Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Juin 1835

Texte intégral

11 er juin. — On vient de mettre en vente chez les Gauthier une édition des Œuvres du P. Liguori, 7 volumes in-12 avec des notes très amples de l'abbé Receveur. C'est à ma connaissance le quatrième théologien franc-comtois qui travaille sur les œuvres du théologien d'Italie.

  • 1 Guizot

22 juin. — Le Journal de l'instruction publique annonce que le ministre1 m'a chargé de visiter les archives des départements du Doubs et du Jura pour vérifier s'il n'y existe pas des documents historiques dignes d'être publiés. A ce sujet, M. le recteur Ordinaire disait : « Je commence à être envieux de M. Weiss ; il n'a pas autant de mérite qu'on le dit. » C'était une plaisanterie, mais je suis bien certain que je ne me serais jamais avisé d’en faire une pareille. Ceux qui liront ceci après moi devineront peut-être l'opinion que j'ai, dans ce moment-ci du moins, de M. le recteur, mais ils trouveront, j'espère, dans d'autres passages en assez grand nombre dans mon journal des motifs pour la rectifier. M. Ordinaire est un homme de mérite et même d'un mérite assez rare dans le temps actuel. A beaucoup d'esprit, il joint un jugement sain et le tact le plus exquis. Mais quoique vieux et partagé des biens de la fortune mieux qu'il n'aurait jamais pu l’espérer, il ne s'est jamais élevé au-dessus de la matière : c'est la seule cause de ses imperfections.

33 juin. — Il est arrivé à mon pauvre Viancin ce que j'avais prévu lorsque je voulus l’empêcher d'adresser à l’Académie des Jeux floraux sa Ballade de la tête de mort du curé de Mouthier. Il a complètement échoué. Le choix du sujet a révolté l'Académie qui convient que la pièce purement écrite est conduite avec sagesse. Ce jugement a été un lénitif pour la censure, et je suis convaincu qu'il rêve un nouveau sujet à traiter et qu'il n'a pas même fait ses adieux aux Académiciens de Toulouse.

  • 2 Dans l'Album franc-comtois, en 1842, on trouve des vers de Demesmay inspirés par une autre légende (...)

44 juin. — Auguste Demesmay est de retour de Paris où il a passé près de trois mois. Il est, comme tous ceux qui les voient de près, indigné des sots prodigues qui sont parvenus à transformer le culte des lettres en une industrie non sujette au droit de patente. En bon jeune homme qu'il est, il espère dans la conversion de ceux qui annoncent du talent et dans l'équité publique pour faire justice des autres. De pareilles illusions ne sont plus de mon âge, mais je n'ai pas voulu le détromper. Pendant ces trois mois, il a beaucoup vu, connu, entendu, mais d'ailleurs n’a rien fait. Une fois dans la voiture du courrier, son goût de versifier s'est ranimé et il m'a communiqué une ballade dont le sujet est tiré des Chroniques de Jeanne Vuillemin. C'est la jeune fille à cheval qui, ne pouvant passer au pont de Montbenoît faute d'argent pour acquitter le péage, s’élance dans le Doubs où elle se noie2. Il y a de très bonnes stances.

55 juin. — L'Académie a tenu hier une séance pour nommer la commissions chargée d'examiner les titres des candidats à la pension Suard. Des sept membres qui composaient la commission nommée il y a trois ans, deux sont morts : mon pauvre Bailly, vice-président de l'Académie, et Bertaut. Ils ont été remplacés par Viancin et le conseiller Bourgon. M. le juge Guillaume a obtenu une seule voix et tous les membres de l’Académie sont convaincus, sans en avoir la certitude, que c’est lui qui se l’est donnée.

  • 3 Félix Renouard de Sainte-Croix (1773-1840), voyageur et écrivain. Il appartenait à l'Académie de B (...)

66 juin. Projet du marquis de Sainte-Croix3 pour l'affranchissement des esclaves dans nos colonies. Paris, in 4° broché.

77 juin. — Depuis quelques jours, le temps n'a pas cessé d'être à l'orage. Nous en avons été quittes à Besançon pour des coups de tonnerre assez forts et des pluies abondantes mais qui n'ont fait aucun mal. Il n’en a pas été de même dans le département, ni même à ce qu'il paraît dans le reste de la province. Le 3 juin, un orage épouvantable a, dans la soirée, éclaté sur la ville de Baume et y a causé d'immenses ravages. Les rues, et par suite les caves, remplies d'eau sont le moindre des dommages éprouvés par les habitants. Des vignes ont été détruites, des vergers ont disparu, etc. La perte est incalculable ; on estime celle de M. Courvoisier à plus de 80.000 francs.

