Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1836

Janvier 1836

Texte intégral

  • 1 Louis-François ou Francisque Lélut (Gy 1803-1877). Ce médecin et philosophe qui fut membre de l'Ac (...)

11 er janvier. — Qu'est-ce que la phrénologie ? ou essai sur la signification et la valeur des systèmes de physiologie en général et de celui de Gall en particulier par F. Lélut1 in 8°, imprimerie d'Henry à Paris.

2— Plutarque, Sur le trop parler. Texte grec revu sur les meilleures éditions avec sommaire, analyse et notes par A. Mottet. Paris, Delalain, in-12.

  • 2 Le maréchal Maison.

32 janvier. — Le ministre de la guerre2 paraît s'être ravisé sur l'arsenal en construction. Une lettre au directeur de l'artillerie lui annonce que les travaux commenceront au printemps prochain et que l'on désire qu'ils soient suivis avec toute l'activité possible.

43 janvier. — Depuis cinq ou six jours les rues ne sont pas viables. Plusieurs accidents plus ou moins graves ont eu lieu, sans que la police dont le premier devoir est de garantir les citoyens ait paru s'en mettre en peine. Cependant il est décidé que la ville fera briser les glaces autour des fontaines et dans les places publiques, et que les citoyens sont invités à pratiquer chacun au-devant de sa maison un passage commode pour les pauvres piétons. Ah ! quel progrès la Révolution de 1830 nous a fait faire.

54 janvier. — Le général Billard est assez bien vu par la raison que le roi Charles X l'avait, dit-on, gratifié du titre de gentilhomme de la chambre. Son intention paraît être de donner cet hiver quelques fêtes, des bals, des grands dîners, que sais-je ? S'il invite, il aura du monde, c'est ce que je peux lui garantir, et puisqu'on le soupçonne d'être ou d'avoir été carliste, il en aura beaucoup, il aura tout le monde. Dans sa position, il sent la nécessité de faire de la dépense, mais comme homme d'ordre, il en voudrait faire le moins possible. Il a donc prié le colonel Blanc du génie de lui faire faire des tréteaux par les ouvriers du génie. Le colonel lui a répondu qu'il ne le pouvait pas sans l'autorisation du ministre. C'était répondre comme un sot, mais je n'ai jamais entendu dire que le colonel Blanc, fils d'un homme d'esprit, fût lui-même très spirituel. On ne dit pas ce que le général lui a répliqué. C'était donc une affaire coulée à fond, finie et dont on ne devait plus entendre parler. Mais le colonel s'est avisé de raconter au cercle la demande du général. Dès ce moment elle est devenue publique. Aujourd'hui chacun la commente et la répète à sa manière. Si j’étais à la place du général cela me fâcherait très fort, mais peut-être fera-t-il mieux encore de n'y pas faire attention.

65 janvier. — Hier, en dînant chez le conseiller Bourgon, il me reprocha de lui avoir empêché de faire pour notre Académie un discours dans lequel il aurait prouvé qu'il n'existe plus de patriotisme dans la province. « Je ne m'en repens pas, lui dis-je, parce qu'il ne faut jamais décourager les hommes lorsqu'on peut les rendre meilleurs, mais vous me fournissez le sujet d'une question que l’Académie pourrait proposer au concours et que vous êtes le maître de développer à la prochaine réunion de la commission dont vous êtes membre : « Quelles sont les causes de l'affaiblissement du patriotisme dans les provinces et quels seraient les moyens de le ranimer ? »

76 janvier. — L'hiver s'est jusqu'ici passé fort tristement. Mais la nouvelle que le général doit donner une fête dans quelques jours a ranimé les amateurs, et les dames invitées ou qui se flattent de l'être ne sont plus occupées que de leurs toilettes.

87 janvier. — Dans la séance particulière de l'Académie, M. le professeur Bourgon a lu sa dissertation sur le chemin que les Helvétiques ont dû suivre lorsqu'ils ont voulu quitter leur pays pour se rendre dans celui des Pictes. Le savant professeur pense qu'ils ont dû se rendre d'Orbe à Pontarlier, et les raisons dont il appuie ce sentiment ne manquent pas de valeur. Cependant, je n'oserai pas avoir un avis sur cette question, avant d'avoir lu le mémoire qui sera imprimé dans le prochain recueil.

