Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Mars 1836

Texte intégral

  • 1 Voir Journal, I, p. 134, n. 32 ; II, p. 351, n. 52. Le château Pertusier, ancienne maison Cuche, é (...)

11 er mars. — Mon ami Pertuisier1 ancien colonel d'artillerie, est mort ce matin à dix heures d'un cancer à l'estomac, après une longue et cruelle agonie. Il a conservé jusqu'au dernier moment sa présence d'esprit, se faisant illusion sur son état dont il n'a jamais connu la gravité et cherchant à se tromper sur les symptômes les plus alarmants. C'était un homme estimable, plein de belles qualités mais qu'une certaine rudesse de manière et une fierté déplacée rendirent d'un commerce peu agréable. Chérissant ses enfants auxquels il s'est constamment sacrifié, il en sera peu regretté parce qu'il n’a pas su s'en faire aimer. Il disait il y a quelques jours : « Pourquoi craindrais-je la mort ? Je devrais au contraire la souhaiter puisque j'ai été malheureux toute ma vie. » Il disait vrai ; avec tout ce qui fait ou suppose le bonheur, il n'a pas été heureux parce qu'on n'est pas heureux par la fortune, mais par le caractère et que le sien s’est opposé constamment à ce qu'il pût goûter des vrais biens de la vie, l'affection de sa femme, de ses enfants et l’intimité de ses amis.

22 mars. — L'enterrement de Pertuisier a eu lieu aujourd'hui à deux heures. Conformément à son intention, il a été fait sans aucune espèce de pompe. Le corps a été porté à Franois où il sera placé près de sa femme. Le docteur Pécot, qui l'a assisté dans ses derniers moments, m'a dit qu'il était mort en détail. Il s'est aperçu que ses yeux s'éteignaient et s'est écrié : « Mon Dieu, qu'est-ce que cela va devenir. » Puis il a demandé le Christ qu'il a baisé et a répété les prières que récitait devant son lit une pauvre sœur de la Charité. Il n'a cessé de prononcer les prières que lorsque sa langue s’est glacée. Son agonie a été longue et douloureuse. Pauvre Pertuisier, qui n’a connu de la vie que ses angoisses et qui a eu tant de peine à la quitter. « Maintenant tu sais ce qu’il en est de l’autre vie qui nous est promise, où nous devons nous rejoindre pour ne plus nous séparer. Si tu pouvais m'éclairer, me donner une partie de tes connaissances, quel service tu me rendrais. »

33 mars. La mère de famille, traduit de l'anglais par X. Marmier. Strasbourg, Levrault, in-12.

  • 2 Taylor : Journal, ii (1829), note 26 ; Cailleux : Journal, ii (1829), note 27.

4 Voyage pittoresque dans l'ancienne France : Picardie, par Ch. Nodier, Taylor et Cailleux2. Paris, Gide, in folio, 1ère livraison.

54 mars. — Hier, à la séance de l'Académie, M. Trémolières a lu une pièce de vers : Le recteur au village, très agréable mais prosaïque.

65 mars. — Le nouveau ministre de l'Instruction publique, M. Pelet (de la Lozère) a nommé M. Pérennes membre de la commission Granvelle.

76 mars. — M. le comte Alexis de Rosières, ancien capitaine du régiment d’Aunis, est mort ici le 4 de ce mois à l’âge de 78 ans. Il était né en Lorraine d’une famille différente des Rosières-Chapuis. Je ne le mentionne ici que parce qu’il a fait imprimer il y a deux ou trois ans un Recueil de vers de sa jeunesse, très médiocre pour ne rien dire de plus, mais qui prouve au moins qu’il avait le goût de la littérature. C'était un homme d’une assez belle taille, le nez au vent, marchant d’un air affairé et qu’on était sûr de rencontrer dans les cabinets littéraires.

  • 3 L’acquisition du modèle en plâtre de la statue de Cuvier avait été décidée par la commission de la (...)

87 mars. — Le plâtre de la statue de Cuvier est arrivé aujourd'hui. La caisse a été descendue dans le vestibule de la Bibliothèque en attendant qu'on ait fait faire un piédestal3. Son poids est de près de 1.500 kilos suivant la lettre de voiture, mais on soupçonne qu'il est exagéré.

