Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Novembre 1835

Texte intégral

11 er novembre. — Le renchérissement excessif du bois de chauffage vient d'obliger le maire à augmenter le prix du pain, quoique le blé soit toujours à très grand marché. Ce magistrat a dans le même temps fait suspendre l'adjudication de la coupe de bois de la ville, qu'il se propose de faire exploiter administrativement pour en distribuer ensuite le produit aux habitants. Cette mesure, si elle est adoptée par le conseil municipal, ne peut qu’être fort préjudiciable aux intérêts de la cité, sans le moindre avantage pour les indigents.

22 novembre. — On a de bonnes nouvelles de M. l'abbé Gousset. Il a été reçu en audience particulière par le Roi qui lui a dit les choses les plus gracieuses et plus obligeantes, entre autres que le nonce du pape lui avait assuré que Sa Sainteté serait très satisfaite en apprenant sa nomination à l'évêché de Périgueux.

33 novembre. — La rentrée des cours du collège s'est faite par une messe en musique exécutée par la chapelle de la cathédrale. Celle des tribunaux a été annoncée par les deux cloches de Saint-Pierre, mais messieurs se sont dispensés d'assister à la messe.

44 novembre. — On sait que les républicains recommencent à tenir leurs assemblées secrètes et la police depuis quelques jours est à leur piste. Le commissaire Dubois, arrivé nouvellement à Besançon, a cru sur quelques rapports de ses agents avoir découvert le lieu de la réunion des Amis des droits de l'Homme. La maison fouillée, il a trouvé dans une cave seize individus revêtus des marques distinctives de leur grade, mais au lieu de républicains, c'étaient tout simplement des bons charbonniers qui n’ont aucun rapport avec les carbonari devenus si célèbres dans ces derniers temps.

  • 1 Lerouge.

55 novembre. — Le discours de rentrée du procureur général1 roulait sur cet axiome : que l'indépendance des juges est plus grande dans la monarchie que dans la démocratie ; il a paru très sec et très froid, mais par bonheur il a été très court. D'ailleurs, il n'a pas dit un seul mot de M. Courvoisier, l'un des magistrats qui font le plus d'honneur à la cour de Besançon où il a rempli les fonctions d'avocat général avec une supériorité de talent incontestable.

66 novembre. — La loi sur les conseils généraux, en donnant l’élection d'un membre à chaque arrondissement cantonal, n’est propre qu'à les composer de toutes les nullités du département ; c'est ce que vient de prouver encore l'élection de MM. Maire et Marguier d'Aubonne qui remplacent MM. Courvoisier et Morand.

77 novembre. — M. Humbert, professeur d'arabe à Genève, est venu me rendre visite. Je ne l'avais pas vu depuis la Révolution de 1830 qu'il annonça le premier à Besançon, étant parti de Paris par la malle-poste du 27 juillet, jour où commença cette émeute qui devait avoir des résultats si extraordinaires. Il retourne à Paris pour surveiller le résultat d'un travail très important qu'il a fait sur les classiques français. Depuis dix ans, il s’occupe de relever les mots ou les exceptions y omis dans le Dictionnaire de l'Académie, et il est impossible de se faire une idée de l'abondance de sa récolte. Le désir de me voir après une absence si longue l'a décidé seul à se détourner de sa route pour traverser Besançon. J'ai été vivement touché de cette marque d’amitié. Je lui ai donné à dîner avec Pérennès et Viancin chez Mme Hugel. Le repas a été très aimable et très gai. Nous nous sommes ajournés à demain, parce que quelques-uns de nos confrères académiciens ont témoigné le désir d'offrir un dîner à M. Humbert, digne vraiment sous tous les rapports de ce témoignage de confraternité.

88 novembre. — Le médecin vétérinaire du régiment d'artillerie est venu me prier d'agréer la dédicace d'un ouvrage qu'il va publier sur les plantes fourragères. J’ai eu beau lui représenter que l’honneur qu'il voulait me faire ne pouvait être plus mal adressé, puisque je ne suis ni vétérinaire, ni agriculteur, il n'a tenu (aucun) compte de mon refus et je dois m'attendre à voir un de ces matins mon nom moulé à la tête d'une des brochures que débite M. Hamelin.

