Desktop versionMobile version

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Septembre 1835

Full text

11 er septembre. — Mon vieil ami Gabriel Oudet, président de chambre à la cour royale de Dijon, est venu passer quelques jours à Besançon où il a fait ses études et où il conserve quelques anciennes connaissances. C’est un homme de beaucoup de sens et j'ai été charmé de me trouver d’accord avec lui sur les points principaux qui divisent aujourd’hui tous les esprits. Il est parti ce soir pour Maynal, sa patrie, où il restera toutes les vacances.

22 septembre. Etudes sur Gœthe par Xavier Marmier, imprimerie de Levrault à Strasbourg, in 8°.

  • 1 L'abbé Receveur, né à Longeville en 1800, avait déjà eu maille à partir avec Victor Cousin (1792-1 (...)

33 septembre. — Hier est arrivé l'abbé Receveur qui vient passer à Longeville ses vacances ; il n’est pas plus nommé cette année qu'il l'était l'année dernière, c'est-à-dire qu'il n'a pas encore obtenu sa nomination définitive à la chaire de Sorbonne qu'il remplit depuis plusieurs années. La mauvaise volonté de M. Cousin1 dans cette affaire l'aigrit à son insu et quoiqu'il fût assez maître de lui pour ne dire que ce qu'il veut, son mécontentement perce et il n’est pas difficile d'apercevoir qu'il verrait sans peine arriver une secousse qui renverrait à leurs chaires respectives les ministres professeurs qui gouvernent aujourd'hui la France.

44 septembre. — Jouffroy, arrivé ce matin, était dans ma chambre à huit heures. Nous avons déjeuné ensemble au Pré aux clercs ; il m'a quitté pour aller faire quelques visites et m'a rejoint à la Bibliothèque. Malgré ses occupations, il trouve le loisir d’étudier l'histoire de la province ; il possède à fond celle des montagnes et il a conçu l'idée d'en dresser une carte par seigneuries qui serait fort curieuse. Il m'a appris que Tissot a remporté cette année l'accessit à l'Académie des Sciences morales par une dissertation sur la Métaphysique d'Aristote. Nous avons dîné chez Migon et il est reparti ce soir pour Mouthe où il est pressé d'arriver pour assister à la noce de sa sœur, mariée d'hier avec le censeur de notre lycée. Il s'y reposera quelques semaines et reviendra passer quelques jours à Besançon avant de retourner à Paris où il doit être rendu pour le 15 octobre.

  • 2 Né en 1771 : il avait donc 64 ans.

55 septembre. — La nouvelle de la mort du général Morand2, répandue hier, s'est confirmée ce matin. Il n’était pas très âgé puisqu'il est parti volontaire dans les premiers bataillons du Doubs. Il avait fait les campagnes d'Egypte. Il est mort le 1er septembre.

  • 3 Jean-André-Tiburce, vicomte Sébastiani (1786-1871), général, député de la Corse en 1828, pair de F (...)

66 septembre. — Flavien, arrivé ce matin, est venu me voir vers les deux heures et ne m'a plus quitté. Nous avons dîné chez le recteur ; nous n'étions que six convives, dont deux préfets. M. Thierry avait fait le voyage de Vesoul uniquement pour assister à cette réunion car il repart demain dès le matin. La conversation a été sérieuse et presque constamment politique. Flavien, qu'exalte son amour de l'ordre, revient de la Chambre effrayé de la mollesse et de la position du gouvernement désarmé contre les factieux. Il aurait voulu que le ministère demandât des lois d'exception, mais les préfets n'ont pas été de son avis ; ils trouvent qu'ils ont assez d'autorité pourvu que le ministère leur permette d'en user. Pendant le dîner, on est venu nous dire que le général Tiburce Sébastiani3 était arrivé pour inspecter la garnison. Flavien s'est empressé de lui offrir à dîner pour demain et le général a accepté.

77 septembre. — En creusant les fondations de la nouvelle salle de la Bibliothèque, on a découvert plusieurs pièces de monnaie, entre autres un florin de Bourgogne à l'effigie de Philippe le Beau, père de l'empereur Charles-Quint.

  • 4 Achille-Léon-Victor, duc de Broglie (1785-1870), ministre de Louis-Philippe en 1835 et 1836.

88 septembre. — Flavien s'était fait inscrire à la Chambre pour parler dans la discussion sur la presse, mais après avoir entendu M. de Broglie4, il a renoncé à la parole. Il m'a communiqué le discours qu'il se proposait de prononcer en me priant de lui dire franchement mon avis. Je l'ai pris au mot et je lui ai dit que je le trouvais faible. « Cependant, m'a-t-il répondu, M. Jouffroy en a été fort content ! » A cela qu'avais-je à dire ? Rien, mais je me suis rappelé l'archevêque de Grenade.

