Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Avril 1835

Texte intégral

11 er avril. — Enfin, grâces à Dieu, la promenade de Granvelle est débarrassée de cette longue et puante ménagerie qui pendant tout l'hiver a rendu impraticable la principale allée. M. Martin est parti ce matin avec ses lions de Mysore et son tigre Alir et toutes ses bêtes féroces. Si quelqu'un le regrette, ce ne sera pas moi. Dans quelques jours, il sera possible d'aller respirer le frais de Granvelle et de le parcourir dans tous les sens, d'y faire des rêves ou des projets, certain de n'être pas distrait par cette nuée d'abonnés à la ménagerie dont la première vue reproduit involontairement le proverbe : « Qui se ressemble... etc. »

22 avril. — M. Kalkbrenner, le premier pianiste de l’Europe, s'est fait entendre hier dans un concert qui avait attiré tous les dilettanti de Besançon. D'après cela, j'imagine qu'il remportera de notre ville une idée favorable et qu'à son retour de l'Allemagne, où il est attendu, il pourra bien se décider à nous faire une seconde visite.

  • 1 Voir à la date du 30 août 1834, et Journal, ii, p. 382, n. 83.

33 avril. — Mon pauvre ami Perron1 est mort ce matin d'une maladie à laquelle les médecins n'ont rien connu, comme cela n’arrive que trop souvent. C'était un squirre ou bien un cancer de l'estomac. Perron était un horloger très distingué ; plusieurs fois, il a obtenu des médailles ou des mentions du jury pour des perfectionnements. Nommé depuis quelques années membre de notre Académie, il a voulu payer son tribut en publiant une Histoire abrégée de l'horlogerie. Cet ouvrage n'est pas trop bon de toutes les manières, mais on y trouve sur les horlogers franc-comtois des détails précieux et qu'on chercherait vainement ailleurs. J'ai fait ce que j'ai pu pour l'empêcher de publier cette brochure ou pour l'engager à la compléter par de nouvelles recherches, mais tous mes efforts ont été inutiles. Il laisse cinq enfants dont aucun ne suivra l'état dans lequel il s'était fait une réputation honorable. C'est un des derniers de mes camarades de classe.

  • 2 Jean-Baptiste Gindre de Mancy (Lons-le-Saunier 1797–Saint-Mandé 1872), employé de l'administration (...)

44 avril. — A la dernière séance de l'Académie, M. le professeur Bourgon lut une imitation en vers d'une scène de la Cymbeline de Shakespeare, par M. Gindre de Mancy2. Le lecteur, qui ne s'était pas trop bien tiré de sa tâche, car il faut pour lire des vers probablement des qualités qui ne sont pas très communes, conclut par demander l'impression de cette scène dans le recueil actuellement sous presse. Je m'y opposai par l'unique raison que si ce recueil n'était pas imprimé, il devrait l'être depuis longtemps. Là-dessus, grands débats : M. le professeur Bourgon soutenant ce qu'il avait avancé avec une ardeur peu commune, et les partisans des économies lui ripostant à qui mieux mieux. Bref mon avis passa, et je ne serais pas étonné que M. Bourgon ne m'en voulût.

55 avril. — Hier à la tombée de la nuit, un malheureux jeune homme traversait la ville sur un cheval fougueux qu'il ne lui était plus possible de maîtriser. Pâle et couvert d'une sueur froide, il était arrivé à la hauteur de la place Saint-Pierre lorsqu'il a essayé de faire tourner son cheval dans l'espoir de l'arrêter, mais il a été sur le champ renversé sans connaissance. On l'a porté dans la boutique de l'apothicaire Chenevière pour lui donner des secours. Le nouveau Mazeppa se nomme Thiébaud.

  • 3 Auguste-Bonaventure Marquis de Tallenay (Besançon 1795-Munich 1863). A partir de 1815, il connut u (...)

66 avril. — M. de Talnay3, secrétaire d'ambassade à Rome, avait obtenu la permission de venir passer quelque temps dans sa famille, mais à son arrivée, il a reçu l'ordre de retourner sur le champ à son poste par la raison que l'ambassadeur est appelé lui-même à Paris pour le procès des révoltés du mois d'avril 1834 ; il est parti ce matin.

  • 4 L'Impartial du 16 avril nous en donne le nom : « Le Castor », et l’Annuaire de 1835 (pp. 280-282) (...)

