Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Octobre 1835

Texte intégral

  • 1 Allusion, sans doute, à Albert de Haller (1708-1777), savant bernois, botaniste, anatomiste et bib (...)

11 er octobre. — Un congrès (c'est le mot à la mode) de naturalistes s'est réuni aujourd'hui à Besançon. Il est venu de Montbéliard le bon docteur Flamand pour y assister. L'assemblée s'est tenue chez l'ingénieur Parandier, homme actif s’il en fut, mais qui n'a pas encore pu trouver le secret de formuler ses idées. Si, comme maître de l'appartement, il s'est cru en droit de présider l'assemblée, je doute qu’il en soit résulté rien de propre à stimuler dans notre pays le goût des sciences naturelles, et à faire connaître la nature des terrains de la zone jurassique, mieux qu'ils ne l'ont été par le vénérable M. de Chantrans, notre Haller1.

22 octobre. — Ce matin est entré dans ma chambre Bousson de Mairet, vêtu de noir des pieds à la tête et fondant en larmes. A sa vue, j’ai pensé qu'il avait perdu sa femme au moins. Pas du tout : on lui ôte le principalat d'Arbois pour lui rendre la chaire de rhétorique. Le recteur qu'il est allé voir lui a conseillé de demander une place d'inspecteur de l'Académie. Aussitôt ses larmes ont séché, et il m'a écrit, pour m'annoncer cette nouvelle, une lettre qui ne se ressent nullement de l'état pitoyable où je l'avais vu quelques heures auparavant.

33 octobre. — Le sculpteur Huguenin, qui a obtenu une médaille d'or à la dernière exposition pour le modèle de la statue de Hyacinthe, est de retour ici depuis quelques jours. Il s'est chargé de rétablir sur la façade de l'église du Séminaire le beau bas-relief détruit pendant la Terreur. On lui a marchandé aussi les quatre statues qui décoraient cette même façade, mais il n’est pas tombé d'accord pour le prix.

44 octobre. — Désiré Monnier est parti ce matin pour aller visiter le château de la Roche près de Saint-Hippolyte. Son projet est de parcourir ensuite toute la chaîne du Lomont, l'un des points de la province les plus riches en traditions du Moyen Age. Quoiqu'il ait entrepris ce voyage à pied et qu'il ait au moins soixante lieues à faire dans des chemins que la pluie doit avoir rendu très mauvais, il espère d'être de retour ici dans moins de huit jours.

55 octobre. — Le docteur Tournier, connu par sa prédilection pour l'homéopathie, se décide à quitter Besançon pour aller se fixer à Paris où il se flatte d'être bientôt connu avantageusement. Il vient de mettre en vente sa maison et, dès qu'il aura trouvé un acquéreur, il fera ses adieux à une ville où on ne lui rend pas la justice qu'il croit mériter.

66 octobre. — Huguenin a déposé hier à la Bibliothèque son buste de Janvier. Il est fort beau et d'une ressemblance parfaite ; il se propose de l'exposer au Salon prochain et de l'exécuter en marbre pour le musée historique de Versailles. Il demande 200 francs de l'épreuve en plâtre qu'il voudrait laisser à Besançon. Quoique cette somme soit un minimum, il n’en faudra pas moins intriguer près du conseil municipal pour la lui faire obtenir.

77 octobre. — M. Clément, questeur de la Chambre, est arrivé à Besançon où il doit passer une dizaine de jours.

  • 2 Claude-Ignace-François, baron Michaud (1751-1835), mort à Luzancy, Seine-et-Marne, vers La Ferté-s (...)

88 octobre. — Le journal du Jura annonce la mort du lieutenant général Michaud2, le doyen des officiers généraux de l’armée française. Il était né à Chaux-Neuve, près de Pontarlier, et il est mort à Luzancy en Champagne où, depuis plusieurs années, il vivait avec sa fille mariée à un propriétaire de cette commune. Il a commandé en chef l’armée du Rhin en 1794.

99 octobre. — Un orage, chose assez rare dans cette saison, surtout après plusieurs jours de pluie, a éclaté hier dans la matinée avec beaucoup de violence aux environs de Besançon. Nous en avons été quittes pour quelques coups de tonnerre et un torrent d’eau. Mais le tonnerre a tué un laboureur sur son champ près de Mamay et il est tombé sur une maison à La Barre, route de Dole, sans y causer de dommage.

1010 octobre. — Un vent des plus violents a soufflé toute la nuit et une partie de la journée, malgré la pluie qui par intervalles tombait très abondamment. Des cheminées ont été renversées et des arbres brisés ou déracinés dans les promenades, mais on craint que la tempête n’ait causé plus de mal encore dans les dehors de la ville.

