Version classiqueVersion mobile

Propriété, cadastre et usages locaux dans les campagnes françaises (1789-1960)

 | 
Fabien Gaveau

Troisième partie : Compromis

Chapitre 9

Les mutations des structures foncières

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour soutenir la modernisation de l’agriculture, la Troisième République choisit de faciliter la liberté des exploitants agricoles tout en les poussant à se rassembler autour de projets dont chacun retirera un bénéfice. L’association est dorénavant encouragée contrairement à la période postrévolutionnaire. En effet, au nom de la suppression des privilèges, de l’égalité civile et de la liberté du travail, la Constituante avait prohibé les corporations, les associations et les coalitions ouvrières. Elle avait privé les paysans de la possibilité de s’associer en décrétant les organisations professionnelles « inconstitutionnelles, attentatoires à la liberté », les 14 et 17 juin 1791. Les sociétés d’agriculture et les comices agricoles avaient pu exister seulement car il s’agissait de lieux de réflexion. Toute l’action publique durant le xixe siècle visait à enraciner l’individualisme agraire et à émanciper les exploitants de l’ensemble des pratiques collectives.

La Troisième République v...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search