Version classiqueVersion mobile

Journal 1834-1837

 | 
Charles Weiss

Année 1834

Avril 1834

Texte intégral

11 er avril. — M. Gustave Fallot, élève de l'école des Chartes, travaille en ce moment à un grand ouvrage sur l'origine des peuples de l'Europe, prouvée par les langues. Il se propose de solliciter l'établissement d'une chaire des langues slaves dont il serait le premier professeur.

22 avril. — Nodier a été élu directeur de l’Académie française.

33 avril. — Nodier va faire paraître le recueil des articles qu'il a insérés dans le Temps sur l'origine et la formation des langues. Ce nouvel ouvrage de notre compatriote contiendra beaucoup d'aperçus ingénieux, présentés d’une manière piquante.

44 avril. — Le général Delon vient de reprendre ses fonctions d’aide de camp du Roi qu'il avait abandonnées il y a près d'un an, à la suite d'un démêlé assez vif avec le ministre Barthe.

55 avril. Le Patriote franc-comtois ne cesse de provoquer au désordre une population essentiellement tranquille et à qui l'expérience paraît avoir appris qu'elle n’a rien à gagner aux troubles. « Le moment approche, dit-il, où l'insurrection est un devoir. »

66 avril. — Plusieurs incendies ont éclaté depuis un mois dans le département du Doubs et dans celui du Jura, mais on doit les attribuer uniquement à l'imprudence des paysans qui, malgré les règlements, continuent de négliger les précautions qui les garantiraient d'un fléau dont ils sont si souvent les victimes.

77 avril. Le Patriote franc-comtois du 4 de ce mois contient la protestation des républicains de Besançon contre la loi sur les associations, mais elle est sans signature.

88 avril. — On assure que la division vient d'éclater parmi les rédacteurs de La Gazette de Franche-Comté, et que plusieurs sont d'avis de se réunir au gouvernement de Louis-Philippe pour l’aider dans la crise qui se prépare et dont il serait impossible de calculer les suites, si les républicains venaient à triompher sur quelques points.

99 avril. — A dater de ce jour, La Gazette de Franche-Comté cessera de paraître.

  • 1 Le préfet Tourangin, le général Morand, le maire Micaud.

1010 avril. — Une dépêche télégraphique arrivée aujourd'hui à Besançon annonce que Lyon est en insurrection. Des mesures ont été concertées aussitôt entre le préfet, le général et le maire1 pour maintenir ici la tranquillité publique. Les troupes ont été consignées dans les casernes, les postes doublés et un piquet placé à la porte de Notre-Dame pour aider le portier dans la surveillance qu'il doit exercer sur les voyageurs.

1111 avril. — La proclamation que le préfet du Doubs a publiée au sujet des troubles de Lyon est devenue le sujet d'une critique virulente que Le Patriote franc-comtois a recueillie dans son supplément au numéro 30. Pendant la nuit des bandes de jeunes gens ont parcouru la ville en chantant la Marseillaise.

1212 avril. — La nuit dernière, les affiches du préfet ont été lacérées dans plusieurs endroits. Le fils de l'avocat Deis, ayant déchiré une affiche qu'on venait de placarder à la rue Saint-Vincent, a été arrêté par MM. de Boulot et de Villefrancon et, malgré sa résistance, conduit au poste de Saint-Pierre.

  • 2 Eugène Regnaud d'Epercy, fils de l'ancien député aux Etats généraux, Charles-Antoine. Animateur de (...)

1313 avril. — Une revue de la garde nationale a eu lieu aujourd'hui au Champ de Mars ; elle paraît animée du meilleur esprit. Les républicains ont affiché pendant la nuit des placards pour provoquer les habitants au désordre. De pareilles tentatives ont eu lieu à Pontarlier. La petite ville d’Arbois a proclamé la république : le jeune d'Epercy en est le dictateur2.

