Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Mars 1835

Texte intégral

  • 1 Guizot, ministre de l’Instruction publique.

11 er mars. — Le ministre1 m'avait écrit il y a quelques jours pour me prévenir que je trouverais dans le Codex juris diplomaticus de Leibnitz des pièces fournies à l'illustre éditeur par l'abbé Boisot, et Son Excellence m'invitait à vérifier si ces pièces faisaient partie de la collection Granvelle. Je n'avais pas, et j'en étais certain, la collection de Leibnitz à la Bibliothèque. Je ne me souvenais pas de l'avoir jamais vue et par conséquent feuilletée. Persuadé qu'on ne la trouverait dans le cabinet d'aucun de nos modernes curieux, j'écris à Μ. M. Debure de me l'acheter à tout prix. Dans la journée, j'ai l'occasion de voir M. l'abbé Gousset, il me dit qu'il croit avoir vu cette collection dans la Bibliothèque du Séminaire. Nous y allons ensemble, nous y trouvons le code tant désiré, mais, proh pudor ! l'exemplaire vient de la vente des doubles de notre Bibliothèque. Il y avait longtemps que je n'avais pas reçu une pareille mortification.

  • 2 Cet abbé Jean-Joseph Gaume (Fuans 1802-1869), attaché à l'évêché de Nevers, y sera successivement (...)

22 mars. — L'abbé Gaume2, traducteur de Liguori, est du diocèse de Besançon, il est frère de l'abbé Gaume, supérieur de la Mission. Monseigneur l'évêque de Nevers a désiré le retenir quelque temps dans son diocèse, et pour l'y fixer, il l'a nommé chanoine de son chapitre. C'est un homme de mérite qui travaille en ce moment à un ouvrage important. M. l'abbé Gousset, de qui je tiens ces détails, m'a dit le titre de cet ouvrage, mais je l'ai complètement oublié.

33 mars. — Le carnaval s'annonçait comme devant être fort bruyant, mais la pluie a empêché les masques de paraître dans les rues où il y avait d'ailleurs un assez grand nombre de curieux.

44 mars. — M. de Boulot donnait hier un bal à la société. C'est ainsi que depuis quelques années, on est convenu de désigner la classe noble en province, qui, soit dit en passant, devient de jour en jour moins difficile sur les preuves. M. le préfet y était invité seul, sans sa femme ; il a cru devoir y faire une apparition. Un premier magistrat, jouissant de la confiance et qui la mérite, aurait dû s'attendre dans une circonstance pareille à recevoir quelques témoignages d'intérêt ou d'affection de la part de ses administrés. Eh bien, il s'est trouvé dans l'isolement le plus complet au milieu de ces gens qui sous un gouvernement ferme peuplaient ses antichambres. Il a été pressé, coudoyé comme un inconnu. Dans cette foule, il n'y a eu que quatre ou cinq personnes qui lui ont adressé la parole : les maîtres de maison, M. de Boulot père et son fils, M. Bourgon, M. de Saint-Juan et Lancrenon de qui je tiens ces détails.

  • 3 L'édition du ms de la b.m.b a été faite en 1843, chez Outhenin-Chalandre, avec la mention « texte (...)

55 mars. — J'avais demandé au jeune Crestin la copie qu'il a héritée de son père des Mémoires de M. Girardot de Beauchemin pour collationner celle que nous avons, qui est beaucoup plus moderne. Il vient de me la réclamer par la lettre la plus impertinente, mais en même temps la plus sotte que j'aie vue de ma vie. Il me refuse son manuscrit parce qu'il ne veut pas, dit-il, qu'il serve à une édition qui doit paraître sous le patronage d'un Guizot3. Cette insolence va bien à un pareil polisson ! Je lui supposais de l'esprit, mais me voilà bien détrompé. Il a y réellement de quoi prendre en dégoût la province quand on voit les animaux avec lesquels on est obligé de passer sa vie. Heureusement pour moi, j'ai depuis longtemps pris l'habitude de vivre seul, mais me voilà plus décidé que jamais à tenir ma porte fermée à de pareils êtres qui ne seront, quoiqu'ils fassent, que de stupides imbéciles.