98 janvier. — Notre ami Génisset a reçu ce soir du ministre de l'Instruction publique l'avis de sa nomination de membre de la Légion d'honneur. Cette nouvelle lui a causé une joie que partagent bien sincèrement tous ceux qui connaissent cet excellent homme et qui peuvent apprécier tous les services qu’il a rendus dans ce pays comme professeur et comme secrétaire perpétuel de notre Académie.

  • 3 Dans le volume « Sciences et Arts » du Catalogue des imprimés de la Bibliothèque de Besançon, on r (...)
  • 4 Ou plutôt Callet, selon l’Annuaire du Doubs de 1836 (Voir Journal, i, p. 211). Juge de paix du can (...)

109 janvier. — La Bibliothèque s'est enrichie aujourd'hui d'un exemplaire sur vélin du Cueur de Philosophie3, édition de Vérard, in 4°. C'est grand dommage que ce volume soit incomplet de plusieurs feuillets. Il nous a été donné par le jeune Calet4, fils du juge de paix de l'arrondissement du sud qui m'a dit le tenir de Romeron, l'ancien greffier, mort il y quelques années. Mais Romeron, où l'avait-il trouvé ? C'est là ce que je voudrais savoir et que je ne saurai jamais.

  • 5 Charles-Joseph-Edouard Petitjean de Rotalier (Villers-Poz 1804–Besançon 1849), ancien polytechnici (...)

1110 janvier. — M. de Rotalier5 le jeune qui revient d'Alger en a rapporté le désir de publier quelque chose, histoire ou roman, sur ce pays si curieux et si peu connu. Ce n'est pas qu'il m’ait mis le moins du monde dans la confidence, mais je crois avoir deviné son secret aux livres qu'il me demande et aux questions qu’il m'a faites depuis quelques jours.

1211 janvier. — Nodier fait maintenant réimprimer les articles qu'il fournit au Temps. Le Journal de la librairie du 9 de ce mois en annonce trois ou quatre dont les titres sont vraiment curieux. C’est la Bibliographie des fous, l’Examen des critiques de la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie française, etc...

  • 6 Le chanoine Riduet habitait, selon l'Annuaire, rue de La Lue. C’est sans doute à un homonyme plus (...)

1312 janvier. — Dégel complet : plus de neige sur les toits, plus de glace dans les rues, mais nous ne somme pourtant pas encore débarrassés de l'hiver. Cela serait trop heureux ! Dîner chez M. le chanoine Riduet6 avec son neveu l'amateur d'antiques et le docteur Bulloz.

  • 7 Ce brillant officier de la Révolution et de l'Empire, fait pair de France par Napoléon, fut chargé (...)

1413 janvier. L'Impartial de ce matin annonce la mort du général Travot7, mort à Paris le 6 de ce mois dans une maison de santé. Il avait commandé dans la Vendée sous Hoche et plus tard en chef. Persécuté pendant la Restauration, sa raison s'aliéna complètement et depuis il ne put jamais se rétablir entièrement.

  • 8 L'abbé Meynier, ancien curé de Beaujeu, est cité dans l'Annuaire du Doubs de 1837 comme fondateur (...)
  • 9 Le baron Charles-François Desbiez de Saint-Juan, membre de l'Académie de Besançon depuis 1827.

1514 janvier. — M. l'abbé Meynier8, que j'ai rencontré aujourd'hui chez M. de Saint-Juan9 m'a indiqué les prêtres de la Haute-Saône et du Jura qui pourraient entrer dans notre ligue patriotique, et il m'a promis d'écrire à ceux qui, par leur position, sont en état de nous procurer des manuscrits, des médailles et des objets d'antiquité.

  • 10 Adolphe Thiers.

1615 janvier. — J'ai reçu du ministre de l'Intérieur10 l’avis qu'il a obtenu du gouvernement des Pays-Bas la communication des volumes des lettres de Granvelle, qui font partie des manuscrits de la Bibliothèque des ducs de Bourgogne, et qu'il va nous les envoyer pour en extraire toutes les pièces que nous jugerons de quelque importance pour notre travail.

