Versión clásicaVersión móvil

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Décembre 1835

Texto completo

11 er décembre. — Gigoux est parti hier pour l'Italie, accompagné de deux jeunes gens qui se livrent aussi à la peinture, M. Baron et M. Félix Muguet. A l'exemple du maître, ils portent aussi la barbe, mais elle leur va mieux et je ne les trouve point si ridicules. Le hasard m'a fait me trouver dans la même voiture que les trois artistes et nous avons fait le voyage ensemble jusqu'à Lyon. A Dole, Gigoux a eu une dispute avec un étranger au sujet du Tasse dont il parlait avec beaucoup de légèreté, le mettant par une comparaison très ridicule fort au-dessous de Béranger. J'ai été forcé de me mêler de cette affaire qui serait allée trop loin si je ne me fusse empressé de prier civilement l'étranger de laisser parler Gigoux dont l'opinion ne pouvait faire nul tort à la gloire de l'auteur de la Jérusalem délivrée.

  • 1 Angelo Fabroni (1732-Pise 1803), célèbre biographe qui visita l'Angleterre et la France où il renc (...)

22 décembre. — J'allais à Lyon voir à son passage mon ami Jouffroy que les médecins de Paris envoient en Italie rétablir sa santé gravement compromise par le travail excessif auquel il s'est livré depuis quelques années. Il y est arrivé ce soir accompagné de sa femme et de son petit enfant. Je l'ai trouvé très fatigué du voyage, mais plein de confiance dans sa prochaine guérison. Nous avons dîné tous ensemble à l'Hôtel du Commerce, rue Saint-Dominique. La joie de nous trouver encore une fois réunis lui a fait oublier la fatigue de la route et nous avons été très gais. Il doit repartir demain par le bateau à vapeur pour Avignon d'où il se rendra prochainement à Marseille pour y attendre une occasion favorable de gagner la Toscane. Quoique tout travail lui soit interdit, il se propose déjà de profiter de son séjour à Pise pour examiner les manuscrits du fameux antiquaire Fabroni1, qu'on y conserve dans la bibliothèque de cette ville.

  • 2 Marc-Antoine Péricaud (Lyon 1782-1867), bibliographe, conservateur de la Bibliothèque de Lyon depu (...)
  • 3 François-Zénon Collombet (Sièges 1808-Lyon 1853), après avoir failli entrer dans les ordres, se co (...)

33 décembre. — J’ai pris hier à huit heures du soir, avec le conseiller Béchet, la malle-poste pour revenir à Besançon. Dans le peu de temps que je suis resté à Lyon, j’ai vu le bibliothécaire M. Péricaud2 que je ne connaissais pas encore personnellement, son beau-frère, M. le conseiller Breghot du Lut, bibliophile très zélé, M. Pichon, conservateur du Musée et M. Dumas, secrétaire perpétuel de l'Académie, tous gens de mérite dont j'ai reçu l'accueil le plus bienveillant. M. de Châteaugiron est à Lyon depuis quelque temps, il y travaille, m'a-t-on dit, à la continuation de son histoire des troubles des Pays-Bas. J’ai eu l'occasion de voir à la Bibliothèque M. Collombet3, jeune homme dont on a plusieurs ouvrages moins connus qu'ils ne mériteraient de l'être. Il travaille en ce moment à une traduction des lettres de Sidoine Apollinaire, dont les deux premiers volumes sont imprimés. Connaissant ma franc-comtoiserie, M. Collombet s'est empressé de me dire qu'il était de Franche-Comté, né à Sièges, village du bailliage d’Orgelet. Un de ses oncles, prêtre à Lyon, le fit venir jeune dans cette ville où il est resté depuis. M. Collombet m'a fait présent de ses Vies des saints du diocèse de Lyon, que je me propose de lire incessamment.

44 décembre. — Je suis arrivé ce matin à cinq heures et quoique j’eusse passé deux nuits dans la malle-poste, la dernière sans fermer l'œil, je ne me suis pas couché. Achille de Jouffroy est reparti pour Paris. Son médaillon, exécuté par Maire, est d'une ressemblance parfaite. Je lui sais gré de m'en avoir fait remettre une épreuve.

  • 4 L'abbé Jacques-Joseph Trouillet (Ornans 1716–Lons-le-Saunier 1809) avait été membre de l'Académie (...)