77 avril. — Hier est arrivé à Besançon le premier bateau à vapeur4 qui ait remonté le Doubs jusqu'à cette hauteur. Il appartient à M. Peret, de Lyon, qui se propose d'établir un service régulier de cette ville à Strasbourg. Il n'a mis que 36 heures pour parcourir une distance que les bateaux ordinaires ne font que dans quinze jours par des eaux favorables. Aujourd'hui ce bateau a remonté le Doubs jusqu'à Chalezeule et a fait plusieurs évolutions de onze heures à trois. Ce spectacle avait attiré sur les bords du canal un grand concours de curieux.

88 avril. — Une lettre que j'ai reçue ce matin de M. Jouffroy, notre député, porte : « Nous avons hier présenté Gigoux à M. Thiers, obtenu de celui-ci qu'il achèterait le tableau, avec l'espérance qu'il le donnerait à la ville de Besançon. Mais ce dernier point n'est pas sûr. C'est réellement bien de couleur et de composition. Gigoux a dit au ministre, nous présent, “Ne craignez pas de vous compromettre en achetant mon tableau, car c’est celui qui a eu le plus de succès à l'exposition”. A quoi le ministre a répondu : “Non, cela n'est pas ; détrompez-vous et ne nourrissez pas de telles idées, vous êtes tous ainsi ; vous vous croyez de grands hommes et vous n'êtes que des écoliers”. Vous reconnaissez là la modestie et le tact de Gigoux. Etc... »

99 avril. — M. de Magnoncour a repris ce matin le chemin de Paris. Avant son départ, il a écrit au maire une lettre par laquelle il lui offre 500 francs par an pour l'établissement des salles d’asile. On ne peut trop applaudir à de pareils actes de générosité, mais il serait parti sans payer Maire, si je ne lui avais rappelé que cet artiste attendait après son argent. Il faut être vrai : sur le champ il m'a fait compter la somme, mais il s'est privé d'un grand plaisir en ne la portant pas lui-même comme il l’aurait pu et j'ajouterai dû. Les artistes sont des hommes pour lesquels on ne saurait avoir trop d’égards lorsqu'ils joignent une bonne conduite à des talents. En me voyant avec mon sac d’écus, ce pauvre Maire m'a dit : « Je ne croyais pas qu'il y eut encore au monde des hommes comme vous. » Quel mot ! Et comme il m'a payé de mes faibles démarches !

  • 5 François-Joseph-Xavier Receveur (1800-1854) : Journal, i, p. 344 note 12, et II, p. 365, n. 6..

1010 avril. Tractatus théologicus de justicia et contractibus ad leges nunc vigentes, accomodatus, auctore D. Receveur5 Vesontione, typis Gauthier, in-12.

  • 6 Voir E. Kaye, Les correspondants de Charles Weiss, pp. 350-351.

1111 avril. — J'ai reçu ce matin la notice de M. de La Porte sur Madame de Montrond. C'est un piquant article de biographie, écrit avec cette urbanité, cette politesse si commune avant la Révolution et qui devient aujourd'hui de plus en plus rare. M. Hippolyte de La Porte, qui s'est livré aux plus minutieuses recherches pour donner une idée des talents et des qualités de cette femme rare et trop peu connue, a bien voulu y rappeler l’amitié dont elle m'a honoré dans les derniers temps de sa vie et dont les preuves se trouvent dans ma correspondance6.

1212 avril. — Il paraît que notre nouveau maire est dans l'intention de s'occuper sérieusement de procurer à la ville la quantité d'eau nécessaire aux besoins journaliers de ses habitants. Une affiche annonce que les propriétaires qui désireront établir dans leurs maisons des fontaines domestiques sont invités à se faire inscrire au secrétariat de la mairie avant le 15 mai prochain.

1313 avril. — Madame de Boussières, qui est actuellement à Paris, écrit à sa fille, Madame d'Augerans : « Le tableau de Gigoux dont on parle tant est bien loin de mériter son succès. Le Léonard de Vinci n'est qu'une plate imitation du saint Jérôme du Dominiquin. Tout y est ignoble, mauvais, détestable. » J'ai vu la lettre ; il y a sans doute de l'exagération dans ce jugement d'une femme de beaucoup d'esprit et qui a fait elle-même une étude particulière de l'art et de ses procédés, mais il est difficile qu'il n’y ait pas aussi du vrai.