99 novembre. — Le recueil de l'Académie de Besançon pour le dernier semestre de l'année courante vient d'être distribué. Le premier morceau de ce volume est un discours du préfet, dans lequel il rend compte de la cérémonie de l'inauguration de la statue de Cuvier à Montbéliard. C’était, sinon pour lui du moins pour le secrétaire perpétuel, l'obligation d'indiquer les membres de l'Académie de Besançon députés à cette cérémonie, et tous les deux l'ont oublié. Les députés des Académies de Paris, nommés dans les journaux de la capitale, l'ont été dans celui du département, ils l'ont été dans le procès-verbal de la fête imprimé à Montbéliard et ceux de l’Académie de Besançon ne l’ont été nulle part. Je le dis sans l’ombre d'humeur, mais, on en conviendra, c’est une chose bien singulière.

1010 novembre. — M. Humbert part demain pour Paris, content de l'accueil qu'il a reçu dans notre ville où il a promis de revenir au printemps, si Nodier tient la promesse qu'il a faite de venir à cette époque passer un mois avec nous. Je n'ai jamais vu d'homme plus simple dans ses manières, plus loyal, plus franc et plus véritablement aimable. L'affection qu'il me témoigne me touche beaucoup. Hier, nous avons dîné chez M. le recteur et aujourd'hui chez Pérennès. Il a réellement été surpris de trouver dans une ville dont on parle aussi peu tant d'hommes d'un mérite réel, tels que nos convives, puis Trémolières, Auguste Demesmay, Léon Bretillot, etc. Quel dommage qu'avec de pareils éléments on ne puisse pas réussir à former une association qui changerait les mœurs et civiliserait une population bonne, mais encore grossière.

  • 2 Achille-François-Léonor, marquis de Jouffroy d'Abbans (1785-1854) ; voir Journal, ii. A la fin de  (...)

1111 novembre. — Le comte Achille de Jouffroy2 est ici. Il revient de Rome où il a passé dix-huit mois, occupés d'opérations financières dans l’intérêt du Pape. Il m’a dit qu’il venait de faire frapper pour cinq millions de pièces de cinque [... ?...], dont il m'a montré des échantillons dans une belle et grande bourse de soie verte. Son dessein est de s'arrêter ici quelque temps pour attendre sa femme et ses enfants auxquels il a fait faire un détour, pour les éloigner des lieux où règne encore le choléra. Si sa femme y consent, il achèterait à Besançon ou dans le voisinage une petite maison, et il y resterait le temps nécessaire pour débrouiller et mettre en ordre ses mémoires. Ce serait certainement un livre très curieux, ayant joué un rôle dans beaucoup des grandes affaires qui se sont passées depuis vingt ans. Mais il n'oserait pas, m'a-t-il dit, le publier à raison des anecdotes qu'il sait sur un grand nombre de hauts personnages et qui ne leur feraient pas honneur.

  • 3 Guizot.

1212 novembre. — Le professeur Bugnet, avec qui j'ai dîné hier, est parti par le courrier pour retourner à Paris. Les journaux avaient répandu le bruit qu'il avait donné sa démission de sa chaire à l'école de droit, et quelques-uns mêmes assuraient qu'il y avait été forcé par le ministre3. Comme la chose n'était pas possible, je n'y ai pas cru, mais il m'a confirmé que tous ces bruits n'avaient pas le moindre fondement.

13— Première neige de l'hiver.

1413 novembre. — L'Académie a fait sa rentrée hier. Elle a délibéré par acclamations qu'elle offrirait à Madame Courvoisier une épreuve en or de la médaille de son mari, portant au revers cette simple inscription : « L'Académie de Besançon à Madame Veuve Courvoisier. »

  • 4 Le bibliothécaire de Montbéliard, Charles-Léopold-Eberhard Duvernoy.

1514 novembre. — Dans la même séance académique, M. Duvernoy4, associé correspondant, a lu un petit morceau intitulé : Montbéliard en 1573. Il y a des recherches dans cet opuscule et quelques détails de mœurs assez piquants, mais pour le style, c’est un pastiche des écrivains de l'école moderne et notamment de Jules Janin.

1615 novembre. — Il y a longtemps que l'hiver n'avait pas commencé d'aussi bonne heure. Il y a déjà eu sept degrés de froid. On a trouvé hier dans la cour du Saint-Esprit un pauvre vieillard qui n'avait pu résister à la rigueur de la nuit ; il était mort de froid. Cet événement a excité vivement la sensibilité des pauvres femmes qui se trouvaient sur la place du marché, elles se sont répandues en imprécations contre les riches et contre les administrateurs des hospices qui se montrent si difficiles dans les admissions.

