Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1834

Mai 1834

Texte intégral

11 er mai. — Fête du Roi. Trois salves d'artillerie, une revue de la garde nationale à Chamars et quelques drapeaux aux maisons des principales rues, c'est là tout ce que les amis de l'ordre avaient imaginé pour fêter le Roi qui, depuis quatre ans, assure seul leur sécurité. Les sommes volées pour les illuminations seront envoyées au comité des victimes des événements de Lyon. Le Roi l'a décidé de cette manière, soit, mais je ne pense pas qu'il aurait été bien fâché d'apprendre que le préfet avait eu ce jour-là un grand dîner, concert ou bal.

  • 1 Sur toute l'affaire Miran alias Gilbert, voir Marcel Vogne, La presse périodique en Franche-Comté (...)

22 mai. — Un événement qui tient du prodige occupe en ce moment tous les esprits. On vient de découvrir que le rédacteur du Patriote franc-comtois était un forçat libéré, nommé Gilbert, condamné plusieurs fois par diverses cours d’assises pour faux et pour vols. Connu dans ce pays, qu'il habite depuis près de cinq ans, sous le nom de Miran1 il avait acquis une grande influence par son babil sur nos jeunes gens. C'est sous ce même nom qu'il a contracté l'automne dernier un mariage à Gray avec une veuve qui tient à plusieurs familles respectables. Ce nouveau crime doit le conduire aux assises prochaines. Il paraissait aujourd'hui devant le tribunal pour un délit de presse ; les avocats qui s'étaient chargés de sa défense ont fait défaut. Réduit à se défendre lui-même, il a demandé la remise de sa cause, non dans son intérêt, mais dans celui des actionnaires du Patriote dont une condamnation achèverait la ruine. Ses conclusions lui ont été accordées. La foule s'était portée à l'audience pour le voir ; malgré son impudence accoutumée, il n’a pas osé regarder le public en face, mais son organe n’était point altéré et, suivant plusieurs auditeurs, il a beaucoup mieux parlé pour se défendre que le ministère public pour l'accuser.

  • 2 Aimé de Loy réside alors dans la Loire et écrit dans le Mercure Ségusien (de Feurs). Cf. Vogne, La (...)

33 mai. Le National arrivé ce matin contient un article extrait du Mercure Ségusien2 où le sieur Miran est présenté comme un écrivain plein de talent et de courage et comme un excellent citoyen. Cette apologie de l'ex-rédacteur du Patriote est du sieur de Loy, qui lui est très supérieur sous le rapport du talent, mais qui n'a pas grand'chose à lui disputer sous celui de la délicatesse, et c'est bien ici le cas de rappeler l'adage antique : Similis simili gaudet.

  • 3 Les deux avocats généraux à la cour royale de Besançon, en 1834, sont Maurice, rue Neuve, et Fouri (...)

44 mai. — M. Fourier3 l'un des avocats généraux de notre parquet, assure — mais je l'avoue, j'ai bien de la peine à le croire — que de jeunes républicains rendent de fréquentes visites à Miran dans sa prison et que même, hier, quelques-uns ont déjeuné avec lui. Je le répète, c'est sur un on-dit que je rapporte ce fait incroyable que je m'empresserai de démentir si je reçois des renseignements contraires.

55 mai. — M. Proudhon, doyen de la faculté de droit de Dijon, vient d'être nommé correspondant de l'Institut, section des Sciences morales.

  • 4 Georges-François Mareschal, marquis de Bièvre (1747-1789), écrivain, auteur d'une lettre facétieus (...)

66 mai. — Le docteur Marchant, à l’esprit près notre marquis de Bièvre4, dit de Miran que c'est un homme très remarquable.

77 mai. — M. Abram, notaire à Orchamps-Vennes, a remporté le prix proposé par le journal des notaires sur une question importante de responsabilité des notaires envers leurs clients. Impartial, 5 mai, no 118.

88 mai. — M. Guichard, de Besançon, secrétaire de M. Courvoisier dans le temps qu'il était garde des sceaux et qu'à sa sortie du ministère il avait nommé juge de paix d'un des quartiers de Paris, vient d'être obligé de se démettre de sa place par suite du dérangement dans ses affaires.