  • 7 Weiss lui-même lira à la séance de l’Académie du 2 juillet 1835 une note sur la collection d'antiq (...)

1414 avril. — « Nous ne savons pas nous faire valoir. » C’est un axiome du pays et je le crois fondé. J’ai engagé notre secrétaire perpétuel à prier M. Marnotte, un de nos confrères — Dieu sait pourquoi — à lui faire connaître le résultat des fouilles qui se font sur la place Labourey pour les fondations de la halle, et M. Riduet7, l'un de nos archéologues, a lui donner une notice chronologique des médailles trouvées dans le Doubs, lors de l'établissement du canal, et dont il possède une collection très curieuse.

  • 8 Frédéric-Auguste-Ferdinand-Thomas, baron de Reiffenberg (1795-1850), littérateur et bibliographe b (...)
  • 9 Jacques de Meyer (1491-1552), auteur d'une Chronica Flandriæ publiée en 1538 à Nuremberg.

1515 avril. — M. de Reiffenberg8, secrétaire de la Société d'histoire des Pays-Bas et qui, quoique jeune encore, possède une érudition peu commune, s'occupe à fournir des notices aux Feuilles du bibliophile que publie Techener sur l'inspiration de Nodier. Dans le numéro que j'ai reçu ce matin, M. de Reiffenberg relève avec beaucoup de politesse une erreur que j'ai commise dans l'article d'un Meyer9, chroniqueur flamand, que j'ai fourni, comme beaucoup d'autres, à la Biographie universelle. Mais ce que M. de Reiffenberg ne dit pas et qu'il aurait dû dire, c'est que je n'ai pas commis le premier cette erreur et que j'ai dû la puiser dans Peignot, ou [?], ou Lenglet-Dufresnoy, etc... etc... J'ai relevé beaucoup d'erreurs de mes devanciers, mais je n’en ai commis aucune qui soit à proprement parler de mon fait.

1616 avril. — Il a régné toute la nuit un vent très violent. Ce matin, Granvelle était tout couvert de fleurs et de feuilles. Aujourd'hui, Jeudi-Saint, il a plu presque toute la journée. Sur le soir, cette pluie s'est convertie en neige et l'on attend avec anxiété des nouvelles de la campagne où il est à craindre que le froid n’ait fait beaucoup de mal. Malgré le mauvais temps, il y avait du monde, des femmes surtout, dans les rues et les églises étaient remplies de dévots et de curieux.

1717 avril. — On voyait ce matin de la neige sur les toits et la bise était froide, cependant il n'a pas gelé dans l'intérieur de la ville. Les laitières se sont accordées à dire que la gelée n’avait pas fait autant de mal qu'on pouvait le redouter. Les vergers de Beure n'ont pas souffert. Il y a eu de la glace à Lamod, mais c'est un point très élevé ; il y en a eu également en différents endroits sur le bord de la rivière, mais Dieu nous préserve de plus grand mal.

18— J'ai rencontré la mère de Gigoux ; elle m'a dit que son fils était chargé de faire un tableau par le roi, que le Roi était venu le voir travailler et qu’il lui avait fait compliment pour son Léonard de Vinci. Tant mieux.

1918 avril. — Monseigneur a prêché hier la Passion à la cathédrale, à six heures du soir. L’affluence était très grande pour l’entendre, mais il y avait peu de gens à oreilles. Son sermon n’a pas produit d'effet, puisqu'on n'en dit ni bien, ni mal.

2019 avril. — Les fils de mon prédécesseur, M. Coste, m'ont fait prier de passer chez eux pour voir quelques manuscrits dont ils consentiraient à se défaire. Ces manuscrits consistent dans une trentaine de liasses de pièces relatives à la ville de Besançon, à son canal de navigation, aux antiquités de la province et à son histoire. Deux ou trois de ces liasses — et ce sont les plus curieuses — contiennent l’analyse des premiers volumes des Mémoires du cardinal de Granvelle et la copie des pièces les plus intéressantes. Ces liasses et d'autres encore viennent de la Bibliothèque ou font partie des manuscrits de l'ancienne Académie. M. Coste ne les avait chez lui que parce qu'il travaillait. Ma première intention a été de les réclamer comme propriété de la ville, mais une fausse honte m'en a empêché, et j'ai préféré d'entrer en arrangement pour les ravoir. MM. Coste en demandent 300 francs. Il est dur de racheter ce qui vous appartient, mais des personnes délicates, que j'ai consultées sur la conduite que j'avais à tenir, m'ont dit que ces jeunes gens étant propriétaires de bonne foi, je n’avais rien de mieux à faire que de faire part de leur proposition à la commission de la Bibliothèque et de les payer.

