Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Mai 1835

Texte intégral

11 er mai. — Une affiche, placardée hier, annonce que la fête du Roi est remise à dimanche prochain pour que la classe ouvrière puisse y participer.

22 mai. — Dans la discussion sur les fonds secrets demandée par le ministre Thiers, notre député, Jouffroy, a fait un discours très remarquable et dont on parle presque autant ici qu’à Paris. Il a été reproduit en entier dans l'impartial avec les différents jugements qu'en ont portés les journaux de Paris. Ceux qui le trouvent obscur ne l'ont certainement pas lu, je ne connais rien de plus simple et de plus clair. M. Jouffroy n'est pas éloquent à la manière des orateurs de tribune, il passe au fait et en tire les déductions de manière à montrer la mauvaise foi de ses adversaires et à leur ôter l’envie ou les moyens de lui répondre.

33 mai. — Fête du Roi. Pour les détails je renvoie au programme. Je noterai seulement que ce jour a été choisi pour poser la première pierre de la Halle, bâtiment aussi magnifique qu'inutile, qui coûtera un million à la ville et retardera l'exécution de projets sollicités depuis longtemps par les meilleurs citoyens, tels que l'augmentation des eaux, l'élargissement des rues, etc.

  • 1 Jean-Pierre-Paul Sauzet (1800-1876), avocat au barreau de Lyon, avait été appelé à Paris par Courv (...)

44 mai. — M. d'Amandre qui revient de Paris m'a dit entre autres choses que la réputation de M. Sauzet1 avait beaucoup diminué depuis qu’il est à la Chambre. On ne peut lui refuser le talent de la parole, mais on ne lui trouve aucune idée politique ; il a été surnommé « la bête oratoire ». M. d’Amandre se propose de venir passer une partie de l’année à Besançon ou à Lamod qui n'en est distant que d'une lieue. Comme il a de l’esprit, de l'instruction et surtout du patriotisme, il serait une excellente recrue pour notre Académie, qui se meurt de consomption. Je lui ai offert de le proposer à la société savante quand il serait établi et il m'a répondu qu'il serait très honoré de son choix.

55 mai. Mélanges pour servir de code au peuple de l'ancienne Corcyre, par le citoyen Fevre (de Grandvaux). 4ème édition augmentée de plusieurs opuscules, Lons-le-Saunier, imprimerie de Gauthier, in-12. Cette production, à n'en juger que par le titre, est l’œuvre d'un fol, mais je ne connais rien de l'auteur qui, depuis quarante ans, a publié plusieurs brochures, et il faudra que j'écrive à Lons-le-Saunier pour en avoir la liste.

  • 2 Charles-Léopold-Eberhard Duvernoy (1774-1850), le bibliothécaire de Montbéliard (Journal, ii, p. 3 (...)
  • 3 Hôtel National, 59 rue des Granges, dans l'ancien hôtel des La Baume-Saint-Amour démoli pour perme (...)

66 mai. — M. Duvernoy2 est enfin arrivé pour travailler au dépouillement des manuscrits du cardinal de Granvelle. Depuis quatre ans que je ne l'avais vu, je l'ai trouvé bien vieilli. Sa vue est presque aussi mauvaise que celle du vieux marquis de Saint-Mauris. Nous avons employé une partie de la matinée à lui chercher un logement dans le voisinage de la Bibliothèque. Quoique le trajet ne soit pas bien long de l'hôtel National à la place Dauphine3, il a été forcé de faire dans la rue plusieurs pauses, ses jambes lui refusant le service. Si le physique souffre chez lui, le moral en revanche se soutient parfaitement. C'est toujours la même mémoire, la même activité d'esprit, et je suis de plus en plus convaincu que nous ne pouvions pas mieux faire que de l’associer à notre travail.

  • 4 Weiss ne se montre pas très précis dans ce passage. Jacques Rittaud-Hutinet, Des tréteaux à la scè (...)