1716 janvier. — Mon pauvre ami Marsoudet, de Salins, le doyen de nos poètes, vient de se casser un bras en tombant un jour de verglas. On m'écrit que cet accident toujours si funeste dans un âge avancé n'aura pas de suites fâcheuses. Le bras a été très bien remis, et le malade conserve une gaieté qui donne l'espoir de le voir promptement rétabli.

  • 11 Voir Journal, ii, 30 juillet 1833, note 157.

1817 janvier. — On a reçu de Gigoux des lettres de Florence. Il a été reçu partout avec distinction. La comtesse de Lipona lui a donné plusieurs fois à dîner et l'a invité à ses soirées. Elle aime à lui parler des souvenirs que son père a laissés en France. L'ambassadrice de Russie, femme charmante, lui a demandé son portrait, mais il s'est excusé de le faire sur le peu de temps qu'il doit rester en Toscane. Il a retrouvé Melle de Fauveau11 avec sa famille. « Quant à celle-ci, dit-il, nous sommes d'anciennes connaissances et de vieux amis. »

1918 janvier. — Le conseil municipal vient de voter une somme de 200.000 francs pour l'élargissement de la ruelle Baron. Parandier m'a dit qu'il s'était opposé tant qu'il avait pu à cette dépense dont il ne reconnaît pas l’utilité, mais qui d’ailleurs aurait pu être ajournée à l’époque où les finances de la ville seront dans un état plus prospère.

2019 janvier. — Il est tombé beaucoup de neige la nuit dernière ; le froid a repris, mais il est plus supportable que celui que nous avons éprouvé dans le commencement du mois.

2120 janvier. — Le docteur Bonnet m’a lu le mémoire qu'il se propose d'adresser au préfet sur l'établissement des comices agricoles dans le département. Il renferme d'excellentes vues et je ne doute pas qu'un ou plusieurs établissements de ce genre ne finisse par opérer de grandes améliorations dans les mœurs et les pratiques des habitants de la campagne. Mais la création des comices en dehors de la société d'agriculture me paraît une chose monstrueuse, et il est impossible que le préfet ne le sente pas. En sorte que le pauvre docteur, qui ne veut pas entendre parler d'une alliance avec cette société composée de gens étrangers à la culture, pourrait bien en être pour ses frais de rédaction.

2221 janvier. — C'est aujourd'hui que M. Génisset devait être reçu chevalier de la Légion d'honneur à l'Académie. Celte circonstance y avait attiré d'abord ses amis et puis les curieux. Nous n'étions pas moins de trente, en y comprenant le lieutenant général arrivé nouvellement à Besançon. Le préfet, délégué par le grand chancelier pour recevoir le serment de M. Génisset, après avoir demandé la parole au président, a, dans un petit discours improvisé, rappelé les titres du nouveau chevalier à la distinction qui venait de lui être accordée. Des applaudissements unanimes ont suivi ce discours et se sont répétés après l'accolade. Le reste de la séance a été rempli par un rapport très bien fait de Bretillot sur les ouvrages de l’abbé Robin, qui ne sera probablement pas très content des conclusions du rapporteur et par la lecture des morceaux de prose et de vers qui doivent être répétés dans la séance publique de rentrée.

  • 12 Frédéric Lindenborg (ou Lindeborg ou Lindenbrog), érudit allemand (Hambourg 1573- ? 1648) ; après (...)

2322 janvier. — Béchet est venu me parler aujourd'hui de publier une édition de la Loi Gombette d'après les textes de Vendelin et de Lindenborg12. C'est une assez bonne idée qu'il a eue là, mais pour que cette édition pût avoir quelque succès, il faudrait qu'elle soit accompagnée sinon d'un commentaire, au moins de notes historiques, et c'est un travail qui demanderait beaucoup de temps et de travail. J'augure donc que ce projet, comme tant d'autres, ne sera jamais exécuté.

  • 13 Arnaud-Brunet, directeur de la salle de spectacle pour la saison 1835-1836.

2423 janvier. — La rigueur de la saison a fait déserter le spectacle, et le public insouciant n'a pas encore repris l'habitude d'y aller. Dans sa détresse, le directeur13 vient de monter un opéra qui fait fureur à Paris : Le cheval de Bronze ; et pour la décoration, il s'est arrangé avec son confrère de Dijon qui consent à lui prêter celles de son théâtre. Je souhaite, sans l’espérer, que le zèle de notre directeur trouve sa récompense dans des recettes abondantes.

