Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1834

Juillet 1834

Texte intégral

11 er juillet. — M. Naudet est venu visiter aujourd'hui la Bibliothèque. C'est un fort bel homme d'environ 45 ans, un peu fatigué par les veilles mais qui doit être encore fort bien lorsqu’il est en toilette. Il a passé près de trois quarts d’heure à regarder nos livres. J'ai voulu lui faire voir les noms des bâtards du cardinal de Granvelle, mais je n’ai jamais pu retrouver l’histoire du mariage de sa fille avec le trésorier des Etats de Flandres. M. Bourdon est venu le rejoindre. Ces deux messieurs partent demain à cinq heures pour Poligny.

  • 1 Jean-Pierre Dantan, dit Dantan le jeune (1800-1869), sculpteur, exposait ses portraits bouffons de (...)

22 juillet. — A cinq heures ce matin, M. Dantan1, sculpteur de l’école romantique, était à la porte de ma chambre. Il arrive de Rome où il a beaucoup vu M. Flavien de Magnoncour qu’il a accompagné dans son voyage en Sicile, dont les principales vues lui ont fourni des dessins assez nombreux pour en composer un album. M. Dantan est un homme de trente ans, portant des moustaches et la barbe des artistes de la Renaissance. Malgré ce ridicule, il ne manque pas d’esprit et m’a paru très bon enfant. Il doit rester quelque temps ici pour aider M. de Magnoncour à mettre en ordre son cabinet d’antiques. Je trouverai donc encore quelques occasions d’en reparler.

33 juillet. — Quelques membres de l'Académie se sont réunis pour offrir à dîner à notre ami Jouffroy. Nous n’étions que neuf ou dix, mais choisis. Génisset, Viancin, Pérennès, Trémolières, le conseiller Bourgon, etc. Le dîner commandé par Pérennès chez Migon était excellent. Bonne chère et bon vin, rien n’a manqué. Au dessert, Pérennès, qui s’était concerté avec moi, a porté la santé de Jouffroy au bruit des verres de vin de champagne. Jouffroy y a répondu par une protestation de dévouement à la province et à l’Académie. Il était vivement ému. Les conversations particulières se sont engagées et ce n’est qu’à plus de dix heures du soir que nous avons reconduit à son domicile l'honorable académicien député.

  • 2 L’abbé Léon Robin, curé à Montmorot puis à Salins, était membre de la Société d'émulation du Jura. (...)
  • 3 Jean-Baptiste Marsoudet (1762-1843). Né aux environs de Salins, il devint avocat après avoir été a (...)

44 juillet. — L’abbé Robin2, élève de Considerant, vient de m’être adressé par Marsoudet3 qui demande son association à l’Académie. Auteur d’une bonne grammaire fondée sur les principes des Dumarsais, Beauzée et des Lemare, d'un dictionnaire polyglotte en huit langues et de quelques autres opuscules, M. Robin a des droits incontestables à l'honneur qu'il sollicite ; mais notre Académie fait la dédaigneuse et la délibération qu'elle vient de prendre pour réduire à quarante le nombre des associés de la province ne permettra probablement pas de recevoir avant un an ou deux M. Robin au nombre des immortels.

  • 4 Césaire Mathieu (1796-1875) avait commencé sa carrière ecclésiastique à Paris, fut confesseur de l (...)

55 juillet. — Monseigneur Mathieu4 ancien curé d'une paroisse de Paris et aujourd'hui évêque de Langres, vient d'être nommé à l'archevêché de Besançon. On en a reçu la nouvelle officielle à l'archevêché. Monseigneur Mathieu est un homme de 38 ans, d'une forte santé. Les prêtres de son diocèse en parlent avec estime et témoignent leurs regrets de son éloignement.

66 juillet. — Notre sculpteur Maire vient d'achever le projet d'une médaille destinée à consacrer le souvenir du legs que M. Paris a fait à notre Bibliothèque. Cette médaille du plus grand modèle représente le maire entouré du conseil lisant les dernières dispositions de M. Paris devant son buste, placé comme dans son cabinet sur un piédestal. Au revers est la délibération du conseil qui accepte le legs en décidant qu'une salle sera construire pour le recevoir. M. Maire demandait 1.200 fr. pour en livrer cent ; c'est cent souscripteurs à 12 fr. Il est douteux dans ce siècle de fer qu'il puisse trouver cette somme, si le conseil municipal n'en vote une partie. Quelle pitié !

