Desktop versionMobile Version

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Août 1835

Volltext

11 er août. — Notre ami Dubois, inspecteur général de l'Université, est arrivé hier à Besançon où il avait l'intention de passer quelques jours, mais son titre de député l'a forcé de repartir précipitamment pour Paris et il repart demain, laissant à son collègue le soin d'achever son inspection des écoles comme il pourra.

22 août. — Toutes les fêtes renvoyées au dimanche avaient été contremandées. On n'en avait excepté que la revue de la garde nationale et de la garnison. Elle a eu lieu dans le petit Chamars, malgré une pluie d'orage très abondante. M. le Préfet avait son allocution toute prête, mais j'imagine qu'il en a supprimé plusieurs paragraphes, les moins importants. La pluie n'a point diminué l'enthousiasme des citoyens et les cris de vive le Roi ! ont accueilli le discours du préfet et ont été répétés par toutes les compagnies qui défilaient devant lui.

  • 1 L'Histoire de la Philosophie du philosophe allemand Heinrich Ritter (1791-1869) parut entre 1829 e (...)

33 août. Histoire de la philosophie par le docteur Henri Ritter1, traduit de l'allemand par C.-J. Tissot. Paris, imprimerie de Bourgogne, in 8°, 1er volume. Cet ouvrage aura huit volumes, quatre pour la philosophie ancienne et quatre pour la philosophie moderne.

44 août. De l'influence que la médecine a exercée sur la civilisation et les progrès des sciences. Discours de réception prononcé le 5 mai à l'Académie de Lyon par L.-P.-A. Gauthier, Lyon, imprimerie de Rozan, in 8° d'une feuille. M. Gauthier, médecin exerçant à Lyon est franc-comtois. Il est né dans les environs de Saint-Amour.

55 août. Des artifices que certains auteurs ont employés pour déguiser leurs noms par Charles Nodier. Paris, imprimerie de Brun, in 8° d'une feuille.

  • 2 François-Xavier Chifflet, premier président du parlement de Besançon de 1771 à 1775 pendant l’exil (...)
  • 3 Le travail a été fait par les héritiers des Chifflet, les barons d’Aligny. En 1834, Albert-Baptist (...)

66 août. — M. de Chifflet est venu à la Bibliothèque m'apporter des notes pour l'article de son père, le premier président du parlement de Metz2 que je me propose de rédiger pour le supplément. Je l'ai trouvé fort raisonnable sur bien des points. Il se repent beaucoup de n'avoir pas, à son retour de l’émigration, essayé de réformer la bibliothèque de ses ancêtres3 et surtout de ne s'être pas fait un plan de travail qu’il poursuivrait depuis que les événements l’ont condamné à la retraite.

77 août. — On a célébré ce matin à la cathédrale un service pour les victimes de l'attentat du 28 juillet. La cour royale, les tribunaux et les autorités civiles et militaires y ont assisté. C'est M. de Bouligney, le premier des vicaires généraux, qui officiait ; l'archevêque, arrivé hier de sa visite à Montbéliard, a entendu la messe, assis sur son trône pontifical.

  • 4 Jean Monod (Genève 1765-Paris 1836), pasteur d'origine genevoise, appelé à Paris en 1808, eut douz (...)

88 août. — M. Monod4, président du consistoire de l'Eglise réformée de Paris, est venu visiter aujourd’hui la Bibliothèque. C'est un homme d'environ 60 ans, fort modeste, qui parle peu mais en bons termes. Il se rend à Genève pour assister à la fête séculaire de la Réforme.

99 août. — Aujourd'hui dimanche, le Te Deum a été chanté à la cathédrale pour remercier Dieu d'avoir préservé le Roi et sa famille de l'horrible attentat tramé par ses ennemis. Toutes les autorités y ont assisté ainsi que des détachements de la garde nationale et des corps de la garnison.