2524 janvier. — Pérennès m'a communiqué ce matin le discours qu'il doit prononcer comme président à la séance prochaine de jeudi. Il avait entrepris la longue et difficile tâche de prouver que dans tous les temps les lettres ont été cultivées et honorées en Franche-Comté. Ce paradoxe lui a fourni l'occasion de rappeler les noms de nos écrivains les plus distingués qu'il caractérise en quelques mots d'une manière juste et convenable. Je ne doute pas que ce morceau ne produise un grand effet.

  • 14 Joseph Bard (Beaune 1803-1861). Ce littérateur et amateur d'archéologie avait fait ses études à Ly (...)
  • 15 Idées dans l'air du temps : voir les élucubrations d'un autre bourguignon, d'origine comtoise, l'a (...)

2625 janvier. — Le poète antiquaire ou, comme il s’intitule, archéographe, Joseph Bard14, de la Côte-d'Or, est venu me voir hier au soir. Nous avons causé pendant deux heures au moins de ses voyages en Allemagne et dans le nord de la France dont il est revenu plein d'enthousiasme pour les ogives et les flèches des cathédrales. Sur ma prière, il a consenti de passer une journée de plus à Besançon et nous avons dîné chez Mme Hugel, avec Viancin et Pérennès, qui n'est venu nous rejoindre qu'un peu tard à cause de sa leçon. Au dessert, il nous a lu deux morceaux qu'il a publiés récemment dans un journal intitulé L'Artiste (l'), journal, qui n'a probablement pas d'abonnés dans la province. Le mauvais style de ce morceau ne nous pas empêchés d'y reconnaître un véritable talent d’observation et des idées très ingénieuses. Bard a beaucoup de patriotisme et d'exaltation, il ne rêve qu'aux moyens d'empêcher l'établissement des chemins de fer qui doivent achever, suivant lui, de détruire la nationalité des provinces15. Je lui ai proposé de faire creuser un fossé de six cents pieds sur le chemin de la Bourgogne à Paris afin de détruire toute communication avec ce repaire de tous les vices. Mais il a préféré comme moyen plus doux un congrès scientifique et littéraire des deux Bourgognes et je ne doute pas qu’il ne fasse bientôt paraître un article sur cette idée saugrenue dans un des journaux qui s'impriment à Dijon.

2726 janvier. — J'ai subi ce matin la lecture du compte-rendu des travaux de l'Académie pendant l'année qui vient de s'écouler. Le style m'en a semblé trop tendu. Des choses simples devraient être exprimées avec plus de simplicité. J'ai eu le courage de le dire au secrétaire perpétuel, mais il ne tiendra pas compte de mon observation ; il a le moule de la période cicéronienne et, quand il le voudrait, il ne peut plus en changer.

2827 janvier. — Flajoulot, venu tard, suivant sa coutume, à l'Académie, s'y est endormi à la dernière séance. En sortant, je lui ai demandé s'il avait fait un bon sommeil. Quelques autres de nos confrères l'ont également plaisanté. Lui, a pris la chose au sérieux. Il est allé trouver Pérennès pour s'excuser d'avoir fermé les yeux, lui protestant que cela ne l'avait pas empêché d'entendre tout ce qu'il avait dit. « Je pourrais, lui disait-il, répéter mot à mot votre discours. — Mais je n'en ai point prononcé. — Il était excellent. — Mais je n'ai pas ouvert la bouche. — Je n'avais pas besoin de cette nouvelle preuve pour avoir la plus haute idée de votre talent. — Je vous remercie de votre bonne opinion, mais je vous le répète, je n'ai rien dit à la dernière séance. » Cette scène comique a duré plus d'une demi-heure, et Flajoulot est sorti convaincu qu'il avait réparé tous ses torts à l'égard de Pérennès.

  • 16 Pérennès.

