Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Février 1835

Texte intégral

  • 1 La comtesse de Circourt, née Anastasie de Klustine (1808-1863) fréquentait les milieux cultivés de (...)
  • 2 Charles-Victor de Bonstetten (1745-1832), écrivain suisse qui fit de nombreux voyages en Angleterr (...)

11 er février. — Madame la comtesse Adolphe de Circourt1 a eu le bonheur de connaître Bonstetten2 pendant le dernier séjour qu'elle a fait à Genève. Ce respectable vieillard l'avait prise dans une grande affection. Il lui a donné un exemplaire de son Voyage dans le Latium, chargé de notes pour une seconde édition et, après son départ pour Rome, il a entretenu avec elle une correspondance très active. Elle possède une grande quantité de ses lettres et Bonstetten lui a donné l'autorisation de les publier, mais elle ne pense pas que les confidences, les épanchements de l’amitié puissent être livrés sans danger aux indifférents.

22 février. Supplément aux vies des Pères, martyrs et autres principaux saints, de l'abbé Godescard, par l'abbé D... (Doney), chanoine théologal et vicaire général. Besançon, Gauthier, in 8°, tome Ier comprenant les quatre premiers mois.

3 Plutarque. Sur les moyens de connaître les progrès qu'on fait dans la vertu. Texte grec, avec sommaire, analyse et notes par A. Mottet, Paris, Delalain, in-12.

43 février. — Un événement affreux est venu attrister les fêtes de Besançon. Deux jeunes gens appartenant aux principales familles de la ville, pensionnaires à Vaux près de Poligny, ont été victimes de leur imprudence. Les pensionnaires étaient allés dimanche dernier en promenade sous la surveillance d'un maître d’études. Sur leur chemin se trouve un étang couvert d'une glace trompeuse. L'un d'eux, le jeune Bergeret, âgé de 12 ans, se lance sur la glace qui se brise sous ses pieds ; son cousin Droz, âgé de 16 ans, le suit dans l'espoir de l'arracher au danger et tous deux sont engloutis. Ce n'est qu'après plus de deux heures que les corps ont été ramenés sur le rivage. Celle triste nouvelle, apportée hier dans la ville, y a répandu la consternation et ralentira sans doute les bals. Mais la fureur de la danse est telle, dans la portion de la société qui s'en était sevrée depuis quatre ans, qu'elle l'emportera certainement sur toutes les considérations.

54 février. — Viancin a le projet d'adresser aux Jeux Floraux la ballade qu'il nous a lue l'autre jour à l'Académie. Il a senti qu'il avait beaucoup à faire pour rendre sa pièce digne de juges si chatouilleux, et il me l'a communiquée pour lui indiquer les endroits à corriger. Je les trouve malheureusement très nombreux, mais il lui reste assez de verve et de courage pour qu'on ne doive pas lui taire la vérité, et je la lui ai dite franchement. Viancin a de la verve, de la facilité, mais les romantiques ont un peu altéré en lui le sentiment des convenances, et je dirai plus, celui de l'harmonie, sans laquelle il n’y a pas de poésie possible.

65 février. Du Conseil général du département du Jura, session de 1834, par Honoré Colomb. Saint-Claude, imprimerie d'Enard, in 8° de 6 feuilles.

  • 3 Michel Beer (1800-1833), poète juif allemand, frère de l'astronome Guillaume Beer. Le Paria (1821) (...)

7 Le Paria, tragédie en un acte par Mich. Beer3, traduit (en prose) par Xavier Marmier. Strasbourg, imprimerie de Levrault, in 8°.

86 février. — Depuis plusieurs jours le conseil municipal est occupé des moyens d'augmenter les produits de l'octroi en tarifant divers objets qui n'avaient point encore été soumis à la taxe, tels que les huîtres, les chapons de Bresse, les pâtés de Strasbourg, etc... Il aurait peut-être été d'une meilleure administration de diminuer les dépenses que de forcer les recettes, mais l'exemple de Paris gagne les provinces, et bientôt dans la proportion, les villes auront autant de dettes que le gouvernement.

  • 4 Sur le rôle de Marie-Claude-Ignace Dormoy (1759-1845), jacobin, rédacteur de la Vedette pendant la (...)
  • 5 Voir sur ce propos A. Lieffroy, Bourmont à la Citadelle de Besançon, 1801-1804, Annales franc-comt (...)