55 décembre. — M. l'abbé Brocard, professeur au Séminaire, s'occupe enfin de réaliser un projet dont je lui ai déjà parlé plusieurs fois, celui d'écrire les vies des saints de notre province. Il est venu ce soir à la Bibliothèque prendre communication du plan de cet ouvrage tracé par le savant abbé Trouillet4 il y a plus de cinquante ans. Je lui ai promis de lui en donner une copie afin qu'il puisse l'examiner à loisir et y faire toutes les améliorations qu'il jugera convenables.

66 décembre. — L'acteur Perlet, que l’on avait déjà vu sur le théâtre de Besançon, est de retour depuis un mois dans la capitale de la Franche-Comté. Sans doute il est content de l’accueil qu’il y a reçu puisque, au lieu de trois ou quatre représentations qu’il avait promises, il en a déjà donné une douzaine.

77 décembre. — La commission de la Bibliothèque a décidé d’acheter le modèle de la statue de Cuvier pour le placer soit dans la salle même de la Bibliothèque, soit au Musée lorsqu'il pourra être ouvert au public. La décision doit être soumise au conseil municipal pour obtenir les fonds.

  • 5 Sur la description de Chamars et sa destruction, voir L. Estavoyer, Besançon au siècle des lumière (...)

88 décembre. — M. Tinseau, le commandant du génie, vient de mourir à Valay des suites d'un accident qui se reproduit encore assez fréquemment malgré les avis de l'autorité publique et les conseils des médecins. Dans une partie de campagne qu'il fit l'automne dernier à Villefrancon, il mangea du mouton cuit dans un vase de cuivre où on l'avait laissé refroidir. Le soir même, il eut de violentes coliques ainsi que toutes les personnes qui en avaient mangé comme lui. Les infusions et l'eau sucrée prise en abondance firent disparaître promptement les indispositions des personnes attaquées, mais, M. Tinseau, déjà malade d'une indisposition d'entrailles, n'en éprouva qu'un faible soulagement. Il se fit transporter à Valay où il est mort après deux mois pendant lesquels il a souffert des douleurs inouïes. C'était un homme instruit en mathématiques et il passait parmi ses confrères pour un habile constructeur. Mais les vrais bisontins ne lui pardonneront jamais d'avoir, sans aucune nécessité, détruit, à l'époque où toutes les plantes étaient en fleurs, le jardin que la ville avait construit contre le rempart de Chamars et où l'on cultivait depuis cinquante ans des arbres exotiques avec succès5.

  • 6 Armand Marquiset.

99 décembre. — Notre sculpteur dolois Besson est arrivé ce soir avec Armand6 pour assister à la séance particulière de l'Académie qui doit avoir lieu demain. Quoique diverses indispositions l'aient empêché de travailler cette année, il n'est cependant point resté inactif. Il a exécuté le buste de Madame Heim, la femme du préfet du Jura et ce buste envoyé à l'exposition de Genève y a eu le plus grand succès.

1010 décembre. — Armand a lu sa Notice historique sur M. Courvoisier à l'Académie. Comme ce n'était pas la première fois que j'entendais la lecture de cette pièce, j'ai pu la juger mieux que beaucoup de mes confrères. Elle m'a paru beaucoup trop longue, et si l'auteur veut me croire, il en retranchera presque toutes les citations qui ne font que ralentir son récit. Pérennès croit y avoir remarqué plusieurs incorrections, mais il sera facile de les faire disparaître avant l'impression.

1111 décembre. — Flavien est de retour depuis hier avec sa femme et il se propose de passer ici trois semaines pour faire des visites et donner quelques dîners ; j'ai déjeuné chez lui ce matin. J'y ai revu M. d'Esternod qui vient de parcourir toutes les parties de la Franche-Comté qu'il ne connaissait pas encore, comme un curieux. Il s'est arrêté particulièrement dans l'arrondissement de Montbéliard qu'il a trouvé très remarquable sous le rapport des progrès de l'agriculture et de l'industrie. Sa conversation est celle d'un industriel instruit, mais il ne paraît faire aucun cas des lettres, des arts, de l’antiquité. C'est un type singulier de l'homme matériel du xixème siècle.

  • 7 Marie-François-Xavier Bichat (Thoirette 1771-Paris 1802), anatomiste et chirurgien.

1212 décembre. — Besson est retourné ce matin à Dole. Il travaille en ce moment au modèle d'une statue de Bichat7 qui doit remplacer celle de Pichegru à Lons-le-Saunier, détruite après la Révolution de 1830.