2928 janvier. — Séance de l'Académie. Discours de Pérennès excellent ; il a produit tout l'effet que j'avais deviné. Dissertation de Béchet sur la loi Gombette, bien faite et surtout bien lue. Nos savants magistrats ne savent pas ce qu'est la loi Gombette ; peut-être que le morceau de Béchct leur inspirera le désir de la connaître. Réponse du président16 parfaite de convenance et de style. Auguste Demesmay, mon voisin à la séance, me disait qu'elle aurait été applaudie à l'Académie française et je crois qu'il avait raison. Légende de la Sainte-Marie, par Demesmay, l’une de ses meilleures pièces. C’est l'histoire de Philémon et Baucis arrangée pour le Moyen Age. Je lui ai promis de retrouver la chronique sur laquelle cet événement merveilleux repose, et je le ferai avec l'aide de Dusillet, qui a bien retrouvé celle d'Iseult de Dole. Compte-rendu du secrétaire perpétuel, écrit et prononcé ore rotundo, mais un beau morceau. L'heure a fini de passer avec la lecture d'une dissertation de Bourgon, et Viancin a clos la séance par une légende plaisante dont les détails me paraissaient bien scabreux, mais il s'en est tiré très bien puisque Monseigneur l'archevêque en a ri lui-même. Dîner chez le pauvre président ; nous étions trente à table : le préfet, le recteur, la faculté tout entière, etc. Dès qu'on est trente, il n'y a plus de gaieté. Quoiqu'en dise la chan son, Plus on est de fous, plus on rit, je suis convaincu que si nous n'avions été que dix, nous nous serions bien plus amusés. Au dessert, on a porté des toasts : le préfet à l'Académie, et Pérennes au préfet et au recteur ; Viancin à Pérennès par un impromptu vraiment très joli ; Génisset à l'Académie par une logomachie insupportable et qui, sauf le respect, aurait excité l'hilarité générale. Le vin de Champagne avait excité Génisset qui, le dîner fini, a dit des choses fort piquantes à Bourgon qu'il n'aime pas.

3029 janvier. — Hier à dîner, le recteur nous raconta une historiette qu'il nous dit tenir de la bouche du grand Cuvier. Auguste Demesmay, émoustillé par le vin de Champagne, ne pouvant dormir, s'est amusé à la mettre en vers. Il l'a terminée ce matin et l'a envoyée au recteur qui a dû être fort étonné de la prodigieuse facilité de Demesmay.

  • 17 On retrouvera ce Th. Belamy, qui écrivait dans l'impartial mais se targuait aussi de la qualité de (...)

3130 janvier. — L'Impartial rend compte de la séance de l'Académie. L'auteur de l'article a pris pour épigraphe le mot connu de Piron : « Il n'y a pas de quoi. » Mais il ne soutient pas ce début et, après avoir loué tous les morceaux lus à la dernière séance, il se contente de faire aux académiciens quelques reproches dont le plus grave est celui de faire des liaisons normandes. Je crois que l'auteur de cet article assez bien fait est le jeune Belamy17.

  • 18 L'Histoire de Dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne, de Girardot de Beauchemin (plus souvent dé (...)

3231 janvier. — M. Guizot vient de me faire l'honneur de me rappeler que je suis chargé de la publication des Mémoires de Girardot de Beauchemin sur les guerres de Franche-Comté dans le xviième siècle18. Il me demande quand je serai en état de mettre cet ouvrage sous presse. Cette lettre me donne du souci, et je ne pourrai pas y répondre avant quelques jours.

Notes

1 Louis-François ou Francisque Lélut (Gy 1803-1877). Ce médecin et philosophe qui fut membre de l'Académie des Sciences morales et politiques, député de 1852 à 1857, était un des spécialistes de la psychologie médicale. A ce titre, il fut médecin adjoint de la prison de Bicêtre, en 1840 médecin de la Salpêtrière. Depuis 1839, associé correspondant de l'Académie de Besançon.