  • 4 L’abbé Emmuanuel-Justin Barthélemy, né en 1803 à Beauregard, fut pendant un temps vicaire à l’égli (...)

98 mars. — Le Panthéon ou Sainte-Geneviève de Paris, par J. B--------y (Barthélemy) de Beauregard4. Paris, Ad. Leclère, in 8° de trente-deux pages. C’est le coup d’essai d’un jeune abbé que j’ai eu l’occasion de voir quelquefois chez M. Génisset dont il a suivi les leçons. Il habite Paris depuis quelque temps et travaille à des journaux. L’objet de cet opuscule en vers est de faire sentir la nécessité de rendre au culte catholique la basilique de Sainte-Geneviève. L’avertissement qui le précède renferme quelques traits assez vifs contre Voltaire, Rousseau et les autres hommes plus ou moins célèbres dont les cendres ont été déposées aux diverses époques dans les catacombes de Sainte-Geneviève.

  • 5 Louis Dubeux (1798-1863). Voir Journal, 11 octobre 1835.

109 mars. — M. Dubeux5, de la Bibliothèque royale, est revenu chercher sa femme qui a passé ici l’hiver chez sa mère. Nous avons dîné aujourd'hui ensemble chez Mme Hugel. La conversation littéraire et politique a été assez intéressante pour me faire paraître la soirée fort courte. M. Dubeux est un homme excellent et laborieux. Il a sous presse une traduction du persan qui s'imprime aux frais de la Société orientale de Londres. Ce sera son premier titre d'admission à l'Académie des Inscriptions, le but de tous ses efforts et où il a l'espérance d'arriver dans quelques années.

  • 6 Monseigneur Gousset.

1110 mars. — J'ai reçu aujourd'hui une lettre de M. l'évêque de Périgueux6 qui m’annonce que la cérémonie de son sacre est fixée au 5 de ce mois dans l'église des Carmes. Cette lettre si simple est écrite d'une manière si touchante qu'elle m'a serré le cœur.

1211 mars. — M. le président Trémolières est encore revenu sur la présentation de Convers, suivant lui l'homme de toute la province qui a rendu le plus de services aux sciences. Il en a parlé hier à la commission de l'Académie assemblée à la Bibliothèque et où je me trouvais par hasard puisque je n'en fais pas partie. Dans un moment d’impatience, je lui ai dit que si Convers était reçu, je donnerais ma démission. Cette vivacité dont je n'ai pas été le maître n'est plus excusable à mon âge et je reconnais que j'ai eu grand tort de m'y abandonner. Génisset, qui pense comme moi, est devenu tout pâle en m'entendant mais il a eu la prudence de ne pas ajouter un mot, en sorte que la séance, à laquelle je n'ai pris aucune part quoique présent, s'est passée avec tout l'ordre convenable.

1312 mars. — En terminant ma notice sur Dom Grappin, il m'est venu une idée que je crois utile, c'est d'indiquer comme un projet qu'il avait conçu et dont il aurait sollicité lui-même l'exécution très vivement, la publication des pièces historiques conservées dans les archives de l’Académie. J'en ai déjà parlé à quelques membres influents qui sont tous de mon avis, en sorte que j'en ferai la proposition formelle dans une des premières séances, en indiquant les moyens à prendre pour que la dépense ne tombe pas entièrement à la charge de la compagnie.

  • 7 Le tableau de l’école italienne, d’après Carrache, représente le mariage mystique de sainte Cather (...)

1413 mars. — Lancrenon commence à s'occuper de la restauration des tableaux du Musée. J'ai vu aujourd'hui dans son atelier un petit tableau qu'il restaure qui m'a paru d'une grande beauté. Il représente la Vierge tenant l'Enfant Jésus à qui une femme offre un anneau7 Avant qu'il l'eût décrassé et remis en état, personne n’aurait pu soupçonner le moindre mérite à cette gracieuse composition d'un coloris charmant.

