Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Février 1836

Texte intégral

  • 1 Fautive, dans le sens de « présentant des erreurs ». Gauthier fit publier ce texte en 1891, très r (...)

11 er février. — Le hasard m'a fait découvrir chez M. Baudot, receveur des contributions, le recueil des Noëls contre le parlement Maupeou que l’on croyait perdu. J'ai fait part de cette trouvaille à M. le conseiller Bourgon, et il n'est pas éloigné d'accepter la proposition que je lui ai faite d'imprimer les Noëls inédits à 25 ou 30 exemplaires. La copie que j'en ai sous les yeux est très <fautive>1 ; elle est d'un nommé Jobert, maître perruquier, homme sans lettres, mais qui tenait curieusement registre de tous les événements et même de toutes les facéties en prose ou en vers qui paraissaient de son temps, où l’on était plus matin et surtout plus gai qu'aujourd'hui.

22 février. — On a donné aujourd’hui la première représentation du Cheval de bronze, pièce à grand spectacle de M. Scribe, pour laquelle le directeur a fait venir des décorations de Dijon. Pour se couvrir de ses frais extraordinaires, il a cru devoir augmenter le prix des places, mais c'est un mauvais moyen d'attirer du monde.

33 février. — M. de Ferrières l'aîné vient de m'envoyer un poème héroïcomique de sa façon qui ne peut guère avoir moins de trente ans de date, puisque son héros est ce bon professeur allemand, M. Feinrich, qui me donnait des leçons de mémoire. Il s'est rappelé ce péché de jeunesse enfoui dans un de ses cartons et il me charge de lui en dire mon avis. M. de Ferrières, votre poème que je viens de lire est très médiocre, et quoiqu'il y ait par-ci par-là quelques jolis vers, si j'étais à votre place, je me garderais bien de le faire imprimer.

44 février. — L'idée de fonder une revue franc-comtoise s'est emparée depuis quelques jours de nos jeunes littérateurs. Il en a été question ce soir chez M. Bourgon qui avait réuni quelques académiciens à un fort grand dîner. Auguste Demesmay, Pérennès, Viancin sont tous d'avis de la revue et promettent d'y concourir avec activité. Pour moi qui, malheureusement, ai plus d'expérience de l'esprit et du caractère de nos chers compatriotes, je suis convaincu que cette entreprise n'aurait aucun succès et que même ceux-là qui la désirent le plus seraient les premiers à l'abandonner.

55 février. — Les jeunes académiciens ont de singulières idées sur les moyens de soutenir la compagnie dans les voies honorables où elle n'a cessé de marcher depuis son rétablissement. D'abord, ils imaginent que le premier titre d'un académicien c’est le bel esprit, et j'ai perdu ma rhétorique à leur soutenir le contraire ; ensuite, ils sont également persuadés que les élections n'ont pas besoin de la sanction publique, et c'est encore une grave erreur. Quand on peut dire de quelqu'un, c’est un homme d’esprit mais il manque de cœur, quand un choix honorable peut blesser les convenances ou, si l'on veut, les préjugés, je soutiens que pour cela seul il est mauvais. J'aurai beaucoup de peine à faire triompher cette opinion, mais il est de mon devoir de l'essayer si, comme Demesmay me le disait hier au soir, nous sommes menacés de voir proposer M. Miroglio, le pasteur de l'Eglise réformée, et César Convers, l'un des chefs du parti du mouvement à l'époque de la Révolution de 1830.