2 Le maréchal Maison.

3 Dans le volume « Sciences et Arts » du Catalogue des imprimés de la Bibliothèque de Besançon, on relève cette notice : « 305 – Le Cueur de philosophie, translaté du latin en françoys, à la requeste de Philippe le Bel, roy de France. Paris, pour Antoine Vérard (vers 1504), in 4° ; figures sur bois peintes en or et en couleur, exemplaire imprimé sur vélin. Ce rare volume est incomplet des quatorze premiers feuillets, non compris les dix préliminaires contenant le litre, le prologue du traducteur et la table des chapitres. »

4 Ou plutôt Callet, selon l’Annuaire du Doubs de 1836 (Voir Journal, i, p. 211). Juge de paix du canton de Besançon-sud, au sein de l’arrondissement de Besançon. Ce canton comprenait la partie de la ville entourée par le Doubs, la banlieue sur la rive gauche de la rivière et un certain nombre de villages : Arguel, Fontain, Beure, etc...

5 Charles-Joseph-Edouard Petitjean de Rotalier (Villers-Poz 1804–Besançon 1849), ancien polytechnicien, sorti lieutenant d'artillerie de l’école de Metz en 1829, démissionna de l'armée en 1833 pour s'adonner à la littérature et à l'histoire. Il publiera en 1841 une Histoire d’Alger et de la piraterie dans la Méditerranée, et sera élu à l'Académie de Besançon en 1842.

6 Le chanoine Riduet habitait, selon l'Annuaire, rue de La Lue. C’est sans doute à un homonyme plus récent que fait allusion le mot d’un habitant de Lavemay, noté en 1955 : « Vous connaissez le curé Riduet ? Il y a des gens qui disent que s’il avait été assez instruit, il srait vnu archevêque, mais il n’était pas assez instruit » (J. Garneret, Contes, Besançon, 1988, no 62, p. 152).

7 Ce brillant officier de la Révolution et de l'Empire, fait pair de France par Napoléon, fut chargé par lui de réprimer les mouvements royalistes en Vendée ; traduit devant un conseil de guerre en 1816 et condamné à mort, il fut gracié par Louis xviii, mais sa raison fut définitivement ébranlée par ce coup.

8 L'abbé Meynier, ancien curé de Beaujeu, est cité dans l'Annuaire du Doubs de 1837 comme fondateur d’un pensionnat, sis rue du Mont-Sainte-Marie (aujourd'hui rue Péclet), à Besançon, qu'il administre aidé de son frère. Ils y accueillent les élèves de l'extérieur qui ne pouvaient être hébergés au collège royal.

9 Le baron Charles-François Desbiez de Saint-Juan, membre de l'Académie de Besançon depuis 1827.

10 Adolphe Thiers.

11 Voir Journal, ii, 30 juillet 1833, note 157.

12 Frédéric Lindenborg (ou Lindeborg ou Lindenbrog), érudit allemand (Hambourg 1573- ? 1648) ; après de nombreux voyages en Italie et en France, il revint comme avocat, puis chanoine, dans sa ville natale. Très versé dans la connaissance des auteurs anciens, il en donna des éditions annotées et inclut dans son Codex legum antiquarum, édité en 1613 à Francfort, le texte de la loi Gombette.

13 Arnaud-Brunet, directeur de la salle de spectacle pour la saison 1835-1836.

14 Joseph Bard (Beaune 1803-1861). Ce littérateur et amateur d'archéologie avait fait ses études à Lyon. En 1832, il publie des poèmes, Les mélancoliques, et plus tard beaucoup d'autres ouvrages, récits de voyages, notices archéologiques sur les antiquités monumentales de la Bourgogne, en 1844 un Manuel d'archéologie sacrée.

15 Idées dans l'air du temps : voir les élucubrations d'un autre bourguignon, d'origine comtoise, l'ancien maître de forges et directeur de la Côte-d'Or sous la Révolution, Jean-Baptiste Rochet. F. Lassus, “Un maître de forges bourguignon à la charnière des xviiie et xixe siècles”, Mém. de la Soc. pour l'Hist. du Droit et des Institutions...

16 Pérennès.

17 On retrouvera ce Th. Belamy, qui écrivait dans l'impartial mais se targuait aussi de la qualité de musicien et compositeur.

18 L'Histoire de Dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne, de Girardot de Beauchemin (plus souvent désigné sous le nom de Girardot de Nozeroy) sera publié en 1843 à Besançon chez Outhenin-Chalandre, par Jules Crestin, apparemment à partir d'un autre manuscrit que celui de la Bibliothèque de Besançon : voir plus haut la polémique entre Weiss et Crestin (février 1835).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search