Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1834

Juin 1834

Texte intégral

11 er juin. — La procession générale s'est faite à l'heure accoutumée. Un piquet d'infanterie ouvrait la marche, et le dais entouré de soldats était suivi par une douzaine de membres de la Cour royale en robe rouge. Les autres tribunaux n'ont pas jugé convenable d'assister à la cérémonie, même par députation. On a remarqué l'absence du général, du préfet et du corps municipal. Tout s'est passé d'ailleurs avec la plus grande décence.

22 juin. — Les royalistes paraissent décidés à se trouver aux prochaines élections. Le serment qu'ils doivent prêter à Louis-Philippe, avant de voter, ne leur fait plus peur. « On n'est pas tenu, disent-ils, de tenir un serment inspiré par la force ou par la nécessité. » Ils ne sentent pas que ce raisonnement pourrait, s'ils triomphent jamais, leur être opposé par leurs adversaires, et que l'exemple qu'ils donneraient en se jouant de leurs serments ne peut que hâter la destruction de la société.

33 juin. — Flavien m'a dit ce soir, mais comme une chose dont je devais être instruit, que le préfet avait reçu l'avis du ministre qu'il allait être formé une commission pour publier les manuscrits du cardinal de Granvelle. Il a ajouté que le préfet lui avait dit que je serais président de celte commission, qui serait composée de savants envoyés de Paris. Je lui ai répondu sans hésiter que l'arrivée à Besançon de cette colonie passagère d'élucubrateurs serait une insulte pour l’Académie et la province où je me faisais fort de trouver des hommes plus capables d'un pareil travail que ceux qui seraient envoyés par le ministre, et avec lesquels il me serait plus agréable d'avoir des rapports ; et sur le champ, je lui ai nommé pour conseillers MM. Ordinaire et Bertaut, et pour collaborateurs MM. Bourgon et Pérennès, professeurs à la Faculté des Lettres, D. Monnier, l’homme du monde qui connaît le mieux l’histoire du pays, et enfin Duvernoy, l'auteur des recherches sur Montbéliard. Flavien m'a promis de faire part de mes observations au préfet. Nous verrons ce que cette affaire deviendra.

  • 1 Cet abbé avait participé à la fameuse mission de 1825. Cf. Journal, ii, p. 64 ; G. Bordet, “Fête c (...)

44 juin. — Lettres d'un curé de... à M. G..., vicaire capitulaire du diocèse de Besançon, sur sa prétendue justification de la théologie de Liguori. Reims, imprimerie de Guyot-Noblet, in 8°. On sait que l’auteur de cette brochure est M. l'abbé Vermot1, missionnaire de Beaupré, qui ne manque pas d'un certain talent mais qui certes a beaucoup plus encore de suffisance. M. Gousset s'occupe en ce moment de lui répondre.

  • 2 Sur ce personnage, voir ci-dessus (3 mai 1834).

55 juin. — De Loy2 vient de mourir à Saint-Etienne après une maladie qui n'a duré que quelques jours. C'est l'Impartial de ce matin qui m'a appris la nouvelle. Il n’avait que 34 ans. Peu de nos franc-comtois ont eu plus d’esprit et plus de talent pour les vers. C'était un élève de Boileau et d'Horace, et quoique lié d'une manière intime avec les chefs du romantisme, il n'a jamais cessé de professer l'estime la plus vraie pour ses premiers maîtres. Homme de désordre, véritable aventurier, il n'a pas fait tout ce qu'il a pu faute de conduite. Je le regrette pour son talent qui faisait honneur au pays, mais sa conduite était méprisable.

  • 3 Cette prétendue révocation du procureur Lerouge n’est pas confirmée par la lecture de l'Annuaire d (...)

66 juin. — Une lettre confidentielle de M. Joye, chef de division au ministère de la justice, annonce que notre procureur général, M. Lerouge3, vient d'être révoqué. J'avais lu la lettre dans la matinée ; l'après-midi, pendant que j'étais chez le conseiller Bourgon à regarder quelques livres rares, M. Lerouge y est entré plein de confiance, pour quelque affaire de la place. En voyant son assurance, je n'ai pu m'empêcher de penser au chagrin qu’il éprouvera demain à la lecture du Moniteur.

  • 4 Sans doute Charles Nodier.

