Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1834

Octobre 1834

Texte intégral

11 er octobre. — On a découvert aujourd'hui dans les fondations de la nouvelle halle une tombe sur laquelle sont sculptés des ciseaux ouverts. Elle est entourée d'une inscription en caractères gothiques. Lorsqu'elle aura été transportée à la Bibliothèque, je tâcherai de découvrir la famille à laquelle cette tombe appartient, mais je n'en connais aucune dans la province qui ait des ciseaux sur ses armes.

  • 1 Les tables décennales de Besançon indiquent les naissances de Jean-Pierre, Joseph, François et Eti (...)

22 octobre. — Une femme des Quatre-Vents, territoire de Besançon, est accouchée hier de quatre enfants qui ont été baptisés et qui, dit-on, se portent bien. Cette femme se nomme Pidancet1. D'une première couche, elle a déjà eu trois enfants. Ainsi c'est sept en deux fois.

  • 2 Parmi les académiciens survivants appelés à reconstituer l'Académie en décembre 1805, Jean Cousin,(...)

33 octobre. — J'ai seulement appris hier la mort de Guillemet2 ancien professeur de physique à Besançon et ensuite à la Faculté de Lyon. Il était membre de notre Académie après sa réorganisation en 1807, et il a présidé celle de Lyon. Il avait de l'esprit et des connaissances, mais peu de portée dans ses avis et moins encore de jugement. Il est mort misérable.

44 octobre. — J’ai passé la journée avec notre bonne Minette qui a profité d'un petit voyage en Bourgogne, où elle possède une très belle terre, pour venir visiter sa ville natale. Elle est toujours gaie, spirituelle et fait des vers passables avec presque autant de facilité que l’improvisateur français. Elle est née dans la maison qui fait l'angle de la rue de Charmont et du Vignier, au 732. Minette repart demain à 5 heures pour Paris.

  • 3 Rambert, cité par Brune, Dictionnaire des artistes..., supplément, comme graveur sur bois du xixe  (...)

55 octobre. — Je ne savais pas que Besançon possédât en ce moment un rival des Thompson et des Johannot. Il a fallu que Gigoux me le mandât de Paris. Cet artiste se nomme Rambert3 il demeure grande rue no 54, j'ai été le voir hier. Il m'a montré une planche qu'il grave d'après un dessin de Gigoux, dont j'ai été très content.

66 octobre. — Malgré les réclamations des voisins, MM. Gauthier ont obtenu l'autorisation d'établir une machine à vapeur pour le service de leur imprimerie. Ils construisent dans ce moment la cheminée, qui aura 80 pieds de haut.

77 octobre. — M. Pouillet revient des montagnes où il a passé la plus grande partie des vacances. Il y a trouvé dans le canton de Maîche un homme qui, sans éducation, s'occupe avec beaucoup d’ardeur d'histoire naturelle. Il a déjà formé des collections de pierres et de minéraux que M. Pouillet a trouvé fort bien distribuées. Un autre jeune homme du même canton se livre à l’étude des sciences physiques avec non moins de succès. Le savant professeur m'a promis de me donner leurs noms en m'engageant à leur rendre tous les petits services qui dépendent de moi.

88 octobre. — Le véritable choléra des provinces, c'est Paris qui, chaque année, se renforce de tout ce qu'il y a de meilleur et de plus généreux dans leur population. Voici encore un bisontin qui va se perdre dans la capitale du royaume de France. Hippolyte Bidal, à qui l'on a pu reprocher son défaut de jugement, mais qui certes ne manque ni d'esprit ni de talent pour la poésie, est venu m'annoncer qu'il allait dans quelques jours à Paris chercher les moyens de faire fortune. Pauvre jeune homme ! J'ai fait tout ce que j'ai pu, non pour le détourner de son dessein, mais pour lui signaler quelques-uns des écueils qu'il doit rencontrer. Peine perdue ! Il est plein de confiance et Dieu veuille qu'il n’ait pas à se repentir de n’avoir pas écouté mes avis.

  • 4 Iselin de Lanans, famille possessionnée à la veille de la Révolution dans de nombreux villages, ta (...)
  • 5 Lancrenon.

99 octobre. — Les ventes après-décès des derniers rejetons des anciennes familles mettent assez souvent à la disposition des brocanteurs des meubles rares et des tableaux de prix. C'est ainsi que la vente de Madame d'Iselin4 a jeté parmi nos fripiers des tableaux que le petit nombre de nos prétendus connaisseurs laissent aller aux revendeurs de Paris. J'ai vu ces jours derniers chez. Nélaton, place Saint-Quentin, trois petits tableaux sur cuivre qu’un voyageur parisien allait enlever pour quelques écus. Chargé déjà de nos dépouilles, il a remis au lendemain la conclusion de son marché, mais dès qu'il a été parti, j'ai regardé ces tableaux qui m'ont paru fins de couleur et d’une assez belle composition, et je les ai retenus pour le musée futur de la ville, sauf l'approbation du directeur5 à qui je me suis empressé d'en écrire.