99 septembre. — On a reçu des nouvelles de M. Courvoisier, arrivé depuis quelques jours à Lyon dans un étal de santé désespérant. La fièvre l'a quitté, mais il est d'une faiblesse effrayante et ne peut prendre aucune nourriture.

1010 septembre. — Il est arrivé depuis quelques jours un jeune peintre dont le projet est de se fixer à Besançon. C'est le fils de M. Bidaut, ébéniste. Il voyage depuis quatre ans en Italie et dans le midi de la France. Il était à Marseille lorsque le choléra y a éclaté et c’est ce qui l'a déterminé à reprendre le chemin de sa ville natale plus tôt qu'il ne l’aurait fait. Ce jeune homme a peu de talent, si j'en juge par les ouvrages que j’ai vus dans son atelier. Il a cependant, m'a-t-on dit, exposé au Salon de 1828. En sortant de chez lui, Flavien m'a dit : « Il n'a ni dessin, ni composition, ni coloris. » Ce jugement, quoique sévère, m'a paru juste.

  • 5 Jean-Joseph-François Poujoulat (1808-1880), historien, collaborateur de Joseph Michaud. Comme dépu (...)

1111 septembre. — Dans un article de la Quotidienne que j'ai reçue ce matin, M. Poujoulat5, secrétaire de M. Michaud, fait un grand éloge de l'accueil que notre Académie a fait aux députés de l'Académie française et rend un compte avantageux de notre séance publique. Mais ce qu'il y a de singulier, c’est qu'il ne parle d'aucun des membres qui ont fait des lectures dans cette séance, regrettant d'avoir oublié leurs noms et qu'il en cite trois qui n'avaient pas ouvert la bouche : M. le recteur Ordinaire dont la réputation est européenne, M. Weiss, philosophe naïf, et M. Viancin dont il compare les chansons à celles de Désaugiers et de Béranger.

1212 septembre. — M. Pyot, auteur de la Statistique du canton de Clairvaux, est venu me voir ce matin, arrivant des eaux de Plombières. Il a passé la journée à la Bibliothèque pour y faire des recherches sur les principales communes du Jura, dont il se propose à publier la statistique agricole et industrielle.

1313 septembre. — J’ai reçu la triste nouvelle de la mort de M. Courvoisier, l’un des hommes les plus parfaits que j'ai connus dans ma vie déjà trop longue et dont l'amitié sera mon premier titre dans tous les temps. Il est mort à Lyon le 10 de ce mois, à six heures du soir, laissant un deuil éternel à tous ceux qui ont pu l'approcher et connaître tout ce qu’il y avait de vertus dans cette âme pure, dans ce cœur si bon, si noble, si tendre. Multi flebilius quam mihi ! Il m'a fait l'honneur de m'adresser son testament et son codicille dans lequel il daigne me nommer au nombre de ses amis les plus chers.

1414 septembre. — Le colonel Greiner, aujourd'hui commandant de Vincennes, est venu visiter la Bibliothèque avec sa femme. Il a paru content de l'ordre que j'y ai établi et m'a fort invité à l'aller voir dans un de mes prochains voyages à Paris.

1515 septembre. — Le bruit s'est répandu dès hier que M. Chifflet, ancien premier président à la cour royale de Besançon, est mort hier dans son château de Montmirey. Ainsi, dans moins de quinze jours, la province a perdu trois de ses hommes les plus notables par leurs talents et par les hauts emplois dont ils ont été revêtus.

1616 septembre. — M. de Chifflet, est mort le 13 dans son château de Montmirey. D’après ses intentions, son corps a été transporté à Recologne dans le caveau de M. de Camus, son beau-frère, mort l'année dernière.

1717 septembre. Manuel pratique et populaire d'agriculture pour le département du Doubs. Besançon, imprimerie de Gauthier, in 8°. Cet ouvrage, dont le médecin Bonnet est le principal auteur, a été rédigé du moins en grande partie par M. Génisset.

  • 6 Très certainement Adolphe Monod (1802-1856), l'un des fils de Jean (voir plus haut) qui devait être (...)

1818 septembre. Le soi-disant pasteur de l'église évangélique de Lyon. M. Monnod6, mis aux prises avec lui-même et avec ses coreligionnaires par un catholique romain, M.A.F. (Antoine Faivre). Lyon, imprimerie de Guyot, in 8°.