  • 3 Louis Dubeux (Lisbonne 1798-Paris 1863). Conservateur à la Bibliothèque royale en 1820, il enseign (...)

1111 octobre. — M. Dubeux3, de la Bibliothèque royale, est ici depuis quelques jours, où il laisse sa femme passer l’hiver avec sa belle-mère. Le désir tout naturel de venir la revoir l’a déterminé à s'associer aux collaborateurs chargés du dépouillement des manuscrits de Granvelle, et il espère obtenir la permission de revenir au mois de janvier prochain travailler cinq ou six semaines à la traduction des pièces espagnoles qui sont en grand nombre dans cette collection.

1212 octobre. — Mon cher Tissot était dans ma chambre à six heures du matin avec sa petite belle-sœur qui descendait de la voiture de Pontarlier. Il n'est resté que quelques jours dans nos montagnes, et le voilà pressé de retourner à Dijon préparer son cours et suivre l'impression de sa traduction de l'Histoire de la philosophie de Ritter. Il imprime dans le même temps la traduction de la Critique de la raison pure de Kant, l'un des ouvrages les plus inintelligibles du métaphysicien allemand, et il prépare un roman dont l'idée lui est venue de la mort tragique d'un de ses élèves, enfant naturel, qui s'est tué de désespoir de ne pas retrouver son père.

1313 octobre. — Par ordonnance du 6 de ce mois, M. l'abbé Gousset est nommé à l'évêché de Périgueux. Il part demain pour Paris où il sera sacré.

1414 octobre. — Mon ami Jouffroy, descendu de ses montagnes depuis quelques jours, est reparti ce matin pour Paris. Il est toujours souffrant de la poitrine, maladie qui ne pardonne guère et contre laquelle je ne connais de palliatif que le repos. Je lui ai fait promettre de suspendre les cours dont il est chargé et de renoncer pour quelque temps au monde, puisqu'il ne peut soutenir une conversation sans en éprouver de la fatigue. Dieu veuille qu’il suive mes conseils.

1515 octobre. — Huguenin repart demain pour Paris. Il n'a pu trouver ici une pierre propre à recevoir le bas-relief qu'il doit placer sur la façade de l'église du Séminaire. Il l'exécutera cet hiver à Paris dans son atelier et reviendra le placer au printemps. Il a logé pendant son séjour chez Charpentier, le seul artiste avec lequel il ne soit pas en délicatesse ouverte, et il lui a donné, sans doute en reconnaissance, l'autorisation de lithographier son buste de Janvier.

1616 octobre. — De grands changements viennent d'avoir lieu dans le personnel de la plupart des collèges du ressort de l'Académie. Celui de Salins, entre autres, a été complètement bouleversé, sous le prétexte que les professeurs, riches propriétaires, donnaient plus de soins à leurs domaines qu'à leurs élèves. Comme ils peuvent se passer de leurs places, il n'y a que demi-mal. Ils n'iront pas où on les envoie et tout sera dit. Mais malheureusement tous ceux qu'atteignent les mesures du recteur ne sont pas dans le même cas. Il en est qui n'ont d'autres ressources pour vivre que le faible produit de leurs chaires et qui s'en trouvent brutalement privés après huit ou dix ans d'exercice. Tout ce remue-ménage fait beaucoup de bruit dans le pays latin, et je regrette beaucoup de voir Boucley accusé d'en être le principal auteur par ses rapports au recteur.

1717 octobre. — L'abbé Receveur, arrivé ce soir à Besançon, est reparti sur le champ pour Paris, d'après une lettre d'un de ses amis qui lui mande que sa présence y est nécessaire pour parer le coup que l'on veut lui porter. Je crois qu'il s'agit de lui ôter la place de suppléant à la Sorbonne qu'il exerce depuis plusieurs années avec succès.

1818 octobre. — Maire travaille avec beaucoup de zèle à la médaille de M. Courvoisier qu'il voudrait pouvoir livrer aux souscripteurs avant le 1er janvier prochain. J'ai conduit dans son atelier M. Randot qui a été enchanté de la simplicité de cet artiste, de ses manières franches et ouvertes et qui s'est promis de venir le revoir de temps en temps.

  • 4 Victor Baille (1810-1886).

1919 octobre. — Le jeune Baille4 l'architecte, cousin du peintre dont on a déjà parlé, s’occupe à lever le plan de l'ancienne église du Saint-Esprit, qui doit être démolie. Il a précédemment dessiné la façade et les portes chargées de sculptures fort curieuses, comme on peut le voir par son dessin, conservé dans un carton à la Bibliothèque. Maintenant il dessine l'intérieur avec les arceaux et les ogives qui étaient autrefois peintes comme on le voit par divers fragments, dont il a pris des croquis qu'il m'a communiqués.