  • 4 Le maréchal Maison.

88 juin. — Le conseil municipal qui, sans élever la voix, a laissé le génie militaire s'emparer de la promenade Chamars, y creuser une marne insalubre, exhausser les remparts, détruire le jardin où la ville avait à grands frais réuni des arbres exotiques et des oiseaux rares, s'oppose maintenant à ce que le génie détruise une haie qui borde les remparts devenus déserts, sous prétexte qu'il y aurait danger pour les promeneurs. La plainte vient d'être transmise au ministre de la guerre4. Elle a été publiée dans l'impartial d'hier.

  • 5 Pierre-Armand Dalloz (1797-1867), de Septmoncel, frère de Désiré qu'il aida à rédiger son Répertoi (...)

99 juin. Dictionnaire général et raisonné de législation, etc... par Armand Dalloz jeune. Paris, imprimerie de Duvicquet, in 4°, L'ouvrage aura de 6 à 8 livres qui formeront de 2 à 3 volumes5.

1010 juin. — Les supérieurs du séminaire qui voyaient avec peine l'établissement des hautes études, viennent de prendre une mesure qui tend à diminuer l'effet que ne pouvait manquer de produire la création des nouvelles chaires de philosophie et de littérature. Ces chaires ne seront point établies au séminaire où les élèves auraient été nombreux, mais à Ecole où les cours ne seront fréquentés que par quelques séminaristes dans lesquels les maîtres auront reconnu des dispositions qui ne font pas craindre des succès trop brillants.

1111 juin. Projets pour un cours complet d'instructions familières à l'usage des ecclésiastiques par l'abbé Guillet, Besançon, imprimerie d’Outhenin-Chalandre, 2 vol. in-12.

  • 6 Il devait se consacrer plus particulièrement à l'agriculture et occuper l'une des deux premières c (...)

1212 juin. — M. Bonnet, l'un des membres du conseil municipal nommé lors de la première épreuve de la loi d'élection, vient d'adresser sa démission au maire et au préfet. Son motif est qu'aucune des propositions qu'il a faites depuis quatre ans, dans des vues d'intérêt public, n'ayant été admises par ses collègues, il doit se regarder comme un membre inutile. Les furieux de calembours, car nous en avons proportion gardée presque autant qu'à Paris, n'ont pas manqué de dire que le conseil courait risque de s'enrhumer puisqu'il avait perdu son bonnet. Mais on rendra plus tard justice à cet ex-conseiller municipal qui joint à beaucoup de zèle pour les intérêts de la cité, des lumières plus étendues que la plupart de ses collègues6. Son grand défaut est de s'emporter dans la discussion, mais chez lui ce n'est qu'un vice d'éducation et tous ceux qui le connaissent conviennent qu’il a un cœur excellent. On dit, et je n'en serais pas étonné, qu'il se propose de publier un compte-rendu de sa conduite dans lequel il dévoilera les intrigues de certains municipaux qui, sous le voile du bien public, ne s’occupent que de leur intérêt particulier.

1313 juin. — Mon ami Pérennès prépare en ce moment une nouvelle édition des Trois siècles de la littérature de l'abbé Sabatier ; mais d'après ses idées, ce serait un nouvel ouvrage puisqu’il ne paraît pas même conserver le titre de l'ancien qui cesserait d'être exact, s'il donnait des notions sur les poètes antérieurs à François Ier. Une nouvelle édition des Trois siècles est demandée par les supérieurs des séminaires, mais ces messieurs se contenteraient-ils d'un ouvrage qui ne reproduirait pas les articles de Sabatier dans leur intégrité ? Je ne le pense pas et par cette raison, je crois la spéculation de Pérennès très chanceuse.

  • 7 Jacques Courtois dit le Borgognone, peintre : voir Journal, ii. Jean-Jacques Boissard (1528-1602), (...)