1010 août. — L'attentat du 28 juillet a inspiré des vers à M. Bousson de Mairet, principal d’Arbois ; il vient de me les adresser pour les communiquer à l’Académie. M. Bousson fait très facilement des vers, mais la pièce est moins d'un professeur que d'un écolier de rhétorique.

1111 août. — Madame Mathieu, mère de notre archevêque, arrivée malade à Besançon, y est morte avant-hier au palais archiépiscopal. Ses obsèques ont eu lieu ce matin à la cathédrale avec toute la pompe convenable. En annonçant dans les lettres de faire-part que sa mère était veuve d'un marchand, le prélat a achevé de se perdre dans l'esprit de notre noblesse que ses manières bourgeoises avaient déjà disposée très peu favorablement.

  • 5 Charles Weiss avait payé les dettes de ce géographe ornanais et narré dans le Journal (ii, pp. 328 (...)
  • 6 Guizot.

1212 août. — M. Martin, d'Ornans5, dont j'ai eu l'occasion de parler l'année précédente, est de retour à Besançon depuis quelques mois, mais comme il est mon obligé, il n'est pas venu me voir. Cela est dans l'ordre et je ne m'en plains pas. Or, le susdit M. Martin a envoyé au ministre de l'instruction publique6 un cahier de sa fameuse géographie et le ministre lui a répondu qu'il avait reçu ce cahier et qu'il était « avec considération son serviteur ». Ces derniers mots mis à la lettre ont tourné la faible tête du pauvre homme. En conséquence, il s'est persuadé que le ministre qui le considère ne tarderait pas à lui donner une pension, et, en attendant, il vit comme s’il l'avait déjà. Il a fait imprimer le rapport que Bourgon a fait sur son ouvrage à l'Académie et, ne pouvant payer les imprimeurs, il les a menés dîner chez Mme Hugel. Le dîner fait, ses convives partis, il a présenté gravement un exemplaire du rapport à Mme Hugel en lui disant : « Voici de l'or en barre, mais on ne compte pas avec ses amis. » Mme Hugel, pensant que le papier était un billet de banque, lui a dit : « Il faut vous rendre. — Non Madame, a répondu M. Martin, gardez tout. » Je doute que cette manière de payer les dîners dure longtemps, mais elle est si originale que j'ai cru devoir la consigner ici pour l'instruction des géographes futurs.

1313 août. — L’Académie, dans sa séance de ce jour, a voté une adresse au Roi ; elle avait été rédigée d'avance par le secrétaire perpétuel qui n'a plus eu d'autre peine que de la mettre sous enveloppe pour l'adresser au ministre en le priant de la mettre sous les yeux de Sa Majesté.

1414 août. — Une députation a été nommée par l’Académie pour assister à l'inauguration de la statue de Cuvier qui doit avoir lieu le 23 de ce mois à Montbéliard. Cette députation se compose de MM. le conseiller Bourgon, Lancrenon, Parandier et moi. M. l'avocat général Maurice a promis de s'y joindre, dans le cas où ses affaires lui permettraient de s'absenter à cette époque.

1515 août. — La commission de l'Académie avait proposé pour sujet d’un nouveau prix l'éloge de Dunod considéré comme historien de la province. M. Clerc a dit que l'histoire de Dunod est défectueuse sous le double rapport du style et de l'arrangement des faits et que par conséquent on ne pouvait pas en proposer l'éloge sans s'exposer à la critique. Cette opinion n'ayant pas trouvé de contradicteur, elle a décidé qu'elle demanderait des observations sur l'histoire de Dunod, laissant aux concurrents la liberté de se prononcer pour ou contre l'ouvrage.

1616 août. — Madame de Maselières née Castillon s'occupe de nos musées avec plus de zèle que beaucoup de personnes qui peuvent en tirer plus de profit. Elle vient de me faire remettre une sépia et deux petites pièces grecques dont lui avait fait hommage un de ses parents, officier dans la dernière expédition de Morée.