97 février. — M. Dormoy-Maire, qui a joué un rôle assez important dans les premières années de la Révolution sous le nom de l'abbé Dormoy4, s'occupe d'en écrire l'histoire. Il vient de m'adresser une longue et curieuse lettre sur l'origine de ses rapports avec le général Bourmont, alors prisonnier d'Etat à la Citadelle de Besançon5, et qu'il en fit échapper par des moyens qu'il promet de me dévoiler.

108 février. — Tous les efforts du préfet pour amener un rapprochement entre les partis sont bien inutiles. Quelques carlistes vont à ses bals, mais il n'en est aucun qui le recevrait chez lui. M. de Saint-Juan, l'un des plus modérés du parti carliste, donne une fête dans quelques jours à l'occasion du mariage d'un de ses parents. Il avait l'intention d'y inviter le préfet et sa dame, mais il est obligé d'y renoncer, à ce qu'il m'a dit, pour ne point exposer le préfet à des malhonnêtetés, ou pour ne pas voir déserter son salon.

119 février. — Le docteur Tournier, qui revient de Paris où il était allé conférer avec les docteurs homéopathes, vient d'annoncer qu'il se proposait d'ouvrir un cours d'après ce nouveau système médical et que toutes les semaines, il donnerait des consultations gratuites aux personnes qui l'honoreraient de leur confiance.

1210 février. Choix de fables et de contes, traduits de divers auteurs anglais et allemands, par Xavier Marmier, Strasbourg, imprimerie de Levrault, in-18.

13 Les Récréations poétiques d'un jurassien. Lons-le-Saunier, imprimerie de Courbet, in 8° d'une feuille.

1411 février. — Ce bon M. Courvoisier a donné hier un dîner au préfet, avec tous les carlistes modérés qu’il a pu découvrir, dans l’espoir d'opérer une fusion entre les gens raisonnables de tous les partis. Quelle bonhomie ! mais qui dit homme de parti ne dit-il pas homme qui renonce à la raison pour ne croire que des choses qui flattent son opinion ou ses préjugés. Ainsi c'est une erreur que de se flatter d'en ramener aucun. Il n'y a de supérieurs à l'esprit de parti que les hommes d'un caractère élevé et qui connaissent le fond de la vie, mais ceux-là sont trop rares pour qu'on puisse en faire l'assortiment d'un dîner, fût-il prémédité depuis quinze jours.

  • 6 Il sera évêque de Périgueux à la fin de l'année (Journal, 13 octobre 1835)

1512 février. — Notre député, M. de Magnoncour, est arrivé de Paris pour voir son père qui est gravement malade. Il m'a confirmé le bruit répandu depuis quelque temps que le gouvernement songe à faire un évêque de M. l’abbé Gousset6.

  • 7 Voir au 23 mars 1834 mention de cette disparition, à laquelle Weiss ne croyait pas.

1613 février. — M. le baron Martin, de Gray, m'a raconté que son dernier secrétaire s'est enfui sans qu'on sache ce qu'il est devenu, et qu'après son départ, il s'est aperçu que tous ses manuscrits avaient été enlevés : la traduction de Salluste, une Synonymie française et un Essai sur les grands écrivains du xviiième siècle. Mais ce qu'il regrette le plus, c'est la traduction de Salluste7 qu'il avait entièrement terminée et qu'il se proposait de faire imprimer.

1714 février. — Depuis quelques jours le froid a reparu ; il est tombé de la neige en assez grande quantité pour retarder de plusieurs heures l'arrivée des courriers de Paris, mais surtout de la Suisse. C'est un temps excellent pour les réunions, les veillées, les bals qui se suivent sans interruption. Le luxe des tables et celui des toilettes est porté à un point effrayant. Des parisiens conviennent qu'on ne voit rien de pareil à Paris, si ce n'est peut-être dans les premiers hôtels du faubourg Saint-Germain.

1815 février. — Ils aiment les artistes, et ils ne font rien pour les attirer ou pour les retenir. Lancrenon est ici depuis six semaines et aucun d'eux ne s'est encore avisé de l'inviter à quelques-unes de ces fêtes et de ces soirées qui se succèdent tous les jours. Quelle pitié !... Honorez donc les talents si vous voulez réellement les voir fleurir, ou bien cessez de vous plaindre que Paris vous les enlève. Changez de conduite ou taisez-vous.

