Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1835

Janvier 1835

Texte intégral

11 er janvier. — Journée de brouillard, de pluie et de bise. Beaucoup de monde dans les rues et chez les marchands qui doivent avoir fait des ventes très considérables, surtout les confiseurs. Partout des voitures plus nombreuses que les années dernières.

  • 1 Morand.

22 janvier. — Les fêtes et les bals se succèdent sans interruption, mais le plaisir n'a pas encore le pouvoir de réunir les deux ou trois partis qui divisent toute la France, excepté Paris, ville à part sous ce rapport comme sous beaucoup d'autres. Les nobles qui ne vont pas aux bals du préfet ne se font pas scrupule d'aller danser chez le général1. De leur côté, les bourgeois, les banquiers et leurs femmes se trouvent plus à l'aise dans les salons de la préfecture que dans ceux de l'Etat-major ; les uns et les autres vont où ils ont l'espoir de rencontrer un plus grand nombre de personnes qui leur conviennent. Dans nos divisions politiques dont on fait grand bruit, la vanité joue un rôle plus important qu'on a l'air de le croire, peut-être même au fond ne sommes-nous divisés que par la vanité.

  • 2 En 1829 une ménagerie s'était installée à Granvelle, où se tient celle-ci (Journal, 1er avril 1835 (...)

33 janvier. — Depuis quelques jours, la ménagerie de Martin est à Besançon2, mais le maître y est encore attendu. On raconte des choses surprenantes de son adresse à dompter les animaux les plus féroces, non seulement les lions, mais les tigres et les panthères lui sont soumis et il joue, dit-on, avec eux comme on pourrait le faire avec des chiens dociles.

44 janvier. — Les bureaux de la Caisse d'épargne, établie à Besançon par une ordonnance royale, ont été ouverts aujourd'hui pour la première fois, dans l'ancien logement du secrétaire général de la préfecture, rue des Bains de Chamars. On espère que cet établissement aura la plus heureuse influence sur la classe pauvre. Certainement il fera du bien, mais moins qu'on le croit. Ce n'est qu'avec le temps qu'on peut corriger le peuple de ses penchants vicieux et l'habituer à l'ordre et à l'économie.

55 janvier. — Un vol a été commis hier chez M. Boucley, récemment arrivé à Besançon pour y remplir les fonctions d'inspecteur de l'Académie. On lui a pris tout ce qu'il avait d'argent comptant, des bijoux et ceux de sa femme ainsi que plusieurs foulards et madras. La police est à la recherche des voleurs.

66 janvier. — Notre artiste Gigoux vient de lancer le prospectus d'une édition de Gil Blas, qu'il se propose de publier avec un très grand nombre de dessins et de vignettes de sa composition, gravés par les meilleurs artistes de France et d'Angleterre. Cette édition qui ne coûtera que 12 francs aux souscripteurs sera d'ailleurs un chef-d'œuvre de la typographie.

  • 3 Claude-Félix-Frédéric Muguet, négociant, conseiller municipal à Besançon, est le frère aîné de Den (...)

77 janvier. — M. Félix Muguet3 est mort hier à Besançon dans un âge assez avancé. C'était un excellent citoyen ; quoiqu'il ne pût être atteint par les lois de la réquisition, il s'enrôla dans un des bataillons de volontaires du département et fit plusieurs campagnes sur le Rhin. Nommé après administrateur des hospices et membre du conseil municipal, il a rendu d'importants services dans toutes les fonctions dont il a été chargé. Il avait des connaissances étendues en administration et en économie politique. Il avait acquis, il y a une vingtaine d’années, une ferme aux Graviers Blancs, sur un terrain assez stérile ; il y a fait d'utiles améliorations et y a planté une quantité d'arbres assez considérable pour mériter le prix que la société royale d'Agriculture accorde à ceux qui font de nouvelles plantations.

88 janvier. — Dusillet continue à lire dans les sociétés des chapitres de son roman de Frédéric Barberousse. Je lui ai entendu lire hier chez l'avocat Curasson la description d'une éruption de l'Etna. C'est un tableau admirable par l'énergie et la vérité des couleurs. Le comte d'Augicourt assistait à cette soirée. Il n'a pas manqué de faire de grands compliments à l’auteur qu'il avait interrompu plusieurs fois en répétant le mot : « Charmant, charmant, c'est charmant ! »

  • 4 Le baron Charles-François Desbiez de Saint-Juan (1785-1862). Cette épître est intitulée « Epître à (...)