77 juin. — Nous voilà revenus, comme l'a dit si plaisamment Viancin, aux fêtes des cloches. On a baptisé ce matin celle de la paroisse St-Maurice. Le parrain était M. Prétet, riche vigneron, et la marraine Melle Boisot. Celte cérémonie avait attiré beaucoup de monde. J'ai vu le parrain en habit noir, un énorme bouquet au côté, donnant le bras à sa commère avec une gravité tout à fait grotesque. Ô Charles4, où étiez-vous pour rendre ce groupe qui figurerait si bien dans la collection de vos caricatures !

88 juin. — MM. Clément et Jouffroy sont arrivés aujourd'hui de Paris pour travailler à leur réélection à la Chambre des députés. M. Clément, député de l'arrondissement de Baume depuis plus de vingt ans presque sans interruption, a pour concurrent M. Barçon, qui ne serait pas fâché de passer par la Chambre pour arriver à la Cour royale. M. Jouffroy, député de Pontarlier et l’un des hommes les plus distingués de France, a pour concurrent M. Spicrenaël, substitut du procureur du Roi à Lons-le-Saunier, jeune homme qui ne manque pas d'ambition à ce qu’il paraît, mais qui n'a guère d'autre talent qu'une assez grande loquacité.

99 juin. — Le secrétaire de la commission d'antiquités de Dijon est venu visiter notre bibliothèque. Il recherche surtout les manuscrits enrichis de miniatures et j'ai pu lui en montrer quelques-uns dont il a été assez content. Il avait vu notre musée où il n'avait trouvé de remarquable que quelques portraits, entre autres celui de Granvelle et les débris de l'arc de triomphe qui n'ont pu trouver leur place dans la restauration de ce monument. C'est un homme modeste, timide même, et qui ne paraît pas manquer d'instruction surtout en architecture.

  • 5 Madame Pautenet de Vereux.

1010 juin. — Il y a quelques jours qu'un vol assez considérable fut commis chez Madame de Véreux5, pendant qu'elle était à sa campagne. La semaine suivante, une tentative de vol eut lieu chez M. de Chifflet pendant la nuit, mais une servante, ayant entendu du bruit, alluma une chandelle et le voleur s'éloigna sans pouvoir accomplir son dessein. Il fut reconnu que chez Mme de Vereux et chez M. de Chifflet, on s'était servi d'une vrille pour pratiquer des trous à la porte et l'on en conclut que c'était le même individu qui s'était rendu coupable des deux délits. Quelques indices firent soupçonner le nommé Henriot, habitant à Saint-Ferjeux et les agents de police l'ayant rencontré dans le bois de Chaudanne, le conduisirent en prison. Depuis son arrestation, une foule d'indices ont achevé de prouver jusqu'à l'évidence qu'Henriot est réellement l'auteur du double vol. Or cet Henriot était l'homme de confiance des carlistes dont il recevait une gratification mensuelle. Son procès peut jeter des jours sur leurs menées dans ce pays depuis quelques années.

1111 juin. — Jouffroy fait imprimer une lettre aux électeurs de Pontarlier, dans laquelle il leur expose sa conduite à la Chambre et les services qu'il a rendus à l'arrondissement. C'est une chose honteuse qu'un homme de ce mérite soit obligé de descendre à de pareils moyens pour déjouer les intrigues et répondre aux calomnies de ceux qui s'opposent à sa réélection.

1212 juin. — M. Droz, de l'Académie française, vient de faire hommage à la Bibliothèque de son médaillon en bronze modelé par David, sculpteur de l'Institut.

1313 juin. — Sur le refus de M. Bourgon de souscrire aux conditions qui lui ont été faites par les légitimistes, ils ont décidé qu'aux élections prochaines du collège de Besançon intra muros, ils réuniraient toutes les voix dont ils pourront disposer sur M. Césaire de Thurey, ancien inspecteur des droits réunis. M. Césaire est un homme d'opinions très modérées, qui ne manque pas de connaissances pratiques ; ainsi l'on ne peut pas dire que ce soit un mauvais choix, mais M. Bourgon vaudrait infiniment mieux, à raison de la fermeté de son caractère et du zèle qu'il a toujours montré pour les intérêts de la ville.