2020 octobre. — Hier un accident déplorable a eu lieu sur la place Labourey où l'on travaille à la démolition d’un groupe de vieilles maisons qui obstruent la place du côté du marché aux poissons. Une de ces maisons s'est écroulée tandis que les ouvriers montés sur les toits travaillaient à la découvrir. Sept d'entre eux ont été ensevelis sous les décombres ; ils en ont été retirés plus ou moins blessés et conduits à l'hôpital.

2121 octobre. — La médaille de M. Courvoisier a été clichée aujourd'hui. Elle est d'une ressemblance parfaite, et je suis persuadé qu'elle fera beaucoup d'honneur au graveur M. Maire. Une chose qui m'étonne, c'est que la ville n'ait pas encore pensé de donner une marque d’intérêt à un artiste si distingué, tandis qu'autrefois elle pensionnait les charlatans, les arracheurs de dents, etc. Trois cents francs de pension accordée à M. Maire par la ville assurerait l'existence de cet artiste et ferait beaucoup d'honneur au conseil qui l'aurait voté.

2222 octobre. — Il n'est toujours bruit que des brusques changements opérés par le recteur dans le personnel du ressort académique. Des régents, après plusieurs années d'exercice, sont renvoyés, les uns parce qu'ils portent des moustaches, les autres parce qu'ils ont pris l'habitude de fumer. Je sais très bien qu'il faut de la discipline dans les corps, mais cette manière de procéder est par trop sévère. Que de cris, si cela se fût passé sous la Restauration.

2323 octobre. — L'association de Sainte-Cécile, fondée par M. l'abbé Gousset, sous le patronage de M. Dubourg, perd beaucoup par suite de l'éloignement du nouveau prélat. Les confrères les plus zélés se sont réunis aujourd'hui chez M. le recteur pour aviser aux moyens de préserver l'association d'une chute presque inévitable. Il a été décidé que l'on offrirait la présidence à M. l'abbé Cart, l'un des vicaires généraux, et qu'après son acceptation, on irait en corps prier l'archevêque de permettre de placer son nom à la tête de la liste des confrères. Ce soir, il y a eu chez le maître de chapelle une répétition de la messe de sainte Cécile, et les jeunes élèves ont ensuite chanté divers morceaux de la composition du maestro, d'une manière très satisfaisante.

  • 5 Sir John-Frédéric-William Herschel (1792-1871), astronome et physicien anglais, auteur de plusieur (...)
  • 6 Armand Berroyer (1775-1872), professeur à Besançon puis recteur de l’Académie de Grenoble. Membre (...)

2424 octobre. — M. Cournot, de Gray, traducteur de l'astronomie de Herschel5, vient d'être nommé recteur de l'Académie de Grenoble. Il remplace M. Ferriot, de Baume, admis sur sa demande à la retraite. M. Ferriot avait remplacé lui-même M. Berroyer6 que son long séjour en qualité de professeur, puis de secrétaire de l’Académie de Besançon où il a laissé d'honorables souvenirs, pourrait faire regarder comme un homme du pays. Ainsi l'Académie de Grenoble est devenue une espèce de bénéfice dévolu aux franc-comtois.

2525 octobre. — M. d'Udressier, si bon, si généreux, si bien fait pour comprendre toutes les choses bonnes et généreuses, ne donne pas son assentiment à la médaille de M. Courvoisier. Il pense que cet honneur ne doit être accordé que dans des cas extrêmement rares, et seulement à des hommes pour qui la postérité a depuis longtemps commencé. J'avoue que l'opinion d’un esprit aussi calme, aussi judicieux, aussi supérieur à l’esprit de parti m'a vivement touché. Mais je n'en persiste pas moins à penser qu'en provoquant cet honneur à la mémoire de M. Courvoisier, j'ai fait une chose juste, utile, et qui doit contribuer à ranimer le patriotisme dans notre province, but de tous mes efforts depuis j'ai pris une direction dont, avec l'aide de Dieu, j’espère que je ne me départirai jamais.

  • 7 Antoine-François Ramboz, jeune conseiller au bailliage de Besançon, tint un journal des événements (...)

2626 octobre. — On m'a communiqué le journal que tenait M. Ramboz7, conseiller au bailliage de Besançon avant la Révolution de 1789 et depuis, juge de paix, juge militaire à l'armée du Rhin, mort il y a quelques années dans un âge assez avancé. Ce M. Ramboz, que j'ai connu personnellement, était ce qu’on appelle dans le monde un bon enfant, c'est-à-dire un homme obligeant, mais d'ailleurs sans esprit et sans talent. Si je n’avais pas eu de lui cette idée, son journal aurait suffi pour me la donner. Ce journal, acheté pour quelques sols chez un fripier, commence vers le milieu de l'année 1789 si fertile en événements et finit à la fin du mois d'août 1790. Il renferme beaucoup de misères personnelles à l'auteur, beaucoup de détails qu'un homme bien élevé ne dit à personne et ne s'avoue à lui-même qu'en rougissant, mais il renferme aussi l’histoire anecdotique des premiers mois de la Révolution et sous ce rapport, il est très curieux. J'en ai tiré plusieurs faits qui m'ont semblé peu connus et qui me serviront un jour si, comme j'en ai conçu le projet, je me trouve en état d'écrire l'histoire de la Révolution dans notre province.