1414 avril. — Le dictateur d'Arbois n'a pas jugé à propos d'attendre l'arrivée des troupes envoyées de Besançon pour dissiper le rassemblement qu'il avait provoqué. Il s'est enfui laissant ses associés dans le plus grand embarras. On assure qu’il a fait une vente de son bien à son père pour ne pas payer les frais du procès dont l'instruction est commencée.

1515 avril. — Des visites domiciliaires ont été faites ce matin chez les principaux membres de la Société des amis du Peuple. Miran, le rédacteur du Patriote franc-comtois, a été arrêté dans un grenier où il s'était réfugié en chemise, et conduit en prison. Dans la crainte que ses complices ne cherchassent à l'enlever, on a doublé le poste de la prison et distribué des cartouches aux soldats. Ce soir des jeunes gens chantaient dans les rues à demi-voix : « Si le despotisme conspire. »

1616 avril. — Le préfet annonce que les troubles de Lyon étant apaisés, il cessera de publier des bulletins officiels.

1717 avril. — Des groupes de républicains ont été vus dans l’après-midi sur les glacis et à Canot. Quelques passants qui ont pu saisir leurs propos assurent qu’ils parlent encore de vengeance.

1818 avril. — Le numéro du Patriote franc-comtois a été saisi ce matin par ordre de la police dans les cafés et à la poste. Cette mesure a été ordonnée à raison d'un article intitulé : « Des conspirations des peuples et des rois », dans lequel l'insurrection et les révoltes sont représentées comme obligatoires dans des circonstances données.

1919 avril. — Le Salon de 1834 par Hippolyte Laviron, in 8°, orné de lithographies. Il paraît déjà plusieurs livraisons de cette nouvelle production du Winckelmann franc-comtois. Nous attendrons de l'avoir vue pour en porter un jugement.

20— Environ 150 jeunes gens de Besançon s’étaient dirigés sur Arbois pour aider les habitants dans leur rébellion ; mais faute d’avoir un point de ralliement, ils y sont arrivés l’un après l’autre et lorsque leur présence y devenait tout à fait inutile. Par un ménagement dont ils ne sauront aucun gré, mais qu’on ne peut qu’approuver, ils n’ont point été inquiétés à leur retour quoiqu’il eût été très facile de les convaincre de connivence avec les rebelles puisqu’on avait trouvé sur la plupart d’entre eux des armes cachées, de la poudre et des balles.

21— On répand le bruit ce soir que la femme d’Epercy, le chef de la rébellion d’Arbois, s’est brûlé la cervelle ; mais cette nouvelle ne tardera sans doute pas d’être démentie.

2220 avril. — Le président du tribunal d'Arbois dit que si les révoltés avaient pu se procurer de la poudre, ils se seraient portés aux plus grands excès. La populace désignait hautement les maisons qu'il fallait livrer au pillage, et, malgré son ascendant sur toute cette canaille, d'Epercy n’aurait pu l’empêcher d'exécuter ces projets.

2321 avril. — La chambre des mises en accusation s'est réunie aujourd’hui pour examiner s'il y a lieu de traduire le sieur Miran devant la cour d'assises à raison de l'article du Patriote qui a motivé la saisie de son dernier numéro. Ce soir on ne connaît pas encore la décision rendue dans cette affaire, mais on conjecture que Miran sera renvoyé de la plainte parce qu'il prouvera qu'il n'est point l'auteur de l'article incriminé, qu'il a tiré du journal républicain de l'Aube.

2422 avril. — Miran est renvoyé devant la cour d'assises sous la prévention d'avoir inséré dans son journal un article injurieux au Roi. Il pourrait sortir de prison, sous caution, s’il n'y était retenu comme prévenu d'embauchage dans l'affaire d’Arbois.

2523 avril. — Barthaud, l'assassin de l'usurier Jolyot, a été condamné par la cour d’assises à dix années de réclusion. Un seul des jurés a prononcé l'absolution, quatre, en écartant les circonstances atténuantes, auraient entraîné la peine de mort.

  • 3 Lerouge.

