Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Avril 1836

Texte intégral

11 er avril. — M. l'abbé Busson, l'un des aumôniers du duc de Bordeaux, retiré depuis 1830 à Besançon où il vit le plus caché possible, vient de donner une nouvelle édition des Méditations du bon abbé Vernier, mort il y a quelques années supérieur de la Mission de Beaupré. L'éditeur, aussi modeste que spirituel, a enrichi cet ouvrage de nouvelles méditations sur la Semaine sainte et le temps de Pâques, dont il a été tiré quelques exemplaires séparément. J'en ai vu hier un chez M. le conseiller Bourgon.

  • 1 Le magnifique hôtel (aujourd'hui 68 Grande-Rue) avait été édifié à partir de 1770 par l’architecte (...)
  • 2 L’Hôtel Chifflet, 23 rue des Granges, construit en 1734 par J.-C. Colombot pour l’un des membres d (...)

22 avril. — Nous n'aurons bientôt plus d'hôtels à Besançon. Les aristocrates les plus entichés de leur naissance les convertissent en magasins, et l'on ne doit pas désespérer de les voir dans quelque temps prendre place derrière le comptoir. M. Terrier de Loray fait en ce moment détruire à coup de marteau les ornements qui décoraient la façade de son bel hôtel1, Grande-Rue, pour y faire ouvrir des boutiques. L'on annonce que le jeune Chifflet va de même déshonorer l'hôtel paternel2. Que diraient les pères de ces messieurs s'ils étaient témoins d'un tel acte de cupidité mercantile ? Ils ont beau jeu maintenant à se moquer des épiciers et il fera beau les entendre déclamer contre la vanité des négociants. Ce ne sont plus les marchands qui s'élèvent, ce sont les nobles qui se rabaissent et se montrent ainsi les partisans de cette parfaite égalité dont ils ont été si longtemps les adversaires.

33 avril. — Aujourd'hui fête de Pâques. Il est tombé de la neige une partie de la matinée et le froid a été aussi sensible que dans le mois de janvier. J'ai été à la messe à Saint-François-Xavier pour entendre prêcher le nouvel académicien, l’abbé Ruellet. Il avait choisi pour sujet de son sermon : la vérité de la religion. Sa diction a de l'élégance, du <membre>, de la clarté. Ce n’est point un orateur mais un homme disert.

44 avril. — J'ai reçu la Revue des deux Bourgognes ou plutôt le prospectus de ce journal dont la première livraison doit paraître le 10 ou le 15. C’est M. Lorain qui l'a rédigé, avec un talent qui ferait honneur aux faiseurs de Paris les plus en réputation. J'ai promis un article pour le premier numéro ; que Dieu me donne un peu de temps pour m’en occuper.

55 avril. — J'ai dîné en tête-à-tête avec Pérennès, retenu depuis quelques jours dans sa chambre par une indisposition qui ne donne aucune inquiétude. Avant de nous mettre à table, nous avons passé en revue les pièces de vers et les quelques morceaux de prose qui doivent composer le volume de Laumier dont nous nous sommes constitués les éditeurs. Profitant de la liberté que Laumier nous a laissée de faire de son œuvre comme de la nôtre, nous avons supprimé deux pièces, Le Baron et Les Polonais, deux pièces trop empreintes d'idées politiques pour ne pas déplaire à quelques-uns des souscripteurs, et retranché d'autres, les vers et même les stances qui ne nous ont pas semblé de bon goût. Laumier est un homme de talent mais il lui a manqué de vivre dans le monde, de se frotter contre les hommes qu'il ne connaît pas, qu'il juge d'après les livres et conséquemment très mal. Il est morose, misanthrope, inconséquent et cependant le meilleur fils du monde. Le recueil aura du succès parce qu'il est impossible de n'y pas reconnaître beaucoup de talent, mais il en aurait eu bien davantage à l'époque où le paradoxe était en vogue. Le siècle est devenu plus positif, plus raisonnable si l'on veut, mais aussi, par la même raison, moins poétique.