  • 8 Sans le doute le fils d'Augustin Perier (1773-1833), frère de Casimir, qui fut député et membre de (...)

1313 décembre. — J'ai dîné aujourd'hui chez M. de Magnoncour avec le préfet de la Haute-Saône, le recteur et M. Augustin Perier8, neveu du plus grand ministre que la France ait eu depuis la Révolution. Je disais à son neveu : « On n’a pas su tout ce que valait Casimir Perier, les circonstances dans lesquelles il s'est trouvé ne lui ont pas permis de développer ses grandes vues d'administration, il lui aurait fallu plus de calme, plus de temps. Si j'eusse été Charles X, je l'aurais nommé mon premier ministre. — Et bien vous auriez fait, m'a répondu M. Augustin, vous seriez encore sur le trône. »

  • 9 Le général Billard

1414 décembre. — L'hiver ne s'annonce pas d'une manière aussi brillante que l’année dernière. Le préfet, en deuil de son frère, ne donnera pas à danser. Notre nouveau général9 n'a pas encore fait connaître l'époque de son arrivée. M. de Magnoncour, qui pourrait à lui seul nous dédommager des privations dont nous sommes menacés, n'est ici que pour une quinzaine de jours. Je plains les danseurs.

1515 décembre. — Le courrier d'aujourd'hui a donné la triste nouvelle d'un incendie à Paris, rue du Pot-de-Fer, dans la maison d’un imprimeur. Cet incendie s'est étendu promptement aux maisons voisines dont plusieurs sont réduites en cendres avec tout ce qu'elles contenaient. Parmi les ouvrages détruits, on cite le Supplément de la Biographie universelle, dont je suis un des collaborateurs. J’y perdrai nécessairement tout ce qui m'est dû par Michaud, c'est-à-dire mon traitement de l'année dernière et celui de cette année, et puis l'ouvrage se réimprimera-t-il ?

1616 décembre. — En écrivant ce matin à M. Guizot, comme président de la commission chargée du dépouillement des manuscrits du cardinal de Granvelle, j'ai senti vivement le service qu'il rend à la province en confiant ce travail à nos jeunes gens, et j'ai pensé qu'un moyen de lui témoigner notre reconnaissance serait de lui offrir le titre d'académicien honoraire de Besançon. J'ai fait part de cette idée à Génisset qui l'a goûtée, nous en reparlerons demain en petit comité, et si mon opinion passe, M. Guizot sera proposé à la première séance.

1717 décembre. — M. l'abbé Ruellet, curé de Saint-François-Xavier, est certainement un homme aimable et de beaucoup d'esprit. J'avais déjà eu quelquefois l'occasion de le voir et de l'entendre parler, mais il ne m'était pas encore arrivé de dîner avec lui, et, comme dit le proverbe franc-comtois commun je pense à tous les pays, ce n'est qu’à table qu'on connaît les hommes. Aujourd'hui dans un dîner d’académiciens que nous donnait Génisset, je me suis trouvé placé près de M. Ruellet, et j’ai été enchanté de sa politesse, de son tour d'esprit et de la manière dont il a traité différentes questions mises sur la table. Je me suis réjouis de m'être réuni à Génisset pour présenter à l'Académie un homme aussi distingué, et je suis bien convaincu que sa nomination n'éprouvera pas la moindre difficulté.

1818 décembre. — Le préfet est allé visiter l'atelier de notre graveur Maire. Il lui a donné d'excellents conseils sur la médaille de M. Courvoisier à laquelle il travaille dans ce moment et lui a demandé une « Vierge à la chaise » en ivoire. Maire voudrait que je fisse insérer dans l'impartial un article sur la visite du préfet, mais il faudrait le rédiger avec un tact que je ne crois pas avoir.

1919 décembre — L'abbé Mérillet, curé de Brans, est revenu me voir avec quelques cahiers de l'histoire ecclésiastique dont il s’occupe depuis plusieurs années. Je les ai parcourus et je lui ai dit franchement ce que je pensais. 11 désirerait beaucoup venir demeurer à Besançon où il trouverait les ouvrages dont il a besoin et des personnes qui pourraient l’aider dans ses recherches. Je ne sais si la chose serait bien facile maintenant, je ne le pense pas. Cependant je lui ai conseillé de se mettre en rapport avec M. l'abbé Brocard, du Séminaire, et avec M. l’abbé Théret, ancien curé d’Ornans, qui peuvent l'aider dans son projet.

  • 10 Rue Lecourbe ; actuellement encore hôtel du commandement militaire.