1414 juin. — Flavien m’écrit que la session est terminée. Il est très mécontent des avocats, des hommes d'idées étroites et des gobe-mouches qui composent au moins la moitié des représentants de la première nation du monde. Il a obtenu pour notre musée le tableau de Gigoux qui, dit-il, commence à entrer dans la bonne voie. Il me parle aussi d'Huguenin comme de l'une des espérances de la sculpture française. Ainsi l'on ne pourra plus dire, comme il y a un siècle, que la Franche-Comté n'est pas le pays des artistes, et remarquons que ceux qui disaient cela ne se souvenaient ni des Courtois, ni des Boissard ni des Goudimel7, quatre artistes du xvième siècle, auxquels la France tout entière à la même époque n'avait pas grande chose à opposer.

1515 juin. — Madame Marie Mennessier, née Nodier, me prie de faire annoncer dans l'impartial qu'elle vient de publier deux nouvelles Romances qui se trouvent à Paris chez tous les marchands de musique. Elle est dans ce moment à Metz avec son mari. Son père est à Bruxelles où il cherche à rétablir sa santé par le repos et les distractions qu'une application trop soutenue lui ont rendu nécessaires.

1616 juin. — Le succès que Gigoux vient d'obtenir au Salon lui a tourné la tête, il se croit un personnage important. Il m'écrit de dire à notre brave graveur Rambert qu’il est content de ses progrès dans la taille du bois, mais qu'il ne peut le faire venir à Paris pour le faire travailler sous ses yeux, ni lui envoyer de nouveaux dessins parce qu'il ne les rend pas avec une assez scrupuleuse fidélité. C'est un compliment très désagréable à faire à ce digne Rambert, et c'est moi que M. Gigoux en charge ! Vraiment, cela fait pitié !

1717 juin. — M. le Préfet Victor Tourangin a marié sa fille avec un de ses cousins, docteur en médecine. Le mariage a été fait à Saint-Jean par l'archevêque qui, dans cette circonstance, ne s'est pas surpassé car il a fait, m'a-t-on dit, un discours de curé de village. Auguste Demesmay avait fait un hymne que Roncaglio a mis en musique et qui a été chanté par les enfants de la chapelle. Au déjeuner, Viancin a chanté des couplets qu’on a trouvés fort jolis. Il y avait trente-deux personnes à table. Ce soir, il y a grande réception et bal à la préfecture. Des mannes abondantes ont été distribuées par le préfet : il a remis 40 francs à M. Miroglio pour les pauvres de la communion protestante ; les curés des différentes paroisses ont reçu des sommes plus fortes.

1818 juin. — Monsieur Bousson de Mairet est arrivé hier je ne sais pour quelles affaires de son collège. Il assure que les imprimeurs de Lons-le-Saunier attendent avec impatience son Traité de rhétorique qu'il a le fol espoir de faire déclarer classique par l’Université de France. Je lui ai dit avec politesse mais franchement l'opinion que Génisset a de son livre, mais il ne m'a pas compris. Quoiqu'on ne puisse lui refuser une certaine capacité de talent même pour écrire, c'est un véritable butor, c’est une bête lettrée et rien de plus.

  • 8 Claude-Denis-Auguste Valette (Salins 1805-Paris 1878), juriste et homme politique, professeur de d (...)

1919 juin. — Le professeur Bugnet, qui est venu passer une huitaine de jours à sa campagne de Bolandoz, est de retour ici. Demain il reprend le courrier de Paris. J'ai dîné avec lui chez M. Gigandet, ce maître-charpentier dont j'ai pu déjà parler dans ces feuilles pour son habileté dans la profession et que je ne connaissais pas de figure. C’est un homme simple, plein de cordialité, d'attention, qui fait à merveille les honneurs de sa table et de sa maison, s'oubliant lui-même pour ne s'occuper que des autres, mais sans aucune affectation. Il y avait à ce dîner un homme que je ne connaissais que de nom et avec qui j'étais bien aise de me trouver. C'est le jeune Valette8, de Salins, professeur suppléant à la Faculté de droit de Paris, l'une des gloires futures de la province. Il est difficile d'avoir des formes plus agréables ; il parle bien mais il aime peut-être à parler. Ses opinions sont celles de son âge, par conséquent très opposées aux miennes, mais il les expose avec tant de candeur et de bonne foi qu'il est impossible de se fâcher. La conversation a été longue, animée, sans passer les bornes de la décence. De tout ce qu’on a dit, une seule chose m'a frappé, c'est la remarque de Bugnet sur le changement qui s'est opéré dans le pays depuis un an. L'opposition, suivant lui, n'y compte plus de partisans. Tout le monde s'y est rallié au gouvernement dont il désire le maintien même avec ses abus. Cette opinion qu'il répète à Paris ne peut manquer d'étonner les journalistes qui doivent voir avec dépit diminuer chaque jour l'influence qu'ils avaient acquise, mais qu'ils ont bien mérité de perdre par l'abus qu'ils ne cessent de faire de la presse.