99 janvier. — La séance particulière de l'Académie avait attiré plus d'auditeurs que de coutume. Parmi les membres présents se trouvaient MM. Courvoisier et Dusillet, qu'on n'est pas habitué malheureusement à y rencontrer. M. L'avocat général Maurice, nouvellement admis, a lu un discours sur le romantisme qui n'a que deux petits défauts : c'est qu'il n’y a pas une seule idée et qu'il est très mal écrit. M. de Saint-Juan4 a lu ensuite une épître qu'il m'adresse et qui n’est rien moins que bonne ; Dusillet y a cependant découvert quelques vers passables. Dusillet a des yeux de lynx.

1010 janvier. — M. le marquis de Saint-Mauris, en adressant sa souscription à la Galerie métallique franc-comtoise, demande s'il ne serait pas possible d'y faire figurer un personnage qui, sous le règne de Louis XIV, a rendu d'importants services au pays et s'est d'ailleurs distingué par ses talents militaires. Il est facile de deviner que le bon marquis désirerait bien de voir quelqu’un de ses ancêtres figurer dans la galerie numismatique ; mais loin de blâmer cette espèce de vanité, je voudrais pouvoir l'encourager par tous les moyens. Il est évident que le patriotisme n'est que l'esprit de famille étendu à une province, à un royaume si l'on veut, et que rien n'est plus opposé à cette vertu que la philanthropie de nos prétendus philosophes.

1111 janvier. — M. Cuenot, juge d'instruction depuis la Révolution de 1830, grand bellâtre infatué de sa personne, mais sans esprit, sans talent et sans connaissance même dans sa partie, est dit-on très recherché du beau sexe, ce qui ne me surprend pas. Il vivait assez publiquement avec une dame Bonnet, jeune et jolie personne ; et M. le juge d'instruction s'étant marié lui-même, il y a quelque temps, n'a pas cru devoir rompre cette liaison. Il en est résulté que la dame Bonnet, devenue enceinte et craignant que son mari, absent, en vînt à découvrir sa faute, s'est empoisonnée avec de l'opium. Son amant, qui se trouvait dans sa chambre lorsqu'elle a pris le poison, a couru chercher un médecin. Les secours ont été administrés assez promptement pour la sauver, et on la croit entièrement hors de danger, mais son imprudence a révélé le mystère de sa liaison à toute la ville. L’amant ne s'en est pas moins montré dans les soirées avec sa femme, bravant ainsi l'opinion pour détourner les soupçons. Mais il est à craindre que le mari, qu’on dit jaloux et violent, ne revienne dans ce moment et que son retour ne soit le signal de quelque épouvantable catastrophe.

1212 janvier. Manuel de l'usager dans les bois communaux par M. Armand Marquiset, sous-préfet, Besançon, Gauthier, in-18.

  • 5 Peut-être Aimé-Napoléon Perrey (Damblin 1813-Pont-de-Roide 1883), auteur de figures décoratives et (...)

1313 janvier. — Le sculpteur Rambert, qui s'est fixé depuis quelque temps à Besançon, est né à Lons-le-Saunier. Il est élève de l'école de Dijon, fondée par notre Devosge. Ainsi la capitale de la Bourgogne que nous avons peuplée d'artistes dans le xviiième siècle commence à s'acquitter envers nous. C'est un homme de talent et je serais bien aise que Gigoux l'employât à graver quelques-unes de ses vignettes pour l'édition pittoresque de Gil Blas. Rambert sculpte en bois mieux que Perret5 et il est infiniment moins cher puisqu'il se contente de gagner 5 à 6 francs par jour. Depuis qu'il est ici, il a gravé pour Montarsolo une suite de sujets pour une édition in-32 des Fables de La Fontaine qui n'a point encore paru. Il grave en ce moment des animaux pour une édition de Buffon. C'est un homme, je le répète, qui fait honneur à la province et qui, s'il est secondé, lui en fera beaucoup plus par la suite.

  • 6 Les initiales (difficiles à lire) de cet instituteur déjà cité en 1826 par Weiss (Journal, ii, p.  (...)

1414 janvier. Choix de lectures instructives et amusantes par E.-G.-L. Billet6, Salins, imprimerie de Considerant, in-18.

  • 7 Le tableau est actuellement au Musée Granvelle, à Besançon ; il représente René Boutin de Diancour (...)