66 avril. — Le chevalier Joseph Bard, que ses compatriotes jugent et traitent beaucoup trop sévèrement, vient de m'envoyer le chapitre de l'ouvrage qu'il a sous presse, intitulé (c'est le chapitre) : Un souper avec Weiss. Ce qu'il y dit de notre conversation est assez vrai, et sous le rapport du style, jamais peut-être il n'a rien écrit de mieux. C'est le jugement qu’en a porté Pérennès à qui je l'ai communiqué.

  • 3 Joseph Bard.

77 avril. — Il faut absolument que je réconcilie mon cher Joseph3 avec les Dijonnais qui n'aperçoivent que ses travers ; ses prétentions, sa petite vanité, mais qui ne lui tiennent aucun compte de son ardeur pour la science et de son talent, car il en a. J'ai écrit ce matin dans ce sens à Joliet et à Foisset et j'en écrirai demain à M. Lorain. Il faut que le cher Joseph soit admis au nombre des rédacteurs de la Revue des deux Bourgognes dont il a eu l'idée le premier, et à laquelle il rendra des services de plus d'un genre.

88 avril. — Le fameux sculpteur David m’écrit pour m'annoncer l'envoi d'une caisse contenant les médailles en bronze des célébrités contemporaines de Franche-Comté. Il m'annonce qu'il s'occupe actuellement du buste de Victor Hugo, dont il me promet la première épreuve.

  • 4 Jean-Baptiste Chevillard (Lons-le-Saunier 1766-1853). Ancien sous-intendant militaire, sera consei (...)

99 avril. — Le préfet du Jura, M. Heim, est mort à Lons-le-Saunier le 3 de ce mois, dans un âge peu avancé. Plusieurs discours ont été prononcés sur sa tombe, par le doyen du conseil de préfecture, par M. Armand Marquiset, sous-préfet de Dole, et par M. Chevillard4, président de la Société d'émulation du département.

1010 avril. — On m'avait dit, il y a quelques jours, que notre fameux médecin Caille était mort à Besançon chez sa nièce, Madame Goguely. Malgré ma timidité naturelle et l'embarras que j’éprouve à me présenter chez des personnes à qui je suis tout à fait inconnu, j'ai fait aujourd’hui une visite à la nièce du docteur. Elle m'a reçu parfaitement et m'a donné sur son oncle des renseignements dont je me servirai dans la notice que je me propose de lui consacrer et que je commencerai dès que j'aurai corrigé les épreuves de mon éloge de dom Grappin, travail qui m'a pris toute la journée.

1111 avril. — Gigoux est de retour de Rome avec tous les artistes qu'il y avait conduits. Je n'ai fait encore que l'entrevoir mais je suis déjà convaincu qu'il n’en est pas revenu plus modeste qu'il était parti. J'ai rendez-vous avec lui demain pour voir des croquis qu'il rapporte des chefs-d'œuvre de Raphael et de Titien. Il est logé à l'hôtel National parce que, voulant repartir promptement pour Paris où (je copie les journaux) on regrette son absence du moins au Salon, il n’a pas voulu causer à ses parents l'embarras d'un entreposement provisoire.

1212 avril. — J'ai revu Gigoux qui est venu me prier de lui faire ouvrir la porte de notre musée provisoire où se trouve entreposé son tableau de la communion de Léonard de Vinci, qu'il voulait faire voir à son père. Le conservateur du Musée provisoire, M. Gévril, s'est conduit fort mal avec Gigoux, il faut en convenir. Au lieu de lui faire, comme c'était son devoir, quelque politesse, il l'a traité de la manière la plus indécente, lui refusant l'entrée d'une salle qui doit être ouverte à tous les étrangers. Gigoux a beaucoup admiré son tableau d'où je conclus que son voyage d’Italie ne lui a pas fait autant de profit que je l'aurais désiré, pour la province d'abord et pour lui qui, malgré tous ses ridicules, a du talent et même un talent fort remarquable. Il part après-demain pour Paris.