2020 juin. — Flajoulot a, dit-on, reçu de M. Ingres une lettre par laquelle il le félicite des excellents principes de dessin qu'il a donnés à son élève M. Baille qui, le premier, a été pensionné par la ville pour se perfectionner à Paris. Il lui disait, si les bruits sont vrais, que M. Baille ferait honneur par ses talents aux premières écoles de France ou d'Italie. Beaucoup moins d’éloge aurait suffi pour achever de tourner la tête déjà faible de Flajoulot. Il colporte cette lettre de maison en maison, se donnant à lui-même tous les éloges qu'il croit mériter et s'écriant : « On n'a cessé de dire que l'école de Besançon était tombée ; eh bien cependant, voilà les hommes quelle produit ! »

2121 juin. — Les processions de la Fête-Dieu, favorisées par un beau temps, se sont faites comme à l'ordinaire. L'archevêque portait le Saint-Sacrement. La cour royale en costume et les membres de l'Université en habit noir suivaient le dais, porté par huit diacres ou sous-diacres, mais il n’y avait pas un seul militaire. Des détachements commandés par un capitaine stationnaient sur les places pour la police.

2222 juin. — M. Courvoisier est passé aujourd’hui en se rendant à Dijon où son fils aîné fait un cours de droit. Il est extrêmement faible, mais il n'est point abattu et, sans une extinction totale de voix, on le croirait plutôt convalescent que malade. Il conserve beaucoup de courage et l'on voit qu'il cherche à en inspirer à ceux qui l'entourent. A son retour de Dijon, son projet est de se fixer à Besançon pour y suivre un traitement approprié à sa maladie et j'espère que son séjour dans une ville qu'il affectionne tant contribuera, autant que les remèdes, à son rétablissement.

2323 juin. — Auguste Demesmay continue à faire des légendes sur des sujets tirés de notre histoire au Moyen Age. Il m'avait communiqué depuis quelques jours celle qu'il a faite d’après la tradition sur l’établissement de l'ermitage de Consolation et il m'en a lu hier une autre sur la fondation du prieuré de Sainte-Marie. Il a du talent, de la facilité de parler, de l'harmonie, mais il ne soigne pas assez ses vers : c'est là son grand défaut à mon avis, mais je doute qu'il s'en corrige jamais.

  • 9 Personnage de médecin dans Gil Blas, de Lesage.

2424 juin. — Fallot me mande que le voyage de Nodier en Belgique est une suite d’ovations et de triomphes. Dans plusieurs villes on lui a offert les vins d'honneur, partout il a été accueilli et fêté comme il le mérite. Les émotions que cet accueil auquel il ne s'attendait pas lui ont procurées doivent contribuer à l'affermissement de sa santé, plus que toutes les recettes des élèves de Sangrado9 Cette réflexion est de Fallot que je trouve bien sec et bien froid dans sa correspondance. Parbleu qu'il ne se gêne pas. J'aime mieux ne pas recevoir de lettres de lui que d'en recevoir où l'on sent la contrainte et l'ennui.

2525 juin. — M. le préfet, mécontent du plan d'agrandissement de la Bibliothèque présenté par M. Marnotte, écrit au maire qu'il ne donnera son approbation qu'autant qu'on lui démontrera l'urgence de cette construction.

2626 juin. — La commission chargée d’examiner les titres des candidats à la pension Suard s'est réunie pour la première fois chez M. le préfet, président de l'Académie. Il n'y a que quatre candidats : Alphonse Groslambert, Mauvais, Bernard et Minary, de Pontarlier. Le choix de l'Académie tombera certainement sur un des deux premiers.

2727 juin. — Xavier Marmier a rendu le compte le plus avantageux de l'ouvrage du jeune Willemin, Sous le porche de l’abbaye, dans la Revue germanique du mois de mai qui m'est arrivée ce matin. Il l’engage à continuer d'explorer les chroniques franc-comtoises, dont l'étude a trop été négligée jusqu’ici.