66 mars. — Pertusier m'a présenté aujourd'hui le jeune Willemin, l'auteur des traditions franc-comtoises publiées l'année dernière : Sous le porche de l'abbaye. Il peut avoir une vingtaine d'années ; il m'a dit qu’il n'existait dans le val de Morteau ni bibliothèque, ni archives, et qu’il n'avait pour travailler que le peu de livres qu'il tire de Neuchâtel. Il s'occupe en ce moment à rassembler les matériaux pour une histoire anecdotique de cette ville qui, pendant longtemps, a dépendu des comtes de Bourgogne. Je lui ai donné tous les encouragements qu'il mérite pour son zèle et lui ai offert le patronage de l'Académie, qu’il a accepté avec beaucoup de modestie et de reconnaissance.

  • 4 Jean-Antoine Marc (1774-1845), de Vesoul. Un très grand nombre de lettres de lui figure à la Bibli (...)

77 mars. — Mon vieil ami Marc4 vient de m'adresser pour la lire à l'Académie une Epître sur l’indépendance. Cette pièce n'est pas bonne, mais l'idée en est excellente et elle contient par-ci par-là quelques beaux vers.

  • 5 Félix-Victor Mauvais (1809-1854), de Maîche, obtiendra effectivement la pension Suard. Il deviendr (...)

88 mars. — M. Pouillet me mande qu’il existe en ce moment à Paris un jeune franc-comtois nommé Mauvais5 qui se livre avec succès à l'étude de l'astronomie. Il est obligé pour vivre de donner des leçons de mathématiques et il emploie tout le reste de son temps à suivre les cours ou à étudier dans son grenier. M. Pouillet le recommande à l'Académie pour la pension Suard qui doit être donnée au mois d'août prochain et le suffrage d'un tel juge ne peut qu'être d'un grand poids.

99 mars. — Du catholicisme dans l'éducation ou l'unique moyen de sauver la science et la société par l'abbé J. Gaume. Paris, imprimerie de Decourchant, in 8°.

1010 mars. — M. et Mme de Circourt sont partis ce matin et je ne sais en vérité lequel, de la femme ou du mari, je regrette le plus. Ils vont à Paris pour aller de là, dans un mois ou deux, jusque dans les déserts de la Russie. Tous les deux se flattent de revenir ici l'hiver prochain pour s'y fixer tout à fait, mais je crains bien qu'ils ne puissent réaliser ce rêve. Le séjour habituel de deux personnes aussi spirituelles et aussi aimables serait un grand bonheur pour notre ville morte. Madame Anastasie a eu la bonté de me communiquer une petite partie des lettres que Bonstetten lui a écrites de 1828 à 1830 pendant son séjour à Rome. Elles sont vraiment ravissantes, et si toutes ne méritent pas d'être publiées, il serait du moins facile d'en donner des extraits pleins d'intérêt. C'est un travail que je ferai avec grand plaisir au retour de cette dame qui m'a promis de me livrer alors toute sa correspondance, mais je crains qu'elle ne revienne pas. Besançon est si peu digne de la posséder et elle a dû y trouver si peu de personnes faites pour la comprendre ! Voilà quelques pensées de Bonstetten qui mériteraient d'être méditées par de jeunes écrivains : Le sentiment de bien faire aide le talent tant que la vanité ne s’en mêle pas. — Penser bien renferme toute l'esthétique. — Le style gagne infiniment à la sincérité de la pensée qu’on peint. C'est une règle oubliée dans les Poétiques.

1111 mars. — Notre sculpteur Maire a envoyé à M. de Magnoncour un bas-relief d'ivoire que son père lui avait commandé, représentant une Danaé. Le corps de la femme est parfaitement beau, mais les bras sont un peu trop gros et les extrémités pourraient être encore plus légères. Malgré ces défauts, qui sont d'ailleurs susceptibles d'être corrigés, ce morceau fait honneur à Maire et il ne déparera point le cabinet de M. de Magnoncour.

1212 mars. — Nous avons eu séance à l'Académie. J'y ai lu l'Epître de Marc sur l’indépendance, que j'ai trouvée comme la première fois un tissu de lieux communs, qui n'ont pas toujours le mérite d’être rajeunis par l'expression. Pérennès a lu ensuite une pièce de Laumier sur l'Angélus, bien autrement pleine de poésie que le morceau de Marc. Mais l'Académie, qui n'a pas trop le droit d'être difficile, était dans un jour d'indulgence et, à l'unanimité des sept membres qui composaient la docte assemblée, l’impression des deux pièces a été décidée. Grande joie pour les auteurs !... S'ils étaient jeunes, mais le moins âgé pour sa part a plus de cinquante ans.