1313 avril. — On construit en ce moment un nouveau corps de bâtiment dans la cour de l'hôtel National, rue des Granges. En creusant les fondations, on a trouvé à douze pieds de profondeur la base d'une colonne romaine, une portion de fût brisé et trois pièces du Haut Empire.

  • 5 Sur l'installation de ce musicien à Besançon, voir Journal, II, p. 219 (17 janvier 1833).
  • 6 Lucy Laurens, fille du rédacteur de l'Annuaire du Doubs, musicienne amateur.

1414 avril. — Il vient de sortir de l'imprimerie lithographique de Chalandre une caricature très spirituelle sur la Société philharmonique de Besançon qui donne depuis quelque temps des concerts toutes les semaines dans une des salles de l'Hôtel de Ville. Au-dessus est le portrait très ressemblant en médaillon de M. de Boulot qui peut être regardé comme le chef de nos dilettanti, plus bas sont ceux de M. de Vienne sur une cornemuse et de Gantz5 le chef d'orchestre sur le fond d'une contrebasse. La lithographie est partagée en deux scènes. Dans la première est Melle Laurens6 chantant au piano, et dans la seconde nos principaux amateurs exécutant un morceau d’ensemble. Les deux scènes sont séparées par un groupe de têtes de chanteurs et de musiciens jouant de la clarinette, d’où l’on voit s'échapper une volée de petits canards. Tous les personnages sont d'une ressemblance frappante. On attribue cette caricature au jeune architecte Vieille et les couplets à M. Garat, employé dans les douanes.

1515 avril. — M. le marquis d'Andelarre, l'un des membres du conseil de la Revue des deux Bourgognes, est arrivé à Besançon pour stimuler le zèle des correspondants franc-comtois qu’il est très difficile de mettre en mouvement. Nous avons été voir ensemble Rambert pour lui demander s'il se chargeait de graver en bois des vignettes et des lettres de frise pour le journal et connaître en même temps ses prix. M. d'Andelarre a paru satisfait de son talent et de ses propositions, en sorte que j’espère que les premiers numéros de la Revue contiendront quelques morceaux de cet artiste, trop dédaigné par Gigoux.

  • 7 Henri de Rotalier, frère de Charles-Edouard cité dans le Journal le 10 janvier 1836.

1616 avril. — Parmi nos jeunes gens qui pourraient fournir de curieux articles à la Revue bourguignonne, je ne crois pas avoir encore nommé M. de Rotalier l'aîné7. C'est ce qu'on appelle en jargon d'école un piocheur, et comme il y a déjà plusieurs années qu'il travaille à l'étude de l'histoire provinciale, je suis convaincu qu'il doit avoir plusieurs morceaux prêts à mettre sous la presse. J'ai chargé de les lui demander son frère cadet qui s'occupe, lui, de l’histoire d'Alger pour laquelle il a fait depuis plus de six mois des recherches actives et consciencieuses à notre Bibliothèque, mettant à profit tout ce qu'il peut rencontrer sur ce pays.

1717 avril. — Nous avons trois imprimeries lithographiques et pas un seul dessinateur qui soit en état de reproduire sur pierre au moyen d'une plume ou d'un crayon les vues de nos monuments ou les portraits de nos grands hommes. Maire s’est chargé de donner un dessin du portrait de Granvelle pour la Revue des deux Bourgognes, mais je crains que ses autres occupations ne nous le fassent attendre trop longtemps.