66 février. — D. Monnier vient de m'adresser, pour les transmettre au ministre, ses Recherches sur l'abbaye de Saint-Claude. C'est un volume in 4° très épais, contenant la copie des titres inédits de cette abbaye qui se trouvent dans les archives du Jura et la notification de ceux que Dunod a publiés dans son Histoire de l'église de Besançon. Le volume est exécuté avec soin ; chaque pièce importante est accompagnée d'un fac simile et suivie d'une analyse assez étendue. L'extrait de la procédure instruite contre le frère Garnier, moine de Saint-Claude au commencement du xviième siècle, est très curieuse et suffirait pour la donnée d'un roman plein d'intérêt. L'ancienne bibliothèque de l'abbaye a été dispersée pendant la Révolution. Un missel enrichi de miniatures, qui en faisait le plus bel ornement, est aujourd'hui dans les mains d'une dame Cattau, parente d'un des administrateurs chargés d'empêcher la spoliation de ce dépôt. Si le ministre réclame ce manuscrit, comme il me semble en avoir le droit, comme je crois que je le ferais à sa place, et qu'il en obtienne la restitution, je doute fort que ce soit pour le rétablir dans la Bibliothèque départementale. Ce chef-d'œuvre de peinture et de calligraphie ira grossir le nombre de ceux qui sont entassés à la Bibliothèque royale, en attendant qu'un accident qu'on ne peut prévoir mais qui ne peut manquer d'arriver, les fasse périr tous ensemble.

77 février. —La nouvelle est arrivée de Dole que M. de Lampinet s'était tué d'un coup de pistolet. On ne peut soupçonner la cause de ce suicide. Madame Dusillet, sa nièce, avait pour ce soir même un bal. Les personnes invitées ont été contremandées.

  • 2 Le titre complet de l'ouvrage du docteur Jean-Jacques Pyot est : Tablettes jurassiennes ou histoir (...)

88 février. — Les Tablettes jurassiennes2 par le docteur Pyot. Dole, Prudent, in-18. L'auteur promet un second ouvrage : La Franche-Comté et ses hommes illustres.

  • 3 Cet abbé Verdot (Prosper-Fulgence), déjà cité par Weiss le 11 août 1833 (Journal, II, p. 300) étai (...)

99 février. — M. l'abbé Verdot3, curé de Maîche, vient de traduire la Règle de Saint Donat. Il m'a fait l'honneur de m'adresser son manuscrit pour lui en dire mon avis.

1010 février. — Auguste Demesmay s’occupe maintenant de traduire en vers des paraboles allemandes. Il m’a communiqué un échantillon de son travail qui m’a plu d'autant moins qu’il s’est plus rapproché de l’original. Il y a entre le simple et le plat, entre le naïf et le trivial, des nuances que nos voisins n’aperçoivent pas encore et que mon ami Demesmay ne distingue pas toujours.

1111 février. — On dit que le génie militaire s’occupe du projet d'agrandir la ville de Besançon en reportant les fortifications du côté de Battant au-delà de Saint-Claude. Il est certain que pour compléter le système de défense de la place, il devient nécessaire de construire un fort sur la hauteur de Saint-Claude, et que, ce fort terminé, les anciens remparts avec leur cavalier seraient tout à fait inutiles. Si l’on continue de parler de ce plan, nous y reviendrons.

  • 4 Antoine-Pierre Ier de Grammont, archevêque de Besançon de 1662 à 1698, fondateur du séminaire, ava (...)

1212 février. — On a replacé aujourd'hui sur le frontispice de l'église du Séminaire le bas-relief qui avait été détruit pendant la Révolution. C'est au jeune Huguenin, de Dole, que l'on doit le portrait de la Vierge tenant son enfant. Il ne lui a pas été payé plus de 5 à 600 francs. On va replacer également dans l'intérieur du séminaire les armes de de Grammont4, fondateur de cet établissement et, dans l’église, celles du cardinal de Rohan, dont le cœur y est déposé.

1313 février. — Le froid a repris cette nuit avec une assez grande violence. Ce matin, les toits étaient couverts de neige, et on ne marchait que difficilement dans les rues. Mais la saison est trop avancée pour craindre que ce temps-là se soutienne plus de deux ou trois jours.