  • 5 Joseph Hammer.

77 juillet. — Marmier, qui vient de passer une année en Allemagne, est arrivé ce matin de Vienne. L'un des derniers numéros de la Revue germanique contient le récit de son séjour en Autriche dont, suivant lui, les habitants sont cent fois plus heureux sous le rapport matériel que les français ne le seront jamais avec la charte, les assemblées délibérantes et le régime électif. Il m'a remis pour notre Bibliothèque un exemplaire d'un ouvrage en langue turque, publié par le célèbre Jos. Hammer5. C'est une véritable curiosité bibliographique, puisque c'est le premier livre turc imprimé en Europe.

  • 6 Sans doute Alexis Piron (1689-1773), l'auteur de la Métromanie en 1738.

88 juillet. — Dimanche dernier, les habitants d'Arbois ont offert au général Delort une fête dans l’endroit même où ils fêtèrent il y a quelques mois la République. Ce n'est pas que le général y soit devenu très populaire. L'habitude qu'il a du commandement, ses habitudes de grand seigneur lui font et lui feront constamment des ennemis de tous ceux qui ne pardonnent pas même à l'homme de talent de s'élever. L'avocat Brion lui a renvoyé sa circulaire aux électeurs de l'arrondissement, après en avoir fait ce que Piron6 se proposait de faire des chansons des Beaunois. Cette grossièreté a peiné le général qui est malade de chagrin et d'ennui.

99 juillet. — Du partage des communaux par Victor Deschamps, Besançon, imprimerie de Montarsolo, in 8° de 3 feuilles. M. Deschamps, fils d'un ancien administrateur du département qui a laissé la réputation d’un honnête homme, est notaire à Bouclans. Je ne connais point la brochure. L'Impartial en l'annonçant a promis d'en rendre un compte détaillé.

1010 juillet. — Flajoulot vient de présenter au conseil municipal le dessin du rideau de la salle de spectacle. C'est une apothéose de Mairet, l'auteur de la Sophonisbe et notre seul auteur tragique jusqu’à Victor Hugo. Le jeune poète, environné de nuages, est présenté par son génie à Melpomène qui dépose sur sa tête une couronne de lauriers. L'idée est vraiment patriotique, mais un groupe de trois ou quatre figures n'est pas suffisant pour remplir une toile qui a un développement très considérable.

1111 juillet. — Traité du domaine public ou de la distinction des biens, considérés principalement par rapport au domaine public, par M. Proudhon, doyen de la Faculté de droit. Dijon, Lagier, in 8°. Trois volumes sont en vente, le premier est orné du portrait de l'auteur.

1212 juillet. — Le général Verdière qui est depuis quelques jours à Luxeuil avec sa famille a, dit-on, été frappé d'apoplexie. Le bruit a même couru dans la journée qu'il était mort. Ses nombreux amis espèrent cependant que cette nouvelle ne se confirmera pas, mais ils ne peuvent se dissimuler que son état est très alarmant.

1313 juillet. — Les voleurs qui paraissaient avoir abandonné notre ville y reprennent le cours de leurs exploits. Avant-hier, on a volé chez M. Thomas, commissaire-priseur, une somme de 1.700 fr. Un sac de mille francs, les bijoux et les montres qui étaient dans son secrétaire et à la cheminée ont été respectés.

1414 juillet. — Nous avons essuyé un orage remarquable par sa violence et par sa durée. Le tonnerre a commencé à gronder à dix heures du soir et n’a pas cessé toute la nuit. Sur le matin, il s'est réveillé avec une nouvelle fureur. Le tonnerre est tombé plusieurs fois ; à Saint-Ferjeux il a renversé quatre ou cinq hommes qui s'étaient réfugiés dans la boutique du maréchal, mais ils en ont été quittes pour la peur et de légères contusions. Au Polygone où les artilleurs étaient à la manœuvre, il est tombé sur la butte ; quelques canonniers, en l'apercevant, ont dit : « Bon, voila le tonnerre qui casse en blanc. » Enfin, il est tombé sur un des magasins à poudre de la Citadelle, mais sans causer le moindre accident. Toute la journée, le temps a été à l'orage mais on n’a plus entendu le tonnerre passé midi.