1919 septembre. — Madame Courvoisier est arrivée aujourd’hui de Lyon et, après quelques heures de repos, s'est remise en route pour Baume. Les journaux de Lyon qu'elle nous a communiqués contiennent des articles pleins d'intérêt sur l'homme de bien que nous pleurons. Après avoir rempli les plus hautes fonctions de la magistrature, il ne laisse aucune fortune. J'ai donné l'idée de frapper une médaille en son honneur. La souscription sera annoncée dans le journal qui paraîtra dimanche, c'est-à-dire après-demain. Je ne doute pas qu’elle ne soit remplie sur le champ.

2020 septembre. Souvenirs historiques, suivis d'annales sur le village et la seigneurie de Rochejean, ancien bourg à château au pied du Mont d'Or, par C.-P. Loye, instituteur primaire. Pontarlier, imprimerie de Laithier, in-12.

2121 septembre. — Le jeune Gouniot, professeur de rhétorique à Lons-le-Saunier et maintenant en vacances, m'a communiqué un poème philosophique intitulé f... ?...]. C'est, m'a-t-il dit, le fruit de près de dix ans d'études et de réflexions. La forme en est dramatique et le fonds, cette pensée que l’auteur trouve sublime : que les hommes changent d'erreurs, c'est-à-dire de culte ou de religion tous les mille ans. Rien de plus absurde que cette composition et le style n'en vaut pas mieux. Cependant l'auteur a eu l'impudence d'en offrir la dédicace à M. de Chateaubriand qui, tout en se défendant de l'accepter, n’a pas eu le courage de lui répondre : « Non, je n'en veux pas. » Pour être juste à l'égard de Gouniot, il faut convenir qu’il est plus modeste que ne le ferait arguer sa démarche près de Chateaubriand et surtout plus sage qu'on ne le supposerait après la lecture de son singulier poème.

  • 7 Laurent, lieutenant-colonel du génie (1778-1835) avait établi en 1818 un projet de tracé du canal (...)

2222 septembre. — Nous venons de perdre encore un de nos compatriotes les plus distingués. M. Laurent7, colonel du génie à Strasbourg, y est mort le 15 de ce mois à 57 ans. Il est connu principalement pour avoir fortifié Palma Nova qu’il défendit en 1807 et 1814.

2323 septembre. — Voici l'inscription que je propose de placer sur la frise du clocher de Saint-Paul qui vient d’être rétabli dans la cour de la Bibliothèque :

Hunc
B. Pauli
Pia monumenta
Destructa
Non Sarmatis nec Vandalibus
Sed diutina pace
1831
Restituerunt
Antiquitatis venerandae
Sodales bisuntini
1835.

2424 septembre. La fausse industrie, morcelée, répugnante, mensongère, et l'antidote, l'industrie naturelle, combinée, attrayante, véridique, donnant quadruple produit, par Ch. Fourier, in-12, imprimerie de Boudon à Paris.

2525 septembre. — Le conseil général du département est assemblé depuis quelques jours ; il a nommé pour son président Donat Demesmay et pour secrétaire, le député Véjux. De pareils choix suffisent à montrer le vice de la loi sur l'organisation des conseils généraux qui devraient réunir toutes les notabilités du département, au lieu que les élections par canton ne donnent guère que des médiocrités intrigantes. C'était à peu près ce que je disais ce soir en dînant chez Bonnet avec deux membres du conseil général. « Convenez, ai-je-dit à Tanchard, de Cuse, membre du conseil général depuis son organisation en l’an VIII, convenez que le conseil actuel est le plus médiocre que vous avez vu ? — Vous avez raison, m'a-t-il répondu sans hésiter. » Le docteur Bonnet, notre amphitryon, est un homme tout à fait original. L'un de ses convives, M. Gabet, ancien commissaire ordonnateur des guerres et membre lui aussi du conseil général, me disait après le dîner : « C'est une perte immense que le conseil a faite par la mort de M. Courvoisier. Personne ne convenait aussi bien pour la présidence puisque nous ne pouvions pas avoir M. de Chifflet. » Cette phrase demanderait une longue explication pour les étrangers, mais il n'y a pas un habitant du département qui ne comprenne ce qu'elle m’a fait éprouver et notre hôte, M. Bonnet, est républicain ou du moins a la réputation de l’être.

  • 8 L’abbé Richard.

2626 septembre. — Le bon curé de Dambelin8, qui connaît mon goût pour les médailles, s'est occupé d’en recueillir pour en faire hommage à l’Académie. Mais, comme il trouvait trop sales, trop couvertes de vert-de-gris celles qu'on lui apportait, il s’est avisé de les faire nettoyer par sa servante. La malheureuse a travaillé jour et nuit pendant quinze jours à frotter avec des cendres, avec de la terre de grès, deux ou trois cents pièces du Haut Empire, dont quelques-unes de fort rares, et elle a réussi à les rendre si <lisses> qu'il est impossible de lire les légendes ou même de deviner les têtes de la plupart.