1414 février. — Aujourd'hui dimanche gras, on s'attendait sans doute à voir beaucoup de masques dans les rues, car dès les deux heures, on a vu circuler des patrouilles nombreuses. Cependant on n'a vu que quelques enfants déguisés ou des ouvriers masqués. Décidément ce genre de plaisir n'est plus fait pour la nation la plus spirituelle et, comme on sait, la plus sage de l'Europe.

1515 février. Œuvres de C. Sollius Apollinaris Sidonius traduites en français avec le texte en regard et des notes par J.-F. Grégoire et F.-Z. Collombet. Lyon, 1836, trois volumes in 8°. L'un des traducteurs de Sidonius, M. Collombet, est franc-comtois, étant né dans un petit village près de Saint-Claude. J'ai eu l'occasion de le voir, comme je crois l’avoir déjà dit, à mon dernier voyage de Lyon et depuis, il m'a écrit deux fois. C’est un homme laborieux, écrivant de cœur et de conscience, mais d'un esprit médiocre.

1616 février. — Carnaval. Il aurait été assez triste car le goût en passe depuis plusieurs années ; mais le directeur du spectacle, dans le but d'attirer du monde au grand bal, s'est avisé d'organiser une espèce de parade qu'il a intitulée Le triomphe du roi du Congo, dans laquelle ont figuré des acteurs et même des actrices sur des chars précédés de tambours et d'une troupe de musiciens. Cette folie a eu le plus grand effet. Le soir, la Grande-Rue était remplie de masques et de curieux. Sur la place Saint-Pierre, un individu qu'à son accent j'ai reconnu pour étranger, s'est avisé d'entonner une chanson politique, mais une foule de masques arrivant du côté du pont avec de la musique ont bousculé le chanteur, et force lui a été d'aller avouer ailleurs ses pensées patriotiques. Il est onze heures et tout est parfaitement tranquille.

  • 5 C'est la première mention de Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865) par Weiss. Grâce à son travail de (...)

1717 février. — Lambert et Proudhon5, deux protes de la maison Gauthier-Marquiset, distingués, le premier par un goût assez prononcé pour les lettres que sa position ne lui a pas permis de cultiver, l'autre par une érudition peu commune dans les langues anciennes, viennent de s'associer pour acquérir l'imprimerie de Montarsolo à des conditions avantageuses. Ils débuteront par un Dictionnaire du notariat, sur le plan du Grand dictionnaire de jurisprudence de Dalloz, dont le premier volume paraîtra dans quelques mois. Cet ouvrage est d'un auteur du pays, mais je n'en ai pas encore pu découvrir le nom.

1818 février. — La question du mode d’élection s'est présentée aujourd'hui à l'Académie. Comme il s'agit de trouver les moyens d'empêcher des choix qui ne pourraient qu'entraîner la ruine de la compagnie, tous les membres présents en ont senti l’importance, et la discussion en a été renvoyée à une séance plus nombreuse.

1919 février. — Il est tombé depuis hier une immense quantité de neige. Le courrier de Paris a été retardé de plus de six heures. Des voyageurs venant de Pontarlier disent, que dans plusieurs endroits, la neige s'élève à plus de trois pieds. Si la fonte arrivait subitement, on aurait sans doute à déplorer plusieurs accidents.

2020 février. — Une estafette arrivée ce matin à 11 heures a donné l'avis au préfet que la voiture du courrier avait versé près de Troyes et que les journaux, attendus avec impatience, ne pourraient selon toute apparence être distribués avant six heures du soir. Cette nouvelle a circulé sur-le-champ dans la ville et fait naître des conjectures qui, toutes, ont été démenties. Le courrier est arrivé à six heures du soir et les journaux distribués sur-le-champ ont trompé l'attente des curieux qui s'attendaient à y trouver au moins la composition du nouveau ministère.