77 mai. — Il y a eu aujourd'hui séance particulière à l’Académie. M. le président Trémolières y a lu une épître intitulée Les journalistes et le pouvoir, qui a été très goûtée du peu de membres présents. Nous étions en tout huit ou neuf et c’est réellement une honte que nous soyons rarement davantage. M. Guillaume a lu ensuite un recueil d'anecdotes anciennes et modernes qui m'ont paru très intéressantes. La plus curieuse pour moi est celle relative à l'entrée de Gérard Ier, archevêque de Besançon, en 1221. Un vieux manuscrit, appartenant à M. d'Usier, porte qu'à l’entrée de ce prélat on joua devant l'église Saint-Pierre4 en présence d’un grand concours de peuple un mystère du Mauvais riche tourmenté par les diables. C'est la plus ancienne représentation qui soit citée dans notre histoire. J'obtiendrai facilement de notre secrétaire perpétuel un extrait du cahier de M. Guillaume et peut-être obtiendrai-je également de M. d'Usier la communication de son manuscrit ; il serait bien curieux de trouver que les franc-comtois ont eu des représentations théâtrales et des auteurs dramatiques avant les parisiens.

88 mai. — M. Thierry, le préfet de la Haute-Saône, est arrivé de Paris où il vient de passer six semaines. Il m’a dit que M. Guizot était fort content de la manière dont on s'occupait du dépouillement des manuscrits de Granvelle. Cela m'a fait plaisir. Il m'a dit aussi que M. Nisard, qui va publier son Histoire des villes de France, comptait sur moi pour celle de Besançon, et quoique je n’en aie pas encore écrit un mot, je lui ai donné l'assurance que ce travail ne se ferait pas attendre longtemps. Parmi les nouvelles qu'il m'a racontées en courant, la plus intéressante pour moi est la maladie de Nodier. Il ne l'a point vu mais Madame de Circourt, qui fait de fréquentes courses à l'Arsenal, lui a dit que la santé de Nodier était déplorable.

  • 5 Sur la contestation par ses héritiers du testament de l'architecte Pierre-Adrien Paris, voir le Jo (...)

99 mai. — Voici une réclamation à laquelle je ne m'attendais guère. M. Paris5, colonel d'état-major à Besançon, prétend que son oncle avait l'intention de lui léguer une partie de sa bibliothèque, qu'il m'en parla plusieurs fois quelque temps avant sa mort, et que je le détournai de changer son testament en lui disant que la ville trouverait le moyen de dédommager son neveu. C'est en 1818 ou 1819 au plus tard que doit avoir eu lieu cette conversation et c'est en 1835 que M. Paris neveu m'en parle pour la première fois. Je ne m'en souviens pas, mais quand je me rappellerais cette conversation ? On ne peut distraire aucun livre du cabinet de M. Paris dont le catalogue est imprimé, on ne peut en retirer aucun de la Bibliothèque de la ville qui ne possède plus de doubles. Le seul moyen d'indemniser M. Paris neveu serait de lui allouer une somme au budget, équivalente aux livres qu'il suppose que son oncle avait l'intention de lui donner. Quelque soit cette somme, s’il l'accepte, M. Paris, riche et sans enfant, est un homme jugé.

1010 mai. Statistique du canton de Clairvaux, accompagnée d'un essai historique sur cette partie intéressante des montagnes du département du Jura, par J.-J. Pyot, Lons-le-Saunier, éd. Gauthier, in 8° de 276 pages. Cette statistique, imprimée par délibération de la Société d'émulation, est écrite d'un style facile ; les matières y sont placées avec ordre et on y trouve des détails curieux. L'auteur, qui ne se donne pas pour un savant, a commis quelques erreurs de chronologie que Monnier m'a signalées dans une lettre, et je lui reprocherai de n'avoir pas dit un mot des littérateurs et des artistes que son canton a produits tandis qu'il nomme tous les militaires qu'il a fournis aux armées, jusqu'aux simples sous-lieutenants.

1111 mai. — L’élargissement des rues de traverse continue d'occuper le conseil municipal et par conséquent toute la ville. Le docteur Bonnet est parvenu à trouver des partisans à son projet de percer une nouvelle rue en face de la Préfecture et il a fait décider qu'une nouvelle commission choisie dans le sein du conseil serait chargée de la discuter.