2727 octobre. — J'ai conçu le projet d'une société patriotique franc-comtoise destinée à propager le goût des lettres dans la province et par conséquent à procurer des encouragements à ceux qui, sans fortune, cultivent les lettres et les arts. C'est une idée à mûrir et qui peut avoir les plus féconds résultats.

  • 8 Pernet selon l'Annuaire du Jura de 1833.
  • 9 Tannerie tenue un temps par le père ou le grand-père de Pasteur ?

2828 octobre. — Aujourd'hui, j'ai reçu la visite de M. Perrenet8, chef d'une tannerie établie à Marnoz9 près de Salins. Il s'occupe de recherches historiques sur le Moyen Age et possède déjà plusieurs morceaux très curieux. Il m'a montré une monnaie en cuivre de Besançon à l'effigie de Charles-Quint et portant au revers l'aigle impériale. Cette pièce est surchargée d'une double contremarque, « II B » et « 14 O » dont M. Perrenet espérait que je lui donnerai l'explication, mais, n'ayant jamais vu ni même entendu parler de pièces bisontines ainsi contremarquées, je n’ai pu lui donner que des conjectures très vagues.

2929 octobre. — Notre sculpteur Clésinger est de retour de Paris ; il a, grâce à la protection de l’archevêque, obtenu du ministère deux blocs de marbre de Carrare pour le monument qu’il doit exécuter du cardinal de Rohan. S’il les reçoit l’hiver prochain comme on le lui a fait espérer, il se mettra sur le champ à l'œuvre et dans moins de deux ans, notre cathédrale sera décorée d'un monument très remarquable. Clésinger a vu notre nouveau prélat, M. l'abbé Gousset, et il en est enchanté.

3030 octobre. — Les artistes, comme l'on dit depuis la Révolution, qui parcourent chaque année la province pendant les vacances, se succèdent presque sans intervalle à Besançon. Nous avons dans ce moment Pouchard, l'un des plus célèbres virtuoses de Paris qui joue ce soir dans la Dame Blanche et un guitariste italien qui doit donner dimanche un second concert par souscription à la salle de la Mairie.

3131 octobre. — Un pont provisoire vient d’être établi et l’ancien pont de Bregille, dont les matériaux ont été abandonnés à l'entrepreneur, va être démoli. C'est demain que doit se faire l'ouverture du pont provisoire sur lequel on ne pourra passer qu'en payant un péage de quelques centimes.

Notes

1 Allusion, sans doute, à Albert de Haller (1708-1777), savant bernois, botaniste, anatomiste et bibliographe.

2 Claude-Ignace-François, baron Michaud (1751-1835), mort à Luzancy, Seine-et-Marne, vers La Ferté-sous-Jouarre. Il avait remplacé Pichegru à la tête de l'armée du Rhin. Voir Robert Fonville, Un général de la Révolution et de l'Empire...

3 Louis Dubeux (Lisbonne 1798-Paris 1863). Conservateur à la Bibliothèque royale en 1820, il enseigna le turc à l'Ecole des langues orientales et l'hébreu au Collège de France. Une lettre à Weiss, le 2 novembre 1835, confirme son désir d'appartenir à la commission Granvelle, dans laquelle sa connaissance de l'espagnol pouvait être utile. Voir Κaυε, Les correspondants...

4 Victor Baille (1810-1886).

5 Sir John-Frédéric-William Herschel (1792-1871), astronome et physicien anglais, auteur de plusieurs découvertes en astronomie et d'ouvrages réputés.

6 Armand Berroyer (1775-1872), professeur à Besançon puis recteur de l’Académie de Grenoble. Membre de l'Académie de Besançon.

7 Antoine-François Ramboz, jeune conseiller au bailliage de Besançon, tint un journal des événements de Besançon dont une partie, retrouvée par Jules Sauzay, a été publiée par lui dans les Annales franc-comtoises (t. viii, 1867, p. 416-447), avec des coupes, sous le titre “Le journal de M. Ramboz : esquisse de la vie bourgeoise à Besançon en 1789 et 1790”.

8 Pernet selon l'Annuaire du Jura de 1833.

9 Tannerie tenue un temps par le père ou le grand-père de Pasteur ?

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search