1515 juillet. — Miran a comparu devant la cour d'assises sous la prévention d'excitation à la haine du Roi et de son gouvernement. L'avocat général Maurice, chargé de soutenir l'accusation, a fait un discours très éloquent suivant ses amis qui se sont empressés de lui en faire compliment. Miran s'est défendu lui-même, n'ayant pu trouver un défenseur dans l'ordre entier des avocats. Il a été acquitté.

  • 7 Giambattista Morgagni (1682-1771), anatomiste et pathologiste italien.

1616 juillet. —De l'influence que l'anatomie pathologique a exercée sur les progrès de la médecine depuis Morgagni7 jusqu'à nos jours, par M. Amédée Guillaume, Dole, imprimerie de Joly, in 8°. Ce mémoire est une réponse à la question proposée par l’Académie royale de médecine de Paris pour le concours de 1834.

1717 juillet. Cours de droit naturel professé à la Faculté des Lettres de Paris (Ann. bibliogr., 1833-34) par Théodore Jouffroy, Paris, Prevost-Crozier, tome 1er, in 8° de 357 pages.

1818 juillet. — M. Bertaut, recteur de l’Académie et l'un de mes amis d'enfance, est gravement malade depuis plusieurs jours. Le mal a fait des progrès d'autant plus alarmants que les médecins n'en ont pas deviné la cause. Ils emploient maintenant les remèdes héroïques, c'est-à-dire l'émétique à grande dose, des cautères, etc., et cependant ils ne parviennent qu'à peine à sortir le malade de son assoupissement. La mort de M. Bertaut serait une perte irréparable pour notre Académie, mais c'est un malheur auquel je ne puis penser. La force de son tempérament et son âge permettent d'espérer une crise salutaire qui le conservera à ses amis, mais on n'ose se flatter qu'il recouvrera ses facultés brillantes, cette force de tête, cette éloquence qui en faisaient un des hommes les plus distingués de la province.

  • 8 Dans le Journal, I, nous voyons Weiss fréquenter assidûment Jolivet pendant son séjour à Paris en  (...)

1919 juillet. — M. Jolivet8, mon ami, est arrivé depuis avant-hier à Besançon pour voir les livres de la bibliothèque Michaud, persuadé que nos amateurs — et il avait bien raison — lui laisseraient encore de fort jolis volumes à glaner. Mais il est impossible de passer la journée tout entière à voir les livres. Cet après-midi, je l'ai conduit à l'archevêché pour voir des tableaux ; il n'y en a pas beaucoup mais tous sont excellents. On y distingue un Paul Véronèse et trois ou quatre chefs-d'œuvres de l'école italienne. L’étonnant c’est que ces tableaux ont tous été achetés par M. Le Coz, pendant son administration, chez les fripiers de Besançon pour des sommes si modiques qu’on a peine à le croire. Il y a là tel chef-d'œuvre qui n'a pas coûté 20 fr. Honte à l'administration municipale de n'avoir pas encore créé un musée qui rivaliserait depuis longtemps avec celui de Dijon.

2020 juillet. — On a reçu des nouvelles satisfaisantes de la santé du général Verdière. Des sinapismes et des saignées abondantes l'ont rétabli promptement, et il annonce qu'il sera de retour à Besançon pour l’époque des fêtes de juillet.

  • 9 Ce restaurant semble avoir été tenu en été pour les repas de noces ou d'associations, par le resta (...)

2121 juillet. — L’Académie a donné hier un dîner à son président, M. Courvoisier, dans la maison Perrenot aux Chaprais9. Nous étions douze. La santé de M. Courvoisier, portée par Pérennes, a été couverte d'applaudissements mérités. Au dessert, Viancin a chanté des couplets de Trémolières qui n’avait pas pu se réunir à ses confrères dans cette circonstance solennelle, et il en a chanté ensuite quelques-uns de lui sur la réunion de l'Académie au cabaret, pleins de grains d'esprit et de naturel. Cette soirée a été charmante, et les convives ne se sont séparés qu'avec le désir de se réunir bientôt.

  • 10 Il est abondamment parlé de Berthevin, ancien administrateur de l'Imprimerie royale, dans le Journ (...)
  • 11 Dans la notice de la Biographie universelle de Michaud, consacrée au sculpteur Pierre-Etienne Monn (...)

