Version classiqueVersion mobile

Propriété, cadastre et usages locaux dans les campagnes françaises (1789-1960)

 | 
Fabien Gaveau

Préface

Nadine Vivier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans cette terre sale, infime, obscure, [le paysan] voit distinctement reluire l’or de la liberté… Une famille qui, de mercenaire, devient propriétaire, se respecte, s’élève dans son estime, et la voilà changée ; elle récolte de sa terre une moisson de vertus. […] Oui, l’homme fait la terre. Cette terre où l’homme a si longtemps déposé le meilleur de l’homme, son suc et sa substance, son effort, sa vertu, il sent bien que c’est une terre humaine, et il l’aime comme une personne
Jules Michelet1.

Ces phrases de Jules Michelet, zélateur de la subjectivité de l’historien, montrent à la fois l’importance économique de la propriété et la perception émotionnelle qu’en a celui qui travaille la terre. Cette passion sert de ressort aux romans du xixe siècle, de Balzac à Zola et aux romans rustiques. Devenue lieu commun, elle sous-tend la critique mordante des élites urbaines, sans doute motivée par cette nouvelle rivalité pour la possession de la terre, dans laquelle elles voient une source de ...

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search