1515 janvier. — La belle demoiselle de Castillon, que tous les gens de son âge se rappellent d'avoir vue si ravissante il y a quelque trente-cinq ans, a voulu revoir encore une fois la ville où elle passé sa jeunesse ; tous les amis qu’elle y avait laissés ont vieilli avec elle ; elle est inconnue à la génération qui tient actuellement le premier rang dans les bals et les soirées. Pendant deux mois qu’elle est restée ici, elle est peu sortie, mais elle n'a pas voulu repartir sans visiter la Bibliothèque dont je lui ai fait les honneurs de mon mieux. Elle a été pour moi très généreuse, quoiqu'elle me connût à peine de nom et elle m'a dit que par son testament elle faisait honneur au Musée de Besançon d'un grand tableau de Largillière7 représentant la famille Boutin qui a laissé d’honorables souvenirs dans cette ville.

  • 8 Joseph-Théophile Foisset, de la Côte-d'Or (1800-1873), magistrat et écrivain, siégera en 1850 comm (...)

1616 janvier. — J’ai reçu hier une de ces visites dont on aime à conserver un éternel souvenir ; j’ai passé tout l’après-midi sans le moindre regret, quoique j’aie une effrayante besogne, à battre le pavé de nos rues, à regarder les façades de nos maisons espagnoles, à pénétrer dans nos églises qui, malgré leur nudité, paraissent encore riches à l’étranger qui vient de parcourir la France, dans la compagnie de Léon Buet, l’ami de Foisset8 et l’un des hommes les plus aimables et les plus spirituels de la génération qui s'avance à grands pas pour remplacer la nôtre. De ma vie je n'ai éprouvé une sympathie plus vive pour quelqu'un qui m'était absolument étranger, dont le nom m'était tout à fait inconnu avant qu'il m'eût fait remettre la carte sur laquelle il avait ajouté au crayon : « ami de Th. Foisset », comme pour lui servir d'introduction. Il n'avait rien de particulier à me dire, il n’avait même pas le désir de voir la Bibliothèque où il n'a pas mis les pieds. Il voulait me voir sur ce que Foisset lui avait dit de moi, et voilà tout. Cependant nous nous sommes mis à parler du mouvement littéraire, d'arts, de tableaux, de la France, de l'Allemagne, et il était cinq heures que nous n'avions pas tout dit. Nous aurions voulu dîner ensemble, mais cela n’était pas possible. Je l'ai reconduit à son hôtel. En me quittant, il m'a remercié de la bonne soirée qu'il me devait par ces mots : « Je me sépare de vous avec autant de peine que si vous étiez un allemand ; c'est la seule expression qui puisse vous exprimer toute ma reconnaissance. » M. Léon Buet est d'Angers ; il a terminé ses études à Paris, et puis il est allé refaire son éducation scientifique en Allemagne. Il s'est marié à Munich avec une femme suivant son cœur et il retourne près d'elle. Heureux homme ! Dans la soirée, il a été voir l'abbé Gousset dont il avait une haute idée, et puis l'abbé Doney dont il connaît les opinions philosophiques. M. Buet est un grand ennemi de la centralisation intellectuelle, il fait des vœux ardents pour l'affranchissement des provinces et il trouve que sous ce rapport la Prusse, qu'avec nos préjugés nous croyons la terre classique du despotisme, est très supérieure à la France.

  • 9 Jean-Agathe Micaud (1770-1860).

1717 janvier. — Viancin vient de faire une fort jolie chanson à l’occasion du mariage de Mlle Micaud, fille cadette du premier adjoint de la mairie9. C'est le mot adjoint qu'il a choisi pour son refrain et il en a tiré très bon parti. Le dernier couplet dans lequel il dit que pour la chanson Béranger n'a pas d'adjoint a été surtout très applaudi.

1818 janvier. — L'association de Sainte-Cécile a entendu les couplets de son trésorier. Elle a fait face à toutes ses dépenses avec moins de mille écus, et il lui reste un boni de quatre cents francs. Mais pour qu'elle pût se passer des secours précaires du département, il faudrait 150 souscriptions et elle n'en a que 93. C'est vraiment une honte pour les personnes aisées de ne pas prendre part à cet acte de bienfaisance. Quel pays et surtout quel siècle !