2222 juillet. — M. Berthevin10 est arrivé de Paris aujourd'hui, avec le projet de passer trois mois avec nous. C'est toujours le même, un excellent homme plein d’idées qu'il croit excellentes mais dont il n'a pu jusqu'ici réaliser une seule. Il restera quelques jours à Besançon, avant d’aller s'établir avec sa bonne à Saint-Ferjeux où il a fait retenir un appartement. Je l'avais chargé de faire quelques recherches sur le sculpteur Monnot, que j'avais des raisons de croire franc-comtois. Malheureusement il a découvert que cet artiste était le fils d’un maître de pension de Paris. Il attend d’ailleurs des détails sur ses faits et gestes, qui me serviront à lui faire un article dans le supplément de la Biographie11 où il est plus digne de figurer que beaucoup d'autres.

2323 juillet. — Flavien est parti pour Paris avec le sculpteur Dantan ; il se propose de solliciter du ministre les frises du Parthénon pour décorer la salle de sculpture du musée dont nous projetons encore l'établissement. Sans doute il ne tiendra pas à lui que la ville n'acquière un nouveau lustre pendant sa députation.

2424 juillet. — Depuis longtemps j'entendais parler de la bibliothèque de MM. de Scey à Buthiers comme l'une des plus riches de la province en ouvrages anciens et surtout en romans de chevalerie. J'ai été la visiter aujourd'hui. Après en avoir tenu tous les volumes l'un après l'autre, je puis attester qu’elle ne renferme pas dix volumes dignes de figurer dans le cabinet d'un amateur tant soit peu délicat. Le château, qui tombe en ruines, est du xvième siècle ; la distribution n'en est pas commode quoiqu’elle ait déjà subi diverses modifications, mais le parc est délicieux.

2525 juillet. — La ville de Besançon a fait une perte irréparable par la mort de Bertaut, recteur de l'Académie et l'un de nos citoyens les plus distingués. Il n'avait guère que 50 ans. C’était un homme d'une rare capacité et d'une grande force de tête. Il doit laisser presque achevés plusieurs ouvrages sur le vrai dans les arts, sur l'origine et le principe des lois qui, s'il avait eu le temps de les publier, lui auraient fait une réputation durable. Il parlait des arts avec une éloquence extraordinaire, et il les avait presque tous cultivés avec succès. Musicien distingué, il était grand amateur de peinture et, quoique peu riche, il avait formé un cabinet de tableaux, l'un des plus précieux de la province.

2626 juillet. — L'enterrement de notre pauvre recteur a eu lieu à quatre heures à Notre-Dame, sa paroisse. M. Buignet, qu'il avait désigné pour le remplacer pendant sa maladie, était parti par le courrier pour aller solliciter sa succession. Cette conduite a généralement été trouvée indécente et si, par hasard, M. Buignet réussissait à se faire nommer recteur, il y a des gens qui pourraient bien lui en garder rancune.

2727 juillet. — Fête de l'anniversaire des Glorieuses. La revue a été contrariée par le mauvais temps. Le feu d'artifice qui devait être tiré sur la place des casernes a été renvoyé à un autre jour, mais la pluie n'a pas empêché l’illumination des édifices publics ; il y avait même beaucoup de soldats et de peuple dans les rues.

2828 juillet. — Le service pour les victimes de juillet a été célébré à la cathédrale avec une pompe vraiment religieuse. Toutes les autorités y ont assisté. Des détachements des troupes des différentes armes occupaient une partie de l’église et de ses abords. Ce soir le feu d'artifice a été tiré sur la place des casernes. Les amateurs l’ont trouvé assez maigre. La préfecture et quelques maisons particulières ont été illuminées.

2929 juillet. Souvenirs de jeunesse par Charles Nodier, in 8°, imprimerie de Plassan à Paris. C’est le deuxième volume des œuvres de l'auteur. Journ. bibliogr., no 30, 4202.

30 Les ruines, épître à M. de Lamartine par Henri Gresset, in 8°, imprimerie de Courbet à Lons-le-Saunier.

31 Trois pièces nouvelles : Une destinée Chant de mort Chant d'amour, à M. Odille, par Henri Gresset, in 8°, imprimerie de Courbet à Lons-le-Saunier.

  • 12 Madame de Montrond, née Angélique d'Arlus du Tailly, était la mère de Casimir de Montrond, le dipl (...)