  • 8 Le pauvre Gloriod, pour qui Weiss se montre si dur, n'eut que le tort d'être en avance sur son tem (...)

1916 février. — Voici encore un homme de progrès ! Le capitaine Gloriod, amputé pendant les guerres de l'Empire, puis avoué à Pontarlier où il établit à ses frais la première école mutuelle de l'arrondissement, est venu demeurer à Besançon et a été nommé membre du conseil municipal où, comme tous ceux qui veulent de la popularité, il arrive tous les jours avec de nouveaux projets en faveur de la classe indigente. Il a voté contre les frères des Ecoles chrétiennes, pour les écoles mutuelles, puis pour les écoles d'ouvriers, pour les écoles du second degré, pour l'Ecole normale, pour les salles d'asile, pour les ponts en fil de fer, etc... Maintenant, il demande un musée d'agriculture8 où seraient réunis tous les instruments aratoires. Allez, allez donc, sublimes niais ; nous ne sommes pas au bout.

2017 février. — M. Ratisbonne, juif établi depuis quelques années à Besançon où il enseigne au collège l'anglais et l'allemand, se propose de donner un cours gratuit d'hébreu. Pour le commencer, il ne demande qu'une salle et pour une centaine de francs d'ouvrages qui lui sont absolument nécessaires. Il doit me remettre sa demande que j'appuyerai de mon mieux au conseil municipal.

2118 février. — M. Crestin fils vient de me faire réclamer par sa mère le manuscrit qu'il m'avait communiqué des Mémoires de Girardot de Beauchemin. D'après ce que Madame Crestin m'a dit, je crois qu’il serait disposé lui-même à publier cet ouvrage. Voilà certes une concurrence à laquelle je ne m'attendais pas.

  • 9 Antoine-Léon Bretillot (1809-1881), maire de Besançon de 1843 à 1848.

2219 février. — Première séance de la commission du Musée. Elle a nommé M. Bretillot fils9 pour son secrétaire et a décidé que l'ouverture du Musée serait ajournée jusqu'après la réparation des tableaux qui tous ont plus ou moins besoin d'être retenus.

2320 février. — Hier à dîner chez M. Génisset, qui avait réuni un certain nombre d'académiciens, M. Lancrenon parla du désir qu'il avait d'obtenir pour le Musée le beau tableau de Fra Bartholomeo, placé à Saint-Jean dans un endroit où il se dégrade et où, d'ailleurs, on ne le voit pas. L'abbé Doney, l'un des convives, déclara que comme membre du chapitre, il s'opposerait de toutes ses forces à la cession de ce tableau, propriété de l'église. Là-dessus, grande querelle ; mais comme tout le monde à peu près se réunit contre M. Doney, il finit par se taire. Que M. Lancrenon y prenne garde : s'il veut avoir le tableau, il faut qu'il n'en parle plus que devant les personnes dont il connaîtra d'avance l'opinion.

2421 février. — Depuis deux jours, il règne un vent extrêmement violent. La nuit dernière, il a déraciné un orme dans Chamars et causé plusieurs dégâts dans les environs.

  • 10 Weiss a déjà dénoncé le « fanatisme » du curé Vieille dans son compte-rendu de la mission de 1825 (...)

2522 février. — M. de Magnoncour père, malade assez gravement, a fait appeler le curé de Sainte-Madeleine, M. Vieille10, qui passe pour un fanatique. Quelle intention avait-il en le choisissant ? C'est ce que je ne sais pas et que personne n'a pu deviner. Flatté de la confiance que lui témoignait un si grand pécheur, l'abbé Vieille a tout quitté pour se rendre auprès de son lit. Après avoir entendu sa confession, il lui a demandé s'il avait de mauvais livres. « Je ne crois pas, lui a répondu M. de Magnoncour, car ne m'en rapportant pas à mon goût, je n’ai acheté que les ouvrages qui m'étaient désignés par l’estime publique. — Mais avez-vous, lui a dit le prêtre, les œuvres de Voltaire et de Rousseau ? — Très certainement, a répondu M. de M., mon exemplaire de Voltaire est relié en maroquin rouge. — Il faut le brûler sur le champ pour la plus grande gloire de Dieu. — Je n'en ferai rien, si vous le permettez, mais je vous promets de le jeter au feu si c'est l'avis de Mgr l'archevêque. — Vous avez là, dans votre chambre, des peintures obscènes, a repris le prêtre en jetant les yeux sur quelques tableaux sur émail de la manufacture de Sèvres. — Il est vrai, a dit M. de M., que voilà une jeune personne bien légèrement vêtue, mais pourtant elle n'est pas obscène ; en la regardant, je n'ai jamais eu de coupables pensées. — Il faut la briser et si vous le permettez, d'un coup de poing je vais la mettre en morceaux. — Point, M. le curé, vous pourriez vous blesser, mais à cet égard, comme pour le Voltaire, je m'en rapporterai à la décision de notre prélat. » Le curé sorti, M. de M. a donné l'ordre à ses gens de ne pas le laisser rentrer et il a communié le lendemain de la main de l'abbé Caverot, premier vicaire de Saint-Jean.