1313 mars. — Hier, après la séance académique, nous avons été dîner, Pérennès, Viancin et moi, chez Madame <Hugel>. Il était plus de dix heures quand nous sommes sortis de table, et certes nous n'avions pas employé tout notre temps à déguster les mets et les vins ; la littérature avait fait les trois quarts au moins de notre dîner. Nous sommes convenus, un peu tard peut-être puisque nous touchons au printemps, de travailler ensemble à quelque œuvre dramatique d'un intérêt local ou patriotique. Le premier sujet qui en est venu est celui de l'homme heureux ennuyé de l'être. Ce n'est pas le titre de la pièce que je prétends ici donner, je veux seulement me rappeler le sujet : ce bon vieux et fatigant M. de Maizières que j'ai vu désolé de ce qu'en tombant dans une lunette de Chamars, il n'avait pas eu le bonheur de se casser une jambe.

1414 mars. — M. de Magnoncour vient d'acheter de Madame Bertaut trois petits tableaux : deux esquisses attribuées à Murillo et une Pentecôte d’un vieux maître italien. On lui en demandait 400 francs, il en a voulu donner 500, prix auquel Bertaut les estimait. Voilà un trait qui lui fait honneur et dont son pauvre père ne se serait jamais avisé.

1515 mars. — Hier a eu lieu l'installation de M. Micaud, nommé maire de Besançon par une ordonnance royale, ainsi que des trois adjoints, MM. Poulet, Grillet et Vuilleret. Cette cérémonie a été présidée par M. le préfet qui a prononcé un discours dont l'impartial ne manquera pas de donner un long extrait. Le conseil municipal y assistait ainsi qu’une foule de citoyens ; des symphonies exécutées par la musique de la garde nationale ont rempli les intervalles des discours obligés.

  • 6 Auguste-Marie Ducaurroy (1788-1850), jurisconsulte et professeur, éditeur de plusieurs textes anci (...)

1616 mars. — J'ai reçu une lettre de Francis Wey que son père a envoyé faire son droit à Paris et qui néglige les leçons de Bugnet et de Ducaurroy6 pour suivre celles de littérature à la Sorbonne et au Collège de France. Il vient de concourir pour une place d'élève à l'Ecole des chartes et y a été admis à la place de Fallot, nommé sous-bibliothécaire à l’Institut. Un franc-comtois succédant à un franc-comtois, c’est assez bien. Wey me mande qu’il continue de travailler à son roman de Besançon, mais qu’il vise moins, comme les auteurs littéraires de notre temps, à faire vite qu’à faire bien. Voilà ce qui s'appelle parler. Mon petit Francis, continuez et eris mihi magnus Apollo.

  • 7 Jacques Cujas (1520-1590), jurisconsulte français ; Bartolo (1314-1357), jurisconsulte italien. Il (...)
  • 8 Félix Muguet, non seulement ami mais cousin de Wey, est le fils de Félix, mort au début de l’année (...)

1717 mars. — L’un des amis de Wey, son camarade à l'Ecole de droit mais ne se sentant pas plus de goût que lui pour la science respectable des Cujas et des Bartolo7, Félix Muguet8, est parti ce matin pour Paris. Il y va pour s'y livrer à la peinture dans les ateliers des maîtres. Quoiqu'il ne soit plus un enfant, il a résolu de se mettre sur les bancs et d'apprendre sérieusement à dessiner. Je suis enchanté de voir ce goût-là dans un jeune homme qui a de l'aptitude et de la fortune, qui ne reviendra pas ici pour faire le portrait, qui n'attendra pas pour vivre la vente d’un tableau, comme presque tous les peintres comtois que j’ai vus depuis cinquante ans.

1818 mars. — Les tableaux qui doivent composer notre futur musée vont encore être déplacés en attendant la construction de la salle destinée à les recevoir. Il a été reconnu que le local où ils étaient entreposés n'était rien moins que passable à leur conservation, et la commission a décidé qu'on les reporterait dans la grande salle du Palais de justice.

1919 mars. — On commence à parler du tableau que Gigoux a mis à l'exposition cette année. Il représente la communion de Léonard de Vinci. Les journaux de Paris s'accordent à faire l'éloge de cette production de notre jeune artiste qui doit aller cette année en Italie.

2020 mars. — Le fameux Martin, propriétaire des lions de Mysore, donne aujourd'hui sa première représentation sur notre théâtre. Il s'attendait sans doute à voir les bureaux assiégés par la foule, car les sentinelles étaient posées depuis quatre heures.

  • 9 Thiers.