1716 novembre. Les chants du crépuscule par Victor Hugo. Paris, imprimerie d'Everat, in 8°.

18— Le froid se soutient comme si nous étions au mois de janvier. L'Impartial, c'est le seul journal qui s'imprime dans notre ville, dit que les astronomes se trompent en fixant l'hiver au 21 décembre et que cette cruelle saison commence au mois de novembre, et l'on serait tenté de croire qu’il a raison. Quoique je fasse continuellement du feu dans mon poële, je ne peux pas me réchauffer, et c'est au froid que j'attribue l'indisposition que j’éprouve depuis quelques jours.

1917 novembre. — Achille de Jouffroy est venu visiter hier notre Bibliothèque qu'il a trouvée très belle et bien rangée. Il a surtout été enchanté du cabinet Paris où il a retrouvé des échantillons de plusieurs marbres précieux qu'il rapporte de Rome. Il paraît qu'il a dévalisé je ne sais quel temple ou quel palais nouvellement découvert, mais il m'a dit qu'il avait dirigé sur Paris vingt-cinq grandes caisses remplies des marbres et des porphyres les plus rares. Je l'ai conduit chez notre graveur Maire qui lui a montré ses ouvrages, il les a examinés avec intérêt, et, sur la proposition que je lui en ai faite, a consenti de laisser exécuter son portrait en médaillon. Il a dû poser pour la première fois ce matin.

  • 5 Pierre-Etienne Monnot (1657-1733), sculpteur. Voir Journal, ii, p. 393 note 225.
  • 6 Luc Breton (1731-1800). Voir Journal, ii, p. 345 note 8, et p. 346

2018 novembre. — Notre peintre Gigoux va faire un voyage en Italie avec quelques jeunes artistes de la province. Il doit passer demain ou après à Besançon pour visiter sa famille et prendre le jeune Félix Muguet, qui se propose de l'accompagner. J'ai donné à Félix une lettre de recommandation pour M. de Talnay qui remplit aujourd'hui les fonctions d'ambassadeur dans la capitale du monde chrétien, et je l'ai en même temps prié de profiter de son séjour dans cette ville pour me faire des dessins du tombeau du pape Innocent XI par Monnot5, de Franche-Comté, de ses statues colossales à Saint-Jean de Latran, du Saint-André de notre Breton6 sur la façade de Saint-Claude des Bourguignons, et en général des productions de nos artistes qui décorent les monuments ou les galeries de Rome.

2119 novembre. — Flavien est arrivé ce soir avec sa jeune et charmante femme. Il m'a sur le champ envoyé chercher pour passer la soirée avec eux. Je les ai trouvés à table tête-à-tête. Madame de Magnoncour m'a fait l’accueil le plus gracieux. Dans le peu qu'elle a dit, j'ai cru lui trouver de l'esprit, de l'à propos mais surtout ce tact parfait qui distingue les femmes bien élevées. M. Clément est arrivé ; il a dit que le tableau de Gigoux, La mort de Léonard de Vinci, donné par le ministre à la ville, était de ce matin au Musée. « Allons, a-t-il dit, je suis content de Thiers. Il m'avait dit : “J'achèterai le tableau de Gigoux, mais je le garderai.” Je lui ai répondu : “Vous l’achèterez, vous le payerez et vous l'enverrez au musée de Besançon.” Il a fait ce que je lui ai dit, tout est au mieux. »

2220 novembre. — On a reçu des nouvelles peu satisfaisantes de la santé de notre ami Jouffroy. Les médecins lui ont conseillé de suspendre ses cours et d'aller passer l’hiver en Provence. On dit qu'il s’est mis en route avec sa femme et son petit garçon, mais il faut attendre à cet égard une lettre de lui ou de quelqu'un de sa famille. M. Ordinaire est plus effrayé que moi sur le résultat de ce voyage, mais c'est que j'ai l’expérience de mon pauvre Bailly que j'ai vu se défendre si longtemps contre les attaques réitérées de l'hémoptysie par un régime dur. A l'âge de Jouffroy, la nature est si forte qu'on doit attendre son prompt rétablissement de quelques mois de repos.

2321 novembre. — M. Ordinaire est indigné contre M. Colin, procureur général à Dijon, de ce qu’il n'a pas souscrit pour la médaille de M. Courvoisier qui, pendant son court ministère, lui a donné cette place importante. M. Colin est un ingrat, cela n'est pas douteux, mais M. Ordinaire se croit sans doute généreux parce qu'il a donné cinq francs pour cette médaille, et voilà qui me semble très plaisant.

