à Paris, il m'écrivit pour m'en remercier, et il s'établit entre nous une correspondance assez suivie. De temps en temps, il laissait passer dans ses lettres quelques plaintes. J'étais indigné qu'un homme d’un talent si rare fût dans le besoin, et je m'étonnais que les libéraux ne s'empressassent pas de venir à son secours par une souscription qui ne pouvait avoir rien que d'honorable pour celui qui en serait l'objet. Rouget ne partagea pas mon opinion, et la délicatesse qu'il me montra ne fit qu'accroître la haute idée que j'avais de son caractère. Les secours qu'il refusait des libéraux, il consentit à les recevoir de moi, le plus pauvre sans doute de tous ceux qui désiraient de l'obliger et d'acquitter ainsi ce que je regardais comme une dette nationale. De 1823 à 1827, je lui envoyai toutes mes faibles économies, cl pour les rendre plus fortes, j'augmentai sans peine des privations auxquelles j'étais accoutumé. Rouget prit l'habitude de me regarder comme son caissier, et loin de m'en plaindre, je ne lui exprimais d'autre chagrin que celui de ne pas pouvoir faire davantage. Rêvant au moyen de le tirer tout à fait d'embarras, ce qui m'était impossible avec mes faibles ressources, j'imaginais de parler de la position du Tyrtée français à M. Laffitte dont on vantait alors le patriotisme et la générosité. Dans un voyage que je fis à Paris, je communiquais mon projet à de L'Isle qui s'emporta contre moi de la manière la plus indécente et depuis me tourna le dos. Je mis longtemps à m'expliquer sa conduite à mon égard, mais il me paraît clair qu'il était déjà subventionné par les libéraux et qu'il craignit que, si je m'adressais à M. Laffitte, je n'apprisse des choses qu'il désirait que j'ignorasse toute ma vie. A la Révolution de 1830, Rouget a obtenu une pension du gouvernement et une autre sur la cassette du roi. Peut-être alors aurait-il dû m'offrir le remboursement des sommes que je lui avais avancées, mais il ne l'a pas fait ; j'ai su même par Madame Tercy qu'il m'en voulait. Je lui écrivis à cette époque pour lui demander quelques explications, mais j'en fus pour ma lettre car il ne me répondit pas. L'indignité de sa conduite ne me rendra pas injuste à son égard, et si je rédige un article dans le supplément de la Biographie, j'oublierai ses mauvais procédés pour ne me rappeler que ses talents littéraires21.

Notas

1 Roger-Joseph Boscowich (1711-1787), mathématicien et astronome italien. Entré chez les jésuites, il fut appelé à Paris par Louis XVI en 1774 pour y être directeur de l'optique de la marine. Il est l'auteur de nombreux ouvrages scientifiques.

2 Fils de Félix Muguet, cité dans le Journal le 7 janvier 1835.

3 Une rue de Dole porte le nom de Benjamin Constant, celle qui conduit au village de Brévans où le père de l'écrivain s'était installé en 1791. B. Constant y séjourna à plusieurs reprises ; il rencontra à Dole Charles Nodier, fréquenta à ses côtés le cénacle littéraire de Léonard Dusillet et à Paris, le salon de l'Arsenal. Voir Gay (Annie) et Theurot (Jacky), Dole pas à pas..., 1985. Louise-Marie d'Estournelles, née de Rebecque, était la demi-sœur de B. Constant. Elle avait épousé un colonel d'artillerie et publia plusieurs romans (Voir Journal, i, pp. 271 et 353).

4 L'ouvrage a déjà été cité plus haut.

5 Jean-Baptiste Dornier (Dampierre-sur-Salon 1784-1849) fut conseiller général de la Haute-Saône pour le canton d'Autrey de 1833 à 1848. Il était le fils du conventionnel Claude-Pierre Dornier et de Catherine Rochet : ses parents, maîtres de forges en Haute-Saône, avaient laissé à leurs nombreux enfants une fortune très considérable ; le principal héritier de Jean-Baptiste a été l’hôpital de Gray. Voir F. Lassus, Métallurgistes franc-comtois du xviie au xixe s., les Rochet..., p. 274-285. L'avocat Perron semble être, comme Dornier, de Dampierre-sur-Salon.