2120avril. Mémoires de l'abbé J.-B. Boichot, in 8°, imprimerie de Courbet à Lons-le-Saunier. Ce jeune écrivain est de Neuvilley, département du Jura. Il se plaint amèrement des persécutions qu'il ne cesse d'éprouver de la part de ses confrères. Son ouvrage, que je viens de recevoir, pourra servir à l'histoire ecclésiastique de la province depuis la Révolution de 1830.

  • 10 Claude-Augustin Maire (1770-1835).

2221 avril. — Ce matin ont été célébrées avec une pompe inaccoutumée dans notre ville les obsèques de M. Maire10, colonel de la garde nationale depuis sa réorganisation. C'était un bon officier et un brave homme, aimé généralement. C'est la mairie qui s'est chargée de tous les frais et on dit même qu'une place a été achetée par elle au cimetière et qu'une souscription est ouverte au secrétariat pour élever un monument à la mémoire de ce digne citoyen. M. Maire était beau-frère du général Morand, il laisse une veuve et deux enfants sans fortune ; il avait 66 ans. Sa mort très imprévue a été causée par une goutte remontée.

  • 11 Le 4 juillet 1834.

2322 avril. — Dîner chez Mme Hugel avec l'abbé Robin, de Salins, jeune ecclésiastique dont j'ai eu l'occasion de parler il y a quelque temps dans ce journal11. J'avais invité pur lui faire compagnie différentes personnes, mais je n'ai pu avoir que Viancin. Le dîner en a été moins animé, mais si mes convives n'ont pas été contents, ils ne l'ont pas manifesté. L'abbé Robin est, comme je l'ai déjà dit, un homme d'esprit doué d'une extrême facilité pour les langues. Il nous a lu la traduction qu’il a faite d’un discours d’un aumônier polonais, prononcé le jour anniversaire de la dernière révolution de Pologne à Saint-Amand. C’est un morceau très remarquable et qui, moyennant quelques corrections grammaticales, pourrait être imprimé. La conversation étant tombée sur les difficultés que l’on éprouve au début de la vie, il nous a dit que sa vie à lui serait un drame et que tous les obstacles qu'il avait éprouvés venaient de ses parents, les plus intéressés à ses succès. Il y a des choses vraies et qui paraissent incroyables. Les jeunes gens sont, à Salins comme partout ailleurs, persuadés de leur génie. Il y en a un, élève en droit à Strasbourg, qui vient de publier la Byronide, ouvrage dans lequel il se met sans façon à côté de son héros.

2423 avril. — Vente de la bibliothèque de Bertaut. Elle n'était pas nombreuse mais elle renfermait un choix remarquable d'ouvrages sur l'économie politique, science que Bertaut a cultivée avec plus d'ardeur et de succès qu’aucun de ses contemporains. Je n’en excepte pas même M. Droz, quoiqu'il n'ait pas, comme celui-ci, publié de traité sur cette matière.

  • 12 La ruelle Baron, rue Moncey depuis son élargissement (voir aussi à la date du 14 octobre 1834).
  • 13 Marie-Antoine-Charles-Suzanne, marquis de Terrier-Santans (1773-1832), maire de Besançon de 1816 à (...)
  • 14 Le projet d'une liaison rectiligne entre les rues de la Préfecture et Bersot remonte à l'ouverture (...)

2524 avril. — Aujourd'hui le conseil municipal s'est occupé de l’élargissement de la rue Baron12 qui communique de la Grande-Rue à la rue des Granges. C'est un point reconnu nécessaire depuis longtemps pour faciliter la communication entre les différents quartiers, et il y a quelques années que, sans la délicatesse ridicule du maire de cette époque, M. le marquis de Santans13, l'élargissement qui vient d'être adopté n'aurait pas coûté plus de 30.000 francs ; il en coûtera 150.000. Il n'y a eu qu’un seul opposant au conseil, le docteur Bonnet, qui propose de percer une rue pour continuer celle de la Préfecture jusqu'à la rue Saint-Paul14. Son projet, qu'il a développé, n'a pas été mis en discussion, et il a même été décidé qu'on n'en parlerait pas dans le procès-verbal de la séance. Il est furieux contre ses adversaires et il m'a dit ce soir qu'il se proposait de dénoncer au préfet les manœuvres qu'il prétend qu'on a employées pour faire échouer une proposition qu'il croit très utile au public.