2623 février. Dialogue des morts de Lucien, nouvelle édition dans laquelle chaque dialogue est accompagné d'un sommaire, d'analyses et de notes et d'un lexique grec-français, par A. Mollet, Paris, imprimerie de Delalain, in-12.

  • 11 François-Gabriel Henrion-Staal de Magnoncour (1763-1835). Ce grand propriétaire légitimiste posséd (...)

2724 février. — M. le marquis de Magnoncour11 est mort hier à six heures et demie du soir d'une fluxion de poitrine. Il était âgé de 72 ans. Homme fort, bien constitué, d'une grande fermeté d'esprit, il aurait dû pousser sa carrière beaucoup plus loin. Sa vie a été singulière. Possédant une fortune immense, il n'en a jamais joui, sa seule passion a été d'accumuler. Il n’estimait les hommes que d'après leurs richesses et regardait tous ceux qui n'en possédaient pas comme des intrigants. Il n'a jamais cru au désintéressement, à la générosité, au patriotisme. Toutes ces vertus n'étaient, suivant lui, que des duperies et ceux qui les vantent des trompeurs. Vrai type de roman, il n’a cessé de tourmenter son fils qu’il aimait avec tendresse et il lui a fait tout le mal qu'il a pu dans l’espoir de le ramener à cette stricte et ridicule économie qu'il regardait comme la première des qualités. Quoiqu'il eût presque toujours vécu seul, il savait dissimuler comme s'il avait passé sa vie dans les salons, faisant bonne mine à ceux qu'il détestait et, dans les plus grandes colères, ne sortait jamais des bornes de la politesse. Je le répète : un homme comme celui-là est un sujet d'étude.

2825 février. — M. de Magnoncour a été enterré ce matin, décemment mais sans pompe. Parmi les personnes qui suivaient son cercueil, je n'ai pas aperçu un seul visage triste.

Il n'aima jamais personne
Personne aussi ne l'aima.

  • 12 Voir Anne-Lise Thierry, Une nécropole romantique : le cimetière des Chaprais à Besançon au xixe si (...)

29Ces deux vers ont reçu la plus exacte application. Son corps a été porté au nouveau cimetière où son fils a acheté hier une place12. Cet homme si riche, dans son testament, n’a pas fait le moindre legs, n'a pas donné la moindre marque de souvenir à qui que ce fût. Six cents francs de pension à sa gouvernante, quatre cents à son homme d’affaires, et puis c'est tout. Le reste de son immense fortune passera pour la plus grande partie à son fils. Flavien en fera je crois un bon usage. Il a fait distribuer ce matin à sa porte d’abondantes aumônes et il se propose d'envoyer 5.000 francs au bureau de bienfaisance pour les pauvres de la ville. Mais nous ne devons pas compter sur le médaillier de son père qu’il avait promis de donner à la ville dès qu'il en serait le maître. Il m’a dit ce matin que son intention était de le conduire à Paris pour en faire faire le catalogue et l'estimation. Je ne lui ai rien répondu.

3026 février. — A la séance mensuelle de l'Académie, M. Clerc, ancien procureur général, a proposé pour candidat à une des places d’associés résidants M. Béchet, conseiller à la cour royale. Parmi les titres qu'il a fait valoir en faveur de son client, c'est qu'il est père de dix enfants. C’est je pense la première fois qu'on s'est avisé de faire valoir un pareil mérite comme un droit acquis au fauteuil académique. Oh, comme les petits journaux de Paris s'égayeraient d'une pareille naïveté ! mais les académiciens sont presque tous gens graves, et c'est à peine s'ils ont souri du plaidoyer vraiment extraordinaire de M. Clerc dont je viens de consigner le trait le plus singulier.