  • 10 Antoine-Isaac, baron Silvestre de Sacy (1758-1838), célèbre orientaliste et philologue réputé, mem (...)
  • 11 Alexandre-Louis-Charles-André Du Mège (1780-1862), membre de l'Académie de Toulouse, fut chargé de (...)

2828 juin. — M. le préfet Thierry est venu commander une voiture et consulter à la Bibliothèque des ouvrages qu'il n'a pas pu se procurer à Vesoul. Depuis qu'il est tranquille sur les émeutes, il est revenu à ses études historiques et il travaille dans ce moment avec beaucoup d'ardeur à la continuation de son Histoire des Gaules. Il m'a paru qu'il était fort au courant des discussions qu'ont excitées les marbres de Nérac. L'Académie des Inscriptions les a déclarés faux par l’organe de son secrétaire, M. de Sacy10. M. du Mège11, l'auteur de la découverte et peut-être des marbres mêmes, ne s’est point tenu pour battu, et déjà dans deux brochures in 4°, il a réuni les raisons qu’il croit les plus propres à démontrer l’authenticité de l'inscription de Tetricus.

2929 juin. — M. Courvoisier est de retour à Besançon pour s'y faire soigner, mais s'il est vrai que le premier remède à son mal soit un silence absolu, je ne sais pas s'il a bien fait de venir prendre une chambre chez Madame Marquiset. Ce matin, j'ai reçu de Flavien une lettre dans laquelle il me dit que M. Courvoisier choisit bien mal son temps pour être malade, car les ministres songent à lui pour le faire président de cour royale soit à Besançon, soit à Dijon. Flavien ne sait pas qu'on lui a offert des places plus importantes et que M. Courvoisier les a refusées toutes, persuadé que l'ancien ministre de Charles X ne peut accepter de fonction du nouveau gouvernement.

3030 juin. — Les deux médailles de Maire, Gilbert Cousin et le cardinal de Rohan, viennent d'être clichées, mais la couleur du bronze, loin de leur être favorable, en fait mieux ressortir les défauts. Tout ce qu'elles ont de dur, d'irrégulier, qui disparaissait sur le plâtre, ressort maintenant de manière à choquer les moins connaisseurs.

Notes

1 Guizot

2 Dans l'Album franc-comtois, en 1842, on trouve des vers de Demesmay inspirés par une autre légende, celle de Parnette Mesnier qui préféra la mort au péché incarné par un moine luxurieux.

3 Félix Renouard de Sainte-Croix (1773-1840), voyageur et écrivain. Il appartenait à l'Académie de Besançon. Il visita en particulier les Indes orientales, la Chine, l'Indoustan, les Antilles françaises.

4 Le maréchal Maison.

5 Pierre-Armand Dalloz (1797-1867), de Septmoncel, frère de Désiré qu'il aida à rédiger son Répertoire de Jurisprudence générale. L’ouvrage que cite Weiss devait avoir 14 volumes, publiés de 1835 à 1857.

6 Il devait se consacrer plus particulièrement à l'agriculture et occuper l'une des deux premières chaires d'agriculture créées en France en 1839. L’Académie de Besançon devait l'élire en 1849 associé résidant (voir aussi 16 mars 1834, 24 avril et 11 mai 1835).

7 Jacques Courtois dit le Borgognone, peintre : voir Journal, ii. Jean-Jacques Boissard (1528-1602), archéologue et poète, auteur de plusieurs ouvrages latins consacrés aux antiquités. Goudimel, voir plus haut 7 janvier 1834, note 3.

8 Claude-Denis-Auguste Valette (Salins 1805-Paris 1878), juriste et homme politique, professeur de droit civil à la Faculté de Paris, il jouera un rôle important à la Constituante et à la Législative en 1848-1849. Il sera membre de l'Académie des Sciences morales en 1869.

9 Personnage de médecin dans Gil Blas, de Lesage.

10 Antoine-Isaac, baron Silvestre de Sacy (1758-1838), célèbre orientaliste et philologue réputé, membre de l'Académie des Inscriptions depuis 1785.

11 Alexandre-Louis-Charles-André Du Mège (1780-1862), membre de l'Académie de Toulouse, fut chargé de missions archéologiques par le préfet de Haute-Garonne. Il soutenait, à tort, l'authenticité d'un bas-relief de marbre trouvé à la Garenne de Nérac en 1832-1833. Il n'en fut pas moins chargé en 1848 de dresser un inventaire des antiquités de l'Aquitaine.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search