2727 septembre. — Aujourd'hui dimanche, des canonniers, après avoir battu un soldat d'infanterie, l'ont jeté du pont de la Madeleine dans la rivière. Le malheureux soldat en a été retiré demi-mort et transporté à l’hôpital. On désespère de sa vie. Ne croirait-on pas cette anecdote tirée des annales de quelques peuplades barbares ?

2828 septembre. — Aujourd'hui ont commencé les vendanges. La récolte sera médiocre et le vin de mauvaise qualité, parce que le raisin n’a pas pu mûrir.

2929 septembre. — Antide Janvier, horloger du Roi, l’un des premiers mécaniciens de son temps, est mort à Paris le 23 de ce mois dans un âge avancé.

  • 9 Les trappistes de Cirey-lès-Bellevaux, chassés de leur monastère à la révolution de 1830 et réfugi (...)
  • 10 Le Pater (pâturage), situé à l’emplacement de l’église St-Martin et du cimetière des Chaprais, éta (...)

3030 septembre. — Les trappistes chassés de toutes parts viennent de trouver une nouvelle retraite près d'Ornans9. Il y ont acquis une maison de ferme avec une centaine de journaux de terrain qu'ils cultivent de leurs mains. La maison sera bientôt agrandie grâce aux personnes pieuses et leur vaste domaine fermé par un bon mur. Le nombre des religieux est en ce moment de vingt-quatre. Le frère portier est un ancien colonel russe et le prieur, qui se nomme dom Jérôme, un jeune toulousain avec qui j'ai dîné aujourd'hui au Pater10 avec Curasson. C'est un homme de fort bonne mine et qui ne manque ni d'esprit, ni d'une certaine instruction. Il y a vingt ans qu'il a fait profession ; il est fort gai et il ne changerait pas d'état quand même il retrouverait dans le monde la fortune qu'il y a laissée.

Notes

1 L'abbé Receveur, né à Longeville en 1800, avait déjà eu maille à partir avec Victor Cousin (1792-1867) ainsi que le prouvent les notes de Weiss (Journal, ii, p. 310, 321).

2 Né en 1771 : il avait donc 64 ans.

3 Jean-André-Tiburce, vicomte Sébastiani (1786-1871), général, député de la Corse en 1828, pair de France en 1837. Frère d’Horace : Mesmay (général Jean-Tiburce de), Horace Sébastiani, soldat, diplomate, homme d'Etat, maréchal de France (1772-1851), Paris, 1948. Leur sœur Marie-Thérèse avait épousé en Corse, en 1798, Antoine-Joseph de Mesmay (1776-1826).

4 Achille-Léon-Victor, duc de Broglie (1785-1870), ministre de Louis-Philippe en 1835 et 1836.

5 Jean-Joseph-François Poujoulat (1808-1880), historien, collaborateur de Joseph Michaud. Comme député légitimiste (1848-1851) il devait combattre l'empire.

6 Très certainement Adolphe Monod (1802-1856), l'un des fils de Jean (voir plus haut) qui devait être révoqué de l'Eglise officielle pendant son ministère à Lyon, à cause de son zèle excessif. Il enseignera plus tard la théologie à Montauban avant d'être pasteur à Paris en 1847.

7 Laurent, lieutenant-colonel du génie (1778-1835) avait établi en 1818 un projet de tracé du canal Monsieur à travers la ville (Journal, i).

8 L’abbé Richard.

9 Les trappistes de Cirey-lès-Bellevaux, chassés de leur monastère à la révolution de 1830 et réfugiés en Suisse, purent, grâce à l’action de Mgr Gousset, grand vicaire à Besançon, et de l’abbé Breuillot, s’établir en novembre 1834 dans la ferme du Val-Sainte-Marie (dite « l’étable de Bethléem »), sur le territoire de Malans, canton d’Amancey. Ils la quitteront en 1844 pour s’installer à La Grâce-Dieu. Voir L'abbaye cistercienne de La Grâce-Dieu, 1139-1989, par des Moniales de l'abbaye, R. Locatelli, F. Lassus et J.-L. Langrognet, Paris, 1989, p. 113-115 (Annales, litt. Univ. Besançon).

10 Le Pater (pâturage), situé à l’emplacement de l’église St-Martin et du cimetière des Chaprais, était encore très rustique et abritait des auberges où les bisontins aimaient à se retrouver ou des propriétés entourées de parcs et de jardins.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search