3127 février. — Aujourd'hui à midi et demi, un orage a éclaté sur Besançon. Deux coups de tonnerre assez forts ont été entendus du côté de Chaudanne, et il est tombé une pluie abondante, mêlée de grésil.

3228 février. — Aujourd'hui M. Chrétien, l'ancien bourreau, se promenait sur le chemin de halage près du port de la Madeleine ; un coup de vent l'a fait tomber dans la rivière. Soutenu par ses habits, il n'est point allé au fond de l'eau, mais entraîné par le courant qui était très rapide, il a été porté jusqu’à Canot où il a été retiré par un batelier. Il était sans connaissance mais il est probable que si les secours lui eussent été administrés sur le champ, on aurait pu le ranimer. Mais le corps a été laissé sur le rivage pendant qu'on est allé chercher le juge de paix pour dresser le procès-verbal, et lorsqu'on s'est avisé de s'assurer qu’il était réellement mort, il n'était plus temps. C'était un bon homme ; il avait renoncé dès qu'il avait pu à l'indigne métier qu'on lui faisait exercer parce que c'était celui de son père, et il vivait de l'état de chirurgien bandagiste.

Notes

1 La comtesse de Circourt, née Anastasie de Klustine (1808-1863) fréquentait les milieux cultivés de Paris et recevait dans son salon du 11 rue des Saussaies l'élite intellectuelle de la capitale.

2 Charles-Victor de Bonstetten (1745-1832), écrivain suisse qui fit de nombreux voyages en Angleterre, en France et en Allemagne, connut Rousseau et Voltaire et révéla dans ses écrits un esprit très ouvert à la culture européenne. Sainte-Beuve a consacré un article à son livre paru en 1824 : L'homme du midi et l'homme du nord (Premiers lundis, éd. La Pléiade, t. i, pp. 91-94).

3 Michel Beer (1800-1833), poète juif allemand, frère de l'astronome Guillaume Beer. Le Paria (1821), drame en un acte, était une plaidoirie chaleureuse pour l'égalité absolue des hommes, une protestation vigoureuse contre l'intolérance théocratique.

4 Sur le rôle de Marie-Claude-Ignace Dormoy (1759-1845), jacobin, rédacteur de la Vedette pendant la Révolution, se reporter à l'Histoire de Besançon, sous la direction de Claude Fohlen, t. II.

5 Voir sur ce propos A. Lieffroy, Bourmont à la Citadelle de Besançon, 1801-1804, Annales franc-comtoises, 1893, p. 41-51.

6 Il sera évêque de Périgueux à la fin de l'année (Journal, 13 octobre 1835)

7 Voir au 23 mars 1834 mention de cette disparition, à laquelle Weiss ne croyait pas.

8 Le pauvre Gloriod, pour qui Weiss se montre si dur, n'eut que le tort d'être en avance sur son temps ! Le musée comtois de la Citadelle de Besançon, créé en 1960 par l’abbé Garneret, comporte une section « agriculture » (catalogue par Noël Barbe) ; une Association comtoise des Musées d’Agriculture (membre de l’Association française), créée en 1987 regroupe les autres musées de même type dans la région.

9 Antoine-Léon Bretillot (1809-1881), maire de Besançon de 1843 à 1848.

10 Weiss a déjà dénoncé le « fanatisme » du curé Vieille dans son compte-rendu de la mission de 1825 (Journal, ii, 64, 66...). Coindre en parle dans d'autres termes, soulignant son zèle en faveur de la mission de 1825.

11 François-Gabriel Henrion-Staal de Magnoncour (1763-1835). Ce grand propriétaire légitimiste possédait le bel hôtel de la rue Neuve construit en 1776 sur les plans de Bertrand (actuellement Chambre de Commerce du Doubs, 7 rue Charles-Nodier).

12 Voir Anne-Lise Thierry, Une nécropole romantique : le cimetière des Chaprais à Besançon au xixe siècle. Paris, Les Belles-Lettres, 1987, 145 p. (Annales litt. de l’Univ. de Besançon) : reproduction du monument, p. 73.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search