2121 février. — Après quatre jours de neige et de verglas, nous avons eu une des plus belles journées d'hiver que l'on puisse désirer. Les masques en ont profité pour parcourir les rues, un très grand nombre à pied et d'autres en voiture avec des musiciens. L’affluence des curieux était si considérable que la circulation était impossible dans la Grande-Rue depuis Granvelle au pont. D'ailleurs toute la fête s'est passée avec le plus grand ordre et je serais bien surpris d'apprendre demain que la police a été obligée de prouver qu'elle est présente dans les lieux où l'on s'attend le moins à la rencontrer.

2222 février. Le Temps contient un article de Nodier : « De la dignité des avocats et de l'indignité des bibliothécaires. » Il lui a été inspiré par la décision des avocats d'une ville de France de troisième ordre qui viennent de rayer du tableau le bibliothécaire comme indigne à raison du traitement ou gage qu'il reçoit de la ville. Dans cet article beaucoup trop souvent, suivant moi, lardé de citations latines assez déplacées, Nodier se moque très spirituellement de la morgue et des prétentions des avocats, mais on lui reprochera d'avoir saisi cette occasion de faire des compliments à M. Dupin, au moment même où il semble appelé à diriger du moins indirectement les affaires de la France. Quand Nodier dédiait je ne sais plus lequel de ses ouvrages à M. Laffitte en disgrâce, il y avait là de la dignité, mais il n'y en a point à prodiguer ses louanges à un homme en faveur et dont le caractère public n'est rien moins qu'estimable.

2323 février. Poésies diverses ou Les quelques loisirs d'un jeune franc-comtois, ex-maréchal des logis, chef de l'artillerie, actuellement gendarme par suite de revers. Besançon, imprimerie de Gomet, in 8° de deux feuilles. L'auteur de cet opuscule m'est inconnu, mais c'est à coup sûr le plus ignoble et le plus détestable rimailleur de la province.

2424 février. — Auguste Demesmay qui part dans quelques jours pour Paris m'a communiqué de nouvelles pièces de vers qu'il se propose d’y faire imprimer. Celle qui m'a fait le plus de plaisir est une légende intitulée Le camp de la Rivière. C'est le nom d'un bourg près de Pontarlier dont les fortifications jadis considérables sont aujourd'hui réduites à quelques tourelles qui tombent en ruine. Auguste est le premier de nos poètes qui ait cherché des inspirations dans les souvenirs de nos campagnes, mais je lui reprocherais de n'avoir pas dépassé les bornes trop étroites de l'arrondissement dans lequel il est né. C'est, me répondrait-il, la partie de la province dont il connaît le mieux l'histoire ou les traditions. Les mémoires qui, je l'espère, seront envoyés au prochain concours de l'Académie, ne lui laisseront plus cette misérable excuse.

2525 février. — Louis de Vaulchier est indigné plus que moi de l'accident arrivé aux médailles de Maire. Il ne doute pas qu'il n'y ait intention de la part des gens de la Monnaie de décourager les artistes de la province. Dans son courroux, il me disait : « A tout cela je ne sais qu'un remède, c'est de brûler Paris. Je ne puis pas m'en charger tout seul, mais qu’il se forme une association dans ce but et j'en suis. »

  • 6 Tente : peut-être au sens de tentation ?

2626 février. — M. de Magnoncour a montré dans tant d'occasions son attachement pour le pays et en particulier pour Besançon que la ville devrait lui en témoigner sa reconnaissance de quelque manière. Il se présente un moyen si naturel, si simple que personne ne s'en avisera. Ce serait de faire nommer par la ville son premier enfant. C'est une idée qui m'est passée aujourd'hui par la tête et que j'ai communiquée à Madame Marquiset. Mais je me garderai bien de la dire à d'autres, dans la crainte de donner par là <tente6> à de mauvaises plaisanteries. Les noms imposés par des villes ne sont cependant pas choses très rares : un des enfants de M. de Bry a été tenu par M. le baron Daclin au nom de la ville.