1212 mai. — Il y a quelques mois que le préfet prit un arrêté sur la police des auberges et des cafés, par lequel il fit défense d'y recevoir des personnes domiciliées dans la commune, après une certaine heure. Cet arrêté vivement critiqué par les amis du progrès, c'est-à-dire du désordre, n'a pas laissé que de recevoir son exécution malgré les plaintes de quelques cabaretiers qui, pourvu qu'ils débitent leur vin, se soucient assez peu des suites. Mais le préfet vient, par un nouvel arrêté, d'appliquer cette mesure aux débitants établis sur le territoire de Besançon. C'est priver les citadins du plaisir d'aller dans les guinguettes pendant la belle saison et je ne sais s'il ne se verra pas forcé de revenir sur cette décision.

1313 mai. — A la suite du Salon, Gigoux a obtenu une médaille de première classe dans la section Histoire, pour son tableau représentant les derniers moments de Léonard de Vinci. J'imagine que nos députés Jouffroy et de Magnoncour, que Nodier lui-même malgré son apathie, n'ont pas peu contribué à lui faire obtenir cette marque de distinction. Mais, comme il est impossible de faire donner une médaille à un tableau tel que Madame de Boussières nous avait représenté celui de Gigoux, j'en conclus qu'il y a nécessairement de bonnes parties dans son ouvrage et que, ne fût-il qu'un grand coloriste, ce serait déjà quelque chose.

  • 6 Sans doute Jean-Ignace-Joseph Bourgon, le professeur, qui fut inspecteur conservateur des monument (...)

1414 mai. — On va s'occuper enfin de la restauration du clocher de Saint-Paul. M. Marnotte que j'ai vu hier m'a dit qu'il venait de traiter avec un entrepreneur moyennant 500 francs et que son marché avait reçu l'approbation de M. Bourgon6. Il faut donc faire un nouvel appel au patriotisme des souscripteurs et j’ai écrit à M. de Magnoncour pour stimuler son zèle qui, je l'espère, ne se démentira pas dans cette circonstance.

  • 7 Guizot.

1515 mai. — Notre député, M. Véjux, me mande que le ministre de l'Instruction publique7 a fait comprendre la Bibliothèque de Besançon dans le nombre de celles qui recevront toutes les publications historiques de l'Angleterre.

1616 mai. — M. Meyronnet de Saint-Marc, ancien procureur général près de notre cour royale, est arrivé ce matin de Paris, allant passer quelques jours en Suisse. Il est descendu chez M. le conseiller Bourgon avec lequel il a conservé une liaison assez intime. Parti de Paris avant-hier au soir, il a pu nous rassurer sur les bruits absurdes que les journaux ne cessent de répandre à l'occasion du procès monstre. Il est convaincu que la tranquillité ne sera pas troublée parce que les agitateurs savent que le gouvernement est en mesure de réprimer toutes les tentatives contre l'ordre public. Mais sur l'idée que si le Roi venait à être renversé, tout autre gouvernement serait impossible, M. de Saint-Marc croit que cela serait déjà fait. Ainsi nous vivons au jour la journée, sans lendemain ; cependant la foule court au spectacle, remplit les rues, se presse dans les magasins, de même qu'un vieillard à la veille de sa mort va dans les assemblées et cherche par tous les moyens à s'étourdir sur son âge.

1717 mai. — Il existe à Besançon un amateur de tableaux qui, pour être inconnu, n'est pas sans mérite. C'est un ouvrier bonnetier de Troyes qui s'est fixé en Franche-Comté probablement par son mariage, car au bon sens de sa femme et à la simplicité de ses manières, je l'ai jugée franc-comtoise. Nous avons été visiter aujourd'hui son musée, M. Bourgon et moi. Il n'a qu'une vingtaine de tableaux mais dans tous il y a du mérite et quelques-uns, s'ils n'étaient pas usés par le temps ou par les prétendues restaurations des amateurs, seraient bien dignes de figurer dans le musée de la ville. J'ai été frappé surtout d'un paysage avec un pont, placé de manière à ce que l'œil soit <attiré> par sa large voûte et bien au-delà. Notre amateur, dont je ne sais pas le nom, l'a baptisé un Claude Lorrain et il est possible qu'il dise vrai. Ses deux principales pièces sont une Madeleine suivant lui, une Marie Egyptienne suivant moi, très belle de pose, de correction et de couleur, qu'il donne à Titien mais qui n'en est pas et qui serait admirable en tout point avec un meilleur choix de nature et plus de vérité dans l'air de tête, et une Vierge regardant l'Enfant-Jésus qu'il croit de Guide, qui pourrait bien être de ce peintre et que Lancrenon regarde comme un très beau morceau. Par manière de conversation et sans avoir envie de les acheter, M. Bourgon a demandé le prix de ces deux tableaux. Notre pauvre amateur ne veut pas se défaire de la Vierge, dont il a refusé 800 francs, et demande de la Madeleine un prix tellement exagéré que c'est une véritable dérision.