1919 janvier. — Le jeune Baille est parti ce matin pour Paris où il va perfectionner ses dispositions pour la peinture dans les ateliers des maîtres. C'est le premier artiste qui ait été pensionné par la ville ; elle ne lui donne que 500 francs par an, mais il faut espérer que dans la suite elle se montrera plus généreuse envers des hommes qui peuvent l'honorer par leurs talents.

  • 10 Des fiacres ont à nouveau circulé dans Besançon, avec un arrêt place Saint-Pierre, à la fin du siè (...)

2020 janvier. — La pluie qui tombait à torrents depuis trois jours s'est changée tout à coup en neige, les rues en ont été encombrées, et comme il n'avait pas été possible de déblayer le devant des maisons, lorsqu'elle a fondu dans l'après-midi, on a vu se former dans les principales rues des flaques d'eau de huit à dix pieds de large qu'il était impossible de franchir. Tous les piétons inaguerris ont donc été confinés chez eux. En allant chez M. de Saint-Juan où j'était invité à dîner, j'ai beaucoup regretté les fiacres de l'Ancien Régime qui stationnaient sur la place Saint-Pierre10 ; mais en dépit du progrès, j'aurais eu de la peine à faire pour moins de quatre ou cinq francs une course qui ne m'aurait coûté, il y a cinquante ans, qu'une pièce de 15 ou 20 sols.

2121 janvier. — Le fameux Gilbert qui, sous le nom de Miran, a dominé si longtemps notre jeunesse, vient enfin de terminer son rôle dans cette ville. Le jugement qui le condamnait au poteau a reçu son exécution : vêtu d'une blouse grise, un bonnet de coton sur la tête, il était méconnaissable ; une foule immense remplissait les avenues de la prison et la place tout entière. Mais cet homme jadis si rempli d'insolence était tremblant. A peine pouvait-il se soutenir et il a fallu lui donner une chaise. Ses ennemis eux-mêmes n’ont pu le voir dans cet état sans éprouver un sentiment de pitié.

2222 janvier. — Hier, peu d'instants avant la nuit, un rocher de la Citadelle s'est détaché et, en tombant, a écrasé la tannerie construite près de la Porte Taillée. Heureusement, aucun des ouvriers ne s'y trouvait à cette heure-là. C'est une perte considérable pour le propriétaire qui n'était déjà pas très riche. D'après de nouveaux renseignements pris sur le terrain, la chute du rocher a eu lieu le 20, vers les neuf heures du soir. Le bruit qu'il a fait en tombant a été comparé par une jeune fille du quartier à un fort coup de tonnerre. La tannerie est entièrement couverte par les débris, et quoique depuis deux jours on s'occupe à les enlever, on n'aperçoit pas encore le moindre vestige du bâtiment. Toutes les maisons du voisinage ont été plus ou moins ébranlées par la secousse. Différents fragments de rochers restés suspendus font craindre de nouveaux accidents.

2323 janvier. — La Chambre de commerce de Besançon vient de décider qu'elle ferait frapper un nouveau jeton pour ses membres. L'exécution en est confiée à M. Maire. La face représentera le Doubs, appuyé sur une urne penchante, tenant d’une main une corne d'abondance et de l’autre une rame, symbole de la navigation. A ses pieds on verra les armes de la ville et sur le fond une vue de la Citadelle. Le revers présentera ces mots : « Chambre de Commerce de Besançon » entourés d’une couronne d'olivier. Cette médaille sera payée 600 francs à l'artiste.

2424 janvier. — Encore un nouveau romancier franc-comtois. Celui-ci est un jeune homme de Pontarlier nommé Guyon. Employé dans les douanes comme contrôleur, il fut convaincu d'avoir favorisé la contrebande qu'il était de son devoir d'empêcher et condamné à vingt ans de travaux forcés. Les juges eurent pitié de sa jeunesse et sa peine, commuée en une détention, lui fut remise au bout de quelques années. Devenu libre et sans emploi, il s'est mis à composer des livres. Il vient de terminer un roman en quatre volumes : Le jeune montagnard du Jura et il a remis son manuscrit à Auguste Demesmay, de qui je tiens ces détails, pour le vendre à quelque libraire de Paris.

  • 11 Directeur de l’artillerie à Besançon (Annuaire du Doubs, 1835).