1514 mars. — A l'ouverture de la caisse renfermant la statue de Cuvier, on a reconnu qu'une jambe était fracturée et la plinthe en plusieurs morceaux. Il y a eu cet après-midi un conseil pour aviser aux moyens de réparer le dommage et surtout d'élever la statue sur son piédestal. On a beaucoup parlé, comme cela se pratique dans toutes les réunions un peu nombreuses, mais il n'y a rien eu d'arrêté. Lancrenon doit s'entendre avec un mécanicien nommé Baptiste, que l'on dit fort habile, pour faire transporter la statue dans un endroit plus commode que le vestibule de la Bibliothèque, et c'est après cette première opération que l'on s’occupera de la réparer.

1615 mars. Horloge de la passion ou Réflexions et affections sur les souffrances de Jésus-Christ par le père de Liguori, traduit de l'italien par l'abbé Gaume. Paris, Gaume, in-18. Cette édition est la septième.

1716 mars. — M. Foisset, mon ami depuis plusieurs années et sans contredit l'un des hommes les plus spirituels de la Bourgogne, m'écrit pour me demander s'il me serait possible d’opérer une réunion franche entre cette province et la Franche-Comté, cas dans lequel il aurait le projet d'une publication mensuelle qui prendrait le titre de Revue des deux Bourgognes. Je lui ai répondu d'une manière conforme à ses désirs, mais je pense qu'il convient d’intéresser au succès du nouveau journal toute la littérature franc-comtoise et par conséquent d’en faire l'objet d'une délibération académique. Nous reviendrons, je l'espère, de temps en temps sur ce journal qui paraîtra sous peu de temps.

  • 8 Abbé Dartois (voir Journal, II, p. 381, n. 64). Ses recherches sur les patois n’ont jamais été pub (...)
  • 9 Claude-Charles Pierquin de Gembloux (1798-1863). Cet écrivain français, après avoir été professeur (...)

1817 mars. — L'abbé Danois8, aujourd'hui curé de Villers près d'Ornans, s'occupe toujours de son grand travail sur le patois de Franche-Comté dont il recherche les étymologies dans toutes les langues et dialectes de l'Europe. J'ai eu l'occasion de le mettre en rapport avec un autre linguiste, du Dauphiné, M. Pierquin9, et il est venu m’en remercier. Par occasion, il m'a dit qu'il avait jugé convenable de partager son ouvrage sur notre patois en deux parties et que la première, la plus simple, la plus usuelle, serait prête à mettre sous presse avant la fin de l'année.

  • 10 Pellarin, le rédacteur de l'impartial ; docteur en médecine, publia : Charles Fourier, sa vie et s (...)

1918 mars. — Cet écervelé de Joseph Bard m'avait adressé dans les premiers jours de mars un avis qu'il me priait de faire insérer dans l'impartial, portant invitation, tant en son nom qu'au mien, à tous les savants des deux Bourgognes de se réunir dans un congrès à Dijon, au mois de septembre prochain. Comme je n'ai pas l'outrecuidance d’imaginer que je suis un personnage assez important pour faire mouvoir un seul individu de la province, je m'était contenté de rire de ce livret et je l'avais mis de côté. Mais le chevalier Bard l'a fait imprimer dans la Sentinelle du Jura où Pellarin10 me l’a fait lire aujourd'hui en me demandant s'il devait le reproduire. Je l'ai prié de s'en garder comme d'une mauvaise action et j'espère que la chose en restera là.

2019 mars. — M. Duvernoy est de retour de Genève où il avait été appelé par les magnifiques pour mettre en ordre les archives avec promesse d'appointements considérables. Son âge et le mauvais état de sa santé ne lui ont pas permis d'accepter ces offres mais les magnifiques l'ont prié de leur trouver un archiviste et M. Duvernoy a jeté les yeux sur le jeune Belamy, lui proposant de le mettre au courant de cette besogne. Je trouve admirable la conduite de M. Duvernoy dans cette circonstance, et c'est ce qui m'engage à la consigner ici.

  • 11 Prosper Lorain (ou parfois Lorrain), professeur à la Faculté de droit de Dijon, était rédacteur de (...)