1717 août. — Parmi les accusés des troubles de Lyon qui sont en jugement devant la Cour des Pairs se trouvent plusieurs franc-comtois. L'un d'eux, Rivière cadet, de Lons-le-Saunier, a présenté sa défense avec beaucoup de talent, dans un mémoire in 4° de 5 feuilles. Les journaux modérés en citent plusieurs morceaux remarquables par l'ordre et la déduction des faits. Il déclare qu’il a fait partie des associations républicaines dès le principe de leur organisation, mais que convaincu de leur inutilité pour le bonheur des classes ouvrières, il a cessé de les fréquenter depuis longtemps. Il se donne ensuite pour un disciple de Fourier, qui sera très flatté de ce nouveau prosélyte.

  • 7 Alexis-Barbe-Benoît de Comberousse ou Decomberousse (1793-1862), auteur d’innombrables vaudevilles (...)

1818 août. La fille mal élevée, comédie-vaudeville en deux actes par MM. d'Epagny et de Comberousse7. Imprimerie de Dondey-Dupré, in 8°. Cette pièce a été représentée avec succès le 21 juillet dernier sur un des petits théâtres de Paris.

1919 août. — Depuis quelques jours, M. Couthaud, l'un des officiers du génie chargé de lever la carte de France, est à Besançon. Il vient assidûment à la Bibliothèque consulter les ouvrages dans lesquels il espère trouver des renseignements sur les anciennes routes, et j'ai eu le bonheur de lui procurer jusqu'ici tous les ouvrages qu'il m'a demandés. On lui doit déjà la levée ou la rectification de plusieurs cartes récemment gravées, et il s'occupe en ce moment de celle du Châlonnais. C'est un homme laborieux et instruit. Il s'était mis, il y a quelques années, sur les rangs pour la députation dans l'arrondissement de Montbéliard. Il a complètement échoué et cela devait être.

  • 8 Joseph Michaud (1767-1839), journaliste et historien, éditeur avec son frère Louis-Gabriel, de la (...)
  • 9 Jean-François Roger (1776-1842), auteur dramatique et homme politique, entré à l'Académie français (...)
  • 10 Weiss a commis là une confusion de personnes entre Jean-Henri Jaume Saint-Hilaire (1772-1845), bot (...)

2020 août. — Les journaux annoncent que l’Académie française a député, pour assister à l'inauguration de la statue de Cuvier à Montbéliard, MM. Nodier, Michaud8 et Roger9. C'est M. Nodier qui doit, en sa qualité de chancelier, porter la parole. De son côté, l'Académie des Sciences a député M. Jaume Saint-Hilaire10, qui ne manquera pas de faire un discours. Après ces deux-là, je ne vois pas trop ce que pourra dire l'Académie de Besançon.

2121 août. — Les députés de l'Académie de Besançon se sont mis en route pour Montbéliard. Sept avaient été désignés, il n'en est parti que quatre. L'avocat général Maurice a été retenu par une affaire dans laquelle il doit porter la parole et M. de Saint-Juan a prétexté l'obligation où il était d'aller à Consolation assister aux examens de son fils. Le préfet qui doit, en sa qualité de président, porter la parole au nom de la députation, ne doit se mettre en route que demain.

2222 août. — Les ruines de Mandeure ont été visitées par la députation. On y a découvert depuis peu un bas-relief en marbre qui paraît avoir servi d'enseigne à un fabriquant de <torches>. C'est un morceau très remarquable que le curé de Mandeure s'est chargé de procurer au musée de Besançon.

  • 11 Saivres.
  • 12 Georges-Louis Duvernoy (1777-1855), anatomiste et zoologiste qui avait travaillé avec Cuvier (Jour (...)
  • 13 Goguel.
  • 14 En réalité Kuhn (Georges), professeur au conservatoire de Paris (Images du Patrimoine : Montbéliar (...)