2020 décembre. — Le lieutenant général Billard, nommé commandant de la 6ème division militaire, est arrivé à Besançon il y a trois jours. Il occupe l'hôtel du général Morand, rue Sainte-Anne10.

2121 décembre. — M. de Périgueux part décidément demain par le courrier de Vesoul. Il s'est enfermé ces jours derniers pour mettre ordre à ses affaires, mais j’ai pu le voir ce matin et nous avons longtemps causé du pays, qui perd en lui un homme plein de zèle pour le bien. Après avoir passé quelques jours dans sa famille, il se rendra à Paris pour y attendre l'époque de son sacre et préparer sa lettre pastorale. Il m’a fait promettre d'aller le voir l'année prochaine dans son diocèse avec M. Bourgon. C'est un voyage que je ferais certainement avec un grand plaisir, mais je le prévois d'avance, il est bien difficile que je m'éloigne pour un temps aussi long.

2222 décembre. — Le conseil municipal a voté une somme de sept cents francs pour l'acquisition du plâtre de la statue de Cuvier et les frais de transport à Besançon, où elle sera provisoirement placée dans la salle de la Bibliothèque.

  • 11 Caléfacteurs : appareils pour la cuisson économique des aliments ou la conservation de l'eau chaud (...)

2323 décembre. L'Impartial d'aujourd'hui annonce la mort de Lemare, administrateur du Jura pendant la Révolution, devenu célèbre depuis par l’invention des caléfacteurs11, mais surtout comme grammairien. Lemare est mort à Paris le 18 décembre.

2424 décembre. — L'Académie dans sa séance du jour a nommé M. Guizot, ministre de l'Instruction publique, membre de la classe des honoraires. C'est moi qui ai donné cette idée à mes confrères, et je m'en applaudis parce que c'était le seul moyen de témoigner à M. Guizot notre gratitude pour le service qu'il rend au pays, en cherchant à ranimer le goût des études historiques.

2525 décembre. — Adrien Beuque vient de faire imprimer une pièce de vers adressée au général Delort dans laquelle il se plaint vivement d'avoir été destitué pour avoir abandonné son poste pendant que le choléra ravageait Marseille. Je doute que cette pièce contribue à sa réintégration.

2626 décembre. — M. Clerc, l'ancien procureur général, revenu depuis quelques jours de sa campagne, s'est empressé de rendre visite à la Bibliothèque dont il est un des lecteurs les plus assidus. Dans la conversation que nous avons eue, il s'est expliqué plus franchement qu'il ne l'avait encore fait sur mon pauvre ami Jouffroy et sa philosophie. C'est, suivant M. Clerc, le déiste le plus éhonté qu'il y ait, et quand je lui ai dit que Jouffroy m'avait dit que la religion chrétienne était la base la plus solide des Etats, il m'a répondu que c’était une contradiction avec tous les principes qu'il avance dans ses livres, etc, etc.

2727 décembre. — En dînant en tête-à-tête avec Saint-Juan et sa femme, il m'est arrivé de dire ou plutôt de répéter un lieu commun des plus rebattus, c'est qu'il n'est personne à qui il ne soit arrivé ou qui n'ait entendu raconter des choses plus invraisemblables que celle que l'on trouve dans les romans. La proposition leur ayant semblé paradoxale, je l'ai défendue faiblement, mais la conversation allait bon train et, par hasard, il m'est revenu l'histoire de M. de Jouffroy-Gonsans, colonel de chasseurs émigré, se battant pour la bonne cause en 1792 à l’armée des princes, puis à sa dislocation retiré dans l'Appenzell, y épousant la fille du fermier qui lui avait donné asile et rentrant en France sous le Consulat, mis en surveillance comme jacobin. J'ai raconté cette histoire et tous les deux sont convenus que c'était un véritable roman.

  • 12 Frédéric Cuvier (1773-1838), frère du célèbre naturaliste, s'adonna comme lui à l'étude des scienc (...)

2828 décembre. — De l'histoire naturelle des cétacés ou Recueil et examen des faits dont se compose l'histoire naturelle de ces animaux par Fréd. Cuvier12. Paris, imprimerie de Malteste, in 8°, fig.

2929 décembre. — Le froid était ce matin de plus de dix degrés, il est descendu vers midi à quatre degrés par un vent du sud, et dans le même temps, il tombait une espèce de brouillard qui dans quelques instants a couvert le pavé d'un verglas très glissant. Monseigneur l'archevêque donnait un grand dîner auquel j'avais l'honneur d'être invité, mais je me suis fait excuser, ne voulant pas m’exposer à une chute presque certaine. Je suis convaincu que l'on entendra parler demain de nombreux accidents.