6 G. Coindre (Mon vieux Besançon, 3e éd., p. 934) nous a conservé le souvenir de cette résidence à Fontaine-Ecu, à côté du grand plateau de la Grange-du-Collège, ancienne propriété des Jésuites.

7 Pierre-Michel-Dorothée Clerc, le père du Président.

8 Georges-Silas Tourangin, frère de Victor, préfet du Doubs. Ancien officier, il restera député de Montbéliard de 1836 à 1845.

9 Trois mots illisibles.

10 Henri Boguet, grand juge de Saint-Claude (milieu xvième siècle–1619), célèbre par son zèle à poursuivre les suspects accusés de sorcellerie et auteur du Discours exécrable des sorciers (1602). Voir Bavoux (Francis), “Boguet, grand juge de Saint-Claude”, Mém. Académie de Besançon, 1956, pp. 252-269.

11 Charles Demandre (Aillevillers 1805-Beaujeu 1875) appartenait à une famille de maîtres de forges du nord de la Haute-Saône ; il est petit-neveu de l'évêque constitutionnel du Doubs, Jean-Baptiste Demandre (Journal, i). Homme cultivé et bibliophile, il accueillit à La Chaudeau les lettrés et les artistes comtois de son temps ; sa belle bibliothèque, dont l'inventaire avait été fait par Lorédan Larcher, fut vendue en 1887. Voir Buyer (Suzanne de), “Evocation d'un passé : Charles Demandre-Napoléon III et les faïences du second Empire dans les Vosges saônoises”, Mém. Académie de Besançon, 1980, pp. 117-132.

12 Hubert Demandre, cousin germain de Charles, a épousé en 1836 Céline Mairet ; ils figurent parmi les ancêtres de Suzanne de Buyer.

13 L'abbé Thiébaud était à la tête du secrétariat de l'archevêché, selon l'Annuaire du Doubs de 1838.

14 Jean Reboul, dit « le boulanger de Nîmes » (1796-1864). Fils d'un serrurier, il dut gagner sa vie comme boulanger pour aider sa mère, veuve avec quatre enfants. En 1836 il remporta un brillant succès avec ses Poésies ; il devait favoriser la formation du Félibrige.

15 Sans aucun doute Auguste Demesmay.

16 Le village porte aujourd'hui le nom de Frasne-le-Château, à l’écart de la route de Gray à Vesoul.

17 La description du château de Frasne-le-Château par Weiss est intéressante dans la mesure où elle est exemplaire de la manière dont on voyait l'architecture à l'époque. Un tel raccourci, sans le moindre indice de véracité dans l'analyse, aurait été vilipendé par le même Weiss sous la plume d'un autre auteur. La façade du château, de style renaissance, est ornée de têtes sculptées ; l’intérieur, délabré, est vide de tout mobilier. Les bâtiments avaient été utilisés pour abriter, au début du siècle, une communauté de jeunes délinquants.

18 Tout simplement la représentation de celui qui devait être le donateur du tableau !

19 On retrouve ici quasiment la même formule que lors de l'attentat de Fieschi : Journal, 29 juillet 1835.

20 Cette longue note constitue un véritable article biographique sur Claude-Joseph Rouget de Lisle (ou de L'Isle), ou plutôt un long réquisitoire sur la non-reconnaissance des mérites de Weiss. La correspondance entre celui-ci et l'auteur de La Marseillaise est remplie de plaintes sur l'état de ses finances (Voir Kaye, Les correspondants de Weiss, pp. 444-448). La générosité de Weiss, toujours prêt à aider les talents susceptibles d’illustrer (ou d'avoir jadis illustré) la province ne peut être mise en doute et Rouget de L'Isle ne sort pas grandi de cet épisode, mais sans doute Weiss s'affirme-t-il trop « mère-poule ». La date exacte de la rencontre entre Rouget et Weiss reste incertaine. Dans son Journal (i, p. 337), Weiss note le passage de Rouget (4 jours) à Besançon « où il n'était pas venu depuis 1788 » avant de partir pour Paris.

21 A son lit de mort, Rouget de Lisle était assisté par des franc-comtois : outre Mme Voyart, qui l'hébergeait, était auprès de lui le poète Jean-Baptiste Gindre de Mancy, également lédonien.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search