2120 mars. — Nouvelle lettre de Foisset qui est enchanté de mon consentement à la coopération de la Revue des deux Bourgognes. Le prospectus rédigé par Lorrain11 paraîtra vers la fin du mois. Si je peux obtenir auparavant une délibération de l'Académie qui lie tous les membres au succès de cette entreprise, je m'empresserai de l'adresser au rédacteur en chef pour l'insérer dans le premier numéro. Quel dommage que Génisset vieillisse et que je ne sois plus jeune !

2221 mars. — L'abbé Robin, de Salins, vient de m'adresser pour notre Musée un ostensoir en fer battu exécuté pendant la Révolution, à l'époque où les églises furent dépouillées de tous les objets en or ou en argent servant au culte catholique. Cet ostensoir est d’une belle forme.

2322 mars. Du conseil général du département du Jura, session de 1835, par Honoré Colomb. Saint-Claude, imprimerie d'Enard, in 8° de trois feuilles.

24 Selva ou Recueil de matériaux, de discours et d'instructions pour les retraites ecclésiastiques, suivi d'une Instruction sur l'office divin par Alphonse de Liguori, traduit de l'italien par l'abbé J. Gaume. Paris, imprimerie de Guiraudet, 2 volumes in-18.

2523 mars. — Génisset vieillit, je le disais l'autre jour, mais il a plus de zèle que la plupart de nos jeunes gens. Je lui ai dit ce soir qu'il fallait un article de lui dans l'un des premiers numéros de la Revue des deux Bourgognes, sur l'état de la Faculté des lettres de Besançon. Il m'a demandé la manière dont j'envisageais ce sujet, nous en avons causé ce soir et je suis sûr qu'il y travaillera pendant les vacances de Pâques.

  • 12 Claude-Marie-Joseph Guichard, né à Besançon en 1810, avait été d'abord secrétaire de M. Courvoisie (...)

2624 mars. — J'ai déjeuné aujourd'hui avec le jeune Guichard12, employé de la Bibliothèque royale. C'est un excellent jeune homme, laborieux, aimant l'état qu'il a choisi et qui ne néglige rien pour se mettre à même de le bien remplir un jour. Commis aujourd'hui à la réception des livres, il s'est chargé volontairement d'un travail sur les éditions du xvème siècle qui se trouvent à la Bibliothèque et il en a dressé le catalogue pendant les dernières vacances. Il m'a promis de s'occuper sérieusement de notre Bibliothèque à nous et de saisir toutes les occasions de me procurer les ouvrages qui nous manquent, mais comme il est ici pour un mois, nous avons le temps d'en reparler.

2725 mars. — M. de Sagey, d’Ornans, ancien évêque de Tulle, est mort à Paris. Ses obsèques ont eu lieu le 22 à Saint-Thomas d'Aquin.

2826 mars. Ode sur l'inauguration de la statue de Napoléon, replacée sur la colonne de la place Vendôme, présentée à l'Académie d'Amiens et qui a concouru pour le prix de 1834, par M. Monnier du Jura. Deuxième édition in 8°, imprimerie de Corne à Toulouse.

2927 mars. — Depuis quelques jours la température a varié d'une manière très remarquable. Avant-hier, le thermomètre Réaumur marquait 8 à 10 degrés de chaleur, le vent était très violent et le soir on a entendu le tonnerre. Hier dans la matinée, on aurait pu se croire dans l'hiver, l'air était froid et il tombait une neige très abondante.

  • 13 Louis Gollut (Pesmes vers 1535-Dole 1595), historien, avait fait ses études à Dole, parcouru l'Ita (...)

3028 mars. — J'ai acquis pour la Bibliothèque un exemplaire des Mémoires de Gollut13, interfolié, avec sa signature en frontispice et des additions assez considérables de sa main. C'est M. le conseiller Béchet qui m'a fait faire cette acquisition. Ce volume a coûté 30 francs.

  • 14 La veuve du général Jean-Claude-Eléonore Le Michaud d'Arçon (Pontarlier 17331733- ? 1800). Jean Co (...)
  • 15 Constant Wairy, dit Constant (1778-1845) a été le valet de chambre de Napoléon de 1800 à 1814.