1414 juin. — Flajoulot vient d'offrir à la Bibliothèque un portrait de dom Grappin à la mine de plomb, bien encadré, et qui a le mérite d'une assez grande ressemblance. Il a profité de cette circonstance pour me communiquer une épître qu’il se proposait d’adresser à cet homme vraiment respectable, mais que sa paresse ne lui a permis de terminer que lorsqu'il n’était plus temps. Elle contient de très beaux vers et d'ailleurs est écrite avec une grande facilité. S'il veut y faire les corrections que je lui ai indiquées, il me semble qu'elle pourrait fort bien être lue dans une des séances publiques de l'Académie.

1515 juin. — Plus on approche des élections et plus cette affaire importante occupe les esprits. M. Bourqueney qui, l'année dernière, voulait donner sa démission et qui, depuis son retour, n'a cessé de dire que, s’il était réélu, il n'accepterait pas, se remet sur les rangs. M. Véjux, l’un de nos plus anciens conseillers de la Cour royale, assure sa candidature par une lettre imprimée dans l'impartial. Ainsi les candidats du gouvernement sont, pour Besançon, MM. Flavien de Magnoncour et Bourgon, et ceux de l'opposition, Véjux et Bourqueney, deux magistrats. Les autres candidats n'ont aucune espèce de chance.

1616 juin. — Le mauvais temps qu'il a fait toute la journée n'a pas empêché les intrigues de continuer de part et d'autre avec un zèle qui me donne l'espoir que nous ne manquerons pas de député de sitôt. Le préfet a profité de la revue de la garde nationale, qui a eu lieu hier soir à Chamars, pour réunir à dîner tous les officiers électeurs. Aujourd'hui est son jour de réception et l'on peut bien imaginer qu'il ne manquera pas cette occasion de parler en faveur des candidats du gouvernement. On trouve cette conduite si simple que personne ne s'avise de lui en faire un reproche. Nous prenons les mœurs qui conviennent au gouvernement représentatif, c'est, à vrai dire, l'une des plus grandes déceptions du siècle.

  • 6 Odille avait été procureur à Arbois. Cf. Journal, i et ii).
  • 7 Ce poète lédonien est déjà cité dans le Journal (ii, pp. 207 et 329).

1717 juin. — Il s'est établi une petite correspondance poétique entre M. Odille6, juge à Lons-le-Saunier et M. Henri Gresset7, jeune poète de cette ville. Elle a déjà produit trois pièces, deux de M. Odille et une de M. Gresset, toutes dans le genre romantique.

  • 8 Gandillot et Roy, métallurgistes.

1818 juin. — Les constructions dans la ville et à l'extérieur, commencées l'année dernière, se continuent avec une nouvelle activité. Le prolongement de la rue Neuve s'accroîtra cette année d'une maison. M. Grillet en fait bâtir une, rue Saint-Vincent ; celle que M. Guillaume, marchand de vins, avait commencée place Dauphine se poursuit. MM. Gandillot et Roy8 construisent un établissement sur la route de Saint-Ferjeux où ils se proposent de transporter leur manufacture de fer creux. Le hameau de Saint-Claude, où l'on vient d'établir une chapelle où le service divin a été célébré la première fois le jour de la fête du saint patron, prend un tel accroissement que, sans les règlements du génie militaire, il arriverait prochainement à la ligne des glacis.

1919 juin. — La journée s'est passée comme celle d’hier à parler d'élections. Les candidats sont vantés par les uns outre mesure et bafoués par les autres. Nos franc-comtois sont, quoiqu'on en dise, de vrais français car ils n'ont pas le sens commun.

  • 9 Emile Deschamps de Saint-Amand, dit Emile Deschamps (1791-1871), poète français très tôt rallié au (...)

2020 juin. — M. de La Tour, directeur des domaines du comté de Bourgogne avant la révolution, est mort à Besançon ces jours derniers, à 89 ans. C'était un homme d'esprit et d’un bon esprit. Horace, qu'il savait par cœur, était le seul livre qu'il se plût à relire. Il y avait puisé des principes de conduite qui l'ont dirigé toute sa vie ; ils ne l'ont pas abandonné au dernier instant, il est mort en sage. C'était l’oncle d’Emile Deschamps9, qui s'est fait une réputation parmi les poètes du xixème siècle.