  • 6 Le problème du suicide préoccupe les membres de l'Académie, qui le mettent au concours de 1838 : C (...)

1010 octobre. — Pérennès m'a parlé ce soir pour la première fois d'un Cours de littérature qu'il est prêt à mettre sous la presse. S'éloignant de la route tracée par les rhéteurs, il s'est proposé d'examiner l'influence de la littérature sur les mœurs et faction que les mœurs ont à leur tour sur la littérature. En voyant les suicides qui se multiplient si fort aujourd'hui6, il n'hésite pas à en rendre responsables Goethe, Chateaubriand, Byron. Tout en rendant justice à leurs œuvres considérées sous le rapport de l'art, il les flétrit courageusement comme antisociales. Ce cours serait donc entièrement neuf et très propre, s'il restait quelque énergie à l'Université, à être donné en prix dans les collèges.

1111 octobre. — Notre collection de portraits s'est enrichie de celui du vénérable M. Proudhon, doyen de la Faculté de Dijon, notre compatriote. Il a été dessiné par le jeune Lagier, fils du libraire de Dijon et gravé à Paris par un homme très habile. La ressemblance est parfaite.

  • 7 Adelphe Béchet (Poligny 1797-Quingey 1853), conseiller à la Cour, sera élu le 26 août 1835 à l'Aca (...)

1212 octobre. — M. Jouffroy est repassé à Besançon, retournant à Paris. Il n'est resté que vingt-quatre heures. M. Béchet7, chez lequel il était logé, a réuni ce matin à déjeuner avec lui les membres de la commission du cardinal de Granvelle. Nous sommes convenus des bases de ce travail, mais nous ne pourrons prendre une décision que lorsque nous connaîtrons les sommes qu’il sera possible de partager aux travailleurs.

  • 8 Sur l'attribution (à Rubens ou à Van Dyck) du tableau dit du « Président Richardot » et sa copie, (...)

1313 octobre. — M. d’Augicourt vient de faire faire une copie du beau portrait du président Richardot par Rubens8 que l'on voit au musée de Paris, pour l'ajouter à ceux qu’il possède déjà de ses ancêtres. Cette manie d'ancêtres, d'autant plus plaisante que personne n'ignore excepté lui qu’il est d'une famille bourgeoise, nous vaut une bonne copie d'un portrait qui passe pour l'un des meilleurs de Rubens.

  • 9 La ruelle Baron est en effet devenue une rue à part entière (rue Moncey) du Besançon du xixe siècl (...)

1414 octobre. — Clésinger, le premier sculpteur qui se soit enrichi à Besançon, va construire une maison dans la ruelle Baron, la plus étroite et la plus sale de la ville. Comme, en construisant, il va procurer un élargissement notable à cette rue, je ne doute pas que son exemple ne finisse par trouver des imitateurs, et il est possible qu'elle devienne aussi belle et aussi fréquentée qu'elle l'est peu maintenant9.

  • 10 Mémoires de tout le monde, selon l'Annuaire du Doubs, 1835.

1515 octobre. Mémoires de tous10, in 8°. Ce volume, le second de la collection annoncée dans la Bibliographie de la France, no 5520, contient : Histoire et souvenirs de Quiberon par Rouget de l'Isle.

16 Nouveau choix de paraboles de F. Krummacher. Par X. Marmier, Strasbourg, Levrault, in 18 de 3 feuilles.

17— Lysias, Discours contre Erastosthène qui avait été l'un des trente tyrans d'Athènes, texte grec revu sur les meilleures éditions, avec sommaire, analyse et notes par A. Mottet. Paris, Delalain, in 12.

18— Plutarque, De la lecture des poètes, texte grec avec sommaire, analyse et notes par A. Mottet. Paris, Delalain, in 12.

1916 octobre. — La saison est si extraordinaire que la plupart des arbres de nos jardins sont couverts de fleurs comme au printemps. A la rue de Traverse, on voit un pommier chargé de seconds fruits de la grosseur d'une noix, mais que les premiers froids feront tomber.

2017 octobre. — On s'occupe en ce moment de placer à Saint-Jean les vitraux dont le roi Charles X avait fait présent au cardinal de Rohan pour sa cathédrale. Celui du fond, qui est déjà monté, représente l'Assomption de la Vierge et les quatre autres les évangélistes. Ils sont de la plus grande beauté.