3129 mars. — Aujourd'hui a été enterrée Madame d'Arçon14 à Saint-Maurice, sa paroisse. Elle était âgée de 92 ans. C'était une personne aussi bonne que spirituelle et qui, jusqu'au dernier moment, a joui de la plénitude de ses facultés. Elle laisse une fille, Madame de Vaudey, dont on a les Mémoires dans ceux de Constant15, le valet de chambre de Napoléon.

  • 16 François-Joseph Régnier (Langres 1808-Nancy 1889) commença une carrière dans la magistrature ; gra (...)
  • 17 Bernard-Marie Joliet (Dijon 1784-1848), notaire. Ami de Weiss qu'il admirait et qui affina son goû (...)
  • 18 Henri Lacordaire (Recey-sur-Ource 1802-Sorèze 1861) avait fait son droit à Dijon (1819) avant de p (...)

3230 mars. — M. Régnier16, jeune littérateur qui m'a été adressé par mon ami M. Joliet17, est venu me voir ce matin. Il appartient à cette famille d'écrivains qui réunissent à de grands sentiments le goût des affaires et dont M. de Chateaubriand est le chef, en un mol il l'ait trafic de piété. Né d’une famille honorable de Langres, il a fait son droit à Dijon où il a connu l’abbé Lacordaire18 qui l’a lancé dans la dévotion. Il est antipathique à Voltaire dont il n’a jamais pu lire la Henriade, le seul de ses ouvrages dont il ait commencé la lecture. Il affirme que personne ne lit plus Rousseau et que les livres des écrivains du xviiième siècle sont, sans exception, indignes d’être ouverts. Il a vu Rome dont il a publié la description sous le titre de Tableau de la Ville éternelle et l’abbaye d’Einsiedeln dont il veut vendre l’histoire à M. Marquiset en se réservant le droit de la réimprimer dans ses œuvres complètes si jamais la fantaisie le prend d’en donner une édition. Il connaît particulièrement notre archevêque et s'étonne que les bisontins n'en aient pas une opinion plus favorable, affirmant qu'à Rome il est regardé comme le premier prélat de l’église gallicane. Pour le surplus, M. Régnier est un jeune homme de bonnes manières, parlant bien, se tenant bien et très capable de produire de l'effet dans un salon, chose à laquelle il a des prétentions, autant que j'ai pu m’en apercevoir pendant le déjeuner.

3331 mars. — Hier, il y a eu un concert spirituel à l'hôtel de ville, exécuté par les membres de la Société philarmonique. C’était une nouveauté pour Besançon où il n’en a pas été donné, du moins depuis la Révolution.

Notes

1 Voir Journal, I, p. 134, n. 32 ; II, p. 351, n. 52. Le château Pertusier, ancienne maison Cuche, élevée au xvie siècle à Morteau, porte le nom de la famille qui le céda à la ville. Il avait été acquis sur la liste des biens nationaux en mars 1796 par Jean-Charles Pertusier, avocat à Besançon. Son fils Charles, cité ici, en hérita et le céda à son fils Gonzalve qui le fit restaurer et graver sur le fronton la lettre P. La ville de Morteau en a fait un centre culturel qui abrite en particulier le musée d’horlogerie du Haut-Doubs (1985). Renseignements communiqués par M. Vaufrey, responsable du Musée.

2 Taylor : Journal, ii (1829), note 26 ; Cailleux : Journal, ii (1829), note 27.

3 L’acquisition du modèle en plâtre de la statue de Cuvier avait été décidée par la commission de la Bibliothèque le 7 décembre 1835 et par le Conseil municipal le 22 décembre suivant. Son séjour à la Bibliothèque n’a duré qu’un siècle et demi : il a été transporté au Musée lapidaire (abbatiale Saint-Paul) en août 1989.

4 L’abbé Emmuanuel-Justin Barthélemy, né en 1803 à Beauregard, fut pendant un temps vicaire à l’église de la Trinité à Paris.

5 Louis Dubeux (1798-1863). Voir Journal, 11 octobre 1835.

6 Monseigneur Gousset.

7 Le tableau de l’école italienne, d’après Carrache, représente le mariage mystique de sainte Catherine d’Alexandrie et se trouve dans les réserves du Musée des Beaux-Arts de Besançon.