1818 avril. — L'Echo du sanctuaire par Adrien Beuque. Paris, Mazuyer, in-12. Des vers dans le genre que le succès de M. de Lamartine a mis à la mode, avec une dédicace à la reine des Français. Il paraît que ce recueil a trouvé du débit puisque l'auteur parle dans une lettre à Génisset d'une seconde édition augmentée d'un tiers. Il y a de l'exaltation de tête plus que de véritable enthousiasme.

  • 8 France père est signalé dans l'Annuaire du Doubs de 1838 comme marchand épicier dans la Grande-Rue
  • 9 A peine quelques mois : voir 31 décembre 1835.

1919 avril. — M. France père8 a fait hommage à la Bibliothèque des portraits de Courvoisier père et de M. Droz, aujourd'hui de l'Académie française mais fort jeune alors, peints par son cousin l'avocat France, dont nous avons annoncé la mort il y a quelques années9.

2020 avril. — Le premier numéro de la Revue des deux Bourgognes a été distribué ce matin aux souscripteurs bisontins qui se sont indignés de n'y pas voir un seul article franc-comtois. Mais la faute n'est est pas aux dijonnais, mais à notre paresse, à notre incurie, à notre laisser-aller qui nous fait perdre un temps que nous pourrions employer comme nos voisins à l’étude.

2121 avril. — Delacroix, l'architecte chargé de la direction du bâtiment que l’on construit à l’hôtel National, m’a promis de faire transporter à la Bibliothèque le chapiteau qu’il vient de découvrir et qu’il croit du Haut Empire. Il m’a promis également de me remettre pour notre médaillier les deux pièces trouvées près du chapiteau : l’une en argent est de Trajan, l’autre en cuivre est si fruste qu’il n’a pas pu la déchiffrer.

2222 avril. — J’ai reçu de Paul de Jallerange le dessin d’un autel romain qui sert de temps immémorial de bénitier à l’église de ce village et qu’il voudrait voir acquérir par notre Musée. J’ai fait sur le champ des démarches et j’ai tout lieu d’espérer que ce monument ne tardera pas à prendre la route de Besançon.

2323 avril. — On vient de découvrir près de Pontarlier une ancienne colonne miliaire. M. Loiseau, maire actuel de Pontarlier et qui aime l’antiquité, vient de donner les ordres nécessaires pour la faire transférer dans cette ville. On lit sur cette colonne assez distinctement via ves. M. Bourgon, professeur d’histoire, se propose de donner dans la Revue des deux Bourgognes un article sur cette colonne.

2424 avril. — Un des frères de l’architecte Delacroix s’occupe depuis quelques années d’un travail sur les poteries anciennes, qui déjà se trouve fort avancé. Sans cette raison, à laquelle je ne trouve rien à redire, l’architecte m'aurait remis pour le cabinet de la ville des fragments de vases de différentes espèces qu’il a trouvés en creusant les fondations de la maison Jourdan, dans le prolongement de la Rue Neuve. Au surplus, il dessinera pour notre revue bourguignonne ceux de ces fragments qui présentent quelque intérêt artistique et pour le moment c’est tout ce que je puis désirer.

  • 10 Etienne-François-Philippe Demesmay (1772-1853). Voir Journal, ii, p. 371 note 3.

2525 avril. — M. Demesmay10, sous-préfet de Pontarlier, s'occupe de recueillir les portraits des hommes honorables de l'arrondissement pour en décorer une des salles du nouvel hôtel de ville, construit sur les plans de l’architecte Pompée, à qui ce monument fait honneur.

2626 avril. — M. Duvernoy, l'un des savants chargés du dépouillement des manuscrits du cardinal de Granvelle, a, sans en faire part à la commission, envoyé à la Revue de la Côte-d'Or une notice sur son travail. M. le recteur et les autres membres de la commission, moi excepté, ont jugé qu'il y avait de sa part abus de confiance et se proposent de le censurer à la première réunion.

  • 11 Le personnalité du magistrat-poète Pierre-François Trémolières (1775-1847) a été étudiée par Madam (...)