  • 15 Cette recherche a donné lieu à un travail publié à Besançon en 1840 : Recherches historiques et st (...)

2625 avril. — L'abbé Richard continue de se livrer avec beaucoup de zèle aux recherches historiques. Il me mande qu'il s'occupe dans ce moment de recherches sur la paroisse de Dambelin dont il est curé, et qu'il vient de visiter de vieilles archives de la maison de Neuchâtel, mais sans y trouver comme il l'espérait des documents pour son travail15.

2726 avril. — Il est tombé de la neige à midi, poussée par un vent violent d'ouest. Dans un instant, les toits en ont été couverts ; elle s'est fondue assez promptement, mais les montagnes voisines sont restées blanches pendant une partie de l'après-midi. Le froid est bien plus vif, du moins plus sensible que dans le mois de mars et encore plus le mois de février. On regarde les fruits en général comme perdus, et l'on sait que dans plusieurs cantons la vigne a beaucoup souffert. Le vin est augmenté depuis quinze jours et les spéculateurs n'en vendaient pas dans ce moment.

2827 avril. — M. l’abbé Gousset prépare en ce moment une édition de la Somme de saint Thomas, en cinq volumes in 8°, qui s'imprimera chez Chalandre. Il m'en a fait voir le prospectus.

  • 16 Joseph Beauchamp (1752-1801), astronome et grand voyageur, avait suivi Bonaparte en Egypte ; corre (...)

2928 avril. Annuaire statistique et historique du département de la Haute-Saône, par L. Suchaux, in-12, imprimerie de Bobillier à Vesoul. Ce volume est le troisième ou le quatrième de la collection. On y trouve des notices historiques sur les savants et les littérateurs du département, tirés d'une brochure que j'ai fait imprimer il y a une trentaine d'années et des Ephémérides de Duvernoy. Les notices nouvelles, au nombre d'une douzaine, sont assez bien rédigées. Des trois départements de l’ancienne Franche-Comté, celui de la Haute-Saône a le moins fourni de personnages éminents, il n’a fourni que dix membres ou associés à l'Académie de Besançon et trois à l'Institut : l'astronome Beauchamp, Toulongeon16 et Percy.

  • 17 Jean-Louis-Auguste Gouniot (1802- ?) fut professeur de collège à Vesoul, à Lons-le-Saunier, plus t (...)

3029 avril. — J'ai éprouvé aujourd'hui une des mortifications les plus grandes. Le jeune Gouniot17 auquel je prends depuis longtemps un vif intérêt, s’est présenté d'après mes conseils et en quelque sorte mes ordres au grade de la licence académique, car je l'ai forcé et accompagné dans toutes les visites préliminaires. J’aurais gagé que, depuis longtemps, la faculté n'avait eu à examiner un sujet aussi brillant. Il possède ses auteurs anciens et modernes, il sait le grec et le latin, il a traduit en vers une partie des Métamorphoses d'Ovide et a composé un commentaire sur Perse ; enfin il a dans son portefeuille plusieurs ouvrages importants et il y a quelque temps qu'il m'écrivait pour me demander si je lui conseillais de les livrer à l'impression. En un mot il me semblait qu'il y avait dans ce jeune homme la matière de trente licenciés brillants et au moins autant de docteurs. Eh bien, je me trompais du tout au tout. Les compositions qui m'ont été communiquées sont toutes d'une faiblesse et, ce qui est pis encore, d'une extravagance à me désespérer. J'ai vu les examinateurs que j'ai trouvés désespérés et, s'il est reçu, il ne le devra qu'à mes sollicitations. Il a toutes les qualités propres à la licence, une exceptée dont il fait, j'en suis sûr, assez peu de cas, le sens que l'on nomme si abusivement le sens commun et que je trouve de plus en plus rare. S'il n'était pas reçu, je craindrais de sa part un acte de désespoir. Je l'ai dit à ses juges et ce motif pourra les déterminer à lui faire recommencer ses compositions, en lui donnant comme à un élève le sommaire de ce qu'il devra développer. Il y a quinze ans qu'il professe la rhétorique dans des collèges de l’Académie ! N'est-ce pas là de quoi se désespérer ?