2121 juin. — Les élections ont commencé ce matin. Au premier collège composé des électeurs de Besançon, le bureau a été composé de personnes que les amis du gouvernement avaient désignées dans un scrutin préparatoire. Il me semble avoir entendu dire que Donat Demesmay était président, mais je ne puis l'affirmer. Au second collège, M. Guillaume, président provisoire, voulant favoriser les légitimistes, ne leur a demandé le serment qu'après qu'ils ont eu déposé leurs bulletins dans l'urne électorale. Cette irrégularité a été signalée avec chaleur par M. Cuenot, juge d'instruction. Dans l’après-midi, des pamphlets ont été répandus contre et pour Gréa, l'ancien député, contre et pour MM. de Magnoncour et Bourgon, candidats du gouvernement. Jamais dans notre ville si calme on n'a vu tant de pamphlets, mais ils n'ont pas produit grande sensation.

  • 10 Le duc de Fitz-James (1776-1838) était connu comme un ardent légitimiste ; il ne semble pas avoir (...)

2222 juin. — Au premier collège, M. Flavien de Magnoncour a été élu député à une majorité de 150 voix ; son compétiteur, M. Gréa, porté par les républicains, n'en a que 52. Les légitimistes ont porté leurs suffrages sur M. le duc de Fitz-James10 mais sans espérance de le faire passer. Au second collège, les voix se sont partagées entre MM. Véjux, Bourgon, conseiller à la Cour royale, et Césaire de Thurey. Aucun des candidats n'ayant obtenu la majorité, il y aura demain un nouveau scrutin. M. Véjux est celui qui a le plus de chances. M. l'avocat général Maurice n'a eu qu'un petit nombre de voix parce qu'on a répandu le bruit qu'il se retirait. Il est furieux.

2323 juin. — M. Véjux a été nommé second député de Besançon à une très grande majorité. Rien ne prouve mieux que ce choix combien le système électif est vicieux. A Besançon, un homme nul l’emporte sur un citoyen recommandable par sa fermeté et son patriotisme éclairé. A Pontarlier, le jeune Spicrenaël, ambitieux imberbe, est le concurrent donné par la jalousie imprévoyante à M. Jouffroy, l’un des hommes les plus éclairés de la France.

2424 juin. — Toutes les élections du département sont connues. L'arrondissement de Besançon est le seul qui ait changé de députés. Les trois autres arrondissements ont conservé les leurs à une immense majorité. Il ne faut pas s'étonner qu'à Besançon M. Véjux l'ait emporté contre M. Bourgon. Il avait pour lui tous ses amis qui sont nombreux et tous ceux qui redoutaient dans M. Bourgon un homme ferme, droit et incapable de balancer jamais entre ses affections et la justice. M. l'avocat général Maurice a eu hier à Granvelle une explication assez vive, en présence de témoins, avec M. Cuenot, juge d’instruction qui, après l'avoir mis en avant, lui a préféré M. Véjux en disant que M. Maurice se retirait. Voilà deux anciens camarades devenus ennemis irréconciliables ! Les choses sont allées trop loin pour qu'ils puissent se raccommoder.

2525 juin. — On vient de découvrir à Ruffey une large tombe en pierre sur laquelle sont sculptés un chevalier et sa femme. Elle est entourée d'une inscription gothique dont on n'a pu déchiffrer jusqu'ici que la date 1529. Un dessin au crayon mine a été remis par M. Bauquier, l’un de nos jeunes gens qui s’occupent avec le plus de zèle de la recherche de nos monuments. Il m'a dit que cette tombe est dans le meilleur état de conservation.

2626 juin. — On connaît enfin aujourd'hui toute la députation de la province. Sur treize députés qu'elle envoie à la Chambre, il n'en est pas un seul qui, par son caractère ou ses antécédents, appartienne à l’une ou l’autre des oppositions. Deux appartiennent à la maison du Roi, M. de Marmier et le général Delort ; trois à l’ordre judiciaire, M. Véjux, conseiller à la Cour royale, M. Colin, procureur général et M. Jobard, substitut ; un inspecteur du Trésor, M. Thirion, de Dole ; un professeur, membre de l’Institut, M. Jouffroy ; un conseiller de préfecture, M. Genoux. Cinq indépendants : M. le marquis de Grammont, M. de Magnoncour, M. Clément, ancien questeur de la Chambre, M. Blondeau, brasseur, et M. Monnier, dont j'ignore les qualités. Sur les treize députés, huit ont été réélus. Les cinq exclus sont : M. Gréa, propriétaire, homme de peu de capacité, siégeant à l'extrême-gauche ; M. Bourqueney, l'un des présidents de la Cour royale, votant suivant sa conscience ; M. Jobard, négociant à Gray, honnête homme qu'une faveur intempestive du ministre a déconsidéré du moins momentanément ; le général Bachelu et Bavoux, juge suppléant à Paris, deux membres de l’opposition systématique. Ils ont été remplacés par M. de Magnoncour, ancien maire de Besançon, M. Véjux, conseiller à la Cour royale, Jobard encore, substitut du procureur général, Thirion, inspecteur et Monnier, propriétaire. De tous ces députés, le seul qui ait quelque chance de se faire connaître et de jouer un rôle, c'est M. Jobard.