2118 octobre. — Le froid est arrivé tout d'un coup. Les habits d'été ont disparu pour faire place à des vêtements plus chauds. Depuis hier, il y a du feu dans toutes les chambres. Aujourd'hui à deux heures, un violent orage a éclaté sur Besançon ; des coups de tonnerre, aussi forts qu'on en ait entendus de l'année, ont été suivis d'un torrent de pluie mêlée de grêlons. L'orage touchait à sa fin quand le tonnerre est tombé au-dessus de la Bibliothèque, mais entraîné par un courant d'air, il s'est dirigé sur la maison Guillaume, place Dauphine, actuellement en construction et est entré dans le grenier où il a mis le feu. Cet accident n'a eu aucune suite.

2219 octobre. — M. Berthevin est reparti aujourd'hui pour Paris, très mécontent des habitants de Besançon et en général de la Franche-Comté où il a bien juré de ne plus remettre les pieds. C'est un homme d'esprit, fort obligeant mais original et rempli d'exigences qui le rendent insupportable. Je pourrais bien m'amuser un jour à faire son portrait.

2320 octobre. — Hier, à l’issue des vêpres, on a chanté un Te Deum à la cathédrale en action de grâces de la nomination du nouvel archevêque. Le prélat est attendu à Besançon pour la mi-novembre.

2421 octobre. — On a trouvé dans les creusages de la place Labourey une meule antique d'une assez grande dimension ; elle est disposée sous le vestibule de la Bibliothèque.

2522 octobre. — Il paraît que Lancrenon trouvera de l'ouvrage à son arrivée. Le curé de Saint-Maurice se propose de lui confier l'exécution du tableau du maître-autel de son église. C’est pour le jeune artiste une occasion de se faire connaître sur le champ, et c'est un grand avantage.

  • 11 Mme Victor Tourangin.

2623 octobre. — Le mauvais temps commence à faire rentrer à la ville quelques-uns de nos émigrants. Madame la préfète11 fait ses visites, elle annonce le projet d'avoir cet hiver des réunions fréquentes et nombreuses. Si l’on peut oublier les débats politiques, tout fait espérer que l'hiver sera plus agréable que les précédents pour les amateurs de fêtes et de soirées.

2724 octobre. — Madame Barbaud a dit en parlant de la maison que M. Grillet fait bâtir rue Saint-Vincent : « C'est le théâtre de Talma. » Ce mot a fait fureur, parce qu’il contient une allusion au goût très prononcé de Grillet pour la déclamation, goût qui lui avait valu le surnom de notre grand acteur tragique.

2825 octobre. — Auguste Demesmay m'a communiqué une fort jolie légende dont il a rapporté le sujet de son voyage en Allemagne. C'est une aventure d'amour du pauvre Roland que les bateliers du Rhin supposent mort près de Cologne, du chagrin d'avoir vu la belle Elisande, dont la main lui était promise, se retirer dans un couvent. Il y a beaucoup de naturel et de simplicité dans ce récit. Peut-être est-il un peu longuet, mais il serait difficile d'en rien retrancher sans l'exposer à perdre quelque agrément.

  • 12 Ce Jean-Baptiste Cleiber, selon l'orthographe de l'impartial, né en 1746 à Besançon, n'est pas le (...)

2926 octobre. — Tandis qu'on s'occupe à Strasbourg d'élever un monument à la gloire de Kléber, que l'on supposait né dans cette ville, on vient de découvrir sa date de naissance sur les registres de la paroisse Sainte-Madeleine de Besançon. Kléber12, né en 1746, était fils d'un teinturier. L'Impartial, qui a paru ce matin, contient cette nouvelle qui ne peut manquer de faire une grande sensation.

3027 octobre. — Il n'est bruit que d'une demande d'emprunt d'un million faite par un particulier qui veut rester inconnu et qui offre à ses créancier un gage de deux millions en biens fonds dans le ressort de la cour royale de Besançon. On s'aventure à deviner le nom de ce Crésus et l'emploi qu'il se propose de faire d'une somme aussi forte. Chacun s'accorde à désigner comme l'emprunteur M. de Magnoncour père, à qui l'on suppose le projet de vouloir frustrer son fils d’une partie de sa succession. Mais rien n’est moins probable, M. de Magnoncour ayant en argent et en billets la plus grande partie de son immense fortune.

3128 octobre. — Le jeune Wey est reparti ce matin pour Paris ; il emporte avec lui les matériaux qu’il a recueillis pendant les vacances pour son roman des sires de Rye ou de Balançon. Son projet est d’y travailler cet hiver et de le faire paraître au printemps prochain.

  • 13 Charles-Toussaint Boucley (1791-1877). Ce professeur de troisième à Besançon en 1816 avait été éca (...)

3229 octobre. — M. Buignet est nommé inspecteur de l'Académie à Bourges, et M. Boucley13, ancien professeur au collège de Besançon, remplace M. Buignet comme inspecteur. Cette nouvelle m’a été donnée ce soir par le professeur Bourgon qui m'a dit la tenir du recteur lui-même.