2121 mars. — Lancrenon a reçu d'un de ses amis, chef de division au ministère de l'Intérieur, l'avis que le ministre9 a fait acheter un de ses dessins d’après un tableau d'ancien maître, pour le placer au Musée des arts qui vient d'être institué et que Son Excellence a été si satisfaite de ce dessin qu'elle voudrait pouvoir l'envoyer en Italie faire des copies des tableaux dont les originaux ont été repris à la dernière Restauration. Le conseil municipal ne peut pas, avec 1.500 misérables francs qu'il a promis chaque année à Lancrenon, l'empêcher de faire un voyage qui lui serait très utile, et plus encore au Musée de Besançon. C'est ce que je me chargerais de démontrer aux individus qui sont les pères du peuple de Besançon, et je pense que cet avis, s'il est appuyé, passera sans difficulté à la prochaine session.

2222 mars. — M. Mauvais est un jeune homme de Maîche qui, sans fortune et sans protection, est allé à Paris il y a trois ans pour étudier les hautes sciences. Depuis cette époque, il donne des leçons de mathématiques pour vivre et emploie le reste de son temps à perfectionner ses connaissances. Il a fait de tels progrès que M. Pouillet, très bon juge, n'hésite pas à dire que ce jeune homme sera l'un des premiers astronomes de l’époque. Flavien de Magnoncour, informé de sa situation, s'est empressé d'adresser à M. Pouillet un billet de 500 francs en le priant de le faire accepter à M. Mauvais, en attendant son retour à Paris où il s'occupera d'assurer à ce jeune homme les moyens de continuer tranquillement ses études. Il reste à savoir si M. Mauvais voudra bien les recevoir.

2323 mars. — Sur les cinq députés que notre département envoya à la Chambre, il y en a trois absents pour congé : M. de Magnoncour à cause de la mort de son père, M. Véjux à cause de la mort de son beau-père et M. Blondeau pour les affaires de son commerce. Il n'y a donc à Paris que MM. Clément et Jouffroy qui tous les deux y sont domiciliés.

2424 mars. — A ma prière, Viancin a bien voulu retoucher l'épître que Saint-Juan m'a adressée et il est venu à bout d'en faire un morceau très agréable, mais par malheur, il n'a presque pas laissé de traces de l'œuvre originale et je crains bien que, tout bon enfant qu’il est, Saint-Juan ne se formalise de la liberté grande. C'est en effet une manière piquante de lui montrer que sa pièce ne valait absolument rien, puisqu'il n'y avait rien dit de convenable.

  • 10 Importante collection de manuels techniques à l’usage du grand public, éditée à partir de 1824 par (...)
  • 11 Aujourd'hui rue Luc-Breton. La boutique de Baserga en occupait l'angle sur la Grande-Rue.

2525 mars. — M. Robert, avoué à Dole, auteur de l'Art de mouler les médailles qui fait partie de la collection des manuels de Roret10, a profité des loisirs que lui laisse son étude pour mouler des suites de médailles anciennes et modernes qu'il propose aux amateurs à des prix très modérés. Son prospectus est chez Baserga, marchand d'estampes au coin de la rue de la Bouteille11.

2626 mars. — M. Vital, dans la Revue du Salon, a rendu compte du tableau de Gigoux, « la Communion de Léonard de Vinci ». Le sujet, suivant lui, ne comportait pas une si grande toile, il aurait désiré plus de noblesse dans le choix des têtes, une plus grande correction de dessin dans les personnes dont les attitudes en général ne sont pas heureuses, mais il trouve dans ce tableau de l'air, de la lumière et une bonne couleur. Ainsi l'on ne doit pas désespérer de Gigoux qui est jeune, laborieux, plein d'ardeur. Le voyage qu'il se propose de faire en Italie ne peut que lui être très utile et ses amis doivent désirer qu'il se consacre entièrement à des études qu’il n'a jamais faites et dont l'absence se fait remarquer dans toutes ses compositions, malgré un talent très réel.

  • 12 Serait-ce Jourdan, patron d’un bateau sur le canal, qui fit construire une maison dans le quartier (...)

2727 mars. — Les travaux suspendus par l’hiver viennent de recommencer. On poursuit la construction de la halle nouvelle dont les fondations ont été creusées l'année dernière. Dans la prolongation de la rue Neuve, on démolit une maison, achevée il y a quelques mois et qui n'a jamais été habitée. Le nouvel acquéreur du terrain, un des plus riches patrons de Canot12, se propose de construire à la place une maison qui sera l'une des plus spacieuses de la ville. C'est Delacroix qui en est l'architecte.

  • 13 Tropes : emploi d'un mot ou d'une expression dans un sens figuré. Exemple, sceptre pour royauté (L (...)