99 mai. — D'après les renseignements statistiques publiés dans les revues de l'Allemagne, on compte un écrivain, c'est-à-dire un homme ayant publié pour le moins un opuscule, par chaque mille individus. Il doit y en avoir le même nombre en Franche-Comté. Besançon, dont la population n'est guère que de 30.000 âmes, compte aujourd'hui plus de trente personnes qui ont mis leurs noms à la tête de quelques brochures scientifiques, littéraires ou politiques. Ils sont répartis de cette manière : théologiens, deux ; philosophes, quatre ; sciences et arts mécaniques, quatre ; jurisconsultes, cinq ; médecins, cinq et littérateurs, douze.

  • 5 Louis Coste (1762-1834) que Charles Weiss avait remplacé en 1811 à la tête de la Bibliothèque de l (...)

1010 mai. — M. Louis Coste5, ancien bibliothécaire de la ville et doyen de notre Académie, est mort hier dans un âge peu avancé. C’était un homme plein de zèle et d’un véritable patriotisme. Il a publié plusieurs brochures sur des objets d'utilité publique, ou sur des antiquités du cabinet confié à sa surveillance ; il était membre de l'Institut de Hollande.

1111 mai. — M. Génisset, professeur de littérature ancienne à la Faculté de Besançon, en est nommé doyen à la place de l'abbé Astier, admis à la retraite.

1212 mai. — Le Journal de la Librairie annonce une vie de Miran, sous le titre de Bousingot. Nos républicains ne manqueront pas d'attribuer cette publication à la police.

1313 mai. — Le sculpteur Huguenin est sur le point de quitter Besançon où il n’a pu trouver à se caser. On lui offre à Saint-Germain un traitement de mille écus pour diriger une école et l'espérance d'avoir chaque année des travaux du gouvernement.

  • 6 L’abbé Jean-François Godescard (1728-1800), hagiographe français, avait publié en douze volumes, à (...)

1414 mai. — M. l'abbé Doney s'occupe dans ce moment d'une nouvelle édition des Vies des Saints de Godescard6, dans lesquelles il se propose de refondre les suppléments laissés par Butler et de faire en outre d'utiles et nombreuses additions.

  • 7 On trouvera dans le Journal de Weiss, t. ii, année 1833, le récit par le bibliothécaire des démêlé (...)

1515 mai. — Mademoiselle Héloïse Pillard7 est arrivée de Paris, bien remise du chagrin que l’Académie lui avait causé en repoussant son Eloge de Cuvier. Cette pièce lui a valu la protection des savants les plus distingués, entre autres de M. Geoffroy Saint-Hilaire, qui s’est chargé de la faire valoir dans les journaux dont il dispose. D'après l'avis de M. Geoffroy, elle va s'occuper de tracer le tableau des deux écoles qui divisent le monde savant depuis Aristote, les collecteurs de faits et les créateurs de systèmes. Elle a été présentée à M. Guizot qui s’est empressé de lui accorder le maximum de la gratification dont le gouvernement mesquin de Juillet paye les travaux scientifiques et qui lui a promis une pension, aussitôt qu'elle aura publié deux volumes. Elle a dans son portefeuille des contes, des nouvelles, des vers qui ne doivent voir le jour qu’après le grand travail auquel elle va mettre la main.

1616 mai. — M. Michaud, conventionnel mort en exil il y a quelques années, avait formé une belle bibliothèque de 7 à 8.000 volumes choisis et presque tous remarquables par leur rareté et par l'élégance ou la richesse des reliures. Cette bibliothèque est à vendre et MM. Flavien de Magnoncour et Bourgon sont partis aujourd'hui pour aller l'acheter. On en veut 10.000 fr. Il est vraiment à désirer que nos bibliophiles bisontins ne laissent pas sortir de la province celle précieuse collection.

1717 mai. — Les élections de la garde nationale sont en général satisfaisantes pour les amis de l'ordre et du gouvernement. La plupart des officiers connus par des opinions exagérées ont été remplacés par des hommes fermes et modérés.