8 Abbé Dartois (voir Journal, II, p. 381, n. 64). Ses recherches sur les patois n’ont jamais été publiées ; le manuscrit ne figure pas parmi quelques documents provenant de lui dernièrement acquis par la Bibliothèque municipale de Besançon.

9 Claude-Charles Pierquin de Gembloux (1798-1863). Cet écrivain français, après avoir été professeur à Valence, fut après 1830 inspecteur d'académie à Grenoble. Grand travailleur, membre de nombreuses sociétés savantes françaises et étrangères, il devait publier en 1840 : Des patois, de l’utilité de leur élude et de leur bibliographie.

10 Pellarin, le rédacteur de l'impartial ; docteur en médecine, publia : Charles Fourier, sa vie et sa théorie, Librairie de l’Ecole sociétaire, à la mémoire de Ch. Fourier, l’inventeur de la vérité sociale, l'architecte du bonheur (2e édition en 1843).

11 Prosper Lorain (ou parfois Lorrain), professeur à la Faculté de droit de Dijon, était rédacteur de la Revue des deux Bourgognes dont les livraisons et leur contenu étaient annoncés dans l'impartial. La publication dura d'avril 1836 à mai 1839 (Voir M. Vogne, La presse périodique..., iv, pp. 189-190, et Locatelli et divers, La Franche-Comté à la recherche de son histoire...)

12 Claude-Marie-Joseph Guichard, né à Besançon en 1810, avait été d'abord secrétaire de M. Courvoisier, puis conservateur au département des imprimés à la Bibliothèque royale. Très érudit, il fréquentait à Paris de nombreux franc-comtois du monde des arts et des lettres. Une lettre adressée à Weiss en 1834 lui donne des nouvelles de ses trois nièces, Louise, Caroline et Célestine, filles de son frère l'acteur Claude-François Weiss, dont la femme venait de mourir (Kaye, Les correspondants..., p. 237-238). Il mourra en 1852 à Pise d'une maladie pulmonaire.

13 Louis Gollut (Pesmes vers 1535-Dole 1595), historien, avait fait ses études à Dole, parcouru l'Italie en compagnie de Claude de La Baume. Ses Mémoires de la province séquanaise et des princes de la Franche-Comté de Bourgogne (Dole, Antoine, 1592) devaient être rééditées par Charles Duvernoy et Emmanuel Bousson de Mairet en 1844-1846, en tenant compte notamment de l'exemplaire cité ici par Weiss.

14 La veuve du général Jean-Claude-Eléonore Le Michaud d'Arçon (Pontarlier 17331733- ? 1800). Jean Cousin, dans son étude sur l'Académie de Besançon, signale qu'elle appartint aux côtés de l'épouse de l'intendant de Lacoré à une loge franc-maçonne avant la Révolution. Sa fille, Madame de Vaudey, rédigea un Journal qui était joint à l'édition originale des Mémoires de Constant et où elle se montrait d’une excessive sévérité à l'égard de l'empereur (Mémoires intimes de Napoléon par Constant, son valet de chambre, édité et présenté par Maurice Dernelle, Mercure de France, 1967, p. 723 note 295).

15 Constant Wairy, dit Constant (1778-1845) a été le valet de chambre de Napoléon de 1800 à 1814.

16 François-Joseph Régnier (Langres 1808-Nancy 1889) commença une carrière dans la magistrature ; grand amateur de musique sacrée, il entra dans les ordres en 1858 et finit chanoine honoraire à Nancy. Il publia en 1880 à Nancy : Lacordaire, souvenirs et lettres d'ami.

17 Bernard-Marie Joliet (Dijon 1784-1848), notaire. Ami de Weiss qu'il admirait et qui affina son goût pour la littérature. Dans les nombreuses lettres adressées au bibliothécaire bisontin, il cite de nombreux bourguignons : Foisset, Lorain, Ladey, etc...

18 Henri Lacordaire (Recey-sur-Ource 1802-Sorèze 1861) avait fait son droit à Dijon (1819) avant de partir à Paris comme avocat stagiaire.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search