  • 14 Pierre-Victor Le Rebours, dit Victor (1789-1864), acteur et écrivain (Journal, i et ii).

3330 octobre. — Victor14, avant de retourner en Hollande, s'est arrêté à Besançon pour y faire imprimer le Recueil des divers écrits qu'il a publiés sur le théâtre. Je l'ai vu aujourd’hui à la Bibliothèque où il a passé une partie de l'après-midi à feuilleter quelques livres d'estampes. Il peste fort contre le mauvais goût et la lenteur de nos imprimeurs qui le retiendront ici plus longtemps qu'il ne l'avait prévu.

3431 octobre. — On commence à parler de notre nouvel archevêque. D'après ce que j'en ai entendu dire, il paraît qu'il fera regretter ses prédécesseurs, et particulièrement cet excellent M. Dubourg, l'un des plus dignes prélats que j'aie jamais vus. Celui-ci, avocat sans cause, s'est fait prêtre parce qu'il ne savait plus que devenir. C'est un homme médiocre, sans vue d'avenir, ne faisant rien et ne voulant pas permettre aux autres de faire. On sait déjà que, loin d'encourager les jeunes prêtres à cultiver les lettres, il a manifesté le désir de les voir ne s'occuper que des devoirs de leur ministère, c’est-à-dire croupir dans celte ignorance à laquelle ils ne sont que trop portés et qui a, depuis quelques années, fait tant perdre au clergé de son ancienne et utile influence.

Notes

1 Les tables décennales de Besançon indiquent les naissances de Jean-Pierre, Joseph, François et Etienne Pidancet — avec la mention « jumeaux » — le 2 octobre 1834. Les quatre enfants mourront dans le courant du même mois.

2 Parmi les académiciens survivants appelés à reconstituer l'Académie en décembre 1805, Jean Cousin, L'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon (1954), cite un Guillemet, censeur du Lycée.

3 Rambert, cité par Brune, Dictionnaire des artistes..., supplément, comme graveur sur bois du xixe siècle. L'anglais Charles Thompson avait ouvert en 1817 à Paris un atelier de gravure où étudièrent de nombreux élèves français.

4 Iselin de Lanans, famille possessionnée à la veille de la Révolution dans de nombreux villages, tant dans la région de Roulans que dans celle de Torpes et Thoraise. G. Coindre (Mon vieux Besançon, 3ème éd., p. 397) évoque la figure pittoresque de la baronne d'Iselin, née de Grammont, morte en 1833, sans doute celle dont on disperse les objets précieux. Voir Journal, II, p. 215 (7 janvier 1832).

5 Lancrenon.

6 Le problème du suicide préoccupe les membres de l'Académie, qui le mettent au concours de 1838 : Causes er remèdes du suicide, dont l’abbé Doney fit le rapport ; voir aussi « Du suicide et de ses causes », texte de 1831, dans Jean-François Muiron... Le paillard septuagénaire..., éd. par F. Lassus, p. 171.

7 Adelphe Béchet (Poligny 1797-Quingey 1853), conseiller à la Cour, sera élu le 26 août 1835 à l'Académie de Besançon.

8 Sur l'attribution (à Rubens ou à Van Dyck) du tableau dit du « Président Richardot » et sa copie, voir la note de Léo van Puyvelde dans Pierre de Menthon, Richardot, Choisey, Menthon : une famille franc-comtoise, Lons-le-Saunier, Marque-Maillard, 1983, pp. 190-192.

9 La ruelle Baron est en effet devenue une rue à part entière (rue Moncey) du Besançon du xixe siècle. Elle a été ouverte en 1838 et bordée de chaque côté de façades toutes identiques. Charles Fourier avait eu le projet d'ouvrir à l'emplacement de sa rue natale une galerie marchande couverte...

10 Mémoires de tout le monde, selon l'Annuaire du Doubs, 1835.

11 Mme Victor Tourangin.

12 Ce Jean-Baptiste Cleiber, selon l'orthographe de l'impartial, né en 1746 à Besançon, n'est pas le général Kléber, né effectivement à Strasbourg, en 1753.

13 Charles-Toussaint Boucley (1791-1877). Ce professeur de troisième à Besançon en 1816 avait été écarté pour ses opinions libérales et envoyé à Amiens, puis à Rouen. C'est grâce à l'appui de Paul François Dubois, le directeur du Globe, inspecteur général en 1834, qu'il revient à Besançon. Il sera ensuite recteur à Cahors et à Pau. Neuf lettres de lui à Weiss sont conservées à la Bibliothèque municipale de Besançon.

14 Pierre-Victor Le Rebours, dit Victor (1789-1864), acteur et écrivain (Journal, i et ii).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search