1818 mai. Angelo, tyran de Padoue, drame en quatre actes et en prose par Victor Hugo, Paris, imprimerie de Petit, in 8°. Cette pièce, la dernière de Victor Hugo, par conséquent son chef-d'œuvre, a obtenu, dit-on, le plus grand succès au Théâtre français, mais dans ce siècle, les succès de théâtre sont comme ceux des journaux : personne n'y croit plus.

1919 mai. — M. de Magnoncour me mande qu'il a demandé le tableau de Gigoux pour le musée futur de Besançon. Reste à savoir s'il l'obtiendra comme il en a l'espérance fondée sur l'accueil qu'il reçoit des ministres.

2020 mai. — La commission Granvelle avait, dans une de ses dernières séances, voulu donner une preuve de son estime particulière à M. Duvernoy en le chargeant de surveiller et de revoir le travail des personnes qui s’occupent du dépouillement des manuscrits du cardinal. Cette mesure a choqué l'amour-propre de M. Bourgon qui se persuade sans doute que son titre de professeur d'histoire à l'Académie lui donne la science infuse. Toutes les explications que j'ai pu lui donner n'ont pu le convaincre que cette déclaration ne touchait point à son honneur et il a fallu la modifier.

2121 mai. — On a trouvé ces jours derniers dans un champ à Ornans une pièce en bronze de Charles-Quint que je ne connaissais pas. Elle a pour revers une figure debout tenant une balance avec l'exergue Æquitas. Je l'ai vainement demandée au propriétaire actuel pour le cabinet de la ville ; comme il lui serait impossible de connaître la valeur réelle de cette pièce dont je ne donnerais pas deux sols si elle ne faisait pas suite dans notre collection, il s'est sans doute persuadé qu'elle en avait beaucoup.

  • 8 On désigne par ce nom l'ensemble des œuvres de logique d'Aristote, né à Stagire en Macédoine.

2222 mai. — Mon ami Tissot (des Fourgs), professeur de philosophie à Dijon, me mande que son travail sur la métaphysique d'Aristote lui a valu une mention honorable de la part de l'Institut et que Jouffroy l'engage à se remettre sur les rangs l’année prochaine, en présentant un travail sur l'Organon8 l'ouvrage le plus inintelligible du philosophe de Stagire.

  • 9 Le registre des délibérations de l'Académie porte effectivement, à la date du 7 mai 1835, que M. M (...)

2323 mai. — M. Marnotte9 s'occupe enfin de déférer à l'invitation qui lui a été faite de communiquer à l'Académie les résultats des fouilles exécutées pour la construction de la nouvelle halle. Il m'a fait voir les pièces qu’il a trouvées sur la place Labourey : les principales sont un Auguste, un Agrippa, Lucius et son frère, un Néron très beau avec le revers : Janum clusit, un Vespasien, un Antonin, un Hadrien et un Constantin : marti conservatori.

2424 mai. L'Impartial annonce que M. de Magnoncour avait commandé l'« Hyacinthe », statue du jeune Huguenin dont le modèle en plâtre exposé cette année au Salon lui a valu une médaille et la certitude d’avoir des travaux du gouvernement, et qu’il a commandé aussi des tableaux à M. Gigoux dont, ajoute le journaliste, le talent peut « se passer de nos éloges et duquel nous pouvons déjà dire sans adulation qu'il est une des gloires de notre Franche-Comté et l’une des plus brillantes espérances de l’école française ».

  • 10 Madame de Maselières, née Castillon.
  • 11 L'ingénieur en chef affecté à l'entretien du canal du Rhône au Rhin portait alors ce nom (Annuaire (...)

2525 mai. — Madame de Maselières10 vient de m'adresser pour notre musée trois petits vases grecs qu’elle a reçus elle-même de Corne11 ; elle y a joint deux mémoires sur les antiquités de Nérac dont elle m'assure que je lui ai témoigné la plus grande envie. Le tout est accompagné d'une lettre qui, suivant moi, vaut mieux que toutes les antiquités du monde.