2727 avril. — Dans la séance de l'Académie, le président Trémolières11 nous a lu une pièce de vers intitulée le Retour de la ville. C'est la contrepartie d'une qu'il nous lut il y a quelque temps sur le Retour à la campagne. Dans l'une comme dans l'autre, il a l'intention d'être piquant, mais il n'en a pas la force. C'est à peine s'il se permet de loin en loin quelques plaisanteries des plus innocentes. Son style naturel, mais facile, l'est encore plus ce me semble que de coutume, et le mélange qu'il a, je ne sais pourquoi, adopté, de vers de dix et de huit syllabes, donne tout à fait à ses vers l’air de la prose.

2828 avril. — M. de Rotalier l'aîné m'a confié quelques fragments de l'ouvrage auquel il travaille sur la surprise de la ville de Besançon par les Huguenots au xvième siècle.

2929 avril. — J'ai déjeuné chez Mme Hugel avec M. d'Hautecour. Il m'a récité quelques-unes de ses nouvelles Fables, qui m'ont paru très supérieures à celles qu'il a déjà publiées. Il m'a promis d'en adresser à la Revue des deux Bourgognes où la Comté, si cela continue, sera représentée par un plus grand nombre de poètes que de prosateurs.

3030 avril. — Il est tombé de la neige toute la matinée. On a été obligé de faire du feu à la Bibliothèque comme dans l’hiver. Le courrier de Lyon a dit que les voyageurs arrivant de la Provence rapportent que les oliviers ont beaucoup souffert.

Notes

1 Le magnifique hôtel (aujourd'hui 68 Grande-Rue) avait été édifié à partir de 1770 par l’architecte C.-J.-A. Bertrand pour le marquis de Terrier-Santans, parlementaire franc-comtois. C'est un de ces rares hôtels bisontins construits sur le mode parisien ou encore dijonnais. Coindre regrette encore dans Mon vieux Besançon, un demi-siècle après Weiss, le rez-de-chaussée dénaturé par l'installation des boutiques, mais ne semble pas avoir la possibilité alors de donner une idée de l'état original de la façade sur rue. Les deux ouvertures boutiquières rectangulaires qui encadrent le porche cocher, abritent aujourd'hui une banque ; il y a longtemps que l'hôtel lui-même a été transformé en école privée...

2 L’Hôtel Chifflet, 23 rue des Granges, construit en 1734 par J.-C. Colombot pour l’un des membres de cette famille. Il s’étendait vers le Doubs par un parc, prolongé par l’orangerie, construite en 1787, visible aujourd’hui au 25 de la rue de la République.

3 Joseph Bard.

4 Jean-Baptiste Chevillard (Lons-le-Saunier 1766-1853). Ancien sous-intendant militaire, sera conseiller général du canton de Lons-le-Saunier de 1837 à 1843. Président de la Société d'Emulation du Jura de 1832 à 1850, il y fut très actif. L'éloge du préfet du Jura fut prononcée dans la séance publique de la Société d’Emulation du 30 août 1836.

5 Sur l'installation de ce musicien à Besançon, voir Journal, II, p. 219 (17 janvier 1833).

6 Lucy Laurens, fille du rédacteur de l'Annuaire du Doubs, musicienne amateur.

7 Henri de Rotalier, frère de Charles-Edouard cité dans le Journal le 10 janvier 1836.

8 France père est signalé dans l'Annuaire du Doubs de 1838 comme marchand épicier dans la Grande-Rue.

9 A peine quelques mois : voir 31 décembre 1835.

10 Etienne-François-Philippe Demesmay (1772-1853). Voir Journal, ii, p. 371 note 3.

11 Le personnalité du magistrat-poète Pierre-François Trémolières (1775-1847) a été étudiée par Madame J. Joliot dans une communication faite à la Société d'Emulation du Doubs, le 25 janvier 1958, et restée inédite : “Le président Trémolières, poète et académicien”.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search