1818 mai. — La nouvelle halle, dont le conseil municipal s'occupe depuis dix ans, va décidément être mise en adjudication. On dit qu'après l'avoir terminée, l’architecte Marnotte prendra sa retraite. Il est donc bien à désirer dans l'intérêt de la ville que cette halle s'achève promptement.

1919 mai. Les mal contents en 1579, drame en 5 actes par M. d'Epagny, vient d'être imprimé. Cette pièce, représentée pour la première fois le 25 avril sur le Théâtre de la Porte Saint-Martin, continue d'attirer la foule.

  • 8 Il avait été en 1831 capitaine de la compagnie d'artillerie de la garde nationale. Le jeune Branch (...)

2020 mai. — Les républicains ont obtenu ce matin un triomphe. César Convers8 a été élu chef d’escadron de l'artillerie de la garde nationale. On assure que sa nomination a souffert beaucoup de difficulté et que si le jeune Branche avait accepté l’honneur que ses camarades voulaient lui déférer, Convers n'aurait point été élu.

2121 mai. — Le commissaire de police Deleuze, décoré de juillet et que la révolution a placé dans notre ville, est accusé par la rumeur publique de tentatives de viol sur une jeune fille de seize ans. Sa conduite a été dénoncée au procureur du Roi, mais les parents de la jeune fille ont prié le magistrat de ne pas faire de poursuites pour ne pas nuire à la réputation de leur enfant.

  • 9 Jacques Lelong (1665-1721), de l'ordre de Malte, historien et bibliographe, auteur de la Bibliothè (...)

2222 mai. — M. Pihan de la Forêt, imprimeur à Paris, a passé aujourd'hui à la Bibliothèque une partie de l'après-midi. Il voyage pour recueillir des matériaux pour un dictionnaire géographique sur un nouveau plan. Son but serait de réunir sur les noms de chaque ville ou village la liste des ouvrages dans lesquels on trouverait des renseignements sur leur origine, leurs antiquités, les mœurs et l'industrie des habitants. Je lui ai conseillé de s'occuper préférablement d'une continuation de la Bibliothèque historique du P. Lelong9. Il y avait pensé, mais il a craint qu'un ouvrage de ce genre in-folio n'eût point de débit.

2323 mai. — Huguenin, dont nous avons annoncé le prochain départ pour Paris, vient de commencer le buste de Flavien de Magnoncour.

2424 mai. — Un malade de l'hospice de Bellevaux, devenu furieux à la suite d'une attaque d'épilepsie, s'est précipité sur l'infirmier, dans sont lit indisposé, et lui a coupé la gorge avec un rasoir. On est parvenu non sans peine à s'emparer de ce forcené qui aurait pu causer de grands malheurs à l'aide de l'arme qu'on avait eu l'imprudence de laisser à sa disposition.

  • 10 Les travaux, les premiers depuis l'édification du théâtre de Ledoux en 1784, avaient été confiés à (...)

2525 mai. — Le conseil municipal vient de prendre avec deux artistes étrangers10, munis de bons certificats, des arrangements pour réparer, repeindre et redorer l'intérieur de la salle de spectacle. D'après les devis adoptés par le conseil, cette première dépense coûtera onze mille francs. Il faudra songer ensuite à renouveler les décorations qui sont dans l'état le plus déplorable.

2626 mai. — Visite à une école de petits enfants, ouvrage imité de l'anglais par Xavier Marmier, imprimerie de Levrault à Strasbourg, in-18 de 3 feuilles.

2727 mai. — On a affiché ce matin l'ordonnance du Roi qui prononce la dissolution de la Chambre des députés. Les collèges électoraux sont convoqués pour le 21 juin. Voilà les partis en présence et nous ne tarderons pas de connaître les noms des candidats qui se présenteront pour la députation.

2828 mai. — Le général Delort a fait présent de son buste à la Bibliothèque de Besançon. Ce buste est du jeune Huguenin. Il a rendu parfaitement la physionomie du général, mélange de douceur et de fierté qui lui donne une expression très remarquable.