2525 janvier. — J'ai dîné chez le colonel Klie11 avec le bon et respectable professeur Servois, dont j'ai appris quelques particularités qui pourront servir à son biographe futur. Né en 1767, il professait à vingt ans la philosophie à l’abbaye de Montbenoît où le Séminaire de Besançon venait d'établir une école préparatoire. Il fit imprimer en 1788 aux Verrières des thèses latines qui firent assez de bruit. Il en adressa un exemplaire à l'abbé Grandjacquet, connu déjà dans le pays par le mot d'un théologien, qui lui fit compliment de sa bonne latinité. En 1800 il a professé dans les écoles d'artillerie à Besançon, à Plaisance, à Toulouse, à Metz, à Strasbourg et enfin à Paris. Il a remplacé notre compatriote Damoiseau comme bibliothécaire de l'Ecole d'artillerie de Paris. Depuis qu'il est retiré dans nos montagnes, il continue de s'occuper de recherches chronologiques, mais je ne pense pas qu'il en publie jamais le résultat.

  • 12 L'affaire a eu plus tard un grand retentissement et a provoqué une crise politique en 1847, avec n (...)

2626 janvier. Aux concitoyens des départements de l'Est, un de leurs concitoyens (A. Parmentier), Besançon, imprimerie de Gauthier, in 4°. M. Parmentier a découvert une mine de sel gemme dont le gouvernement lui a interdit l'exploitation. Condamné par tous les tribunaux, après avoir épuisé tous les degrés de juridiction, il fait appel à ses compatriotes dans l'opuscule dont on vient de transcrire le titre, et cherche à leur prouver que sa cause est celle de tous les propriétaires12.

2727 janvier. Méditations religieuses et politiques d'un exilé par Mgr Tharin, ancien évêque de Strasbourg, Lyon, Rusand, in-18.

28Petit cours d’éloquence, par Bonvalot, Paris, imprimerie de Poussielgue, in-18.

2928 janvier. — Séance de l'Académie. Le discours du préfet était trop long parce qu'il n'avait pas eu le temps de le faire court. Après avoir reconnu que les Académies ont rendu d'importants services aux lettres et aux sciences, il déclare qu'à cet égard leur tâche est finie, mais que leur tâche actuelle est de raffermir la société sur ses bases ébranlées en faisant une guerre active aux mauvaises doctrines. Beaucoup et même trop de politique, un tableau de la Révolution très difficile à faire en présence d'un public composé de prêtres, de femmes et de jeunes gens, mais de bonnes vues, le ton de l’honnête homme. Une épître de Saint-Juan sur le romantisme, pièce médiocre ; rapport beaucoup trop long du secrétaire perpétuel sur les travaux de l'année ; une légende d'Outre-Rhin sur la mort de Roland par Aug. Demesmay, où l'on trouve de la facilité, du naturel et de l'intérêt ; le chapitre sur l'éruption de l'Etna, du roman de Frédéric Barberousse par Dusillet, avec un préambule très plaisant et qu'il a débité de manière à égayer l'assemblée, ordinairement très sérieuse ; et enfin une ballade de Viancin fort triste, ont complété la séance à laquelle assistaient le général Morand et l'archevêque.

3029 janvier. — Laumier, le rédacteur de la Sentinelle du Jura, mais qui a d'autres titres littéraires plus dignes d'estime, était venu de Lons-le-Saunier pour assister à la séance de l'Académie. Nous avons dîné hier à la Préfecture et aujourd'hui chez Lancrenon. C'est un homme d'esprit et de cœur mais qui a des idées singulières. Habitué qu'il est à se faire des ressources de sa plume, il regarde la littérature comme un métier et voudrait qu'on se fit littérateur comme avocat, médecin.

  • 13 Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690), mémorialiste français dont l'œuvre offre une image fidèle (...)
  • 14 Jean-Charles-Léonard Sismonde de Sismondi (1773-1842) ; cet historien et économiste suisse publia (...)