2323 août. — L'inauguration de la statue de Cuvier à Montbéliard s'est faite aujourd'hui avec une solennité vraiment remarquable. Dix discours ont été prononcés par M. le sous-préfet de l'arrondissement11, par M. Duméril au nom de l'Académie des Sciences, par M. Nodier au nom de l'Académie française, par M. Valenciennes au nom du Muséum d'histoire naturelle, par M. Duvernoy12 au nom de la Faculté de Strasbourg, par M. le préfet au nom de l'Académie de Besançon, par M. Blondeau député de l'arrondissement, par M. Rossel ami de Cuvier, par M. le maire de Montbéliard13. Une cantate, composée par M. Kounh14, professeur au conservatoire, a terminé cette cérémonie touchante. Un dîner à la mairie et un bal ont complété la fête. La nuit, tous les édifices ont été illuminés.

2424 août. — Nodier est arrivé ce soir à Besançon avec ses deux collègues. Ils ont accepté un logement à la préfecture.

2525 août. — M. le préfet a donné un dîner de trente couverts aux académiciens. Demain, il y en aura un par souscription chez Migon. M. Ordinaire, le recteur de l'Académie, m'a dit qu'il regrettait beaucoup que ses moyens ne lui permissent pas de les inviter chez lui.

2626 août. — MM. Nodier, Michaud et Roger ont assisté à la séance publique de notre Académie. La pension Suard a été donnée par trois voix à M. Mauvais. Un prix de 200 francs a été donné à M. l'abbé Richard, curé de Dambelin, pour un mémoire sur le commerce de la province. La séance a été ouverte par une allocution du préfet pleine d'à propos. Le discours de Génisset sur la pension Suard a présenté des allusions très fines et par cela même insaisissables à la tourbe des auditeurs sur les bienfaiteurs de l'humanité dans cette province. L’orateur a rappelé, sans les nommer, M. Paris et M. de Magnoncour. Après la séance, on s’est réuni chez Migon à un banquet qui a duré jusqu'à dix heures. Viancin a chanté des couplets à l’honneur des académiciens. Pérennès leur a porté une santé. Tout cela a été fort applaudi et le méritait. Il y a bien longtemps qu'il n’y a eu à Besançon une soirée littéraire aussi complète, et l'Académie en conservera dans la suite un long souvenir.

2727 août. — Hier, à l'issue de la séance, l'Académie a nommé pour son président Pérennès et pour vice-président le conseiller Bourgon.

  • 15 Adrien Beuque, vérificateur des douanes à Pontcharra (Isère) en 1834 ; en 1835 à Marseille où il f (...)

2828 août. — Il y avait à notre séance plus d'associés que nous n'en avons jamais vus à la fois : M. Laumier et M. Désiré Monnier, venus l'un et l’autre de Lons-le-Saunier, le premier pour lire une pièce assez médiocre de sa composition qu’il n'a certainement pas embellie par son débit monotone, et le second pour voir de vieux amis qu'il n'avait pas embrassés depuis dix ans. Puis enfin, M. Adrien Beuque15, qui s’est trouvé de passage à Besançon allant à Paris réclamer contre l’arrêté qui le frappe de destitution pour avoir abandonné Marseille pendant le choléra. M. Beuque n'est point un littérateur, mais il aime les lettres et les arts et il les cultive par délassement. Il fait des vers, il est musicien et peint la miniature, avec talent non, mais d'une manière passable.

2929 août. — On construit en ce moment une nouvelle salle à la Bibliothèque. Les travaux commencés depuis quelques jours se poursuivent avec une telle activité que l'on peut espérer que cette salle sera terminée dans deux mois.

3030 août. — M. Mauvais, le nouveau pensionnaire de l'Académie - pension Suard, est arrivé ce matin à Besançon. J'ai eu l'occasion de le voir deux fois, chez l'abbé Gousset et ce soir chez Génisset. C'est un jeune homme de fort bonne mine, qui parle peu et bien, et qui me donne l'espérance que l'Académie a fait un bon choix.