  • 12 Le docteur Jean-Nicolas Marjolin (Scey-sur-Saône 1780-Paris 1850), chirurgien et professeur, membr (...)
  • 13 Arie dit Ary Scheffer (1795-1858), peintre français d'origine néerlandaise. Inspiré par le romanti (...)

2626 mai. — Le Journal de la librairie annonce la mise en vente du portrait de notre bon et savant docteur Marjolin12 d'après Scheffer13. Le prix est de 10 francs. C'est un peu cher pour ma bourse mais je ne puis me dispenser de l'ajouter à ma collection franc-comtoise.

  • 14 Natalis Béda (Noël Beyde ou Bédier), théologien originaire de Picardie, contre qui Erasme essaya d (...)

2727 mai. — J'ai commencé aujourd'hui la traduction de la lettre d'Erasme à Béda14 dans laquelle il lui rend compte de son voyage à Besançon en 1525. A cette époque déjà c'était une ville de bonne chère, Erasme se plaint de la longueur des dîners. On lui envoyait de tous côtés des poissons magnifiques et du vin d'hypocras. La ville lui offrit des vins d'honneur ; les chanoines lui offrirent pour le fixer à Besançon une double prébende, une maison agréable et de plus un peu d'argent. La ville y joignit l'offre d'un traitement annuel de cent couronnes. Il remerçia en disant que si ses affaires lui permettaient de demeurer à Besançon, il le ferait moins par intérêt que par le plaisir de vivre avec des personnes aussi aimables, que sa petite fortune lui suffisait et qu'il préférerait toujours la liberté à tout l'or du monde. Voilà les sentiments d'un autre siècle. S'il n'y a plus de magistrats aussi magnifiques, il n'y a plus de littérateurs aussi désintéressés.

  • 15 L'abbé Charles Batteux (1713-1780), l'abbé Antoine-Gervais Girard (1752-1822) furent des humaniste (...)

2828 mai. — M. Bousson de Mairet vient d'adresser à Génisset le manuscrit d'Eléments de rhétorique qu'il se propose d'imprimer, en le priant de le communiquer à Pérennès et à moi. Génisset m'a dit que cette nouvelle rhétorique n’était qu’un tissu de préceptes tirés de Batteux, de Girard15 etc, avec des exemples assez bien choisis, mais qu’il n'y avait pas une idée nouvelle. D’après cela, je la tiens pour lue et j'ai prié Génisset d’écrire à l'auteur que je n'étais point du tout d'avis de l’imprimer. Les livres faits avec des livres sont trop communs pour qu'il puisse y avoir le moindre mérite à en augmenter le nombre.

2929 mai. — Notre Clésinger, qui a de l'imagination, du faire même, et à qui peut-être il n'a manqué que la fréquentation des ateliers dans sa jeunesse et un théâtre plus grand pour devenir un artiste célèbre, a conçu l'idée d'une médaille représentant Salins relevée par la France après l’incendie de 1825. Il en a fait part à Maire et je ne serais pas surpris de voir cette médaille exécutée avant peu de jours. Malgré notre apathie pour les arts, j'aime à croire qu'elle aurait du succès.

3030 mai. — M. Courvoisier est arrivé ce soir, malade d'une affection du larynx qui pourrait devenir dangereuse de l'avis du médecin s'il ne se hâtait de prendre les précautions nécessaires pour dissiper l’inflammation de la gorge. Depuis son retour à Besançon, il s'est occupé d'un grand ouvrage qui, toujours très bien fait, reste toujours à faire, d'une réponse aux incrédules, et il en a tracé le plan et rédigé le discours préliminaire qu'il se propose, si sa santé le lui permet, de lire à la prochaine séance publique de l'Académie. Son dernier discours académique, traité si injurieusement par nos esprits superficiels, a été mieux apprécié par les protestants. Il a été réimprimé en entier moins le nom de l'auteur dans le Journal de la Société de la morale chrétienne.

3131 mai. — Le maire vient de renouveler un arrêt du parlement de 1762 qui défend de donner à jouer aux cartes et aux dés dans les cafés et lieux publics sous peine de 3.000 livres d'amende. Cette mesure est la suite de désordres qui ont eu lieu selon toute apparence, car l'administration ne songe jamais à prévenir le mal, c'est assez pour elle de tâcher de le réparer.