2727 février. — On parlait du dernier rapport du secrétaire de l'Académie qui commence par un tableau des bouleversements de la nature. J’ai dit que c'était de la littérature volcanique. Le mot a fait fortune dans notre petit cercle.

2828 février. — M. Louis de Vaulchier, que je regarde comme la perle de nos jeunes gens, l'espoir alternis Romæ, est parti ce matin pour Paris où il va faire les emplettes de son mariage avec Melle Philippine de Mauclerc. Il s'est chargé de voir M. Pouillet, de lui parler de l'accident arrivé aux premiers coins de Maire et de se concerter avec lui sur les moyens d'en prévenir de pareils à l’avenir.

  • 7 Hippolyte Rosellini, archéologue et érudit pisan, spécialiste en langues orientales, avait publié (...)

2929 février. — J'ai reçu une lettre de M. Jouffroy, de Pise. Il est assez content de sa santé mais sa poitrine est encore échauffée et il lui faut un long repos avant qu'il puisse reprendre sans danger le cours de philosophie à la Sorbonne. Il emploie ses loisirs à voir ce que la ville renferme de curieux ou à causer avec ses savants. Il a reçu du grand duc de Toscane l'accueil le plus gracieux ; il voit tous les jours le savant Rosellini7, le compagnon et l'ami de Champollion, qui seul peut-être est en étal de nous consoler de la mort prématurée de ce savant. Une remarque qu'il a faite c'est que depuis son arrivée en Toscane, il n'a pas encore rencontré un homme dépourvu d’esprit, ni un seul nez retroussé.

Notes

1 Fautive, dans le sens de « présentant des erreurs ». Gauthier fit publier ce texte en 1891, très résumé, sous le titre “Besançon de 1774 à 1791, chronique d’un contemporain anonyme”. Une partie était constituée par la transcription des Noëls dits du Parlement, dirigés contre les parlementaires ayant accepté la réforme de Maupcou.

2 Le titre complet de l'ouvrage du docteur Jean-Jacques Pyot est : Tablettes jurassiennes ou histoire abrégée des ducs et comtes palatins de Bourgogne, suivie de la topographie statistique, industrielle et agricole des trente-deux cantons du Jura, à l'usage des écoles primaires.

3 Cet abbé Verdot (Prosper-Fulgence), déjà cité par Weiss le 11 août 1833 (Journal, II, p. 300) était alors curé de Saône ; de 1835 à 1848, il est curé du Russey, à la tête de 15 succursales ; en 1849, chanoine honoraire, il dessert la paroisse de Saint-Maurice de Besançon, puis, de 1858 à 1869, il est curé de Vesoul. Il est nommé vicaire général et archidiacre de Gray en 1869, peu avant sa mort en 1871. En 1867 il avait été associé correspondant de l'Académie de Besançon, puis en 1869 associé résidant.

4 Antoine-Pierre Ier de Grammont, archevêque de Besançon de 1662 à 1698, fondateur du séminaire, avait été l'un des plus prestigieux prélats de Besançon. Les armoiries du cardinal de Rohan peuvent encore se lire au-dessus du portail du Rectorat, archevêché avant la Séparation de l'Eglise et de l'Etat.

5 C'est la première mention de Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865) par Weiss. Grâce à son travail de typographe, Proudhon s'instruisit dans les connaissances les plus variées, les langues en particulier. Son premier ouvrage. Essai de grammaire générale, dont Weiss put consulter les premières feuilles imprimées en 1837, devait lui valoir l'attribution de la pension Suard par l'Académie en 1838.

6 Tente : peut-être au sens de tentation ?

7 Hippolyte Rosellini, archéologue et érudit pisan, spécialiste en langues orientales, avait publié en 1823 les Proverbes de Salomon. En 1828, il avait fait avec Champollion le voyage d’Egypte ; après la mort du savant en 1832, il publia le résultat de leurs recherches dans les huit volumes des Monuments de l’Egypte et de la Nubie (Voir J. Lacouture, Champollion, 1988).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search