2828 mars. Traité de Prosodie et de versification latine, suivi d'un Traité nouveau des figures de mots en tropes13, par M. Bel, principal du collège de l'Arc. Dole, Prudent, in-12. On a déjà du même auteur des Principes de lecture, une Grammaire française, une Grammaire latine et un Cours simultané d'histoire et de thèmes gradués.

2929 mars. — Une des pendules du dey d'Alger qui, dit-on, en avait un grand nombre, est arrivée jusqu'à Besançon. Achetée par M. Grillet, payeur de l'armée d'occupation à la vente des effets de la Gasouba, il en a fait présent à son frère, ancien député et aujourd'hui adjoint du maire. Cette pendule construite à Londres, indique les heures, les jours du mois, les changements de lune, l'époque des principales fêtes turques, etc. Les heures sont indiquées par un carillon enfermé dans la cage que surmonte un croissant. Elle a été vendue 12 francs.

  • 14 Antoine-Charles, marquis de la Roche-Aymon (1772-1849) avait combattu comme émigré contre les armé (...)

3030 mars. — Un mot sur les remontes et sur la cavalerie en réponse à la brochure de M. La Roche-Aymon14 intitulée : Observation historique et critique sur les remontes, par le général Préval. Paris, imprimerie de Baudouin, in 8° de 3 feuilles.

3131 mars. — Maire vient de recevoir de Paris le plâtre d'un morceau de sculpture exécuté par l'une des filles du Roi, la princesse Marie d'Orléans. C'est Bayard mourant. Ce petit morceau n'est sans doute pas un chef-d'œuvre, mais il y a une certaine naïveté dans la pose et dans l'expression du loyal chevalier, qui fait plaisir. Maire est chargé de l'exécuter en bois de Chine. En attendant qu'il puisse s'en occuper, il a déposé ce plâtre à la Bibliothèque où les amateurs pourront le voir pendant quelques jours.

Notes

1 Guizot, ministre de l’Instruction publique.

2 Cet abbé Jean-Joseph Gaume (Fuans 1802-1869), attaché à l'évêché de Nevers, y sera successivement professeur de théologie, chanoine et vicaire général ; Pic IX en fera plus tard un protonotaire apostolique. Ses écrits sont inspirés du désir de défendre l'éducation contre le modernisme et la laïcité ; outre le livre cité par Weiss ici et le 9 mars 1835, Du catholicisme dans l'éducation, il publiera en 1851 Le ver rongeur des sociétés modernes ou le Paganisme dans l’éducation.

3 L'édition du ms de la b.m.b a été faite en 1843, chez Outhenin-Chalandre, avec la mention « texte publié par Jules Crestin », et est malheureusement très fautive.

4 Jean-Antoine Marc (1774-1845), de Vesoul. Un très grand nombre de lettres de lui figure à la Bibliothèque de Besançon : Kaye, Les correspondants de Charles Weiss, pp. 306-314.

5 Félix-Victor Mauvais (1809-1854), de Maîche, obtiendra effectivement la pension Suard. Il deviendra membre de l'Académie des Sciences en 1843.

6 Auguste-Marie Ducaurroy (1788-1850), jurisconsulte et professeur, éditeur de plusieurs textes anciens de jurisprudence : les Institutes de Justinien par exemple.

7 Jacques Cujas (1520-1590), jurisconsulte français ; Bartolo (1314-1357), jurisconsulte italien. Ils ont contribué tous les deux à poser les bases de l'étude du droit à partir des textes anciens.

8 Félix Muguet, non seulement ami mais cousin de Wey, est le fils de Félix, mort au début de l’année ; il est connu comme peintre et graveur, sous le pseudonyme de Léon Pérès.

9 Thiers.

10 Importante collection de manuels techniques à l’usage du grand public, éditée à partir de 1824 par la maison d’édition Nicolas Roret.

11 Aujourd'hui rue Luc-Breton. La boutique de Baserga en occupait l'angle sur la Grande-Rue.

12 Serait-ce Jourdan, patron d’un bateau sur le canal, qui fit construire une maison dans le quartier de Tarragnoz.

13 Tropes : emploi d'un mot ou d'une expression dans un sens figuré. Exemple, sceptre pour royauté (Larousse du xxe siècle).

14 Antoine-Charles, marquis de la Roche-Aymon (1772-1849) avait combattu comme émigré contre les armées de la Révolution et de l'Empire. Maréchal de camp en 1814, pair de France en 1815, il écrivit des ouvrages de technique militaire.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search