Notes

1 Jean-Pierre-Paul Sauzet (1800-1876), avocat au barreau de Lyon, avait été appelé à Paris par Courvoisier ; député du Rhône depuis 1834, il sera ministre de la justice et des cultes pendant quelques mois en 1836 dans le cabinet Thiers, plus tard président de la Chambre. Il était membre de l'Académie de Lyon.

2 Charles-Léopold-Eberhard Duvernoy (1774-1850), le bibliothécaire de Montbéliard (Journal, ii, p. 375, note 15).

3 Hôtel National, 59 rue des Granges, dans l'ancien hôtel des La Baume-Saint-Amour démoli pour permettre l'ouverture de la rue Morand en 1865. La place Dauphine, plus tard place de l’Etat-Major, est aujourd'hui la place Jean-Cornet.

4 Weiss ne se montre pas très précis dans ce passage. Jacques Rittaud-Hutinet, Des tréteaux à la scène..., fait mention d'une représentation donnée à Besançon sur le thème du mauvais riche et fait référence à un texte de Guillaume, imprimé dans les Mémoires de l'Académie de Besançon en 1847, p. 126, sous le titre “Anecdotes franc-comtoises”. On peut y lire : « Un manuscrit qui appartient à M. d’Udressier présente, folio 27, le passage suivant : “L’an 1192 fut élu l’archevêque de Besançon ; et, étant en ladite cité, furent dressés certains jeux par les citoyens devant l’église Saint-Pierre, où était représentée l’histoire du mauvais riche tourmenté par les diables. Et s’y trouva grande assemblée, d’autant que c’était un jour solennel, entr’autres l’archevêque avec plusieurs de ses gens et officiers” »

5 Sur la contestation par ses héritiers du testament de l'architecte Pierre-Adrien Paris, voir le Journal (i, 17 décembre 1819).

6 Sans doute Jean-Ignace-Joseph Bourgon, le professeur, qui fut inspecteur conservateur des monuments historiques du Doubs (Journal, ii, p. 366, note 16).

7 Guizot.

8 On désigne par ce nom l'ensemble des œuvres de logique d'Aristote, né à Stagire en Macédoine.

9 Le registre des délibérations de l'Académie porte effectivement, à la date du 7 mai 1835, que M. Marnotte a reçu du secrétaire perpétuel une lettre l'engageant à communiquer à l'Académie le résultat des fouilles qu'il a faites dans la ville. Le compte-rendu de la séance privée du 4 juin 1835 précise que l'architecte a donné une réponse favorable, tout en demandant qu'on lui laisse le temps de classer ses documents. En fait, ce n'est que lors de la séance publique du 28 janvier 1837 que Marnotte lira son “Mémoire sur les antiquités découvertes à Besançon, dans les fouilles qu'il a exécutées” ; il y annonce qu'il songe à compléter par un autre travail le contenu de ce mémoire, ce qui fait qu'on en ajourne l'impression.

10 Madame de Maselières, née Castillon.

11 L'ingénieur en chef affecté à l'entretien du canal du Rhône au Rhin portait alors ce nom (Annuaire du Doubs, 1835).

12 Le docteur Jean-Nicolas Marjolin (Scey-sur-Saône 1780-Paris 1850), chirurgien et professeur, membre de l'Académie de médecine de Paris depuis 1820, avait fait paraître en 1810 et 1814 un manuel d'anatomie.

13 Arie dit Ary Scheffer (1795-1858), peintre français d'origine néerlandaise. Inspiré par le romantisme et les sujets historiques, il a donné plus de 40 compositions ou portraits pour la galerie historique de Versailles.

14 Natalis Béda (Noël Beyde ou Bédier), théologien originaire de Picardie, contre qui Erasme essaya de se défendre par plusieurs lettres, dont celle de septembre 1525 (Jean Cousin, “Erasme : itinéraires spirituels et itinéraires franc-comtois”, Mém. Académie de Besançon, vol. 179, 1970-1971, pp. 5-46).

15 L'abbé Charles Batteux (1713-1780), l'abbé Antoine-Gervais Girard (1752-1822) furent des humanistes qui enseignèrent tous deux les principes de la rhétorique et les énoncèrent chacun dans un ouvrage.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search