2727 juin. — J'ai reçu la visite du bibliothécaire d'Einsiedeln. C’est un homme de 96 ans qui paraît connaître à fond les langues anciennes et qui parle le français avec assez de facilité. Il a professé pendant dix-huit ans l'histoire naturelle. La bibliothèque dont il est le conservateur contient 30.000 volumes dont la plus grande partie d'histoire. Il m'a fort engagé, si je fais jamais un voyage en Suisse, d'aller le voir dans son couvent où il m'accueillerait de son mieux. Son costume est celui que les Jésuites français avaient adopté sous la Restauration, cependant il est de l'ordre de saint Benoît. Il était accompagné d'un jeune curé de nos montagnes qui s'occupe d'antiquités, et qui m'a promis de faire des recherches dans les ruines du château de Montjoye dont il m'annoncera le résultat.

2828 juin. — On a arrêté cet après-midi dans la rue d'Arènes un des voleurs de Mme de Vereux ; il a été conduit en prison et il paraîtra, dans trois mois, avec ses complices aux assises du département.

2929 juin. — Aujourd'hui fête de Saint-Pierre. L'association musicale a fait exécuter à l’église de ce nom une messe de la composition de il signore Roncaglio. L'école dirigée par ce maître compte déjà près de quarante élèves et il s'en présente de nouveaux tous les jours. Ainsi dans quelques années, nous aurons des musiciens.

  • 11 Louis-Pierre-Marie Bourdon (1779-1854), mathématicien, membre du conseil de l'Université. Joseph N (...)

3030 juin. — MM. les inspecteurs généraux de l'Université sont arrivés avant–hier, annonçant qu'ils étaient obligés de retourner sur-le-champ à Paris. La journée de samedi leur a suffi pour examiner les cours de la faculté. Aujourd’hui ils ont passé en revue les classes du collège et ils repartiront demain au soir. L'inspecteur pour les mathématiques est M. Bourdon et pour les lettres M. Naudet11, de l'Académie des Inscriptions, traducteur de Plaute, homme d’esprit et fort joli garçon, ce qui, si l'on en croit la chronique, n'a pas nui à son avancement.

Notes

1 Cet abbé avait participé à la fameuse mission de 1825. Cf. Journal, ii, p. 64 ; G. Bordet, “Fête contre-révolutionnaire, néo-baroque ou ordinaire ? La grande mission de Besançon, janvier-février 1825”, La fête, pratique et discours, pp. 183-345.

2 Sur ce personnage, voir ci-dessus (3 mai 1834).

3 Cette prétendue révocation du procureur Lerouge n’est pas confirmée par la lecture de l'Annuaire du Doubs de 1834 à 1837.

4 Sans doute Charles Nodier.

5 Madame Pautenet de Vereux.

6 Odille avait été procureur à Arbois. Cf. Journal, i et ii).

7 Ce poète lédonien est déjà cité dans le Journal (ii, pp. 207 et 329).

8 Gandillot et Roy, métallurgistes.

9 Emile Deschamps de Saint-Amand, dit Emile Deschamps (1791-1871), poète français très tôt rallié au romantisme, collabora avec Victor Hugo à La Muse française, fondée en 1823. Son recueil Etudes françaises et étrangères (1828) contribua à faire connaître en France la littérature étrangère.

10 Le duc de Fitz-James (1776-1838) était connu comme un ardent légitimiste ; il ne semble pas avoir d’attaches comtoises.

11 Louis-Pierre-Marie Bourdon (1779-1854), mathématicien, membre du conseil de l'Université. Joseph Naudet (1786-1878) était inspecteur général des études depuis 1830, avant de devenir directeur de la Bibliothèque royale en 1840, secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions en 1852. En 1833 il avait publié une traduction de Plaute dans la Bibliothèque Panckoucke ; il collabora aussi, comme Weiss, à la Biographie universelle de Michaud.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search