3230 juillet. — M. Hippolyte de La Porte est arrivé à Besançon se rendant à Genève où il se propose de passer quelque temps pour satisfaire sa curiosité. Il m'a communiqué la notice qu'il a l'intention de publier sur Madame de Montrond12. Ce soir nous avons pris des glaces chez M. l’abbé de Marguerye. En revenant de l’accompagner à son auberge, j'ai traversé la place Saint-Pierre où j'ai trouvé les pompiers attelés à leurs pompes, précédés de torches et prêts à se diriger vers l'endroit où le sonneur venait d'indiquer un incendie. Une conversation s’est établie entre le chef des pompiers et le sonneur. Celui-ci s'étant mal expliqué, soit qu'il fût ivre ou endormi, a été sifflé par la populace, et il en est résulté une véritable scène de comédie que l'approche de l’orage aura probablement interrompue plus tôt que ne l’auraient désiré les nombreux spectateurs.

3331 juillet. — On a su ce matin que le tonnerre avait mis le feu à Charbonnières, sur la route de Pontarlier. Des voyageurs arrivés de Dole assurent qu’ils ont vu pendant l’orage des incendies se manifester à leur droite et à leur gauche. Cependant, comme on n'a pas reçu dans la journée des nouvelles de ces sinistres, on présume que le tonnerre en tombant n'a pas embrasé les fermes ni les villages sur lesquels il était dirigé.

Notes

1 Jean-Pierre Dantan, dit Dantan le jeune (1800-1869), sculpteur, exposait ses portraits bouffons des célébrités contemporaines (Hugo, Balzac, Rossini, etc...) dans une salle du passage des Panoramas dite Musée Dantan. On peut voir aujourd'hui beaucoup de ses œuvres au Musée Carnavalet. Son frère Antoine-Laurent, dit Dantan aîné, était aussi sculpteur.

2 L’abbé Léon Robin, curé à Montmorot puis à Salins, était membre de la Société d'émulation du Jura. C'est en 1832 qu'il publia un Cours méthodique de grammaire générale. Il mourra en 1882 sans avoir jamais été reçu à l'Académie de Besançon, du moins comme académicien titulaire.

3 Jean-Baptiste Marsoudet (1762-1843). Né aux environs de Salins, il devint avocat après avoir été aide de camp du gouverneur de Besançon, M. de Narbonne-Lara, qui l'introduisit à la cour. Il composa des comédies dont les manuscrits disparurent pendant la Révolution française ou l'incendie de Salins en 1825. Il s'était reconnu le père d'une bisontine baptisée à la Madeleine de Besançon, qui, sous le nom de Minette, devint une actrice des théâtres parisiens et fit fortune. Il appartenait à la Société d’Emulation du Jura et à l'Académie de Besançon comme associé correspondant.

4 Césaire Mathieu (1796-1875) avait commencé sa carrière ecclésiastique à Paris, fut confesseur de la reine Amélie, évêque de Langres en 1833. Il devint cardinal en 1850. Son long règne épiscopal à Besançon a été marqué par son gallicanisme, opposé à l'ultramontanisme du clergé comtois.

5 Joseph Hammer.

6 Sans doute Alexis Piron (1689-1773), l'auteur de la Métromanie en 1738.

7 Giambattista Morgagni (1682-1771), anatomiste et pathologiste italien.

8 Dans le Journal, I, nous voyons Weiss fréquenter assidûment Jolivet pendant son séjour à Paris en 1822. Sur la bibliothèque Michaud, voir plus haut, 16 mai 1834.

9 Ce restaurant semble avoir été tenu en été pour les repas de noces ou d'associations, par le restaurateur Perrenot (ou Pernot), de la Rue Mairet, en ville, dont Coindre assure qu’il était franc-maçon.

10 Il est abondamment parlé de Berthevin, ancien administrateur de l'Imprimerie royale, dans le Journal (11, 18, 19 juin et 27 août 1833).

11 Dans la notice de la Biographie universelle de Michaud, consacrée au sculpteur Pierre-Etienne Monnot (t. 28, p. 644), Weiss confirme la naissance de l’artiste à Besançon vers 1660, mais il fait peut-être allusion ici à Martin-Claude Monnot (1733-1803).

12 Madame de Montrond, née Angélique d'Arlus du Tailly, était la mère de Casimir de Montrond, le diplomate occasionnel de l'Empereur et l'ami de Madame Hamelin. Elle vivait dans l'hôtel de famille de la Grande-Rue à Besançon, au no 123, près de Weiss avec qui elle correspondait. Cf. Terrier de Loray, “Les femmes littéraires en Franche-Comté”, Mém. Acad. Besançon, 1862 ; Eldon Kaye, Les correspondants..., 1987.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search