  • 16 Anicius Manlius Torquatus Severinus Boetius (vers 480-524), philosophe et poète latin. Il écrivit (...)

3131 août. — Il y a depuis quelques jours ici un amateur d'antiquités, de bouquins et d'autographes qui se nomme le chevalier de Saint-Thomas. Il est originaire de la province et quelques-uns même le disent de Vesoul. Il s'est marié dans le Forez et il habite près de Roanne une terre où il vit presque seul, cultivant ses goûts studieux. M. de Saint-Thomas est possesseur d’un manuscrit sur vélin de la traduction en vers de Boèce16 par un dominicain de Poligny. Par cette considération que le traducteur est de la province, le manuscrit nous conviendrait fort. A force de le répéter à M. de Saint-Thomas, il consent à nous le céder pour trois cents francs, et il a eu la complaisance de me le laisser pendant les vacances pour que je puisse l'examiner à loisir et prendre des informations sur sa véritable valeur.

Anmerkungen

1 L'Histoire de la Philosophie du philosophe allemand Heinrich Ritter (1791-1869) parut entre 1829 et 1853.

2 François-Xavier Chifflet, premier président du parlement de Besançon de 1771 à 1775 pendant l’exil des trente parlementaires comtois, fut nommé premier président du parlement de Metz au retour du président de Grosbois.

3 Le travail a été fait par les héritiers des Chifflet, les barons d’Aligny. En 1834, Albert-Baptiste Picot de Moras, conseiller général du Jura, épousa Marie-Joséphine Chifflet. Son fils Henri reçut de son oncle, le vicomte Ferdinand Chifflet, le soin de recueillir l’héritage intellectuel de la famille, et en particulier les livres de la bibliothèque. Le catalogue de la bibliothèque comtoise du château de Montmirey a été publié chez Jacques et Demontrond en 1931 (2 volumes).

4 Jean Monod (Genève 1765-Paris 1836), pasteur d'origine genevoise, appelé à Paris en 1808, eut douze enfants dont quatre pasteurs plus ou moins célèbres.

5 Charles Weiss avait payé les dettes de ce géographe ornanais et narré dans le Journal (ii, pp. 328-329) les avatars de l'auteur.

6 Guizot.

7 Alexis-Barbe-Benoît de Comberousse ou Decomberousse (1793-1862), auteur d’innombrables vaudevilles, souvent en collaboration avec d'autres auteurs.

8 Joseph Michaud (1767-1839), journaliste et historien, éditeur avec son frère Louis-Gabriel, de la Biographie universelle, à laquelle Weiss fournissait de nombreux articles, était membre de l'Académie française depuis 1813.

9 Jean-François Roger (1776-1842), auteur dramatique et homme politique, entré à l'Académie française en 1817.

10 Weiss a commis là une confusion de personnes entre Jean-Henri Jaume Saint-Hilaire (1772-1845), botaniste français, et le naturaliste Etienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), membre de l'Académie des Sciences depuis 1807 et que l'impartial cite parmi les membres de la délégation académique parisienne.

11 Saivres.

12 Georges-Louis Duvernoy (1777-1855), anatomiste et zoologiste qui avait travaillé avec Cuvier (Journal, ii, p. 390 note 193).

13 Goguel.

14 En réalité Kuhn (Georges), professeur au conservatoire de Paris (Images du Patrimoine : Montbéliard, p. 61).

15 Adrien Beuque, vérificateur des douanes à Pontcharra (Isère) en 1834 ; en 1835 à Marseille où il fut destitué pour avoir abandonné son poste pendant l'épidémie de choléra ; on le retrouve en 1837 à Pontarlier, à Lyon en 1839. Associé correspondant de l'Académie en 1834, il sera titulaire en 1861.

16 Anicius Manlius Torquatus Severinus Boetius (vers 480-524), philosophe et poète latin. Il écrivit en prison la Consolation philosophique en prose et en vers. Aucun manuscrit de la Bibliothèque de Besançon ne correspond à un tel ouvrage.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search