3130 janvier. — Nous avons dîné aujourd'hui chez Madame <Hugel> avec Laumier. Pérennès n’avait pas pu y venir à cause de son cours qu'il commence à cinq heures et demie, mais il est venu nous rejoindre à huit heures. Le dîner a été fort gai. Dusillet, au dessert, nous a chanté son pot-pourri d'Hippolyte que Laumier ne connaissait pas encore. Laumier nous a parlé de ses projets littéraires mais il ne peut en exécuter aucun à Lons-le-Saunier, faute d'une bibliothèque où il trouverait les matériaux nécessaires. Lorsqu'il a quitté Paris, il venait de vendre une Histoire de la prostitution en France dont il a touché le prix, mais qui n'a point paru ; il n’en est pas fâché parce que la publication des Mémoires de Saint-Simon et de Tallemant des Réaux13 lui a fait voir que son œuvre n'est pas complète. Singulier aveu ! Il se proposait de faire successivement une Histoire du clergé pour laquelle il avait déjà rassemblé de nombreux matériaux, et enfin une Histoire des Français. Sismondi14 lui a pris son titre, mais le plan de cet ouvrage diffère tout à fait du sien. Laumier s'est proposé pour modèle l'essai de Voltaire sur L'esprit et les mœurs des nations, mais il se trouve trop vieux pour l'entreprendre et il a répété plusieurs fois : « Ah ! si j'avais vingt ans de moins, je donnerais le premier volume dans dix-huit mois. » Il retourne demain à Lons-le-Saunier, content de notre accueil et décidé à revenir nous voir de temps en temps.

3231 janvier. — Hier, on a distribué dans les cafés l'annonce de l'Histoire de Colin le fédéré depuis sa naissance jusqu'au jour de sa condamnation par la cour d'assises de Besançon, par M. Joly, avocat. Ce Colin est le chef d'une bande de voleurs qui ont exploité depuis deux ans la ville et les environs, et qui viennent d’être condamnés, les uns aux travaux forcés à temps et les autres à plus ou moins d’années de réclusion. Colin lui-même, plus que septuagénaire, n'a été condamné qu'à dix ans de détention.

Notes

1 Morand.

2 En 1829 une ménagerie s'était installée à Granvelle, où se tient celle-ci (Journal, 1er avril 1835) ; au milieu du siècle, c'est au Clos Saint-Amour que les cirques montaient leurs installations. J.-F. Muiron... Le paillard septuagénaire, éd. par F. Lassus, p. 267, et G. Coindre, Mon vieux Besançon...,3e éd., p. 467.

3 Claude-Félix-Frédéric Muguet, négociant, conseiller municipal à Besançon, est le frère aîné de Denis-Louis Muguet (mort en 1829), premier président de la Chambre de Commerce, et du conventionnel Hyacinthe Muguet de Nanthou.

4 Le baron Charles-François Desbiez de Saint-Juan (1785-1862). Cette épître est intitulée « Epître à un ami » et figure dans les Mémoires de l'Académie de Besançon, séance de janvier 1835.

5 Peut-être Aimé-Napoléon Perrey (Damblin 1813-Pont-de-Roide 1883), auteur de figures décoratives et de sculptures sur bois (Brune, Dictionnaire des artistes...).

6 Les initiales (difficiles à lire) de cet instituteur déjà cité en 1826 par Weiss (Journal, ii, p. 95) sont bien E.-G.-L.

7 Le tableau est actuellement au Musée Granvelle, à Besançon ; il représente René Boutin de Diancourt (ou Diencourt) et sa famille.

8 Joseph-Théophile Foisset, de la Côte-d'Or (1800-1873), magistrat et écrivain, siégera en 1850 comme conseiller à la Cour de Dijon. Auteur de plusieurs travaux littéraires, il collabora à la Biographie universelle des frères Michaud ; il avait édité en 1833 les œuvres de Ch. Beugnot avec une notice.

9 Jean-Agathe Micaud (1770-1860).

10 Des fiacres ont à nouveau circulé dans Besançon, avec un arrêt place Saint-Pierre, à la fin du siècle, comme l'attestent entre autres sources des cartes postales. Aujourd'hui encore, une station de taxis se tient sur la même place.

11 Directeur de l’artillerie à Besançon (Annuaire du Doubs, 1835).

12 L'affaire a eu plus tard un grand retentissement et a provoqué une crise politique en 1847, avec notamment une tentative de suicide du ministre des finances, Teste ; Victor Hugo, dans Choses vues, a fait un rapport du procès à la Chambre des Pairs et l'affaire a été l'occasion d’un grand nombre de factum les plus divers. Cf. L. Malnoury, Les procès de l'histoire comtoise, 1ère série, Besançon, 1930.

13 Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690), mémorialiste français dont l'œuvre offre une image fidèle de la société de son temps.

14 Jean-Charles-Léonard Sismonde de Sismondi (1773-1842) ; cet historien et économiste suisse publia une Histoire des Français (1821-1844).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search