2929 mai. — On a baptisé aujourd'hui la nouvelle cloche de la paroisse Notre-Dame. C'est M. de Villefrancon qui en a été le parrain, la marraine, Madame la comtesse de Roussillon. Cette cérémonie avait attiré un grand nombre de curieux ; elle a, dit-on, été très brillante.

3030 mai. — On commence à parler de candidats pour la députation, mais rien ne sera définitivement arrêté par les meneurs des différents partis que l'avant-veille des élections. En attendant, on déchire à belles dents ou Ton porte aux nues les candidats présumés. On parle pour Besançon, qui élit deux députés, de MM. Flavien de Magnoncour, Bourgon le conseiller, Grobost banquier, Maurice avocat général et Véjux conseiller.

3131 mai. — Ce soir on a pu voir déjà les préparatifs ordonnés par la mairie pour la procession générale de la Fête-Dieu. Les rues que la procession doit parcourir ont été balayées et des liteaux attachés devant l'Hôtel de Ville pour recevoir les tapisseries. Chaque année depuis la révolution s'efface un peu de cette haine que les dépaveurs de Juillet portaient au catholicisme, et le gouvernement sent davantage qu'il doit protéger efficacement la religion de la majorité française.

Notes

1 Sur toute l'affaire Miran alias Gilbert, voir Marcel Vogne, La presse périodique en Franche-Comté des origines à 1870, t. i, pp. 284 et suiv. ; Journal, ii, p. 374, note 15 ; François Lassus, éd., Jean-François Muiron (1756-1834) : Le paillard septuagénaire..., pp. 134-140.

2 Aimé de Loy réside alors dans la Loire et écrit dans le Mercure Ségusien (de Feurs). Cf. Vogne, La presse périodique... et Journal, ii, p. 365, note 5 ; Janine Joliot, La presse à Besançon de 1830 à 1834, Univ. de Besançon, d.e.s., 1955.

3 Les deux avocats généraux à la cour royale de Besançon, en 1834, sont Maurice, rue Neuve, et Fourier (ou Fourrier), rue de la Préfecture. Ce dernier, en poste à Besançon de 1831 à 1834, n’a aucun rapport de famille avec le bisontin Charles Fourier, ni avec celle du mathématicien Joseph Fourier (1768-1830).

4 Georges-François Mareschal, marquis de Bièvre (1747-1789), écrivain, auteur d'une lettre facétieuse pleine de calembours.

5 Louis Coste (1762-1834) que Charles Weiss avait remplacé en 1811 à la tête de la Bibliothèque de la ville et qui était académicien comme lui. Le fonds de la Bibliothèque publique, constitué en 1694 par le legs de l'abbé commendataire de Saint-Vincent de Besançon, l'abbé Boisot, et qui représentait ce qui restait de la dispersion des collections du cardinal de Granvelle, avait été confisqué en 1793 par la Convention au profit du « dépôt national » à la tête duquel Louis Coste fut placé en 1794. Cf. Jacques Mironneau, “La Bibliothèque de Besançon au temps de Charles Weiss”, Mém. Acad. Besançon, 1967, pp. 255-284.

6 L’abbé Jean-François Godescard (1728-1800), hagiographe français, avait publié en douze volumes, à partir de 1763, une traduction des Vies des Pères, des martyrs et autres principaux saints, ouvrage en anglais d'Alban Butler.

7 On trouvera dans le Journal de Weiss, t. ii, année 1833, le récit par le bibliothécaire des démêlés du jeune auteur avec l'Académie de Besançon.

8 Il avait été en 1831 capitaine de la compagnie d'artillerie de la garde nationale. Le jeune Branche était probablement le fils du conseiller, mort en février 1834.

9 Jacques Lelong (1665-1721), de l'ordre de Malte, historien et bibliographe, auteur de la Bibliothèque historique de la France.

10 Les travaux, les premiers depuis l'édification du théâtre de Ledoux en 1784, avaient été confiés à deux « peintres scénographes » parisiens (A.M. Besançon, M 4-6) ; ils refirent les planchers de la salle et retouchèrent la décoration intérieure. Cf. S. Lepin, “Un siècle de vie théâtrale à Besançon”, Mém. Soc. Emul. Doubs... (séance du 27 juin 1957).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search