3030 décembre. — M. de Magnoncour est parti ce matin pour Paris avec sa femme qui, malgré le plaisir qu'elle dit avoir éprouvé à Besançon, ne me semble pas trop fâchée de s'en retourner. Il a fait exécuter son portrait en médaillon avec celui de sa femme par Maire. Tous les deux sont d'une ressemblance parfaite. Maire doit les faire sur un petit modèle en argent. C'est un cadeau que Madame de Magnoncour est bien aise de faire à son père.

  • 13 Coindre, Mon vieux Besançon, évoque le souvenir de Joseph France dont le frère Antoine et la femme, (...)

3131 décembre. — L'avocat France13, connu dans sa jeunesse sous le nom de Beau France, est mort avant-hier à l'âge de 60 ans. Il y en a plus de vingt qu’il n'était sorti de sa chambre où il ne recevait personne, pas même ses anciens amis, passant sa vie à lire ou à dessiner. La mort de son frère aîné et de sa belle-sœur qu'il perdit à quelques jours l'un de l'autre avait été, dit-on, la première cause de son éloignement du monde, mais je crois que personne n'a jamais su la raison de cette résolution violente, si ce n'est peut-être son confesseur, qui pourrait la révéler aujourd'hui sans aucun inconvénient. Il est possible aussi qu’il ait laissé quelques notes dans lesquelles il aura donné le secret de sa conduite vraiment singulière, car il avait de la fortune, des talents agréables, de l'esprit et par conséquent tous les moyens du succès. Il y a là une étude à faire.

Notas

1 Angelo Fabroni (1732-Pise 1803), célèbre biographe qui visita l'Angleterre et la France où il rencontra d'Alembert, Condorcet, Condillac, Rousseau, Diderot, etc... Il avait rédigé les « Vies des Italiens illustres du xviième et du xviiième siècles, Pise, 1778-1805, en 20 volumes. Il a été surnommé « le Plutarque italien ».

2 Marc-Antoine Péricaud (Lyon 1782-1867), bibliographe, conservateur de la Bibliothèque de Lyon depuis 1827, membre de plusieurs sociétés savantes. Il rédigea de nombreux ouvrages sur l'histoire de Lyon. Il a publié avec son beau-frère, Bréghot du Lut, plusieurs ouvrages sur Lyon (Kaye, Les correspondants...).

3 François-Zénon Collombet (Sièges 1808-Lyon 1853), après avoir failli entrer dans les ordres, se consacra aux travaux littéraires et historiques ; il collabora en particulier à la Biographie de Feller et à celle de Michaud. Il fut l'ami de Sainte-Beuve.

4 L'abbé Jacques-Joseph Trouillet (Ornans 1716–Lons-le-Saunier 1809) avait été membre de l'Académie de Besançon ; disciple et ami de l'abbé Bullet, il refusa le serment à la Constitution civile du clergé.

5 Sur la description de Chamars et sa destruction, voir L. Estavoyer, Besançon au siècle des lumières, Besançon, Cêtre, 1978.

6 Armand Marquiset.

7 Marie-François-Xavier Bichat (Thoirette 1771-Paris 1802), anatomiste et chirurgien.

8 Sans le doute le fils d'Augustin Perier (1773-1833), frère de Casimir, qui fut député et membre de la chambre des pairs en 1832. Le propre fils de Casimir se prénommait également Auguste Perier, plus tard Casimir-Perier.

9 Le général Billard

10 Rue Lecourbe ; actuellement encore hôtel du commandement militaire.

11 Caléfacteurs : appareils pour la cuisson économique des aliments ou la conservation de l'eau chaude, inventés en 1822 par Lemare.

12 Frédéric Cuvier (1773-1838), frère du célèbre naturaliste, s'adonna comme lui à l'étude des sciences naturelles, et fit aussi une carrière politique.

13 Coindre, Mon vieux Besançon, évoque le souvenir de Joseph France dont le frère Antoine et la femme, née de Trévillers, moururent en laissant deux orphelins qui devaient eux aussi mourir prématurément. Il habitait au 67 de la Grande-Rue où avait déjà vécu son père, recteur de la Faculté de médecine de Besançon, et où du temps de Coindre, vivait le peintre Edouard Baille.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search