2422 novembre. — Le tableau de Gigoux, arrivé il y a trois jours, a été présenté chez le maire qui l'a renvoyé à la mairie d’où il a été renvoyé au musée. Le voiturier, lassé de toutes ces allées et venues, l’a probablement déposé chez un commissionnaire, mais le fait est qu'il n'est point au musée et que l'on ne sait ce qu'il est devenu.

  • 7 Johann André (1741-1799), musicien allemand, auteur d'une opérette composée pour la cour de Weimar (...)

2523 novembre. — Messe de Sainte-Cécile ; comme l'année dernière les instruments étouffaient les voix. Beaucoup de curieux pour quelques connaisseurs, et de gens prêts à trouver tout mauvais pour quelques personnes qui rendent justice au progrès des élèves et au zèle du maestro di capella, le sieur Roncaglio. Au surplus, je n'en parle que par ouï-dire, n’ayant pas pu y assister. Cette messe est celle d'André7, musicien allemand très estimé.

  • 8 Sans doute Georges-Just Vuilleret (181 1-1882) qui sera magistrat et s'intéressera à l'archéologie (...)
  • 9 Louis de Bruges, seigneur de La Gruthuyse, avait été possesseur d'une très riche bibliothèque qui (...)

2624 novembre. — M. Vuilleret8, avocat stagiaire, a découvert ces vacances dernières, aux environs de Lure, un manuscrit de la bibliothèque de Lagruthuyse9. C'est une histoire des guerres des ducs de Bourgogne dans la Turquie et contre les turcs. Il a payé ce volume 20 francs et je lui en donnerais bien le double pour notre Bibliothèque, mais il ne paraît pas disposé à s'en défaire en notre faveur. C'est une chose vraiment déplorable qu'il y ait si peu de patriotisme dans notre pays et que les jeunes gens sous ce rapport n'annoncent pas qu'ils vaudront mieux que leurs pères.

2725 novembre. Critique de la raison pure par Emmanuel Kant, traduit de l'allemand par C.-J. Tissot. Imprimerie de Simmonot-Carion à Dijon, in 8°, tome 1er.

28 Explication du général Préval sur l'organisation de l'Ecole de cavalerie, in 8°, imprimerie de Brun à Auch.

  • 10 Sébastien Guyétand (1777-1865), docteur en médecine et naturaliste (Journal, ii, p. 354 note 83).

29 Le médecin de l'âge de retour et de la vieillesse ou Conseils aux personnes des deux sexes qui ont passé l'âge de 45 ans, par S. Guyétand10. Imprimerie de Vinchon à Paris, in 8°.

3026 novembre. — Contre toute attente, la commission de la Bibliothèque a rejeté le buste de Janvier par Huguenin, et il a été décidé que je le renverrai. C'est en vain que j'ai essayé de faire rapporter cette décision en disant qu'Huguenin était un jeune homme de talent qui méritait d'être encouragé. Tout ce que j'ai pu mettre en avant a été inutile.

  • 11 On écrit aussi d'Estemo ou d'Eternoz.

3127 novembre. — M. d'Esternod11, petit-fils de l'ancien ambassadeur en Prusse, est venu visiter aujourd'hui notre Bibliothèque. C'est un jeune homme fort instruit qui demeure à Dijon, patrie de sa mère. Quoique rapproché de Besançon, il n'y était pas revenu depuis son enfance en sorte que tout y est nouveau pour lui. Il s'occupe particulièrement d'histoire naturelle et de géologie. Sur le désir qu'il m'a témoigné de voir notre cabinet, je l'y ai accompagné. La vivacité de Gevril lui a plu beaucoup, et d'après le récit qu'il lui a entendu faire de ses excursions dans les grottes et les cavernes du voisinage, il ne veut pas retourner en Bourgogne sans en avoir exploré quelques-unes.

3228 novembre. — J'ai dîné chez Migon avec Achille de Jouffroy, Maire et Ignace Deis, qui ne se trouvait là que parce que Achille, son camarade, s'est souvenu qu'il y a quelque trente ans Ignace faisait des vers qui donnaient des espérances qu'il n’a pas tenues. Ce dîner, si singulièrement composé, n'est cependant pas allé trop mal ; je veux dire qu’on y a été plus gai qu’on ne l'est d'ordinaire entre gens qui se connaissent si peu qu'il vaudrait mieux qu'ils ne se connaissent pas du tout. Au dessert, Achille, à qui je connaissais toutes sortes de talents excepté celui de faire des vers, nous a récité de mémoire une Satire des Anglais qui m'a fait le plus grand plaisir. Je ne crois pas exagérer en la mettant à côté des meilleures pièces que nous ayons en ce genre. Au surplus, j'en pourrai juger avec plus de connaissance puisqu'il m'a promis de m’en laisser une copie avant son départ pour que je puisse lui indiquer les corrections dont cette pièce est susceptible.