3130 avril. — Je suis vraiment inquiet de l'avenir de notre Académie. Son existence tient à quelques hommes dont aucun n'est jeune, et à mesure qu'ils viendront à manquer, je ne vois pas par qui on pourra les remplacer. Parmi les médecins, parmi les avocats, il n'y a plus un seul travailleur. Tous pensent à gagner de l'argent, à courir la pratique, et n'aperçoivent rien au-delà. J'ai fait part de mes inquiétudes à Génisset qui les partage et nous sommes convenus de chercher des candidats dans le clergé qui peut nous en offrir quelques-uns. Nous mettrons en avant M. l'abbé Brocard, dont je connais le goût pour les livres et qui travaille à recueillir des matériaux pour l'histoire du séminaire. C'est d'ailleurs un homme aimable et c'est une qualité précieuse dans une association qui ne peut produire quelque bien qu'autant que tous ses membres vivent dans une parfaite intelligence.

Notes

1 Voir à la date du 30 août 1834, et Journal, ii, p. 382, n. 83.

2 Jean-Baptiste Gindre de Mancy (Lons-le-Saunier 1797–Saint-Mandé 1872), employé de l'administration générale des postes, était associé correspondant de l'Académie de Besançon. Le poème imité du drame de Shakespeare était intitulé Les funérailles d'Imogène et de Clothen (Voir Journal, ii, p. 368, note 19).

3 Auguste-Bonaventure Marquis de Tallenay (Besançon 1795-Munich 1863). A partir de 1815, il connut une longue carrière diplomatique dans plusieurs capitales européennes.

4 L'Impartial du 16 avril nous en donne le nom : « Le Castor », et l’Annuaire de 1835 (pp. 280-282) le récit de ses évolutions sur le Doubs.

5 François-Joseph-Xavier Receveur (1800-1854) : Journal, i, p. 344 note 12, et II, p. 365, n. 6..

6 Voir E. Kaye, Les correspondants de Charles Weiss, pp. 350-351.

7 Weiss lui-même lira à la séance de l’Académie du 2 juillet 1835 une note sur la collection d'antiquités de Riduet, archéologue amateur (Journal, 2 juillet).

8 Frédéric-Auguste-Ferdinand-Thomas, baron de Reiffenberg (1795-1850), littérateur et bibliographe belge, fondateur du Journal du bibliophile belge.

9 Jacques de Meyer (1491-1552), auteur d'une Chronica Flandriæ publiée en 1538 à Nuremberg.

10 Claude-Augustin Maire (1770-1835).

11 Le 4 juillet 1834.

12 La ruelle Baron, rue Moncey depuis son élargissement (voir aussi à la date du 14 octobre 1834).

13 Marie-Antoine-Charles-Suzanne, marquis de Terrier-Santans (1773-1832), maire de Besançon de 1816 à 1830. Voir Journal, i, p. 29, note 17 ; ii, p. 349, n. 35).

14 Le projet d'une liaison rectiligne entre les rues de la Préfecture et Bersot remonte à l'ouverture même de la première ; il sera repris à la fin du siècle et l'expropriation a même été faite. La dernière mouture du projet date des années 1960 et, outre l'élargissement de la rue Bersot dont les maisons n'auraient été conservées que sur un seul côté, prévoit la construction d'immeubles à la place des casernes ; c'est Planoise qui a été préféré à cette solution à l'accroissement de la ville.

15 Cette recherche a donné lieu à un travail publié à Besançon en 1840 : Recherches historiques et statistiques sur l'ancienne seigneurie de Neuchâtel au comté de Bourgogne.

16 Joseph Beauchamp (1752-1801), astronome et grand voyageur, avait suivi Bonaparte en Egypte ; correspondant de l’Institut (Académie des Sciences) en 1785, il en devint membre en 1796. Emmanuel-François, comte de Toulongeon (Champlitte 1748-Paris 1812) avait renoncé à l'état ecclésiastique pour entrer dans l'armée, et faire œuvre d'historien ; membre de l'Institut en 1797, il devait publier en 1801 et 1810 une volumineuse histoire de France. Sur Percy, voir Journal, ii, p. 359, n. 5.

17 Jean-Louis-Auguste Gouniot (1802- ?) fut professeur de collège à Vesoul, à Lons-le-Saunier, plus tard à Blois et Saintes. Sa dernière lettre à Weiss est de 1864 (Kaye, Les correspondants..., pp. 219-221).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search