2624 avril. — Dans son numéro d'aujourd'hui, le rédacteur du Patriote annonce que, malgré le conseil de ses amis qui l'engageaient à faire retarder son jugement, il vient de s'adresser au procureur général3 pour le prier d'ajouter sa cause à celles qui doivent être portées devant le jury dans la session actuelle.

2725 avril. L’Impartial contient un article très piquant sur l’origine, les progrès et la chute de la république d’Arbois. On l’attribue généralement à M. Liset, officier d’état-major ; mais plusieurs personnes en font honneur à Victor Considerant, de Salins, jeune officier du génie, qui voulut donner sa démission il y a quelque temps pour se livrer à la propagation du fouriérisme, mais qui, malgré cette folie, n’en reste pas moins un garçon de beaucoup d’esprit.

2826 avril. — N... disait : « Les bêtes ne se mettent jamais dans mes habits. — C'est, lui ai-je répondu, quelles trouvent la place prise. »

2927 avril. Le Patriote en fait lui-même la remarque, on ne pense presque plus aux événements si graves de Lyon. Ainsi cette leçon sera probablement encore perdue, et nous continuerons, nation frivole et oublieuse, sans avenir comme sans passé, à nous traîner d'émeutes en émeutes, jusqu'à ce que l'anarchie triomphante détruise la vieille société pour en fonder une nouvelle qui, pareille à celle qui s'en va, passera par les mêmes fautes pour arriver aux mêmes résultats. Voilà je crois la véritable solution du problème proposé par l'Académie de Saint-Quentin pour 1835.

3028 avril. Manuel pour les aspirants au baccalauréat ès-lettres et pour les instituteurs primaires du degré supérieur, contenant les mathématiques et la physique élémentaire, avec des notes sur la géométrie et l'arpentage, etc. Par M. Tisserand, imprimerie de Fain à Paris, in 8° de 30 feuilles.

  • 4 Louise-Daria Simone de Vaulchier du Deschaux (1779-1834), élève de Guérin. Le marquis Louis-René-S (...)

3129 avril. — Mlle du Deschaux4, la sœur de l’ex-ministre de Charles X, est morte à Paris dans le courant de ce mois. Cette demoiselle qui, pendant plusieurs années avait suivi les leçons des plus célèbres peintres de Paris, a laissé plusieurs tableaux assez remarquables. On en voit plusieurs dans l'église Saint-Eustache à Paris, un à l'hôpital de Dole et un à Saint-Pierre de Besançon. Mlle du Deschaux est morte le 19 avril.

  • 5 Tous amis de jeunesse de Weiss et apparemment ses condisciples à l'Ecole centrale du Doubs.

3230 avril. — Le 26 avril est mort à Paris M. Chevassus, ancien chef de division au ministère des finances et l'un des fondateurs du Constitutionnel. Il était de Vesoul et il a fait son cours de droit à l'Ecole centrale, sous M. Proudhon, avec Bavoux, depuis si célèbres. Mais alors... Chevassus passait, autant qu'il m'en souvienne, pour un bon enfant, mais il n'était pas à coup sûr un des élèves distingués de son cours, puisqu'il n'était pas l'ami des Oudet, des Baud, des Goy5, etc... qui n'auraient pas manqué de me mettre en rapport avec lui.

Notes

1 Le préfet Tourangin, le général Morand, le maire Micaud.

2 Eugène Regnaud d'Epercy, fils de l'ancien député aux Etats généraux, Charles-Antoine. Animateur de l'Association des républicains d'Arbois, il sera condamné à la déportation après 1834.

3 Lerouge.

4 Louise-Daria Simone de Vaulchier du Deschaux (1779-1834), élève de Guérin. Le marquis Louis-René-Simon de Vaulchier du Deschaux occupa plusieurs préfectures sous la Restauration et a été ministre (voir Journal, i, p. 163, note 15).

5 Tous amis de jeunesse de Weiss et apparemment ses condisciples à l'Ecole centrale du Doubs.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search