  • 12 Le comte Hyacinthe-Louis de Quelen (1778-1839), archevêque de Paris et pair de France, avait susci (...)

3329 novembre. — M. Gousset, évêque nommé de Périgueux, est de retour depuis avant-hier ; il est enchanté de l'accueil qu'il a reçu des ministres et du Roi qui lui ont témoigné la plus grande confiance. Le diocèse, dont l'administration lui est confiée, est un de ceux où l’esprit de parti s'est prononcé avec le plus de violence depuis la dernière révolution. Trois journaux y représentent les trois opinions qui divisent la France, et quelques-uns de ses chanoines y publient des articles. Les vicaires, élus par le chapitre pour administrer le diocèse pendant la vacance du siège, sont en lutte ouverte avec une partie du clergé et ne peuvent pas même s'accorder entre eux. Selon toute apparence, notre pauvre prélat sur son siège aura souvent à regretter les jours tranquilles qu'il a passés à Besançon où il n'avait que des amis. Il n'est ici que pour une quinzaine de jours et même il est possible qu'il retourne plus tôt à Paris où il doit être sacré par M. de Quelen12. L’archevêque de Besançon veut assister à cette cérémonie.

  • 13 Ce portrait, le plus connu de Fourier, est au Musée Granvelle à Besançon et a été publié de très n (...)

3430 novembre. — Le peintre Gigoux est arrivé presque en même temps que M. Gousset ; celui-ci part pour l'Italie où, dit-il modestement, il va étudier les ouvrages des grands maîtres. Il porte toujours sa longue barbe rousse, mais il me semble qu'elle est un peu mieux peignée. Quoiqu'il affecte des manières très simples, il est facile de voir que le succès de son tableau n'a fait qu'accroître la haute idée qu'il a toujours eue de son talent. Il en médite déjà un second pour le Salon de 1837, qui sera plus grand encore que le premier, mais il ne m'en a pas dit le sujet. Au Salon prochain, il doit exposer le portrait en pied de Charles Fourier, l'auteur du Nouveau système industriel, et quoiqu'il ne m'aie pas dit : « c'est un chef-d'œuvre », il est clair qu'il le pense13.

Notes

1 Lerouge.

2 Achille-François-Léonor, marquis de Jouffroy d'Abbans (1785-1854) ; voir Journal, ii. A la fin de 1835, il confirmait dans une lettre à Weiss son désir de venir s'établir en Franche-Comté (Κaυε, Les correspondants..., p. 265).

3 Guizot.

4 Le bibliothécaire de Montbéliard, Charles-Léopold-Eberhard Duvernoy.

5 Pierre-Etienne Monnot (1657-1733), sculpteur. Voir Journal, ii, p. 393 note 225.

6 Luc Breton (1731-1800). Voir Journal, ii, p. 345 note 8, et p. 346

7 Johann André (1741-1799), musicien allemand, auteur d'une opérette composée pour la cour de Weimar sur un livret de Gœthe.

8 Sans doute Georges-Just Vuilleret (181 1-1882) qui sera magistrat et s'intéressera à l'archéologie ; il sera membre de l'Académie de Besançon.

9 Louis de Bruges, seigneur de La Gruthuyse, avait été possesseur d'une très riche bibliothèque qui fit l'objet de savantes recherches de Van Praet. La bibliothèque de Besançon possède un manuscrit lui ayant appartenu : les Statuts de l'ordre de la Toison d'or, créé en 1429 par Philippe le Bon.

10 Sébastien Guyétand (1777-1865), docteur en médecine et naturaliste (Journal, ii, p. 354 note 83).

11 On écrit aussi d'Estemo ou d'Eternoz.

12 Le comte Hyacinthe-Louis de Quelen (1778-1839), archevêque de Paris et pair de France, avait suscité la rancœur du peuple par son attachement à la branche aînée des Bourbons (sac de l'archevêché en 1831).

13 Ce portrait, le plus connu de Fourier, est au Musée Granvelle à Besançon et a été publié de très nombreuses fois.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search